03 août 2013

Je comprends les gens qui ont marché avec Hitler...

On se demande souvent comment il est possible que des millions de gens aient pu suivre Hitler dans les années 1930. Comment les lois racistes ou racialistes ne les ont pas fait réagir. C’est simple: nous avons une situation analogue sous les yeux. Cela se reproduit et personne ne s'en étonne.


féminisme,politique,hitler,loi,genre,sexismeSuite à mon précédent billet: les lois discriminant le sexe masculin sont exactement le pendant des lois racistes.


1. Les juifs avaient été accusés de tous les maux pendant des décennies voire des siècles.

-> Cela fait des décennies (voire davantage) qui les hommes (mâles) sont accusés de tous les maux et de tous les crimes.


2. Les allemands avaient besoin de revanche.

-> Les féministes de tous bords ne fonctionnent qu’à la victimisation et à la revanche.


3. Accabler les juifs et voter des lois contre eux ne choquait personne.

-> Accabler les hommes et voter des lois en les désignant expressément ne choque personne.


4. L'émotion et la pensée unique primaient sur la réflexion.

->
L'émotion et la pensée unique priment sur la réflexion.


La situation est en filigrane la même, et le projet de vote de loi sexiste misandre en Suisse le confirme. Les gens sont donc capable de suivre l'Etat dans un projet qui ostracise une population, même la moitié de la population. Aujourd'hui comme hier. Je comprends les gens qui ont marché avec Hitler: ils trouvaient cela normal.



Tiens, par hasard: les nazis proclamaient «Le travail rend libre». C’est le slogan même des féministes: le travail des femmes les rend libres...

 

féminisme,politique,hitler,loi,genre,sexisme,

21:44 Publié dans Féminisme, Politique | Lien permanent | Commentaires (21) | Tags : féminisme, politique, hitler, loi, genre, sexisme | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

C'est tellement simple John ... "On se demande souvent comment il est possible que des millions de gens aient pu suivre Hitler dans les années 1930."

Les Français avaient gagné la Première Guerre Mondiale, faisant pour la première fois dans l'Histoire, du perdant, un payeur pour les dégâts occassionés par la Guerre.

Ainsi, la France a asphyxié l'Allemagne.

Hitler a été financé par les U.S.A., le grand-père de George W.Bush, est devenu multi-millionaire grâce à son poste dans l'Administration américaine basée à Berlin.

Les usines américaines travaillait jour et nuit pour fournir des armes à Hitler, les voitures Ford (Henri Ford était antisémite), se vendait très bien en Allemagne, avant qu'Hitler prenne la décision de faire construire la fameuse Coccinelle.

IBM fournissait à l'Allemagne nazie des précurseurs des ordinateurs sachant pertinemment l'usage qui allait en être fait de ces machines.

Hitler était le sauveur de la Nation, il donnait du travail alors qu'il n'y avait plus, leur rendait leur estime.

Les U.S.A ne sont entrés dans la Guerre qu'après que le Japon les ait attaqués dans le Pacifique, plus précisément à Pearl Harbour.

Aux U.S.A., il y avait eu la crise financière de 1929, alors une guerre comme celle qu'Hitler allait préparer était une aubaine pour le Monde entier.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 04 août 2013

Juste un petit lien très actuel sur la collaboration de Hollywood ...

http://www.20min.ch/ro/sortir/cinema/story/Hollywood-a-t-il-pactise-avec-les-Nazis--22545085

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 04 août 2013

@Hommelibre ,entièrement d'accord avec votre article et pour comprendre mieux il suffit de se laisser bassiner tous les jours par la chaine Planète qui sans Hitler aurait déjà fermé ses studios. Vivant il n'en reviendrait pas lui-même de cet engouement qui lui accorde beaucoup plus de regards par des peuples non européens que du temps de sa dictature
Les reflets du passé sont certes très instructifs mais avec Planète c'est carrément du bourrage de crâne comme la TSR qui nous ressort des toxines alimentaires devenues nécessaires pour combler de satisfaction les faiseurs de bien ou donneurs de leçons.
Ou comment bien nourrir l'égo des animateurs TV voir inciter à la haine collective insidieusement mais néanmoins perfidement les téléspectateurs du moins pour les plus réceptifs et surtout naifs
toute belle journée pour vous et merci pour votre blog

