23 octobre 2013

Placé, franchement déplacé

Difficile parfois d’avoir du respect pour certaines personnes. J’entends Jean-Vincent Placé, sénateur des Verts, appeler les lycéens à continuer leurs manifestations. Il incite à la sédition et veut à tout prix faire revenir la famille Dibrani, comme si elle était le symbole d’une vision sociale dont les Verts, issus de couches favorisées de la population, n’ont jamais été vraiment habités - sauf pour leur intérêt électoral.


france,verts,hollande,dibrani,leonarda,jean-vincent placé,gauche,droite,L’irresponsabilité électoraliste d’un petit mouvement, qui dans l’hexagone plafonne au mieux à 6% de votes en 35 ans d’existence, fait peine à voir. Ils se déchirent la France et s’arrachent les bonnes places. Ont-ils encore tant de copains à faire vivre, au vu des indemnités que touche un ex-élu une fois renvoyé à la maison? Ces gens coûtent des milliards au pays et ils étalent leur arrogance sans le moindre scrupule.

A propos d’argent, je comparais hier la situation des Dibrani avec celles des milliers de SDF dont on ne s’occupe que quand il n’y a pas d’autre actualité. Le site fdesouche, détesté par les compassionnels tentant de surnager dans le désastre et donc intéressant rien que pour cela, a fait le calcul du coût de la famille de Léonarda pour l’Etat. En quatre ans et huit mois, l’Etat, via les impôts des citoyens, a dépensé 595’000 euros pour eux en différentes allocations et frais de scolarité, soit plus d’un demi-million. Ce qui représente un an d’impôt pour 238 foyers français.

On peut critiquer ce genre de calcul. Calcul dont on se passerait peut-être si l’on voyait une détresse et un désir de jouer le jeu. Ici rien de cela. Mais l’immigré illégal et profiteur est le nouveau héros des france,verts,hollande,dibrani,leonarda,jean-vincent placé,gauche,droite,compassionnels professionnels. Il est comme le sauvage de Rousseau: bon par nature, par essence. Paraît-il, c'est la société qui le pervertit. Comme si l'éthique personnelle était dépendante d'autre chose que de sa propre conscience.

Difficile parfois de respecter certaines personnes qui mériteraient une bordée d’injures.

Les minorités disparates et contradictoires ne font pas la colonne vertébrale d’un parti, comme l’analyse Jean-Noël Cuénod avec pertinence. On peut additionner trois dizaines de milliers de Rroms, quelques homos conformistes désirant se marier, un wagon de féministes revanchardes et un commando de chrétiens prenant chaque victime auto-proclamée pour le Christ: cela ne fait pas cohérence. Garder les inadaptés illégaux en France, c’est de gauche. Appliquer la loi, c’est de droite. On vote aujourd’hui comme par réflexe pavlovien.

Les fondamentaux de la société doivent être repensés. Il faut redonner des réponses politiques intelligentes et lisibles, hors émotion, aux problèmes de l’époque. Mais la peur des idéologies trop lisibles du XXe siècle (fascisme rouge, fascisme brun) sévit encore.

Placé joue sur un tableau illisible. Il ferait bien d'ouvrir les yeux. Sûr que ce n’est pas avec lui que l’on va faire avancer les choses. Il veut jouer placé, avec des propos franchement déplacés.

 

17:36 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : france, verts, hollande, dibrani, leonarda, jean-vincent placé, gauche, droite | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Les commentaires sont fermés.