02 mai 2013

La prochaine glaciation n’est pas pour demain

L’Organisation Météorologique Mondiale reprend l’information erronée selon laquelle la calotte glaciaire du Groenland aurait fondu à 97% en juillet 2012. J’ai commenté cette erreur dans un billet de l’été dernier. Cette calotte a une épaisseur de 2,3 km en moyenne, avec des pointes de 3 km. Les 97% fondus ne sont évidemment pas la calotte dans son épaisseur, mais quelques centimètres d’épaisseur sur 97% de sa surface globale.


climat,météo,terre,soleil,ere glaciaire,réchauffement climatique,calotte,fonte,glace,Je rappelle que la fonte estivale de surface est normale. De plus les mesures par satellite montrent qu’entre 1992 et 2003, la calotte avait augmenté d’environ 5 cm d’épaisseur par an.

L’OMM reprend sans précaution l’idée que 97% de la calotte globale avait fondu, et non pas 97% de sa surface sur quelques centimètres d’épaisseur. Après la Nasa, l’OMM, qui est une agence de l’ONU, reprend l’erreur. Est-ce une volonté de mettre les populations en conditions de stress avant la publication prévue cette année du nouveau rapport du GIEC? Comment, à ce niveau, peut-on faire une erreur pareille?

La banquise arctique fond davantage, pas la calotte glacière du Groenland. Ni la calotte antarctique. La montée des températures n’est pas homogène et c’est plutôt troublant. Par contre le réchauffement climatique pourrait avoir une conséquence inattendue et assez positive, selon son ampleur et sa durée: il pourrait contribuer à diminuer l’intensité de la prochaine ère glaciaire. Pas besoin donc de dessiner les plans d’igloos collectifs sur la langue de glace qui culminera à quelques centaines de mètres au-dessus de Paris, ni de remplacer les roues des 4x4 par des skis ou des raquettes.

On a pu mettre en évidence différentes ères glaciaires dans le passé, entrecoupées par des périodes interglaciaires de réchauffement. La dernière période interglaciaire à commencé il y a plus de 10’000 ans. 10’000 ans, c’est la durée moyenne. Il semble que climat,météo,terre,soleil,ere glaciaire,réchauffement climatique,calotte,fonte,glace,celle-ci ne soit pas prête de s’arrêter, avec pour raison principale la mécanique céleste, établie dans ce que l’on nomme les cycles de Milankovitch, du nom du météorologue serbe qui avait établi le lien entre les glaciations et la position de la Terre autour du soleil. Le Magazine La Recherche de mai publie un intéressant article sur le sujet.

Les chercheurs qui ont analysé le climat dans le passé ont confirmé ces cycles de Milankovitch. Ils ont pu mettre en évidence une parfaite synchronisation des périodes glaciaires avec l’orbite de la Terre et l’angle de son axe de rotation. L’orbite de la Terre autour du soleil n’est pas régulière. Elle est plutôt en forme d’ellipse, influencée par les grosses planètes Jupiter et Saturne. Quand notre planète est plus près du soleil elle reçoit plus de chaleur, quand elle est plus loin elle se refroidit. Le processus est ou non accentué par l’axe de rotation. Si le plus grand éloignement à lieu en hiver, et selon l’axe de rotation, une période glacière peut se déclencher.

Il se trouve qu’actuellement l’orbite terrestre est presque circulaire et le sera encore pendant environ 50’000 ans. Les conditions du déclenchement d’une glaciation n’existent pas. Et quand elle serait possible, la concentration en CO2 de l’atmosphère et des océans - qui peut durer des centaines de milliers d’année, quelle que soit l’origine du CO2 - pourrait encore favoriser un effet de serre. Cet effet de serre diminuerait donc l’intensité du refroidissement.

Mais que se passe-t-il lors d’une période glaciaire?

«Les effets des périodes glaciaires : (hors effets humains, animaux, et espèces végétales).

Plusieurs effets sont constatés :

· Une quantité considérable d’eau est stockée sous forme de glace : c’est la glaciation
· Le niveau des océans s’abaisse d’environ 120 m
· Une réduction importante des pluies permet l’extension des déserts

On peut citer plusieurs exemples qui permettent de mieux comprendre les grands bouleversements que ces périodes froides entraînent.

Pendant le dernier âge glaciaire, une calotte de glace épaisse de plus de 1 500 m recouvrait le tiers du continent nord-américain (dont le New York actuel).

En Europe, les glaciers recouvraient une bonne partie des îles britanniques, la Finlande, la Russie, la Pologne et une partie de l’Allemagne.»

