27 juin 2013

Les Femen capitulent en Tunisie

La capitulation des Femen est totale et le suicide moral de ce mouvement est consommé:

femen,tunisie,procès,appel,sursis,cul,seins,fesses,voile,islam,révolution,féministe


femen,tunisie,procès,appel,sursis,révolution,féministe

07:45 Publié dans Féminisme, Politique, sport | Lien permanent | Commentaires (46) | Tags : femen, tunisie, procès, appel, sursis, cul, seins, fesses, voile, islam, révolution, féministe | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

BEURK !

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 27 juin 2013

Les FEMEN, jeunes femmes et moins jeunes, courageuses dans leur combat contre le sexisme, contre la prostitution, contre des dirigeants et des dogmes religieux et autres horreurs de la société font la révolution avec une arme bien fragile: leurs seins. C'est de la politique!

Alain Gegout sur son blog qui présente un sexe d'homme pour une exposition de peinture, c'est de l'art!

Toutes les considérations pertinentes ou impertinentes sur ces thèmes, c'est du "pipi de chat"!

Écrit par : Noëlle Ribordy | 27 juin 2013

hello Homme Libre, elles étaient drapées de blancs comme ça au tribunal, c'est ce qui me choque le plus, habillée ne suffisait pas???c'est encore pire que ce que je pensais la Tunisie!!!
bizzzouxxx!!!

Écrit par : Sarah | 27 juin 2013

ah c'est facile de faire chier le monde quand on est soutenues par les politiques et les média et l'idéologie dominant et des merdes comme Caroline Fouret.

les féministes qui nous pourrissent la vie un peu de fermeté et elles se dégonfleronts pareil.

et leur sois disant luttes avec personne en face c'est facile de gueuler quand il n'y a pas d'opposition.

leurs armes c'est les lois quelles onts fait voter !!!!

Écrit par : leclercq | 27 juin 2013

Ce n'est pas grave, elles sauront maintenant à qui il n'est pas bon de s'en prendre, et elles pourront continuer à montrer leurs seins dans les églises sans aucun souci. Vivent l'audace prudente et la révolte confortable!

Écrit par : Mikhail Ivanovic | 27 juin 2013

La rapidité avec laquelle le procès d'appel a été tenu en a étonné certains au pays du jasmin. La prochaine venue de Hollande aurait-elle joué un rôle. Nan, ne me dites pas qu'il y aurait eu des pressions... Les fifilles ne seraient quand-même pas protégées.

@ Mikhail: l'audace prudente et la révolte confortable, exactement.

@ Sarah: peut-être se sont-elles prises pour la sainte vierge?¿ Aïe... le prochain messie naîtra poing levé et slogan déjà peint sur la poitrine... ;-)
Bizzzouxxx!!!

Écrit par : hommelibre | 27 juin 2013

"Les fifilles ne seraient quand-même pas protégées."

Bigre ! François la saumure ?

Je connais une morue qui va l'avoir saumâtre.

Écrit par : Giona | 27 juin 2013

"Les FEMEN, jeunes femmes et moins jeunes, courageuses dans leur combat contre le sexisme, contre la prostitution, contre des dirigeants et des dogmes religieux et autres horreurs de la société font la révolution avec une arme bien fragile: leurs seins. C'est de la politique!"

Hahahahahaha commentaire le plus pathétique et desespérant que j'ai jamais lu ici

Écrit par : prometheus | 27 juin 2013

@ Noëlle Ribordy : que vous considériez l'action des Femen comme de la politique montre à quel point la politique s'est ridiculisée. C'est plutôt du militantisme, et du militantisme bas de gamme: montrer ses seins pour seulement dégrader tout ce qui peut encore l'être. Connaissent-elles seulement Bourdieu ou Simone de Beauvoir? Ces filles, trop immatures pour être femmes, n'ont aucune culture, donc aucun passé, vivant un éternel présent, chantres du libéralisme.

Savez-vous ce que signifie politique? C'est celui (je parle au neutre) qui s'occupe de la "polis", la cité, cellule d'un peuple, dans l'Ancien Régime les rois, les ducs, les comtes, les évêques et les baillis. Il est celui qui transforme la réalité de manière consciente, comme la loi de 1905. En France, ceux qui ont écrit la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen étaient des hommes politiques.
Comment osez-vous comparer ces grands noms du passé à ces femelles vociférantes et à la pensée dictatoriale? Pauvre Occident...

Écrit par : ApprentissageVie | 27 juin 2013

Combien de femmes ai-je déshabillées? L'Homme et ses conquêtes.

Mes manières ont stupéfié plus d'une, mais j'étais un homme et elles m'obéirent. Il y a eu celle revêtue de peau de bête. Cette jeune primate, je la saisis, j'arrachai sa parure aux relents âcres avec toute la force d'un mâle en rut.

Et, aujourd'hui je savoure les délices de cette nuit passée avec cette aristocrate parée d'un corset cousu de fil d'or. Bienheureux les faiseurs de mode. Je pus à loisir me satisfaire sans qu'elle ne souffle mot.

Quant à l'étrangère qui portait le voile, j'ai tenu à ce qu'elle le garde durant nos ébats. Je craignais que de mauvaises idées lui traversent l'esprit et viennent brouiller mes cartes.

Ensuite, le summum de mes fantasmes: la burqua. Sur les draps de satin blanc, je déposai la créature tout enveloppée de noir. Elle était ma prisonnière, ma chose. Il a fallu juste éteindre la lumière pour ne plus apercevoir son regard de mort-vivante.

Mais dans mon album de conquêtes féminines, il y a eu cette étrange rencontre. Je reçus l'interdiction de cette femme mystérieuse d'ôter son collier. La femme girafe autorisait seulement son mari à lui retirer ce bijou. Il la libérait ainsi par la mort de sa faute d'adultère.

Écrit par : Noëlle Ribordy | 28 juin 2013

Ah Noelle comme quoi seule la femme sait être victime valorisable....
Sacrées feministes qui nous vendent le summum de l'horreur à Srebrenica ou des centaines de femmes furent violées et oublient soigneusement que tous les hommes furent executés (8000 je crois)
Les femens sont inconsistantes elles sont prêtes à tout pourvu qu'il y ait une caméra pour enregistrer et que leur supplice s'arrête dès que l'enregistrement est terminé. Elles ne sont pas révolutionnaires, même pas militantes, elles font du show buisness au sens propre (enfin si l'on peut dire)

Écrit par : pat | 28 juin 2013

@ Noëlle Ribordy: avez-vous déjà vu des Femen grosses et laides? Bien que non, elles ne seraient pas photogéniques. Et puis ça permet aux badauds et aux téléspectateurs de se rincer l'oeil...

Généraliser les violences faites aux femmes sans comprendre les causes est tellement... féministe. J'aimerais sincèrement que vous répondiez à mon argumentaire. Pourquoi avez-vous utilisé le mot 'politique'? Et "parce que" n'est pas une réponse.
Mais comme vous êtes féministe, c'est perdu d'avance...

