07 juin 2013

Complémentarité et égalité ne s’opposent pas

On oppose aujourd’hui fréquemment la complémentarité à l’égalité. Je pense plutôt que la complémentarité consolide et justifie l’égalité de droit en reconnaissant des singularités de nature et d’historicité entre les humains. Ces singularités ne peuvent se déployer que dans le respect de chacun, donc dans un bain d’égalité sociale et juridique.


complémentarité,hommes,femmes,genres,sexes,sexualité,désir,séduction,grossesse,famille,genre,rôle,féminisme,singularité,masculin,différenciation,testicules,espèce,théâtre,égalitéComplémentarité n’est pas subordination

Au théâtre, acteurs et metteurs en scène ne sont pas égaux. L’un a plus de pouvoir que les autres. Ils ont chacun un pouvoir, mais un pouvoir inégal et différent. L’un sert le texte par sa vision du jeu et de l’espace, les autres par leur incarnation des rôles. Au final c’est le metteur en scène qui décide. Il y a inégalité complémentaire.

L’égalité est l’égalité de droit. Elle n’est pas la symétrie totale, la similarité en tout point, l’indifférenciation ni l’interchangeabilité systématique. La complémentarité tient en partie du naturalisme: la nature a fait les hommes et les femmes différents, et complémentaires dans le domaine si normatif qu’est la reproduction biologique. Cette différence se prolonge et s’affirme dans la culture, laquelle est ancrée dans le corps. Et pourquoi pas? Différence et complémentarité ne supposent pas automatiquement une subordination ou une rigidité des rôles. Car au fond c’est cela qui dérange.

Une différence femmes-hommes de base se constate dans la reproduction: grossesse, allaitement, soin. L’homme ne porte pas, la femme porte, et cela les place dans des conditions différentes. La relation du bébé à la mère dans la petite enfance est différente de la relation au père à cause de l’allaitement, mais aussi parce que l’enfant est imprégné du physique, du son, du goût, du rythme de la mère. Un père peut élever un nouveau-né mais ce n’est pas du hasard si c’est plutôt la mère qui le fait. Nos ancêtres n’étant pas idiots ils n’ont pas agit au détriment de l’espèce.


Des ancêtres intelligents

L’attachement maternel (je ne parle pas d’instinct mais d’attachement) fait partie de la survie de l’espèce. Sans lui la mère ne nourrirait peut-être pas son petit. La grossesse, l’allaitement et l’attachement maternel l’orientent vers la nutrition et les soins, la préservation de la santé, l’attention aux besoins. Être dotée de seins et de la capacité d’allaiter donne une prévalence évidente à la mère pendant les premier temps de vie du nourrisson. Sa place dans la famille en est singulière. Ce n’est certainement pas pour rien que les tâches ont été différenciées. L’économie de développement de l’espèce a généré ces spécialisations.

La différence implique des choix sociaux et de comportements.  Ainsi la femme sur le point d’accoucher aura quelques difficultés à sauter dans un arbre pour échapper à un ours. L’homme, en moyenne plus musclé, défendra donc le territoire et la famille. Les humains, femmes et hommes, semblent avoir été intelligents depuis des temps reculés. On doit leur accorder d’avoir pris de bonnes décisions quant à leur choix d’organiser leur vie. Je pense qu’ils ont délibérément accentué les différenciations biologiques sexuées, aux fins d’améliorer les spécialisations singulières de chacun. Il me paraît peu probable qu’une telle complémentarité,hommes,femmes,genres,sexes,sexualité,désir,séduction,grossesse,famille,genre,rôle,féminisme,singularité,masculin,différenciation,testicules,espèce,théâtre,égalitépolitique, répliquée sur le très long terme, ait été décidée de manière unilatérale par les hommes ou par les femmes. Pour être efficace elle paraît plutôt avoir demandé l’adhésion des deux sexes.

On dit aujourd’hui que le corps a perdu de son importance et que la complémentarité est moins utile. Il est vrai que l’on ne part plus à la chasse et que des machines font une partie des travaux durs. Mais le corps reste un ancrage identitaire profond, marqué par son histoire et sa biologie. On n’efface pas cela en un siècle. D’ailleurs, faut-il vraiment l’effacer? Est-ce même possible? Et si ça l’était, serait-ce un bien ou un mal pour l’espèce? Pensons-nous réellement pouvoir en un siècle changer ce que l’évolution a construit sur des millions d’années? Le doute est salutaire: si  le féminisme allié au consumérisme, et profitant d’un recyclage de la lutte des classes dans le couple, a poussé à une réduction de la différenciation des tâches selon les sexes, c’est une évolution relativement superficielle en regard de la biologie et de ses implications, ainsi que de la symbolique des représentations sexuées.


Tu viens, chéri?

De tous temps les femmes ont bossé et fait tourner le monde quand les hommes disparaissaient dans les guerres. Mais tout n’est pas interchangeable. La sexualité est un autre domaine de différence complémentaire. Le mouvement de l’homme est d’ouvrir une porte, pénis en avant. Le mouvement de la femme est aussi d’ouvrir une porte mais de l’autre côté, de laisser entrer. La différence de position est formatrice de comportements et de manières d’être en relation, manières qui se sont ensuite codifiées. Cette image très simple, voire simpliste, est en réalité une représentation très profonde de ce double mouvement. Je connais peu de femmes qui n’apprécient pas sentir le pénis entrer en elle. Par sa tension, sa dureté, son mouvement vers la femme, il exprime le désir de l’homme pour elle, désir qui la stimule elle aussi et la valorise. Cela ne donnerait-il pas des psychologies différentes ? Qu’elle prenne l’initiative est aussi agréable, mais la femme assise sur le ventre de l’homme n’a pas la même satisfaction en général. Elles aiment revenir à une position où elles sentent le mouvement de l’homme.

Les femmes peuvent prendre l’initiative de la séduction et tenter de «conquérir» l’homme. Mais je doute sincèrement qu’elles réussissent globalement à prendre le rôle traditionnel de l’homme dans ce domaine. Les femmes choisissent les hommes et les séduisent aussi, mais pas avec de gros sabots. Ce qui chez l’homme est un prolongement symbolique du pénis, sera en fin des comptes perçu chez la femme comme une forme d’agression et de prise de pouvoir sur l’homme. L’homme n’est pas aussi dupe qu’on le pense du «Tu viens, chéri?» Cela ne marche pas, ou seulement à petite échelle avec des hommes spontanément soumis.


complémentarité,hommes,femmes,genres,sexes,sexualité,désir,séduction,grossesse,famille,genre,rôle,féminisme,singularité,masculin,différenciation,testicules,espèce,théâtre,égalitéLa course des testicules

Donc l’homme va vers, et la femme accueille. Les testicules courent derrière les femmes et non l’inverse. Tout ce que la culture consigne à ce sujet ne saurait être balayé par quelques théories et dogmes sur l’indifférenciation. La peur de la différence ne saurait éliminer cette différence intimement insérée dans la construction de l’humanité.

C’est schématique et la réalité est plus complexe et nuancée. Mais ce schéma mérite mieux que ce que l’on lit par exemple sur le site féministe paranoïaque «Je putréfie le patriarcat», où l’idée du pénis dans le vagin est combattue avec force arguments (la vieille peur de la « domination masculine », qui n’est en réalité le mouvement de désir de l’homme). Ce site prône la sexualité sans la pénétration. C’est évidemment une bonne contraception, ou une illustration de l’amour lesbien. Mais ce n’est pas la reproduction de l’espèce, ni l’acceptation positive des différences. Ce n’est pas non plus la reconnaissance du droit de l’homme à vivre pleinement sa masculinité, y compris dans sa sexualité. Ce n’est pas une valorisation du masculin différent. Car oui, l’identité masculine passe aussi par le pénis et les couilles.

Les couilles sont une légitimation masculine. Pas la seule, mais c’en est une. Les couilles ne sont pas seulement ce joli petit sac qui balance légèrement dans la démarche altière du mec. Ce n’est pas un simple contrepoids au fier mât qui se dresse de désir. C’est aussi la biologie qui s’en suit, avec ses incidences corporelles, fonctionnelles et sociales. C’est le lieu sacré où l’homme s’est toujours reconnu comme part spécifique de l’humanité. C’est une grande part de l’Histoire singulière des hommes, de leurs désirs, de leurs peurs, de leur force et paradoxalement de leur fragilité. C'est ce que souvent les femmes attendent des hommes: avoir des couilles. C’est une singularité masculine, complémentaire à cette autre singularité du sexe féminin. Elle ne saurait être réduite vulgairement à une virgule dans le pantalon ni à une comparaison porcine. Elle ne saurait être traitée, dans son contenu intime, dans ses pathologies, de la même manière que la singularité féminine.

Différents, donc, mais pas subordonnés: c’est la magie de la complémentarité, qui évite l’écueil d’une égalité en deux dimensions, dogmatique, guerrière, où les seuls possibles seraient d’être au-dessus ou en dessous. Alors que l’on peut être ailleurs, à côté, devant, derrière. La complémentarité c’est l’égalité en 3D. L’égalité doit être pensée en trois dimensions: égaux (dimension horizontale), différents (verticale) et articulés en droits et compétences selon des contrats ponctuels limités (profondeur). Elle doit inclure des singularités et admettre des traitements différenciés dans certains domaines. L'égalité a ses limites. Elle demande des humains créatifs et bienveillants et non des robots de la revendication égalitaire.

C’est simple en théorie, plus complexe en pratique. Cela a l’avantage de rediscuter de chaque situation en elle-même, de cas en cas, et de ne pas tomber dans des diktats égalitaristes.


Images.


 

_______________________________________________________________________

Doa, l'album:

pagnol,auteuil,fille,puisatier,sociologie,femmes,hommes,famille,grossesse,honneur,riche,pauvre

 

 

 


 

Le Diable en été, roman:

pagnol,auteuil,fille,puisatier,sociologie,femmes,hommes,famille,grossesse,honneur,riche,pauvre

Commentaires

L'égalité semble plutôt être un concept inventé par l'Homme. Ne faudrait-il pas plutôt parler de régulation? Globalement, il y a quasiment autant d'hommes que de femmes : le sex-ratio à la naissance est presque de 1:1. Pourtant à la naissance, il y a un peu plus de mâles et les femmes vivent en moyenne plus longtemps que les hommes. On peut dire que c'est complémentaire et régulé. Mais est-ce une égalité?
Je préfère la notion de régulation. L'égalité n'existe pas. Il n'y a que régulation. Et seul l'Homme peut fausser cette régulation, exemple : anomalie du sex-ratio. Les parents privilégient les mâles : Asie, Chine. Et pour l'occident, c'est l'effet inverse avec une sur-exposition à des perturbateurs ce qui entraîne des problèmes de fécondité, des problèmes hormonaux et des cancers des testicules. On en revient aux couilles...

Écrit par : Alf | 07 juin 2013

Enfin, ça n'est que mon avis. Et désolé si ma vision paraît trop systémique.

Écrit par : Alf | 07 juin 2013

@Hommelibre,l'eau et le feu ne peuvent être complémentaires que le temps d'un coup de foudre ou d'un soir d'été ,ensuite l'eau s'en ira avant d'être éteinte à tout jamais ou dépossédée même de sa propre volonté voire de son argent/rire
toute belle soirée pour Vous

Écrit par : lovsmeralda | 07 juin 2013

@ Alf:

L'idée est intéressante. La notion d'égalité souffre tant d'exception parce qu'elle est brandie comme un concept total. L'égalité de fait n'existe pas, si l'on considère l'égalité comme une valeur soit quantitative soit symétrique. Le seul point est l'égalité de droits devant la loi: même traitement (en principe) pour tous: femmes, hommes, noirs, blancs, aveugles, valides, etc.

Mais si l'on voulait appliquer une égalité totale au nom de la non-discrimination, on devrait autoriser les aveugles à conduire des bus et des avions! On le voit, les multiples conditions annulent le concept d'égalité totale.

Le terme régulation a du sens, il est plus souple et permet l'adaptation de cas en cas. Il contient la notion de mesure. Il est moins dogmatique. Il faudrait essayer de le décliner dans diverses situations où l'on utilise habituellement le terme d'égalité, pour voir si cela fonctionne.


@ Lovsmeralda: j'ai bien votre allégorie! :-) En terme symbolique en effet l'eau et le feu sont opposés. Entre eux, hors du coup de foudre, c'est peut-être le mot "équilibre" qui devrait être utilisé.

Écrit par : hommelibre | 07 juin 2013

Égalité en droits est une chose. Égalité de la matière, de la physique, etc... est autre chose. Une femme ne sera jamais un homme et vice versa. Il est donc impératif d'harmoniser le tout. Serge (psychologue)

Écrit par : serge | 07 juin 2013

Etudiant en histoire puis en droit, j'ai compris que l'égalité signifie l'égalité de tous devant la loi, idéalement nous sommes tous soumis de manière égale aux mêmes droits.

De plus, je ne pense pas que le patriarcat en France ait été la domination des hommes sur les femmes. En effet, la religion légitimait le roi, garant de la société hiérarchisée de l'Ancien Régime (la noblesse et le clergé étaient au-dessus du tiers-état, juridiquement parlant), ce qui devait selon les féministes pénaliser les femmes.
Or, les femmes étaient plus, voire bien plus, religieuses que les hommes. Si on suit le raisonnement des féministes qui affirme que le patriarcat opprimait les femmes, il était soutenu par elles, elles voulaient donc être opprimées!

Logiquement, pour mettre en place l'Etat de droit, la démocratie, et la laïcité, bref les fondement de nos sociétés actuelles, fallait-il les rendre moins égales ou les assujettir aux hommes de la Révolution jusqu'à la fin de Napoléon, sinon elles risquaient de remettre au pouvoir aux religieux, qui pensaient que le représentant de Dieu sur Terre était le roi, garant de la société inégalitaire que les révolutionnaires avaient mis à bas. N'étant pas des créatures fragiles, on les "opprimait" donc pour leur bien.

Il me semble que c'est après la loi portant sur la séparation de l'Eglise et de l'Etat, en 1905, que la majorité des lois libérant les femmes de cette inégalité juridique furent créées et appliquées. Or cette loi devait empêcher les religieux de revenir au pouvoir depuis lors. C'est donc parce qu'ils voulaient l'égalité pour tous qu'ils la bridèrent aux femmes durant un certain moment.

D'ailleurs, si on remarque bien, la majorité voire la quasi-totalité ce ces lois égalisatrices furent faites par des hommes (avec la loi sur la parité, le nombre d'hommes à l'Assemblée nationale est de + de 60%). Si le patriarcat oppressait les femmes (sous-entendu qu'il les oppresserait volontairement) pourquoi les hommes politiques détruiraient des lois qui leur étaient tellement profitables, car ils servaient les hommes dans la domination des femmes? De plus, beaucoup de féministes citent Bourdieu, qui est un homme, l'inventeur de la pilule contraceptive était également un homme, alors que la contraception fut l'un des meilleurs moyens des femmes pour gagner leur indépendance.

Et la burqa et le voile, qui oppresseraient les femmes? En France, malgré les demandes répétées, voire les suppliques, des autorités pour que les femmes les retirent, elles ne le font pas. Pourtant, avec le nombre d'associations féministes, on le saurait si quelqu'un les obligeait...

Pour finir, je dirai ceci: la volonté que les hommes et les femmes soient exactement égaux, le fait qu'il n'y ait pas de genre, que les femmes devraient prendre d'assaut les hautes responsabilités, nous devrions tous être pareils, mais que certaines inégalités existent sans que trouble les féministes, cela ne vous rappelle rien?
Moi si: le communisme. Ils devaient tous être semblables, il n'y avait plus de classes, mais le secrétaire général du parti était la personne la plus puissante de son pays, et secrétaire général du parti communiste de Russie téléguidait les secrétaires généraux des partis des autres pays. D'ailleurs, on sait comment cela s'est fini pour eux...

Plutôt que de vouloir une parité absolue (curieusement personne ne crie au scandale quand la majorité des diplômés sont des femmes ou que les hommes ou une durée de vie plus courte, c'est vrai, après avoir été opprimées depuis tant de temps, elles méritent bien leur revanche...), il faudrait déterminer pourquoi il y a plus d'hommes que de femmes en politique et dans les postes à haute responsabilité, alors qu'avec la parité il devrait y avoir un nombre à peu près égal.

