22 mars 2013

La révolution, une fausse bonne idée?

Je lis régulièrement des articles de blogs appelant à une nouvelle révolution politique. L’ennemi déclaré est en vrac le capitalisme, les médias, le nouvel ordre mondial, le libéralisme, la classe politique pourrie, les banksters, l’union européenne. Une révolution est-elle réaliste? Quels mécanismes l’alimentent, et de quel éventuel projet de société est-elle porteuse?


Chute-Icare.jpgTout va mal

Le mécanisme fondamental est de faire des listes interminables de ce qui ne vas pas dans un pays. Je lisais ce sondage effectué au pays où les citoyens sont maîtres en aut-dénigrement, la France, et relayé en vue de justifier une révolution:

- 56% des Français craignent le chômage,
- 65% estiment qu’il faut renforcer le pouvoir de décision de la France,
- 62% estiment que les politiciens sont corrompus,
- 72% estiment que le système démocratique fonctionne mal,
- 82 % estiment que les politiciens n’agissent que dans leur propre intérêt,
- 73% estiment que les journalistes ne sont pas indépendants.

Le mythe de la chute reste très fort dans notre culture. On pourrait évidemment faire une liste inverse et parler de ce qui va. Et surtout: comparer la société actuelle aux périodes pré-révolutionnaires. Les grands thèmes qui ont précipité les révolutions d’alors n’existent pas aujourd’hui. A l’époque les acteurs de la société médiévale, inégalitaire mais mutualiste, avaient perdu beaucoup crédit. La royauté absolue remplaçait déjà le système des trois ordres sans plus s’intéresser au sort des population rurales. La famine précipitait le peuple dans la rue. De plus la bourgeoisie commerçante montait en force et prônait un système libéral et un changement profond du système politique. Le «Siècle des Lumières», dont une des activités était d’éteindre les lumières brillantes du Moyen-Âge, avait posé les bases d’une nouvelle organisation sociale et roulait déjà pour le libéralisme. Il y avait un vrai paradigme nouveau à l’époque.

Deux points théoriques fondamentaux sont sortis de ce bouleversement: la liberté individuelle, donc le libre choix de sa vie, de ses idées, de son appartenance religieuse, entre autres. Et l’égalité, dont la démocratie et son droit de vote est une illustration forte: une personne, une voix. La société s’est largement réorganisée sur ces idéaux et le droit s’est fondé progressivement sur la question de ce nouveau paradigme: libre consentement, contrat, réciprocité, toutes notions élevant à un haut degré la liberté et en garantissant l’exercice généralisé.


Changer toutrévo-changer-de-vie.jpg

En même temps deux autres mouvements ont été décisifs dans les transformations sociales: l’organisation des pays autour d’un Etat centralisateur et le développement de l’industrie et du commerce mondial. Aujourd’hui, la différence majeure entre les idéologies politiques se situe autour du rôle de l’Etat dans l’organisation de la vie des citoyens et dans la régulation économique. Faut-il plus d’Etat, plus d’intervention centraliste, plus de contrôle sur l’économie, plus d’encadrement ou d’assistance au citoyen? Faut-il au contraire ne confier à l’Etat que les grandes fonctions régaliennes et desserrer son emprise sur la société?

Depuis la période de la Renaissance et plus encore depuis la révolution française et à sa suite, la notion de progrès s’est également imposée. Alors que la société médiévale, profondément religieuse, ne voyait comme mouvement que celui du retour du Christ, la culture qui a pris sa place a posé le thème du progrès en nouvelle prophétie: «Demain sera mieux». Le langage s’y est mis: on est progressiste ou réactionnaire. La technologie et la politique ont commencé à promettre un monde heureux, un monde sans peine, sans souffrance, libéré de l’accablement du travail, de la maternité et de la soumission. Nous sommes depuis lors dans un monde qui change constamment au point d’en être déstabilisé.

