29 juin 2013

Tunisie: Amina lâchée par les Femen?

«En mars dernier, cette jeune Tunisienne de 18 ans avait déclenché la polémique en diffusant des photos d'elle seins nus sur les réseaux sociaux, avant de taguer le mot "Femen" sur le muret d'un cimetière de Kairouan (centre) le 19 mai, jour où devait se tenir le congrès des salafistes djihadistes d'Ansar el-Charia.» (Le Point)


femen,amina sboui,tyler,tunisie,justice,seins nus,profanation,prisonLes faits

Amina Tyler (Amina Sboui de son vrai nom) est lycéenne en Tunisie. Elle a maintenant 19 ans. Sa famille vit à Kairouan, ville très religieuse. Il y a trois mois elle décide d’imiter - et de créer une branche tunisienne - des Femen. Elle poste sa photo seins nus, sur lesquels figure un slogan, sur Facebook. L’affaire fait scandale. Le 19 mai elle tague «Femen» sur une tombe dans un cimetière et dénonce une réunion salafiste. Elle est arrêtée et attend depuis lors son procès en prison.

Trois Femens ont manifesté seins nus en Tunisie contre l’emprisonnement d’Amina. Elles ont été condamnées, puis libérées après un procès en appel dont la rapidité surprend. Leurs propos laissent penser à une reddition en vue d’échapper à la prison.

Des pressions auraient-elle été faites sur la justice tunisienne? Ces Femen jouissent-elles de protections occultes? Difficile à dire mais comment ne pas se poser la question? De retour à Paris les trois Femen libérées attaquent à nouveau la Tunisie et affirment qu’elles sont «prêtes à le refaire» (manifester seins nus à Tunis). Cela ne va probablement pas aider Amina. Narguer ainsi les autorités judiciaires tunisiennes à distance après avoir présenté «leurs regrets» voilées de blanc, c’est peut-être la provocation de trop. Une provocation destinée à réhabiliter leur image, pas à aider Amina.


Amina Sbouifemen,amina sboui,tyler,tunisie,justice,seins nus,profanation,prison

Pourquoi Amina s’est-elle enrôlée dans les Femen? Quel était son besoin à 18 ans, alors qu’elle faisait des études et n’était pas enfermée à la maison avec le voile? S’exposer comme elle l’a fait dans son pays demande certainement du courage - ou de l’inconscience - plus que de montrer ses seins en France sous la protection complaisante des caméras de télévision. Je comprends le sens de sa provocation. Mais c’est aussi une violence symbolique faite à sa culture. Elle avait dû recevoir des assurances d’être soutenue quoi qu’il advienne. Avec la libération des Femen, qui se sont volontairement pliées aux exigences de la justice tunisienne pour fuir leur condamnation, elle n’est plus soutenue.

Il aurait été fort de rester les quatre mois en prison, d’en faire un clou permanent dans la chaussure du pouvoir salafiste, de faire monter la pression. La reddition puis la «fuite» désamorcent le soutien à Amina. C’est l’équivalent d’un lâchage, car Amina reste en prison.

Je ne partage pas l’idéologie misandre ni le mode d’action des Femen. Je me demande pourquoi Amina a choisi un groupe sans relais réel dans le pays pour l’aider. Il y a  pourtant d’autres mouvements de femmes dans ce pays, et même s’ils reprennent malheureusement le discours idéologique radical des féministes occidentales, ils sont mieux structurés. Quel était le besoin d’Amina en prenant les Femen? La radicalité? L’exposition médiatique personnelle? Un défi qu’elle s’est donné? Pourquoi agir seule en connaissant les risques qu'elles encourrait? Le saura-t-on un jour?

«Ses proches la présentent comme une dépressive chronique suicidaire et ses parents l'ont longtemps empêchée de sortir de chez elle, arguant de sa sécurité (note: c'était après la diffusion de la photo seins nus). Amina, qui accusait sa famille de la séquestrer a fugué fin avril et apparaissait depuis régulièrement en public, sans pour autant se dénuder.» Est-ce vérifié ou s'agit-il d'un dénigrement? Son père a, pour sa part, déclaré qu'il pense que sa fille commet des actes démesurés mais qu'elle est fidèle à ses convictions et qu'il est fier d'elle.


femen,amina sboui,tyler,tunisie,justice,seins nus,profanation,prisonSoutenir ou non?

Aujourd’hui Amina doit trouver le temps long dans sa cellule, surtout depuis le départ de ses «soutiens». Les charges actuelles sont la profanation d’un cimetière, la détention d’un matériel d’autodéfense, et semble-t-il l’atteinte à la pudeur. La profanation d’un cimetière est dans tous les pays considérée comme grave. Chez les amérindiens une telle profanation était sanctionnée par la mort (revoir Jeremiah Johnson). En Europe la profanation - slogans tagués, tombes brisées - fait régulièrement l’objet de dénonciations dans la presse. Il n’y a pas de raison que cela soit moins grave en Tunisie.

Dès lors la question se pose: même si nous lui reconnaissons un certain courage à affronter un pays dont elle ne pourra pas sortir comme les autres Femen, faut-il soutenir Amina? En comparaison, soutiendrions-nous un européen ayant profané un cimetière en France ou en Suisse? Faut-il, sous couvert de féminisme radical, disposer de privilèges et devenir intouchable? Je n’ai pas de réponse en l’état. Sa bravade me la rend sympathique, mais un soutien et une libération ou une pression sur la justice feraient-elles avancer les lois et les mentalités? Peut-être bénéficiera-t-elle des possibles mêmes protections que les autres. Mais cela aidera-t-il toutes les autres femmes emprisonnées, si elles le sont pour des motifs «politiques»?

Les Femen jouent sur le martyr, bien que s’arrangeant pour être toujours protégées par des caméras. Un martyr va au bout se sa vocation. Il ne s’enfuit pas en chemin et ne demande aucun passe-droit.

A chacun donc de voir comment il considère la situation d’Amina.

14:59 Publié dans Féminisme, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : femen, amina sboui, tyler, tunisie, justice, seins nus, profanation, prison | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Les commentaires sont fermés.