J'ai peut-être la réponse: personnellement, je n'ai jamais rencontré une femme qui s'intéressait à la politique, alors que j'ai rencontré quelques hommes qui s'y intéressaient. Une femme que je connais bien ne s'intéressait qu'à l'affaire Cahuzac. Pour moi, ce n'est pas un sujet politique mais sociétal: la corruption de nos élites, et le prix que les Français doivent payer pour leur égoïsme.

Pourquoi, en Suède, y aurait-il plus de femmes en politique? Parce que l'égalité est un sujet sociétal, pas politique. D'ailleurs beaucoup des lois sont pour la discrimination positives envers les femmes. En attendant, les Suédoises se plaignent que les Suédois sont efféminés: qu'ils ne seraient pas de vrais hommes...

Voilà mon point de vue: le féminisme est devenu une religion qui ne dit pas son nom. Comme les femmes sont plus religieuses que les hommes, de nos jours un nombre plus important de femmes que d'hommes y adhèrent de nos jours. Et certaines, comme les Femen ou les chiennes de gardes, sont des extrémistes.
On les supporte, mais on n'en pense pas moins.

J'ai compris maintenant pourquoi je n'étais pas à l'aise avec le féminisme: c'est une religion, et je refuse que la religion règle ma vie. Ironie: vous voulez élire des religieux de droite ou de gauche? Pas étonnant que les gens disent que les politiques sont tous pareils.

A Hommelibre: qu'en pensez-vous? Cela pourrait expliquer bien des dérives du féminisme et de notre société, car la religion enferme beaucoup de gens qui tombent dedans. Christianisme, féminisme, amour, capitalisme, nationalisme, amour...

Écrit par : ApprentissageVie | 08 juin 2013

@ApprentissageVie
En ce qui concerne la loi sur la parité je pense qu'elle est absurde:
Qu'une femme soit 1ère ministre ou présidente de la république qu'il y ait des femmes ministres oui c'est normal qu'elles aient le droit mais faire des quotas signifie que les femmes ne sont pas capables d'obtenir des postes par elles-mêmes en fait j'ai l'impression que cette loi signifie que les femmes seraient incapables de se faire élire par leurs idées et maintenant les gens peuvent penser qu'une femme élue l'est forcément à cause de quotas donc cette loi est même négative pour les femmes dans une certaine manière.
Sur ce point je suis d'accord avec Elisabeth Badinter.
http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-debat-une-loi-dangereuse-opinion-sur-la-parite-e-badinter-44798320.html

"J'ai peut-être la réponse: personnellement, je n'ai jamais rencontré une femme qui s'intéressait à la politique, alors que j'ai rencontré quelques hommes qui s'y intéressaient"
Moi des femmes qui s'intéressent à la politique j'en connais plusieurs je ne pense pas que vous pouvez faire de quelques cas une généralité!
Et puis personnellement la différenciation hommes-femmes je ne vois pas en quoi cela devrait dire que les femmes ne veulent pas de la politique ou ne s’y intéressent pas.
Personnellement je préfère une femme (que j'admire beaucoup) comme Margaret Thatcher (qui d'ailleurs n’avait pas besoin de parité pour se faire élire) qu'un François Hollande ou Jean Marc Ayrault (si vous voyez ce que je veux dire) donc pourquoi une femme ne pourrait pas prendre d'assaut les hautes responsabilités!?

Écrit par : Archibald | 08 juin 2013

@ ApprentissageVie:

Je pense comme vous qu'une lecture historique non biaisée remet sensiblement les pendules à l'heure et démonte nombre de théories actuelles véhiculées par le féminisme "religieux". J'ai écrit récemment deux billets sur le sujet des femmes écartées par la Révolution. La question religieuse était bien au coeur de l'exclusion politique des femmes à cette époque. Michelet l'avait lui-même reconnu.

Je suis par contre plus en accord avec Archibald sur l'intérêt des femmes pour la politique. La grande Catherine de Russie était visiblement imprégnée de politique, et d'autres. Mais je pense que comme professionnellement, des femmes hésitent à se lancer dans des carrières politiques trop prenantes par rapport à la maternité. Elles veulent être disponibles pour leurs enfants.

Sur la parité, en effet chacun doit se faire élire par son mérite propre, sous peine d'être dévalué si c'est par la parité. Cela m'étonne que les féministes ne l'aient pas encore compris.


@ Archibald:

sûr que comparés à Thatcher (qu'on l'aime ou non d'ailleurs), Hollande et Ayrault font très, très pâle figure...

Écrit par : hommelibre | 08 juin 2013

@ ApprentissageVie

moi j'aime bien l'explication d'éric Zemmour dans le premier sexe

extrait.

"Pour Michelet, les femmes, manipulées par les prêtres, sont les agents de la contre-révolution à Paris comme en Vendée, jusque dans chacun des foyers des braves hommes républicains. La République retiendra ses leçons, surtout lorsqu'au xixe siècle les femmes suivront massi¬vement la robe des curés. Ainsi, quand on nous serine aujourd'hui que la France est en retard, qu'elle n'a donné le droit de vote aux femmes qu'en 1944, que notre classe politique est la moins féminisée d'Europe, on fait fausse route : nous sommes en retard parce que nous fûmes en avance ; la République a renvoyé les femmes à leurs casseroles parce que la monarchie les en avait sorties. La « féminisation » de notre vie politique actuelle, de son personnel et surtout de ses valeurs, au nom d'un progressisme démocra¬tique, est une autre manière de déceler le reflux des principes qui fondent la République depuis deux siècles. La Révolution virile, austère, puri¬taine, tombe avec Robespierre. Avec le Directoire commence une nouvelle période où les femmes reprennent une place prépondérante. Dans la société des incroyables et des merveilleuses, la liberté des femmes sidère l'Europe entière : elles passent aisément d'un amant à l'autre ; elles se marient et divorcent aussi vite ; les taux de divorce (qui conclut un mariage sur trois à Paris) sont presque similaires aux nôtres ; les familles sont éclatées, l'éducation des enfants laisse à désirer. Les esprits chagrins notent que les jeunes gens connaissent mieux les chiffons que les livres. C'est cette société « décadente », comme on ose encore dire à l'époque, que Napoléon a sous les yeux lorsqu'il entame les travaux du Code civil. Sous ses yeux, exacte-ment, puisque sa femme, Joséphine, plus légère que sensuelle, est l'incarnation de cette société. C'est pour les contenir - la société et son épouse - que le Code civil, tout en conservant le principe du divorce, encadre très strictement la liberté sociale de la femme. Ce n'est donc pas une quel-conque réaction, mais au contraire, l'Empire se fait, là comme ailleurs, le digne continuateur de la Révolution. Napoléon est un voltairien de la plus belle eau, mais l'Église se servira du cadre qu'il a laissé pour reprendre, au XIXe siècle, son autorité sur une société déchristianisée. Pour cela, elle passera par l'intermédiaire des femmes."

Écrit par : leclercq | 08 juin 2013

Pour ce qui est de la propension des femmes à adhérer à des formes de religions de manière austère, je crois que ça tient davantage à leur conformisme qu'à leur sagesse, contrairement aux hommes. Quand j'étais petit par exemple pendant pas mal de temps, dès que j'avais un nouveau jouet, il fallait que je le démonte, que je regarde ce qu'il y a dedans, mais bien souvent il finissait cassé. Plus tard, j'ai appris que pas mal de petits garçons avaient un comportement semblable.

Ce conformisme de beaucoup de femmes n'est ni bienveillant, ni moral, il est mécanique; elles obéissent aux différentes lois qui se succèdent avec une rigueur de girouettes. Ce n'est pas dans leur nature de transgresser, à la différence des hommes (voir la légende de l'invention du rugby), d'expérimenter, d'inventer. D'ailleurs même quand elle essayent de transgresser c'est conformiste!
Beaucoup d'entre-elles sont juste là pour écouter les consignes, du système sans trop se questionner et les appliquer scrupuleusement, allant même jusqu'à parfois dénoncer ceux qui les enfreindraient. Comme on a pu voir avec la stupide prohibition instaurée en partie à cause de nombreuses femmes aux USA. C'est comparable à ce qui se passe en Suède de nos jours; chatiments corporels interdits sur ces propres enfants, prostitution interdite en pénalisant le client (homme essentiellement), boxe anglaise interdite pendant longtemps, jouets "non violents", projet d'obliger les hommes à uriner assis etc... et bientot peut être barbecues interdits? En tout cas ils n'arrivent pas encore à leur interdire de se suicider malheureusement.
http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/comment-peut-on-etre-suedois-28271

On voit bien que la machine à prohiber s'emballe dès lors qu'un certain type de femmes, représenté par les féministes est aux manettes. Non seulement les féministes ne comprennent rien à l'homme, mais en plus elles veulent le changer... en femme. La culture est là pour accompagner l'Homme dans sa nature de manière appropriée, et non pour le faire aller contre sa nature.

@ ApprentissageVie

"En attendant, les Suédoises se plaignent que les Suédois sont efféminés: qu'ils ne seraient pas de vrais hommes..."
D'où tenez-vous cette information? c'est bien la première fois que je lis ça.

Écrit par : Didier | 08 juin 2013

@ Didier

bien vu ton post

"Ce n'est pas dans leur nature de transgresser, à la différence des hommes (voir la légende de l'invention du rugby), d'expérimenter, d'inventer"

vrai pas de génies parmi les femmes et pas beaucoup d'inventrices non plus.

Écrit par : leclercq | 08 juin 2013

http://tempsreel.nouvelobs.com/education/20130606.AFP5312/associations-antiracistes-et-syndicats-etudiants-appellent-a-la-dissolution-des-groupes-d-extreme-droite.html

et ces associations genre licra et compagnie, qui puent la discrimination anti-blanc et les femen on ne les dissousq pas, et ça va changer quoi de dissoudre ces associations rien leurs agissements seronts encore plus durs !!!!

et de quel droit dissoudre ces associations, on est en démocratie, ces associations onts autant le drout d'exister que les femen.

Écrit par : leclercq | 08 juin 2013

effectivement

http://www.huffingtonpost.fr/2013/06/06/dissolution-jnr-bloc-identitaire-gud-comment-ca-marche_n_3394571.html

"Les Femen également dans le collimateur

Pour autant, les mouvements d'extrêmes droite et autres hooligans ne sont pas les seules organisations sous la menace de la loi de 1936. L'Agrif, mouvement catholique intégriste et proche de l'extrême droite nationaliste, a récemment lancé sa propre pétition pour réclamer la dissolution des Femen après l'intrusion de plusieurs d'entre elles dans la cathédrale Notre-Dame de Paris.

En cause: les doctrines "anti-chrétiennes" et l'organisation "paramilitaire" de ces féministes aux seins nus, rebaptisées "femHaines" par leurs détracteurs catholiques.

Mais pour aboutir, cette demande doit avant tout trouver un écho favorable du côté du gouvernement. Et celui-ci semble, pour le moment, plutôt faire la sourde oreille."

Écrit par : leclercq | 08 juin 2013

@leclercq

J'attendais que hommelibre fasse un billet sur l'affaire Méric pour m'exprimer sur cette affaire.
Pendant ce temps là Internet est sous surveillance via les USA :
http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20130607.OBS2492/etats-unis-surveillance-par-la-nsa-ce-que-l-on-sait.html

Moui les Chinois ayant infiltré il y a pas si longtemps un site militaire des USA, celà semble légitime, sauf qu'il s'agit de lutter contre les terroriste ...

Vous avez vu une cyberattaque de barbus en force dernièrement ? ... Moi non plus.

Il semblerait que les querelles et autres batailles politiques, et le prétexte fallacieux de lutter contre le terrorisme (ceux qui ne pensent pas comme ce gouvernement mondialiste USA-Europe), mettent du plomb dans l'aile de la blanche colombe qui nous sert de liberté d'expression sur le Web.

Sinon depuis la mort de ce pauvre Clément Méric, la féminista n'a semble t il pas perdu de temps
paris.indymedia.org/spip.php ?article13724

Écrit par : prometheus | 08 juin 2013

A Archibald, je révise ma position: je pensais aux Affaires Etrangères (diplomatie entre Etats) ou à la Défense (du territoire). J'ai négligé le côté social ou sociétal de la politique: parité, facilités pour les handicapés, moralisation de la vie politique... On peut utiliser une approche sociale ou sociétale de la politique pour de nombreux sujets, comme la consommation des ménages, par exemple.

De plus, je parlais des femmes que j'ai rencontré. Je n'aborde pas ces sujets avec toutes les personnes que je rencontre, donc j'ai peut-être rencontré sans le savoir plus de femmes politisées que je le pensais. Toutefois, je le reformulerais ainsi: les femmes s'intéressent plus au côté social ou sociétal de la politique que des autres côtés.

A l'heure actuelle, augmenter les exportations tout en réduisant les dettes de l'Etat est ce qu'on a trouvé de mieux pour relancer l'économie. L'approche sociale ou sociétale de l'économie, comme la consommation des ménages, ne peut être utilisée pour la relancer.

C'est en ce sens que je réduisais les questions sociétales à la part congrue. Éveillé politiquement durant la crise, je pense qu'on faisait bien bien trop d'approche sociétale de la politique et qu'on ne se préoccupait pas assez des autres aspects. C'était une erreur.

A Didier: les Suédoises disaient qu'elles "préféraient un Italien au lit et un Suédois comme mari". Pour moi, ma phrase est ce qu'elles sous-entendent.

Je n'affirme pas que je peux lire dans les pensées des femmes, mais sur de nombreux forums j'ai lu des interventions d'hommes frustrés sexuellement alors qu'ils satisfaisaient aux critères de la société en tant que 'prince charmant': drôle, sympa, intelligent, sportif, riche, gentleman, curieux, ouvert... Mais curieusement ces critères ne parlent pas de sexe, de séduction.

L'homme qui est comme cela est pour moi une vitrine, il n'est pas un véritable homme car il n'assume pas sa partie animale.

Toutefois, comme c'est l'homme idéal, donc idéal pour elles, les femmes doivent exprimer comme souhait ces qualités. Donc, on se moque des hommes, on se moque des femmes, et pourquoi?
Pour satisfaire aux critères du genre. Car un homme idéal a des qualités 'acceptables', 'civilisées', 'enviables'. Pour moi, le prince charmant actuel a été créé par les féministes radicales, les misandres et les envieux afin qu'on soit tous comme eux, avec des relations en toc. Pour eux c'est ça l'égalité. Donc Messieurs et Mesdames, vous devez extirper de vous toute pensée sur "le prince charmant". Retrouvez le masculin qui est vous.

Un film, pour faire comprendre mon propos: "la vérité toute crue". Il parle du prince charmant dans la personne du docteur. Que va-t-il se passer à la fin?

Voici le lien de la vidéo:
http://www.youtube.com/watch?v=zFMX_bXHLwI

Écrit par : ApprentissageVie | 08 juin 2013

Sur le rôle politique des femmes dans l'ancienne monarchie française, on oublie Sainte Catherine, qui aurait sauvé Paris des Huns; Clothilde, la femme de Clovis qui aurait influencé son païen de mari pour qu'il devienne catholique; Jeanne d'Arc, qui a bouté les Anglais hors de France; Catherine de Médicis qui a assuré la régence de ses fils et qui était la médiatrice entre Bourbons catholiques et Navarrais protestants.

Étrange pour un régime patriarcal éternel qui aurait réduit la femme à l'état d'inférieure...

Écrit par : ApprentissageVie | 08 juin 2013

@ ApprentissageVie

On observe une inversion des roles dès le plus jeune dans la video, et non une liberté pour tous d'avoir le role qu'on veut comme on prétend.
Ici, il ne s'agit pas d'expliquer le cas échéant, le plus naturellement du monde aux garçons qu'ils doivent partager la nourriture à la cantine (problème gravissime!), ou de dialoguer pour essayer de résoudre les conflits; il s'agit d'encourager les femmes à avoir ce genre même de comportement ("développer leur esprit de compétition", fanfaronner virilement) qu'on empêche aux garçons suédois, en faisant en plus une ségrégation à table!