Le changement, dont on se méfiait au Moyen-Âge, est devenu un principe de vie et de société. La tranquille assurance médiévale dans le destin de l’humanité croyante s’est transformée en angoisse avec toutes les déclinaisons possibles dues au risque de non-performance ou de non-salut: économique, politique, sexuelle, intellectuelle. Aujourd’hui il faut avoir le nouvel iPhone, la nouvelle voiture, les nouveaux habits, aller dans le nouvel endroit à la mode, voter pour une nouvelle promesse politique, changer d’homme ou de femme, car l’ancien, ce qui existe déjà, est désigné comme la cause du manque de bonheur. Incapable de prendre vraiment sa vie en main l’humain demande à l’Etat le beurre et l’argent du beurre.


La révolution, page 8 du catalogue

Cette course en avant ne semble pas pouvoir être freinée par la sagesse des humains. On vote comme jamais dans la plupart des démocraties libérales. Certains voudraient voter encore plus souvent et disposer du pouvoir de mettre à la porte un élu à la moindre déception. Trop d’élus, pris dans l’angoisse de l’élection, passent une partie de leur mandat dans la séduction en vue d’être réélus. La pression écologique s’ajoute aux difficultés économiques: comment les humains pourraient-ils être content de ce qu’ils ont quand les médias et les politiques s’acharnent à nous peindre à monde sans foi et perdu? Il faut une dose énorme de confiance individuelle dans  la vie pour faire le contrepoids.

chute-perseverance-2.jpgLe désir de révolution me semble du même ordre aujourd’hui que le besoin obsessionnel de changement. Le catalogue moderne de ventre par correspondance propose la révolution en page 8, entre un nouvel ordinateur portable et les couleurs à la mode cet été. Pourtant le degré de liberté, le vote, la possibilité de créer son propre univers professionnel, de faire des études, entre autres, sont des facteurs dont nous n’avons pas encore pris la pleine mesure. La révolution française et ses suites ont instauré des principes que nous n’avons pas fini de perfectionner. Le monde est en travail. Beaucoup sont attelés à ce travail. Or une révolution, qui suppose une rupture violente, n’est jamais que l’imposition opportuniste par un petit nombre d’une pensée qui se veut globale ou du moins que l’on imposera comme telle. Le passé a montré  comment cela fonctionne. Qui peut encore être dupe? Qui peut croire que l’étiquette de progrès a encore un sens autre que de prendre le pouvoir à son propre compte en discréditant ses adversaires?

Une révolution n’est concevable que si elle a été préparée idéologiquement par des décennies de pensée uniforme, par une classe sociale capable d’entraîner le reste de la société dans son propre univers en utilisant à son profit des crises interne majeures comme par exemple une famine. Il ne semble pas que ce soit le cas aujourd’hui. Il y a beaucoup à perdre, et si peu à gagner. On peut améliorer le système. Mais une révolution a pour but de remplacer. Remplacer par quoi? Tout est là. La loi et les les moyens existent pour limiter et modifier ce qui ne fonctionne pas et pour sanctionner les excès (cartels, détournements, etc). Et puis tout le monde n’est pas pourri. Le «tous pourris» est le slogan facile de ceux qui ne se mouillent pas et qui voudraient avoir des solutions simplistes à la complexité du monde.

La révolution est un besoin compulsif de ceux qui, pour quelque raison, ne veulent pas reconnaître la force du système, ni mettre leur énergie à l’améliorer. Ceux dont le besoin personnel d’être héros prime sur le bien de tous. Il ne saurait y avoir de vraie évolution sociétale sans une dynamique personnelle de conscience. Or aucune des idéologies révolutionnaires aujourd’hui n’en propose. Une révolution ne saurait donc mener au pouvoir que de nouveaux oppresseurs, à côtés desquels on aura tôt fait de regretter les quelques politiciens malhonnêtes ou pleutres actuellement en place, et la poignée de grands patrons qui font payer chèrement l’essor qu’ils tentent de donner à leur entreprise.

