05 octobre 2013

La loi change-t-elle le cœur des Hommes?

L’islam semble tirer sa force de deux sources: d’une part un système punition-récompense extrême. Les promesses irrationnelles de paradis et d’enfer y sont très vives. La peur gouverne.


burqa,islam,christianisme,europe,respect,liberté,sécurité,visage,féminisme,D’autre part l’intouchabilité du livre de référence, le coran. Quiconque voudrait réformer l’islam devait transgresser cette barrière et être suivi par ses pairs. Cela viendra. L’intelligence humaine a vaincu de plus grands obstacles. Des schismes se sont déjà produits: chiisme, soufisme, etc. Le besoin de libre arbitre et de mérite personnel prévaudra un jour sur l’idée du coran que tout est écrit et que chacun est prédestiné. Quelles que soient les contorsions pour associer libre arbitre et prédestination, la contradiction semble irréductible.

En Europe l’islam est confronté à un système de vie différent du sien: Etat et religion sont séparés. A cela les musulmans doivent s’adapter. Comme partout, celui qui vient doit s’adapter à son hôte (et réciproquement, celui-ci accepter que l’invité montre quelques différences en signe de respect mutuel; tout dépend de la nature de ces différences et à partir de quoi elles deviennent déstabilisantes pour l’hôte). Cela fonctionne ainsi dans toutes les parties du monde. Faire autrement serait de l’impérialisme culturel ou politique. C’est ainsi qu’aujourd’hui le port de la burqa ou du niqab, et en partie du foulard, sont perçus et - je le suppose - utilisés: aux fin d’affirmer une différence culturelle. Mais dans certains cas cette affirmation devient une exigence de créer deux systèmes de valeurs dans le même pays. Cet forme d’apartheid n’est pas loin d’une volonté impérialiste.

Comment dès lors concilier la liberté individuelle, à laquelle les occidentaux sont très attachés, avec l’expression de différences si ostensibles et si chargées politiquement? Comment d'un côté dire qu’il y a égalité de droit (religieux, culturel, individuel) si cette liberté n’est pas reconnue, mais comment de l'autre préserver la liberté et le système qui la sous-tend sans poser des limites? Il n’y a pas de liberté sans limites. burqa,islam,christianisme,europe,respect,liberté,sécurité,visage,féminisme

La visibilité exigée dans nos sociétés pour des raisons de sécurité ou de simple état-civil est la position intellectuelle de base. En effet la burqa pourrait faciliter la fuite de criminels femmes ou hommes si l’identité visuelle n’est pas vérifiée. La question de la prise de pouvoir relationnelle par la femme en burqa est plus compliquée. Il y a une inégalité relationnelle au profit de la femme cachée, qui n’a pas à montrer ses expressions, ses sentiments ou son identité. C’est une inégalité formelle. Mais d’un autre côté l’égalité n’est selon moi pas la similarité, contrairement au dogmatisme de l’égalité à l’occidentale, ni un effacement des cultures et de l'Histoire (à ce point, les traces du christianisme comme les églises ou les croix doivent selon moi garder une place prédominante en Europe). 

La question de la supposée oppression des femmes en burqa ne se pose pas pour moi. Si elles n’en veulent plus c’est à elles de faire leur révolution. Trop de gens parlent à leur place. Répondre à l’impérialisme culturel radical-musulman par un autre impérialisme culturel radical-féministe n’a pas de sens sinon de donner bonne conscience à peu de prix. Entendre des féministes, qui ne supportent pas qu’un homme puisse parler pour elles, se donner à ce point le droit de parler au nom des musulmanes, fait partie des paradoxes insoutenables.

Le plus simple est de s’en tenir à la loi sur la sécurité. Elle concerne tout le monde et non seulement les musulmans. Mais une loi change-t-elle le cœur des Hommes? Non. Ce n’est pas son but. Elle fixe des règles de vie et organise les sanctions en cas de non-respect. C’est à la société: familles, amis, groupes d’intérêt divers, de changer les cœurs des Hommes. Or nous devons être conscients que les musulmans radicaux se sentiront rejetés par l’application de cette loi, qui ne changera pas leur cœur. Il faudrait donc travailler en amont: fournir un résumé du mode de vie et des règles de base de nos sociétés à toutes les personnes qui y viennent pour s’installer durablement. Ce résumé devrait être pédagogique et expliquer les raisons de nos règles et de la démocratie. On pourrait se dire: cela devrait aller de soi. Mais cela ne semble pas aller de soi. Il y a donc un effort pédagogique à accomplir en vue d’améliorer le confort moral des personnes qui viennent en Europe, ainsi que leurs relations avec les européens.

