21 mars 2013

The Great Gig in the Sky

C’est l’une des chansons cultes de l’album. Peut-être la plus originale parce le texte devient simplement chant, et le chant: cri. Ce ne sont plus des paroles, ce sont des vocalises, tantôt apaisées, tantôt paroxystiques.


pink floyd,great gig,pop,rock,waters,clare torry,La sortie de l’album «Dark Side of the Moon» eu lieu le 23 mars 1973, il y a juste 40 ans. Un album qui pose définitivement le groupe comme une des locomotives de la zik pop rock des années 1970. Les Floyds c’est d’abord un son reconnaissable de loin. Un côté planant, instrumental et vocal, sans pour autant dédaigner du rock appuyé - mais toujours esthétique.

Cette chanson, The Great Gig in the Sky, réussissait à emporter les spectateurs et auditeurs avec pourtant une suite d’accords très simple. Sa force est le chant de la choriste engagée pour créer la partition vocale: Clare Torry. La blonde du début dans la version live ci-dessous. Elle a posé cette vocalise qui a ensuite été reprise par d’autres choristes en duo ou en trio. A l'époque elle avait reçu 30£ pour sa prestations. Depuis elle sa été reconnue comme compositrice de la partition vocale et a récupé des droits d'auteur.

Cette musique étrange avait conquis la planète. En écoutant cette voix exprimer ainsi la peur et la mort (c’est ce qui lui avait été demandé en improvisation) on partage en réalité une forme d’extase musicale. Cela fait juste 30 ans et le morceau tient toujours la route.

Anywhere out of these world, in the sky. There will be a place to cry, to love and death, a place to be, maybe.


Ci-dessous, une version live. Pour les rêveurs et les mangeurs de nuages, il y a une version instrumentale posée sur une vidéo de nuages, que j'avais postée sur un billet rappelant le poème de Baudelaire, ici.


Voici le live avec Clare Torry, dont la vocalise est reprise ensuite par une autre choriste. Je pense que cela fera remonter quelques souvenirs à Colette. A cette époque le ciel était très fréquenté par les apprentis-oiseaux que des humains laissaient se déployer en eux. Les Pink Floyd avaient, sur leurs albums, aménagé régulièrement des pistes de décollage. Il y a en quelques belles aussi sur le disque du film More.



 

Et de More: Green is the color:

 

11:02 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : pink floyd, great gig, pop, rock, waters, clare torry | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

coucou Homme Libre,
on ferme les yeux,on est au dessus des nuages,le temps est suspendu,pas de limite,
bizzzouxxx!!!
http://www.youtube.com/watch?v=Gf1h2PMPCAo

Écrit par : Sarah | 21 mars 2013

Salut John. Une époque qui n'avait pas peur de vivre pour la liberté des peuples. Aujourd'hui, c'est plutôt chacun chez soi et que le reste du monde se démerde tout seul avec ses problèmes. Pourtant l'avancée technologique nous a tellement encore plus rapproché les uns des autres... Il était une fois une petite planète bleue qui rêvait de liberté et d'amour...

Écrit par : pachakmac | 21 mars 2013

En effet, vous ne vous trompez pas Homme Libre!
Des souvenirs très planants, partagés avec des amis, que sont-ils devenus?
Tout à fait d'accord avec Pachkmac, chacun chez soi...
Merci pour le lien, belle journée à vous.
Quelques jolis nuages encore rosés se baladent paisiblement au dessus de mon île.

Écrit par : colo | 22 mars 2013

Hello hommelibre,

Les Floyds ont accompagné ma vie, je me rappelle de leurs premiers concerts sous tente (Hamburg) entre deux stands à saucisses, cheveux aux reins éclairés par trois spots rouge/bleu/vert...puis leur venue à Montreux...

