29 août 2013

Syrie: les morts ne sont pas égaux

Certaines morts sont plus indécentes que d’autres. La pudeur du sauveur occidental piaffant d’impatience en pâtit. La mort chimique provoque un tic chez quelques gouvernants: elle met leur cravate de travers. C’est indécent, la cravate de travers. Il n’aime pas cela, Obama. Alors il boit son café en déglutissant bruyamment, se fâche et parle de guerre.


syrie,chimique,mort,guerre,obama,hollande,Et c’est reparti, la fleur au missile. Il faut sauver le soldat Ryan - non, le civil Ali. Il vient de mourir à 355 exemplaires selon MSF, 1300 selon les insurgés. Bêtement placés sous le robinet du gaz - ces robinets ferment souvent à contresens, de quoi se tromper!

355 morts peut-être gazés, c’est beaucoup plus indécent que 100’000 morts, dont plein de civils, éclaffés sous les bombinettes, troués par balles, décapités par un éclat d’obus, coupés en deux, abattus contre un camion, aplatis comme le coyote des dessins animés par une roquette bien placée.

La chimie a mauvaise presse, on le sait. Une mort naturelle par balle, par égorgement, par éventration, par décapitation, est politiquement bien plus correcte que la mort chimique. Vive la mort saine et naturelle! A bas la mort chimique!

On aurait supporté 100’000 bonnes morts de plus: par balles, par bombes, par éventration. On aurait supporté de voir des coeurs humains mangés crus, ou même cuits assaisonnés avec des feuilles de laurier. On aurait supporté d’entendre le grésillement de la chair brûlée - c’est comme un barbecue. Mais la chimie! 355 morts contre 100’000: saleté de chimie!

Les morts ne sont pas égaux.

16:12 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : syrie, chimique, mort, guerre, obama, hollande | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

D'autant plus que si ces morts chimiquement sont des fakes !

Le journaliste Thierry Meyssan (pas vraiment neutre) est sur place à Damas et relève ce détail révélateur :
Les vidéos sur Youtube illustrant les victimes de l'attaque, ont été publiées un jour avant la dite attaque ... soit le 20 août.
Il relèves aussi que la zone de combat avait déjà été évacuée de ses civiles depuis longtemps. Que dans les images de victimes enfants, comme par hasard, les petites filles sont restées habillées, alors que des garçons sont nus. Déflagration sélective qui respecte les moeurs islamiques ?

Plus sérieux encore un expert des armes chimiques anglais, déclare sur euronews, son grand scepticisme sur la véracité des faits. Images hyperréalistes, blessés qui ne présentent pas les véritables signes de blessures internes. Ecume à la bouche trop visible, trop blanche.

Sans oublier bien sûr ces vidéos de mercenaires en train de charger avec une bonbone, qui plus est avec une mise à feu à distance. Ce qu'ils ne font pas habituellement ...

http://www.youtube.com/watch?v=Bj3gfOD1h0c


Il est donc vraiment important que les inspecteurs de l'ONU puissent faire sereinement leur travail. Et qu'on en sache plus. A moins que Barak , nous fasses le même coup que Georges W

Écrit par : aoki | 28 août 2013

@Homme libre
Excellent votre billet


«A moins que Barak , nous fasses le même coup que Georges W»

Faut croire que c'est dans les gènes des Américains...
Après le coup des ADM de Powell et de Georges W, faut franchement être crétin pour gober le matraquage actuel.

Écrit par : petard | 29 août 2013

D'accord avec vous sur la "valeur" inégale des différentes marnières de mourir ou de donner la mort. L'appréciation de ces différences est exploitée systématiquement et tous les jours aussi bien dans les médias, dont c'est le travail d'exploiter tout ce qui est sensationnel et se prête à controverse, que par les personnes très bien intentionnées faisant référence à des valeurs morales.
Dans le cas que vous évoquez, il se trouve que c'est non seulement l'impact visuel de ce qui est décrit, vrai ou faux, mais aussi le fait que des conventions internationales signées interdisent l'usage de certaines manières de donner la mort et justifient donc que l'on accorde une attention particulière aux événements en question.
La référence à des valeurs morales est évidemment elle-même tributaire du point de vue culturel et idéologique auquel se place celui au y fait appel. Ains, comme vous le savez bien, c'est au nom de valeurs morales, tirées de la religion en particulier, que sont justifiées dans certaines cultures des pratiques qui sont condamnées dans d'autres.

Écrit par : Mère-Grand | 29 août 2013

Les commentaires sont fermés.