10 avril 2013

Incitation à l’homophobie en France

Deux faits principaux sont relatés par la tribune de Genève de ce jour, sous la plume de Cathy Macherel. Un groupe nancéen, le GUD, aurait publié sur le net des images appelant à faire le coup de poing contre les homosexuels (image 1 ci-dessous, cliquer pour agrandir). Et à Paris un homosexuel a été violemment agressé et souffre de graves lésions à la tête. Selon l’association SOS Homophobie les agressions contre des homosexuels ont augmenté depuis le débat sur le mariage et l’adoption gay.


Réflexions suite à ces tristes informations.


mariagegay7-.jpgLa violence est inacceptable

D’abord il faut dire haut et fort que c’est inacceptable. Les agressions et la violence ne peuvent trouver aucune justification en démocratie. La violence contre un groupe social, la fabrication d’une victime désignée par son appartenance, est une forme de fascisme. En démocratie on peut avoir des visions et des analyses différentes et même contradictoires. On a le droit de les exprimer et d’appeler à voter pour le courant que l’on incarne. Le vote est la seule arme sociale acceptable puisqu’il introduit le débat où chacun a la possibilité d’intervenir.

Une décision politique ne peut être remise en cause que par de nouvelles élections et de nouveaux choix par une autre majorité. Que l’on soit d’accord ou non avec le mariage gay, seul le gouvernement peut y renoncer, ce qu’il ne fera pas malgré les manifestations de rue. Le passage à l’agression contre des personnes homosexuelles en raison de leur orientation sexuelle est aussi inacceptable que le rejet en raison de l’orientation religieuse, politique, culturelle. Ceux qui sèment la violence doivent entendre qu’ils sont seuls et ne trouvent aucun soutien dans la population.

Ensuite il faut aussi reconnaître le droit du désaccord. On peut avoir des raisons pour refuser un projet de loi. Cela suppose que l’on en parle. Les personnes homosexuelles ont pris une visibilité considérable par le coming out de certaines personnalités et par le débat sur le mariage gay. Cette visibilité entraîne la possibilité de parler d’elles, d’exprimer des points de vue différents de ceux soutenus par la majorité politique actuelle en France. On ne peut être à la une, vouloir les mêmes règles du jeu que tout le monde, et demander un traitement de faveur à cause de son appartenance sexuelle. Or c’est ce qui s’est passé, et qui pose problème. Le mariage gay est instauré au nom de l’égalité des citoyens. Mais en même temps l’orientation sexuelle de ces citoyens et citoyennes est mise en avant et fonde le projet législatif. Il y a ici un premier paradoxe: vouloir gommer toute différence sociale, tout en invoquant ladite différence. On comprend dès lors pourquoi le mariage gaymariagegay1-polemique-sur-le-mariage-gay.jpg est accompagné de théories sur l’indifférenciation des sexes: gommer la réalité des différences sexuelles est tenter de gommer leur réalité socio-culturelle. C’est d’autant plus paradoxal que la catégorie gay est très communautariste et cultive sa différence avec ses lieux de rencontre, sa presse, son langage, etc. Il y a une sous-culture homosexuelle.

Si l’on admet sans difficulté que les humains ont tous droit au même respect et aux mêmes droits fondamentaux, il en va autrement dès qu’un droit lié à une catégorie spécifique s’étend à des personnes représentant d’autres catégories. On sait que des lois sont votées pour la catégorie des femmes et contre la catégorie des hommes. Par exemple dans certains pays les lois contre le viol ne reconnaissent pas le viol par objet, excluant les hommes du statut de victimes potentielles. Les lois sur la violence domestique sont inspirées par et faites pour des femmes, et les campagnes publiques comme le discours des élus confirme cette catégorisation de la loi. La différence de sexe et de genre est donc un fait reconnu par le législateur. Il y a également des conditions pénales différentes selon le statut de la personne: enfant, handicap, etc.