Votre morceau, tiré de la vhs "Pulse", 1994, que j'ai volontairement dégradé un poil, histoire du copyright...

www.absolom.ch/miouse/Nuage.wmv

et un bonus,

www.absolom.ch/miouse/Milieu.wmv

Se lit en faux streaming avec Window Média, je laisserais ces liens tant que l'on ne me tombera pas dessus :-))

Merci du souvenir

Écrit par : absolom | 22 mars 2013

Merci Absolom.

Quels gaillards ces Floyds!

Écrit par : hommelibre | 22 mars 2013

Chacun chez soi ce n'est vraiment pas les Pink Floyd : http://www.youtube.com/watch?v=h1fYDBib39s

Écrit par : Carol Scheller | 22 mars 2013

Oui hommelibre...et allez, délit de gourmandise :-))

Et toc, c'est de mise...

www.absolom.ch/miouse/Money.wmv

Et boum, pour clore en beauté...

www.absolom.ch/miouse/Wish.wmv

Après tout, on ne fait que rendre hommage...et pour les connaisseurs j'ajoute que "Pulse" a été émis en cd, mais enregistré un autre soir. Pas la même pêche, moins parfait que cette bobine vhs. Peut-être la trouve-t'on encore :-)

Deux heures et demie de pur régal

Voilà

Écrit par : absolom | 22 mars 2013

Lorsqu'on écoute Floyd Madame Scheller, on se fout de la planète entière voyez-vous ?

ON SE FOUT DE TOUT

Et savez-vous pourquoi ?

Parce que parfois on s'en prend le droit :-)

cordialement

Écrit par : absolom | 22 mars 2013

Des années après, on peut se rendre compte à quel point ces morceaux ont imprégné des pans entier de l'existence. Les Pink Floyd sont arrivé à maturité en osmose avec leur époque.
On n'arrive plus à distinguer s'ils l'ont créée ou s'ils en sont émergé.

Pendant quelques petites années le Floyd a été un creuset. La contribution vocale de Clare Torry en est la sublime démonstration

L'époque Barrett était diablement créative, mais un peu fouilli et le "sound" Floyd est devenu très populaire avec la patte de son nouveau guitariste David Gilmour qui a ajouté cette touche suave et planante si identifiable.

Écrit par : aoki | 22 mars 2013

@ Carol:

Initialement les Floyd faisaient une musique pour planer, pour rêver, pas pour se battre. The Wall a marqué un changement. Le concert de Berlin aussi. Ils ont ensuite suivi, semble-t-il, l'engagement charitable de nombreuses stars. On sait que la moralisation du statut de star ne va pas jusqu'à se dépouiller pour les pauvres, quand-même.

A propos du lien que vous mettez, je trouverais bien qu'ils chantent aussi: "Cessez d'armer le Hamas", ou bien: "Où vont les milliards de l'aide européenne?". Que l'on mette aussi les images des parents, ceux qui enseignent à haïr les juifs depuis l'enfance, ou ceux qui tirent des roquettes, ceux qui leur font la guerre depuis 1948.

We shall overcome c'est bien trouvé, c'était la chanson des droits civiques. On peut aussi la chanter pour Israël, pour le droit de vivre sur sa terre volée depuis 2000 ans, 2000 ans d'exil et de persécutions. J'ai été très touché par les accords d'Oslo et l'espoir qui s'était levé. Mais c'est un autre débat.

Écrit par : hommelibre | 23 mars 2013

Bien d'accord Aoki. J'ai même parfois eu l'impression qu'ils donnaient forme à des musiques qui existaient déjà à l'intérieur de soi. Ils ont osé bousculer les codes et explorer de nouveaux territoires.

"Les Pink Floyd sont arrivé à maturité en osmose avec leur époque.
On n'arrive plus à distinguer s'ils l'ont créée ou s'ils en sont émergé.

Pendant quelques petites années le Floyd a été un creuset."

Je plussoie.

Écrit par : hommelibre | 23 mars 2013

Les commentaires sont fermés.