Déja cette éducation sous-entend qu'il existe des différences inhérentes aux sexes observables dès le plus jeune age, qu'il faudrait compenser par une inversion des genres et non un libre choix. Pratiquement à elle seule, elle invalide la théorie du genre!
Ensuite, je pense que les importants suicides peuvent être expliqués en partie par cette éducation qui apprend aux hommes à refouler systématiquement tous ce qu'ils ont de masculins. Il ne peuvent pas développer certaines facultés de révolte et il est vrai de violence masculine qui peut prendre des formes diverses, nécessaire à leur épanouissement. Du coup cette violence intériorisée et jamais sorti même de manière adaptée, n'ayant pas appris à s'en servir, et bien ils la retournent contre eux, ils se suicident...

En ce qui concerne la phrase des suédoises qui disent préférer "un Italien au lit et un Suédois comme mari"; j'imagine que par Italien, elles veulent parler d'un certain machisme, une certaine virilité qui n'existe pas (ou peu) chez les hommes suédois. Cela dit, elles préfèrent quand même avoir un suédois comme mari. Elles veulent bien qu'un macho les baisent, mais préfèrent vivre avec un paillasson. Ca reste quand même intéressant que même certaines suédoises préfèrent des hommes qui baisent comme tel et non des élèves d'une espèce de tantrisme occidentalisé promu par les féministes et les sexologues.

Pour ce qui est des qualités du prince charmant crée par les féministes, que vous avez énuméré, je pense qu'il faut en retirer certaines comme "sportif, riche," voire "gentleman", car ces dernières les renvoyent souvent à une infériorité par rapport aux hommes, et ça c'est insupportable pour elles évidemment. Leur prince charmant à elles est faible physiquement et dans ces relations avec elles, gagne moins d'argent qu'elles, n'a pas l'air d'un beau gosse (qu'est-ce qu'il irait foutre avec elles?).

Écrit par : Didier | 09 juin 2013

@ApprentissageVie
« je pensais aux Affaires Etrangères (diplomatie entre Etats) ou à la Défense (du territoire »
« Toutefois, je le reformulerais ainsi: les femmes s'intéressent plus au côté social ou sociétal de la politique que des autres côtés. »
Oui peut-être… mais il y a aussi qui des femmes qui s’intéressent aux affaires étrangères et à la défense du territoire comme Thatcher et les malouines.
« A l'heure actuelle, augmenter les exportations tout en réduisant les dettes de l'Etat est ce qu'on a trouvé de mieux pour relancer l'économie. L'approche sociale ou sociétale de l'économie, comme la consommation des ménages, ne peut être utilisée pour la relancer. »
Peut-être mais en tout cas si l’on voit Merkel par exemple elle ne m’a pas l’aire adepte de la relance par la consommation.
Margaret Thatcher n’était pas je pense dans une approche keynésienne. ..( Et puis je ne suis qu’il soit nécessaire de réduire la dette de l’Etat si la BCE garantit les dettes.)
« Éveillé politiquement durant la crise, je pense qu'on faisait bien bien trop d'approche sociétale de la politique et qu'on ne se préoccupait pas assez des autres aspects. C'était une erreur. »
C’est possible mais je en vois pas le rapport avec les femmes a part qu’il y a peut être moins de femmes en proportion qui se préoccupent des « autres aspects » mais il y en a quand même comme Merkel, Lagarde et puis pourquoi pas Laurence Parisot ?
Je ne pense vraiment pas que l’intérêt des femmes s’arrête au niveau sociétal mais j’ai assez de mal à vous comprendre : voulez vous dire par là que la conjoncture actuelle ne nécessite pas de femmes en politique car leurs intérêts politiques sont inadéquats aux solutions à adopter pour sortir de la crise ??
« Sur le rôle politique des femmes dans l'ancienne monarchie française, on oublie… »
Oui mais il n’y en avait pas beaucoup elles avaient beaucoup moins de possibilités que les hommes elles avaient un rôle parfois important mais rarement ;

« Étrange pour un régime patriarcal éternel qui aurait réduit la femme à l'état d'inférieure... »
Il y avait quand même la loi salique…
Au Royaume-Uni (d’ailleurs la plupart des souverains britanniques les plus connus sont des femmes) il y a eu des femmes reines « en dernier ressort » alors qu’en France….
Mais même au R.U. quand on voit Henri 8 et ses femmes, difficile selon moi de ne pas parler de patriarcat.

@leclercq
« vrai pas de génies parmi les femmes »
Et Marie Curie alors ?
Et s’il y a moins de femmes génies est-ce vraiment un déterminisme biologique ? Ça m’étonnerait !

@Didier
« On voit bien que la machine à prohiber s'emballe dès lors qu'un certain type de femmes, représenté par les féministes est aux manettes. »
Je suis d’accord mais toutes les grandes dirigeantes n’étaient pas des féministes (cf. Thatcher qui expliquait qu’elle ne supportait pas les féministes)…mais il y a aussi certains types d’hommes qui font du dégât quand ils sont au pouvoir, non ?
Les femmes ne sont pas moins douées que les hommes en politique.

Écrit par : Archibald | 09 juin 2013

@ Archibald

Je ne connais pas bien Thatcher et je m'en fous un peu d'ailleurs, mais je sais qu'elle a dit notamment : "Si vous voulez des discours, demandez à un homme. Si vous voulez des actes, demandez à une femme".
Elle pourra ensuite expliquer qu'elle n'est pas féministe...

"mais il y a aussi certains types d’hommes qui font du dégât quand ils sont au pouvoir, non ? Les femmes ne sont pas moins douées que les hommes en politique."
Ce n'est pas mon propos, je ne m'intéresse pas suffisamment à la politique pour pouvoir en juger.

C'est pas ça dont je voulais parler, relisez mon commentaire du dessus du 8 juin "Pour ce qui est de la propension des femmes à adhérer à des formes...". Dans ce dernier je parlais du conformisme de beaucoup de femmes, et de leur austérité quasi monacale vis à vis des règles, fussent-elles inadéquates ridicules ou néfastes. J'ai cité plusieurs exemples précis. Je vais pas recommencer mon raisonnement, essayez de comprendre le lien que je fais à travers la Suède, état féministe (donc ça touche aussi les citoyens hommes qui sont "féministés"), où on interdit beaucoup trop de choses, bien souvent au détriment des hommes (que ce soit de par leur nature ou leurs pratiques en prolongement culturel). C'est une sorte de talibanisme féministe, et ce n'est pas fini à mon avis, ils vont encore prohiber toujours plus, jusqu'à ce que peut-être, ils finissent par se rendre compte que c'est nuisible.

Écrit par : Didier | 09 juin 2013

A Archibald:
Vous citez Thatcher et les Malouines, mais qui d'autre avez-vous en tête? Après 1990, qui pouvez-vous donner comme nom? J'aimerais savoir quelle femme s'est illustré en politique étrangère au XXe siècle et XXIe siècle.
A titre de comparaison en France, Mr Nicolas SARKOZY a été très réactif dans la crise financière venant des Etats-Unis ou celle de l'euro avec la Grèce; l'opération militaire en Lybie était nécessaire pour faire tomber Kadhafi, alors qu'il a été élu 5 ans. Peu importe comment on le voit par ailleurs, dans sa politique non sociétale il était excellent. J'aimerais connaître le nombre de femmes qui se sont illustrés en politique étrangère ou en Défense du territoire, et le nombre d'hommes.

D'une part le manque de consommation en Allemagne s'explique par la loi Hartz. J'ignore pourquoi Angela Merkel ne l'abroge pas, mais elle n'a alors comme solution que d'augmenter les exportations pour améliorer la croissance. C'est une approche stupide de l'économie, mais ils ont dû faire des sacrifices pour s'en sortir (ex-RDA très pauvre) et ont vu les cigales (Français et Grecs notamment) se la couler douce. Peut-être qu'elle a peur de voir un résultat similaire chez elle si elle voulait relancer l'économie par la consommation.
De plus cette pratique est très aléatoire et presque impossible à faire, demandez à François Miterrand (je sais, il est mort).

Christine Lagarde n'est pas un bon exemple, elle est mise en cause dans un procès, où elle aurait donné 400 millions d'euros venant des contribuables à Mr Bernard TAPIE. Est-ce que vous tenez 400 millions d'euros pour quantité négligeable? Pas moi. Elle n'aurait pas dû devenir présidente du FMI pour une accusation aussi grave.

Mais que vient faire Laurence Parisot parmi les femmes politiques? Elle est très médiatisée, certes, mais ce n'est pas pour autant qu'elle est une responsable politique.

Il n'y a pas de loi salique mais des lois saliques: celle du Haut Moyen-Âge était un texte juridique qui réglementait les actions des francs entre eux ou avec les romains.
La loi salique est réapparue sous une forme modifiée pour de bonnes raisons.
Une femme devenait reine quand il n'y avait plus d'hommes pour exercer cette charge. Toutefois en France ce n'était pas le cas, le fils ou le petit-fils du précédent roi devenait roi à son tour.
Cette loi salique modifiée a été créée afin d'empêcher un Anglais de monter sur le trône de France: le seul descendant direct de Philippe IV le Bel était l'anglais Edouard III.
Ce cas épineux a été réglé par un collège de seigneurs féodaux qui ont privilégié le neveu de Philippe IV, Philippe VI.

Quand au cas de Philippe VIII, je ne connais pas assez l'histoire d'Angleterre pour m'exprimer. Toutefois, j'aimerais connaître sa biographie.

Un génie est défini par wikipédia comme une personne qui se démarque de façon exceptionnelle par un ou plusieurs talents. On peut avoir le génie des affaires, des mathématiques (la fameuse bosse)...
Marie Curie fait partie des inventeurs, des découvreurs, tout comme Shakespeare, De Vinci, Pasteur, Einstein.
Donc contrairement à ce que dit leclerc, je pense qu'il y a des génies femmes, mais que les inventeurs sont en très grande majorité des hommes, voire que Marie Curie serait l'exception qui confirmerait la règle. Et je ne pense pas qu'il s'agisse d'un problème du patriarcat qui opprimerait les femmes (je devrais peut-être écrire un billet sur le catéchisme du féminisme...).

A Didier: ce qu'il faut éviter c'est éviter d'être enfermé dans une idéologie quand on se trouve dans une position de pouvoir. Pour moi, le féminisme portait dès sa création les germes de sa propre corruption. La Suède est la vitrine de ce qu'il arrivera si nous laissons les féministes continuer leur travail de sape. Je dis merci aux catholiques pour avoir fait retirer le PMA dans le mariage pour tous.

Écrit par : ApprentissageVie | 09 juin 2013

@ApprentissageVie
Désolé …Je crois que je me suis un peu mélangé les pinceaux en fait il faut séparer le côté affaires étrangères et l’aspect réduction des déficits publics et redressement du commerce extérieur.
Pour le second point (que vous considérez comme nécessaire à la France) je ne pense pas qu’il y aurait d’un côté les femmes adeptes du keynésianisme et les hommes adeptes du monétarisme ou adeptes de l’école autrichienne.
Margaret Thatcher a réussit à faire de l’austérité et je ne pense pas que les politiques d’austérité sont appliquées plus facilement par les hommes que les femmes.
Evidement vous allez me dire que Thatcher est une exception (ce qui n’est pas vraiment faux) mais je ne vois pas beaucoup d’hommes qui proposent des politiques courageuses non plus !
Il y a des différences selon les continents, les pays, cultures et structures d’économie mais pas hommes femmes.
« A titre de comparaison en France, Mr Nicolas SARKOZY a été très réactif dans la crise financière venant des Etats-Unis ou celle de l'euro avec la Grèce; »
Mouais…mais quand on voit le résultat de la Grèce alors qu’il suffisait que la BCE garantisse leurs dettes, franchement !
De toute manière j’ai de grands doutes quand à la viabilité de la zone euro (mais bon ce n’est pas le sujet).

« dans sa politique non sociétale il était excellent »
En Libye on a fait tomber un dictateur et armer des rebelles qui installent la charia et dont certains sont allés au Mali.
Les problèmes sont sans doute plus complexes mais le terme « excellent » me parait un tantinet exagéré.
« D'une part le manque de consommation en Allemagne s'explique par la loi Hartz »
La différence entre la France et l’Allemagne est une différence culturelle mais pas hommes-femmes.
« Christine Lagarde n'est pas un bon exemple, elle est mise en cause dans un procès, »
Et Sarkozy lui, est-on sûr qu’il n’était au courant de rien dans l’affaire Tapie ?
« Mais que vient faire Laurence Parisot parmi les femmes politiques? Elle est très médiatisée, certes, mais ce n'est pas pour autant qu'elle est une responsable politique. »
Non mais c’est une femme qui est favorable à une politique de l’offre et qui n’est pas favorable à la politique de la relance par la consommation.
En ce qui concerne la politique étrangère : oui en moyenne il y a plus d’hommes mais c’est une moyenne seulement et pas quelque chose de strictement séparé.
Pouvez citer de nombreux hommes qui depuis les années 90 mènent des politiques de défense efficaces parce que Sarkozy je suis moyennement convaincu.
Et puis n’est-ce pas parce que les femmes avaient moins accès, non ?
Je vais donner un exemple de femmes (encore une exception qui confirme la règle peut-être ?)
http://www.slateafrique.com/107049/la-numero-deux-de-larmee-malienne-gao-mene-ses-hommes-dune-main-de-fer
« Cette loi salique modifiée a été créée afin d'empêcher un Anglais de monter sur le trône de France »
Oui je sais il y a un rapport avec la guerre de cent ans mais de toute manière les femmes ne pouvaient pas devenir reines mais « transmettre »seulement la royauté. Si les femmes pouvaient être reines il n’y aurait pas eu les mêmes problèmes et comme par hasard c’était impossible de changer les règles à l’avenir (sinon le roi d’Angleterre aurait réclamé le trône ?)

Après il était logique dans le passé que la reine devait rester fidèle à son mari et que le roi pouvait faire ce qu’il veut mais sur le nombre il est possible qu’il y ait eu des enfants qui n’étaient pas du roi, donc il aurait été plus « logique » peut-être que seules les femmes soient reines car il n’y aurait pas eu de doute possible sur la filiation !

« Quand au cas de Philippe VIII, je ne connais pas assez l'histoire d'Angleterre »
Il existe Philippe VIII ?

@Didier
« Elle pourra ensuite expliquer qu'elle n'est pas féministe »...
On peut quand même lui pardonner une citation, non ?
? http://www.rtbf.be/info/societe/detail_margaret-thatcher-une-antifeministe-au-service-du-feminisme?id=7968038
Après en ce qui concerne la Suède je suis loin de partager leurs visions sociétales notamment s’occuper de la manière d’uriner des hommes au nom de l’égalité hommes-femmes c’est une connerie !!
Mais ce que je veux dire c’est que le problème ce n’est pas uniquement proportion de femmes mais le fait qu’il y ait des visions féministes radicales ou non. Donc il faut lutter contre la vison du féminisme en politique mais pas contre les femmes en politique.
Par exemple je préfère Elisabeth Badinter ministre que quelqu’un comme Patric Jean (qui est très misandre) qui est ou Pierre Bourdieu.
Vous n’exagérez pas un tout petit peu en comparant la suède aux talibans ??
Cependant lorsque vous parlez du suicide chez les hommes : il est plus élevé en France qu’en Suède
http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_taux_de_suicide
Après les hommes se suicident plus mais les femmes font plus de tentatives (car les hommes utilisent d es moyens différents)
http://quoi.info/actualite-societe/2011/12/13/qui-se-suicide-le-plus-les-femmes-ou-les-hommes-1112114/

Écrit par : Archibald | 09 juin 2013

@ Archibald

"« vrai pas de génies parmi les femmes »
Et Marie Curie alors ?