Écrit par : lovsmeralda | 04 août 2013

on le voit comme sonts dénigrés les hommes dans les émission TV

exemple en famille.

http://fr.wikipedia.org/wiki/En_famille_(s%C3%A9rie_t%C3%A9l%C3%A9vis%C3%A9e)

antoine est bête que c'est pas possible d'être aussi bête.

mais que Chloé soit pareille et antoine intelligent comme chloé est inconcevable, les féministes monteraient tout de suite au créneau en parlant de sexisme, le rabaisement de l'homme est devenu normal, par contre qu'on ne s'avise pas à rabaisser les femmes,

kader est aussi pris pour un imbécile, et est considéré comme une bonne assistante maternelle. et bien sur il est la réprésentation du multiculturalisme modéle d'intégration selon la gauche.

dans scénes de ménage c'est pas mieux, josé parfait beauf, qui ne fait strictement rien à la maison et au boulot, l'imbécile de service.

fabien le prof une autre assistante maternelle, sa compagne super bricoleuse, qui quand elle est avec des collégues de boulot raconte strictement n'importe quoi, il aurait pu faire des dialogues réalistes, couple trés bizarre personne n'en a jamais cotoyé des comme ça.

Écrit par : leclercq | 04 août 2013

Bonjour, hommelibre,

Je comprends bien qu'il s'agit d'éveiller les consciences et d'attirer l'attention sur un sujet grave, mais tout de même ...

Lorsque je vois le nom de Hitler , j'ai toujours l'impression qu'on est dans l'excès, forcément. Hitler est convoqué trop souvent, on oublie combien il a fait du tort simplement aux Allemands eux-même, avant d'aller envahir et exterminer physiquement les autres.

Même moi, j'ai été comparée à Hitler, un jour où j'avais organisé une journée d'étude dans mon école, pour montrer à l'ensemble des collègues une méthode appelée "gestion mentale", qui avait pour modeste ambition d'aider les élèves à mieux apprendre. Cela avait été perçu comme une prise de pouvoir pernicieuse
L'histoire de A. Hitler et l'Histoire de l'Allemagne (et accessoirement de l'Autriche) sont d'une complexité particulière.
L'étouffement de toute contestation à l'intérieur du système national-socialiste d'alors est peut-être la caractéristique la plus évidente qui distingue le cas présent de l'Allemagne des années 1930.
Actuellement, on n'est pas encore là et vous avez bien sûr raison de profiter de la liberté d'expression que nous avons encore.
Simplement, j'ose attirer votre attention sur le fait que de tirer des traits trop épais, on arrive dans l'approximation.
Vous écrivez, ci-dessus :
"Accabler les hommes et voter des lois en les désignant expressément ne choque personne."
Je suis allée lire le lien de la Confédération concernant la convention d'Istanbul que vous fournissez dans le billet précédent. J'ai cherché le mot "hommes" dans le résumé qui est fourni et je ne le trouve pas.
Il s'agit d'empêcher des mariages forcés, des excisions, effectivement des violences domestiques, mais je n'ai jamais vu expressément le mot "commis par des hommes".
En effet, je pense que les personnes qui rédigent de telles conventions ne sont pas sans ignorer que les mariages forcés ou les excisions ne sont pas de l'unique ressort des hommes, mais bien des émanations de systèmes sociaux qui n'ont pas cours chez nous.
Personne en Europe n'ira briser des lances pour le droit à l'excision, au mariage forcé et pour le droit de battre sa femme.
J'aurais envie, sans vouloir agiter un drapeau rouge de torero, d'imaginer que si on admet qu'un mari ne doit pas battre sa femme, on doit également admettre l'inverse, puisque nous sommes censés être dans un système prônant l'égalité.
Est-ce qu'une convention internationale allant dans ce est envisageable, dans un avenir plus ou moins proche? Une sorte de protocole d'Istanbul II ?
Les hommes occidentaux devraient pouvoir convaincre les hommes des autres continents, qui ne peuvent probablement pas admettre être battus par leurs épouses, d'oser amener ce problème sur la place publique.

