17 février 2013

Révolution tunisienne: où étaient les hommes?

La Tunisie est un beau pays. Ses habitants sont en général d’une très grande gentillesse, et ont un grand sens de l’hospitalité, comme souvent dans les pays du Maghreb. Je n’ai pas revu la Tunisie depuis les événements qui ont chassé Ben Ali du pouvoir et du pays. Comme beaucoup je me suis passionné pour cette révolution en direct, cet enthousiasme du pays, cette aspiration à la liberté.


tunis2.jpgJ’ai de ce pays, et du Maroc, une opinion contrastée, à cause de l’omniprésence de la religion à laquelle je ne peux adhérer. La situation des femmes est un des points chauds pour un européen convaincu «naturellement» de l’égalité (pas de la similarité). En Tunisie les femmes de la capitale disposaient de longue date d’une grande liberté - conséquence de la politique de Bourguiba. Au Maroc, si l’homme est juridiquement chef de famille, la femme est présente dans tous les débats engageant la famille et la communauté. C’est ce que j’écrivais récemment:

«... dans l'Afrique musulmane les mères et aïeules ont une place très forte et écoutée. L'homme ne prend de décision qu'après qu'une discussion avec les femmes ait eu lieu, et si elles ne sont pas contentes de la décision elles le font savoir. Dans la réalité il est rare qu'un "chef de famille" (statut juridique) contrarie les femmes. On dit que l'homme a décidé, mais derrière c'est la famille et les femmes qui ont nourri la décision.»

Je n’engage pas ici de débat sur l’égalité, notion à la base juridique. C’est d’abord la liberté que les tunisiens ont demandé, ainsi que la fin d’un pouvoir autoritaire et voleur. La liberté est précieuse pour tous. Pour les femmes, pour les hommes. Je suis donc surpris de lire dans un blog qu’une journaliste «... j'adhère au combat pour la liberté des Tunisiennes.»

Questions: la liberté des tunisiens hommes est-elle établie, gagnée, si évidente qu'il ne soit plus opportun de la mentionner? Ont-il une liberté indiscutable? Les contestataires sont-il en sécurité dans leur pays? Non. La journaliste ajoute:

«Contre ces courant moyenâgeux, des femmes prennent des risques majeurs, l'agression, voire l'assassinat»: peut-être faudrait-il commencer par réétudier le Moyen-Âge avant de le prendre comme modèle négatif.

Ensuite, l'assassinat, c'est un homme qui en a été victime récemment, comme on le sait: pas une femme. C'est aussi le suicide d'un homme, pas d'une femme, qui a déclenché le mouvement.

Et combien d'hommes sont morts pendant les événements?
Un début de réponse ici:

«Après plus d'un an d'enquête entre hôpitaux, familles et administration, la commission dirigée par Taoufik Bouderbala dénombre 338 morts et 2174 blessés.

La plupart sont tombés sous les balles de la police de Ben Ali, responsable de 60 % des décès et de 96% des blessés ; mais la police a elle aussi a perdu 14 agents pendant la répression. Selon ce rapport de la commission nationale, 66% des tués l'ont été par balles : il s'agit d'hommes à 96%, originaires pour moitié du Grand Tunis, et des bastions de la contestation dans le centre déshérité du pays : Kasserine, Gafsa et Sidi Bouzid, la ville d'où révolution est partie.»

Et aussi selon 24matins.fr:

«Ce sont surtout des hommes qui ont été tués ou blessés et principalement dans les grandes villes.»

Où étaient les hommes pendant la révolution tunisienne? En première ligne. Ils mourraient sous les balles des policiers. Ils mourraient pour la liberté des femmes et pour celle des hommes. Eux aussi adhéraient à la liberté. Le féminisme politique s'inflitre lui comme un cancer, s'accapare des esprits et falsifie non seulement l'Histoire passée mais aussi celle qui se déroule sous nos yeux. Son communautarisme n'a d'égal que son mépris des hommes.

«... j'adhère au combat pour la liberté des Tunisiennes.» Les hommes tunisiens, eux, adhèrent à la liberté des femmes autant qu’à celle des hommes.