"Donc contrairement à ce que dit leclerc, je pense qu'il y a des génies femmes, mais que les inventeurs sont en très grande majorité des hommes, voire que Marie Curie serait l'exception qui confirmerait la règle."

oui c'est bien une exception qui confirme la régle. et aucun génie parmi les femmes en musique par exemple.

d'inventeurs femmes je n'en vois pas beaucoup non plus.

comme dit zemmour les femmes n'iventent pas, elles conservent.

http://www.slate.fr/story/67851/genie-folie-creativite-pathologie

il y a beaucoup moins de femmes dans les extrémes que les hommes, et elles s'intéressent trés peu à la technique, j'en ai cotoyé plusieurs en vingt ans de bureau d'étude, franchement ils n'y avait pas leur place !!!

Écrit par : leclercq | 09 juin 2013

@ Archibald

Vous avez raison, la situation en France est encore moins reluisante du point de vue des suicides. Néanmoins, comme pas mal d'autres personnes, je trouve les taux de décès par suicide anormalement élevés pour un pays qu'on nous présente constamment comme une sorte d'Eldorado, de paradis sur terre, qui à tous les niveaux serait quasiment irréprochable. Pourtant, leurs taux de suicide masculins dépassent ceux d'autres pays européens comme le Royaume Uni, l'Espagne, l'Italie, et parfois même l'Allemagne. Comment ça se fait? Y'a quelque chose qui cloche, on doit pas tout nous dire sur la vie des Suédois.
http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=98&ref_id=Suicide
De plus, ce sont les pays eux-même qui communiquent ce genre de statistiques je crois, il n'est pas exclu une certaine tricherie en ce qui concerne le décompte des suicidés, surtout avec la réputation qu'a ce pays sur le sujet. Comment déterminer avec certitude que quelqu'un s'est donné la mort? on est rarement sûr à 100%. Dans le doute c'est pas exclu que plein de fois il s'abstiennent de classer dans les suicides alors que s'en était.

Pour les femmes qui font plus de tentatives; est-ce qu'elles veulent vraiment se donner la mort? je n'en suis pas sûr. C'est par exemple prendre des médicaments 10 minutes avant qu'un ami nous rejoigne, en ayant pris soin de lui laisser un message comme quoi ça n'irait pas bien. Visiblement celles là ne voulaient pas réussir leur coup.

"Vous n’exagérez pas un tout petit peu en comparant la suède aux talibans ??"
J'exagère un peu c'est vrai. La violence féminine ne prend pas les même formes que la violence masculine bien souvent. Cependant croyez bien que si pas mal de Suédoises en avaient les moyens physiques elles pourraient se montrer tout aussi directement violente. J'ai regardé cette vidéo aujourd'hui :
http://www.youtube.com/watch?v=QMmgVjx7s7M
C'est effarant. C'est ça le féminisme suédois pur jus.

Comme je l'ai dit plusieurs fois, je ne crois pas au fait qu'il y aurait un bon féminisme et un féminisme radical. Il y en a simplement certaines qui vont au bout de leurs idées et d'autres qui s'arrêtent à un stade politiquement correct. C'est comme avec le degré d'alcool, c'est une question de concentration en féminisme, plus la concentration est importante, plus la haine de l'homme l'est. Il y a eu des anormalités juridiques, corrigées depuis belle lurette. Pourtant, loin de s'éteindre, le féminisme n'a jamais été aussi revendicatif. C'est parce que le féminisme est du coté du mal, Lilith est là pour nous le rappeler, quelles que soient les époques, les situations, les politiques; dès qu'il y a du mauvais dans la femme et de la haine de l'homme, vous pouvez être sûr que le féminisme n'est jamais bien loin. Seulement aujourd'hui on l'a laissé se développer à un point qu'on dit radical; alors qu'en fait, c'était simplement la conséquence logique, d'une haine de l'homme, son évolution naturelle.

Écrit par : Didier | 09 juin 2013

A Archibald: réagir c'est agir très vite contre quelque chose même si le mode opérationnel n'est pas le meilleur pour le régler. Je pensais à cette optique quand je disais "excellent", je le reconnais. Mais on peut nuancer l'échec de la politique d'austérité (ce n'est pas autre chose) par l'idéologie néo-libérale dominante de l'époque, où le marché se contrôle de lui-même, qu'il faut réduire l'influence de l'Etat sur l'économie afin d'améliorer la croissance et de réduire ses dépenses quand il est en crise. Aujourd'hui, ceux qui appliquent encore cette politique sont des inconscients.

Personnellement, j'hésite énormément à revoter pour Nicolas Sarkozy s'il se représente en 2017, car il pourrait avoir une approche néo-libérale de l'économie (approche rigoureusement dépourvue de social ou de sociétal, ce qui n'est pas admissible).

De plus, j'ai dit que plus d'hommes que de femmes s'intéressaient à l'approche non sociétale de la politique (civilisation, Nation, Défense), pas que les hommes politiques étaient meilleurs. Il y a une différence entre action politique autocentrée et action politique désintéressée. De plus, les idéologies ne sont pas pour l'amélioration du plus grand nombre.

Sur cette question de différence hommes-femmes, je sais que l'idéologie du genre (l'identité d'un genre est construite socialement et pas par son sexe) est vraie, toutefois j'ignore dans quelle mesure. Si la majorité des femmes sont plus spirituelles que la majorité des hommes (elles veulent qu'on leur disent l'amour au lieu de le faire, donc qu'elle puissent continuer à se représenter l'amour, ce qui est une idée, la spiritualité en faisant partie), je pense que cela est vrai. Après, j'ignore si la différence entre hommes et femmes est accentuée par l'ancienne discrimination faite aux femmes est construite en partie ou en totalité

Nicolas SARKOZY avait une politique internationale (crise financière et printemps arabe) particulièrement difficile et une montée du chômage et de la dette publique records. Avec son caractère difficile aussi, on ne doit pas s'étonner qu'il ait ignoré l'affaire.
Nicolas SARKOZY était un boulimique de l'action, à côté Jacques CHIRAC (1995-2002) était 'pépère', et on disait de François HOLLANDE 'flanby'. François MITERRAND (1981-1995) n'était pas vraiment actif également. Mais on élit les hommes politiques pour ce qu'ils dégagent.

Quand à Laurence PARISOT, si elle a des idées politiques et sur la politique, tout le monde en a, et c'est pour cela que nous continuons à aller voter, qu'il y a des adhérents à un parti qui ne seront jamais responsables politiques (261.000 adhérents UMP aux présidentielles 2012, http://www.lejdd.fr/Politique/Actualite/Combien-de-militants-comptent-les-principaux-partis-politiques-446867), mais elle n'est pas pour autant responsable politique, elle est juste visible et une bonne communicante.

La numéro deux de l'armée malienne est effectivement une exception: une armée est très majoritairement constituée d'hommes. Mais j'aime l'idée qu'une femme puisse réussir autant voire mieux qu'un homme dans n'importe quel domaine, car ce sont des exemples de méritocratie et de démocratie. Mais je présente des constations ou des constats. Sont-ils faux? J'ignore quelles parts respectives prennent le poids de l'histoire, l'identité des sexes en tant que construction sociale ou le nécessaire partage des rôles entre hommes et femmes dans la survie de l'espèce ou d'un groupe social.

On peut expliquer le fait qu'aucune femme ne soit montée sur le trône de France parce que les femmes ne faisaient pas la guerre. Comme le roi de France était un chef de guerre et qu'ils avaient de nombreuses guerres, il ne pouvait y avoir de femme. C'était le traditionnel partage des rôles entre hommes et femmes (il faut noter que les villages bretons de la façade atlantique étaient matriarcaux). Je pense que c'est la raison pour laquelle il n'y avait pas de femmes en tant que reines. Je pense que c'était le raisonnement de l'époque, pas qu'il était bon ou meilleur que celui d'aujourd'hui.
Je pense également que l'Eglise, qui soutenait le roi, était soutenu par les femmes. Or l'Eglise était socialement et politiquement conservatrice (elle s'occupait de "sauver" les âmes, pas d'améliorer la société). Et puis la société de l'époque n'était pas réellement novatrice, ce qui empêchait une évolution de la situation des femmes dans une société tendue (invasions, famines, guerres, amputations de territoire, rivalités entre souverains, religion structurante...). Toutefois, si elles ne pouvaient pas devenir, le cas de régentes est avéré, dans la société mérovingienne, plusieurs femmes de la famille royale s'embarquaient dans des luttes de pouvoir.

Vous confondez matriarcat et matrilinéarité, comme les juifs. Je dois ajouter que pour permettre au futur Henri IV de monter sur le trône (Guerres de religion) afin d'arrêter ces conflits destructeurs, il dut redevenir catholique, et ensuite le roi ne pouvait être que catholique. Donc les protestants étaient également discriminés.

Je parlais en fait d'Henri VIII d'Angleterre, je confondais avais Philippe IV le Bel (de France). C'était une erreur.

A leclercq:
je suis d'accord avec vous hormis pour deux choses: premièrement, Eric Zemmour. Il est clairement conservateur sur la place de la femme et de l'homme dans la société, mais je pense que cette idéologie (l'Ancien Régime) était destructrice pour la femme et l'homme, car elles les enfermaient dans un rôle, et la liberté y était absente. Je ne crois pas que Eric Zemmour aurait pu exprimer ses opinions sans représailles.

Deuxièmement, si les constatations que vous faites sont justes, l'idéologie qui les sous-tend ne me plaît pas: le diférentialisme entre hommes et femmes. Pour moi, c'est une religion qui ne dit pas son nom, qui enferme l'humain dans un carcan, qui le réduit à une étiquette alors qu'il pas que cela. Cela n'entrave-t-il pas vos relations avec les femmes, les féministes et les progressistes? Notre réalité est créée en partie par notre propre regard.

A Didier: votre propos sur le suicide m'intéresse, je ne l'avais jamais vu sous cet angle: en Haïti, il n'y a aucun suicidé. Soit ils débordent de joie de vivre soit ils ne le comptabilisent pas.

Je suis d'accord avec vous sur le féminisme, mais pas sur la notion de misandrie du féminisme: premièrement des hommes soutiennent ce féminisme radical que nous voyons à l'oeuvre, deuxièmement des avancées sociales importantes ont été portées par des femmes et des hommes, troisièmement, je n'aime pas l'idéologie.

Il faut savoir que le féminisme a été créé quand la domination des hommes sur les femmes était effective, et que le système 'patriarcal' était corrompu, et où les violences faites aux femmes étaient terribles. Justement, la situation n'est pas aussi grave qu'on peut le penser: il n'y a pas de fermes de reproduction où les hommes seraient emprisonnés, leur semence traite afin d'éviter aux victimaires de croiser leurs 'bourreaux' mais afin de perpétuer (selon certaines féministes, la pénétration est un viol, pour moi ce sont des mal b.....s).

Le féminisme a permis une véritable égalité. Et ce n'est pas par haine qu'un homme était féministe. Seriez-vous contre le fait que les femmes puissent voter ? Si ce féminisme radical vous est insupportable, allez chez les hoministes, fêtez la fête de l'homme, écrivez un livre, faites des manifestations. Bref, agissez. Le meilleur moyen de laisser une société courir à sa perte est de ne rien faire.

Écrit par : ApprentissageVie | 10 juin 2013

@ ApprentissageVie

"Deuxièmement, si les constatations que vous faites sont justes, l'idéologie qui les sous-tend ne me plaît pas: le diférentialisme entre hommes et femmes"

ce n'est pas une idéologie, lire les écrits de susan pinker il y a bel et bien plus d'extrêmes chez les hommes que chez les femmes plus d'idiots plus de génies aussi.

les centres d'intêrets ne sonts pas les mêmes, des pays comme la norvége avec des décennies d'égalitatisme derriére eux, il y a toujours que 10% de femmes ingénieurs, et dans ces 10% combien sonts là suite a un processus coercitif d'ingénierie sociale.

http://www.science.ca/scientists/scientistprofile.php?pID=10&pg=1&-table=activities&-action=list&-cursor=0&-skip=0&-limit=30&-mode=list&-lang=fr

Elle déclare : « Se lancer dans un processus coercitif d'ingénierie sociale afin d'équilibrer la représentation distinctive des sexes pourrait bien être la pire des discriminations. Cela sert également à entraîner des gens dans des activités qu’ils n’apprécieront pas et pour lesquelles ils 'n'ont aucun talent. »

et franchement moi c'est ce que j'ai vu en vingt ans de bureau d'étude des femmes à des postes suite a un processus coercitif d'ingénierie sociale, moi j'ai vu une femme du service qualité servant de relais pour résoudre les problémes techniques, c'est le service qualité qui est en contact avec les fournisseurs, me dire aprés une explication technique de ma part indispensable, que la technique ne l'intéressait pas !!!!

on en est là maintenant on est tellement dans l'idéologie de l'égalitarisme qu'il y a une chape de plomb sur la réalité ce n'est pas politiquement correct !!!

et toute notre corps enseignant est dans cette idéologie égalitariste "qui croit en là similitide des hommes et des femmes.

"Il faut savoir que le féminisme a été créé quand la domination des hommes sur les femmes était effective, et que le système 'patriarcal' était corrompu, et où les violences faites aux femmes étaient terribles."

cette sois disant domination n'est qu'un mensonge féministe de plus pas autre chose.

Écrit par : leclercq | 10 juin 2013

@ ApprentissageVie

"nom, qui enferme l'humain dans un carcan,"

dans les siécles passées les inventeurs avaient contre eux l'obscurantisme, l'église tout était contre eux nettement plus contraignant que le carcan du différentialisme qui aurait contraint les femmes. et ils onts inventé ont créé, où sonts les inventrices femmes, les femmes aisées tenaient salon servaient de mécénes aux artistes aux génies.

actuellement on est en pleine discrimination positive pour les femmes j'usqu'a mié les différences entre les sexes.

Écrit par : leclercq | 10 juin 2013

@ ApprentissageVie

http://www.internenettes.fr/femme/inventrices.html

"Partant du constat inquiétant que 5 % seulement des déposants de brevets sont des femmes,"

qu'il a t'il d'inquiétant rien cette phrase est biaisée c'est tout !!! cette phrase veut nous faire croire que les hommes et les femmes sonts similaires "non"

Elle a l’idée. Il la concrétise

si elle a l'idée quelle la concrétise alors !!!!

Zemmour écrit les femmes ne créent pas n'inventent pas, pas d'audace pas d'innovation, pas de transgression.

5% de brevets déposées par des femmes on peut dire que zemmour a raison.

" La femme n’ose pas se lancer dans l’aventure. Pourquoi ? Prudence ? Ignorance ? Timidité ? Le plus probablement sans doute par manque d’information."

et les hommes c'est parce qu'ils auraient plus d'information qu'ils se lanceraient qu'ils innoveraient n'importe quoi !!!

Écrit par : leclercq | 10 juin 2013

@ApprentissageVie

J'ai suivi vos très brillantes interventions et je dois reconnaître que vous m'avez laissé pantois, c'est pas tous les jours qu'on croise un intervenant d'une telle envergure se faire reprendre par d'autres intervenants habitués du forum.

Cependant je ne suis pas totalement d'accord sur certains points que je vais exposer, normal, si tout le monde était d'accord, il n'y aurait aucun intérêt à débattre et ce serait pour le moins un climat fasciste. Malheureusement le temps nous dictant nos priorités je n'ai pas souvent l'habitude de débattre avec tout le monde...

"elles veulent qu'on leur disent l'amour au lieu de le faire, donc qu'elle puissent continuer à se représenter l'amour, ce qui est une idée, la spiritualité en faisant partie"

Honnêtement je ne crois pas que les femmes aient la libido moins active que l'homme, preuve en est de sa libération après la Révolution comme le souligne Zemmour dans premier sexe, femme qui passe d'amants en amants, ou plus récemment depuis mai 68. Certes les femmes ne commettent pas la majorité des crimes sexuels sauf exception, mais il suffit simplement d'observer dans nos sociétés contemporaines dans les pays où les femmes ont plus de liberté qu'elles en ont en Europe par exemple, où certaines femmes sont de vraies tigresses du moins sexuellement parlant. Il y a plus généralement le cas du "prend moi tout de suite comme une .... ", qui est à l'initiative de la femme mais qui dans nos société deux poids deux mesures où on cherche le moindre pou à l'homme, incomberait à l'homme tandisqu'il ne serait pas forcément coupable.