Encore une chose:
"Arbeit macht frei." est une phrase tellement connotée que cela justifierait au fond un parasitisme de bonne conscience à toute personne à la recherche d'allocations-chômage ... ;-)))

Écrit par : Calendula | 04 août 2013

@ Victor

" Hitler a été financé par les U.S.A., le grand-père de George W.Bush, est devenu multi-millionaire grâce à son poste dans l'Administration américaine basée à Berlin. "

Il faut plutôt évoquer des industrielles US qui fournissaient du matériel à son client nazi plutôt que les USA en tant que nation. Mais c'est probablement partout en occident que des industrielles faisaient des affaires avec l'Allemagne nazie. N'oublions pas que dans les années 90 en plein scandale des fonds en déshérence, le bouc émissaire qui finançait et faisait affaire avec Hitler était la Suisse, ses banques et son industrie; à tel point que notre pays était accusée également d'avoir ainsi prolonger la guerre par son aide aux nazis. Je me souvient aussi que lorsque j'évoquais à certaines personnes qui faisait de la Suisse le financier unique d'Hitler que des industries US comme IBM ou GM avaient massivement fait des affaire avec les nazis; on me répondait septiquement.

Pour le sujet dircet du billet; la Suède est un bon exemple. Ce pays est gouverné par le féminisme. Faire des lois punissant pénalement les clients de prostituée jusqu'à faire des lois pour obliger les homme à pisser assis comme les femmes. Et en attendant, ils laissent pourri leur modèle sociale tant vanté par tout le monde, comme l'on montré les violences qui ont explosé dans les banlieues de Stockholm.

D.J

Écrit par : D.J | 04 août 2013

@ hommelibre: un lien sur la législation antisémite nazie:
http://www.ushmm.org/wlc/fr/article.php?ModuleId=285

"les Juifs et les fonctionnaires «politiquement peu fiables» furent expulsés de l’administration publique. "

On pourrait comparer la misandrie à l'antisémitisme, mais c'est totalement différent: déjà l'époque les Juifs étaient une minorité dans la population européenne. D'autre part, je rappelle que les lois sont adoptées par des parlementaires, des politiques donc. Or la majorité des politiques sont des hommes.

Qu'ils puissent mettre en place des lois pareilles me dépasse donc. Comment pourraient-ils en arriver là? D'autre part, la majorité des entrepreneurs, des cadres d'entreprise et des hauts fonctionnaires sont des hommes.
Ces lois antisémites ont eu comme parallèle une amélioration sensible de l'économie; la mise en place de telles lois créerait des conséquences imprévisibles, et pas forcément une amélioration de l'économie.


vous avez remarqué dans un précédent billet que l'excision se faisait de femme à jeune fille dans des pays africains, que les hommes y étaient réticents. Dans ce cas, l'interdiction de l'excision se ferait contre les femmes.

Vouloir comparer cette loi à ce qu'a fait Hitler est absurde: le génocide fut atroce mais il ne met pas en péril la survie de l'humanité. Mettre en place le meurtre de tous les hommes est suicidaire pour l'humanité. Peut-être que vous n'avez pas perçu cet aspect, mais il y a une différence de taille entre ces deux phénomènes.

D'autre part, je rappelle que les politiques démocratiquement élus ont le pouvoir de changer les choses. Aujourd'hui ils sont féministes, malgré toutes les dérives des activistes? Demain ils seront antiféministes si leur pouvoir qu'elles seraient censées prendre était néfaste à la majorité.

