15 octobre 2013

Lettre à une salope

Madame,
ou Mademoiselle,

C’est vous, peut-être, que j’ai vue de loin dans les rues froides un après-midi d’octobre. Vous portiez une pancarte, je crois. Ou peut-être étiez-vous habillée très légèrement dans la fraîcheur d’automne.


slutwalk,féminisme,marche salopes,habits,viol,rihanna,fausse accusation,hommes,femmes,sexy,sexualité,Vous défiliez avec des slut, des salopes. Vous manifestiez contre le viol, à cause d’une phrase d’un policier canadien. J’ai dit ailleurs ce que cette phrase a soulevé comme malentendu. Je soupçonne même vos organisatrices d’avoir sciemment déformé les propos de ce policier. Mais laissons cela et venons-en à l’essentiel.

Vous demandez que dans le viol l’agresseur soit le coupable et non la victime. Je suis d’accord avec vous. C’est on ne peut plus légitime. Il faut poser en préalable que le viol est un crime grave et rien n’oblige à le commettre. Même pas l’habit éventuellement très sexy d’une dame.

Mais, le préalable étant posé, je désire vous faire part de ceci. L’habit n’est pas innocent. Vous le savez. Vous le savez infiniment mieux que les hommes, puisque vous choisissez votre parure selon l’occasion et l’intention. Vous savez, d’instinct ou par observation, ce qui attire l’homme et ce qui le laisse indifférent. D’ailleurs dans le défilé où vous étiez samedi, plusieurs femmes avaient revêtu des tenues très minimalistes. C’est parce que vous savez qu’elles suggèrent en général plus le désir ou la sexualité qu’une salopette avec doudoune.

La liberté vestimentaire et le droit à la sécurité n’excluent pas d’avoir les idées en place. Je ne sais pas qui vous a éduquées, ni même si vous l’êtes, mais cette revendication d’aller dans les rues habillées en effeuilleuse genre Rihanna (qui a bien compris comment les choses marchent, elle) sans que les hommes bronchent me semble soit déraisonnable soit tyrannique. On voudrait castrer les hommes on ne s'y prendrait pas autrement. Je ne suis pas contre la liberté sexuelle, mais alors assumez que les hommes en soient aussi et vous sollicitent - c’est leur rôle historique. L’égalité n’est pas l’indifférenciation, sauf chez les irresponsables.

Cet habillement crée un malaise. Vous allez me dire que chacun s’habille comme il l’entendslutwalk,féminisme,marche salopes,habits,viol,rihanna,fausse accusation,hommes,femmes,sexy,sexualité, et doit être respecté pour cela. Certes. Mais enfin, l’habillement de certaines est dans la droite ligne des parues de strip-tease ou de prostitution. Revendiquez-vous la culture porno? Car c’est cela que vous mettez en valeur sans vous en rendre compte. Ces habits ne sont pas le fruit du hasard. Ils attisent le feu de l’homme, que vous le vouliez ou non. Je ne juge pas, je constate. Est-ce bien honnête de votre part de le provoquer ainsi, érotiquement, et de ne rien donner? Est-ce l’expression de la domination sexuelle féminine? Iriez-vous habillée ainsi, seule, la nuit, dans une rue où déambulent des hommes ivres à la recherche de prostituées? Et si vous aviez l’audace ou la folie de le faire, seriez-vous étonnée de recevoir des propositions éventuellement lourdes?

Ah, la lourdeur. Je sais combien certains hommes sont parfois pesants. Moi qui ne saurais siffler une femme dans la rue sans courir me cacher à dix kilomètres, je reste étonné de certains comportements. Je comprends que cela puisse vous importuner. Moi-même, quand une femme me regarde avec insistance, je suis mal à l’aise. Question de culture ou de nature? Au fait ne trouvez-vous pas surprenant que les femmes sexy soient vénérées et que les hommes qui sollicitent soient vite traités de cochons? N’avez-vous pas encore débusqué ce stéréotype misandre?

Les humains sont ainsi fait qu’ils se cherchent, se regardent, se hument parfois, et souhaitent éventuellement copuler. C’est la nature, et la culture ou l’éducation ne la suppriment pas: elles ne font que l’atténuer. Je sais que bien des féministes voudraient supprimer la nature, telles celles qui prônent le sexe sans la pénétration. Excellente contraception, mais l’homme n’y a pas son compte, et bien des femmes non plus, qui aiment sentir le désir et le mouvement de l’homme en elles. C’est magique. Si ce n’est pas aussi fort que l’orgasme clitoridien, cela contribue à faire monter le feu et à chavirer. Ou telle aussi celle qui défile avec une pancarte où il est écrit: «Je veux marcher sans me faire mater».

slutwalk,féminisme,marche salopes,habits,viol,rihanna,fausse accusation,hommes,femmes,sexy,sexualité,Malheureusement, je crains que ceci ne soit qu’un vœu pieu. Les hommes regardent les femmes et inversement. Il semblerait même que cela soit normal. Alors, si vous la rencontrez, dites-lui qu’à moins de vivre dans une société totalement paranoïaque, ou composée de femmes uniquement (et encore... les lesbiennes sont parfois de rudes chasseuses), ou d’émasculer tout les hommes, physiquement ou moralement en leur imposant une sorte de burqa puritaine et misandre, il faudra qu’elle s’habitue à être regardée et à trouver ses parades. La vie est ainsi. Mais je veux bien enseigner aux hommes comment regarder une femme sans qu’elle s’en aperçoive.

Le rejet de l'homme et la volonté de le castrer moralement est parfois bien réelle. Je sais dans quels délires certaines vous entraînent pour laisser entendre que tout est permis et combien le mâle blanc est mal-aimé. Par exemple la féministe Marie-Hélène Bourcier: «On ne pourra altérer une identité et une culture hégémonique qui est à la fois raciste, euro-centrée et straight – y compris chez les homos qui revendiquent le droit au mariage !» (in «Les Féminismes en Question : Eléments pour une Cartographie», Editions Amsterdam, 2005). Ou encore, de la même: «Pour que les femmes et notamment les féministes cessent d’être de tradition technophobe (la technique aux hommes, la nature aux femmes). Pour casser la notion de nature.» Vous avez donc quelques excuses à croire que l’on peut montrer ses seins ou ses fesses sans que les hommes ne réagissent.