21:05 Publié dans Féminisme, Philosophie, société | Lien permanent | Commentaires (20) | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

J'ajoute deux liens vidéo qui sur l'ensemble montrent la présence des hommes en première ligne, gravement blessés, à l'hôpital, dans la rue, sous les coups, sous les balles. Les femmes ont bien sûr été une force vive mais dans les journées les plus tendues ce sont les hommes qui s'exposent et qui meurent pour la liberté.

http://www.youtube.com/watch?NR=1&feature=endscreen&v=bNJSGEY6jdA

http://www.youtube.com/watch?v=cVmLmuetfr4

Écrit par : hommelibre | 18 février 2013

Ce matin, je suis enfin allée lire le billet de M. Vallette et j'ai constaté que les hommes n'ont pas été tout à fait oubliés :

"Contre ces courant moyennâgeux, des femmes prennent des risques majeurs, l'agression, voire l'assassinat. Elles sont heureusement appuyées par de nombreux hommes qui tiennent aux libertés de leurs compagnes, et aux leurs, puisque les islamistes ne s’arrêteront pas à l'asservissemetn des femmes. Et ces hommes aussi prennent de grands risques, on l'a encore vu tout récemment."

Écrit par : Calendula | 19 février 2013

j'écrirais plutôt que ce sonts les femmes qui appuyent les hommes 96% de morts sonts chez les hommes, et ce sonts d'abord les hommes qui prennent de grands risques vu les pertes !!!

Écrit par : leclercq | 19 février 2013

Bonjour, leclercq,
A aucun moment n'ai-je contesté cela.
C'est absolument prouvé et attesté. J'admire leur courage et leur sens du sacrifice, leur idéalisme. L'Histoire finira par donner raison à ces hommes.
Ceux qui seront cités nommément comme des héros, ce seront eux.
Je pense en particulier au jeune homme qui s'est immolé et qui a ainsi allumé l'étincelle de tout le mouvement.
Mais est-il pour autant interdit de parler du 4 % de femmes ?
Si vous lisez simplement le passage ci-dessus, il me semble qu'on n'est pas dans le déni du rôle primordial des hommes.
Le statut des femmes est, d'après ce que j'ai pu comprendre, changé par la nouvelle constitution. C'est un aspect, mais il y a encore d'autres problèmes en Tunisie.
C'est une histoire de rapports de forces qui dépasse de loin le clivages hommes-femmes.

Écrit par : Calendula | 19 février 2013

Calendula, la formulation est ambiguë. Elle laisse penser que la révolution s'est faite pour leurs compagnes et qu'eux n'ont pas demandé aussi pour eux-mêmes cette liberté. Comme s'ils étaient libres sous l'ancien régime. Le biais demeure.

Je n'ai pas gardé de copie du billet. Y a-t-il eu retouches faites après coup? La phrase sur les hommes qui prennent de grands risques était-elle déjà là? Je n'en suis pas certain. Mais je dois laisser le bénéfice du doute faute d'avoir la preuve. Si elle y était, cela n'enlève rien au biais. Que sont les grands risques? L'assassinat. Qu'elle le dise clairement puisque cela s'est produit et que 96% des morts sont des hommes. Qu'elle cite la liste des femmes assassinées en Tunisie, et celle des hommes.

On est supposé avoir affaire à une journaliste professionnelle, ne l'oublions pas. Et bien je préfère les blogueurs avec leurs imperfections que des professionnels qui biaisent l'information. Pour moi sa méthode journalistique n'est pas honnête. Ce n'est pas mieux que ce qu'elle reproche à 15 minutes. C'est même pire.

Écrit par : hommelibre | 19 février 2013

inutile d'argumenter, homme libre, n'avez vous pas remarqué que le dogme resiste toujours au choc avec la vérité?
On vous dit que le révolte tunisienne est une révolte de femmes pour les femmes, cela doit suffir, exactement comme l'article que publie aujourd'hui libé qui vous démontre avec les bons chiffres qu'en France ce sont toujours les femmes qui souffrent le plus de la pauvreté et de la précarité. Un des arguments imparable c'est quelles sont plus nombreuses a toucher le RSA ...

