02 octobre 2013

Les burqas invisibles

Le débat sur le recouvrement du visage m’inspire quelques remarques en décalage. Par exemple sur les burqas invisibles et sur la soif de transparence.


Ombre2.jpgPourquoi certaines cultures appellent-elles à la dissimulation du visage de catégories de la population? Des raisons religieuses ou coutumières sont avancées. Je ne cherche pas ici à évaluer les raisons mais à explorer des pistes du bout des yeux.

Si la burqa dissimule par un une étoffe, il y a d’autres manières de soustraire: le maquillage, la chirurgie esthétique en sont. Ils laissent visible mais ce que l’on voit n’est pas ce qui est réellement. Pas totalement du moins. On connait les différences de visages d’actrices célèbres avant et après maquillage. La libre disposition de soi permet aussi bien de cacher, de dissimuler, ou au contraire de mettre en avant, de rendre encore plus visible. Alors que certaines femmes se soustraient aux regards, d’autres soulignent leurs parties attractives par la couleur ou l’habit: bouche, yeux, seins, jambes.

Une autre dissimulation est le contrôle des expressions. Une expression de visage devrait en principe s’accorder au contenu du discours. La joie va avec la joie, la peine avec la peine. L'organisation et le mouvement des traits valident ou non le propos. Mais on peut cacher la vérité sous un visage impénétrable. Pensons à Jérome Cahuzac et son insistance à se déclarer innocent, quelques jours avant d’avouer la vérité. Et pensons à tous les sourires des animateurs de télévision, fixes à n’être plus que des masques.

Mais, ne serions nous pas autorisés à garder quelques parts de OmbreLumière.jpegnous-mêmes à l’abri des regards? Aujourd’hui combien de gens pensent devoir tout dire à la télévision ou sur les réseaux sociaux, quand ils ne dévoilent pas l’intimité d’un ou d’une ex. En politique on vote des lois sur la transparence afin de garantir une forme d’intégrité des élus. Cette transparence porte en France sur le patrimoine. Pourquoi ne porterait-elle pas aussi sur un possible passé pénal? Un escroc condamné qui a purgé sa peine doit-il mentionner ce passé, au risque de subir une double peine? Car qui l’élirait s’il a été condamné, même s’il a payé sa dette?

La transparence déborde aussi de ces cadres: les candidats montrent leurs familles, leurs enfants. L’abbé Pierre a publiquement reconnu avoir cédé à la force du désir. Et celles et ceux qui, bien que marchant près de vous dans la rue, sont comme transparents. Personne ne les voit: où sont-ils? Derrière quelle muraille invisible? Transparence: jusqu’où est-elle judicieuse? Pour être transparent, ne faut-il pas être moine afin de n’avoir plus rien à dire - donc plus rien à préserver de soi?

Alors burqa, voile, maquillage, masque rituel africain, peintures sacrées des amérindiens, sourire Colgate des journalistes télé: qui se cache, qui se montre? Et à qui se montrer en confiance? Ou pourquoi se cacher? Et que montrer?

Entre ce qui est dit de nous par notre visage et notre corps, et ce qui est soustrait par nos parures, il y a un monde à explorer.


12:26 Publié dans Art et culture, Philosophie, société | Lien permanent | Commentaires (30) | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

La veuve blanche, cette britanique convertie à l'Islam et épouse du kamikaze des attentats de Londres et peut-être impliquée dans les attentats de Nairobi, que croyez-vous qu'elle porte.

La burqa ou le niqab? c'est très pratique pour se cacher de toutes les polices.

Écrit par : Noëlle Ribordy | 02 octobre 2013

......moi je porte et utilise régulièrement ici la....burqa numérique, ha! Et je suis loin d'être le seul!

Écrit par : pfffffffff | 02 octobre 2013

@ pfffffffff:

Yes. En plein dans le mille! Bien vu.

Écrit par : hommelibre | 02 octobre 2013

Et dans ce domaine, des bandits, on sait qu'il y en a. Cela mériterait presque un billet à part entière, pour faire une collision des idées et voir ce qui en sort.