C'est comme pour la séduction, la plupart des gens qui séduisent via les vêtements, la voix, le parfum et le maquillage sont des femmes, et pourtant l'homme s'est mis lui aussi progressivement à séduire à son tour, parfum, musculation, grosse voiture et/ou cylindrée, même si les deux clichés tendent à être moins "rigides" comme diraient les politiquement corrects de la théorie du genre.

Pour moi la théorie du genre a un intérêt pratique à démontrer la violence, la cruauté dont certaines femmes sont capables. Vous qui êtes calé en Histoire, vous devriez être au courant, que les femmes faisaient également preuve d'agressivité durant la période post révolutionnaire et la prise de la Bastille, Badinter l'a bien montré dans son ouvrage, elle a également démontré le rôle que les femmes ont joué face au nazisme et la cruauté dont elles ont été capables dans les camps de concentration.
Solène Haddad parle très bien de celà aussi dans "les femmes tuent aussi"

Les hommes misandres, ne sont que des tarés extrêmement masochiste, mais la question est de savoir comment ont ils pu propager des idées dangereuses pour la société et plus particulièrement pour l'homme.

Vous avez raison, faut se mobiliser contre cette misandrie, mais la force étatique dont bénéficient les misandres, regardez par exemple les Femens, font que celà relève de la plus profonde utopie

Écrit par : prometheus | 10 juin 2013

alors les mecs, ça se passe ce petit concours de kékette? on en profite avant que les méchantes féministes poilues et lesbiennes viennent vous la couper?

juste en passant et pour votre culture générale, parce que je ne résiste pas. Le genre n'est pas une théorie MAGIQUE qui transforme les petits garçons en petites filles et les petites filles en petits garçons (oui je sais vous êtes déçus). C'est un concept permettant d'étudier un fait social. Si vous pensez que ce concept ne sert à rien et que le genre n'existe pas, c'est qu'il vous est certainement nécessaire d'aller regarder ce qui se trouve entre les jambes de votre interlocuteur/trice pour être sûr que c'est un homme ou une femme.

Quant à l'auteur de ce blog, avant de parler du genre lisez des bouquins sur le sujet. Lisez même des livres tout court, entre populisme, analyses ahistoriques, asociologiques et autres digressions épistémologiques à deux balles (basées sur des croyances spontanées de ce qu'est la science), votre blog est un beau ramassi d'idioties. Quoiqu'il en soit, mes collègues de labo et moi-même serions ravis de vous inviter lors d'un de nos dîners de con (promis on sera entre mecs).

Écrit par : Fred | 10 juin 2013

Tu nous fais une poussée d acnee fred ou tu tente désespérément de donner une utilité à ta médiocre existence via des interventions épidermique, digne d un débile profond.

Dîner de cons dis tu, si tu savais ... allez ciao F comme Fascistes ;)

Écrit par : prometheus | 11 juin 2013

Je ne savais pas que certains labos faisaient l impasse ded résultats des tests de QI, ce qui expllique pourquoi la société va si mal avec des gens comme fred , la science à plus un côté idéologue que scientifique.

nous ne sommes pas des résistants mais les successeurs de Galilée contre l inquisition moderne dont tu es le parfait chantre. Et je suis fier d être heretique aux normes qui sont un frein intellectuel pour la bonne marche des sciences de l histoire et des sociologies.
Il y aura toujours des gens pour lutter contre les idéologues torquemada pseudo scientifique dans ton genre.
Crapauds de benitier va ...

Écrit par : prometheus | 11 juin 2013

Un bien joli exemple des moisissures intellectuelles de la mauvaise foi que vous nous faites là prometheus.
En un commentaire, une variété d'argumentum ad hominem pour finir sur un petit reductio ad hitlerum qui s'apparente à une analogie plus que douteuse.

Dans le second commentaire, vous recommencez par des argumentum ad hominem. Puis une petite généralisation hâtive, (je me demande bien quelle définition vous donnez à la science, ou à la notion de scientifique.) … etc… en gros à aucun moment vous ne réfutez ce que j'ai dit avec des arguments valables. Vous parlez d'idéologie mais vous n'argumentez à nouveau pas.

Écrit par : Fred | 11 juin 2013

@ Fred

Peu mieux faire Fred. Réhaussez un peu le niveau; 3 paragraphes, 13 lignes, 0 argument, et des insultes.

C'est marrant récemment je lisais quelques textes sur Schopenhauer : "La philosophie n'est plus comme chez les Grecs exercée comme un art privé, elle a une existence officielle qui concerne donc le public, elle est principalement ou exclusivement au service de l’État...Schopenhauer s'insurge une nouvelle fois contre l'enseignement de la philosophie et sa récupération par l’État... met en garde la jeunesse intellectuelle face au danger de croire scientifique et fondée une discipline qui ne l'est pas du tout".
En vous lisant j'ai repensé à ce passage, il y a une similitude avec vos croyances.

"lisez des bouquins sur le sujet. Lisez même des livres tout court"
Comme si la vérité était forcément dans un bouquin. Des bouquins écrits par qui d'ailleurs, d'autres gens qui pensent comme vous c'est ça? Au fait vous qui avez apparemment lu ces bouquins, faites-nous un peu partager ce que vous en avez retiré par rapport à ce qui a été dit sur ce blog, sinon à quoi ça vous aura servi? à frimer ("j'ai lu machin mais j'en ai rien retenu à part que je suis d'accord avec la théorie du genre. _ C'est bien fils!"). Vous semblez n'avoir toujours pas compris ce qu'est le genre.

Et la prochaine fois évitez d'essayer d'être drole si vous ne l'êtes pas; vos allusions sur la kékette que veulent couper les lesbiennes et les diners de cons, ça a déja été fait à peu près 1 300 000 fois déja, ça vous fait passer pour un ringard un peu bébête et je suis persuadé que vous ne l'êtes pas.

Écrit par : Didier | 11 juin 2013

Rha j'aurais du m'y attendre, et en plus ça se permet d'inverser les rôles.
Mais avez-vous proposé une once d'argumentation mis à part votre diatribe creuse plus haut qui vous sert d'argumentation ?
Aucun, vous ne faites que caricaturer de brillantes interventions car vous n'avez pas le niveau pour en comprendre les subtilités, la preuve vous vous amenez comme un chien dans un jeu de quille après la bataille, ce qui est plutôt intriguant quand à votre crédibilité.

En fait mes interventions s'apparente plus à "l'arroseur arrosé" même si je n'ai pas vraiment de temps à perdre avec des pauvres types paumés.

En tout cas vous pouvez prendre d'autres personnes pour des jambons, mais on ne me la fait pas à moi, vous n'êtes qu'un imposteur idéologue incapable de remettre en cause votre doxa qui vous sert de science, car on vous a appris à réfléchir selon des normes, pour moi les scientifiques de ton acabit sont les mêmes qui déclaraient avec "vérité" que les femmes n'avaient pas de cerveau eu 19ème siècle.

Pour moi la science est libre de toute contrainte, que ce soit de savoir si la terre est plate ou pas (déjà faite depuis longtemps) ou de s'interroger sur l'authenticité de la théorie du genre qui semble s'imposer comme LA vérité scientifique, je trouve simplement celà un peu court et indigne d'une activité intellectuelle telle que la science, que l'on doit laisser respirer et non la museler.

Pour moi la science partisane est un danger tant pour la science elle-même que pour la démocratie et la liberté d'opinion.

Écrit par : prometheus | 11 juin 2013

"e suis persuadé que vous ne l'êtes pas"

Ho c'est pas parce que monsieur est scientifique qu'il a l'imunité intellectuelle :D

Écrit par : prometheus | 11 juin 2013

Fred,

Vous pouvez bien vous plaindre d'argumentum ad hominem suivie de reductio ad hitlerum, mais votre première intervention ne valait guère mieux. Ne trouvez-vous pas ?

Et c'est c'est bien ce que l'on pourrait reprocher à certains scientifiques; le fait de croire que leur vision est au dessus des discussions païennes, oops ... profanes !

La science a un idéal, devenu quasi religieux pour certains, de l'objectivité. S'en tenir a des faits objectifs demanderait de ne jamais interpréter.
Cette objectivité est invariablement tenue pour LA réalité, voir LA vérité, sans pour autant assumer cette part d' interprétation. La subjectivité et l'interprétation sont partout et c'est sans doute ce qui crée notre perception. Vous ne devriez donc pas prendre d'aussi haut ces discussions prosaïques parce qu'elles expriment aussi des perceptions et qu'au niveau de faits sociaux, nul ne détient de vérité. Pas même vous, même si vous vous pensez très éclairé. Car vous avez montré que vous pratiquez parfaitement ce que vous dénoncez chez les autres ... CQFD

Écrit par : aoki | 11 juin 2013

aoki: concernant l'objectivité. A aucune moment j'ai dit que l'objectivité scientifique, basée sur la science physique justement et perçue comme un idéal universaliste, objectiviste et scientiste à atteindre pour certaines autres disciplines scientifiques, n'était à remettre en question.
Tout savoir est situé ainsi la neutralité dont se targue une partie des chercheurs invisibilisent les rapports de pouvoir à l'intérieur même des disciplines (pourquoi, porter son attention sur tel objet, par exemple). De plus, cette neutralité place le chercheur hors de toute condition matérielle. J'ai même l'impression que c'est un genre de réflexion épistémologique qui existe depuis de plusieurs années dans beaucoup de disciplines.

Vous semblez, peut-être que je me trompe, m'accuser de penser que les scientifiques sont au-dessus du reste. Je pense juste que les chercheurs ont durant leur parcours appris des méthodes d'analyse pour leur discipline, que ce soit en physique de la matière condensée ou en géographie culturelle qui leur permettent de poser un certain type d'expertise (mais pas le seul). Par contre quand je vois par exemple, des groupes reprendre et déformer des recherches universitaire, l'histoire de "la théorie des genres" qui n'a jamais été une théorie pour les chercheurs en sciences sociales, mais plutôt un outil d'analyse, ça me fait plutôt rire. (mais je ne vais revenir plus là-dessus, je l'ai succinctement expliqué plus haut).

Finalement, vous dites que nul ne détient la vérité. Je ne crois pas que les sciences sociales cherchent la vérité, les critères d'évaluation en se situent pas là. Elles parlent plus communément de validité, de fidélité, de plausibilité.
En espérant avoir pu éclairé mon propos.

Écrit par : Fred | 11 juin 2013

" la neutralité dont se targue une partie des chercheurs invisibilisent les rapports de pouvoir à l'intérieur même des disciplines"

Pourtant sans cette neutralité dont vous semblez pas saisir le rôle prépondérant qu'elle joue dans la libération intellectuelle de la science, vous seriez encore à croire que la planète est plate.
Tiens ne m'avait on pas dit que la science nécessitait que l'on mette de côté nos propres convictions au nom de la laïcité et pour une science plus neutre ?
A moins que les règles ne s'appliquent uniquement que pour les religions et non certaines idéologies qui eux semblent avoir le vent en poupe grâce aux sciences.
L'éternel deux poids deux mesure des académiciens quoi !!

"qui n'a jamais été une théorie pour les chercheurs en sciences sociales, mais plutôt un outil d'analyse, ça me fait plutôt rire."

Avez vous des sources à nous mettre sous la dent, des preuves qui refutent ou le cas échéant invalident vos propos ?
Je ne crois pas avoir vu d'interventions plus haut déformant l' "outil" théorie du genre.
Mais une théorie qui semble faire foi dans les lycées et particulièrement dans les manuels scolaires il est inévitable qu'elle soit tôt ou tard confrontée aux critiques, car il

" les sciences sociales cherchent la vérité, les critères d'évaluation en se situent pas là"

Vous avez l'air de vous y connaitre en sciences sociales, je serais curieux de connaître les bases de la science sociale, avez-vous du reste lu un seul ouvrage sur un sociologue ?

Écrit par : prometheus | 11 juin 2013

"car il "

car il est évident que tout est criticable et tout se discute sans quoi nous ne progressons pas, vous devriez le savoir, vous qui défendez une logique darwinienne

Écrit par : prometheus | 11 juin 2013

http://www.lamanifpourtous18.fr/index.php/reperes/la-theorie-du-genre/69-theorie-du-genre-la-norvege-fait-marche-arriere

en norvége voilà ce qu'ils en onts fait de la théorie du genre à la poubelle, plus de subsides aux chercheurs imposteurs !!!

Écrit par : leclercq | 11 juin 2013

@ Fred:

Vous êtes un rigolo. Non, sérieusement, vous vous dites scientifique? De quel genre? De ceux qui confondent l'arrogance et l'intelligence? (Oups... je fais comme vous: attaque ad hominem... )

Le gender n'est pas un simple outil d'analyse, comme vous l'écrivez. C'est une théorie sur l'humanité, avec des affirmations, des axiomes, un fatras psychanalytique des folles lesbiennes américaines dont la paranoïa n'est plus à démontrer, et des recommandations de comportement. Ainsi les enfants d'Egalia en Suède sont contraints à une éducation sans "il" ni "elle". L'homosexualité y est représenté comme une norme sur la moitié des images à leur disposition.

Simone de Beauvoir a voulu découpler la biologie de la culture avec son fameux: "On ne naît pas femme, on le devient". Alors qu'en réalité on naît ET l'on devient femme et homme. Découpler la nature et la culture est au mieux une resucée de la division philosophique corps/esprit, au pire de la schizophrénie ou de la paranoïa, selon le cas.

Lisez, mon vieux, documentez-vous sérieusement, et donnez de vrais arguments. Pas simplement des insultes et des attaques ad hominem.

En fait j'écris cela pour les autres, car je pense que vous n'êtes qu'un troll. Vos intervention sont significatives et le relais de votre IP également...

Mais peu importe des gens comme vous: le gender sera déconstruit jusqu'à la racine et jeté à la poubelle des totalitarismes. Par tous les moyens. Car il faut se réveiller rapidement de la folie où cela nous entraîne.

Écrit par : hommelibre | 11 juin 2013

"Tiens ne m'avait on pas dit que la science nécessitait que l'on mette de côté nos propres convictions au nom de la laïcité et pour une science plus neutre ?"

Bien entendu qu'on met ses convictions de côté, vous déformez mes propos. Le principe de neutralité universelle qui veut que le chercheur soit exempt de toute caractéristique sociale, de passé, de présent, etc, qu'il ne soit pris dans aucun rapport de domination c'est être un grand idéaliste. A ce propos Foucault (Michel pas Jean-Pierre) a écrit des choses intéressantes, mais ce n'est pas le seul.

Sinon, un regroupement de chercheurs a écrit, il y a quelques temps, un billet intéressant quant à cette fameuse "théorie des genres" qui fait peur à certaines personnes.
http://cortecs.org/cours/467-quest-ce-que-le-genre
http://cortecs.org/bibliotex/414-pour-en-savoir-plus-sur-la-notion-de-genre

Sinon c'est vrai que je n'ai lu aucun livre SUR un sociologue, par contre écrits par eux c'est une autre histoire.

A la bonne.

Écrit par : Fred | 11 juin 2013

hommelibre: le relais de mon ip, la blague.
Avez-vous lu de Beauvoir, j'en doute. De plus, le genre est un concept qui existe aussi dans les pays francophone depuis plusieurs décennies. Je ne relèverai même pas votre généralisation abusive qui relève plus de la lesbophobie qu'autre chose. J'ai un peu de mal à saisir de quelle paranoïa vous parlez. Que les femmes (et pas que) affirment être dans une société partriarcale parce qu'elles se font agressées, violées etc, qu'elles assument pour la plupart une double journée et j'en passe parce qu'elles sont des femmes, et qu'elles luttent contre ça. je pense être face à un combat est juste et égalitariste. Je ne sais pas quelles chercheuses avez-vous lu qui a dit qu'il n'existait aucune différence biologique. Elles argumentent (et ce n'est pas les seules) sur le fait que nous sommes dans une société sociale ou la nature n'a plus vraiment de place (même votre manière de chier ou de manger est normée socialement), que rien, aucune différence biologique (par laquelle le genre est déterminé) ne justifie une subordination.


leclercq : arf vous m'avez eu, un lien en direction de la manif pour tous. Je reste sans voix.