21:39 Publié dans Météo, Science, Univers | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : climat, météo, terre, soleil, ere glaciaire, réchauffement climatique, calotte, fonte, glace | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Excellent votre article.
On oublie aussi souvent de citer une chose relativement importante. On prétend que l'être humain est responsable de l'augmentation des températures.

Mais on oublie aussi de citez une chose, c'est que grâce à lui, les taux de CO2 n'est pas plus élevé et qu'il existe encore des forets.
On oublie effectivement de signaler que l'être humain à résussi a éteindre des incendie naturel qui auraient quasiment totallement anéanti certaine foret de certains continent et ainsi bruler des milliard d'hectare de foret et ainsi contribuer à rendre ces continents d'énormes bûcher qui auraient enfumé la planète.

Écrit par : DdD | 03 mai 2013

merci de cette excellente présentation. Dire qu'il y a encore des esprits pour penser que l'homme tout puissant peut tout contrôler, gérer, planifier ! édifiant, oui, encore merci. (Géologiquement parlant, la terre a connu plus de périodes sans glace aux pôles qu'avec)

Écrit par : uranus2011 | 03 mai 2013

- « L’OMM reprend sans précaution l’idée que 97% de la calotte globale avait fondu, et non pas 97% de sa surface sur quelques centimètres d’épaisseur. ... Comment, à ce niveau, peut-on faire une erreur pareille? »

Le communiqué de l'OMM est pourtant limpide comme de l'eau de fonte de la calotte:

http://www.wmo.int/pages/mediacentre/press_releases/pr_972_fr.html

"Calotte glaciaire du Groenland: au début du mois de juillet, la couverture glaciaire de surface du Groenland a très fortement fondu, atteignant 97% à la moitié du mois de juillet selon les estimations."

Nul part n'est-il écrit "97% de la calotte avait fondu".

Que faut-il alors entendre ?

Que "97% de la surface qui était couverte au moins une fois par de la glace dans l'année écoulée, fut exposée au moins une fois à des températures supérieures à 0 celsius, point de fusion de la glace.", alors que, comme le précise le communiqué, à l'ordinaire, moins de la moitié de la couverture glaciaire de surface est exposée à ces conditions.

Nul part est il question, dans la signification du mot "fondu", de "disparition" de la glace, ou diminution de quantité de glace ou de surface glaciaire, contrairement à ce que vous suggérez dans votre interprétation personnelle du mot "fondu".

Écrit par : Chuck Jones | 04 mai 2013

@ Chuck:

L'OMM joue sur les mots. Sans autre mention, la couverture glaciaire de surface est la glace se trouvant à la surface du Groenland. L'OMM ne précise pas s'il s'agit le la couverture dans son entièreté de volume ou la "surface de la surface", et dans ce cas sur quelle profondeur, soit quelle portion réelle de la couverture de surface.


Si vous le voulez, reprenons la phrase, car je suis comme vous sensible à la précision des mots dans de tels cas.

"la couverture glaciaire de surface du Groenland a très fortement fondu, atteignant 97% à la moitié du mois de juillet selon les estimations. Il s’agit de la fonte la plus importante depuis le début des observations satellites il y a 34ans. En règle générale, presque la moitié de la calotte glaciaire du Groenland fond naturellement pendant l’été, en particulier à basse altitude. Cependant, en 2012, un système de haute pression a entraîné des températures supérieures à la moyenne dans cette région, qui sont liées à cette fonte rapide."

Il n'est pas écrit:

"La surface de la couverture glaciaire qui recouvre le Groenland a fondu à 97% sur une profondeur de ... centimètres ou mètres".

Une telle formulation aurait pourtant eu le mérite d'éviter le malentendu.

Il est écrit:

"La surface de la couverture glaciaire", ce qui n'est pas identique. La formulation de l'OMM idée suggère la surface en tant qu'étendue en 2 plans, alors que la première suggère la totalité, profondeur comprise. Une couverture n'est pas que la partie visible, elle est aussi son épaisseur.

Cette formulation venant après l'information à buzz de l'été dernier, dont la formulation avait déjà largement prêté à confusion, est, disons, malvenue. Est-ce fortuit? Je pose la question car je pense qu'il y a des raisons à le faire.


Précision encore: L'OMM admet ceci, en fin de paragraphe: "Cependant, en 2012, un système de haute pression a entraîné des températures supérieures à la moyenne dans cette région, qui sont liées à cette fonte rapide."

