30 mars 2013

Les deux François

Les deux sont à la une. L’un grâce au nouveau pape, l’autre à cause de la télévision. Deux spectacles réunissant par hasard deux personnalités très différentes avec au moins un point commun.


france,françois hollande,françois d'assise,pape,rome,catholoque,pauvres,riches,pouvoir,socialiste,trierweiler,temps,élite,président,monsieur bricolage,L’un, François d’Assise, fils de riches marchands, a fondé un ordre mendiant. L’autre, François Hollande, est président de la République française, une puissance mondiale, depuis presque 11 mois. Il est issu lui aussi d’un milieu aisé. Mais il ne se consacrera pas aux pauvres. Il fera l’ENA et deviendra avocat. Leur point commun? Giovanni di Pietro Bernardone, dit François d’Assise, n’aimait pas la richesse. Il préfigurait d’une certaine manière un engagement social qui se développera au XIXe et XXe siècles. Voici ce qu’en dit l’historien Jacques Le Goff dans «A la recherche du Moyen Âge» (Ed. Audibert Points p. 86):

« François réagit ainsi à l’apparition de ces « nouveaux pauvres » que sont les miséreux des villes. Et l’on retrouve chez lui, très logiquement, la question centrale de l’univers marchand dont il est issu : celle de l’argent. « On va plus vite au ciel d’une cabane que d’un palais », disait-il en s’installant sur un lopin de terre à côté de l’humble chapelle de la Portioncule. »

François Hollande a cette même position à l’égard de l’argent: il n’aime pas les riches. Il le dit ouvertement.

Chez François d’Assise l’engagement suit les propos. Il fait voeu de pauvreté, refuse tout pouvoir et vit de presque rien. Il donne au monde un éclairage particulier sur ces citoyens déconsidérés que sont les pauvres et leur rend une dignité perdue. Chez François Hollande le chemin est autre. Il ne renonce pas à ses revenus ni à son patrimoine, et goûte au pouvoir sans le cacher. Rien ne l’oblige bien sûr à être un nouveau saint, même s’il sait faire usage dans sa communication d’une sorte de liturgie prophétique: «Moi président..., moi président...».

11 mois après la liturgie a fait long feu. La posture s’effrite, le débit verbal haché etfrance,françois hollande,françois d'assise,pape,rome,catholoque,pauvres,riches,pouvoir,socialiste,trierweiler,temps,élite,président,monsieur bricolage, anxieux qu’il avait réussit à ralentir reprend le dessus. Il stresse. Il subit. Le grand projet de réformer la France et de la rendre plus juste se résume à proposer une boîte à outils aux entreprises. Une boîte à outil, contre le chômage? Le décalage est criant. Il hérite en un soir du surnom de Monsieur Bricolage. Après Pépère, Normal 1er et le Pingouin, il paie cash le décalage entre ce ton prophétique et sa réalité d’impuissance.

La boîte à outils est une faute de communication. Comment ne pas prévoir qu’un tel terme allait être utilisé à son encontre, surtout sur une question aussi sensible que le chômage? Sylvie Neidinger analyse cette bourde présidentielle dans son nouveau billet.

François d’Assise avait un projet de vie: la parole de Jésus. Il ne créait pas de richesse mais donnait dignité et honneur aux pauvres. Il ne faisait aucune distinction entre le riche et le pauvre, le puissant ou le faible, et considérait tout humain avec un regard égal et un respect égal. Il ne forçait personne à le suivre, attendant que la conversion se fasse de l’intérieur chez ceux qui l’écoutaient.

François Hollande ne sera pas le frère des pauvres, même s’il dit ne pas aimer les riches. Le propos ici est électoral. Il ne sera pas le grand réformateur dont la France a besoin - mais en avait-il l’ambition? Ce n’est pas certain. Un président qui revendique la normalité france,françois hollande,françois d'assise,pape,rome,catholoque,pauvres,riches,pouvoir,socialiste,trierweiler,temps,élite,président,monsieur bricolage,est sur la défensive plus qu’en offensive, en repli devant l’image de puissance que donne le pouvoir. Il est également en défensive quand il demande aux français de lui laisser du temps. A aucun moment, même quand il tente la grosse voix ou le ton grave-sérieux, on n’entend cette puissance et cette détermination nécessaire. Petits bras.