Une dernière chose: il y a une différence de nombre entre les féministes, qui sont minoritaires, et les Allemands d'alors, qui étaient en grande majorité pour Hitler.
Aujourd'hui, qui se dit féministe? Cela concerne une infime minorité. Sur toutes les personnes que j'ai rencontrées, aucune ne l'était.
Et puis il y a une différence entre vouloir l'égalité entre hommes et femmes et mettre en place la Solution finale à l'encontre de tous les hommes...

Écrit par : ApprentissageVie | 04 août 2013

@DJ

"on me répondait septiquement."

Ils avaient pas besoin d'agir ainsi. Vous êtes déjà assez septique comme ça.

Écrit par : Machin | 04 août 2013

D'ailleurs, au même moment où Adolf Hitler était revenu au pouvoir en Allemagne, les Etats-Unis ont aussi failli tomber entre les mains d'un régime nazi, composé des mêmes personnes (dont les cerveaux n'étaient autres que la famille Bush) qui ont soutenu Adolf Hitler. Il s'agissait de l'idéologie commune des ploutocrates occidentaux, il faut se l'admettre. Les complots ayant échoué par le passé ne sont pas pour autant morts. Aujourd'hui, la France est asphyxiée non seulement par l'Allemagne mais aussi et surtout par l'Union Européenne (un projet aussi nazi à la base), sous l'égide des Etats-Unis.

Écrit par : John | 04 août 2013

Les féministes, une minorité ? S'ils étaient si peu nombreux, cela se saurait et la société ne serait pas intoxiquée comme elle l'est actuellement par la misandrie. Par ailleurs, ce n'est pas parce que peu de personnes s'avouent féministes, que la majorité ne le sont pas. Au contraire, la majorité (des femmes de la dernière génération, notamment) s'inspirent aujourd'hui de cette idéologie, sans en avoir conscience. Elles pensent de la même manière, produisent le schéma qui leur en est inculqué. Ce n'est parfois qu'à certaines occasions qu'on se rend compte à quel point le féminisme a triomphé spirituellement, cela peut concerner des situations banales comme des situations plus décisives.

Par exemple, il suffit de se balader sur les sites de rencontres, où il est devenu difficile de trouver le profil d'une femme de moins de 30 ans sur lequel il n'est pas mentionné le terme "pervers" à l'avance pour intimider tout homme qui ferait des avances à une femme.

La plupart des politiciens, des journalistes, et de l'élite intellectuelle autoproclamée, hommes et femmes réunis, tiennent aussi le discours complotiste de la bien-pensance féministe, où le terme "patriarcat" est utilisé à toutes les sauces, sans réserve. Il y existe une posture misandre sous-jacente et une incitation à la haine des hommes très subtile avec la campagne de diabolisation des antiféministes et les procès d'intention adressés à leur égard. Même un père sur une grue qui ne demande que la justice et l'application de ses droits et le respect de l'enfant, y a droit. Il fait déjà réagir ces idéologues hégémoniques, frileux et hermétiques à tout dialogue concret en faveur de la réelle égalité, cette valeur qu'ils prétendent défendre.

J'aimerais aussi ajouter que, de tout temps, le fait d'être un homme n'a jamais exclu le fait d'être contre les hommes. Ne serait-ce que d'après la tendance ancestrale de l'histoire humaine, les femmes suscitent davantage la compassion et la sensibilité que les hommes. Et il est inutile de chercher bien loin pour s'apercevoir qu'un homme est davantage prédisposé au sacrifice envers la femme, indépendamment de son rôle dans sa vie, y compris celui qui consiste à renoncer à sa dignité sexuelle et psychologique. Ce qui est très rarement le cas d'une femme, puisque même si elle peut tout entreprendre pour satisfaire celui qu'elle aime, elle ne le fera sûrement pas pour un homme inconnu. En revanche, les femmes bénéficient rapidement autant de la solidarité communautaire (la solidarité féminine étant généralement très forte, symbolique) que de l'adhésion d'hommes.