C'est un peu court pour expliquer un phénomène qui est présenté comme très important et qui a défrayé la chronique l'an dernier. Les conditions météorologiques peuvent être précisé comme suit, selon la NOAA:

« La fonte de glace en juillet 2012 a été déclenchée par un afflux d'air exceptionnellement chaud, en provenance de l'Amérique du Nord, mais ce n'était que l'un des facteurs », a déclaré David Turner, chercheur en météorologie au laboratoire national des tempêtes sévères de la NOAA et l'un des principaux auteurs de l’étude. « Dans notre étude, nous montrons que les nuages de basse altitude contenant une faible quantité d'eau condensée ont contribué à la hausse des températures, dépassant le point de congélation et donc causant la fonte de la glace sur la surface. »

Read more: http://iipdigital.usembassy.gov/st/french/article/2013/04/20130405145298.html#ixzz2SH94mKBs

Il s'agit d'un afflux d'air exceptionnellement chaud en provenance d'Amérique du Nord. Les hautes pression ayant en général pour effet de fixer les masses d'air et non de les engendrer, leur influence est significative mais pas unique. D'autre part la NOAA souligne l'importance des nuages de basse altitude dans la rétention de l'air chaud, contribuant à la fonte de surface de la couverture glaciaire.

Il y a donc plusieurs phénomènes cumulés (sans parler d'autres aspects de la circulation atmosphérique mondiale) dans cette fonte de surface (j'insiste...) de la couverture glaciaire.


Ce manque de précision de l'OMM est dérangeant. Dans le communiqué par exemple, le paragraphe sur les températures plus élevées "sur une grande partie de la surface terrestre" ne fournit aucun élément d'appréciation pour le public, tout en tout en insistant sur la "grande partie".

Ensuite il y a le passage sur les phénomènes extrêmes, et l'ouragan Sandy est cité. Il n'était pas très fort, mais surtout très étendu et a frappé une région des plus peuplées, ce qui a fait sa notoriété. Sans quoi c'était un ouragan très banal et l'année 2012 a été peu pourvue en ouragans majeurs. Il n'y a eu que 2 ouragans de force 3.


Bref, j'ai une confiance limitée dans la manière dont les agences de l'ONU diffusent ce genre d'infos et sur l'utilisation qu'elles en font, explicitement ou de manière subliminale. La confiance limitée est la conséquence de fautes de la part du GIEC, de l'implication de gens comme Al Gore dans le business vert, dans le fait que l'ONU commande au GIEC des rapports prouvant ce qu'ils veulent démontrer, à l'encontre de toute attitude scientifique.

Écrit par : hommelibre | 04 mai 2013

Votre interprétation du mot "fondu", écrit le seul commentateur qui ose contrarier votre "pensée! Car pour nous il est évident que c'est vous qui êtes "fondu". Allez donc nager dans le désert en Arabie-saoudite,
http://www.al-kanz.org/2013/05/02/inondations-arabie-saoudite-morts/ ou plus près, tenez un lien général, en Suisse, en France, à l'île Maurice... Du jamais vu... Allez donc vous faire voir où ça se passe...
http://www.google.ch/webhp?hl=fr&safe=off&btnG=Rechercher&lr=lang_fr#lr=lang_fr&safe=off&hl=fr&tbs=lr:lang_1fr&sclient=psy-ab&q=inondation&oq=inondation&gs_l=serp.1.0.0l4.2956.5424.0.7421.16.16.0.0.0.14.1436.6131.0j1j2j12j7-1.16.0...0.0...1c.1.12.psy-ab.YdL_t4cF9LY&pbx=1&bav=on.2,or.r_qf.&fp=75008da001c227c4&biw=1209&bih=636

Écrit par : Trio-Octet Infernal! | 04 mai 2013

Et puis Tyranno, vous êtes qui? Quelles sont vos sources? Vous qui visiblement penser être plus informés que les climatolologues, la NASA, etc?
Et finalement, dans quels buts votre propagande? Vous êtes lobbyiste? Ou simplement d'une totale mauvaise foi, comme ça, pour "faire Libre"?!
Vous mordez comme un roquet, lorsqu'il s'agit du climat, mais... Pas un mot sur les falsifications de la publication de "la main invisible"... Allez-y modérez, modérez... Pour modérer vous lisez ou même pas?
Et nous ne pouvons même plus vous aportez contradiction sur notre blog! C'était bien CA, le but de la CENSURE des blogs de 24heures par Tamedia! Ici nous en trouvons la preuve!

