19 février 2013

Amour amour

L’amour sans partage, l’attente fébrile de l’aimé et de l’aimée, qui font briller les yeux et trembler le coeur, sont des sentiments anciens. Le plus beau cantique l’illustre de la plus belle manière dans des images saisissantes, sensuelles et sensibles. Ce texte puissant et direct donne parole à l’aimée comme à l’aimé. De leur bouche coulent des mots caressant comme du miel, brûlants comme le soleil.


jument-poulain.jpgToi que mon coeur aime

L’aimée: «Dis-moi, ô toi que mon coeur aime, Où tu fais paître tes brebis, Où tu les fais reposer à midi; Car pourquoi serais-je comme une égarée Près des troupeaux de tes compagnons?»

L’aimé: «Si tu ne le sais pas, ô la plus belle des femmes, Sors sur les traces des brebis, Et fais paître tes chevreaux Près des demeures des bergers. A ma jument qu'on attelle aux chars de Pharaon Je te compare, ô mon amie. Tes joues sont belles au milieu des colliers, Ton cou est beau au milieu des rangées de perles.»

La scène est ancienne. Elle se déroule dans un désert de plaines et de collines, en Egypte. Les peuples de bergers et de rois vont tous les jours faire paître les troupeau. Le rendez-vous est donné: «Près des demeures des bergers». L’aimée nomme son fiancé: «Toi que mon coeur aime». Y a-t-il plus bel aveu qu’une femme puisse dire à un homme? La femme qui ouvre son coeur à l’homme lui offre le plus beau des cadeaux. Lui, le fiancé, compare l’aimée à l’animal le plus noble de ceux d’une tribu: une jument, une jument bénie qui tire le char du roi. Or on trouve déjà la jument dans une autre culture..

Belle comme une jument

Selon le texte de référence du Yi King traduit du chinois et de l’allemand par Richard Wilhelm et Etienne Perrot, et dont Jung a étudié le contenu, les deux premiers hexagrammes illustrent le Créateur et le Réceptif.

YiKing2.jpgDu Créateur il est dit: «K’ien, le Créateur, opère une sublime réussite, favorisant par la persévérance». Il est associé au masculin. Il est ajouté que celui qui consulte le livre «... recevra en partage un succès venant des profondeurs sous-jacentes aux événements de l'univers et que tout dépend du fait qu'il ne cherche son bonheur et celui des autres que par la persévérance dans la voie droite.»

Du Réceptif il est dit: «K’ouen, le Réceptif, opère une sublime réussite, favorisant par la persévérance d'une jument.» La jument est ce qui ajoute le caractère féminin. C'est l’incarnation face au monde des idées, ainsi que l'endurance et l'enthousiasme nécessaires pour accomplir cette incarnation. Le texte ajoute: «Si l'homme noble doit entreprendre quelque chose et veut se mettre en avant, il s'égare; mais s'il suit, il trouve une direction.» Dans l'utilisation du Yi King il ne s'agit pas de situations figées mais de moments différents.

Dans le Yi King, la jument est ce qui donne le caractère féminin au principe masculin. Il faut ici se garder de lire ce texte avec les yeux d’aujourd’hui qui poseraient un biais (homme actif, femme passive) que les textes originaux ne suggèrent pas. Le féminin et le masculin sont différenciés. Ils n’ont pas les mêmes fonctions, ni biologiques ni sociales. Il faut noter que la symbolique du Yi King ne contient aucune hiérarchie entre le Yin et le Yang, mais une chronologie: le Yang précède le Yin dans le déroulement des processus, comme l’Alpha précède l’Oméga, comme le plan de l’architecte précède la construction de la maison. Suivre signifie ici «venir ensuite dans l’ordre d’apparition des phénomènes.» On sait que dans toutes les sociétés les femmes sont très actives et que la passivité parfois évoquée en Occident n’a certainement pas le sens de «soumise» et «de moindre valeur» qu’on lui confère parfois aujourd’hui. Ce cliché n’est pas la réalité.

yiking1.jpgUn codage adaptatif

Le Yi King est un codage de l’univers. Dans certaines situations l’homme doit endosser un comportement relatif au Réceptif pour mener à bien un projet et la femme endosse un comportement relatif au Créateur. Des différences initiales de genre selon les sexes sont toutefois acceptées et certaines fonctions de base associées au masculin et au féminin transparaissent dans le livre. Par exemple la jument, en symbolisant ce qui engendre et réalise sur la durée, représente la mère qui engendre et donne naissance à une forme spécifique d'existence. Mais s'il y a une certaine prévalence de fonction pour chaque sexe, ces fonctions ne sont pas rigides. Le Yi King suggère une adaptation adéquate aux causes et effets de chaque situation. Ce codage est parfois si précis dans la lecture des situations humaines que j’en ai fait un outil de travail en coaching.

Le mot «jument» prononcé par le fiancé n’est pas anodin. Les échanges internationaux existaient depuis les premières civilisations chinoises et égyptienne. Des épices chinoises étaient vendues en Inde, puis prenaient la route de l’encens jusqu’en Egypte. On ne formait pas une caravane pour quelques kilos de Cassia ou de Gingembre. La caravane transportait un monde. Les échanges commerciaux étaient l’occasion d’échanges culturels. Il est possible que le Livre des Transformation, premier livre synthétisant la culture et la philosophie chinoise, vieux de plus de 2’500 ans, ait été connu par des voyages jusqu’au bord du Nil. Il est donc possible que la Bible, dont la pensée est plus orientale qu’on ne l’imagine, ait fait mention de la jument dans le Cantique des Cantiques, en référence au Yi King.

