04 juillet 2013

Espionnage - Plage - Rage

Le problème des Etats-Unis est d’être trop visibles. Les autres sont plus discrets. Imaginez les chinois se faire prendre la main dans le sac de l’espionnage: impossible. Ils vous regarderaient droit dans les yeux, c’est-à-dire légèrement de côté, et diraient: «Ho kong», ce qui signifie: «Je ne sais pas de quoi vous parlez mais je soumettrai cette intéressante question au prochain comité du parti qui se réunira en séance plénière sous la présidence de notre chef bien-aimé qui est toujours très attentif au bon déroulement des relations internationales et de la transparence politique telle que le grand timonier l’avait instaurée quand il avait pris la Grande Marche de l’escalier en colimaçon, celui qui tourne à gauche».

Bon, la nouvelle affaire est l’espionnage de passants. Enfin au moins d’un.


genève,mission américaine,plage.tpg,Espionnage

Monsieur Ouardiri se plaint d’avoir été espionné par la mission américaine à Genève. Il se promenait à 100 mètres du bâtiment avec un livre sur l’islam visible dans sa voiture. Un petit rappel des attentats contre des ambassades ou missions américaines s’impose:

- 7 août 1998, l’attaque à la voiture piégée contre l'ambassade de Nairobi a tué au moins 213 personnes dont 12 Américains, blessé de 4 000 à 5 500 personnes, totalement détruit plusieurs immeubles du centre ville et fragilisé l'économie du Kenya.

- le même jour attaque contre l'ambassade à Dar el Salaam: 11 personnes tuées et en 85 autres blessées;

- 18 avril 1983, attentat contre l'ambassade américaine à Beyrouth: 63 morts et 120 blessés;

- 15 décembre 1981: attentat-suicide contre l'ambassade d'Irak à Beyrouth, 61 morts et des centaines de blessés;

- 23 octobre 1983: double attentat-suicide (voiture piégée) contre des casernes américaines et françaises, à Beyrouth, tuant 241 soldats américains et 58 soldats français.

La liste n’est pas finie. Au fond ils ont peut-être des raisons de se méfier.


genève,mission américaine,plage.tpg,Plage

Au répertoire de Salif Keita, une chanson intitulée: «Nous pas bouger». Je la propose comme hymne genevois. En effet le WWF a encore réussi à bloquer un projet. Ceux qui ont leur datcha à la campagne ne doivent pas aimer le lac.

Il paraît que l’objectif du refus de la plage est de ne pas donner un mauvais exemple et de voir les lacs suisses être comblés (de gravats, pas de grâce...). Ne voulait-on pas plutôt embêter les membres de la Nautique? Ces vilains qui ont ramené la coupe de l’America en Suisse! Quelle ingratitude. Allez, vite, votons pour le tunnel sous la rade: c’est déjà ça de gagné. Tunnel + plage = mobilité + qualité de vie.

Au fait on n’a pas entendu Madame Kunzler sur ce recours. Madame Kunzler devait dormir (non ce n’est pas un pléonasme). Ou elle attendait un bus des TPG...


genève,mission américaine,plage.tpg,Rage

Ah, les TPG. En une semaine ils font fort. 30 minutes pour avoir un 21 après le concert de Bruce hier soir. Et jeudi dernier, j’ai beau scruter l’horizon comme Hubble scrute les étoiles, je ne vois rien venir: près de 25 minutes d’attente pour le 8 au Muséum. Un 8 finalement plein comme un oeuf en plein cagnard. Trois jours après, le 1 qui vient au bout de 20 minutes aux Tranchées: résultat, un rendez-vous presque raté. Et les 12 en accordéon: 3 de suite et puis plus rien. A Genève y a que la bise qui bouge.

Pas la peine de calculer les horaires sur le net. Ni de piquer une rage. Les Transports Publics Genevois sont une loterie. Ou une grande aventure: on ne sait pas quand on part, on ne sait pas quand on arrive.

Ils devraient passer de la musique dans les bus et les trams. Par exemple l’hymne national genevois:



 
Image 1: attentat Nairobi 1998. 2: plage de Genève, photomontage Etat de Genève. 3 Hôtel Eden.

21:05 Publié dans Humour, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : genève, mission américaine, plage.tpg | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Les commentaires sont fermés.