Écrit par : ApprentissageVie | 28 juin 2013

Noëlle,

quel talent! Je vous verrais bien réécrire Les Misérables de Hugo, ou un livre érotique comme une suite à Histoire d'O: soumise et totalement victime. Le must. Résister constamment au plaisir que pourrait me donner le maître absolu. C'est là le plus grand orgasme: silencieux, victimaire, triste et intense. C'est votre fantasme? Depuis le temps que vous en parlez. On peut aussi aimer le maître absolu, à vous lire: on évite de prendre ses propres responsabilités.

Mais quand-même, je me demande où vous inventez l'homme, parce que: "Je pus à loisir me satisfaire sans qu'elle ne souffle mot.":
c'est mal le connaître que de croire qu'il puisse se repaître à loisir d'une femme silencieuse. Votre imaginaire est foisonnant mais irréaliste.

Ou alors c'est de l'humour au 3e degré. Ou un projet de roman noir totally paranoïaque.


Je ne vous mettrai pas de texte sur la maîtresse qui effeuille ses amants, ses pages, son jardinier, etc... Mais c'est aussi un fantasme, cela existe. Tiens, pensez à Messaline, l'impératrice romaine qui sautait sur tout ce qui bouge.

Écrit par : hommelibre | 28 juin 2013

ApprentissageVie,

Je ne vais pas vous apprendre ce qu'est la Politique. A la lecture de votre commentaire, il ressort que l'art de la politique est pratiqué par les hommes. Les femmes ne sauraient saisir toutes ces subtilités! Je n'ai jamais entendu de telles inepties.

Votre discours, plein de suffisance, découle de l'attitude d'un enseignant salafiste réduisant les FEMEN à une enveloppe charnelle. C'est votre point de vue et je ne le respecte pas.

Pat,
Les femmes violées en Ex-Yougoslavie tout comme les hommes tués sont des crimes horribles. Ce geste sauvage, barbare démontre la bestialité de l'humain. Des hommes tuent d'autres hommes, des hommes tuent des enfants, violent leur mère, une banalité dans le monde des dominants.

Est-ce que le dominant est mâle ou femelle? Là est toute la question.

hommelibre,
Nous aurions pu écrire un livre en commun, mais il y a incompatibilité d'humeur. Nous ne pouvons nous accorder tant nos points de vue sur l'homme et la femme diffèrent dans la société.
Peut-être tomberions-nous d'accord sur l'érotisme, la sensualité partagée?
Mes fantasmes sont un vaste champ d'exploration et les vôtres? 0:)!

Bonne journée

Écrit par : Noëlle Ribordy | 28 juin 2013

Noëlle, la domination est affaire de caractère, éventuellement d'éducation et de circonstances. Pas de genre. La guerre et la politique ont été pendant longtemps confiées aux hommes, dans un système de répartition des lieux et tâches selon les sexes. Mais il y a des dominantes femmes comme des dominants hommes: dans le foyer, au travail, en amitié parfois. La domination sociale est peut-être en partie affaire de biologie, comme chez les animaux ils y a quelques dominants: plus forts physiquement ou plus rusés, plus instinctifs, etc. On dit d'ailleurs chez les loups: le couple dominant, donc mâle et femelle. Dans ce cas, le dominant a des devoirs envers la meute et les petits, ainsi qu'une obligation de cadrage social de la meute. Il ne lui suffit pas de mettre la patte sur les autres pour dire: Je suis le chef. Il a une vraie fonction sociale.

Pour les fantasmes... hum... ce serait évidemment conflictuel, mais cela peut aussi avoir son charme... :-)

Écrit par : hommelibre | 28 juin 2013

Noelle vous cherchez les coupables et vous trouvez "des hommes" de là à condamner tous les hommes et a faire des femmes les victimes outrancièrement "privilégiées" il n'y a qu'un pas bien vite franchi par tant de personnes.

Je veux juste rétablir les vérités suivantes:
-"Des" hommes sont violents et coupables de crimes cela ne condamne pas tous les hommes
-Des femmes sont victimes mais des hommes aussi et en quantité non négligeable ,voire extrêmemnt majoritaire en cas de guerre.
-Toutes les victimes devraient avoir droit au même traitement et au même respect.

Rien que ça me suffirait mais on est très loin du compte.

Écrit par : pat | 28 juin 2013

Le mouvement FEMEN n'a pas vraiment ma sympathie. Je suis une femme. Je pense que le message qu'elles véhiculent est assez contre productif.
Merci à Noëlle pour l'échange délectable avec HL. Ouah, yen a sous le chapeau !

Écrit par : vali | 28 juin 2013

@ Noëlle Ribordy : Jeanne d'Arc et Catherine de Médicis faisaient également de la politique et n'étaient pas des hommes. Quand au neutre, je parlais de pronom au neutre, des pronoms qui ne sont ni féminins ni masculins. Un assassin peut être homme ou femme.
Vouloir massacrer notre belle langue en voulant différencier les genres (une juge) est bien triste.
Considérez-vous que la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen ne concerne que les hommes? L'Homme est l'être humain, pas l'homme ou les femmes mais tous les êtres humains.

Concernant les Femen, je n'ai retenu que des canons de beauté féminins et leur affiche misandre. Je n'ai retenu aucune idée qui les anime, en ont-elles seulement une? Elles sont tels des automates, sans pensée ni réflexion. Si je réduis les Femen à des corps, c'est qu'elles sont. Elles ne sont pas Elisabeth Badinter, à moins que vous ne préfériez Andrea Dworkin.

Me comparer à un salafiste est un peu fort pour un agnostique, ne trouvez-vous pas?

Écrit par : ApprentissageVie | 28 juin 2013

Pour un agnostique, c'est vrai, vous comparer à un salafiste est un peu fort de café!
Pourtant j'ai relu vos propos. Vos vues conservatrices en matière de morale ne laissent planer aucun doute. Pourquoi le sein ne serait pas l'emblême d'une révolution féministe?
Comme il est difficile de jeter aux orties des millénaires d'éducation religieuse? Tout a été faussé par les propos des prophètes qui montraient du doigt la femme, cette tentatrice perverse. Leur corps, tout est péché, tout est tentation....

Le véritable agnostique porte un regard de bienveillance sur les FEMEN qui entre autre dénoncent les dogmes religieux. Il suffit d'ôter les oeillères libidineuses et se fixer sur les idées hautement louables que défendent les FEMEN.

Je vous réponds succinctement. Les attaques virulentes, les paroles méprisantes contre les FEMEN, je les considère comme du "pipi de chat".
Ce terme qui désigne le ridicule des choses ou des êtres devrait vous plaire comme aux hommes de cette plateforme, car il est à la fois masculin et féminin.

Sur ce, bonne nuit.