Le dessein misandre ne se démarque des autres totalitarismes que dans la mesure où il n'est pas ici question d'exterminer les hommes physiquement, mais de les déposséder de leur masculinité, de leur intégrité et de leurs moyens d'expression, afin de les cantonner dans des fonctions utilitaires, de pourvoyeurs (de sperme ou d'argent), en jouant sur leurs faiblesses, et plus précisément, leur loyauté sentimentale et sexuelle quasiment inconditionnelle envers les femmes. Pour les récalcitrants, les antiféministes, les médias se chargent de les détruire moralement, de les délégitimer et de les faire passer pour des ennemis de la liberté et de l'égalité, pour mieux les discréditer, les emprisonner et les tuer. Il ne s'agit ici bien entendu pas d'assassinats au sens traditionnel qui font couler du sang, mais de ceux qui font couler des larmes et où la fin logique, c'est le suicide.

Par contre, en ce qui me concerne, je ne crois pas du tout que cela soit irréversible, je ne pense pas qu'un homme soit fatalement voué à servir la femme, pas plus que l'inverse. La société peut changer, à condition de se délivrer des conditionnements qui sont seuls responsables de la manière dont on appréhende les situations et dont on se comporte envers le sexe opposé.

Écrit par : John | 04 août 2013

Justement John, ce n'est pas de la misandrie, pas en tant que telle. Je pense que l'Homme est faible par nature, et que la société de consommation, dans laquelle nous vivons, encourage notre faiblesse: gourmandise, luxure, colère...

L'une des faiblesses humaines c'est aussi le panurgisme: il y a cinquante ou soixante ans l'on disait que la femme n'était pas un homme complet, aujourd'hui l'on dit aux hommes qu'ils sont des femmes comme les autres...

Si les femmes attirent plus la compassion, c'est parce qu'elles sont considérés comme plus faibles que les hommes. Combien de régimes politiques ont fait des femmes des incapables juridiques, au même titre que les enfants? Pourquoi est-ce qu'une femme qui se conduit de manière honteuse se fait excuser et pas un homme? Parce qu'elle est considérée comme plus faible.

Concernant la diabolisation des antiféministes, c'est parce que ces féministes actuels bénéficient d'une situation de pouvoir. Il est utile aux féministes d'avoir un tel discours car leur pouvoir est menacé par la destruction de l'illusion fémniste.

C'est également par confort mental: il est bien plus facile de dire que c'est la faute des hommes si une femme est mal payée plutôt que de dire qu'elle n'est pas faite pour ce métier, que c'est une incapable, qu'elle n'est pas assez impliquée. Là où vous voyez un terrible maux occidental, j'y vois la simple bêtise humaine.

Je le maintiens, la plupart des personnes occidentales ne sont pas féministes, et ce pour une simple raison: par peur du ridicule. Aujourd'hui, en France, en Allemagne, en Suisse, aux Etats-Unis, de quoi peuvent se plaindre les femmes? Des anecdotes. Aujourd'hui, les femmes sont aussi mal loties que les hommes.
Il y a beaucoup de faiblesse dans l'être humain, et celui qui apparaît comme très fort cache le mieux sa faiblesse.

De toute façon cette situation ne durera pas car la société de consommation, qui alimente l'infantilisation des individus, en viendra à tomber. C'est mathématique: nous vivons sur une planète finie. La conscience de la mort viendra nous rattraper quand les océans monteront, quand les déserts progresseront, quand l'air sera plus pollué encore.

Et vous avez raison: rien n'est gravé dans la pierre. Nous finirons tous par mourir un jour, il n'appartient qu'à nous de faire de notre vie telle que nous la voulons; c'est parce que certains pensent la vie plus terrible que la mort qu'ils se suicident, or nous ignorons ce qu'il y a au-delà du voile.
Est-ce de la force ou de la faiblesse de se tuer? Quelle question...