14:51 Publié dans Philosophie, Politique | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : burqa, islam, christianisme, europe, respect, liberté, sécurité, visage, féminisme | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Hier, j'ai eu l'occasion d'observer une scène dans un des "satellites" de l'aéroport de Cointrin.
Un avion était en partance pour Djedda. Il n'y avait que deux femmes en burqa, sur une bonne cinquantaine de femmes présentes.L'une était visiblement assez âgée et l'autre ?
Difficile à dire. Je pense que c'était la mère des quatre enfants et l'épouse de l'homme qui tenait le dernier-né, un garçonnet de 8 mois environ. Celui-ci gigotait dans tous les sens, mais jamais n'a-t-il regardé la forme noire à sa gauche. J'ai vu que la femme et le père se parlaient, mais le bébé ne tournait jamais la tête vers la burqa. En revanche, il jouait par moments avec son grand frère à sa droite.
Les trois autres enfants ne communiquaient pas non plus avec la femme cachée, au point où j'en suis venue à penser que ce n'était peut-être qu'une bonne. Mais la proximité physique et une attitude plutôt familière avec le pater familias m'a fait penser qu'elle devait malgré tout être au moins une de ses épouses.
Tout cela m'a surpris. Je aurais pensé que pour les enfants, ce tissu ne serait pas un problème et que sachant qui est dessous, cela ne serait pas une barrière. Quant au bébé, je comprends bien qu'il ait besoin de voir un visage, puisqu'on sait que même un nourrisson de quelques jours réagit à sa façon à la vue du visage de sa mère. Mais là: même la voix n'attirait pas le regard de l'enfant.
Comprenez-moi bien : je ne juge pas la vie de ces gens, je ne me dis même pas que c'est une femme sous contrainte, je constate seulement que le port de la burqa entraîne des drôles de trucs, parfois.
Cette femme avait la paix royale ! Les mères européennes voyageant avec de petits bébés sont dans un état misérable. La femme en noir n'a jamais pris le bébé (j'ai pu observer pendant une trentaine de minutes), même pour soulager les bras du papa.
Ce cas particulier ne peut être pris pour une généralité, mais j'y ai vu l'aspect "confortable" de la burqa : le retrait, la dispense de la communication, quasiment une paresse sociale.
Je n'en parle pas tellement du point de vue féministe, mais malgré tout, il n'est pas anodin que cette carapace soit destinée aux femmes. Elle pourrait concerner les roux, les boutonneux, les albinos, les obèses ou au contraire les rachitiques de tous sexes et tous âges.
Mais non : il faut que ce soient juste des femmes. Leur pudeur vaut bien ça. Pudeur choisie ou imposée.

Que dit Nora Illi, la passionaria alémanique de la burqa avec quelque dentelles ?
Que la burqa l'a rendue plus forte, plus libre. Désormais elle ose dire ce qu'elle pense, alors qu'auparavant, ce n'était pas le cas.
Lui arracher le voile la réduirait au silence ou à une normalité qui la rendrait inintéressante aux médias, qui se l'arrachent, paraît-il!
Je comprends que dans son cas, ce voile est vital.
Les médias ont un rôle essentiel dans ce phénomène. Il faut être très lucide et se demander ce qui se joue réellement.

La loi peut-elle toucher le coeur des Hommes ?
Elle peut en tout cas fixer des balises et les expliciter. Pour la burqa, il me semble que le besoin d'identification dans l'espace public est effectivement le bon principe.
Si l'obéissance est l'un des principes fondateurs de l'islam, le conflit de loyauté est programmé du moment qu'on tient à vivre l'expression la plus intégriste de cette religion en pleine Europe du XXIè siècle.
Que ces femmes obéissent à leur famille, leur idée de la pudeur, leur besoin d'une carapace protectrice, leur envie d'être exceptionnelles ou des égéries de l'islam conquérant ( ou tout ça à la fois) ne permet pas d'avoir des personnes non-identifées dans le domaine public.