Écrit par : Noëlle Ribordy | 28 juin 2013

"Vos vues conservatrices en matière de morale ne laissent planer aucun doute. Pourquoi le sein ne serait pas l'emblême d'une révolution féministe?"
Parce qu'un sein est un organe spécifiquement féminin qui à part dans l'art ou dans la médecine (cancer du sein) est tout sauf un argument crédible contre un "patriarcat" ogresque. D'ailleurs comme le dit l'auteur de la source, la révolution sein nu a déjà eu lieu il y a quarante ans, et effectivement là il prenait tout son sens, puisqu'il était banni du lieu public, du moins dans les années 50 en ville.
Emblème d'une révolution féministe ? Je vois plutôt un complexe de mégères frustrées de la valeur érotique du sein.
"Tout a été faussé par les propos des prophètes qui montraient du doigt la femme, cette tentatrice perverse. Leur corps, tout est péché, tout est tentation...."
Je crois que vous parlez de choses que vous ne connaissez pas, et vu votre prose caricaturale sur la femme soumise plus haut, ça ne m'étonne pas. En ce qui concerne la pudeur, je ne sais pas où vous habitez, mais l'été je vois plus de femmes qui s'habillent sexy quand ce n'est pas vulgaire, que d'hommes et ce quelque soit leurs identités religieuses ou pas. Le corps recouvert a un côté sacré qui force naturellement le respect des femmes qui adhèrent à cet idéal, suscite la curiosité et l'érotisme, celles qui négligent la pudeur surtout pour emmerder les autres sans se soucier de l'image qu'elle dégage socialement (qu'on le veuille ou non on en dégage tous une) ne peut être prise au sérieux ce qui répond à ce commentaire :
"Le véritable agnostique porte un regard de bienveillance sur les FEMEN qui entre autre dénoncent les dogmes religieux. Il suffit d'ôter les oeillères libidineuses et se fixer sur les idées hautement louables que défendent les FEMEN."

Je pense que en parlant d'oeillère, dogme... vous faites preuve d'une maladresse inouïe car vous même imposez un archétype exactement comme ceux que vous méprisez, même si votre propos est quelque peu caricatural, et si idées ont les Femens elles sont bien courtes, misandres (une b..e avec une faucille ça c'est du niveau!), aigries, frustrées, agressives...en fait j'ai bien essayé de chercher à comprendre quel message précis elles essayaient de faire passer, mais ça reste le discours classique féministe, en fait les Femens sont au féminisme ce que la mode est au capitalisme.
Il n'y a que les lobotomisés de naissance qui y voient un sens à leurs happenings ridicules.
Je pense que comme les Femens vous êtes gênée par la pudeur des autres femmes que vous rejetez allégrement sur une domination masculine imaginaire. Telles les anciennes bonnes soeurs, vous forcez les autres à faire comme vous pensant détenir la vérité universelle. Saviez-vous que les Femens sont financées pour se couvrir de ridicule,et que bien que prétendant lutter contre le proxénétisme, l'une d'entre elle s'est avérée être une escort girl ?
"Je vous réponds succinctement. Les attaques virulentes, les paroles méprisantes contre les FEMEN, je les considère comme du "pipi de chat"
Je crois que les Femens ne subissent aucune attaque, elles s'enfoncent toutes seules, je n'ai par exemple jamais vu les Femens se pencher sur un truc plus "sérieux" genre l' "inégalité" salariale, le "plafond" de verre ou autres trucs d'un autre niveau que leur mascarade.
Les femens auront assurément du succès dans le monde du spectacle.
@vali

Je pense que madame Ribordy en bonne féministe, ne fait que du sophisme et effectivement pour le coup je lui trouve du talent.
Celà dit, sa naïveté est je l'espère remédiable, sinon moi je dis peut mieux faire :)

@ApprentissageVie

Alors comme ça vous êtes un salafiste ?
Ca vole haut chez certains :)

Écrit par : prometheus | 28 juin 2013

@ Noëlle Ribordy: j'ignore où vous voyez de la suffisance, mais galvauder ainsi la politique m'a mis en colère, vous avez pu donc la ressentir malgré ma première autocensure. D'ailleurs, j'attends toujours que vous m'expliquiez en quoi leur mouvement est politique. J'aimerais vraiment comprendre.
Autres questions: pourquoi m'insultez-vous et lancez-vous des attaques gratuites? Qu'est que le conservatisme selon vous?


@ prometheus: elle dit que montrer ses seins, c'est politique; puis que je suis un salafiste, et enfin que j'ai des mœurs conservatrices.
Une petite blague: "le problème de la démocratie, ce sont les électeurs".

Écrit par : ApprentissageVie | 29 juin 2013

"plus "sérieux" genre l' "inégalité" salariale, le "plafond" de verre "

et en plus qui n'existent pas en dehors de l'imagination fertile des féministes patentées.

Écrit par : leclercq | 29 juin 2013

Prometheus et Apprentissage-Vie

Etes-vous les premiers extraterrestres? Le déroulement de votre pensée et l'argumentation donnée dans vos commentaires m'incitent à le croire. Il est vrai que le petit homme de ET n'a pas de protubérance au niveau du thorax contrairement à l'homme d'ici bas. Et, pourtant il suffit de se regarder pour voir poindre des seins sur le haut du torse bien sûr tout riquiqui par rapport à ceux de la femme.

Et je suis certaine que si les prophètes étaient des femmes, elles auraient évité à l'homme de se ridiculiser par des révélations insensées et des actes bsrbares.

Un petit bout de prépuce coupé sur un bébé mâle, la lapidation pour cause d'adultère, la flagellation, l'auto-flagellation, voilà un petit inventaire d'une longue liste du délire sacrificiel.

Si ce n'est pas de la politique que pratiquent les FEMEN, je ne sais plus à quel "sein" me vouer:

Remettre en cause des dogmes religieux.
Dénoncer la politique de Poutine (on peut ne pas être d'accord avec lui)
Réclamer plus d'égalité.

Les politiciens et les religieux savent bien qu'elles représentent une menace, c'est la raison pour laquelle, ils les enferment. Mais elles continuent leur combat pour
Demander la mise en liberté des FEMEN enfermées "au goulag"
Réclamer la libération de la FEMEN de Tunis.

Bonne journée

Écrit par : Noëlle Ribordy | 29 juin 2013

Bonjour, Noëlle Ribordy,

Je trouve intéressant d'entendre des arguments pro-femen, parce que je n'en trouve pas moi-même.
Ne voulant pas me répéter ici, je signale que j'ai commenté le billet suivant ("Femen et langue de bois").

Je n'aime pas la politique-fiction, ni en ce qui concerne l'avenir, ni le passé. Je trouve que cela amène à faire des projections trop hasardeuses.
Si aujourd'hui, on en est au point de pouvoir mettre des pratiques religieuses
maléfiques en cause, ce n'est pas seulement le fait des femmes.

Selon moi, les actes de femmes ne sont pas automatiquement appelés à être approuvés par des femmes. Je revendique le droit d'observer chaque occurrence de façon critique et d'adhérer ou pas à une démarche donnée.