Écrit par : hommelibre | 02 octobre 2013

Le maquillage est d'origine orientale. Masques de séduction, masques de carnaval, masques virtuels, masques artistiques. L'être humain avance toujours masqué quelque part. Le sujet n'est pas là. Le sujet est de savoir si disparaître socialement à vie sous un habit tel que la burqa est digne de nos sociétés modernes, laïques, pluralistes, ouvertes...et relativement transparentes. La femme qui disparaît tel un fantôme revenant de l'au-delà me signale qu'elle est déjà morte à l'existence dans un monde qui exige la vision de l'autre pour un travail, pour devenir ami, pour tomber amoureux, pour tout simplement choisir son avenir sans se le faire imposer dès la naissance par une secte religieuse.

Serions-nous d'accord qu'un gourou X ou Y de chez nous crée sa secte dans une ville de nos contrées, qu'ils imposent à toutes les femmes du groupe un genre de niquab de sa création, et que ses épouses ou maîtresses occidentales déambulent ainsi dans nos contrées? Ce serait un énorme scandale, une demande immédiate de la population d'une fermeture de cette secte folle privant à ces femmes tombées en dépendance de ce gourou et ayant manipulé le cerveau de ces femmes à des fins très égoïstes et totalitaires les empêchant tout simplement de vivre au grand jour avec le droit universel de fréquenter la société et de quitter cet enfermement intolérable. Mais comme on le constate souvent: l'exotisme nous rend tolérants à des choses que nous n'accepterions jamais dans nos contrées. Alors pourquoi continuer à accepter la burqa au temps de la circulation universelle des idées et de la liberté? Nous nous relions tous aux mêmes technologies et nous avons tous accès au savoir universel. Alors pourquoi ne pas défendre la dignité des femmes, leur liberté, leur droit d'exister socialement dans tous les pays du monde? La déclaration universelle des droits de l'homme n'est-elle valable que pour l'Occident? Et devons-nous tout accepter au nom de la liberté suprême?

Des questions en vrac qui viennent toutes se heurter contre le mur de la burqa. La religion n'a pas tous les droits; les gourous n'ont pas tous les droits. C'est la société libre et démocratique qui limite les droits et exige des devoirs de la part de tout le monde.

Écrit par : pachakmac | 02 octobre 2013

Entièrement d'accord avec vous, je ne vois pas en quoi cela gêne que l'on puisse mettre un foulard, ces prises de positions contre sont ridicules, ces femmes ne mettent pas en danger le système, faux débat stérile, il y a des choses plus importantes à débattre, pour ce qui concerne le port de la burqa et voile, cela est différent, car il y a des raisons, voir dissimulation du visage, voir porter des armes etc, donc discutable

Écrit par : pasdetreve | 03 octobre 2013

Si je n'ai aucun doute concernant le voile INTEGRAL, à proscrire pour des raisons de sécurité, je suis convaincu que le débat sur le FOULARD qui couvre les cheveux est discriminatoire et surfait (il doit y avoir plus de la moitié de la gente féminine de part le monde portant soit un foulard, soit un couvre chef, soit une perruque, pour des tas de raisons, religieuses mais aussi culturelle, et cela n'empêche pas le monde d'avancer)

Le débat sur le foulard me paraît profondément discriminatoire et je suis effaré de la perte de temps et d'argent public dépensé pour un non-problème attisé par la xénophobie de certains.

La vrai perte de nos valeurs serait le triomphe de l'interdiction du foulard, comme le suggère Pierre Weiss, et l'obligation de la tête nue pour tous.