Marqueurs sociétaux

L’égalité n’est pas un dogme absolu. L’égalité indifférenciée ne devrait logiquement pas définir de minorité sexuelle. Tous les humains naissent égaux en droits (art. 1 de la DUDH). Dans les faits l’égalité est différenciée et c’est bien. Si certaines lois sont universelles d’autres sont relatives à des catégories (sociales, professionnelles). En l’occurrence l’hétérosexualité et l’homosexualité ne sont pas des catégories identiques. Premièrement parce que la procréation est conditionnée par cette appartenance. Ensuite mariagegay2-gay.jpegparce que la nature a produit la différenciation par des millions d’années d’évolution, chez toutes les espèces, et que cela ne peut être effacé par quelques décennies de libéralisme avancé ni par un parti-pris tout culturel que rien ne fonde.

La culture induite par la différence des sexes est un marqueur sociétal fondamental, de même que l’orientation sexuelle est un marqueur sociétal. Le langage consacre ce marqueur: le mariage est défini comme l’union d’une femme et d’un homme. De même le mot couple signifie deux êtres de la même espèce et de sexes différents. On parle d’une paire de boeufs, pas d’un couple de boeuf. Deux chats mâles dans une maison ne forment pas un couple. L’abus de langage et la non-reconnaissance d’une valeur anthropologique de référence au couple hétérosexuel est visiblement vécu comme une violence morale et culturelle. La stigmatisation par le terme homophobe dès que l’on discute des lois de catégorie est une autre violence, et un déni du débat qui peut malheureusement inciter certain à avoir recours à la violence physique.

Les agressions verbales contre les couples hétérosexuels ces derniers mois (père de merde, etc) ont possiblement pesé dans l’accumulation de cette violence à l’encontre des personnes hétérosexuelles, et contribué à déclencher la violence à l’encontre de personnes homosexuelles. Ce qui n'excuse rien, évidemment.

On peut considérer les êtres et les situations comme différents, sans porter atteinte à l’intégrité des personnes et sans discrimination puisque, si l’on parle de la même espèce, on ne parle pas des mêmes catégories. Ces catégories sont vitales dans la situation parentale. Le fait d’être parent est une catégorie et induit des responsabilités particulières.mariagegay3- vu par Jean d'Ormesson.PNG Pour l’enfant aussi, le fait d’avoir des parents n'est pas pareil que de ne pas en avoir. Des parents homosexuels peuvent l’être juridiquement par l’adoption, mais ils ont toujours été précédés par des parents biologiques, qui sont toujours, forcément, femme et homme. On ne fait un enfant que par la rencontre d’une ovule et d’un spermatozoïde, même pour un couple homosexuel. La différenciation sexuelle reste prévalente dans la reproduction.


Légitimité du débat et violences croisées

La Convention Internationale des droits de l’enfant souligne que tout enfant doit avoir accès à son père et à sa mère. Dans la Procréation Médicale Assistée (PMA) ou dans la Gestation Pour Autrui (GPA) l’enfant n’a pas accès à ses deux parents. Ces deux formes de procréation sont contraires à la Convention du droit des enfants. Un enfant né de ces techniques doit connaître ses parents biologiques, son origine terrestre et biologique, et cela vaut aussi pour les couples hétérosexuels. Ces formes induisent un biais durable dans la représentation que l’humanité a d’elle-même. Si l’évolution des sociétés et des moeurs est normale, il y a toutefois des cadres de référence pérennes.

Ce débat est légitime pour tous les citoyens. De nombreuses personnes tiennent aux marqueurs sociétaux de base même s’ils reconnaissent le droit d’avoir une orientation sexuelle différente de la majorité. Le libéralisme est une chance pour les minorités différentes. Toutefois un statut de minorité, s’il n’empêche pas d’avoir les mêmes droits fondamentaux universels que la majorité, ne doit pas donner accès à des droits spécifiques de telle ou telle autre catégorie, à moins d’une réflexion sociétale approfondie et de raisons bien ancrées dans la conscience collective. C’est ainsi que des différences mariagegay5-homo....jpgfondamentales sont établies entre les corps professionnels - on ne pratique pas de chirurgie sans formation spécifique - ou autres - on catégorise les résultats sportifs selon le sexe dans de nombreux sports, et selon le poids et la carrure dans d’autres sports. De même on demande aux élus de donner au public des informations privées, uniquement parce qu'ils sont élus (l'égalité absolue devrait l'exiger de tous les citoyens).

