13 avril 2013

Prostitution: un témoignage inattendu

Je cède la plume à un internaute qui a répondu hors ligne à mon billet sur la critique masculine de la prostitution, dans lequel j’inversais le discours convenu: j’y écrivais que ce sont les hommes qui sont exploités sexuellement par les prostituées.

Le témoignage ci-dessous émane d’un homme qui s’est prostitué pour des clientes femmes et qui apporte son éclairage au débat. Je publie son point de vue avec son accord.


prostitution,escort,escort boy,prohibition,abolition,femmes,hommes,couples,«J'ai lu avec un vif intérêt votre article «Critique masculine de la prostitution». Je ne partage pas certaines de vos affirmations :

1. Les clients étant dans la très grande majorité des hommes.

2. Les hommes n'ont, semble-t-il pas les mêmes besoins que les femmes en matière de sexualité.

Les femmes ont autant de désir, de besoins sexuels que les hommes. Mais pour de nombreuses femmes, la différence  comportementale face à la sexualité est purement d'ordre culturel. Je vous recommande de lire l'excellent article «Prostitution : les hommes ont-ils plus de besoins sexuels que les femmes ?» du philosophe David Simard sur son site Amour et sexualité.

Pour des raisons personnelles, je connais très bien le milieu prostitutionnel. Je suis donc profondément agacé de lire et d'entendre tout et n'importe quoi sur le sujet. On parle d'abolir la prostitution. Mais quelle prostitution ? Il n'y a pas une, mais des prostitutions (genres, formes, niveaux). Et, curieusement, dans le débat actuel, je constate qu'on se focalise sur la prostitution féminine, la prostitution masculine n'étant jamais prise en compte. Doit-on alors considérer l'abolition de la prostitution comme étant celle de la prostitution féminine ?

C'est certainement la raison pour laquelle les abolitionnistes, manifestement prohibitionnistes, développent une rhétorique ignorant purement et simplement tout ce qui ne rentre pas dans leur schéma idéologique d'une prostitution comme une violence faite aux femmes (hommes se prostituant, femmes clientes, etc.). Je suis farouchement  contre le trafic des femmes, les réseaux mafieux et le proxénétisme. Par contre, si une femme ou un homme veut se prostituer, je ne vois pas au nom de quelle règle institutionnelle on pourrait lui interdire. C'est une forme de liberté individuelle de la personne.

Beaucoup de gens, de médias, de politiques et de spécialistes de la question parlent de la prostitution sans vraiment la connaître. J'ai lu le rapport de Madame Bousquet et de Monsieur Geoffroy relatif à la résolution sur l'abolition de la prostitution. Je suis en profond désaccord sur certains chapitres. Mais deux d'entre eux, par manque d'objectivité, me choquent particulièrement. En premier lieu, dans le domaine de la prostitution, il est impossible de mettre des chiffres fiables. Les statistiques provenant du Ministère de l'Intérieur concernent uniquement la prostitution de rue (et encore la plus voyante).

prostitution,escort,escort boy,prohibition,abolition,femmes,hommes,couples,En deuxième lieu, la prostitution masculine ne correspond pas à la réalité. Beaucoup d'inexactitudes et de mensonges l'entourent. Elle existe sous deux formes principales :


- L'une homosexuelle (travestis non transgenres, homosexuels,...). Elle s'adresse à une clientèle masculine.
- L'autre hétérosexuelle (gigolos, escorts-boys,...). Elle s'adresse à une clientèle féminine.

Cette dernière (j'ai pratiqué cette activité) est particulièrement gênante pour les associations abolitionnistes et certains mouvements féministes. En effet, des femmes clientes d'hommes prostitués, cela enlève pas mal de leurs arguments. L'idée malhonnête consiste donc à faire croire que les clients de la prostitution sont exclusivement des hommes.

J'ai entendu de nombreuses fois : «La quasi-totalité des clients sont des hommes. Et même lorsque des hommes se prostituent, les clients restent des hommes». Comment peut-on affirmer cela ? La réalité est bien différente. De même, des chiffres farfelus
(repris par les uns et les autres) sur le pourcentage des clients reviennent dans divers commentaires. Ainsi, 99 % ou 99,4 % des clients seraient de sexe masculin.
Ces chiffres "bidons" inventés (je peux le prouver) par une association d'obédience catholique  sont honteusement exploités par les abolitionnistes et moralistes de toutes tendances.

Lors de débats, Je ne comprends pas qu'aucun ne demande la provenance de ces chiffres lancés par les abolitionnistes. D'autant qu'il ne peut exister de chiffres fiables en la matière. Et ces derniers sont par nature peu crédibles et invérifiables. Mais quelle est l'origine de ces chiffres ? Dans une vieille enquête d'un Institut sur la sexualité des français, une question concernait le recours à la prostitution. 0,6 % des femmes ont reconnu être cliente. Le Mouvement du Nid a trouvé judicieux de faire le calcul suivant :
- (100 - 0,6) = 99,4 % d'hommes clients.

Mais du côté des hommes, 12,5 % ont répondu être client. Il y a là manifestement une manipulation. Si j'utilise le même mode de calcul, je peux aussi affirmer que 87,5 % (100 - 12,5) des clients sont des femmes.