Écrit par : pfffffffff | 02 octobre 2013

@pachacmac
Vous êtes un des seuls à parler raison. Il est invraisemblable que beaucoup de nos concitoyens n'arrivent plus à imaginer ce qui se passerait dans le monde si des dogmes et pratiques similaires à celles de l'Islam traditionnel étaient tout à coup appliquées ou demandaient à l'être dans le monde. Par le Christianisme, par exemple, ou par quelque secte ou organisation bien implantée.
C'est comme si une sorte de paralysie intellectuelle ou un chant des sirènes avait paralysé ou enchanté nos volontés de liberté et d'égalité et même d'humanité. Paradoxalement c'est comme en '68 qu'il est devenu "interdit d'interdire", alors que "sous les pavés" ce n'est pas "la plage" qui nous tend les bras, mais l'ancien ordre de la religion toute puissante.
On a toujours osé crier chez nous "à bas" les uniformes et les soutanes, nos écoliers s'habillent à l'école comme au dehors, des gens se moquent même parfois lorsque des garçons et des filles en uniforme défilent avec leur musiques dans nos rues, tout déguisement de carnaval est interdit en dehors des jours consacrés, mais c'est à peine si des organisation contre le racisme et la xénophobie n'ont pas demandé que soient emprisonnés ceux qui n'acceptent pas de côtoyer des gens emmitouflés au point que seuls leurs yeux sont encore visibles.
Pourquoi nos Etats ne font-ils pas le pas: demander l'abrogation de la Charte universelle des droits de l'homme en faveur de celle concoctée par les organisations musulmanes, pourquoi ne pas demander l'abrogation des religions autres que l'Islam, pourquoi ne pas revenir de quelques siècles en arrière, puisqu'il n'y aura plus de décisions difficiles à prendre sur tous ces sujets qui nous empoisonnent la vie depuis quelques décennies?
La paix enfin revenue et toutes les guerres enfin terminées (la dernière étant celle qui aura vu l'anéantissement de l'Etat d'Israël), les femmes remises à leur place et le voleurs privés de mains qui volent, nous consacrerons enfin les blogues à chanter les louanges du Prophète et à organiser des voyages, non pas vers des destinations propices au vices de toute sorte, mais vers les hauts lieux culturels de l'Islam.

Écrit par : Mère-Grand | 02 octobre 2013

Voyez le lis des champs, quant aux évangiles suggérant côté vestimentaire...
S'habiller simplement, naturellement...
Jésus, en le Coran, est particulièrement honoré... dommage que, ne mettant pas en pratique les Evangiles, y compris Thomas, les "durs" de l'Islam correspondent au passage évangélique disant que "Ce na sont pas ceux qui me disent Seigneur, Seigneur qui... (...) mais ceux qui font la volonté de mon Père... Voit-on dans le Bible un commandement sur la burka? Marie-Madeleine était-elle voilée? lavant, de ses longs cheveux, les pieds de Jésus? Burka, épouvantail à moineaux, burka alibi... Hélène de Koriacis

Écrit par : Hélène de Koriacis | 02 octobre 2013

Imaginons :

"Serions-nous d'accord qu'un gourou X ou Y de chez nous crée sa secte dans une ville de nos contrées, qu'ils imposent à toutes les femmes du groupe DE NE PORTER AUCUN VETEMENT, et que ses épouses ou maîtresses occidentales déambulent ainsi dans nos contrées?"

...

Burqa, voile, foulard, ce sont des uniformes qui veulent dire que les "autres" sont de la merde. Les chrétiens et les juifs sont des menteurs - c'est dans le coran - ils ne doivent pas être pris pour amis - c'est dans le coran. Quant aux "mécréants", c'est le feu de l'enfer qui les attend et si on peut hâter leur arrivée dans ce lieu réchauffé où les femmes sont les plus nombreuses - l'imposteur dixit - c'est tant mieux.

Écrit par : Johann | 02 octobre 2013

Mais on est bien d'accord qu'on ne voudrait voir en aucun cas la charia s'implanter en Suisse. On en est tellement loin que évoquer cette possibilité équivaut à brandir un épouvantail.

Le souci, c'est que la liberté de religion est un droit fondamental: le respect de la loi est également un devoir fondamental, sans quoi on ne peut vivre ensemble en société.

La loi, la même pour tous, et décidée par le peuple, doit être un garde-fou contre les abus en tous genres, y compris religieux.


De là à interdire un foulard, il y a un pas difficile à comprendre. Vous ne pouvez interdire la religion musulmane; en terme de danger pour notre démocratie, un musulman barbu est probablement plus dangereux qu'une musulmane avec un foulard...allez-vous interdire la barbe?

Interdire le Coran comme livre incitant à la haine entre les peuples serait une démarche intéressante, qui a déjà été tenté en Inde sans succès. On ne s'en prendrait pas à des particuliers, mais à un texte contraire aux droits de l'homme.
Je sens que le débat est loin d'être clos...

Écrit par : pfffffffff | 02 octobre 2013

@Hommelibre: les Hâneries du triste sire ont aussi été publiées sur FB

Écrit par : pfffffffff | 02 octobre 2013

L'imposture, c'est vous.