Il y a des catégories, et des motifs non discriminatoires à ces catégories, ou dont la discrimination n’est pas un jugement négatif. Si la différence n’est pas en soi un motif d’exclusion, la gommer n’est pas miraculeusement un motif d’intégration. La différence doit être acceptée de manière consciente, cognitive, et non contournée ou gommée comme c’est le cas actuellement. Cette méthode du contournement ou du déni de la différence réservera de douloureux réveils: les anciens rejets n’auront pas été déracinés ou désamorcés. Ils reviendront. Débattre du mariage gay est donc non pas de l’homophobie comme le déclarent les imbéciles: c’est ouvrir la porte à une vraie reconnaissance de cette orientation sexuelle.


Conclusion

Ceux et celles qui sont opposés à l’usage des mots mariage et couple pour des unions homosexuelles, et/ou sont opposés à l’adoption par les couples gay, ont autant le droit à la parole que le lobby LGTB dont l’influence auprès du think tank Terra Nova a été décisive dans le programme de campagne de François Hollande. S’ils souhaitent une autre politique, ils devront voter pour une autre majorité pour autant qu’elle propose de défaire ce qui aura été fait par la majorité actuelle.

C’est la seule voie. La violence physique ne peut être ni justifiée ni admise.

16:07 Publié dans Politique, société | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Comme vous l'avez bien soulevé, la sous-culture homosexuelle est particulière et communautariste.
Le paradoxe est qu'elle est devenue à la mode chez les jeunes. Parce qu'elle se caractérise, entre autre, par le goût de la fête, et que cette mouvance a émergé dans un espace laissé vide par la société trop centrée sur ses soucis de survie économique avec de grands manques de perspectives futures. Cette sous culture festive, narcissique, jusqu'à égocentrisme propose une image qui contient toute la saveur de liberté décadente et d'exultation. C'est devenu une image "trendy", relâchée qui fait un pendant savoureux au resserrement des espaces de liberté que nous vivons au travail (l'excellence et les critères de qualités asphyxiants devenant incontournables partout), puis dans beaucoup de domaines publiques.

D'où l'effet de sympathie spontanée des jeunes adultes aujourd'hui , en particulier sur ce projet de loi. Effet sur lequel a surfé ce fameux lobby LGTB pour faire passer une loi qui touche des notions fondamentales, au profit d'intérêts d'une toute petite minorité au statut social plutôt aisé.

Donc dans votre conclusion, on pourrait supposer une autre voie possible de résolution; celle de l'effet violent de la crise économique qui pourrait créer une redistribution des priorités telle que ce genre de considérations passeraient en arrière plan, voir dans les poubelles de l'histoire.

Pour le reste, non cette violence directe n'est pas admissible !

Écrit par : aoki@romandie.com | 10 avril 2013

En effet Aoki, c'est une autre conclusion possible.

Votre commentaire devrait faire poser une question: comment montrer que la vie peut être belle et fun même quand il faut gérer l'asphyxie quotidienne?

A méditer!

Écrit par : hommelibre | 10 avril 2013

les gens en onts assez des lois communautaristes pro-féministes etc, ça va mal finir, à force de pousser les gens à bout avec ces lois d'exceptions tous ces gens donneurs de leçons c'est facile, ces pro de la propagande féministe et gauchiste, n'onts jamais personne en face, n'onts plus de limites mentent sonts pleins de mauvaise foi, non la violence est inacceptable, mais on en est au stade où tous les autres moyens de lutte sonts verrouillés, où les bien pensants onts toute inpunité dans leur propagande. pour défendre leurs idées ils ne risquent plus un duel au pistolet à l'aube par contre ils peuvent trouver en face d'eux l'exaspération qui peut finir en violence aveugle.

il vaux mieux que ces gens là prennent peur que l'on se retrouve en dictature féministe comme en suéde !!!

si on continue à être comme des moutons on finira comme en suéde, tout mais pas ça, on a déjà des exemples d'où peut aller le féminisme radical, prennons en conscience, si rien ne les arrêtes, elle n'onts pas de limites, elles veulent détruire le masculin émasculer les hommes, les dominer par tous les moyens.