Écrit par : Calendula | 05 octobre 2013

Intéressante observation Calendula. Fine observation.
Il y aurait des vérifications à faire pour valider les déductions: qui est cette femme précisément? Nous ne les aurons pas donc, même si l'on ne peut être certain de sa place dans le groupe (épouse, fratrie, autre) on peut quand-même prendre ce que vous avez vu. Son retrait. Paresse est déjà un peu trop interprété car ce peut aussi être une protection, ou une nonchalance naturelle.

Qui? Pourquoi? La burqa a déjà rempli son office: mettre l'étranger au clan dans l'ignorance. Il est clair qu'elle ne peut attirer l'attention pour elle-même. Pourquoi les femmes, quelle est la signification au-delà de l'évangile de la supposée oppression? Les cris d'orfraie de défense des femmes pourraient bien faire fausse route. Même si ce n'est pas le monde dont je rêve...

Lire aussi le nouveau billet de Mireille Vallette, Burqa Blues.

Écrit par : hommelibre | 05 octobre 2013

Les deux religions monothéistes (islam et judaïsme) qui ont comme pierre angulaire la xénophobie ne peuvent être réformés.
Maintenant il appartient a tous le monde de comprendre ça.

Écrit par : eros | 06 octobre 2013

J'espère que j'ai été clair dans mon comm Calendula. En relisant je n'en suis pas sûr... :-/

Écrit par : hommelibre | 06 octobre 2013

Autre chose aussi dans votre observation, Calendula: par contraste elle me fait penser à quel point les hommes ont lâché leur place et leur fonction dans le couple. Le féminisme a pu croître sur une terre sans hommes. Non seulement les hommes doivent rejeter profondément le féminisme mais ils doivent faire leur auto-critique et se donner des baffes s'ils veulent avoir encore un semblant d'existence dans notre société.

Écrit par : hommelibre | 06 octobre 2013

@hommelibre,
Voilà, j'ai repris l'avion dans l'autre sens et peux essayer de vous répondre, depuis Genève.
J'écrivais de Londres, hier samedi.
Mon observation de vendredi n'a probablement pas de valeur au-delà du ponctuel. Elle dit autant sur moi, mon regard d'occidentale, que sur cette demie-heure en burqa dans l'aéroport de Genève. Cette femme nous observait certainement aussi, elle n'avait que ça à faire.
C'était un mini-choc des civilisations.
Pour les enfants présents, cette femme était une absente, alors que moi, je ne voyais qu'elle ! C'est à cause de ce débat qui se prolonge ici ;-))
Au fond, peu importe, qui elle était. Ce qui me reste est cette relation privilégiée avec l'homme-père et le néant avec les enfants.
J'étais surprise de voir cet homme s'occuper de ce petit garçon, comme l'aurait fait un "nouveau père" occidental.
C'est plutôt votre dernière comm' que je ne comprends pas, car on voit des pères avec leurs enfants un peu partout, beaucoup à Londres.

Ce qui m'aurait vraiment intéressé de voir, c'est la procédure réservée à une femme en burqa dans les différents contrôles de sécurité aéroportuaires.
A Genève, on doit enlever sa jaquette, lorsqu'on passe sous le portique !
On se fait palper devant tout le monde, si par malheur le portique résonne.
Je pense que les femmes en burqa ont le droit à des égards plus raffinés que ma modeste personne.
A Londres, on doit exhiber le contenu de sa trousse de toilette dans un sac en plastique transparent. Et on montre son passeport au moins à trois reprises. On est dévisagé et identifié à tire-larigot.
Dans les gares à Londres, on vous encourage à signaler tout comportement suspect, certainement à cause des différents attentats de triste mémoire.
Certains ici se moquent de l'aspect sécurité et anonymat de la burqa. Il suffit de prendre l'avion pour se rendre compte qu'on ne rigole plus avec ces choses-là.

Cette ambiance de méfiance est désagréable et pourtant, on se rend compte que cette anticipation est probablement désormais nécessaire.
Je le déplore, mais ne milite pas pour qu'on supprime tout ça. Il y a un doute raisonnable.

Écrit par : Calendula | 06 octobre 2013

Les commentaires sont fermés.