Écrit par : Déblogueur | 02 octobre 2013

Oups... Désolé, ce commentaire était pour Ramadan... Toutes mes excuses.

Écrit par : Déblogueur | 02 octobre 2013

L'habillement est partout une forme d'appartenance à un milieu ou une culture. Etrange débat qui aujourd'hui, à cause de la burqa, penche vers l'interdit des différences et qui demain, quand nos enfants élevés à la sauce gender se révolteront contre l'indifférenciaion uniforme, penchera vers l'extraversion la plus débridée, comme il y a 50 ans au temps des hippies, comme il y a 30 ans avec les punks.

Les mouvement sectaires différenciés par l'habillement ont déjà existé: ils n'ont pas mis à terre la société. Je pense aux sectes que l'on a connu en Suisse comme les krishnas, ou les adeptes de Raajnesh, les enfants de Jésus, et bien d'autres. Plus près de nous la secte de Femen fait ses manifs quasiment nues avec le soutien des pouvoirs de gauche et des médias.

Le monde occidental n'est pas pour autant mort. Comme le monde arabe n'est pas mort quand des occidentaux se promenaient au Caire ou à Tanger en costumes au milieu des djellabas, les femmes ornées de voilettes (se souvient-on de ces voilettes qui cachaient presque à moitié le visage des femmes?).

Je vois que si l'impérialisme militaire est moins en forme (cf la Syrie) l'impérialisme culturel, lui, pète le feu.

Quelqu'un ici a-t-il ou elle été demander aux femmes en burqa si elles la portent librement de leur propre volonté (si elles assument la coutume)? Ou bien le fait de penser pour elles vous dégage-t-il de l'obligation de respecter ces femmes? Avez-vous à ce point de condescendance et de mépris pour les musulmanes voilées ou en foulard pour penser à leur place de ce qui est bon pour elles? Ne pouvez-vous imaginer ces femmes libres de leur habillement? Je suis opposé à la burqa pour raisons de sécurité et parce que je ne vois pas qui est en face de moi, alors que la femme peut m'épier librement. Mais à part cela je n'ai pas à penser à leur place.

La DUDH n'indique nulle part comment les humains doivent s'habiller pour être dans le critère liberté. Chacun son style, chaque culture ses standards. Est-on allé faire une croisade pour enlever le voile des indienne du Rajasthan (purdah), qui couvre le visage? Je n'ai rien entendu.

Au nom de quoi, au fait, cet impérialisme culturel? De l'égalité hommes-femmes, paraît-il. Je ris de bon coeur. Bon sang, quel bon prétexte! Le féminisme comme vecteur insidieux de l'impérialisme! L'occident ne pense plus, malheureusement. Il surréagit.

Bon, il faudrait aussi interdire le port des barbes touffues avec cheveux longs, surtout si on ajoute des lunettes de soleil: le visage est méconnaissable. Et les chirurgiens autour du billard? Ah, mais il ont une raison de masquer leur visage: l'hygiène. Oui, il y a toujours une raison. Il y a une raison à voir des costumes identiques dans les compagnies commerciales. A porter les mêmes couleurs pour une équipe de foot. Etc, etc.

Un mot encore à propos du voile (j'y reviendrai plus longuement): la loi que prépare Pierre Weiss sera faite pour interdire les signes religieux - en l'occurrence le foulard - dans l'école publique. Non seulement cela attaquera la loyauté des adolescentes envers leur famille et leur culture (mais briser les familles n'est plus un problème pour nous), mais cela créera une discrimination puisque le projet décrit ne concernerait que l'école publique. Et l'école privée? Ni voile, ni kippa, ni crucifix dans aucune école.

Scions, scions: pour scier l'arbre du voisin nous devons abattre le nôtre.

Les occidentaux ne pensent plus. Ce sera leur perte.

Écrit par : hommelibre | 02 octobre 2013

Merci pfffffffff. Je prépare ma réponse.

Déblogueur: pas de souci.

Écrit par : hommelibre | 02 octobre 2013

pffffff,

Avez-vous vu un barbu à la maternelle?