Écrit par : leclercq | 10 avril 2013

"Votre commentaire devrait faire poser une question: comment montrer que la vie peut être belle et fun même quand il faut gérer l'asphyxie quotidienne? "

C'est une question de perspective, de futur dans lequel on peut se projeter. Quand ceci est présent, il devient possible de prendre les contraintes du quotidien de manière plus légère.

On peut beaucoup parler, faire du positivisme, mais l'impression générale reste que la dynamique posée dans les structures de la société mènent à l'impasse.
Sacrifier peu à peu le niveau de vie, restreindre des libertés ne mène pas à de meilleures jours. Même les ressources de renouvellement planétaire donnent des signes d'essoufflement.
Et la mascarade du monde politique et ses gesticulations sans visions, n'y change rien.
Chacun le sent probablement au fond de soi.
La projection dans le futur d'une énergie de vie dévie donc sur des renversement de valeur. Comme le mariage homosexuel et même la PMA et la GPA qui pour beaucoup représente l'évolution de la vie.

Ce mouvement étant le seul a briser des tabous, il est devenu le récipiendaire des projections de perspectives de vie.

Pour ma part, un premier tabou qui à la vie dure est celui-ci:
http://www.youtube.com/watch?v=eu7V_y3PEWM

En beaucoup plus court:
http://www.youtube.com/watch?feature=endscreen&NR=1&v=Lh1w2kCXcxE

Écrit par : aoki | 10 avril 2013

Je réfléchis depuis quelques mois aux raisons qui ont pu amener le féminisme - et aujourd'hui toute cette polémique sur le mariage homo - à prendre cette importance là en France.
Je crois que ça tient au système de valeur national, fondé sur l'égalitarisme (l'état) plutot que sur la liberté (l'individu), aussi étonnant que ça puisse paraitre concernant le mariage homo.

On est sur une moyennisation, tout doit être moyen, nivelé, lisse, équlibré, neutre. On a une phobie des extrêmes (extrêmes dans le cadre légal biensur), même si c'est prétendument le contraire; tellement peur des extêmes qu'on veut parfois absolument les rendre communs. Les femmes doivent être absolument moyennement féminines, les hommes moyennement masculins; si c'est pas le cas et qu'ils le sont trop, ce sera la faute au patriarcat. Aujourdhui avoir une identité sexuelle marquée, c'est se montrer sexiste. D'ailleurs ce n'est même plus suffisant, il faut moyenniser encore plus dans tous les domaines, les hommes doivent tenir des roles féminins et les femmes des roles masculins pour que la moyenne des deux s'équilibre, sinon ce sera de la discrimination. Tant qu'on sera sur le paradigme de l'égalité, et non celui de la liberté, les féministes se plaindront et on écoutera leurs plaintes au lieu de les envoyer promener. Dans ces conditions le féminisme et ses déclinaisons homos, a toutes les raisons de prospérer ici, je dirai même qu'il est dans son jardin.

Je persiste à dire que ce mariage homo là n'est pas la conséquence du libéralisme, mais au contraire d'une absence de libéralisme qui empêchent les individus de s'épanouir selon des aspirations qui leur sont propres et qui feraient fi d'une égalité handicapante, très loin des diktats de l'état. Alors je sais, si c'était le cas il y aurait toujours des homos qui voudraient se marier; mais quand bien même ce serait le cas, cela se ferait pour cette catégorie d'individu là, loin des théories du genre imposées à toute la population ici; autrement dit ça ne concernerait que eux et ils ne viendraient pas nous polluer avec leurs aneries, que ça aboutisse ou pas.
Mais en France c'est pas la même chose, avec ce crypto-marxisme omniprésent, l'esprit de ce pays, c'est inimaginable; en France le mariage homo ça veut dire à terme tous contraint d'être moyennement homos par des propagandes à l'école, dans les médias, par les politiques; c'est un pays assez intolérant mine de rien. Les extrêmes ça deviendrait nous, les gens un peu trop hétéro, inutile de dire qu'il voudront nous éliminer ou nous rendre comme eux, ce qui revient un peu au même. Voila pourquoi je suis opposé au mariage homo en France, je sais ce qu'il y a derrière, une intolérance qui prend le visage de l'égalité.