Écrit par : ApprentissageVie | 04 août 2013

@ Calendula

"Je suis allée lire le lien de la Confédération concernant la convention d'Istanbul que vous fournissez dans le billet précédent. J'ai cherché le mot "hommes" dans le résumé qui est fourni et je ne le trouve pas."
Et bien moi aussi j'ai regardé le lien suivant _ si c'est bien du même qu'on parle_ : http://www.news.admin.ch/dokumentation/00002/00015/?lang=fr&msg-id=49556.
J'y ai compté 8 fois le mot "femme(s)" en 30 lignes! + d'autres termes pour désigner le sexe féminin. "protéger les femmes"; "la violence à l’égard des femmes"; "une protection des femmes contre TOUTES (!) les formes de violence" etc. Le terme "victime(s)" n'est jamais bien loin non plus.
Comme l'a dit hommelibre, pas besoin de trop mentionner les hommes; en filigrane c'est eux les bourreaux, jamais les victimes. C'est une manière vicieuse typiquement féminine de désigner les coupables sans les citer, pour moi c'est évident.

"Le Conseil fédéral veut mieux protéger les femmes contre les violences fondées sur le genre"
Cette phrase me sidère. Il y a me semble-t-il une contradiction énorme : femme c'est un sexe, genre c'est une sorte de role social. Dans ce cas pourquoi ne protéger que les femmes puisque hommes et femmes pourraient adopter le genre qu'ils veulent (théorie féministe)?

Écrit par : Didier | 04 août 2013

@ Didier: la contradiction que vous soulignez est une perle de confusion, de cette confusion intellectuelle et des valeurs dans lequel le féminisme se complait. C'est une illustration de la faillite intellectuelle de ce mouvement.

Écrit par : hommelibre | 04 août 2013

@Didier et hommelibre,
Je ne vais devoir essayer d'être brève et c'est très difficile.
Pour moi, un protocole comme celui d'Istanbul ne concerne pas en premier lieu
la Suisse. la Suisse va le signer, afin que sa portée internationale soit validée.
Il y est question d'excision et de mariages forcées, en plus de la violence domestique.
Si vous relisez mon premier commentaire, je ne dis pas autre chose.
Certes, cette convention internationale aurait pu ne pas mentionner les violences conjugales. Le choix de la faire malgré tout peut se comprendre, sachant que dans certaines pays, cela ne pose pas problème, au niveau social.

Écrit par : Calendula | 05 août 2013

@ Calendula

"Pour moi, un protocole comme celui d'Istanbul ne concerne pas en premier lieu
la Suisse. la Suisse va le signer, afin que sa portée internationale soit validée."
Ben c'est encore pire alors, la connerie va s'étendre à plus grande échelle. Mais bon on commence à avoir l'habitude maintenant. A part ça ça fait un peu néocolonialiste vous trouvez pas? un peu dans ce genre là voyez :
http://www.agenceecofin.com/?option=com_k2&id=2119&view=item&Itemid=134&tmpl=component&print=1
"Nos valeurs morales et notre culture prendront toujours le dessus même si nous restons pauvres. Nous comprenons le problème du parti conservateur de la Grande-Bretagne mais nous ne cèderont pas aux pressions" ; "le président John Atta-Mills, soulignant que David Cameron n'avait pas à dicter aux autres nations souveraines ce qu'elles devraient faire".
Personnellement je suis opposé à ce qu'on punisse les homosexuels, mais l'attitude de ces hommes politiques est intègre et admirable. Ca c'est ce que j'appelle avoir de la dignité, j'admire les gens comme ça.

Qui sommes-nous pour décider à la place d'autres pays comment ils devraient vivre et organiser leurs sociétés? surtout avec le modèle et les résultats catastrophiques du féminisme occidental. A la limite ce serait plutot eux qui devraient nous donner des leçons.

"Certes, cette convention internationale aurait pu ne pas mentionner les violences conjugales. Le choix de la faire malgré tout peut se comprendre, sachant que dans certaines pays, cela ne pose pas problème, au niveau social."
Encore une fois; comme vous dites, si ça ne pose pas problème dans certains pays, de quoi donc nous mêlons-nous?