Écrit par : Noëlle Ribordy | 02 octobre 2013

une barbe musulmane ou une barbe tout court? bien sûr qu'il y a des barbus dans les écoles, quelle stupidité! Ne vous en faites pas, il y aura bien des malveillants pour chercher à interdire la barbe au nom de quelques religieux qui la portent, montrant ainsi ostensiblement leur religion...
Je suis d'ailleurs pour l'interdiction de la moustache, signe de reconnaissance entre homosexuels masculins ( de s'exposer ainsi me dérange)

Il faudra éventuellement légiférer sur la taille des bandanas, avec des foulards garantis non-hallal, qu'on a le droit de porter comme coiffure, comme l'ont fait les jeunes filles de tous temps, sans que cela fasse penser à une quelconque appartenance religieuse.

Je me demande jusqu'où ira ce délire....quand je pense que ma grand-mère française pure souche ne serait jamais sortie de chez elle sans un foulard...comme le faisaient toutes les paysannes d'antan...

Écrit par : pfffffffff | 02 octobre 2013

Je pense que le problème de cette burqa ce n'est pas la burqa en elle-même, ni des principes relationnels, ni la très hypothétique souffrance des femmes qui la porte, mais bien le regard qu'on a sur ces dernières. Cet accoutrement ne nous révèlerait-il pas nos propres vices par contraste?

Il transparait de plus en plus une haine insidieuse, souvent de la part des femmes, pour ce qui s'apparente à un miroir. Pour beaucoup d'occidentales, à tord ou à raison, ce que ce voile leur dit c'est qu'elles sont décadentes en gros, raison pour laquelle certaines se sentent agressées; vérité insupportable qu'il faudrait étouffer? Ne dit-on pas qu'il n'y a que la vérité qui blesse? si elles se sentent si libres que ça, en tant qu'occidentales émancipées, pourquoi ne pas s'en laver les mains?

Non, le problème de cette burqa c'est qu'elle risque de souffler la couverture de beaucoup d'occidentales, leur burqa à elles, invisible. Par leur singularité certaines de ces femmes voilées expriment qu'elles ont choisis de se démarquer nettement d'autres femmes, et d'arborer un signe distinctif.

On parle souvent de rapport hommes/femmes en ce qui concerne les voiles islamiques, mais à la limite je dirais que c'est plus une confrontation froide (car c'est comme ça que le prenne les européennes), femmes/femmes.

Écrit par : Didier | 02 octobre 2013

Je rebondis sur le commentaire de pfffffffff: la burqa numérique.

Oui, d'une certaine manière l'anonymat sur internet est une burqa symbolique. Pas d'avatar, pas de données identifiables, pas de visage. On reste derrière son écran, comme derrière une petite grille de burqa. On voit mais on ne peut pas être vu.

L'analogie est loin d'être anodine.

Si le respect est là, cela marche, et je ne reproche à personne cet anonymat, sauf s'il y a injures ou diffamation. Certaines et certains m'ont d'ailleurs contacté hors ligne depuis longtemps et se sont identifiés. Je les en remercie et j'ai toujours respecté la discrétion et leur anonymat.

Écrit par : hommelibre | 02 octobre 2013

Didier: hypothèse intéressante, la confrontation femme/femme. Il semble plausible que les musulmanes portant voile, burqa ou niquab veulent tout sauf ressembler aux occidentales. Et qu'elles en aient autant sur elles que nous sur ces musulmanes.

Écrit par : hommelibre | 02 octobre 2013

Didier,

C'est une vérité de la Palice. La burqa est portée par les femmes. Je ne vois pas en quoi l'homme s'immiscerait dans un débat sur le port ou non de la burqa, du niqab, du voile.

Et votre analyse laisse à désirer. Les femmes occidentales jalouses d'une femme en burqa? C'est du délire. Votre provocation pourrait m'amuser si la burqa ne représentait qu'un banal vêtement. Mais après tout si elle a l'heur de vous plaire, cette burqa, singularisez-vous et portez-la, si vous êtes un homme.....

Écrit par : Noëlle Ribordy | 02 octobre 2013

Pourquoi l'homme s'immiscerait-ils dans un débat sur le port de la burqa puisque ce sont "des" femmes (pas "les" femmes)? Mais parce que, si vous l'ignorez, je vous l'apprends: les hommes votent aussi. Oh, pas depuis longtemps, à peine plus de 50 ans avant les femmes, ce n'est rien en regard de l'histoire. Mais comme on ne le célèbre jamais, et qu'on ne célèbre pas les hommes morts pour avoir obtenu ce droit dont les femmes ont ensuite aussi profité, je vous le rappelle. A tout hasard.