Cependant je vous le redis: le viol n’est pas excusable. En aucune façon. C’est un crime grave, comme peut l’être une fausse accusation. Vous comprendrez donc qu’un juge enquête et vérifie avant d’emprisonner un éventuel innocent, et ne croie pas sur parole. Il y a assez d’exemples de mensonges dans ce domaine pour garder raison et ne pas succomber à la seule émotion.

Enfin, j’espère ne pas vous rencontrer en ville, seule, habillée comme Rihanna: je n’aime pas le jeu de pouvoir consistant à exciter sans donner. Si vous pensez donc que tout vous est permis, je me permets de vous démentir. D’ailleurs, moi-même je ne me permets pas de sortir n’importe comment n’importe où. Les humains étant comme ils sont le souci de sa propre sécurité en est une raison suffisante. Nous ne sommes pas au pays des bisounours.

Veuillez agréer, Madame, ou Mademoiselle (j’aime les deux mots), mes amicales pensées.

 

Images: Slutwalk Londres, Rihanna, Miley Cyrrus.


Commentaires

Vous commencez sérieusement à tous nous faire chier, HL, même si bien sûr vous avez un peu raison. La question est très, très mal posée, et c'est ça le blème.
Dès que l'on rationalise l'érotisme, comme vous voulez le faire, il n'y a plus d'érotisme. Peut-être que l'homosexualité n'a une réalité que parce que c'est interdit. Les peuples les plus érotomanes et homosexuels, ce sont les peuples iraniens et arabes. Ces gens-là ne pensent qu'à ça, et c'est pour cela qu'ils doivent faire venir chez eux des ingénieurs occidentaux et des prolos asiatiques pour travailler. (*****) L'homosexualité y est officiellement punie de mort, mais c'est le seul pays où je me suis fait ouvertement draguer par des jeunes hommes.
Le problème des filles que vous décrivez, c'est que bientôt plus personne n'aura envie d'elles. Elles sont le juste pendant des obsédés sexuels musulmans.
Encore quelques années comme cela, il n'y aura plus que des homos en Occident. Et les femmes occidentales iront se faire sauter au Cap Skiring au Sénégal, en Tunisie, au Kénya. Ah oui, cela fait 40 ans qu'elles le font, c'est vrai...

Écrit par : Géo | 15 octobre 2013

Même à poil la nana n'aurait pas à se faire traîter de salope , de pute , ni injurier d'une autre façon .
C'est là même les causes de ces marches.

Les regards on va pas les blâmer (faut pas déconner non plus) , les sifflements de racailles on peut les maîtriser.

Mais les insultes et y voir un appel au viol simplement parce qu'on voit une paire de fesse ou simplement parce qu'elle est légèrement vêtue , là non.
Catégoriquement non.

Si le mec à un problème avec la nudité c'est à lui de se faire soigner et pas à elles de se cacher.
Ces marches de salopes Il faudrait même les encourager , les soutenir dans leur démarche .

-Pour la dignité des femmes
-Pour repérer et calmer ce genre de pourritures des rues , les empêcher de banaliser leur insultes
-Pour le plaisir des yeux , on est humain :)


Et , dire qu'on peut pas se maîtriser et tout , c'est précisément ce qu'attendent ces fem.rad. Nous faire passer pour des bêtes immondes.

Écrit par : nemotyrannus | 15 octobre 2013

J'aime ce passage:

"Je ne suis pas contre la liberté sexuelle, mais alors assumez que les hommes en soient aussi et vous sollicitent - c’est leur rôle historique."

Si les hommes étaient abordés par les femmes, ils n'auraient pas besoin de les aborder... :-))

Une solution sympathique serait que ces dames prennent l'initiative afin de ne plus être importunées..

Écrit par : Alain | 15 octobre 2013

Cher hommelibre,
Il me semble que de tous les côtés (celui des "salopes", mais aussi du vôtre), on tombe dans un amalgame assez triste: celui entre le désir et l'agression sexuelle.
Or, le viol n'est pas l'expression d'un désir pour (ou envers) l'autre, mais d'une pulsion de domination, de cruauté.
De même, je ne crois pas qu'une femme se fasse agresser sexuellement à cause de sa tenue; à mon avis, le facteur principal est plutôt sa vulnérabilité: plus elle est perçue comme "faible" par le prédateur sexuel, plus elle court le risque d'être agressée (je me réfère entre autre à l'excellente émission "Specimen" de la TSR sur le thème de la cruauté). Mon expérience personnelle vaut ce qu'elle vaut, mais je ne crois pas que le fait de me faire importuner ait jamais été corrélé avec ma tenue; avec mon âge ou mon assurance, si.
Et comme le dit très bien nemotyrannus "Les regards on va pas les blâmer (faut pas déconner non plus) , les sifflements de racailles on peut les maîtriser." Une jeune fille aura plus de peine à gérer un dragueur "lourd" (et pourra même se sentir sérieusement mal à l'aise, effrayée), alors qu'une femme plus âgée et/ou ayant plus confiance "maîtrisera" la situation.
Vous l'avez bien dit, le viol est quelque chose de terrible. C'est pourquoi il est important d'en parler. J'ai juste l'impression que personne n'en parle intelligemment.