Écrit par : Trio-Octet Infernal! | 04 mai 2013

Il est évident que l'OMM ne joue pas sur les mots, et que la version française est la traduction de l'original anglais. Il est évident que Chuck Jones a raison et que quand vous parlez de "calotte glaciaire" qui "aurait fondu" vous êtes à côté de vos pompes. L'OMM parle de SURFACE et il est tout aussi clair que l'épaisseur de glace qui a fondu est variable d'un bout à l'autre du Groenland en fonction des conditions locales. L'information pertinente est le 97% en comparaison du 50% habituel. Mais voilà ce qui arrive quand on ne sait pas reconnaître son erreur, on s'enferre dans la mauvaise foi. Est-ce fortuit? Non, je pense que vous avez une raison de le faire. Elle est aussi évidente que le nez au milieu de la figure.

Écrit par : Julien | 04 mai 2013

@ Julien: nous n'avons pas la même lecture du texte. L'OMM parle de "couverture de surface". Qu'est-ce que la couverture de surface? Sans précision ce terme doit être compris de manière globale. C'est la précision qui spécifie. Cette précision aurait dû être signalée dans le communiqué, surtout quand les pourcentages ont tendance à être alarmistes et que les images satellite montraient toute la surface du Groenland touchée par cette fonte sans préciser qu'il s'agissait d'une pellicule de la couverture et non toute l'épaisseur. J'ai fait le test autour de moi l'été dernier, lors de la première parution de cette info: personne n'a imaginé qu'il s'agissait de la "surface de la surface". La dizaine de personnes dont j'ai demandé l'interprétation pensait, en lisant l'info, que c'était la totalité de la calotte du Groenland qui avait fondu.


L'été dernier l'information avait été largement relayée. Ici le Figaro:

http://www.lefigaro.fr/environnement/2012/07/25/01029-20120725ARTFIG00343-groenland-sa-calotte-glaciere-a-presque-entierement-fondu.php

"L'Agence spatiale américaine (Nasa) a d'abord cru à une erreur. «C'est tellement sans précédent que je me suis d'abord interrogé sur le résultat: était-ce bien réel ou était-ce dû à une erreur de données?», a commenté Son Nghiem, expert. Mais leurs calculs sont bien réels: la surface gelée du Groenland a fondu en juillet sur une étendue jamais atteinte en plus de trente ans d'observation satellitaire. Selon les données de trois satellites analysées par la Nasa et des scientifiques universitaires, environ 97% de la calotte glaciaire avait dégelé à la mi-juillet, a indiqué l'Agence dans un communiqué.

L'expert précise avoir remarqué la disparition de la majorité de la glace du Groenland au 12 juillet en analysant les données d'un premier satellite. Les résultats des deux autres satellites ont confirmé cette découverte. Les cartes satellitaires de la fonte montrent que la calotte glaciaire avait fondu à 40% au 8 juillet et à 97% quatre jours plus tard."

La surface gelée du Groenland c'est bien la calotte ou couverture glacière. "...environ 97% de la calotte glaciaire avait dégelé à la mi-juillet".

"L'expert précise avoir remarqué la disparition de la majorité de la glace du Groenland au 12 juillet": non, ce n'est pas la majorité de la glace du Groenland, c'est une pellicule de la surface des glaces du Groenland.

Écrit par : hommelibre | 04 mai 2013

@ Trio Octet: une fois n’est pas coutume je ne vous modère pas et vous réponds. Vous savez pourquoi je vous modère: vos insultes habituelles, dans lesquelles vous retombez toujours. Je n’ai aucune obligation à les accepter.

Sur les vidéos des inondations que vous mettez en ligne plus haut: cela arrive, cela est toujours arrivé. La grande crue de la Seine en 1910 avait submergé une partie de la capitale. L’été 1947 fut le plus chaud connu, à part peut-être 2003. Les crues dans le désert: rares mais cela existe. Il y a des oueds dans les régions désertiques, signes que parfois il pleut assez pour creuser un sillon. On ne peut mettre chaque incident météo sur le compte du réchauffement. On verra mieux en 2050 ou en 2100 ce qui est vraiment de l’ordre du réchauffement, et quelles en seront et l’ampleur et les conséquences - dont toutes ne sont pas négatives, c’est d’ailleurs la thèse de l’article que je mentionne sur les futures glaciations. On verra aussi si tout a été pris en compte dans les rapports actuels, s’il y avait des rétroactions non anticipées. A suivre je l’espère bientôt, les résultats de l’expérience Cloud au Cern. J’ose espérer que le prochain rapport du GIEC en fera mention, les premier résultats intermédiaires de 2011 ayant été semble-t-il troublants:

http://climatdeterreur.info/le-rechauffement-climatique-en-general/les-resultats-de-lexperience-cloud-semblent-embarrasser-la-direction-du-cern


Sur mes sources: je voulais être météorologue à 14 ans, j’ai toujours lu, étudié et me suis passionné pour cela. Je m’y connais un peu, en effet, et je me base sur les éléments fournis par les statistiques météo officielles, sur les cartes établies, sur les images satellites, sur les indication des grandes agences météo. Je suis un citoyen passionné, et à ce titre j’ai l’outrecuidance de m’immiscer dans le débat des spécialistes: quelle horreur! Un citoyen qui ne baisse pas les bras.