Votre commentaire de ce matin fait probablement allusion à "Pussy Riot". J'ai également pensé à elles, en relation avec l'épisode tunisien de Femen.
Les différences sautent aux yeux.
En faveur des P.R.
Sans être fan, je trouve qu'elles ont plus de cran et de cohérence que les Femen. Dans leur cas, on peut admettre que c'est une démarche politique, même si on n'approuve pas le contenu ou la forme choisie.
Sait-on, si les PR se sentent faire partie de la même mouvance que les Femen ?
Vu de l'extérieur, on pourrait le penser, mais rien n'est acquis d'avance.
L'idée de la provocation ouverte, avec utilisation efficace des média et avec la certitude d'être arrêtée réunit ces deux groupes.
Au début en tout cas, les PR ont assumé le jugement avec un cran qui forçait l'admiration.
Les PR agissent dans leur pays, avec des revendications assez bien circonscrites et lisibles. La dénonciation du système-Poutine et de l'oligarchie ecclésiastique peut être partagée par les hommes. Cela me paraît plus intéressant, qu'une gesticulation mammaire, qui donne une image hystérique de la femme.
Je ne m'identifie pas avec cette image. Le ridicule tue et brouille le message, message qui pourrait éventuellement avoir un fondement en Ukraine.
L'exportation de cette façon de s'exprimer tombe à plat en France (on a vu plus cohérent et tellement de seins nus que franchement : où est la transgression ?) et donne des idées à des jeunes filles désespérées comme Amina.
Amina paye de sa personne, elle doit rester dans son contexte. Elle est forcée d'assumer toutes les conséquences de son choix. Elle est mille fois plus emblématique et digne d'intérêt que ces européennes en mal d'émotions fortes et d'une notoriété trouble.

Écrit par : Calendula | 29 juin 2013

Calendula,

Oubliez les seins et allez à l'essentiel, que diable.

Je rencontre peu de personnes susceptibles de défendre les féministes sur les blogs de la TDG. Et ce phénomène me laisse dubitative.

Que ce soit chez les écrivains hommes comme sur le blog de Pierre Béguin qui fait l'éloge de Natacha Polony. Je trouve le discours de cette dernière très tendance. Il est celui d'une enfant gâtée et heureuse bénéficiaire de tous les avantages de la Révolution Féministe. Elle nous met en garde devant un féminisme radical et le caricature d'une manière dédaigneuse.

ou chez les écrivains femmes comme Hélène Richard-Favre ou autres comme Sylvie Neidinger qui mettent en doute la pratique d'une réelle politique exercée par ces féministes ou chez tous les autres hommes sur la plateforme d'hommelibre, heureux bénéficiaire de tous ces commentaires.

Qu'elles se nomment chiennes de garde, ni pute ni soumise, les Femen, les Pussy Riot, elles sont les locomotives d'un mouvement qui ne s'arrête jamais et essentiel dans un monde d'inégalités.

Ce n'est pas de la politique fiction. C'est une légitime continuité qui ne se fonde pas seulement sur l'égalité des sexes mais s'ouvre à une politique plus large de la société

Écrit par : Noëlle Ribordy | 29 juin 2013

Pour faire court, il est toujours stupéfiant de constater que des personnes - qui n'ont pas l'excuse de l'ignorance, car à l'évidence cultivées - puissent avaliser un discours si ouvertement misandre, tel celui des femen...

Cet aveuglement intellectuel ressemble étrangement à celui de l'intégrisme religieux, qu'il est pourtant censé combattre !

Écrit par : ninilepetit | 29 juin 2013

@ Noëlle Ribordy,

Non, je n'oublie pas l'essentiel, mais je ne gobe pas tout !

Pour aller dans votre sens, je veux bien passer les seins, même si c'est au fond la marque de fabrique, mais je n'entends pas d'autre message que ce qui
est écrit sur leur corps et des cris sur-aigus. Je constate qu'elles sont allées jouer les matamores en Tunisie.
Cela ne me suffit pas.
C'est comme ça.
Je souhaite un message subtil et irréfutable de la part du féminisme occidental. Un discours qui soit juste par rapport à notre situation. En niant la réalité, en hurlant au machisme primaire, on perd en crédibilité. C'est ma modeste opinion.
Je suis Natacha Polony sur "On n'est pas couché". Elle y prend des positions pas du tout défaitistes quant à la place des femmes ( il me semble que c'était justement le cas samedi dernier).
La subtilité et la justesse dans les propos n'est pas un signe de faiblesse
ou de capitulation. De même, l'attitude explosive ou la provocation bruyante et inconsistante n'est pas la preuve d'une démarche vouée à un succès fulgurant.
Certes, tout ce ram-dam fait parler, le débat est intéressant. On est amené à prendre position.
Quant à moi, j'ai confiance dans le fait que les femmes sont tellement motivées et capables, qu'elles y arriveront sans ces épiphénomènes, sans des gesticulations spectaculaires.
Je n'aimerais pas que des personnes dans le genre "Femen" s'accaparent l'exclusivité ou le premier rang dans un mouvement qui est là pour durer.
Améliorer les conditions des femmes, en tenant compte de toute la société
(hommes, enfants, personnes âgées), me semble la piste juste. Nous n'avons pas d'ennemis, mais beaucoup de responsabilités, que nous pourrions mieux partager.

Maintenant, si des femmes ont envie d'y aller sur le mode agressif, elles sont libres de le faire. Ne pas attendre que les autres le fassent à leur place.
Elles doivent p.ex. mettre en oeuvre des blogs, occuper le terrain et s'assumer. Ca existe ailleurs que sur la plateforme de la TdG, n'est-ce pas ?

Je comprends qu'une mère de famille qui travaille, qui ne sait peut-être pas écrire le français et qui n'a pas accès à un ordinateur ne commente pas. Ou une femme qui s'occupe à la fois de ses enfants et de ses parents âgés, ou celle qui assume un poste à haute responsabilité, bref : toutes les femmes qui ont la tête dans le guidon ne peuvent pas le faire.
Mon optique ne vous convient pas ? Pas assez franchement féministe ?
Pas de chance ! Cela ne me dérange pas, car je suis très peu théorique et au fond, ce qui importe, c'est ce qu'on fait au quotidien, dans sa pratique de tous les jours.

