22 mai 2013

Parler, dire

On dit parfois que le langage différencie les humains des autres mammifères. Bien que les animaux disposent aussi de codes de communication sonores et corporels, les humains pensent d’eux-mêmes que leur capacité verbale est unique parmi les êtres vivants.


parole,parler,langage,expression,liberté,communication,poésie,pouvoir,clivage,On ne sait pas l’ampleur de ce que partagent entre eux les éléphants, les dauphins ou des oiseaux. Mais il faut reconnaitre que notre organisation phonétique est d’une ampleur et d’une complexité remarquable. Et non seulement l’organisation phonétique: la richesse et la complexité du langage, son haut degré d’abstraction le sont tout autant.

La belle machinerie du corps sert à dire, demander, exprimer un sentiment, se fâcher, s’expliquer, inventer, créer. Elle sert l’être, la relation, la place que nous occupons sur Terre. La communication verbale est aujourd’hui omniprésente: livres, télévision, cinéma, opéra ou chanson, journaux, groupes de parole. Touts cela grâce à des cordes vocales, replis de la muqueuse du larynx d’à peine 2 cm de longueur, que le souffle caresse pour produire des sons.

Un tel instrument met la parole très haut dans les outils de communication et souligne l’importance de dire. La parole délivre quelque chose que l’on a appris ou que l’on perçoit, et que l’on restitue avec notre expérience et notre sensibilité. Parler est très intime et personnel bien que toute parole soit extériorisée. Parler, dire ce que l’on ressent ou pense fait avancer. Sans parole le niveau des interactions entre humains serait moins élevé. La réflexion serait limitée. La compréhension mutuelle serait sujette à des malentendus que rien ne permettrait de corriger.

Aujourd’hui de nombreux mots sont piégés. La politique et ses clivages fait que chaque tendance à ses propres mots, et que l’on vous définit selon les mots et les thèmes que vous abordez. C’est hélas très réducteur. Des mots sont piégés, et selon l’environnement dans lequel on se trouve on ne les utilise pas. Par crainte d’être trop identifiable, ou d’avoir à assumer sa propre pensée dans un milieu hostile.

Pourtant les mots sont libres et appartiennent à ceux qui en font quelque chose. Ont-ils été connotés par une époque? Quelle importance. La parole, c’est le pouvoir à portée de tous. Tous les pouvoirs, de toute nature, ont compris l’importance de s’emparer des mots, ou de supprimer la libre expression. Aujourd’hui c’est le politiquement correct qui jette l’opprobre sur certains mots ou thèmes.

L’époque demande de nombreuses redéfinitions. Je pense qu’il faut mettre les pieds dans le plat et dire les choses, quitte à se tromper et à rectifier ultérieurement selon les conclusions auxquelles des échanges authentiques nous auront conduit. Peu importe le jugement moral que certains proféreront à notre encontre: seuls comptent ceux qui argument, qui ne pensent pas que les idées appartiennent à un camp, ou que les choses sont dites une fois pour toutes. La parole et la pensée doivent être libres et ouvertes. C’est leur nature.

Dire, mais pas seulement ce qui dérange socialement ou politiquement. Dire ce que l’on aime, dire ce que l’on trouve beau, ce qui touche d’autres dimensions de l’être. La poésie est une des plus belles paroles. De celles qui proposent au monde de multiples identités sans jamais l’enfermer dans aucune, car elle est par nature incomplète et inachevée.

14:21 Publié dans Philosophie, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : parole, parler, langage, expression, liberté, communication, poésie, pouvoir, clivage | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

@Hommelibre,faites gaffe des hackers s'emparent des adresses e-mail pour inciter le correspondant à donner son numéro de téléphone pour aider celui ou celle dont vous connaissez le prénom et qui soit disant à besoin votre aide
Et sous le couvert de produits Bio,la France sous son air d'austérité ressemblant de plus en un à un Austerlitz de l'alimentaire inonde les marchés Suisses de produits consommables mais emballés avec du papier recyclé ce qui est absoluement interdit et les plus pauvres eux n'auront plus que des restes alimentaires mais sous forme de produits toxiques pour les nourrir.Ah elle est belle l'aide sociale des Socialistes.Malthus doit en sourire de contentement
bonne journée pour Vous

Écrit par : lovsmeralda | 23 mai 2013

La parole servait (et devrait encore servir) à la transmission du savoir, des techniques et de l'histoire des groupes d'humains.
Les grands singes apprennent l'utilisation d'outils en s'observant les uns les autres. Les hommes ont réussi à développer une culture et des savoir-faire plus raffinés grâce à la transmission orale, puis écrite.
Parfois, il me semble que nous sommes dans une phase paradoxale : nous avons davantage de moyens de communication ou médias que jamais auparavant et pourtant, nous transmettons surtout du superficiel. Plus d'opinions que de contenus.
Et comble de l'ironie, sur le net, les spams et la pornographie occupent un pourcentage énorme du volume des envois.

Écrit par : Calendula | 23 mai 2013

Les commentaires sont fermés.