Écrit par : Fred | 11 juin 2013

Si j'ai un peu de temps je me pencherais sur ce qui s'apparente plus à une conviction qu'à une rigueur si chère à la rationnalité scientifique.

En attendant vous pouvez toujours lire ce qui est à l'origine de cette théorie et de tout le raffut qu'elle suscite :
http://lhomme.revues.org/index20562.html

Écrit par : prometheus | 11 juin 2013

Il y en pas mal des sociologues, tu pourrais commencer déjà par sociologie pour les nuls histoire d'approfondir les bases

Écrit par : prometheus | 11 juin 2013

Un peu de lecture :

"Mais Judith Butler ne théorise pas de manière purement spéculative, comme l’attestent les situations concrètes qu’elle analyse aux chapitres III et IV de son ouvrage. « Rendre justice à David » analyse le cas de ce garçon au pénis mutilé à la suite d’une opération. Sur les conseils et avec l’appui thérapeutique du célèbre docteur Money, du Gender Identity Institutede Baltimore, David est élevé en fille et prénommé Brenda. Cette identité féminine ne correspondant pas à ce qu’il se sent être, une autre équipe médicale refait de lui un garçon (grâce à des prises d’hormones et une intervention chirurgicale). David se suicidera après ces assignations successives de genre dans lesquelles il ne se reconnaît pas. - See more at: http://lhomme.revues.org/index20562.html#sthash.b3cDSd4e.dpuf"

"Le lecteur est là aussi confronté aux errements institutionnels liés à la mise en ordre du monde avec le même principe de normativité sexuelle. Judith Butler fait de ces études de cas le condensé des jeux contradictoires étroitement intriqués du pouvoir et du savoir, dans lesquels s’enferrent médecine, psychologie, technologie, système d’assurances (appuyés sur le droit), aux dépens des David impérativement conduits à incarner l’un ou l’autre genre. - See more at: http://lhomme.revues.org/index20562.html#sthash.b3cDSd4e.dpuf"

Voilà vous ne pourrez pas dire que l'on vous a fourni des informations partisanes, bien au contraire

Écrit par : prometheus | 11 juin 2013

Pour quelqu'un qui a du mépris pour les sociologues, je trouve celà gonflé de venir vanter les "mérites" d'une théorie issue justement d'une sociologue les plus cinglées et débiles du rayon paranoïa :

La preuve :

http://multitudes.samizdat.net/Faire-et-defaire-le-genre

Écrit par : prometheus | 11 juin 2013

Donc ajouter des troubles psychiques aux individus parce que certains savants fous comme Fred veulent jouer les apprendtis sorciers.

Quelle belle perspective de société, fabriquer des gens aussi tarés et paranos que les partisans de cette théorie farfelue

Vous êtes payé combien pour votre propagande Fred ???

Écrit par : prometheus | 11 juin 2013

Fred, vous êtes tombé dans le cliché. Pour un scientifique, aucun sens critique, aucune approche un peu documentée. Pfff... Vous êtes un rigolo. La différence ne signifie pas subordination. Les hommes dans leur grande majorité ne sont pas ce que les féministes décrivent. Le patriarcat est une forme d'organisation et de répartition des tâches et des espaces, et cela a plutôt réussi au développement de l'espèce. C'est tout. Faisons mieux, pourquoi pas, si c'est vraiment mieux. Mais les bases misandres sur lesquelles le supposé mieux se construit compromet définitivement l'avenir. Il est temps que les hommes se réveillent de leur culpabilité et de leur soumission.

Les clichés misandres ont la vie dure. Des femmes sont agressées, oui, environ 2%, et des hommes sont agressés par leurs compagnes, environ 1,5%. Aucune généralité dans cela. Sur la double journée, une étude suisse a montré que, toutes activités privées et professionnelles comptées, les hommes sont autant investis dans la vie du ménage que les femmes.

Par ailleurs affirmer que la nature ne compte plus est un non sens. Le corps reste la base de notre identité. En fait les féministes lesbiennes américaines ont une peur bleues d'assumer leur différence et ont inventé une théorie pour effacer les différences. Lesbophobie? Ah non, vous n'allez pas commencer avec ça. Le truc de dîner de con pour bloquer le débat et stigmatiser l'autre. Mais si je parle d'elles c'est parce que c'est vrai et que j'affirme que le communautarisme lesbien joue un rôle important dans le gender. Et je vais vous dire: j'emmerde ceux qui me traitent de lesbophobe pour éviter d'avoir à regarder la réalité. Et sur la paranoïa de ces féministes, Valérie Solanas a été le fer der lance de cette paranoïa, reprise par d'autres ensuites.

A propos de Simone de Beauvoir, vous avez lu comment elle décrit le sexe féminin? Beurk... Elle avait un sérieux problème, en plus de sa pédophilie.

Écrit par : hommelibre | 11 juin 2013

Qui a du mépris pour la sociologie? Je ne vous suis pas.

Merci pour tous ces liens, mais j'ai un peu de mal à suivre votre propos? J'ai lu des ouvrages de Butler, comme Gender Trouble. Qu'est-ce que vous cherchez à exprimer, j'ai les yeux grands ouverts.

Écrit par : Fred | 11 juin 2013

Qu'entendez-vous par agression? parce que d'après les femmes que je côtoie, ça m'a l'air d'être plus que ça. (En outre d'où tirez-vous vos statistiques?). Une agression ce n'est pas uniquement quand on va voir la police pour dire qu'on s'est fait agressé. De plus d'après les expériences des femmes que j'entends, de se faire siffler dans la rue parce qu'elles sont en jupe est en soi une agression. Mais je ne suis pas une femme donc je serai incapable de dire ce que je ressentirai dans ce cas-là. J'écoute.

Je connais un paquet de féministes, et aucune d'elles n'a l'air de détester les hommes. Je vais même vous surprendre certaines sont même hétéro et en couple (je suppose que vous tombez de votre chaise)

"Par ailleurs affirmer que la nature ne compte plus est un non sens. Le corps reste la base de notre identité". Oui et ? Notre identité est naturelle?

"Il est temps que les hommes se réveillent de leur culpabilité et de leur soumission"
Je crois que je vais vous laisser entre hommes, vous plaindre et vous poser en victime de ce monde qui va si mal parce que les femmes remettent en question vos acquis et vos privilèges sociaux.

Écrit par : Fred | 11 juin 2013

Oh, quittez le débat si vous le voulez. Vous étiez venu agresser, non? Sans donner de véritable argument? Votre dernier commentaire est sans consistance. Non, nous ne jouons pas les victimes, même si certains d'entre nous l'ont vraiment été (fausses accusations par exemple). Les féministes sont de vraies pro dans la victimisation, elles sont imbattables.

Les chiffres? Institut de la statistique du Canada, OND en France, diverses études américaines (des centaines depuis 30 ans). Vous l'ignoriez? Mais qui donc aurait eu intérêt à le cacher?... Etre victime prend beaucoup de formes. Les hommes reçoivent beaucoup d'agressions psychologiques, et la misandrie actuelle est une agression permanente. Lire à gauche et à droite que les hommes sont des violeurs, ça va péter. Et si draguer est un crime, alors soyons criminels! Après, drague lourde ou fine, c'est affaire de goût. Mais je me demande bien qui a conditionné les femmes à se sentir victimes et agressées (paranoïa) alors qu'elles pourraient être fières d'être désirées. Il y a des limites aux délires psychanalytiques.

Sur l'identité, vous posez la question de manière très manichéenne. Je n'ai pas cet esprit d'opposition, justement. L'identité est à l'origine biologique car sans le support du corps même la pensée n'apparaît pas, encore moins les relations et la culture qui les codifie. L'identité a toujours cette marque biologique. La culture est à la fois un prolongement de la biologie, une amplification de celle-ci, mais aussi une sorte "d'épigénétique" psychique qui assouplit le déterminisme biologique et élargit le champ des possibles.

Mais il n'empêche qu'un homme ne fait pas l'amour comme une femme et que cette simple différence a, à mon avis, de profondes répercussions comportementales et relationnelles.

Écrit par : hommelibre | 11 juin 2013

En panne d'argument non, mais je n'ai pas l'impression d'être dans un débat. Votre prose (parce que je ne peux parler de réflexion ou de raisonnement) apparait teintée d'un sentiment revanchard. A ce stade, je ne pense pas qu'il faille aller plus loin. Vous êtes sûr et certain que ce que vous dites est VRAI (même quand vous vous exprimez sur ce que devraient ressentir les femmes …mansplaning), alors soit, je vous laisse avec votre vérité et votre haine des féministes (je me demande si vous ressentez la même chose envers les noirs antiracistes… parce que ouais eux aussi ils demandent à ne pas être discriminer).

Écrit par : Fred | 11 juin 2013

Vous noyez le poisson et fonctionnez en mode réductionniste. En plus vous ajoutez les noirs, maintenant. Toutes les manip sont bonnes. Vous faites feu de tout bois! Sauf qu'il n'y a de votre part aucun argument réel.

Ciao. Retournez à votre dîner de con. Je ne suis pas intéressé.

Écrit par : hommelibre | 11 juin 2013

Alors là Fred, vos propos sont discriminatoires, non neutres. Ce n'est pas un crime en soi, mais pour quelqu'un qui se prévaut d'une approche scientifique c'est rédhibitoire.

D'un côté vous affirmez que les souffrances féminines sont vraies et d'un autre vous déclarez :
"Je crois que je vais vous laisser entre hommes, vous plaindre et vous poser en victime de ce monde qui va si mal parce que les femmes remettent en question vos acquis et vos privilèges sociaux"
Vous n'avez ni la même approche, ni la même écoute selon le genre. On ne peut par conséquent pas vous créditer d'une approche scientifique parce vous avez des à priori. D'où viennent-ils ?
En répondant à cette question vous trouverez les raisons de ce billet.

Écrit par : aoki | 11 juin 2013

Bon je vais stopper là la discussion.

On dirait un débat avec une harpie sur comment enculer les mouches...

J ai manifestement plus à faire à un fanatique de la théorie du genre qui est resté bloqué sur les infos tf1, f2, canal + ... vous avez plus. À voir avec la bourgeoise des quartiers branches, vous ne savez pas prendre du recul, celui nécessaire pour écouter les autres, vous ne jurez que par vos opinions désuets et si classiques, vous avez l art de troller les blogs non politiquement correct, telle est votre mission sans doute êtes vous payé pour le faire, mais ce qui est particulièrement agaçant est au un individu soi disant scientifique, prend ceux qui ne pensent pas comme eux de haut comme si vos opinions étaient supérieures car dans le sens de la doxa.
Quel gâchis pour la science un tel cloporte, et surtout quel gachis pour ces brillants echanges démarrés par ApprentissageVie...
Allez ne réfléchis pas trop on t aime bien quand même ;)

Écrit par : prometheus | 11 juin 2013

Si ça peut te rassurer oui l antiracisme le féminisme , l antiomnivore devient insupportable tant cela relève d un folklore une éternelle pleurnicherie, hommelibre ne fait que relayer ce qui n est jamais dans les médias, niés, voire cachés, et très peu d hommes jouent le jeu hommelibre à lui même été confronté à cette justice à géométrie variable, ayez au moins un minimum de compassion envers tous ceux qui souffrent et pas que ce qui alimente votre idéologie bien pensante gauchiste obscurantiste.
Des femmes qui en peuvent plus du féminisme il y en a, c est généralement les femmes les plus équilibrées et les plus rationnelles, les femmes emotives sont souvent les dindons de la farce.
Bon si tu pouvais maintenant foutre le camp et caqueter ton catéchisme bien pensant ailleurs marre de tourber en rond

Écrit par : prometheus | 11 juin 2013

@ Fred

Euh sur l'antiracisme (quand il est utilisé à bon escient évidemment), je suis peut être le seul à penser ça, mais je crois que vous vous méprenez complètement.
Pour moi il est légitime de lutter contre le racisme, c'est JUSTEMENT POUR CA qu'il faut lutter contre le féminisme, car le féminisme est une forme de racisme (au sens large) anti-hommes.
Ne partez pas sans qu'on vous ai expliqué correctement au moins une fois dans votre vie ce qu'est le genre. La théorie du genre, dans son application pratique (c'est de ça qu'il est question), n'est ni plus ni moins qu'un projet culturel de destruction des différences sexuelles par référence coercitive à des individus de plus en plus unisexes et écartés le plus possible des extrêmes sexuels. Par là même il favorise l'intolérance, l'homosexualité voire la bisexualité en restreignant pour cela progressivement de manière toujours plus stricte, ceux qui veulent conserver une identité genrée. C'est un destructeur d'identité sexuelle progressif, développé et promu par des hétérophobes, des misandres et/ou des misogynes.

@ prometheus

"Bon si tu pouvais maintenant foutre le camp et caqueter ton catéchisme bien pensant ailleurs marre de tourber en rond"
Par respect pour les poules, je ne saurais tolérer qu'on les assimilent à des merdes comme les féministes.

Écrit par : Didier | 12 juin 2013

@ Fred

leclercq : arf vous m'avez eu, un lien en direction de la manif pour tous. Je reste sans voix.

dans ce lien il y a cette vidéo

http://www.youtube.com/watch?v=PfsJ5pyScPs

ta stigmatisation immédiate fait bien voir le personnage que tu est

Écrit par : leclercq | 12 juin 2013

A leclercq: le différentialisme dont je parle est une idéologie, c'est-à-dire qu'elle considère le monde d'après sa logique propre. Comparons le christianisme: des peuples ont été colonisés parce qu'ils étaient considérés comme arriérés, barbares, qu'on leur aurait apporté les bienfaits de la civilisation. Toutefois la civilisation chinoise était brillante, plusieurs fois millénaire (Zun Tsu, Lao Tseu, Confucius...).

Le différentialisme considère que les hommes sont forcément différents des femmes, et qu'à ce titre ils ne peuvent faire les même choses et avoir les mêmes attitudes: un homme ne pleure pas, une femme ne doit pas tromper son mari. Voici ce que je dénonce. Si tu te reconnais dans ce que j'ai décrit, tu es différencialiste.

Quand à l'égalitarisme actuel, il fait partie de la nouvelle religion occidentale: capitalisme, féminisme, égalitarisme, souverainisme, fédéralisme, etc, etc.

Je ne nie pas que les hommes et les femmes: la testostérone rend l'homme plus combatif et moins empathique. C'est pour cela qu'il y aurait plus d'hommes dans les filières scientifiques dite 'dures'.

Quand à Zemmour, je ne l'aime pas. Par exemple, il affirme que l'Europe n'existe pas, que ce n'est qu'un exemple géographique. Toutefois, la crainte de perte d'identité est prégnante, que ce soit en France ou en Russie, ce qui explique les discours contre l'immigration, car les immigrés détruiraient l'identité nationale.

Écrit par : ApprentissageVie | 12 juin 2013

A Prometheus : Je vous remercie pour votre compliment, je suis même flatté. J'espère que mes écrits, qui repose en partie sur réflexions des différents commentateurs du forum, peuvent faire réfléchir et ne pas laisser l'obscurantisme triompher.

L'une de mes principales préoccupations est la différence fondamentale entre hommes et femmes (les autres sont l'Europe, l'Etat, l'économie, l'idéologie, la spiritualité, la connaissance...). Je ne veux pas réfléchir par a-priori.
Pour l'avoir expérimenté avec ma mère, je sais que les femmes sont capables de violence, notamment verbale et psychologique. L'idée que les femmes seraient innocentes comme l'agneau qui vient de naître me fait donc doucement ricaner.

Pourtant, il est intéressant de remarquer que la majorité des ruptures se fait à l'initiative de la femme. Si le genre (masculin ou féminin) est une construction sociale, pourquoi y a-t-il cette inégalité à l'heure de l'égalitarisme? En amour, pourquoi les femmes cherchent le prince charmant alors que les hommes cherchent une belle femme?

Quand à la misandrie, elle s'exprimera d'autant plus facilement si personne ne fait rien pour lui barrer la route. Si l'hominisme (pendant du vrai féminisme) vous intéresse, vous pouvez toujours regarder à cette adresse:
http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article301

Écrit par : ApprentissageVie | 12 juin 2013

A leclerq: j'aime beaucoup ta vidéo, elle m'a permis de découvrir la réalité sur laquelle s'appuie la théorie du genre.