Écrit par : Calendula | 29 juin 2013

@ Noëlle Ribordy,

"un monde d'inégalités."

lesquelles inégalités !!!!

celles qu'affirment les féministes, le probléme c'est que leurs affirmations péremptoires ne sonts qu'un ramassis de mensonges et d'exagération.

leur fonctionnement c'est la malhonnêteté compulvive, ce sonts des militantes hystériques en ce sens quelles manquent totalement objectivité et de lucidité.

elles fonctionnent sur un mode totalitariste, mais de plus leurs mensonges sonts dévoilés mis à nu,

Écrit par : leclercq | 29 juin 2013

@prometheus
Les arguments des uns et des autres sont toujours les mêmes en fait, mais effectivement je trouve que ceux de Mme Ribordy sont intelligents et qu'elle en a comme dirait l'autre!
personnellement, je vous dirais que je ne me clive pas dans une pensée féministe ou anti féministe. Je pense que le féminisme tel que je le pense a eu sa raison d'être mais qu'aujourd'hui il faut élargir le débat et ce qui me gêne le plus dans le féminisme actuel c'est cet anti homme soujacent. Oui, il existe encore des inégalités, notamment dans le domaine professionnel mais les hommes aussi ont leurs combats à mener qui sont légitimes. Il y a depuis que le monde est monde des registres, des clichés, des clivages même entre les hommes et les femmes. C'est ainsi. L'homme n'est pas responsable de tous les maux des femmes. Quelque part, il est lui aussi victime de ce que, depuis la nuit des temps, on attend de lui. Un homme ne pleure pas, il doit être fort, solide et protéger la femme. La femme, elle aussi a été enfermée dans un rôle bien précis. Qu'elle veuille en sortir, c'est son droit et j'ai moi aussi fait voler en éclat les principes judéochrétiens pour m'assumer aujourd'hui dans une vie de femme libre et indépendante, qui choisit ses amants, d'être femme à part entière mais aussi de m'imisser souvent dans le monde de l'homme en ayant la même attitude, bière à la main, hurlant devant un match de foot (bien que tous les hommes n'aiment pas cela) et je savoure cette égalité qui est mienne envers vous messieurs. Le discours féministe me dérange souvent car c'est un rejet de l'homme qui ne me tente mais pas du tout. Maintenant, messieurs, oui il existe des horreurs commises envers les femmes par des hommes, c'est un fait. Mais quoi? faut-il pour autant prétendre que tous les hommes sont des salauds? je suis la première à me révolter et à essayer à mon petit niveau de faire cesser certaines violences faites aux femmes, mais je vois aussi et j'entends la souffrance de certains hommes et je me bats aussi à leurs côtés quand les coups qu'ils prennent viennent de la douce femme qu'ils pensaient connaître.
On nous parle tous les jours de ces scandales de pédophilie : instituteurs, prêtres, voisins, oncles etc..... pourquoi ne parle t'on pas enfin de la pédophilie féminine qui existe et qui est même de plus en plus nombreuse et, croyez moi, souvent plus pervers et plus horrible que celle des hommes.
Tout cela pour dire que oui il faut lutter pour que les droits des uns et des autres soient respectés mais main dans la main hommes-femmes et non dos à dos avec l'arme au poing.
Dans ce blog, je vois finalement beaucoup d'extrémisme. Ce sont souvent 2 camps qui s'affrontent. Je trouve cela dommage.

Écrit par : vali | 29 juin 2013

@ Noëlle Ribordy: les seins féminins ont une dimension maternelle et donc sexuelle que n'ont pas les seins masculins; dans cette optique le sein d'une femme est particulier, et personne ne devrait pouvoir le nier. D'ailleurs très peu d'hommes montrent leurs seins hormis dans les camps naturistes et les plages, comme les femmes. La femme n'est pas un homme comme les autres et l'homme n'est pas une femme comme les autres. Vouloir faire des seins féminins un simple morceau de chair n'est pas à faire.

Concernant les Femen, certains de leurs vues peuvent être justifiées (Poutine), mais pourquoi doivent-elles choquer les religieux? Les religions catholique et protestante a été remarquablement muselée par l'Occident. Pourquoi ne sont-elles pas restées en prison? ç'aurait été un symbole fort...
Si je comprends bien, elles se battent en Occident, là où elles risquent le moins, mais pas en Tunisie par exemple. Je n'aime la lâcheté, et c'est ce qu'elles font. Elles troublent l'ordre public, mais le gouvernement ne fait rien.

Concernant mon conservatisme, vous vous trompez: une société où personne n'est responsable et personne coupable est-elle viable? Notre système économique nous mène à notre perte, ceux qui ne suicident pas consomment des antidépresseurs, les unions stables sont infimes...
De toute façon, peu importe que j'ai une vue conservatrice des choses, chacun a le droit d'avoir une opinion...

Effectivement les problèmes que vous soulevez existent, mais que font-elles pour nos propres problèmes? Que font les féministes, à part proposer des solutions inadaptées?

Le problème des féministes, c'est qu'elles s'occupent seulement des problématiques féminines et délaissent voire nient les problématiques masculines. Quelques féministes arrivent à en sortir partiellement, mais la majorité est enfermée et ne réfléchit par elle-même.

Le problème c'est que le féminisme généralise et culpabilise l'homme. Par exemple, selon l'ENVEFF, 10% des femmes se déclaraient victimes de violences. Mais on n'a pas interrogé les hommes. Ce seul fait montre que le féminisme est devenu une escroquerie intellectuelle.
Que vous prétendiez donc le féminisme oeuvre pour l'égalité entre les sexes est donc faux. Il oeuvre plutôt pour la guerre entre les sexes, et le féminisme a besoin de soutenir l'hominisme, son pendant masculin, pour retrouver sa légitimité: la femme n'est pas forcément juste et bonne; l'homme n'est pas forcément injuste et mauvais.

@ Calendula: le problème du féminisme est qu'il prétend en même temps défendre les droits des femmes et l'égalité entre les sexes. Hors sans un mouvement parallèle, l'hominisme, il ne peut pas lutter contre ses propre excès: en politique, le MODEM et le PS peuvent facilement le FN (Front National); le MODEM et l'UMP peuvent facilement critiquer le NPA (Nouveau Parti anticapitaliste).

Le féminisme a besoin de l'hominisme, car les féministes ne peuvent pas dénoncer les fausses accusations, essentiellement portées contre les hommes.
Sinon on verra des féministes à fond misandre comme les Femen continuer d'oeuver afin de discréditer le féminisme.

@ vali: beaucoup de commentateurs de ce blog sont des personnes qui en ont assez de voir les hommes stigmatisés. Cela peut entraîner des frictions avec ceux qui veulent le féminisme.
Le problème du féminisme actuel est qu'en Occident il reste peu de combats réels à mener voire aucun. A l'inverse des problèmes masculins réels existent et les féministes ne veulent ou ne peuvent pas s'en occuper, aveuglés par cette idéologie.
Le féminisme a besoin d'un contre-pouvoir, l'hominisme. Tant que le féminisme sera déclaré juste et bon, ses dérives continueront d’irriter de nombreuses personnes, et le féminisme continuera à être ridiculisé.
Si vous voulez que les hommes et les femmes marchent main dans la main, ce n'est pas en soutenant le féminisme actuel que nous vivrons apaisés.

Écrit par : ApprentissageVie | 29 juin 2013

@ Noëlle Ribordy,


http://blogs.mediapart.fr/blog/hommelibre/050312/inegalite-salariale-femmes-hommes-la-valse-des-chiffres

d'aprés les chercheuses de l'insee le probléme ne serait pas dans la discrimination mais dans la ségrégation, les femmes ne choisissent pas les mêmes métiers que les hommes.

Écrit par : leclercq | 29 juin 2013

"Et je suis certaine que si les prophètes étaient des femmes, elles auraient évité à l'homme de se ridiculiser par des révélations insensées et des actes bsrbares."

