07 septembre 2013

Not alone

Tout le monde devrait avoir son mur les Lamentations. Le premier est à Jérusalem, mur connu où l’on va parler avec Dieu dans la tradition juive. C’est un lieu sacré. Il soutien l’esplanade du Temple. Le temple avait été érigé une première fois il y a environ 3’000 ans, détruit et reconstruit à l’époque romaine, puis détruit totalement en 70 après J-C.


mur des lamentations, israel,jérusalem,religion,dieu,spiritualité,judaïsme,Il témoignage de 1’000 ans de présence politico-religieuse du peuple d’Israël à Jérusalem et dans sa région. La résistance des juifs insoumis à l’empire romain leur a valu d’être chassés de la ville sainte et dispersés. La diaspora a commencé alors, même si par la suite il y eut toujours une présence juive à Jérusalem.

Les croyants de religion juive vont prier au pied de ce mur, y pleurer la perte du lieu saint qu’était le temple et la souffrance de leur peuple, et y déposer aussi leurs espoirs et leur dévotion, parfois sous forme de petits papiers écrits et glissés dans les fentes entre les pierres.

On y dépose les souffrances, celles que le temps ne peut effacer. Celles qui échappent à notre propre action. Nous sommes impuissants à guérir certaines peines. On les dépose au pied du mur comme on les offrirait à quelqu’un qui saurait quoi en faire. Parler de certaines douleurs intérieures avec des amis ne suffit pas. Avec un psy? Ses clés n’ouvrent pas les portes les plus secrètes de l’âme. De même que les oreilles humaines ne peuvent entendre la profondeur de notre aspiration à un ciel où la peine n’existerait plus. Les religions s’occupent de la souffrance humaine, et de l’espoir fou que nous avons d’un monde meilleur.

Devant l’immensité de la tâche: être libéré de la souffrance et réaliser ses espoirs, je comprends le besoin de plus grand que soi, d’une forme de conscience - un peu anthropocentrique, mais comment illustrer cette sorte de grande oreille cosmique que que le croyant espère penchée vers lui quand il est dans le coeur de son coeur? Je comprends ce besoin de Dieu.

Chacun peut descendre dans le coeur de son coeur en n’importe quel endroit, encore faut-il le savoir. Le mur des Lamentations est un endroit pour déposer ce que nous ne pouvons plus porter. C’est plus qu’une thérapie, c’est une démarche mystique destinée entre autres à nettoyer et apaiser en profondeur nos larmes et à offrir nos espoirs à l’univers. Poser ses peines devant plus grand que soi permet, peut-être, de s’en libérer un jour, ou de leur ôter toute emprise sur soi. D'être plus libre. Peut-être même cela aide-t-il à pardonner, et à se pardonner.

 

Peut-être ne sommes-nous pas seuls pour réaliser cette tâche immense.

 

09:49 Publié dans Philosophie, Psychologie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : mur des lamentations, israel, jérusalem, religion, dieu, spiritualité, judaïsme | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Bonjour Homme Libre.

Je comprends moi aussi ce besoin de pleurer quelque part, n'importe où, dans un endroit qui pour nous a du sens.
Connaissez-vous la chanson d'Anne Sylvestre (encore elle) "Un mur pour pleurer"?
http://www.youtube.com/watch?v=k-i1lubAPSk

Il pleut enfin ici, il fait doux, gris et humide. Un changement bienvenu, mais oui.
Bonne journée à vous!

Écrit par : colette | 08 septembre 2013

Les commentaires sont fermés.