A Fred: je suis en désaccord avec vos idées, tant l'utilisation d'insultes dès le premier commentaire, la théorie du genre que vous défendez, le manque d'arguments manifestes ou votre misandrie manifeste.

Allez, une reprise: "alors les mecs, ça se passe ce petit concours de kékette? on en profite avant que les méchantes féministes poilues et lesbiennes viennent vous la couper? ". Pourquoi insulter? Et quels sont ces a-priori que vous avez sur nous?

Une autre: "je ne suis pas une femme" et "je vais vous laisser entre hommes". Donc vous n'êtes pas une femme et vous nous laissez entre hommes. Donc comment vous définissez-vous? Si vous n'êtes ni une femme ni un homme, qu'êtes-vous? un transsexuel?

Écrit par : ApprentissageVie | 12 juin 2013

@ ApprentissageVie

"ce qui explique les discours contre l'immigration, car les immigrés détruiraient l'identité nationale."

en ce qui concerne l'immigration lire les yeux grands fermés de michéle Tribalat instructif

Écrit par : leclercq | 12 juin 2013

@ ApprentissageVie

http://fr.wikipedia.org/wiki/Diff%C3%A9rentialisme

"Ce terme désigne toutes les idéologies qui se fondent sur des différences réelles ou imaginaires pour justifier une différence dans les droits reconnus aux uns et aux autres."

oui en moyenne les femmes sonts différentes des hommes, mais j'estime qu'ils doivent avoir les mêmes droits donc je ne suis pas différentialiste. mais réaliste.

oui en moyenne les femmes ne peuvent physiquement pas faire ce que fonts les hommes, les hommes deux fois plus de force dans le haut du corps quand même c'est un écart énorme. n'onts pas les mêmes aptitudes, pas les mêmes centres d'intêrets en moyenne. éviedement il y aura toujous une faible minorité de femmes ayant les centres d'intêrets et les aptitudes de la moyenne des hommes et inversemement.

Écrit par : leclercq | 12 juin 2013

"Euh sur l'antiracisme (quand il est utilisé à bon escient évidemment), je suis peut être le seul à penser ça, mais je crois que vous vous méprenez complètement.
Pour moi il est légitime de lutter contre le racisme"

quand une population immigré fait des efforts pour s'intégrer, est consciente de ses droits et de ses devoirs, il y a peu de racisme envers elle, et plus il y a d'associations qui protégent cette population immigré, qui fonts de la discrimination positive moins cette population fait d'efforts pour s'intégrer, croit quelles n'a que des droits aucun devoir, et devient elle même raciste envers la population d'accueil, ce qui crée du racisme envers la population immigré,
résultat, les lois antiraciste et les assoc qui vonts avec augmentent le racisme au lieu de le faire baisser.

Écrit par : leclercq | 12 juin 2013

Toutefois, certains besoins sont communs: besoin de se nourrir, se loger notamment. Certains hommes et certaines femmes veulent fonder un foyer. Les religions parlent toutes de l'au-delà et de morale. L'économie de tous les pays sont fondés sur les mêmes prérequis. Voici pourquoi je considère que le différentialisme est une idéologie.

Je reconnais l'utilité d'une idéologie: elle permet de nous identifier, de faire ressortir notre unicité. En même temps, il faut être conscient que toute idéologie laissée libre pourrira: le fascisme, l'arianisme, le communisme étaient des idéologies. Elles étaient condamnées car elles ne s'appuyaient pas sur le réel.

Mais ce différentialisme n'est-il pas du communautarisme?

Écrit par : ApprentissageVie | 12 juin 2013

"un homme ne pleure pas, une femme ne doit pas tromper son mari."

Un homme pleure quand l'occasion s'y présente, car personne n'est à l'abri d'un drame, c'est même inévitable ce que évidemment je ne souhaite à personne. Qui n'a pas pleuré en apprenant des nouvelles douloureuses, aussi brutale et apathique soit cette personne. Après il y a pleurer et pleurer, malheureusement beaucoup de femmes, en se posant en victime en pleurant devant le juge, joue justement le jeu et préserve ces clichés, même si ces catégories de femmes ont le don de couler des larmes de crocodile.
Pour la femme qui ne doit pas tromper son mari, il suffit d'ouvrir n'importe quelle ouvrage et pas qu'être un excellent historien pour se rendre compte que les femmes lorsque l'occasion s'en présentait allaient d'amants en amants... Je suis moi-même une personne abstinente, j'ai couché une seule fois dans ma vie le reste n'étaient que de la romance, tandisque je connais de près ou de loin des femmes dont leur conquête ne se comptent plus sur les doigts de la main.

En réalité, d'un point de vue moral en tout cas il est très difficile de déterminer ce qui différencie l'homme de la femme, mais le problème des féministes et des misandres comme notre troll national plus haut est que d'un côté ils soutiennent mordicus une théorie jamais totalement prouvée scientifiquement et d'un côté font mener la vie dure aux clichés en stigmatisant l'homme : violeur, violent et dominateur.

Ca s'appelle de la philosophie à deux vitesses où l'on choisit ce qui arrange notre petite personne, et on rejette le reste, différence physique pour ne citer que celui-là.
C'est là où est fondé toute la malhonnêteté de ce mouvement.

"J'espère que mes écrits, qui repose en partie sur réflexions des différents commentateurs du forum, peuvent faire réfléchir et ne pas laisser l'obscurantisme triompher."

Si seulement certains pouvaient s'en inspirer, le débat s'élèverait de lui-même ..

Pour le lien causedeshommes, je visite parfois ce site quand j'ai un créneau temporel, et je dois reconnaître que les manifestations pour les droits des pères sont très courageux dans ce climat misandre

"Donc comment vous définissez-vous? Si vous n'êtes ni une femme ni un homme, qu'êtes-vous? un transsexuel?"

Un métrosexuel en tout cas vu les posts que cett énergumène nous a laissé, c'est le profil type le plus adéquat... malheureusement c'est ce genre de type qui nous dicte nos habitudes et nos manières d'être de faire, c'est si insupportable. Et dire que des rois beaucoup plus couillus sont tombés pour moins que ça

@leclerq

A noter que l'on peut constater la même chose que l'antiracisme concernant le féminisme.
Ce sont des méthodes basées sur la pleurnicherie habituelle.

Écrit par : prometheus | 12 juin 2013

A Prometheus:
http://www.slate.fr/story/62121/marketing-vagin-beaute

Pour moi, c'est de la discrimination envers les femmes, la plus terrible sans doute, car elle touche au corps: la femme idéale est anorexique et jeune.
C'est comme l’obsolescence programmée pour créer des produits moins résistants: le but est de faire de l'argent.

Le système dérive, mais on s'en fout, tant que ça crée des emplois (pardon croissance)...


Sinon un autre article assez drôle et instructif:
http://www.slate.fr/story/51007/reeducation-vagin-perinee-accouchement-france

Encore une raison d'aimer la France.

Écrit par : ApprentissageVie | 12 juin 2013

@ ApprentissageVie

être différentialiste ce n'est pas reconnaitre qu'il y a des différences c'est se servir de ces différences comme prétexte pour justifier une différence de droits.

http://www.slate.fr/story/62121/marketing-vagin-beaute

exagération ce lien, comme si les femmes étaient réellement contraintes !!!

"Puisqu’elles avaient échappé aux maternités subies et à l’enfermement domestique, l’ordre social s’est reconstitué spontanément en construisant autour d’elles une prison immatérielle. Les pressions sur leur physique, la surveillance dont celui-ci fait l’objet sont un moyen rêvé des les contenir, de les contrôler. Ces préoccupations leur font perdre un temps, une énergie et un argent considérable; elles les maintiennent dans un état d’insécurité psychique et de subordination qui les empêche de donner la pleine mesure de leurs capacités et de profiter librement d’une liberté chèrement acquise.»"

là cette phrase on est en plein délire. donc quelles passent du temps à se faire belles !!! leur e^pêcherait de donner la pleine mesure de leur capacités !!!! il fallait là trouver celle là

Écrit par : leclercq | 13 juin 2013

A leclercq: Pensez-vous que son ressenti soit faux? Les étasuniens, car la plupart de ces modes sont étasuniennes, sont intoxiqués par la peur, corrompus par l'esprit de consommation, compartimentés par les différentiations. Les Etats-Unis sont malades, peu importe qu'ils aient la plus grande armée ou la plus grande économie au monde, beaucoup laissent libre cours à leurs bas instincts. Ils sont malades.

Le monde évolue, celui qui ne s'adapte dépérit. Celui qui est hostile envers les autres s'attire leur hostilité. Pourquoi beaucoup de Français lui sont hostiles? Parce qu'il était hostile à leur manière d'être. Cessons d'être figés dans notre manière de penser, car nous évoluons sans cesse.

Écrit par : ApprentissageVie | 13 juin 2013

A prometheus: Que pensez-vous de l'übersexuel et du retrosexuel? Pour vous qu'est-ce qu'un métrosexuel? Quelles sont ses caractéristiques? Est-ce que l'élégance est métrosexuelle?

Écrit par : ApprentissageVie | 13 juin 2013

Les métrosexuels (à ne pas confondre avec les homosexuels qui eux aussi sont diversifiés au niveau de leur masculinité) sont en général des gens masculins corporellement chétifs et bien souvent allergiques à des corps spartiates ou presque. Il ont une sainte horreur de ce qu'ils repoussent c'est à dire la virilité, d'un point de vue corporel, ce serait ce que j'appellerais le côté le plus féminin de l'homme hétérosexuels et pas forcément homo ou bi, puisqu'il y a des homosexuels bien plus virils que certains hétéros.

En fait les métrosexuels sont plus dans le diktat moderne et bien pensant du progressisme, il est l'avatar de ce que l'on attend de l'homme moderne, culpabilisant à l'infini du fait d'être un homme, souvent une serpillère pour la femme moderne.

Il faut vivre à moitié le genre que l'on souhaite et à moitié notre sexe corporel c'est le point d'équilibre afin de vivre avec satisfaction sa vie, et l'homme féminisé à 100 % n'a rien à envier à l'archétype du mâle dominant conquérant et craint par le reste de la tribu.

Pour l'ubersexuel et le retrosexuel j'avoue ne pas connaître leur définition

Écrit par : prometheus | 13 juin 2013

@ ApprentissageVie

Je suis d'accord avec ce qu'a écrit Leclercq.

"Pour moi, c'est de la discrimination envers les femmes, la plus terrible sans doute, car elle touche au corps: la femme idéale est anorexique et jeune."
Il y a et il y aura toujours un idéal féminin ou même masculin, c'est comme ça. Ca ne veut pas dire que tout le monde partage forcément cet idéal. Si demain l'idéal féminin devenait obèse et vieille, est-ce que ce serait mieux?
Je crois qu'à l'instar de beaucoup de féministes qui nous polluent avec leurs lesbianeries, vous semblez ne pas comprendre que les mannequins exercent leur métier justement parce qu'elles ont des mensurations dites idéales ou hors normes. Sans ça tout le monde serait mannequin, ou alors moi si je veux champion d'haltérophilie, sinon ce sera de la discrimination.

De plus vous parlez des Etats Unis, hors c'est précisément l'un des pays où, peut être conséquence d'un brassage culturel important (italo-afro-latino-irlando-asiatiques etc. américains), il y en a pour tous les gouts si je puis dire. Il semblerait que la minceur n'ai pas du tout la cote chez les latinos et afro américains par exemple (culturellement j'entend).
Autre contre-exemple, le cas des cougars quand même assez présent là-bas.

N'écoutons pas le discours banal et stéréotypé de ces journalistes qui ne savent pas de quoi ils parlent, jugeant la population uniquement selon un livre, un code moral politique ou professionnel, au lieu d'observer le peuple tout simplement.
Certains vont même jusqu'à dire que l'Amérique serait puritaine; rien que ça! je sais pas qu'est-ce qu'ils prennent comme substance, mais ça les met complètement à l'Ouest.

Écrit par : Didier | 13 juin 2013

"quand une population immigré fait des efforts pour s'intégrer, est consciente de ses droits et de ses devoirs"

une population immigrée qui n'a que des droits pas de devoirs voilà ce que cela donne.

Dans le cochon tout est bon !!!
Soutien à Jean Leonetti, maire d'Antibes, « il refuse de supprimer le porc dans les écoles »

Des parents d'élèves musulmans demandent la suppression de la viande de porc dans les cantines des écoles d'Antibes.
Le maire a totalement refusé, et la mairie a envoyé une note à tous les parents pour s'en expliquer.
Pour que les musulmans comprennent qu'ils doivent s'adapter à la France, à ses coutumes, à ses traditions, à son mode de vie, puisque c'est là qu'ils ont choisi d'immigrer.
Pour qu'ils comprennent qu'ils doivent s'intégrer et apprendre à bien vivre en France,
Pour qu'ils comprennent que c'est à eux de modifier leur mode de vie, et non aux Français qui les ont généreusement accueillis,
Qu'ils comprennent que les Français ne sont ni xénophobes ni racistes, qu'ils ont accepté de nombreux immigrés avant les musulmans, (alors que l'inverse n'est pas vrai : les musulmans n'acceptent pas d'étrangers non musulmans sur leur sol),
Que pas plus que les autres peuples, les Français ne sont prêts à renoncer à leur identité, à leur culture, malgré les coups bas des internationalistes,
Et que si la France est une terre d'accueil, ce n'est pas Aurélie Filippetti et la gauche bobo qui accueille les étrangers, mais le peuple Français dans son ensemble.
Qu'ils comprennent enfin qu'en France, avec, et non malgré, ses racines judéo-chrétiennes, ses sapins de noël, ses églises, et ses fêtes religieuses, la religion doit rester dans le domaine privé, la mairie a eu raison de refuser toute concession à l'islam et à la charia.
Aux musulmans que la laïcité dérange et qui ne se sentent pas bien en France, je rappelle qu'il existe 57 magnifiques pays musulmans dans le monde, la plupart sous-habités, et prêts à les recevoir les bras halal ouverts dans le respect de la charia.
Si vous avez quitté vos pays pour la France et non pour d'autres pays musulmans, c'est que vous avez considéré que la vie est meilleure en France qu'ailleurs.
Posez-vous la question, juste une fois : pourquoi est-ce mieux en France que de là où vous venez ? La cantine avec du porc fait partie de la réponse.
A DIFFUSER PARTOUT EN FRANCE , MERCI.

Écrit par : leclercq | 13 juin 2013

A prometheus: un metrosexuel est un 'métropolitain hétérosexuel'. Il a moins de 35 ans, aime la mode, consomme les produits de beauté à outrance et fait très attention à son apparence. Les évolutions extrêmement rapides de la société provoqua l'évolution des hommes. A mon sens, c'est pour regagner le contrôle sur leur vie que ces jeunes hommes font ainsi. David Beckham en est l'exemple parfait.

Un retrosexuel est un macho: sang-froid, courage, volonté... l'homme tel qu'on le voyait il y a cinquante ans.

Un übersexuel est à mi-chemin entre les deux: il est capable de sang-froid mais sensible, séducteur et père à la fois, viril mais élégant... comme George Clooney.

Pour moi, voici ce qu'est un homme: sa vie est stable mais il évolue dans plusieurs critères: réseaux sociaux, travail, relations amoureuses, amitié, temps libre... Si l'on est insatisfait il faut voir comment la faire évoluer dans un sens positif. L'homme doit créer sa propre réalité et pas la subir. Ne pas suivre les codes sociaux parce que c'est plus facile. Façonner sa vie.

A Didier: le problème est que cet idéal est un leurre, la majorité des mannequins sont maigres ou anorexiques. Plutôt que de présenter ce genre de physique, pourquoi ne pas présenter des femmes pulpeuses? Dans un sondage que j'ai lu, la majorité des hommes sont attirés par les femmes pulpeuses et brunes. Et je n'ai pas dit rondes: Monica Belluci est une femme pulpeuse. Si toutes les rondes étaient taillées comme ça, alors vive les rondes!