Écrit par : Didier | 10 avril 2013

@Hommelibre, n'êtes vous pas vous mêmes le porte parole de cette phobie?Vons ne faites que l'entretenir comme bien d'autres médias .Désolée ,mais beaucoup de lecteurs d'aujourd'hui sont saturés et je parle aussi pour ceux qui ne sont pas reliés à Internet et ils sont encore nombreux ,heureusement!
Les pannes sexuelles du mois de mai sont connues depuis la fin des temps ,a croire que préventivement parlant le fait de soulever encore et encore des problèmes de libido chez d'autres aide à certains à se sentir moins complexés? rire
j'écris en riant mais je le pense sincèrement!
très bonne journée pour Vous

Écrit par : lovsmeralda | 11 avril 2013

Lovsmeralda: je ne le pense pas. Faudrait-il se taire sur un débat de société aussi important pour éviter les errances violentes? Ce serait très dommageable pour la société.

Bonne journée à vous aussi!

Écrit par : hommelibre | 11 avril 2013

@Hommelibre,je ne dis pas qu'il faut se taire cependant à trop en parler c'est comme pour les déchets et containers vovageurs,rire/ on s'en lasse et le sujet n'intéresse plus personne du moins ceux qui ont après plusieurs années reçu leur AVS et l'on vu subitement diminué pour causes inconnues.On préfère dire inconnue afin ne pas montrer du doigt les incapables fleurissant les administrations et qui ne savent plus calculer .
L'homophobie est un sujet qui parcontre de nos jours ne devrait plus être d'actulité vu les nombreux scandales qui plaisent à tant de lecteurs qui s'en font même leur lecture de chevet.
Pourquoi être homophobe Steinfels avait déjà mis au parfum les Suisses avec la lessive Omo sans doute pour leur rendre la place qui est la leur,c'est à dire pouvoir vivre avec tout le monde comme ce fut et sans problème aucun.On les cotoie depuis toujours et sans les regarder de travers et surtout en n'ayant aucune peur de leur part puisque beaucoup travaillent dans les soins ou chez les coiffeurs et cela depuis Mathusalem
Ce qu'on demande c'est que l'Eglise ou les Sectes cessent de se méler de tout et n'importe quoi et qu'ils puissent se marier sans autre.
Parceque un doute existe et personne ne peut dire le contraire on a pas assez de recul,qui dit que les enfants génétiquement modifiés grâce aux ADN trafiqués ne soient pas tous Homos? personne
On sait qu'une partie des généticiens essayent de ralentir la démographie mondiale,quel meilleur moyen serait-il mieux adapté que celui-ci?
toute belle soirée pour Vous

Écrit par : lovsmeralda | 11 avril 2013

IL EST GONFLE LE CURE, MAIS IL A RAISON!

> > > > > > > > > Génial !!!!!!! bravo M. l'Abbé !


A la suite de la manifestation organisée par le maire de Paris pour la fin du ramadan, un abbé en tant que citoyen, demande une manifestation identique pour la fin du carême.Sa lettre ci-dessous :


A l'attention de M. Bertrand Delanoë
Monsieur le Maire de Paris,

> > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > Vous avez défendu auprès de M. le Préfet d'Ile de France la fête de rupture du jeûne du ramadan organisée par vos soins le 24 aout en lui disant qu'elle n'était "pas une manifestation culturelle ne correspondant à aucune fête religieuse musulmane,n'avait pas de caractère rituel, ne comportait aucune prière ou prêche religieux,s'agissant d'une manifestation à caractère artistique et festif "(d'après le journal Le Monde du 24 aout).


Eh bien, au nom du principe de l'égalité républicaine,je suis heureux de vous demander en tant que citoyen, la tenue par vos soins d'une semblable fête dans la semaine du 9 au 14 avril prochains pour fêter la fin du Carême.