Écrit par : Laura | 15 octobre 2013

P.S. Avouez que vous l'aimez bien Rihanna, dans le fond! :P

Écrit par : Laura | 15 octobre 2013

nemotyrannus,
Existe-t-on à travers le regard de l'autre ? Qu’est ce que la liberté ? Jusqu’où peut aller la liberté individuelle dans une société ? Qu’est ce qu'une société ?
J'imagine qu'à ces questions vous allez répondre que l'on a pas besoin du regard de l'autre pour exister, que la liberté individuelle prime sur tout dans une société et que dans le cas contraire il faut faire sauter les barrages moraux qui pourraient entraver l'accès à cette toute puissante liberté individuelle.
Car c'est de cela qu'il s'agit ici. Ce qu'il y a derrière ce mouvement féministe c'est l'idée que les femmes doivent pouvoir avoir la liberté de se mettre à poil sans que leur corps ne véhicule de désir chez le masculin, bref qu’il n’y ait plus de sexualité (puisque la sexualité est une conséquence du désir) et que cette possibilité est une nouvelle victoire sur la soumission que celles-ci subiraient de l’oppresseur masculin.
D’ailleurs il ne s'agit même pas de se mettre à poil mais plutôt de s'habiller comme des "sluts". Il y a bien ici la volonté de porter une tenue vestimentaire mettant en avant la dimension "sexuelle" que peut véhiculer le corps féminin. C’est là qu’est toute la contradiction dans l’esprit de ces « sluts » qui pensent être libérées mais qui ont une perception extrêmement pudibonde et moralisatrice du désir et de la sexualité. S’habiller sexy oui mais en niant la portée « sexuelle » et la réaction que peut avoir l’autre sexe. On est finalement très proche du jugement moral que porte la religion sur le désir et la sexualité : le sexe et le désir c’est mal.
Hier la femme au travers de son corps était désignée comme tentatrice de l'homme. Aujourd’hui on est dans l’extrême inversion : l'homme au travers du désir qu’il peut éprouver à l’égard de la féminité est désigné comme agresseur et violeur en puissance. Il faudrait donc éduquer celui-ci afin qu'il parvienne à refouler tout désir, toute attirance à la vue d'un corps de femme. On est effectivement bien dans la négation de l’autre, dans la négation du désir de l’autre que l’on voudrait annihiler.

Écrit par : steppenwolf | 15 octobre 2013

Toute la problématique réside dans le fait que les hommes bandent avec les yeux et les femmes bandent avec les oreilles.

Quand un (mon) homme me murmure des choses spéciales, cela me trouble profondément.

Quand je mets une tenue si sexy que j'en deviens bien plus désirable que si j'étais nue, un (mon) homme en est profondément troublé, de manière - disons - "extérieure" ;) si visible que cela ne m'échappe pas.

S'il tente de freiner ses pulsions, il m'avoue que ce n'est pas facile et même presque douloureux.

What else?

Écrit par : Denise Park | 15 octobre 2013

Pauvre Geo, quelque soit le sujet, il faut qu'il en mette une couche sur (ou plutôt contre) les musulmans en étant à chaque fois le plus grossier et injurieux possible. Le pire c’est qu’il le fait d’une manière pédagogique, genre vous ne savez rien, je vais vous informer. Mais bien sur !
Quant une haine est à ce point obsessionnelle, il faut aller voir un spécialiste avant de sombrer totalement (ou est-ce déjà trop tard ?).

Par rapport au sujet traité, il était certain qu’HL interpellé sur sa matière de prédilection allait réagir, dommage que son argumentaire (au demeurant pas inintéressant) soit…. comment dire ?.... sans surprise et .... prétentieux... comme d'hab.

Écrit par : Vincent | 16 octobre 2013

A mon avis, si ces manifestantes se sont habillées comme des putes pour défiler, c'était uniquement pour faire passer un message. Aucune femme raisonnable ne va revendiquer le droit de se promener en string et seins à l'air. La réalité est qu'une femme n'a aucunement besoin d'être belle et sexy pour se faire violer. Le violeur est généralement un proche de la victime et c'est plus le résultat du rapport entre le prédateur et sa victime que celui de la beauté, de la jeunesse et de l'habillement de la victime.

Écrit par : Arnica | 16 octobre 2013

@steppenwolf

"Car c'est de cela qu'il s'agit ici. Ce qu'il y a derrière ce mouvement féministe c'est l'idée que les femmes doivent pouvoir avoir la liberté de se mettre à poil sans que leur corps ne véhicule de désir chez le masculin, bref qu’il n’y ait plus de sexualité (puisque la sexualité est une conséquence du désir) et que cette possibilité est une nouvelle victoire sur la soumission que celles-ci subiraient de l’oppresseur masculin."

Non , à la base c'est de s'être fait traîter de salope par un flic à cause d'une façon de s'habiller et de rejeter toute la faute sur elle alors qu'elle avait manqué de se faire violer. C'était au Canada je crois.

Si il s'agissait de condamner le désir croyez bien que je serai le premier à les combattre mais il s'agit de condamner les excuses bidons de ceux qui voient un appel au viol dans la tenue vestimentaire ainsi que la manifestation excessive de se désir.

Elle est habillée ainsi donc elle veut du sexe/ C'est une pute/ salope . Donc on a le droit de de la toucher , etc.
Eh bien non.

D'où l'idée de s'habiller en caricature de salope pour défier et montrer qu'elles ont quand même le droit de s'habiller comme elles le veulent sans avoir à être salies à cause des interprétations de l'autre.

Parce que mettre une mini jupe n'est pas forcément un signe de provocation aux yeux de la fille , et si elle est assez gourde pour s'imaginer que tout le monde est gentil , ça ne voudra QUAND MÊME PAS DIRE que la faute est entièrement de son côté.

Si on se couvrait d'or pour traîner dans la rue , ce serait dangereux , mais si un bandit nous attaque ce serait tout de même le bandit le plus en faute.

On peut très bien reluquer sans passer à l'acte quand même.

Écrit par : nemotyrannus | 16 octobre 2013

@ Géo:

Vous donnez aussi dans le langage porno à ce que je vois. J’efface la partie de votre comm trop... lourde.

Écrit par : hommelibre | 16 octobre 2013

@ Nemotyrannus:

Le mot «salope» fait partie d’un certain langage, que personnellement je trouve difficile à supporter. Il y a cependant des femmes et des hommes qui aiment cela dans l’intimité, que cela excite, ou qui l’utilisent peut-être pour s’exorciser, pour dédramatiser.

Il signifie «femme facile, qui aime le sexe». Il a bien sûr d’autres sens, plus méchants, au féminin comme salaud au masculin: tordu, traître, etc. Ici il reste dans le registre du sexe. Il peut être dit avec une sorte de mépris ou avec une forme ras des pâquerettes de désir.

Il est quand-même plutôt dénigrant à mon avis. Il fait partie d’un langage des sexes pas vraiment romantique. Il a ses pendants masculins: traiter un homme de Don Juan n’est pas un compliment. C’est probablement le meilleur symétrique: un homme qui aime le cul met qui saute sur tout ce qui bouge. Le Don Juan est une salope! :-))

Il y a aussi dans le dénigrement du masculin des mots comme: lâche, connard, impuissant. Le phallus est parfois affublé de surnoms peu amènes: la virgule, le cerveau de l’homme, et une manière classique d’humilier les hommes est de faire des blagues minimisant leur sexe.