Pour vous rattraper je vous suggère ce petit ouvrage "les femmes tuent aussi" de Solène Haddad, de vous renseigner sur le rôle qu'ont joué les femmes dans la cruauté nazie, dans la cruauté lors des Révolutions de 1789, les violences des suffragettes. Et plus anciennement Isabelle la Catholique et le massacre de la Saint Barthélémy.
Heureuseument qu'il y a eu très peu de femmes au pouvoir, que serait devenu l'humanité si celà n'avait pas été le cas ?
On l'a déjà sous nos yeux la barbarie, avec vos idoles hurlant comme des truies à l'agonie nue torse.
Ce n'est pas une question de religion, mais juste de bon sens, et je ne vois rien dans cette mascarade des Femens qui le justifient

"Un petit bout de prépuce coupé sur un bébé mâle, la lapidation pour cause d'adultère, la flagellation, l'auto-flagellation, voilà un petit inventaire d'une longue liste du délire sacrificiel."
-Ca s'appelle la circoncision moi et mes frères sommes passés par ce stade et ô surprise nous sommes toujours là et je n'ai jamais eu aucun souci en 25 ou 24 ans, puisque la circoncision se fait
D'ailleurs ce sont les Juifs et non les musulmans qui circoncisent les enfants en bas âge donc revoyez votre copie, et jamais ô grand jamais les Femens n'ont manifesté contre le judaïsme, et pourtant toutes les religions ont du sang dans les mains.
-La lapidation concerne autant les femmes que les hommes adultérins, et si effectivement je ne suis pas pour cette pratique, je dirais chacun sa culture.
-pour la flagellation je ne suis pas tout à fait pour, mais il suffit de voir l'état de nos pays occidentaux, pour savoir que si flagellation il y avait envers les criminels, il n'y aurait pas autant de désordre. Sortir à 10 h 00 du soir dans la cité du coin pour retirer du fric est par exemple quelque chose non sans risque en France.
-Pour l'auto-flagellation amha je crois que vous confondez un peu tout et n'importe quoi

"Remettre en cause des dogmes religieux.
Dénoncer la politique de Poutine (on peut ne pas être d'accord avec lui)
Réclamer plus d'égalité."
-Les dogmes religieux ne sont pas compris par les mécréants que sont les Femens et ses complices, car celà va à contresens de leur idéal
-Les citoyens de Russie sont assez grands pour dire merde à Poutine, je ne suis moi non plus pas à 100 % avec lui, mais si vous pensez que la politique occidentale vaut mieux, vous vous fourrez le doigt dans l'oeil.
-Ce n'est pas en faisant de la misandrie, en étant violentes, vulgaires, hystériques, provocatrices et en bombant ses seins que les féministes réussiront à convaincre qui que ce soit, au contraire elles ne font que le lit du machisme et elles l'auraient bien cherché !

"Les politiciens et les religieux savent bien qu'elles représentent une menace, c'est la raison pour laquelle, ils les enferment."

Pour l'instant à part quelques politiciens évidemment salafistes, et les islamistes, je ne vois personne s'opposer à ces plaies de la société. Ne me dites pas que vous croyez sérieusement que les politiciens sont opposés aux Femens ? Vous savez que ses fans facebook sont justement des cadres, des politiciens, des patrons ... que des gens hiérarchiques des sociétés multinationales, d'ailleurs journalistes, associations, police semblent faire partie de toute cette mise en scène. Jamais les Femens n'ont eu d'amendes voire même de garde à vue. Elles sont soutenues par toute la structure sociale depuis que la gauche est au pouvoir.
Oui elles représentent une menace, elles ne font que sous-tendre des conflits latents entre extrémistes religieux et extrémistes de gauche, entre hommes et femmes, en fait elles finissent ce que le féminisme avatar du capitalisme a commencé depuis une quarantaine d'années.
Je ne vais pas plaindre ces sextrémistes qui ne me manqueront pas au contraire, qu'elles moisissent dans leur geôle, en leur souhaitant que ça leur mette un peu de plomb dans la cervelle

Écrit par : prometheus | 29 juin 2013

@vali
"Les arguments des uns et des autres sont toujours les mêmes en fait, mais effectivement je trouve que ceux de Mme Ribordy sont intelligents et qu'elle en a comme dirait l'autre!"
Je maintiens que Noêlle est une apprentie dans les échanges qu'on a pu avoir, s'il est vrai qu'elle a du talent en poésie, ses arguments sont loins d'être convaincants. Pour l'instant ses commentaires sont plutôt partisans et pas du tout approfondi, elle est toujours dans la caricature, car ne connaissant pas les spécificités des religions en particulier de l'Islam(c'est pas pour rien qu'il y a des savants qui eux même se coupent les cheveux en quatre dans l'interprétation d'un verset). Ceci n'étant qu'un exemple. Ce que reflète les arguments de Noelle qui c'est vrai ne sont pas totalement idiots à moins qu'elle ne fasse diversion exprès, c'est l'impression de débattre avec une adolescente convaincue du bien fondée de ses idoles sans remettre en question la réalité et la face cachée de ses "héroïnes", dans le fond les arguments de Madame Ribordy ne valent pas mieux que ceux des autres. Puis les arguments des uns et des autres sont les mêmes dites-vous, certes mais beaucoup moins nuancés que ceux de N R, mais pas moins rationnels au contraire. Pourtant quand vous lisez bien ses arguments il n'y a absolument aucune réflexion, c'est juste une loghorrée
Mais bon faut croire que Natacha Polony se plante sur toute la ligne quand elle nie toute solidarité féminine dans son ouvrage "l'homme est l'avenir de la femme".
Je crois que vous tombez dans le piège de la pleurniche de dame Ribordy qui est tout sauf un débat, je fais au moins l'effort avec mes bagages culturels de provoquer le débat de poser des questions et de réfléchir et je suis loin d'imposer ma réalité aux autres et comme le dirait un dicton "on est tous le con d'un autre"
Vous le dites vous même il ne faut surtout pas entrer dans un clivage, et pourtant en prétendant que les arguments de Ribordy qui ne sont que procès d'intention, sophisme et partisanat sont plus solides que les notres alors même que je tente d'être le plus objectif possible. Puis elle a jamais réussi à répondre aux commentaires de certains y compris des miens.
" Oui, il existe encore des inégalités, notamment dans le domaine professionnel"

Des inégalités dues à quoi ? En quelle circonstance ? A même métier ? et quand bien même il y a inégalité entre tous les hommes qui travaillent (patron, cadre, maçon, technicien) et les femmes qui travaillent (caissière, commerciale, patronne, sage femme)concernent ils les spécificités salariales de chaque métier occupé majoritairement par l'un des deux sexes ou les congés maternité et le temps passé avec les enfants en bas âge ? Vous savez que la loi sur l'égalité salariale entre les sexes existe depuis 1973 et que je n'ai jamais vu d'hommes plus payés que les femmes de ce fait ?