Vous pourrez pareillement alors vous défendre de fêter ce qui n'est "pas une manifestation culturelle ne correspond à aucune fête religieuse chrétienne n'a pas de caractère rituel et peut ne comporter aucune prière ou prêche religieux s'agissant d'une manifestation à caractère artistique et festif ".


Confiant que vous saurez allouer une somme équivalente à celle que vous avez su débourser pour fêter la fin du ramadan , promouvoir cet évènement par une soirée télévisée au même titre que le programme « La nuit du ramadan » diffusé le 24 aout 2011 sur France 2 à 23 heures 35, et vous n'oublierez plus désormais de souhaiter un joyeux carême aux Parisiens sur les panneaux lumineux de leur ville comme vous le faites pour leur souhaiter un joyeux ramadan, de sorte que je n'ai pas à saisir l'Autorité compétente de lutte contre les discriminations et pour l'égalité, par avance, je vous remercie.
> >
PS : Peut-être ne le savez-vous pas, M. le Maire de Paris, mais vous être directement concerné,
l'islam sanctionne jusqu'à la peine de mort les pratiques homosexuelles condamnées par le Coran
(Arabie Saoudite, Iran.) (26.165-166 ; 29.28-30)...
> > > > > > > > > > > > > > > MAuteur : Abbé Pagès abbepages@gmail.com

Écrit par : leclercq | 12 avril 2013

1)Le Petit Robert 2007:
a. "Couple: Un homme et une femme réunis."
b. "Mariage: Union légitime de deux personnes dans les conditions prévues par la loi."

2) Trésor de la Langue française (dictionnaire de l'Académie française, disponible en ligne):
a. "Couple: Ensemble de deux personnes unies par les liens de l'amour, du mariage."
b. "Mariage: Union d'un homme et d'une femme, consacrée par un ensemble d'actes civils ou parfois religieux et destinée à la fondation d'une famille."

Conclusions?
- Vous ne pouvez pas affirmer aussi catégoriquement que le mariage signifie "l'union d'un homme et d'une femme" et le couple "deux êtres de la même espèce et de sexe différent". C'est bien plus compliqué que ça. Les mots ne sont pas des entités figées, immuables, ils possèdent une multitude de significations qui dépendent du contexte, et ces significations sont en constante évolution. Même s'il était vrai que le mot couple désigne uniquement deux êtres de sexe différent (ce qui n'est pas le cas), ce ne serait en rien une preuve qu'il est faux d'utiliser ce mot pour désigner deux homosexuels amoureux. La langue évolue constamment pour exprimer des réalités qui elles mêmes se transforment, il est donc tout naturel que de nouvelles acceptions/utilisations apparaissent.
- Comme tous les opposants au mariage homosexuel, vous ne prenez en compte que les définitions 1)a. et 2)b., et vous décrétez que ce sont les seules valables. Le fait que vous n'ayez même pas vérifié auparavant dans plusieurs dictionnaires (un seul n'est jamais suffisant) montre bien que cette conception vient de vous, et n'est pas basée sur une réelle étude de la langue.

P.S. Dans le Trésor de la langue française, on trouve la définition suivante de "couple", accompagnée d'un exemple qui devrait vous intéresser:
"Couple. B. Ensemble de deux animaux
2. Réunis pour un travail commun. Un couple de bœufs au labour"
:P

Écrit par : Laura | 16 avril 2013

http://ripostelaique.com/caroline-fourest-tres-beaucoup-sauvagement-agressee-a-nantes.html

super cette merde de bien pensants ça va leur apprendre à vivre, Caroline Fourest ne risque plus de défendre ses écrits en duel au pistolet au lever du jour, donc c'est bien un minimum ce qui lui arrive à vouloir mentir inpunément comme une bonne féministe misandre, ça devait finir par lui arriver ça les honnêtes gens en onts assez de ce genre de merde !!! on ne se laissera pas faire comme en Suéde, on saura faire peur à cette racaille comme elle le mérite , ces gens là style fourest n'onts aucun honneur.

Écrit par : leclercq | 17 avril 2013

Les commentaires sont fermés.