20 octobre 2013

Affaire Leonarda: ne vous indignez plus (2)!


léonarda,rapport,iga,hollande,gauche,le pen,valls,expulsion,3. Les raisons du refus d’asile

Cette famille était très entourée et disposait d’un comité de soutien, auquel elle a menti. On a appris en effet que le père a travesti l’origine nationale de ses enfants. Italiens, ils auraient pu s’installer sans passer par la procédure d’asile et trouver plus de facilités. Mais que voulait M. Dibrani?

«M. DIBRANI n’a jamais donné suite aux propositions d’embauche qui lui étaient faites, et il ne cachait pas attendre le versement des prestations familiales qui suivraient sa régularisation pour assurer un revenu à sa famille

Le rapport complet détaille les motifs de refus. Citons en résumé:

- pas de réel intérêt à s’intégrer;
- violence envers les enfants;
- refus des décisions de justice;
- menace de tuer sa famille si le père est expulsé;
- rapport de voisinage irrespectueux;
- mensonge sur sa profession;
- cambriolage;
- refus de rencontrer un interprète;
- état délabré de l’appartement qu’ils avaient reçu;
- insultes envers la directrice des services sociaux.

Au départ de la famille l’état de l’appartement serait délabré, inhabitable sans travaux, selon des photos accompagnant le rapport. Où est la volonté d’intégration?

La famille a menti à l’Etat et à leurs soutiens. Ils n’entendent pas la justice du pays et la fille ne va à l’école que quand elle le veut bien:

«Selon les données recueillies par la mission, les absences de Léonarda au collège sont de 66demi-journées en 6e, 31 en 5e, 78 en 4e et 21 ½ depuis le début de l’année scolaire actuelle.»

Leur violence médiatique actuelle laisse perplexe. Eux ont compris la facilité d’en appeler à l’émotion et à un humanisme irréfléchi qui sévit dans une partie de la France.


4. Commentairesléonarda,rapport,iga,hollande,gauche,le pen,valls,expulsion,

Ce rapport est accablant pour les représentants les plus médiatisés de cette famille, soit le père et la fille de 15 ans. Il remet en place les politiques et journalistes qui avaient crû faire une bonne affaire, les uns pour dire combien ils étaient vertueux - plus vertueux ce n’est pas possible - les autres pour faire du scoop sans recul, sans analyse préalable. Il fait aussi se poser des questions sur la politisation des enseignants qui ont lancé l’affaire dans les médias en l’absence de toute réflexion plus approfondie. Il remet aussi à sa place Harlem Désir, secrétaire du PS, qui veut ré-accueillir toute la famille. Va-t-il les loger chez lui?

On peut supposer que François Hollande, par sa proposition absurde, a voulu calmer la rue et les lycéens, au prix d’une image de lâcheté. Un chef politique doit affirmer une ligne. Au point où il en est, il préfère avoir l’air idiot que de se payer un nouveau mai 68 contre la gauche. Certains arboraient déjà la «burqa» anonymous qui cache le visage, ou le foulard à ras de yeux. Une étude dit par ailleurs que 33% des lycéens sont pour le Front National. Un mouvement qui s’emballe et se généralise enterrerait la gauche durablement. On doit donc supposer que François Hollande lui-même a fait diffuser ce rapport dans la presse.

De quelque côté que l’on regarde on peut se demander où sont l’honneur, la dignité et le respect de soi. Et si la solidarité humaine devrait s’appliquer aux personnes en difficulté (ce fut le cas pour la famille, très soutenue depuis deux ans par son comité), on peut aussi ne pas être idiot dans l’attribution de ses bons sentiments. La bouillie sentimentale n’est pas bonne en Etat de Droit.

Toutefois Hollande n’avait pas à monter lui-même au créneau. C’était une affaire mineure pour laquelle le préfet aurait suffit, au plus le ministre. Au lieu de cela l’intervention absurde de Hollande ajoute au psychodrame. Marine Le Pen doit se frotter les mains. Elle n’a presque rien besoin de dire. Même si l’on ne peut généraliser, une telle affaire va dans son sens. François Hollande, comme l’ensemble de la gauche et de l’extrême-gauche, vient de faire gagner des points à présidente du FN.

Il faut constater que le Front s’installe durablement dans le paysage politique français et que sa venue aux affaires n’est plus une chimère. Mais ça, c’est une autre Histoire.

21:10 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : léonarda, rapport, iga, hollande, gauche, le pen, valls, expulsion | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

@ Hommelibre

Dans un commentaire à l'une de vos précédentes contributions sur le même sujet, j'avais soulevé la question de la nationalité réelle des enfants et de la mère.

Maintenant vous affirmez que les enfants sont italiens. Comment le savez-vous ? Pourquoi le
sont-ils ?

Il est vrai que, pour apporter de l'eau à votre moulin, on lit dans le journal Le Monde :

"Selon le ministère de l'intérieur kosovar, qui a demandé des certificats de naissance à son homologue italien, Gemilja (la mère) est considérée comme "sans nationalité", jusqu'à nouvel ordre."