Comme quoi il y en a pour les deux, même si pour les hommes cela ne semble gêner personne. Cela va en faire des injures à rayer du dictionnaire! Et des plaintes au Tribunal... Il serait préférable de passer par l’éducation. Mais là, je mets ma main au feu que les marchers de salopes dans la vulgarité revendiquée (même si elle est au second degré) banalise les termes plus qu’ils n’éduquent.

Je l’ai dit: rien n’excuse le viol. Ce que je dis par rapport à l’habillement est qu’il n’est pas neutre et que certains habillements sollicitent les hommes, qui peuvent y réagir. Il n’y a pas que l’habillement, il y a aussi le physique, la démarche, le quelque chose qui fait de l’effet. Les hommes n’ont pas à nier leur propre manière d’être, qu’elle soit «naturelle» ou «culturelle».

Je ne dis pas que l’on ne peut pas se maîtriser, et l’absence de maîtrise n’est pas automatiquement un crime. Pour ce qui est des propos du policier, on sait par un témoins qu’il voulait plutôt mettre en garde que stigmatiser. Il pensait bien faire. L’affaire a été gonflée à tort. Sur ce qu’écrit Steppenwolf je suis d’accord. Il y a dans ce genre de provocation une manière de dire à l’homme que sa réaction normale d’intérêt ou de désir n’est pas reconnue ni acceptée. «On peut très bien reluquer sans passer à l'acte quand même.» Oui bien sûr, mais cela même semble stigmatisé dans ce défilé des sluts.

Écrit par : hommelibre | 16 octobre 2013

@ Alain:

Si les dames prenaient l’initiative de la rencontre, je pense que cela ne marcherait pas très fort. Les hommes ont besoin de se mettre en risque. Les femmes préfèrent la sécurité, et la sécurité c’est de laisser l’autre s’avancer à notre place.

La séduction féminine est redoutable puisqu’elle elle appelle sans prendre de risque. Les laisser s’avancer c’est aller peut-être à contre-emploi. Cela dépend des circonstances. Dans un cadre où les gens se connaissent des femmes peuvent s’avancer plus. Mais en tant qu’homme je ne suis pas intéressé par cela. J’aime les rencontre, pas la «chasse», qui que soit la personne qui chasse. Mais s’il fallait attribuer un rôle de manière prévalente je maintiendrais le côté initiative davantage chez l’homme. Son sexe est fait d’abord pour chercher plus que pour recevoir l’autre. Cela se nuance et se complexifie bien sûr mais il y a je crois un basic sur ce point. Tout n’est pas que culturel.

Si une femme me séduit elle prend l’initiative, mais me laisse finir le chemin. Si elle fait tout le chemin je n’y trouve pas mon compte. Je ne crois pas que les rôles sexués se sont construits uniquement pour emm... les gens. Ils ont du sens, même si l’époque voudrait le nier.

Écrit par : hommelibre | 16 octobre 2013

@ Laura:

L’amalgame est fait par l’habillement. Même si c’est une provocation, il est significatif d’un mode de relation qui pour autant n’est pas criminel en soi.

L’amalgame est aussi d’associer tout comportement masculin avec le viol. Le seul homme bien serait-il celui qui rase les murs?

Il faut aussi rappeler qu’en Suisse par exemple en 2011 il y a eu 77 condamnations pour viol. Cela représente environ 0,0027% de la population masculine de plus de 18 ans. On peut dire que tous les viols ne sont pas dénoncés, mais tout autre chiffre est difficile à valider, surtout dans le discours féministe actuel.

La définition même du viol que vous propose: «pulsion de domination, de cruauté», est elle-même directement inspirée de la notion de domination masculine, mythe moderne misandre. Les viols par des violeurs en série, comme il en existe quelques-uns par année en Europe, sont le reflets de cerveaux malades. Il faudrait analyser les choses en profondeur pour y voir plus clair. Le non-consentement devrait suffire pour ce qui est du pénal mais culturellement il est de bon ton que l’homme insiste.

Avez-vous lu le petit sondage effectué à Genève par les manifestantes? Il a été réaliser lors du défilé... Cela laisse déjà un gros éclat de rire sur sa fiabilité. Le voici, tel qu’il a été diffusé par la Tribune de Genève (qui nous avait habitués à plus de sérieux):

«(Sur 127 réponses) Il en ressort que 83% des sondé-e-s ont vécu du harcèlement de rue, 54% ont subi des attouchements, 30% un viol, 25% un cas de harcèlement au travail et 21% de l'homophobie, de la part de personnes connues ou inconnues.

Cela fera désormais référence, on a l’habitude. En tous cas 83% des hommes seraient des harceleurs. Ben tiens, voilà une bonne nouvelle pour les futures demandes de subventions.

Si l’on parle peu du viol, comme d’ailleurs de la violence conjugale, c’est entre autres parce que ce crime ne touche qu’une fraction infinitésimale de la population. Si une femme sur trois était voilée, ou une sur deux battue, cela ferait l’objet de discussion à longueur d’année.

Difficile donc de parler objectivement du viol dans le cadre d’une manif victimaire.

Pour Rihanna, c’est du visuel, mais ce n’est pas ma tasse de thé, même musicalement, et ces comportements de stars qui surfent sur le cul ne me font pas envie. L’excitation-frustration, non. Rihanna illustre très bien le double langage et l'ambiguïté actuels.

Écrit par : hommelibre | 16 octobre 2013

@ Steppenwolf:

D’accord avec vous, c’est ce que je veux dire: mettre en avant la dimension érotique, forcer le trait par l’habillement, sans que l’homme ne soit reconnu dans ses réactions normales.


@ Denise:

Ok avec vous. Cela fait partie du jeu normal des relations. J’aime assez cette distinction visuel/auditif. J’y souscris en partie. Beaucoup d'hommes voient plus qu’il n’entendent et la pornographie ou l'érotisme pour hommes sont d'abord visuels, alors que beaucoup de femmes aiment ce qui se dégage des mots et de la personnalité. Mais il y en a aussi pas mal qui aiment le visuel.


@ Vincent:

De quelle réaction parlez-vous? Je n’ai pas envoyé de comm avant ce midi.

Écrit par : hommelibre | 16 octobre 2013

@ Nemotzyrannus:

Ci-dessous un extrait des "Aventures du jeune Don Juan" de Apollinaire, auteur célèbre pour ses poèmes non -érotiques. L'époque était plus drôle que maintenant et le langage cru ne faisait pas procès public dans la rue...