" Un homme ne pleure pas, il doit être fort, solide et protéger la femme"
Je crois que vous vous mettez à caricaturer vous aussi, vous généralisez un cliché en appelant un autre cliché dénigrant une éducation patriarcale. C'est peut être vrai dans les tribus amérindiennes pour casser le complexe d'Oedipe et faire de l'homme un guerrier mais savez vous par exemple qu'à au 18 ème siècle, les nobles pleuraient dans la cour ? Vous croyez que ce sont les parents qui disent aux petits garçons de ne pas pleurer ? Me concernant jamais ô grand jamais je n'ai été élevé comme ceci. Puis il s'agit ni plus ni moins de la fierté masculine, qui empêche de montrer ses larmes en public.

On va prendre le problème à l'envers, qu'est-ce qui pousse les filles à pleurer en public (il m'est arrivé d'en voit)?

Vous faites sans doute partie de ces femmes qui en copiant les hommes se sentent épanouis et ont eu l'impression d'avoir inventer l'eau chaude à leur manière. Concernant la science, les progrès techniques ... effectivement les femmes qui malgré leur féminité sans forcément copier les caractéristiques masculines parviennent à faire aussi bien voire mieux que leur collaborateurs masculins, je leur tire mon chapeau. En revanche, ces femmes qui veulent copier les hommes dans tout ce qu'il y a de plus laid, et futile : canette de bière, hurler au football, collectionner les conquêtes(là encore une fois c'est une idée reçue, puisque les femmes d'antans au Moyen Age je ne sais pas mais au 17-18ème siècle époque du libertinage, de telles femmes ont existé) est tout simplement contre-productif et démontre clairement la crise que traverse le féminisme en voulant se prendre pour un mec sans écouter sa propre féminité.

"Dans ce blog, je vois finalement beaucoup d'extrémisme. Ce sont souvent 2 camps qui s'affrontent. Je trouve cela dommage"

Si je paraît extrémiste, je ne vois pas en quoi. En revanche, votre petite favorite fait de l'extrémisme elle, et elle s'y prend plutôt mal

Écrit par : prometheus | 29 juin 2013

"Je rencontre peu de personnes susceptibles de défendre les féministes sur les blogs de la TDG. Et ce phénomène me laisse dubitative."

Et pourquoi à votre avis il y a très peu de personne ? Rencontrons nous des gens qui militent pour la cause des hommes ailleurs que dans ce blog ? Vous mêmes que pensez-vous de l'échec scolaire des petits garçons, des hommes battus, des pères privés de leurs rejetons et se forcés de payer une pension au femmes sachant que 80% des divorces sont à l'initiatives des femmes ? Pourquoi n'instaurons nous pas des quotas d'hommes dans les secteurs littéraires, là où les femmes sont majoritairement écrasante, alors qu'à l'inverse un quota de femmes est requis, ça s'appelle la parité ? Pourquoi ne condamnons nous pas la misandrie à l'instar de la misogynie qui même une petite blague sympatique peut être fatale ?
Répondez déjà à mes questions et je vous dirais pourquoi les féministes ne sont pas soutenus sur ce blog.

" Il est celui d'une enfant gâtée et heureuse bénéficiaire de tous les avantages de la Révolution Féministe. Elle nous met en garde devant un féminisme radical et le caricature d'une manière dédaigneuse."

Je ne suis pas d'accord sur tout ce que dit Natacha Polony, du moins sur la sexualité prétendument inexistante des cerveaux, sur la négation de l'utilité de la maternité pour des enfants (en gros pour les mères pondeuses) et sur d'autres choses, mais je vous conseille de lire son bouquin et vous verrez qu'elle est bien moins caricaturale qu'un Eric Zemmour par exemple.

"Qu'elles se nomment chiennes de garde, ni pute ni soumise, les Femen, les Pussy Riot, elles sont les locomotives d'un mouvement qui ne s'arrête jamais et essentiel dans un monde d'inégalités."

Vous imaginez toutes les associations à la con qui coûtent au contribuable au passage, qu'on devrait faire pour les handicapés, les herbivores, les homosexuels,les musulmans, les catholiques, les noirs, les chinois, les vieilles personnes ... Vous ne croyez pas que vous exagérez avec toutes ces associations et en plus vous confondez plusieurs termes qui n'ont pas tous le même but.
Vous voyez l'inégalité du mauvais côté je vous assure, vous devriez sortir de votre carcan et observer les hommes qui subissent des inégalités que ce soit par des femmes comme par des hommes. Au fait inégalité de quoi ??

"C'est une légitime continuité qui ne se fonde pas seulement sur l'égalité des sexes mais s'ouvre à une politique plus large de la société"

C'est bien ce que je dis, une légitime continuité du pourrissement général de la société, comprenez ces termes comme tel.

Écrit par : prometheus | 29 juin 2013

" la femme n'est pas forcément juste et bonne; l'homme n'est pas forcément injuste et mauvais."

Tout n'est pas noir et tout n'est pas blanc, pourtant Noelle cette géniale femme selon certains est bien dans cet état d'esprit.

Écrit par : prometheus | 29 juin 2013

prometheus,

Pour l'autoflagellation, je vous conseille d'aller voir les images. Ce délire sacrificiel découle des rites et des religions.Et comme par hasard, ce sont des hommes qui le pratiquent. Vous auriez dû le savoir.

Quant à l'autoflagellation mentale, je pense que vous imaginez ce schéma, puisque vous prétendez que je confonds un peu tout et n'importe quoi. Pratiquez votre examen de conscience et ne reportez pas sur les autres ce que vous faites.

Pour le reste de vos arguments, je peux les démonter point par point, mais je vais vous laisser l'illusion d'avoir raison.

Bon dimanche

Écrit par : Noëlle Ribordy | 30 juin 2013

@ prometheus: effectivement les hommes "pouvaient" pleurer jusqu'au XIXe siècle. C'est avec le mythe bourgeois que l'homme devait être fort, ne pas pleurer subvenir aux besoins de sa famille. Il est intéressant de remarquer que ce mythe a toujours cours aux États-Unis. Peut-être qu'il a été importé de là-bas vers l'Europe.

Concernant le libertinage, on le consacre avec "Les Liaisons Dangereuses" de Pierre Choderlos de Laclot mettent en scène que les libertins sont des deux sexes. Le plus fort est d'ailleurs Mme Merteuil.

@ Noëlle Ribordy: si j'ai bien compris votre point de vue, les fausses accusations n'existent pas? Là c'est simple vous répondez par oui ou par non.

Écrit par : ApprentissageVie | 30 juin 2013

"Pour le reste de vos arguments, je peux les démonter point par point, mais je vais vous laisser l'illusion d'avoir raison."

Eh bien allez y vous qui êtes apparemment si intelligente selon une de vos admiratrice, je n'attends que celà ! démontez mes arguments un par un et vous prouverez votre soi-disant supériorité sur les hommes ces salauds qui torturent, pillent, violent et tuent tout sur leur passage.
Je commence à vous apprécier de plus en plus Noelle, je suis sur que dans le fond vous comprenez où je veux en venir.