Si d'aventure vous passez sous les ponts ou devant les foyers de sans abris, et que vous comptez les SDF, ou si vous vous posez la question de savoir si tout le monde est aidé de la même manoière pour obtenir le RSA ou un toit, vous risquez d'avoir une autre impression, mais fiez vous a l'analyse des spécialistes payés pour ça, eux ils savent, il n'ont pas besoin d'aller voir ce qui se passe vraiment.

Écrit par : pat | 19 février 2013

@pat,
Ca ne sert effectivement à rien d'argumenter. A moi non plus.
Il est écrit ceci par M. Valette :
" et aux leurs, puisque les islamistes ne s’arrêteront pas à l'asservissemetn des femmes. Et ces hommes aussi prennent de grands risques, on l'a encore vu tout récemment."
Ce n'est pas mon billet, je suis juste allée le lire, par curiosité, parce qu'il en était question ici.
Je n'insinue rien du tout et je ne prends même pas position.
J'essaye juste de dire que les hommes n'ont pas été passés sous silence et qu'on a droit de dire que 4% des personnes ayant perdu la vie étaient des femmes ( selon les chiffres de leclercq)
Rien de plus rien de moins.
(J'aurais effectivement pu ou dû passer mon chemin, parce que déjà d'aller copier un passage du billet incriminé est de trop ! )

Écrit par : Calendula | 19 février 2013

« Révolution tunisienne: où étaient les hommes? »


Mais, du bon côté de la matraque et derrière les crosses des fusils, pardi...!


C'est pas tout de s'interroger sur le sexe des victimes... Ce serait peut-être aussi pertinent de se demander qui sont les bourreaux!

Écrit par : Διογένης | 19 février 2013

Et ces bourreaux qui sont-ils? qu'est-ce que vous essayez de nous dire Διογένης?

Moi ils me semble que d'après les chiffres dans cette révolution c'est encore les hommes qui sont allé au charbon et certains l'ont payé de leur vie, pendant que les femmes s'attribuaient des louanges médiatiques et sirotaient du thé à la menthe.

Écrit par : Didier | 19 février 2013

Remarque intéressante qui montre le biais de tout débat aujourd'hui, dès lors que l'on critique les vaches sacrées ou les idolâtries:

Sous le billet de M. Valette se trouve aujourd'hui ce commentaire:

"PS – j’ai remarqué hier au soir qu’il y avait un commentaire particulièrement misogyne d’un certain HL alias JG. Pourquoi ce commentaire a-t-il disparu "

Un commentaire particulièrement misogyne? Je n'ai mis aucun commentaire sous ce billet de M. Valette. J'en avait mis un sous le billet précédent à propos de l'excision, et elle ne l'a pas publié ni y a répondu (ce qui m'a incité à écrire moi-même un billet sur le sujet).

Si donc il y a eu un commentaire de moi chez M. Valette c'est que quelqu'un l'a recopié ici et collé chez elle. D'une part il n'y a rien de misogyne dans mes propos. Contester la place dominante des femmes dans cette révolution alors que 96% des morts sont apparemment des hommes et qu'un homme politique vient de se faire abattre n'est que rétablir la vérité. Misogynie ici? Je me fous bien des jugements à l'emporte-pièces.

D'autre part cela montre bien les accusations faites d'emblée, les stigmatisation, contre ceux qui veulent déboulonner l'idole Feminista et ses mensonges ou détournements.

Écrit par : hommelibre | 20 février 2013

A moins que quelqu'un ait usurpé mon pseudo. Il y a un internaute qui s'est amusé à signer plusieurs fois en mentionnant ma propre adresse courriel.

Écrit par : hommelibre | 20 février 2013

Bonjour,
Si les hommes sont ainsi méprisés et pas reconnus par celles (ceux) qu'ils défendent, une option : ne pas combattre !