C'est injuste pour les femmes parce que cela les pousse à être mal dans leur peau. C'est injuste pour les hommes parce qu'elles sont moins belles, qu'elles manquent de confiance en elles et nous le font payer. C'est injuste pour les rondes parce qu'elle ne font pas définitivement pas partie de cette tyrannie, c'est injuste pour les pauvres parce qu'ils ne peuvent pas prendre soin d'eux.

L'Amérique est puritaine car un scandale sexuel sur un personnage politique risque de ruiner sa carrière: le président Bill Clinton a été mis en accusation parce qu'il couchait avec sa stagiaire Monica Lewinsky. En comparaison, combien de présidents français avaient des maîtresses et qu'on s'en foute? Tant qu'il était discret, tout allait bien dans le meilleur des mondes. Si on se souvient de l'affaire DSK et le scandale sexuel aux Etats-Unis, il a été menotté. Peu importe les faits, le fait dans salir dans la boue quelqu'un parce qu'il a des relations sexuelles et qu'il est connu est intolérable.

Plutôt que de puritanisme, je parlerais d'hypocrisie. Même si certaines choses qu'ils ont été faites étaient bénéfiques, beaucoup d'autres étaient néfastes, autant pour nous que pour le monde. Regardez à french bashing, c'est éclairant...

La laïcité assure également la liberté de culte et de conscience: toute personne a le droit de croire. Certains sont des musulmans pratiquants, ce qui implique d'interdire du porc. Mais si on décide que désormais le voile est interdit, que le hallal est interdit, bref que les signes de la religion musulmane sont interdits, alors on leur interdit en partie la liberté de culte sous le prétexte que cela nous pose problème, on peut décider que les juifs n'ont pas droit à Shabbatt, que les homosexuels sont des déviants, ou toute autre mesure qui agréerait à la majorité.

A votre avis, pourquoi y a-t-il la loi sur le voile? Parce que des hommes et des femmes politiques se sont battus pour que l'école, gardienne de la laïcité, soit libre du spectre religieux?

Si je vous ai bien compris, vous vous plaigniez de l'égalitarisme accordé aux femmes. Certes, après 1990, on pourrait peut-être objecter que c'était trop. Mais comment comptez-vous y remédier? Pourquoi ne pas devenir hoministe?

Peut-être que Margaret Thatcher avait raison à propos des hommes et des femmes en politique...

Écrit par : ApprentissageVie | 13 juin 2013

"vous vous plaigniez de l'égalitarisme accordé aux femmes."

le probléme c'est que l'égalité en droits des hommes et des femmes est confondu avec similarité des hommes et des femmes.

Écrit par : leclercq | 14 juin 2013

A leclerq: j'aime beaucoup Natacha Polony, par ses idées et sa personnalité. Mais le problème capitaliste n'est pas tant le féminisme en tant que tel que le capitalisme: pour exister, il faut s'afficher. C'est prégnant aux Etats-Unis: chirurgie esthétique, shopping, voitures...

Pour exister, on convainc un certain type d'hommes de consommer des produits de beauté et beaucoup de vêtement. Tout va bien, la croissance s'envole.
Mince, le chômage aussi...

Nous vivons dans un système qui écrase l'être humain, le métrosexuel a remplacé l'ancienne virilité par une métrosexualité conquérante, non pas parce qu'il se soumet aux diktats féministes mais parce que c'est un consommateur, biberonné et éduqué à l'Ecole du Dépenser plus pour Perdre plus.

Écrit par : ApprentissageVie | 14 juin 2013

@ ApprentissageVie

Oui on peut dire que l'Amérique est hypocrite si vous voulez. Il y a une opposition entre le comportement d'une partie du peuple et les attentes de celui-ci vis à vis des "élites".
"L'Amérique est puritaine car un scandale sexuel sur un personnage politique risque de ruiner sa carrière"
C'est justement ce que j'ai écrit : "jugeant la population uniquement selon un code moral politique ou professionnel, au lieu d'observer le peuple tout simplement".
Il y a là du puritanisme en ce qui concerne la politique ou au même au travail, c'est bien vrai, mais dire qu'une société comme celle-là serait dans son ensemble puritaine est limite absurde. Je dirais qu'elle est polymorphe, c'est quelque chose qu'on a beaucoup de mal à concevoir ici où tout le monde devrait être pareil. On en a l'illustration avec l'enseignement à tous de cette théorie du genre et bientot les crèches; sous prétexte qu'il y a des homosexuels, tout le monde doit éduquer ces enfants comme un pédé ou une gouine.

Voici Bush senior accompagné de pom pom girls
http://referentiel.nouvelobs.com/file/5710536.jpg
Et là un échantillon fortuit de diverses femmes sur une plage de Floride, pas mannequins (excepté celle qui présente), ni victimes d'injustice ou autres féministeries, apparemment décomplexées :
http://www.youtube.com/watch?v=yLSSpzgSCso
Vous admettrez qu'on est quand même assez loin du puritanisme et je n'ai pris que des exemples très soft, sur un internet il en existe des millions autrement plus hard.

Ce "problème" d'idéal féminin nous vient des féministes. Il n'y a pas de diktat de la minceur, de nos jours les femmes les plus cotées (pas auprès des couturiers homosexuels évidemment) se feraient plutot gonfler au moins un peu.
Tiens voila un autre site avec que des femmes pulpeuses y'en a plein au Brésil ou aux Etats Unis :
http://dynastyseries.com/models-index/page/2/
N'écoutez pas les féministes ou les "on dit" vérifiez par vous-même, vous vous rendez pas compte qu'elles essayent de braquer les femmes contre les hommes?

Écrit par : Didier | 14 juin 2013

A Didier: je m'en rends très bien compte, selon elles il y aurait une guerre des sexes comme il y avait auparavant une guerre des classes. C'est n'importe quoi.

Certes, j'aurais plutôt dû parler d'hypocrisie, mais la principale différence entre la France et les Etats-Unis est qu'aux Etats-Unis les clivages apparaissent facilement: des membres du FBI téléchargent des séries de manière illégale:
http://www.slate.fr/culture/68175/au-fbi-aussi-telecharge-illegalement-des-series

Une partie des USA est puritaine (témoins de Jéovah), c'est certain, comme certains sont des féministes (théorie du genre). Ils sont très médiatisés.

Au contraire, en France, les clivages sont essentiellement sourds. Saviez-vous que les fédéralistes et les souverainistes s'affrontaient? Derrière les manifestations contre le mariage pour tous, il n'y avait pas que des catholiques qui voulaient continuer à faire un mariage de filiation.
Dans le Mercantour, les éleveurs et les défenseurs des loups s'opposent.

Les informations livrent un silence assourdissant sur bien des sujets. Sous une apparence lisse, une formidable vitalité s'offre à nos yeux ébahis. D'ailleurs, c'est pour cela que le débat sur l'identité nationale de Nicolas SARKOZY était si problématique: l'identité française est trop complexe à définir.

Ce que je voulais affirmer n'est pas que toutes les femmes y croient, mais quand la majorité des modèles de beauté sont des femmes maigres et anorexiques, ne peuvent-elles faire l'amalgame? Le féminisme ne combat pas cette injustice, car ce qui est rare n'est pas forcément précieux, et cela prouve à quel point le féminisme s'est fourvoyé.
C'est également le capitalisme que je critiquais, car il ne s'adapte pas à toutes les morphologies mais seulement à celles des gravures de mode. Ainsi la liberté est illusoire.

Écrit par : ApprentissageVie | 14 juin 2013

@AV

Merci pour ces définitions je n'avais pas donné une définition rigoureusement exacte du métrosexuel mais c'est à peu près celà.
Je vais visionner si j'ai un peu de temps le lien de Natacha Polony que leclerq nous a fourni

Personnellement je me définirais comme un ubersexuel :)

Écrit par : prometheus | 14 juin 2013

A prometheus: moi aussi je suis übersexuel et j'aime les femmes pulpeuses. Donc je serais dans la moyenne si on en croit les sondages...

Sur youtube il y a de nombreuses vidéos que vous pouvez visionner...

Écrit par : ApprentissageVie | 15 juin 2013

pour reprendre le post de "leclercq"
"Didier

bien vu ton post

"Ce n'est pas dans leur nature de transgresser, à la différence des hommes (voir la légende de l'invention du rugby), d'expérimenter, d'inventer"

vrai pas de génies parmi les femmes et pas beaucoup d'inventrices non plus."
Normal... si on les castre et qu'on les empêche d'exprimer leur plein potentiel. Prenez camille Claudel, qui, a développé une psychose paranoïde (non sans raisons) sculptrice de talent, ses œuvres étaient sans cesse signées du nom de Rodin, alors qu'elle en était la créatrice. Pas étonnant de devenir légitimement parano... quand on constate que tous les efforts que l'on fournit sont caduques. Il n'y a pas qu'elle, comme personnage de talent. Virginia woolf, sophie germain (mathématicienne) Marie curry, Emilie du châtelet,Madeleine Pelletier (féministe) de beauvoir, Ada lovelace, Agatha christie, Lise Meitner (science), Hannah arendt, simone weil.. Pour n'en citer que quelques unes... A moins d'être de mauvaise foi, vous devriez reconnaître aisément que, les femmes à l'époque n'avaient pas le droit à l'éducation, qu'elles étaient contraintes au mariage, donc par conséquent elles ne pouvaient exprimer leur potentiel.

Écrit par : nemo76 | 29 octobre 2013

pour reprendre le post de "leclercq"
"Didier

bien vu ton post

"Ce n'est pas dans leur nature de transgresser, à la différence des hommes (voir la légende de l'invention du rugby), d'expérimenter, d'inventer"

vrai pas de génies parmi les femmes et pas beaucoup d'inventrices non plus."
Normal... si on les castre et qu'on les empêche d'exprimer leur plein potentiel. Prenez camille Claudel, qui, a développé une psychose paranoïde (non sans raisons) sculptrice de talent, ses œuvres étaient sans cesse signées du nom de Rodin, alors qu'elle en était la créatrice. Pas étonnant de devenir légitimement parano... quand on constate que tous les efforts que l'on fournit sont caduques. Il n'y a pas qu'elle, comme personnage de talent. Virginia woolf, sophie germain (mathématicienne) Marie curry, Emilie du châtelet,Madeleine Pelletier (féministe) de beauvoir, Ada lovelace, Agatha christie, Lise Meitner (science), Hannah arendt, simone weil.. Pour n'en citer que quelques unes... A moins d'être de mauvaise foi, vous devriez reconnaître aisément que, les femmes à l'époque n'avaient pas le droit à l'éducation, qu'elles étaient contraintes au mariage, donc par conséquent elles ne pouvaient exprimer leur potentiel.

Écrit par : nemo76 | 29 octobre 2013

our reprendre le post de "leclercq"
"Didier

bien vu ton post

"Ce n'est pas dans leur nature de transgresser, à la différence des hommes (voir la légende de l'invention du rugby), d'expérimenter, d'inventer"

vrai pas de génies parmi les femmes et pas beaucoup d'inventrices non plus."
Normal... si on les castre et qu'on les empêche d'exprimer leur plein potentiel. Prenez camille Claudel, qui, a développé une psychose paranoïde (non sans raisons) sculptrice de talent, ses œuvres étaient sans cesse signées du nom de Rodin, alors qu'elle en était la créatrice. Pas étonnant de devenir légitimement parano... quand on constate que tous les efforts que l'on fournit sont caduques. Il n'y a pas qu'elle, comme personnage de talent. Virginia woolf, sophie germain (mathématicienne) Marie curry, Emilie du châtelet,Madeleine Pelletier (féministe) de beauvoir, Ada lovelace, Agatha christie, Lise Meitner (science), Hannah arendt, simone weil.. Pour n'en citer que quelques unes... A moins d'être de mauvaise foi, vous devriez reconnaître aisément que, les femmes à l'époque n'avaient pas le droit à l'éducation, qu'elles étaient contraintes au mariage, donc par conséquent elles ne pouvaient exprimer leur potentiel.

Écrit par : nemo76 | 29 octobre 2013

our reprendre le post de "leclercq"
"Didier

bien vu ton post

"Ce n'est pas dans leur nature de transgresser, à la différence des hommes (voir la légende de l'invention du rugby), d'expérimenter, d'inventer"

vrai pas de génies parmi les femmes et pas beaucoup d'inventrices non plus."
Normal... si on les castre et qu'on les empêche d'exprimer leur plein potentiel. Prenez camille Claudel, qui, a développé une psychose paranoïde (non sans raisons) sculptrice de talent, ses œuvres étaient sans cesse signées du nom de Rodin, alors qu'elle en était la créatrice. Pas étonnant de devenir légitimement parano... quand on constate que tous les efforts que l'on fournit sont caduques. Il n'y a pas qu'elle, comme personnage de talent. Virginia woolf, sophie germain (mathématicienne) Marie curry, Emilie du châtelet,Madeleine Pelletier (féministe) de beauvoir, Ada lovelace, Agatha christie, Lise Meitner (science), Hannah arendt, simone weil.. Pour n'en citer que quelques unes... A moins d'être de mauvaise foi, vous devriez reconnaître aisément que, les femmes à l'époque n'avaient pas le droit à l'éducation, qu'elles étaient contraintes au mariage, donc par conséquent elles ne pouvaient exprimer leur potentiel.

Écrit par : nemo76 | 29 octobre 2013

@ nemo76


"Normal... si on les castre et qu'on les empêche d'exprimer leur plein potentiel."

comment pouvez vous affirmer que les femmes seraient castrées et que sois disant on les empêcherait d'exprimer leur plein potentiel. de quelques femmes vous faites une généralité.

"A moins d'être de mauvaise foi, vous devriez reconnaître aisément que, les femmes à l'époque n'avaient pas le droit à l'éducation"

explication bidon, comme si inventer était surtout une question d'éducation inventer, c'est aller de l'avant surmonter tous les échecs essayer avec obstination j'usqu'a trouver !!!

dans le passé les femmes aisées ne manquaient ni de temps ni de moyens pour créer pourquoi ne l'on telles pas fait alors !!!

Écrit par : leclercq | 29 octobre 2013

@ nemo76

"de beauvoir.. simone weil"
Attendez c'est ça vos génies? vous rigolez j'espère.

Personnellement je pense que le génie on l'a ou on l'a pas. Il ne s'acquiert pas, il se cultive à la limite, mais encore faut-il qu'il soit déja présent. Prenez le cas d'Esope (sous réserves quant à la véracité de son vécu comme beaucoup de personnages historiques), décrit comme un esclave, dénué ou presque de l'usage de la parole, n'appartenant pas à la "haute société"; dont ses fables et son talent auraient inspirées la Fontaine.

"A moins d'être de mauvaise foi, vous devriez reconnaître aisément que, les femmes à l'époque n'avaient pas le droit à l'éducation, qu'elles étaient contraintes au mariage, donc par conséquent elles ne pouvaient exprimer leur potentiel."
Je vous passe donc l'extrême majorité de grands inventeurs hommes biensur. Mais j'attire votre attention sur le fait qu'il y a aujourd'hui et c'est une tendance depuis des années, près de 80% de filles en filière L ou titulaires d'un bac L, et quasiment pas de grande écrivaine! Qu'y voir si ce n'est une preuve de plus que le génie est avant tout présent chez les garçons.
Je sais ça va vous sembler horriblement sexiste, mais la plupart des femmes en sont dépourvues; trop naïves, trop idéalistes, trop scolaires justement, trop misandres et revanchardes envers l'autre sexe aussi pour certaines. Ce n'est pas pour rien que nombres d'entre-elles se calquent systématiquement sur les hommes, entre admiration et jalousie, avec pour objectif de faire aussi bien. Il y a eu batman, et donc il y a batwoman; vous voyez ce que je veux dire. Jamais ou presque un génie homme ne s'abaissera à vouloir faire "aussi bien" qu'une femme, car il sait qu'il a en lui un génie supérieur.

Donc c'est toujours amusant d'entendre même les femmes qui se prétendent les plus indépendantes, n'être en fait qu'enchainées à leur rapport pathologique à l'autre sexe. Et ça les poursuit parfois toute leur vie, dans tous les domaines.
Elles sont en fait on ne peut plus dépendantes des hommes et n'ont rien résolu.

Écrit par : Didier | 30 octobre 2013

Les commentaires sont fermés.