"Ce délire sacrificiel découle des rites et des religions.Et comme par hasard, ce sont des hommes qui le pratiquent. Vous auriez dû le savoir."

Oh les salauds grrr

@ApprentissageVie mon alter-ego de la suffisance paradis de la médiocrité selon vali

Les hommes n'ont pas forcément été éduqué à pleurer dans le passé, on peut imaginer par exemple que le barbare qui a causé la chute de Rome ne connaissait pas la souffrance que connaissait le poilu du début du 20ème siècle lorsqu'il voyait ses potes se faire charcuter sous ses yeux ou encore les invalides qui ont été démembrés par les bombes, ce qui n'était sans doute pas le cas des combats de Mongols par exemple. Les enfants étaient éduqués selon ce qu'ils deviendraient une fois adulte et étant donné que le guerrier du passé devait être redoutable pour défendre la tribu, il était évident qu'on l'éduquait avec une grande fermeté, les pleurs étant perçus comme une faiblesse de la part du petit homme qu'on préparait à devenir un guerrier prêt à terrasser l'adversaire. Voilà d'où vient l'éducation à éviter aux petits garçons de pleurer en supposant que ce soit le cas. Car éduque on réellement les garçons comme ceci ? Si c'est le cas combien de parents éduquent leurs enfants selon ce modèle ? Sachant que les enfants en bas âge pleurent en permanence comment détecter que les filles et les garçons pleurent en même temps ? Et surtout comment peut on assimiler de façon péremptoire que l'éducation a un rapport sur les petits garçons et les petites filles, sans prendre en compte les spécificités génétiques, psychologiques de chaque individu ? Or c'est de cette affirmation péremptoire que découle les gender studies issus justement des USA car comme vous l'affirmez les Américains exportent en 10 ans tout et son contraire en Europe, Judith Butler et Andrea Dworkin par exemple qui sont les universitaires à qui l'on "doit" les gender studies, le mariage gay et l'adoption par exemple ont d'abord sans doute vu le jour aux Etats-Unis. C'est
Celàç est étonnant de la part des USA cette histoire de pleurs, pourtant les Américains sont plutôt au top niveau féminisme, la preuve ce sont les femmes qui touchent plus que les hommes parmi les jeunes diplômés dans certains Etats, ce sont les femmes qui ont le pouvoir dans le couple dans certains Etats, la violence des jeunes femmes dans certains ghettos n'est pas en reste, et les femmes n'ont rien à envier à celle des hommes, les femmes peuvent se balader quasiment nue là-bas ... Décidément ce pays c'est un sacré bordel!

Écrit par : prometheus | 30 juin 2013

"comment détecter que les filles et les garçons pleurent en même temps ?"

En fait je voulais dire "comment détecter que les filles et les garçons pleurent à fréquence identique ?"

Écrit par : prometheus | 30 juin 2013

@vali

On dirait qu on cherche à fuir le débat ? Ton dernier commentaire me fait penser à celui de noelle. Le dernier. Cependant je demande qu à voir tout ce que vous avez à dire ça s appelle confronter ses arguments s il t en reste...
Une derniere chose : évitez de mépriser ceux qui pensent différemment de ton point de vue, ça decredibilise quelque peu ta modeste participation.

Puis ce pseudo débat m à tellement ennuyé que je commence à m en lasser

Écrit par : prometheus | 01 juillet 2013

@prometheus
Vous partez en guerre.....ce sera sans moi
Il y aurait beaucoup à dire sur votre réponse à mon attention mais franchement je ne pense pas que cela en vaille la peine.

Écrit par : vali | 01 juillet 2013

Dommage j étais d accord sur tout le reste de vos arguments...

Écrit par : prometheus | 01 juillet 2013

@ prometheus

"le barbare qui a causé la chute de Rome ne connaissait pas la souffrance que connaissait le poilu du début du 20ème siècle lorsqu'il voyait ses potes se faire charcuter sous ses yeux ou encore les invalides qui ont été démembrés par les bombes"

les combats d'infanterie à l'arme blanche y avait-il moins d'horreur ?

je te conseille ce livre

de frédéric rousseau la guerre censurée une histoire des combattants européens de 14-18

qui décrit trés bien les réalités de la guerre de 14-18 et les effeys sur les hommes euh c'est ça que les femmes veulent vivre pour plus d'égalité, où pour leur carriére !!!

moi je crois plus pour leur carriére que pour mourir

le général de négrier disait aux soldats de la légion étrangére vous êtes légionnaires pour mourir je vous envoie là où on meurt

euh il avait le sens de la réalité cet homme là

Écrit par : leclercq | 01 juillet 2013

@ prometheus

les horreurs des batailles d'avant

http://www.youtube.com/watch?v=eCkmItFJd-Q

Écrit par : leclercq | 01 juillet 2013

suite

la réalité aprés la bataille

http://books.google.fr/books/about/Un_souvenir_de_Solferino.html?hl=fr&id=V4o-AAAAIAAJ

Écrit par : leclercq | 01 juillet 2013

@ prometheus: au moment de la chute de l'Empire romain d'Occident, certains de ses territoires étaient déjà entre les mains de "barbares", notamment parce que l'empire s'était dépeuplé (probablement une peste). C'est à cause de mouvements que la part de l'empire s'est diminué.

Après cette chute, les peuples germaniques ont maintenu un lien avec l'ancienne Rome: le christianisme, religion d'Etat de l'Empire romain; la création d'empires, celui de Charlemagne puis le Saint-Empire germanique.

Par contre ce serait plutôt Noëlle Ribordy qui me traiterait de suffisant.
Quand aux combats antiques, je pense qu'ils étaient plus nombreux et moins meurtriers. Dans la Grande Guerre au contraire ces hommes devaient rester dans un état de tension permanente alors qu'ils n'en avaient jamais fait l'expérience auparavant.
Pour preuve, Charlemagne a guerroyé la majorité de sa vie. Il me semble qu'il y avait bien moins d'habitants à l'époque, donc à chaque bataille le nombre de soldats à tuer l'était également.

J'ignore ce qu'a dit Judith Butler, mais Andrea Dworkin est misandre, il n'y a qu'à lire quelques citations. Bien sûr, la femme est victime de l'homme; mais quand je la vois, je me demande sérieusement si elle a connu cette fameuse violence. En fait on dirait plutôt un homme qu'une femme.

@ vali: tant que des féministes comme Andrea Dworkin continueront d'influencer, l'Occident ne sera pas en paix. Le problème du féminisme est qu'il a conquis ces droits car leurs membres considèrent que les femmes ont été asservies par l'homme, ce qui me semble fort étant donné l'évolution de la société.

@ Noëlle Ribordy: si j'ai bien compris votre point de vue, la majorité des SDF ne sont pas des hommes? C'est simple, répondez par oui ou par non.

Écrit par : ApprentissageVie | 01 juillet 2013

Les commentaires sont fermés.