Écrit par : Didier | 06 août 2013

Bonjour Didier,

Je précise volontiers mon point de vue.

Vous écrivez:
"Ben c'est encore pire alors, la connerie va s'étendre à plus grande échelle."
Si vous considérez que de faire une convention internationale sur l'excision, les mariages forcés et .. les violences conjugales est une connerie, libre à vous.
Vous pensez certainement qu'il n'y en a pas beaucoup à travers le monde et c'est pour cela que cette convention est inutile ou une "connerie".

Vous posez également les questions suivantes :
"Qui sommes-nous pour décider à la place d'autres pays comment ils devraient vivre et organiser leurs sociétés? surtout avec le modèle et les résultats catastrophiques du féminisme occidental. A la limite ce serait plutot eux qui devraient nous donner des leçons."

Si vous pensez que nous avons des leçons à recevoir d'autres pays quant au statut des femmes, il serait intéressant de savoir lesquels. Et en quoi.

Une convention internationale n'est pas forcément un truc que les grands imposent aux petits.
Je comprends bien que de toucher à des structures sociétales peut induire des déséquilibres inattendus. Les pays qui signent le font malgré tout librement, je ne crois pas qu'il y ait des pistolets sur des tempes.
Il me semble que vous faites preuve d'un certain relativisme en pensant qu'il n'y pas de valeurs universelles.
Votre opinion ou la mienne est certes intéressante, mais les différents gouvernements des pays lointains prennent leurs décisions sans nous et selon leurs propres priorités.

Ma dernière phrase n'était pas très claire. Je voulais dire ceci :
Pour la Suisse, ce n'est pas un grand effort de signer cette convention, puisque chez nous l'excision, les mariages forcés et les violences conjugales sont déjà sanctionnés. Nous avons également signé d'autres conventions internationales qui ne nous concernent pas directement, comme p.ex. celle sur l'abolition des mines antipersonnel.
On pourrait affirmer que c'est néocolonialiste d'empêcher des gens de poser des mines chez eux. Que nous nous mêlons de leurs affaires.
Je dirais que, du moment qu'un pays souverain signe un traité, il aura pesé les enjeux. Peut-être que les mines leur posent un peu problème, malgré tout. Et peut-être que certains pays signataires du traité d'Istanbul le font en en attendant quelque bienfait.

Écrit par : Calendula | 09 août 2013

@ Calendula

Effectivement je pense que c'est une énorme connerie, une injustice, une honte, un scandale, de faire une convention qui privilégie un sexe sur l'autre. "Protéger les femmes, les femmes, les victimes, les femmes etc...". Cette galanterie n'a absolument rien à faire dans le domaine législatif.

"Si vous pensez que nous avons des leçons à recevoir d'autres pays quant au statut des femmes, il serait intéressant de savoir lesquels. Et en quoi."
Ce serait trop long et compliqué à détailler comme ça. Mais disons certaines sociétés dans lesquelles les bébés avortés ne sont pas aussi répandu et banalisés qu'une une lettre à la poste; où on ne congèle pas les bébés et n'invente pas un déni bidon pour innocenter des femmes, vues quoi qu'il arrive comme incapable de faire du mal; où des femmes ne jouent pas les putes pour dans le même temps s'insurger contre l'instrumentalisation du corps de la femme; où les femmes ne détestent pas le sexe opposé; où l'on divorce peu ou pas, ou alors si la femme le veut, qu'elle ne reçoivent pas non plus de pension; où on ne fabrique pas sciemment des cortèges de demi-orphelins par PMA; où il n'y a pas près de 80% de SDF hommes pour venir ensuite nous parler de la précarité des femmes (les femmes toujours les femmes..); où des délinquantes topless sont emprisonnées illico au lieu d'une complaisance ahurissante et sexiste; où les hommes ne sont pas vus comme d'immondes branleurs et les femmes des petites saintes qui découvrent leur corps avec un canard vibrant etc...