Mais on y lit aussi que Gemilja est née en Italie. Donc, faute de nationalité elle serait, au terme du droit italien, de nationalité italienne. Et ses enfants aussi.

La France aurait donc expulsé hors de l'UE des citoyens de l'UE. Qui plus est des mineurs ! Et vous voulez que l'on ne s'indigne pas. Raté.

Vous critiquez les enfants pour absentéisme scolaire. Mais à qui la faute ? Dès lors que ces enfants résidaient sur territoire français, ils devaient être protégés, y compris contre leur parents. Pourquoi cela n'a pas été fait ? Enfants, italiens ou non, ils étaient manifestement en péril et la France n'a rien fait. Indignation.

Mais il est vrai que ces enfants ont des tronches de roms. Indignation encore plus grande !!!

Écrit par : CEDH | 20 octobre 2013

«Mais on y lit aussi que Gemilja est née en Italie. Donc, faute de nationalité elle serait, au terme du droit italien, de nationalité italienne. Et ses enfants aussi.
La France aurait donc expulsé hors de l'UE des citoyens de l'UE. Qui plus est des mineurs ! Et vous voulez que l'on ne s'indigne pas. »

C'est très très pertinent. Je pense même qu'un certain nombre de juristes ont déjà flairé le filon...

Selon vos explications provenant de ce rapport, il y a donc pas mal de choses qui semblent ne pas coller sur le plan du Droit.

C'est pas peu dire que les responsables politiques et administratifs se sont mis dans la mouise; voire carrément dans le caca. Parce que si ça se trouve, la patate chaude va encore leur revenir dans la figure.

Écrit par : petard | 21 octobre 2013

@ cedh,

Je vous ai écrit un long commentaire, et il vient de sauter...
Désolé, je recommencerai demain, mes yeux fatiguent. Mais nous ne somme pas vraiment contradictoire, je suggère l'hypothèse A, puis la B, et vous développer sur chacun; j'apprécie vos développements. Il y a en effet un laisser-aller des services sociaux en France, et des enseignants qui ont des notions étranges de l'intégration. Autant sauter l'école n'est pas de l'intégration.

Rroms ou non cette famille semble dysfonctionner, ou a simplement décidé de tirer le plus possible du système français.

Hollande aurait pu faire un discours de fond, ferme, sur les principes, dénonçant les abus et donc cette famille. Mais il aurait eu les lycéens dans la rue une semaine de plus et il a peur. Il sait qu'il n'emporte nulle part l'adhésion. Alors il ne prend pas de risque qui sortirait la gauche de ses contradictions en plaçant une ligne claire. Au lieu de cela il évite le conflit et déçoit tout le monde. Il n'a pas voulu faire du Sarkozy. Du coup il ne fait rien. Mais on peut se demander aujourd'hui si le discours de Sarkozy à l'époque sur les Rroms n'était au fond pas bien plus qu'un dérivatif, bien plus que fabriquer un bouc émissaire. Il avait peut-être mieux vu le problème de la mauvaise intégration de certains Rroms. Il avait peut-être vu d'autres "Dirani" et en connaissait le risque. Le moindre était de vivre sur l'Etat sans travailler. Cela peut arriver pour raisons de maladie, des raisons assez graves. Mais l'humain doit tenter de se relever, l'humain doit se reprendre. Un autre risque est que des enfants mal scolarisés n'auront pas d'emplois satisfaisants et pourraiuent mal tourner. La gauche a très peur des mots, ils sont comme des propriété privées en France. Elle n'ose plus d'audace alors elle développe le Care. Mais le Care ne peut faire la ligne politique d'un pays. Les carences des services français doivent aussi être invoquées.

Des français se sont indignés au nom du bouillon sentimental et du Care.

Au fond, ce n'est pas tant l'indignation qui est prise en faux, c'est l'objet sur lequel elle se porte sans plus de réflexion. Il y a un pattern, plus qu'une mode qui veut qu'une réaction émotionnelle collective est sincère si elle est immédiate. Moi je pense que l'immédiateté peut nous laisser parfois stupide. Il n'y a pas de règle absolue. Mais quand l'indignation devient pavlovienne, elle est morte et n'a plus de sens.

Écrit par : hommelibre | 21 octobre 2013

"La France aurait donc expulsé hors de l'UE des citoyens de l'UE. Qui plus est des mineurs !"
CEDH: Vous avez la preuve que la famille est italienne? Vous savez plus que les ministres du Kosovar et de l'Italie? Le père prétendait être kosovar, sans doute pour obtenir de l'aide des services sociaux et peut-être la nationalité française? Il présentait peut-être des papiers falsifiés aux autorités françaises.