Retour à l'amourCANTIQUE DES CANTIQUES-20 CHAGALL .jpg

Les images du Cantique des Cantiques sont celles du monde où vivaient les gens:

L’aimée: «Mon bien-aimé est pour moi un bouquet de myrrhe, Qui repose entre mes seins. Mon bien-aimé est pour moi une grappe de troëne Des vignes d'En Guédi.»

L’aimé: «Que tu es belle, mon amie, que tu es belle! Tes yeux sont des colombes.»

L’aimée: «Que tu es beau, mon bien-aimé, que tu es aimable! Notre lit, c'est la verdure. Les solives de nos maisons sont des cèdres, Nos lambris sont des cyprès.»

L’aimé: «Comme un lis au milieu des épines, Telle est mon amie parmi les jeunes filles.»

L’aimée: «Comme un pommier au milieu des arbres de la forêt, Tel est mon bien-aimé parmi les jeunes hommes. J'ai désiré m'asseoir à son ombre, Et son fruit est doux à mon palais. Il m'a fait entrer dans la maison du vin; Et la bannière qu'il déploie sur moi, c'est l'amour. Soutenez-moi avec des gâteaux de raisins, Fortifiez-moi avec des pommes; Car je suis malade d'amour. Que sa main gauche soit sous ma tête, Et que sa droite m'embrasse!»

Ce texte est interprété par la religion chrétienne comme une allégorie de l’âme parlant avec son Créateur. Son intérêt est d’avoir pris comme modèle un amour humain dans sa force et sa pureté. L’amour humain accompli est peut-être l’illustration du monde spirituel.


Image 2: un hexagramme du Yi King. Image 3: Le Livre des gtransformation Yi King, ouvrage de référence. Image 4: Cantique des Cantiques, Walter Spitzer. Cliquer pour agrandir.

Commentaires

Je dois reconnaître que les textes sont recherchés même si je n'y goûte que très peu, appréciant la poésie à toute petite dose.
Force est de reconnaître que les déclarations actuelles sont quelque peu différentes :

- t'es bonne! t'es une coquine toi hein!!!!!!!j'vais tout te donner tu vas voir......

Mais au fond, qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse.

Écrit par : vali | 19 février 2013

Il y a quelque année en Espagne, j'ai entendu un ado qui soufflait admiratif ce compliment à une jeune fille " Eres un camión !!!" Ou quand la jument d'hier devient une belle mécanique aujourd'hui !


Et pour revenir au yi king ( que j'apprécie beaucoup)

Le texte relatif à une question sur une rupture renvoyait cette fois-ci, l'image de la vache à cette compagne de l'époque un peu volage:

Infortune imméritée.
La vache que l'on avait attachée est le gain du passant, la perte du villageois.
comme lorsqu'un homme passe sur le chemin et emmène avec lui une vache qui était attachée. Ce qui est gain pour lui est perte pour le propriétaire. En toutes choses, et même dans les affaires innocentes, on doit se conformer aux exigences de l'heure, sinon une infortune survient.

Comme quoi les comparaisons dépendent des circonstances :)

Écrit par : aoki | 19 février 2013

Le vin des amants

Aujourd'hui l'espace est splendide !
Sans mors, sans éperons, sans bride,
Partons à cheval sur le vin
Pour un ciel féerique et divin !

Comme deux anges que torture
Une implacable calenture,
Dans le bleu cristal du matin
Suivons le mirage lointain !

Mollement balancés sur l'aile
Du tourbillon intelligent,
Dans un délire parallèle,

Ma soeur, côte à côte nageant,
Nous fuirons sans repos ni trêves
Vers le paradis de mes rêves !

Charles Baudelaire

Écrit par : pachakmac | 19 février 2013

coucou Homme Libre,
amour amour ist ein wildes Tier,
jument et étalon sauvage alors,
le coeur qui s'emballe, c'est la chevauchée fantastique,
l'amour met le coeur en carpaccio,tout comme le cheval des Carpathes se retrouve en barquette findus,;))),
bizzzouxxx!!!

Écrit par : Sarah | 19 février 2013

@ Patoucha:


Vous seriez bien gentille d'essayer d'éviter de m'injurier, si ce n'est pas trop vous demander! Nous n'avons pas élevé les cochons ensemble que je sache!

Déjà que vous semblez avoir des lacunes en latin, n'y ajoutez pas la vulgarité et l'homophobie.

Écrit par : Διογένης | 19 février 2013

Hé le "Diogène" de pacotille ou plutôt son syndrome à force de cumuler les pseudos et les commentaires débiles.
N'est-ce pas le dingue Patoucha/Bo(urgeois)Con(servateur)!

Il est certain que vous avez soigné vos cochons tout seul dans votre porcherie!

Du vent!

Écrit par : Patoucha | 19 février 2013

@ Aoki:

En effet. Mais dans l'antiquité d'où le Yi King est sorti la vache était une richesse!...

C'est la civilisation moderne urbaine qui les dénigre... :-) C'est vrai qu'avoir une vache dans son studio ce n'est pas pratique....

Écrit par : hommelibre | 19 février 2013

Sarah,

Le cheval des Carpathes en barquette: j'espère qu'il a le pied marin!
Et pour la chevauchée fantastique:

http://www.wat.tv/video/extrait-rango-vf-chevauchee-3g451_2fjr7_.html

Pas érotique mais drôle!

Bizzzouxxx!!!

Écrit par : hommelibre | 19 février 2013

Les commentaires sont fermés.