"Les pays qui signent le font malgré tout librement, je ne crois pas qu'il y ait des pistolets sur des tempes."
J'ai bien peur que malheureusement, on leur fait parfois des propositions qu'ils peuvent difficilement refuser; vous avez vu mon lien plus haut :
http://www.agenceecofin.com/?option=com_k2&id=2119&view=item&Itemid=134&tmpl=component&print=1

La comparaison entre des pratiques culturelles différentes des notres et quelque chose d'aussi dangereux que des mines est inappropriée pour moi.
Des sociétés ont une conception du mariage différente de la notre actuellement, ils organisent leur société comme-ça, ils pratiquent l'excision également, ou alors gèrent les éventuels débordements de leurs femmes (qui peuvent aller très loin sans limites comme on peut le voir en occident) en interne où le mari corrige les éventuelles incohérences de la femme (en tout cas on peut dire que c'est plutot efficace). On peut biensur considérer que toutes les femmes sont des saintes qui ne méritent jamais la moindre claque, ou que le dialogue est toujours suffisant (cf "débat" sur mariage homo), et leurs intentions toujours pures; mais je ne suis pas de cet avis, car pour moi seule la vérité compte, fût-elle difficile à entendre.

Écrit par : Didier | 09 août 2013

Bonsoir Didier,
Voilà, la messe est dite.
Ca a le mérite d'être clair.
Vous restez sur votre position et moi sur la mienne. L'image que vous donnez des femmes les rend très antipathiques et elles méritent ainsi les pires châtiments, surtout en occident.
Comme je l'ai écrit plus haut, nos opinions ne changent rien aux pratiques des pays qui ne sont pas les nôtres.
Je pense d'ailleurs que la convention d'Istanbul sera certainement qu'un papier de plus et elle ne changera pas la face du monde de façon décisive. On ne s'en servira que s'il y a une volonté réelle de changement dans un pays donné.
J'ai utilisé l'exemple des mines antipersonnelles uniquement pour illustrer le fait qu'un état peut signer un traité, même s'il n'est pas directement concerné par le contenu de celui-ci. Ce n'est pas manquer de respect envers les victimes des mines.
(Une femme excisée a généralement toutes les peines du monde à accoucher.)

Écrit par : Calendula | 09 août 2013

Mais...c'est n'importe quoi!!

Écrit par : Peu importe | 10 août 2013

@ Calendula

"Pour la Suisse, ce n'est pas un grand effort de signer cette convention, puisque chez nous l'excision, les mariages forcés et les violences conjugales sont déjà sanctionnés"

si un pays signe c'est qu'il s'engage chez lui à faire des efforts dans ces domaines, ce qui se passe chez les autres il ne peut pas l'influencer.

en plus est-ce qu'il y a un résultat concret de baisse de violence conjugale aprés tout le battage qui est fait dans ce domaine ?

ça personne n'en parle, ces campagnes les musulmans installés en france où en suisse s'en tapent ça ne les empêche pas de battre leur femme. quand elles portent plainte elles la retirent trois jour aprés par peur !!!

ces campagnes servent uniquement à casser l'équilibre dans les couples, à éjecter l'homme de son rôle de pére, à enlever tout contre pouvoir nécessaire aux femmes pas à autre chose, la violence conjugale baissera quand on soignera les femmes co-responsables de la violence conjugale dans le couple, au lieu de les protéger envers et contre tout.

quand il y aura moins de divorces et moins de garçons élevés par des femmes seules, sans hommes pour leur poser des limites il y aura moins de pervers narcissiques moins de petits macho.

Écrit par : leclercq | 11 août 2013

Depuis un certain temps, on parle absolument tous les jours de ce démon que fût Adolf Hitler.

Partout, dans la presse écrite ou alors électronique, les blogs, des reportages télévisés et même dans des publicités Facebook.

http://www.tdg.ch/culture/facebook-conseille-lire-mein-kampf/story/16457001

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 26 août 2013

Les commentaires sont fermés.