"Le Paysan. – J'étais une fois avec la vieille Rosalie, dans le grenier à foin. J'ai commencé à bander et j'ai dit « Rosalie, y a-t-il longtemps que tu n'as plus eu d'homme ? » Elle me dit : « Ah salaud ! C'est-y-bien Dieu possible ? Il y a au moins quarante ans. Et je n'en veux plus aucun. J'ai déjà soixante ans d'âge. » Je lui réplique : « Va, Rosalie, je voudrais bien voir, une fois, une femme nue ; déshabille-toi. » Elle dit : « Non, je n'ai pas confiance, le diable pourrait venir. » Alors j'ai dit : « La dernière fois que tu l'as fait il n'est pas venu. » Alors j'ai tiré l'échelle de façon à ce que personne ne puisse monter. J'ai tiré mon membre et le lui ai montré. Elle l'a regardée et m'a dit : « Il est encore plus gros que celui de mon salaud de Jean. » Je lui dis : « Rosalie, maintenant, il faut me faire voir ton con. » Elle n'a rien voulu me montrer, mais je lui ai relevé les jupes par-dessus la tête et je l'ai bien regardée...
Le Confesseur. – Allons, la suite, qu'est-ce qui est arrivé ?
Le Paysan. – Elle avait une grande fente au bas du ventre. C'était violet comme une quetche tardive et au-dessus, il y avait un buisson de poils gris.
Le Confesseur. – Je ne te demande pas cela ; qu'as-tu fait ?
Le Paysan. – J'ai fourré ma saucisse dans sa fente jusqu'aux couilles qui n'ont pas pu y entrer. Dès que je fus dedans, Rosalie a commencé à remuer son ventre en avant et en arrière et m'a crié : « Prends-moi sous le cul, cochon ! Mets-y les mains et remue-toi comme moi. » Alors nous avons remué tous les deux, si bien que j'ai commencé à avoir chaud, et que la Rosalie s'est tellement trémoussée que, sauf votre respect, elle a déchargé cinq ou six fois. Alors, j'ai déchargé une fois, sauf respect. Alors la Rosalie s'est mise à crier :
« Cochon, serre-moi fort, ça vient, ça vient, ! » et c'est venu aussi une nouvelle fois pour moi. Mais on l'a renvoyée parce qu'une fille de l'étable nous avait entendus et avait tout raconté. Et c'est pour cela aussi que je n'ai pas envie de courir après les jeunes garces. "

Écrit par : hommelibre | 16 octobre 2013

Je suis bien d'accord mais cette fois je n'ai pas du tout l'impression que ce soit le désir masculin lui même qui soit visé.
À moins de voir comme réaction normale du sexe masculin les sifflets , insultes , et agressions .
Mais vous dites vous même que ce n'est pas le cas.

En fait j'ai même l'impression que c'est particulièrement ciblé sur les types agressifs ces marches.
Pas forcément les dragues maladroites.

Si vous pouvez me dire en quoi il en est fait une généralité ou que ça stigmatise le désir masculin en général je pourrais changer d'avis mais là , je ne vois pas.

Ce n'est tout de même pas la même chose que l'on peut voir sur certains blogs (attention ça fait mal)
http://www.feministes-radicales.org/2013/08/06/le-vagin-nest-pas-un-organe-sexuel-pas-plus-que-lanus-ou-la-bouche/

Écrit par : nemotyrannus | 16 octobre 2013

@ homme libre

Je parlais avec ironie. Il ya dans le féminisme une obnubilation de l'égalité allant jusqu'à l'abolition du mademoiselle, mais la démarche de séduction (l'homme propose, la femme dispose) n'est jamais remise en question. Ce n'est jamais considéré comme du sexisme ou une construction sociale aliénante visant à l'opression de la femme. C'est l'égalité à géométrie variable lorsqu'il s'agit de ses avantages.
Pour la marche des salopes, il faut aussi relativiser, 200 persones...elles et ils sont souvent jeunes, le besoin de défendre un idéal est important à cet âge et c'est une belle chose.
Par contre je trouve qu'il y a beaucoup d'ambiguité dans le mode opératoire. Se draper conjointement du manteau de la victime et de la salope envoie un double message, c'est un paradoxe de communication. Si le message est confus, c'est que l'émetteur l'est aussi, à moins que celà ne soit voulu et vise à mettre en marche la sempiternelle (im)posture victimiste permettant d'obtenir toujours plus.

Écrit par : Alain | 16 octobre 2013

On est encore en pleine incohérence féminine et superficialité non assumée. Plus j'en apprend sur le féminisme, plus je commence sincèrement à devenir macho au moins un peu, ne serait-ce que dans mon propre intérêt face à cette misandrie. Bien des femmes me paraissent tellement bêtes et méchantes... à cause de ce féminisme.

Le fond du problème c'est pourquoi des femmes à la mentalité de porteuses de burqa s'habillent-elles en chaudasses? serait-ce encore cette volonté d'être complet-équilibré-tout à la fois et en fait rien du tout de valable?

Pour être honnête, je n'ai jamais vu pour de vrai des situations de dragues très lourdes et méprisantes tels qu'elles sont souvent décrites. Par contre, pour qui connait bien les hommes, sait que pour certains d'entre eux (en fait le pendant masculin des femmes aguicheuses habituelles), une grivoiserie taquine (surtout dans la tradition de notre pays pas puritain la France parait-il..) constitue une sorte de jeu. Ca fait partie des rapports "amoureux", ça émoustille ce genre de femmes, elles ne s'en vexent pas, au contraire. Elles trouvent dans ce genre de relation du relief, loin des bla bla fades et convenus des toutous qui vont leur réciter leur leçon.

Encore une fois le problème vient du décalage trop grand avec des femmes qui adoptent des tenues qui ne leur correspondent pas du tout, et qui après ne savent pas gérer les situations qui en résultent (sifflets, sollicitations, boutades etc.). Une tenue provocante appelle à une réaction, c'est évident (en tous cas pour un esprit cohérent).

Écrit par : Didier | 16 octobre 2013

Ben, moi ces dames déguisées en "salopes" qui font dans le militantisme, ça me laisse froid. Tout comme les vraies "salopes" équipées ad hoc qui promettent la totale en faisant de la "publicité mensongère"...