Et même dans cette enquête, le pourcentage des femmes clientes est faussé. Dans unprostitution,escort,escort boy,prohibition,abolition,femmes,hommes,couples, échantillon, la clientèle féminine, sociologiquement différente de celle des hommes (cela a beaucoup changé), est moins représentative. Pour ma part, par expérience, la clientèle féminine d'aujourd’hui se situe  entre 15 et 20 %. Sachez qu'il existe aussi une prostitution lesbienne. Comme également des hommes et des femmes se prostituant sans distinction en direction des hommes, des femmes ou des couples.

D'autre part, si les associations d'entraide aux prostitué(e)s enquêtent, comme je le pense parce que c'est plus facile, sur la prostitution masculine en se limitant aux seuls lieux fréquentés par les prostitués homosexuels, les clients seront (à quelques exceptions près) des hommes, c'est évident. Mais croyez-vous sincèrement que les hommes se prostituent seulement en direction d'autres hommes ? Cela serait une hérésie de le penser.

En fait, la (presque) non visibilité de la prostitution masculine destinée aux femmes fausse les données. Il vous faut savoir qu'elle est en grande partie souterraine (bars et brasseries plus ou moins huppés, salons de thé, dancings, petites annonces, internet,...), d'où sa discrétion. Il existe également une prostitution de rue moins importante et plus anonyme.
Et ne pensez pas que la clientèle féminine est anecdotique comme certain(e)s le font croire. Elle va même s'accroître au fil du temps. Mais cette prostitution serait-elle taboue ?

Par ailleurs, si les pouvoirs publics faisaient face à cette invasion de prostituées étrangères, les prostitutions franco-françaises féminine et masculine seraient sensiblement égales. Eradiquer la prostitution des femmes étrangères ? Il n'y a malheureusement pas trente-six solutions. Il faut interdire ni plus ni moins à ces dernières l'exercice de la prostitution. Elles sont entrées en France, elles doivent bien pouvoir en ressortir.

Combattre la prostitution des femmes ? Mais les gouvernements successifs (de droite ou de gauche) sont les premiers proxénètes. Pourquoi ne font-ils pas fermer les salons de massages, les bars à hôtesses, les sexodromes, etc ? En réalité, les propriétaires de ces établissements se sont fait connaître auprès du fisc. Ils rapportent donc de l'argent à l'Etat.

Dans le cas contraire, ils sont clandestins et tombent pour proxénétisme. C'est une grande hypocrisie !

Quant à la pénalisation des client(e)s de la prostitution, dans la mesure où celle-ci n'est pas illégale, c'est juridiquement illogique, l'un ne peut aller sans l'autre.

Par ce petit exposé, j'ai voulu rétablir certaines réalités et montrer du doigt ceux qui, pour des raisons politiques, morales ou autres, trompent l'opinion en diffusant des informations erronées, mais surtout en disant des contrevérités. Je vous remercie par avance de l'intérêt que vous porterez à ce courrier.

Bien cordialement.

M. T.

18:54 Publié dans Politique, société | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : prostitution, escort, escort boy, prohibition, abolition, femmes, hommes, couples | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Ce que les adversaires de la prostitution oublient c’est qu’il existe des femmes qui pour une raison qui leur est propre se prostitue occasionnellement.

Elles sont soit célibataires ou mariées. Vous ne les trouverez jamais sur un site de rencontre. Non, elles recherchent un homme en liant conversation à la terrasse d’un restaurant et selon affinité le reste découle tout naturellement.
Libertin, j’ai une dame mariée dans mon carnet d’adresses. Je la rencontre régulièrement et jamais il ne m’est venu à l’idée de la considérer comme une prostituée.

Alors que toutes les féministes se la coincent et s’occupent de distribuer durant l’hiver des soupes chaudes, des vêtements, des couvertures aux plus démunis au lieu de nous casser les pieds avec leurs éternelles jérémiades éculées.

Écrit par : Le passant ordinaire | 14 avril 2013

très beau témoignage retransmis! ce que dit le Passant Ordinaire rejoint l'avis de nombreuse femmes âgées mais qui se souviennent de tant de prostituées obliger de lever les jambes pour nourrir leurs enfants en fin de mois.Qu'on laisse celles qui ont malgré tout le courage d'exercer ce métier car s'en est un.On est tenté de dire aux éternelles ronchonneuses,qu'elles se taisent,la plupart critiquant simplement par jalousie
J'écrirais bien la phrase célèbre tant de fois entendue au sujet de l'Etat et de la religion mais j'en offusquerais beaucoup trop!

Écrit par : lovsmeralda | 14 avril 2013

Euh... ben pour calculer le % d'hommes parmi les clients, c'est simple...
Il faut faire 12,5/(12,5+0,06) et on tombe sur... 99,5% d'hommes clients, et donc, 0,5% de femmes clientes.

Ca m'étonnerait BEAUCOUP que le mouvement du nid ait fait 100-0,06 comme calcul o__O

Écrit par : Claire | 29 avril 2013

Il faut que Claire retourne à l'école.
D'abord, ce n'est pas 0,06 %, mais 0,6 %.
Pour calculer les pourcentages, il faut donc faire :
-   12,5 % + 0,6 % = 13,1 % de clients des deux sexes.
Puis :
-   0,6 : 13,1 X 100 = 4,58 % de femmes clientes.

Mais de toute façon, dans le domaine de la prostitution, les chiffres sont le plus souvent élastiques et fantaisistes.

Maxime

Écrit par : Maxime | 04 mai 2013

Les commentaires sont fermés.