15:14 Publié dans Philosophie, Politique, société | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : révolution, france, libéralisme, moyen age, lumières, démocratie, progrès | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

En France, je n'ai vu qu'un seul politicien proposer quelque chose de différent avec une authentique sincérité et sans être pris par le boulet de racines idéologiques. De la volonté, du pragmatisme, des idées claires avec une vision, et surtout n'a pas une envie narcissique du pouvoir. Il désigne les points qui font mal avec rigueur et cohérence.

Je parle de Nicolas Dupont Aignant.

Mais, il faut bien voir que son peu d'audience, provient du manque de sérieux, du goût pour le people, de la loi du buzz et le club privé de nantis snobs que sont devenus les médias français.

Les six points relevés dans le sondage sont réels et les médias portent une grande responsabilité sur le niveaux de l'information .

Ce que j'aime chez NDA, c'est son parlé vrai, sans contorsion vide de sens.
En fait la révolution réside dans cette disponibilité avec un regard qui a su s'extraire des grands appareils politiques qui ne proposent rien d'autres que la mise en scène de leurs images.

Faire une révolution, c'est au niveau de chaque individualité de se rendre libre des carcans idéologiques pour pouvoir agir de manière juste. C'est de redevenir vivant !

http://www.publicsenat.fr/lcp/politique/dupont-aignan-craint-france-devienne-un-pays-d-esclaves-riches-chinois-344954

http://www.dailymotion.com/video/xq4oij_dupont-aignan-guillotine-apathie-et-denisot_news#.UUyYi3AdNGg

Écrit par : aoki | 22 mars 2013

En fait c'est un peu un cercle vicieux, comment dénoncer ceux qui entravent l'accès au bonheur par leur négativisme, sans se montrer à notre tour négatif. On est pris dans un engrenage.

Personnellement je ne suis pas de ces gens anti-système, anti-capital, anti-plaisir, anti-métissage, anti-pathique, anti-chien, anti-nouveauté, anti-tout en fait. Un dénominateur commun à ces personnes est un certain passéisme, même si parler systématiquement de réacs pour désigner toute contestation d'une nouveauté est erroné et arrange bien les "progressistes", ça les dispense d'argumentation.

Je suis toujours surpris d'entendre des gens critiquer l'individualisme et ne proposer comme alternative que d'adhérer à leurs idées à eux! ben oui!
mais où est la diversité là dedans? où sont les reconnaissances de différences, d'aspirations, de vécus, d'intérêts individuels, de potentiels, toute la richesse inhérente à la complexité humaine? Nos sociétés manquent de tolérance, chacun prétend détenir la vérité absolue et universelle, et veut l'imposer aux autres.

En 2013 n'est-on toujours pas capable d'élargir le plus possible le champ des possibilités et coexister normalement sans qu'il y ait des moralisateurs étriqués qui viennent essayer d'imposer leur étroitesse d'esprit. Certains sont violents d'ailleurs derrière leur prétendue générosité et bienveillance révolutionnaire, eux qui ne sont pas égoïstes. Il suffit de voir certains communistes, ils sont quelque peu belliqueux envers ceux qui ont des idées contraires.

En fin de compte si nous écoutions ces collectivistes, en poussant la chose à son paroxysme, nous nous transformerions assez rapidement en colonie de fourmis ou en abeilles dans une ruche. C'est parfait ça pour assurer les besoins; se reproduire, se nourrir, peu ou pas de désirs propres, que des petits soldats ou ouvriers. Mais est-ce que c'est vraiment ça qu'on veut? Combien de temps on tiendrait à jouer ainsi les automates? Et surtout à quoi bon batir pour batir, pérenniser pour pérenniser, en tant qu'humain si soit-même on n'est pas heureux? Le bonheur, après tout n'est-ce pas l'essentiel?

Écrit par : Didier | 22 mars 2013

Les commentaires sont fermés.