Heureusement, qu'il y a encore en majorité des dames et des hommes "normaux" qui vivent leurs désirs en parfaite intelligence.

Mais pour ceux qui ont quelques soucis côté douceur, je propose le remède suivant: Deux à trois verres d'Yquem bien frais avec deux rondelles de foie gras au torchon... puis dodo.

Écrit par : petard | 16 octobre 2013

@ Nemotyrannus:

J'aimerais comme vous que ce ne soit ciblé que sur les types agressifs. Mais les panneaux qu'elles transportent ne font pas dans la nuance, et leur "sondage" amalgame tout. D'expérience je ne crois pas qu'une quelconque féministe n'ait en vue l'ensemble du sexe masculin dans sa ligne de mire. Avez-vous remarqué comme l'idée de "domination masculine" est presque devenue banale?

Écrit par : hommelibre | 16 octobre 2013

@ Alain:

Vous me rassurez... :-)

Bien vu votre commentaire: "mais la démarche de séduction (l'homme propose, la femme dispose) n'est jamais remise en question." Si cette réalité changeait, le victimisme n'aurait plus lieu d'être.

Sur le double message, c'est aussi mon avis, et si parfois les doubles messages sont efficaces, ici l'outrance est telle, la tension entre les extrêmes du message, qu'il devient illisible sauf à y voir une accusation de plus contre une partie de l'humanité dont le volume est démesuré (voir les % de leur "sondage").

Écrit par : hommelibre | 16 octobre 2013

@ Didier:

"Pour être honnête, je n'ai jamais vu pour de vrai des situations de dragues très lourdes et méprisantes tels qu'elles sont souvent décrites. "

Je les ai vues parfois, le soir tard dans certains bistrots remplis d'hommes imbibés. Mais dans les rues, je n'entends quasiment jamais un homme siffler une femme, je ne les vois pas mettre la main aux fesses. Alors, en effet, où sont ces hordes supposées d'agresseurs?

Je ne crois plus les chiffres donnés par les féministes, sorte de rengaines aux variations multiples mais au thème unique et univoque.

Écrit par : hommelibre | 16 octobre 2013

@ Pétard:

"Heureusement, qu'il y a encore en majorité des dames et des hommes "normaux" qui vivent leurs désirs en parfaite intelligence."

Oui, bien d'accord avec vous.

Écrit par : hommelibre | 16 octobre 2013

Je tiens tous de même a signalé que l’indifférence d'un homme envers une femme est assurément un des plus grand pouvoir de l'homme.
Les femmes s'habillent d'une certaine manière pour provoqués certaines réactions (attirer l'attention, être aborder, être désirer etc etc), être indifférent peut être une réponse.

Écrit par : der | 16 octobre 2013

Bonjour,
Permettez moi de reprendre certaines de vos lignes : "je soupçonne même vos organisatrices d’avoir sciemment déformé les propos de ce policier."
En avez vous la preuve ? Et pourquoi donc ces assertions se révèleraient-elles fausses et mensongères?
deuxièmement: "Ces habits ne sont pas le fruit du hasard. Ils attisent le feu de l’homme, que vous le vouliez ou non. Je ne juge pas, je constate. Est-ce bien honnête de votre part de le provoquer ainsi, érotiquement, et de ne rien donner? " Vous ne faites qu'alimenter le cliché selon lequel, une femme victime de viol serait responsable car .. elle l'aurait bien cherché. Vous oubliez une chose, que n'importe quelle femme, vêtue de façon légère ou non, est susceptible de subir une agression sexuelle, quel que soit son physique, son âge, et sa tenue vestimentaire.
C'est aux hommes de se contenir effectivement. Si dans un mouvement masochiste, je vous demande de me cogner sévèrement parce que j'aime ça... allez vous m'en flanquer une ?
Même principe.
Concernant la castration de l'homme.. il s'agit de paranoïa... je dirais même mieux, de projection paranoiaque.
Moi je vois que ce sont les femmes qui actuellement sont castrées et dissuadées d'utiliser leur force masculine. Elles le sont même castrées via une diminution dans le champ social, dévalorisation du féminin, salaires inégaux, invisibilité sociale, tant dans le milieu sportif que politique,violences sexuelles, injures et intimidation. Tout pour "écraser" ne pas rendre visible. Si ce n'est pas de la castration "mortifère" je ne vois pas ce que c'est d'autre.
"L’égalité n’est pas l’indifférenciation, sauf chez les irresponsables."
Effectivement... Il y a 7 milliards de différences, autant entre deux hommes et deux femmes, qu'entre un homme et une femme. Nous sommes tous unique, avec une valence plus ou moins masculine, fonction de notre personnalité.
"C’est un crime grave, comme peut l’être une fausse accusation." Difficile d'admettre pour vous que toutes ces plaintes dans la majeure partie des cas sont réelles. On est pas loin de la stupidité masculiniste du SAP syndrome d'aliénation parentale... qui d'ailleurs n'a jamais été admise dans le DSM...

Écrit par : nemo76 | 29 octobre 2013

nemo76,

Voilà beaucoup de phrases pour valider un mouvement sciemment vulgaire qui généralise, comme vous le faîte.
En dehors de ces blablas, j'admet volontiers, que des secteurs du travail procèdent à travail égale des salaires différents et que c'est un problème.

A part cela, les femmes seraient des hommes comme les autres ? Soit qu'elles adoptent aussi cette dignité de ne pas constamment se faire passer pour une victime, comme de vrais mecs alors.

Je n'ai jamais vu d'homme défiler déshabillés pour faire passer le message qu'ils ne sont pas justes des objets de projections de toutes catégories. Pourtant mon expérience me dit qu'ils le pourraient sans autres ...

Écrit par : aoki | 29 octobre 2013

@ aoki

"j'admet volontiers, que des secteurs du travail procèdent à travail égale des salaires différents et que c'est un problème."

faux les chercheuses INSEE écrivent elles mêmes que le probléme n'est visiblement pas dans la dicrimination, mais dans la ségrégation.

Écrit par : leclercq | 29 octobre 2013

"Soit qu'elles adoptent aussi cette dignité de ne pas constamment se faire passer pour une victime, comme de vrais mecs alors."