Pour le reste: lobby, Tamedia, etc, je vous laisse à votre imagination fertile, cela ne me concerne pas.

Écrit par : hommelibre | 04 mai 2013

Qu'est-ce que la couverture de surface? Je vous l'ai dit mais vous ne voulez pas entendre. Alors je répète : une mauvaise traduction. Pourquoi vous obstinez-vous à ne pas vous référer à l'original anglais? Pour pouvoir avancer votre thèse partisane? C'est facile et indigne. De même avec l'article du figaro. Pourquoi le citer alors que son auteur fait preuve au mieux d'incompétence, au pire de malhonnêteté? Mais même avec erreur de traduction et présentation incompétente ou malhonnête (un paragraphe où la "surface" disparaît et deux images sans légende), il est impossible de comprendre que la "calotte glaciaire" du Groenland a fondu. Il faudrait plusieurs siècles. Et le niveau de l'océan mondial serait plus élevé d'au moins 5m. Mais ce qui me gêne le plus, c'est qu'en tant que rédacteur et éditeur responsable de ce blog vous ne vérifiez pas les sources et que vous choisissez ou vous vous contentez d'informations déformées pour mieux avancer votre agenda et accusez ceux qui ne pensent pas comme vous de "mettre la population en état de stress". Voilà le lien que vous auriez dû rendre accessible par honnêteté intellectuelle :
http://www.arctic.noaa.gov/reportcard/greenland_ice_sheet.html
Votre outrecuidance n'est pas celle que vous vous attribuez. Mais elle consiste dans votre incompétence ou dans votre choix partisan des "sources". Ou peut-être ne lisez-vous pas l'anglais? Ce qui expliquerait bien des choses.

Écrit par : Julien | 05 mai 2013

Mauvaise traduction? Ce n'est peut-être que cela. Auquel cas on regrettera que les traducteurs de l'agence onusienne produisent une telle approximation, et qu'un relecteur scientifique ait laissé passer, surtout après qu'ait eu lieu de buzz de l'été dernier. Je n'ai pas lu de correctif à cette erreur de traduction.

Quoi qu'il en soit le texte français est ce qu'il est et c'est la référence pour les pays francophones. C'est ce texte que je critique. Je cite le Figaro, mais presque tous les médias ont fait de même lors du buzz du 25 juillet 2012. D'ailleurs en tapant "groenland calotte fondue 97%" dans google image, les images satellites ne mentionnent pas les deux carrés, rouge et blanc, mentionnant "surface melt" et "not melt". Au 25 juillet la confusion était totale. Ce n'est que le 26 juillet que cette mention apparait, non en deux carrés, mais en surimpression, signe possible d'une besoin de corriger le tir, dans ce média:

http://www.terrafemina.com/societe/environnement/articles/16042-la-nasa-sinquiete-du-degel-eclair-des-glaces-du-groenland.html

média qui annonce quand-même en titre: "La NASA s'inquiète du dégel-éclair des glaces du Groenland" - et non: de la surface des glaces, et qui écrit dans l'article: "Près de 97% de la calotte glacière a commencé à dégeler en juillet. C’est la rapidité du phénomène qui impressionne le plus les experts. Alors que la première observation de dégel à 97% remonte au 12 juillet, quatre jours plus tôt, les satellites enregistraient seulement 40% de glace dégelée en surface." Il faut aller en fin de phrase pour que le mot surface apparaisse. La confusion règne en maître.


Le biais est là. Que l'erreur soit intentionnelle ou inconsciente ne change pas vraiment la donne en l'occurrence: elle est signe de l'esprit alarmiste et catastrophiste qui prévaut actuellement.

En ce qui concerne mon honnêteté intellectuelle, je peux reconnaître une erreur, je l'ai déjà fait sur ce blog. Ce n'est pas un problème pour moi. Ici je pense que ma lecture et ma critique sont appropriées au texte de référence diffusé dans la presse francophone et à l'état d'esprit sous-tendu, et je n'ai pas le sentiment d'avoir à reconnaître une erreur.

Écrit par : hommelibre | 05 mai 2013

Les commentaires sont fermés.