"Vous critiquez les enfants pour absentéisme scolaire. Mais à qui la faute ? Dès lors que ces enfants résidaient sur territoire français, ils devaient être protégés, y compris contre leur parents."
Protéger les enfants contre les absences, mettre les parents en prison pour cause d'absence de leur enfant? Vous fabulez, j'espère.

Mais voilà que l'Etat français a décidé que trop, c'est trop et qu'il faut les expulser parce qu'ils ne font aucun effort alors qu'ils vivent de l'aide sociale et du vol. Mais ça vous déplaît aussi !

"Enfants, italiens ou non, ils étaient manifestement en péril" Vous avez raison, des dizaines de millions de personnes en Italie et au Kosovar prouvent qu'on est en péril dans ces pays.
Arrêtez votre cirque, vous êtes in indigné particulièrement indigne.

Écrit par : benpal | 21 octobre 2013

Commentaires très intéressants. Je détruis mes papiers. Je peux même m'inventer un nom. Je deviens "apatride". Je viens en France. Je fais un enfant. Il est Français automatiquement. Pratique. En fait ils ont déclaré être kosovars. S'ils ont menti et ils ont menti en outre sur plusieurs points, c'est une expulsion parfaitement justifiée.

Écrit par : Olivier | 21 octobre 2013

Maintenant ils se tapent dessus là-bas… avec l'ex-mari de la dame d'il y a 25 ans…
Ah! la dame a 41 ans… -25 ans… elle était mariée à 16…

Un peu de patience, la môme va bientôt être "placée" et trouver son bonheur.

Écrit par : petard | 21 octobre 2013

@Hommelibre Parlons du mensonge.Nul besoin d'être Kosowar ou Rom voire curé ou ange après trente ans de mariage pour appâter l'élu ou ue de son cœur combien de mensonges sont-ils découverts hummmmmm? rire
Quand aux politiciens on ne peut même plus les compter sur les doigts/leurs fausses belles paroles car une fois qu'ils ont pris place sur leur saint siège communal si tempête cyclonique il y a cherchez pas l'origine car à trop parler ,promettre dans le vent c'est eux les responsables et non le comportement des humains ouvriers
Quand aux politiciens ayant mis à l'index cette famille ,ils oublient qu'ils ont été élus justement pour leur don de guignol et c'est la révélation d'un ancien politicien qui ajoute à chaque fois ,mais cessez de mettre ces gens sur un piédestal et vous vous porterez nettement mieux

Écrit par : lovsmeralda | 21 octobre 2013

...non Olivier, il n'y a pas de droit du sol en France lorsqu'on y naît, contrairement à la légende urbaine.
@Benpal: "enfants en péril" se réfère au parents, pas au pays.

Écrit par : mouais | 21 octobre 2013

@ mouais : Dans le cas évoqué d'apatrides, si.
http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F3084.xhtml

Écrit par : Olivier | 21 octobre 2013

"Il n'est pire menteur que l'homme indigné", disait un philosophe dont j'ai oublié le nom....

Écrit par : pat | 21 octobre 2013

«La gauche a très peur des mots, ils sont comme des propriété privées en France. Elle n'ose plus d'audace alors elle développe le Care. Mais le Care ne peut faire la ligne politique d'un pays.»

Elle a tellement peur des mots qu'elle les a coloriés, en rouge pour certains, comme "préjugé" et "stigmatisation". Et des lignes de cette couleur à ne pas franchir dans le cadre de la pensée. On se devrait donc, de réfléchir, de raisonner "castré" en étant habité de ce troisième genre pour entrer dans le saint moule de la bien-pensance politiquement correcte. Ben non !
Parce qu'Iil n'y a pas davantage de faux que de vrai dans un préjugé. Si ni vrai ni faux, donc questionnement. Et le questionnement est l'ingrédient de base du doute, du sens.
Prenons le cas de ces Roms, l'image que l'on nous renvoie est désastreuse. Comment ne pas être tenté de les mettre tous dans le même sac, dans le mesure où ces cas sont répétitifs à souhait.
En science statistique on fait bien la même chose, l'on dégage des majorités, des minorités et tendances pour permettre une vision...
Ici, on ne veut rien voir on cache, on dissimule, on pousse la poussière sous le tapis.
Il y a au moins une question: comment au XXIe siècle, composer avec des populations prisonnières de leurs acquis ancestraux?
Du côté de l'UE, on accepte des budgets de développement, on balance du fric à gogo tout azimut et on pense que tout est OK. Non c'est pas comme-ça. Tous ceux qui sont revenus de leurs expériences sur le terrain (scientifiques, chercheurs) disent la même chose, c'est pas comme-ça... mais on ne les écoute pas... ce ne sont pas des politiques, donc ils ne savent pas.

Écrit par : petard | 21 octobre 2013

ces soutiens à la famille dibrani s'achétent une honorabilité d'anti-raciste par ce type d'actions oui mais au frais du contribuable.

Écrit par : leclercq | 31 octobre 2013

Les commentaires sont fermés.