Mais allons plus loin dans votre remarque. Vous ne portez pas de burqa? Donc cela ne vous concerne pas. Pourquoi vous immiscer dans ce débat qui n'est pas le vôtre?

Et puis, avant d'en faire des victimes, votre fond de commerce, avez-vous demandé aux musulmanes qui la portent si elles ont choisi volontairement ou non d'assumer leur culture? Sur combien de femmes avez-vous mené votre enquêtes? Quelle méthode? Quels résultats?

Ou alors vous pensez à leur place, convaincue de détenir la Vérité après des années de lavage de cerveau féministe. Je crois que vous aussi, vous aimeriez qu'on pense à votre place...

Vous, votre burqa, c'est le féminisme. Je ne vous vois pas. Je n'entends de vous que la théorie prémâchée que l'on vous a enfoncée dans le crâne. Ce que vous dites se trouve 100'000 fois dans les brèves des tabloïds. Vous vous retranchez derrière la doxa féminista. Vous êtes invisible.

Écrit par : hommelibre | 02 octobre 2013

@ Noëlle Ribordy

Je n'ai pas grand chose à ajouter suite au commentaire de hommelibre, auquel je souscris.

Je n'ai absolument pas employé le terme "jalouses", mais c'est vous qui venez de l'utiliser; intéressant...

"Votre provocation pourrait m'amuser si la burqa ne représentait qu'un banal vêtement"
Comme vous dites oui, "un banal vêtement", eh eh... si vous aussi en êtes (réellement) convaincu, y'a pas de problème.

"Mais après tout si elle a l'heur de vous plaire, cette burqa, singularisez-vous et portez-la, si vous êtes un homme"
Je crois qu'on vous a mal renseigné; ce sont les femmes qui portent ce genre de vêtements.

Écrit par : Didier | 03 octobre 2013

Bonsoir homme libre,

Devant ce débat je me permets humblement d'apporter mon avis en tant que personne non musulmane mais ayant une habitude et un cercle autour de moi de personne pratiquante.

Tout d'abord je balayerai les raisons de sécurité. Ceci ne peut être retenu pour des raisons simple. Le niqab ne concerne qu'une partie infime de la population. Le niqab ne sert pas principalement à faire du terrorisme. Les vidéo du 11 septembre nous ont montré des pirates de l'air passant fraichement les portes de controle sans une réel fouille. Enfin pour en FINIR avec le niqab (habit que je ne soutiens pas je précise), admettons qu'il soit interdit. Pensez-vous que les saoudiennes qui viennent en été seraient amendée ? la réponse est non. Serait-il normal qu'une suisse musulmane doivent subir ce qu'une étrangère pourrait faire ?

Dans la chrétienté le voile était porté fréquemment par les femmes. Les soeurs le portent encore. Quelle différence ? une occidentale ne pourrait elle pas se déguiser en soeur pour faire du terrorisme ? Les médias et les hommes politiques, déjà feignant par leurs existence, poussent la population a voir des peurs totalement irréfléchies. A croire que c'est une mode. Par tradition culturel de mon deuxième pays une femme est devenue en quelque sorte une deuxième maman symbolique. Cette dernière musulmane n a jamais été un problème avec notre religion chrétienne. Elle n a pas non plus essayer de me convertir ou de faire sauter mon avion.

Voila 2 semaines j etais pour la 8ème fois à Londres. J ai une vu une femme avec le niqab ca m a un peu choqué. Mais là-bas, au pays de big brother la tolérance est de mise. Enfin de compte je l ai vu et je continue à vivre ma vie comme elle la sienne. J arrive à dormir.

Enfin, parler de l imposition du voile sur les femmes est une récupération. Il y a des femmes qui le veulent et d autres pas. DIre que cette religion soumet les femmes, c est oublier la soumission encore à l heure actuelle en occident.
DImanche je rentra chez moi j entendais des femmes espagnoles ou italiennes parler de thé dansant. L un d'elle parlait du mari d'une des femmes. Il fallait pas qu'il soit au courant de leur après-midi entre amie au thé dansant. Elles n'étaient surement pas musulmane mais une certaine craignait la pensée de son mari. Voici une démonstration tout aussi grave que l imposition du voile sur les femmes, c est le machisme.