J'espère que vous plaisantez. Les masculinistes de votre genre, etes les premiers à pleurnicher dès que quelque chose n'abonde pas dans votre sens. En bon manipulateur que vous êtes, des que quelque chose remets en cause votre domination... ca cours grimper sur des grues, ca invente des théories fumeuses sur l'aliénation parentale ca réclame le droit des pères (qui à la base est une revendication saine et légitime) mais derrière laquelle les manipulateurs de votre espèce se cachent pour haïr les femmes et détruire des enfants en toute impunité.
Votre réflexion est digne d'un enfant de 5 ans. Il y a également des hommes (de bonne foi) qui souffrent, que la vie a blessé... vous allez répondre quoi ? qu'ils ne viennent pas victimiser comme des femmes ? La souffrance n'épargne personne, elle touche les deux sexes. Et vous ne faites que renforcer comme un idiot l'idée selon laquelle un homme, lorsqu'il souffre ne devrait montrer ses faiblesses.. pour après (je vous vois venir) dans votre grande contradiction venir dire que les hommes souffrent aussi, et que nia nia personne ne les aide.(que c'est du sexisme misandre, que vous revendiquez vous même sans vous en rendre compte...) C'est votre discours qui est également responsable de l'inhibition que présentent certains hommes à venir demander de l'aide aux thérapeutes ou autre personnel soignant en cas de difficultés.(puisqu'il leur est interdit de se victimiser, en tant que "vrais mecs") Se victimiser est humain. Et si les femmes se plaignent, c'est parce qu'elles subissent une oppression systémique spécifique qui épargne généralement les hommes. C'est donc justifié et légitime. Au passage allez faire soigner votre syndrome d'inversion.

Écrit par : nemo76 | 29 octobre 2013

N'importe quoi, c'est le contraire les féministes de votre genre, cherchent le moindre prétexte pour trouver un truc qui aillent dans leurs sens, nous revendiquons juste plus de droits pour les hommes et nous ne nous considérons pas tous masculinistes, si une femme s'habille mini-jupes, c'est une pute, point barre et elle est responsable, vous n'êtes pas dans la tête des hommes, vous n'avez pas a contrôler leurs mentalité ou ce qu'ils font c'est du totalitarisme, donc les femmes sont libres de faire ce qu'elles veulent et les hommes non? on voit bien la le néo-nazisme totalitaire féminin. La femme ne doit pas s'habille n'importe comment, ni l'homme, si la femme s'habille sexy, il y a aussi des conséquences aux actes, je ne peut pas faire n'importe quoi sans conséquences, donc assumez les conséquences, bien sur qu'il y a d'autres raison au viols, mais s'habiller de cette manière est une incitation au viol que ça vous plaise ou pasn votre fascisme féministe est insupportable, les hommes n'aurait plus le droit d'exister en fait? et les hommes, ont-ils le droit de se balader a poil? Non, bon, ben, alors, tout simplement parce qu'ils ne sont pas assez con pour se foutre a poil au nous de leurs pseudos-causes, je ne parle pas des femmes mais des féministes. Donc si je vous suis, tout le monde devrait pouvoir s'habiller avec des tenue sado-maso et a poil sans que n'excite personne, c'est comme si une personne aller provoquer et insiter au meurtre, et vous viendrez vous étonnez que quelqu'un le tue; bien sur que l'homme est responsable et doit allé en prison, mais la femme aussi l'est par provocation et trouble a l'ordre public vous pas déconnez. Donc fermez la espèce de dégénéré ultra aggressif misandre et fasciste intégrale

Écrit par : magiepaien | 02 novembre 2013

Ha bon je suis dominateur ? Je hais les femmes ?
Merci de ne pas généralisé systématiquement à ce point, parce que là, on dirait que vous me connaissez dans tous mes réflexes personnels simplement parce que j'ai écrit un commentaire qui n'allait pas dans votre sens.
Vous êtes un peu grave

Etre digne ne veut pas dire nier ses blessures et je n'empêche personne d'aller chercher de l'aide chez un thérapeute, d'autant plus que j'en fais mon métier. Vous tombez mal.
Au passage capitaine nemo allez soigner votre hystérie qui sombre dans des profondeurs abyssales.

Écrit par : aoki | 29 octobre 2013

Nemo,

Je vois que l'on vous enseigne maintenant le catéchisme anti-masculiniste? Pfff... Bon, d'abord ici il y a des hommes, qui ne se collent pas d'étiquette masculiniste, pour ma part je n'ai pas besoin grégaire du troupeau pour me sentir fort, je me sens fort seul autant. Donc posez vos remarques si vous le voulez mais pas la peine de balancer comme vous le faites pour vous convaincre vous seulement. Si au moins il y avait une vraie colère chez vous. Mais non, il n'y a que la voix du nanti à qui l'on retire son os doré.

J'ai essayé de répondre à vos arguments, mais les rares que vous avez mis sont si compacts et mélangés que la seule réponse qui n'est possible c'est de parler de vous.

Écrit par : hommelibre | 30 octobre 2013

A aoki: je ne savais pas que chez mac donald ils distribuaient des diplômes de psychothérapeute.
Sinon, vos compétences orthographiques et rédactionnelles laissent fortement à désirer.
Homme libre : "je vois que l'on vous enseigne maintenant le catéchisme anti masculiniste". En fait, il se trouve que j'ai une personnalité, et que personne ne m'a enseigné quoi que ce soit, je suis allée chercher l'information de par moi même et j'y trouve mon compte.

"Donc posez vos remarques si vous le voulez mais pas la peine de balancer comme vous le faites pour vous convaincre vous seulement. Si au moins il y avait une vraie colère chez vous. Mais non, il n'y a que la voix du nanti à qui l'on retire son os doré."
Vous êtes très lucide vous concernant.
En fait vous parlez de vous même .. mécanisme typique de projection (pour aoki qui se dit thérapeute) il devrait en connaître en rayon. En fait, il s'agit de votre besoin à vous, de vous auto persuader, et de parler simplement pour convaincre, et avoir raison. Si seulement chez vous il pouvait y avoir une véritable colère, mais non vous ne faites que balancer les choses pour vous auto-persuader...
"'

Écrit par : nemo76 | 02 novembre 2013

Vous avez lu deux trois trucs et vous pensez avoir tout compris. La réalité est que vous vous comportez comme un roquet qui aboie.
Il serait temps que vous appreniez à vivre avec les autres sans les agresser.