Demander du temps n’est pas nouveau dans sa bouche. C’est une autre erreur de communication et un aveu de faiblesse pour une personne ayant la charge d’un pays. Un président élu décide, met en mouvement, applique un projet qu’il pousse et soutient. Il ne demande pas du temps. Il ne s’excuse pas, ne se défausse pas.

François d’Assise avait rompu avec son milieu. Il était fils d’une élite économique dont il s’était distancé pour être proche des gens qui sont sur le bord de la route. François Hollande fait partie d’une élite qu’il ne renie pas. Je parlais il y a peu dans un commentaire de l’élite scientifique qui vit dans une bulle, déconnectée de la population. Ici le président, issu d’une élite politique, est lui aussi déconnecté du réel. Au point de parfois de ne pas reconnaître ses interlocuteurs.

On a ainsi appris récemment, par deux journalistes présents, que lors d’un entretien avec france,françois hollande,françois d'assise,pape,rome,catholoque,pauvres,riches,pouvoir,socialiste,trierweiler,temps,élite,président,monsieur bricolage,le PDG d’Arcelor Mittal, Lakshmi Mittal (dont le fils travaille à la direction financière), Fanfrelande lui avait dit, au bout d’une heure, au moment de se séparer: «Best regards to your father»: «Salutations à votre père». A quoi Lakshmi Mittal lui a répondu: «C’est moi le père».


François Hollande: Monsieur Bricolage, en effet. Ou Monsieur Disconnect. C’est Madame qu’il fallait élire: c’est visiblement elle qui donne le mouvement.


P.S: J’ai mentionné hier le concert de la cathédrale de Genève: le Requiem de Maurice Duruflé. Je salue l’Ensemble Vocal Buissonnier et l’orchestre des Trois-Chêne pour leur interprétation magnifique. Profondeur, puissance, finesse, rendu parfait des colorations musicales autant que du message intérieur que délivre cette oeuvre. Une beauté bouleversante. J’aime cette pièce de longue date mais je ne l’avais encore jamais entendue en concert. Elle m’a rappelé ma foi d’enfance, toujours présente quelque part en moi, cette foi dans un ciel lumineux, dont je ne sais que faire alors que j’ai développé la raison et le doute comme des antidotes à l’aveuglement de la croyance et à la soumission.



P.S.2: L'Introit, par la Fairfax Choral Society. On ne devrait jamais écouter de la musique sur un ordinateur portable sans ajouter de bons hauts-parleurs...

Commentaires

Il y a François le premier des chrétiens et François le dernier des crettins !

Écrit par : octave vairgebel | 30 mars 2013

Une fois de plus, j'apprécie votre blog. Votre comparaison entre ces deux personnes est excellente : il ne suffit pas de vouloir être "normal" pour l'être, encore faut-il s'en convaincre.

Écrit par : MBA | 30 mars 2013

Le PS a son Monsieur Bricolage. Cela aurait pu être pire avec Monsieur Racolage et son matériel spécialisé pour offrir de belles érections aux Français:) Enfin pire, peut-être pas. Parce qu'avec François Normal, c'est la débandade qui s'accélère au pays du charme. Quoi de plus normal. On ne peut pas chasser le fric des riches et croire qu'ils vont docilement vider leurs poches pour l'Etat. Je crois que l'autre François aurait mieux converti Gérard Depardieu, pour ne parler que de lui, à sa bonne politique de Dieu...

Écrit par : pachakmac | 31 mars 2013

Merci MBA.

Écrit par : hommelibre | 01 avril 2013

Les commentaires sont fermés.