En conclusion, bien que non musulman je décode la chose d une façon simple et qui se déroule en ce moment meme. Plus on attaquera cette religion plus on permettra au musulman radicaux de convaincre les modérés que l'Occident est leur ennemi. Alors arrêtez de fabriquer votre propre tombe et arrêtez de boire les paroles de quelques politiciens, qui une fois élu, touchera ses jetons de présence au grand conseil et oubliera vos idéaux.

Bien à vous

Écrit par : plume noire | 03 octobre 2013

Permettez-moi de rappeler qu'il n'y a pas qu'une catégorie de femmes qui porte la burqa. A vouloir tout simplifier et à mettre tout dans le même sac, on se brouille la vue.
Ce n'est pas pareil de porter la burqa en Occident que dans un pays à culture musulmane. Pays dans lesquels le statut de la femme est vraiment différent de chez nous. Je ne m'occupe pas de cela, car c'est hors de ma portée. Mon opinion n'a pas vraiment d'intérêt.
En revanche, en ce qui concerne la Suisse, je pense que je peux m'exprimer et que mon opinion vaut celle des autres citoyens.
Or donc :
Une européenne convertie ne la porte pas pour les mêmes raisons qu'une femme en Arabie saoudite.
Un femme immigrée ne porte pas la burqa pour les mêmes raisons.

Plume Noire, je trouve difficile d'ériger la Grande-Bretagne en idéal, en ce qui concerne la gestion du communautarisme. Il se peut que j'ai une vision trop pessimiste de la chose, mais je ne pense pas qu'il faille suivre leur modèle.
Moi non plus, ça ne m'empêche pas de dormir la nuit, pas plus que les élucubrations de la mode occidentale. Ce ne sont dans un sens que des histoires de chiffons.
Mais si c'est si important pour certains musulman(e)s, ce n'est probablement donc pas juste un grand bout de tissu. C'est un manifeste.
Il se peut que, de l'ignorer serait une méthode. Mais comme nous avons justement l'expérience par pays interposé, nous pouvons anticiper les autres exigences à venir ( burqini, libération des heures de sport, ne pas serrer la main d'une femme, libération des cours de sciences.)
Le fait que cela ne concerne qu'une frange infime des convertis et certains immigrés peut être une raison pour ne rien faire. Mais voilà: certains ont lancé, ou vont lancer, des initiatives et il va falloir prendre ses responsabilités, ici, dans notre pays.
En tout cas ceux parmi nous, qui considèrent que le droit de vote doit être pris au sérieux.

Écrit par : Calendula | 03 octobre 2013

Didier,

Je décrète que dorénavant ce sont les hommes qui doivent porter la burqa.

Écrit par : Noëlle Ribordy | 03 octobre 2013

Merci Plume noire pour cet article plein de bon sens....
Parce que certains autres...voici un peu le message: "femmes musulmanes, ne vous soumettez pas aux idées de l'Islam, soumettez-vous aux nôtres.....mais soumettez-vous."

Écrit par : pfffffffff | 03 octobre 2013

Vous êtes marrante plume noire, si le fait qu'une femme ne veut pas que son mari soit au courant d'une sortie a un thé dansant est un signe de soumission à la domination masculine et prouve le machisme généralisé de la société, que dites vous des (très nombreux) hommes qui ont la trouille d'avouer des choses du même type a leur femme et davantage encore de ceux qui disent tout car ils ne pensent même pas pouvoir avoir un jardin secret en face de leur compagne.
On voit bien que la domination est où l'on veut, mais pas toujours où elle est. On voit aussi que vous connaissez les hommes a travers une certaine littérature mais que vous ne les fréquentez pas, ou alors pas les mêmes que moi.

Écrit par : pat | 03 octobre 2013

Alors, Messieurs, laissez parler la part de féminité qui est en vous. Portez la burqa. Ne soyez pas timorés.

Nous autres femmes, nous assumons notre part de masculinité, nous portons le pantalon.

Écrit par : Noëlle Ribordy | 03 octobre 2013

Les commentaires sont fermés.