Parce que là, on a même pas envie de vous lire

PS: Concernant les projections, je confirme ! Vous en tenez une sacrée couche

Écrit par : aoki | 02 novembre 2013

"Vous avez lu deux trois trucs et vous pensez avoir tout compris"

C'est peut-être (surement) vous qui avez du lire, (projection... encore !) 2 ou 3 choses en pensant avoir tout compris.

Il ne me semble pas qu'à un moment ou un autre je vous ai agressé. Et s'il vous a semblé que je vous agressais, vous l'avez interprété de cette façon.

Maintenant pour répondre à magiepaien, très démonstratif dans son agressivité dont par ailleurs il m'accuse, je répondrais en reprenant l'argument précédemment cité: si je suis masochiste et que je vous demande de me gifler, si vous possédez un bon sens moral, vous n'allez pas le faire. Si on vous dit de sauter d'un pont, allez vous le faire ? J'ose espérer que non.
Pour reprendre : "N'importe quoi, c'est le contraire les féministes de votre genre, cherchent le moindre prétexte pour trouver un truc qui aillent dans leurs sens," A vrai dire (malheureusement), il n'y a pas grand chose à aller chercher.
Les faits parlent d'eux mêmes, et plutôt que d'aller les chercher (ce qui supposerait selon vous, que ces évènements soient si exceptionnels qu'il faille les chercher, ce qui est faux) ils s'imposent à nous. Il suffit de vivre dans le monde réel pour se rendre compte que les inégalités sont toujours aussi vivaces, et la protection des femmes encore trop précaire.
"si une femme s'habille mini-jupes, c'est une pute, point barre et elle est responsable". Ha, c'est tellement plus facile, ces raccourcis, plutôt que de pointer la conséquence, cherchez la cause. Dois-je vous rappeler que c'est la culture patriarcale et les normes, qui imposent aux femmes de se vêtir de façon a attirer le regard de celui-ci ?
"Les hommes n'aurait plus le droit d'exister en fait? et les hommes, ont-ils le droit de se balader a poil?" Vous délirez réellement. Hommes comme femmes, font des choses stupides. Il suffit de regarder parfois ces comiques qui courent nus sur les terrains de football, juste pour plaisanter.
"donc si je vous suis, tout le monde devrait pouvoir s'habiller avec des tenue sado-maso et a poil sans que n'excite personne" L'ennui c'est que, vous ne me suivez pas du tout, et que nulle part il n'a été dit qu'il fallait s'habiller en tenue sado maso en toute impunité dehors.

"vous n'êtes pas dans la tête des hommes, vous n'avez pas a contrôler leurs mentalité ou ce qu'ils font c'est du totalitarisme, donc les femmes sont libres de faire ce qu'elles veulent et les hommes non?"
Mieux encore. Je ne suis pas dans la tête de l'autre en général, mon frère, ma soeur, mon voisin, tout simplement.
Autrement, délire total. Avec inversion.
Ce sont les femmes que l'on contrôle (bien que les hommes le soient également, les femmes sont bien davantage contrôlées que leurs homologues masculins) via les normes de beauté imposées, les attitudes et conduites à adopter qu'on leur dicte, les filières professionnelles desquelles on tente de les éloigner ou de les insérer par influence.etc

"Donc fermez la espèce de dégénéré ultra aggressif misandre et fasciste intégrale." Quelle poésie...

Écrit par : nemo76 | 03 novembre 2013

@ nemo76

"via les normes de beauté imposées, les attitudes et conduites à adopter qu'on leur dicte, les filières professionnelles desquelles on tente de les éloigner ou de les insérer par influence.etc".

tout ça elles subissent, et tu dis être objectif vivre dans la réalité, et tu serais allée cherché l'information, là je rêve !!!

en Norvége aprés des décennies d'égalitarisme forcené toujours 90% d'ingénieur homme et 90% d'infirmiéres où est ton explication !!!

et lis le livre de susan pinker ça te fera du bien.

Écrit par : leclercq | 03 novembre 2013

@ nemo76

vous avez un fonctionnement de militante comme l'écrit si bien élisabeth Badinter, aucune objectivité. déconnectée du monde réel !!!

Écrit par : leclercq | 03 novembre 2013

@ magiepaien

http://www.gentside.com/insolite/des-femmes-photographiees-seins-nus-dans-les-rues-de-new-york_art55573.html

j'usqu'ou peut aller la bêtise du féminisme

Écrit par : leclercq | 03 novembre 2013

je vais allée vivre à new-york , j'adore être seins nus , mais malheureusement
en france on ne peut pas et je ne le ferais pas hormis sur les plages

il y a des commentaires qui sont à gerber ,on a plus aucune envie de s'habiller sexy ,et même si tu sors sexy classe, tu ne peux empêcher les paroles et les sifflets

c'est lamentable de ne plus pourvoir s'habiller comme on en a envie,on est libre tout en étant prisonnière,on est en liberté surveillé

Écrit par : marie | 11 janvier 2014

@ marie

"j'adore être seins nus , mais malheureusement
en france on ne peut pas"

normal les seins sonts des organes sexuels dans la société occidentale donc doivent être cachés.

"il y a des commentaires qui sont à gerber"

ah bon je trouve pas, donnez des détails ?

"
c'est lamentable de ne plus pourvoir s'habiller comme on en a envie"

lamentable !!! on ne peut pas s'habiller partout comme on en a envie c'est du simple bon sens, affirmer le contraire est d'une absurdité crasse.

Écrit par : leclercq | 11 janvier 2014

Beaucoup d'hypocrisie comme d'habitude. Cela défile en dénonçant le mot salope mais il suffit qu'une de vos collègues de bureau s'habille un peu trop sexy pour que, vous, les femmes, soyez les premières à vous acharner. D'ailleurs, il est amusant de constater la différence de définition de ce mot. Pour un homme, une salope est celle qui allume sans rien donner. Pour les femmes, la salope est tout simplement la prochaine qui va avoir une promotion. Finalement, pas besoin d'éduquer quoi que ce soit, derrière les faux-semblants et la bien-pensance même une gamine de 12 ans sait déjà bien comment le monde tourne.

Sortons de cette guerre des sexes stérile, si je puis dire... Apprenons aux jeunes hommes à être poli et aux jeunes femmes à savoir dire non et tout ira pour le mieux durant une centaine d'années supplémentaires.

Écrit par : sub | 11 janvier 2014

Les commentaires sont fermés.