Écrit par : Marcus-25 | 20 février 2013

@ Didier:

« Et ces bourreaux qui sont-ils? qu'est-ce que vous essayez de nous dire Διογένης? »


À votre avis???

Les bourreaux sont les êtres humains qui manient la matraque et le fusil contre les manifestant(e)s. Ce sont les êtres humains qui imposent par la force et la violence des armes leurs volontés idéologiques/politiques à la population civile, en Tunisie, en Libye, en Syrie, au Mali, en Afghanistan, au Pakistan, en Russie, en Corée du Nord, etc., etc., etc....


N.B.: J'ai sciemment utilisé le terme neutre « être humain », histoire de vous laisser quand même un peu de réflexion... À vous de faire le reste du chemin, et découvrir le genre des « bourreaux ».

Écrit par : Διογένης | 20 février 2013

Qui sont ces bourreaux? hum... je dirais des policier(e)s tunisienn(e)s.
Comme celle-là :
http://www.harissa.com/news/article/tunisie-lib%C3%A9ration-de-la-polici%C3%A8re-accus%C3%A9e-davoir-gifl%C3%A9-mohamed-bouazizi-0

"J'ai sciemment utilisé le terme neutre « être humain », histoire de vous laisser quand même un peu de réflexion... À vous de faire le reste du chemin, et découvrir le genre des « bourreaux "
Je crois plutot que c'est parce que vous n'assumez pas vos positions misandres. Dites les choses clairement si vous n'avez rien à vous reprocher.

Écrit par : Didier | 21 février 2013

Διογένης , les bourreaux sont des hommes, les victimes sont des hommes (à 4% près) vous insinuez sans doute qu'il s'agit d'une affaire d'hommes et que les femmes n'ont rien a y faire. je vous soupçonne de vouloir réhausser le piedestal du "genre feminin" éternel victime du l'ignoble patrircat et patati et patata.
Par ailleurs quand il y a 4 % de victimes qui sont des femmes c'est de la violence faite aux femmes qui méritent seules la compassion, par contre je serais interessé de voir comment on peut appliquer cette règle interessante a la violence conjugale, ou les hommes tués sont 25% des victimes. Et pour corser le raisonnement mathématique il semble que 100 % des hommes tués lors de violences conjugales l'ont été par une femme....

Écrit par : pat | 21 février 2013

@ Didier:


« Je crois plutot que c'est parce que vous n'assumez pas vos positions misandres. »


Ce n'est pas de la misandrie, mais la réalité des faits...

Cela dit, c'était plutôt naïf de ma part; je pensais que vous seriez capable de reconnaître l'évidence: la quasi totalité (ok, moins 0,00001% pour l'unique exemple que vous agitez fièrement...) des personnes qui matraquent et abattent les manifestant(e)s _hommes et femmes_ sont des hommes.

Mais bon, c'est invariablement la même chose: on a beau prouver par les chiffres que la terre est ronde, il y en aura toujours quelques-uns pour affirmer mordicus que la terre est plate!

Écrit par : Διογένης | 21 février 2013

@ pat:


Je ne cherche pas à « réhausser le piedestal du "genre feminin" »... Entre nous, vous le faites très bien vous-même, avec vos propos débilisants, et ce bien malgré vous!!


C'est juste que ça me les brise de voir des gugus se cacher derrière leur petit doigt, cracher sur les femmes en leur mettant tout en n'importe quoi sur le dos, et excuser/oublier le fait que les gens qui tirent sur les foules, d'hommes et de femmes, sont des hommes.

Vous me faites penser à ces abrutis intégristes qui préfèrent mettre un "sac" sur les femmes plutôt que d'avoir l'intelligence et le courage de maîtriser leurs propres pulsions...


Quant au sujet de la violence conjugale, je vous laisse lire l'étude ci-dessous, ça devrait vous occuper un peu...

« L’asymétrie des comportements amoureux : violences et passions dans le crime dit passionnel »; P. Mercader, A. Houel et H. Sobota.
( http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=SOCO_055_0091 )

Écrit par : Διογένης | 21 février 2013

étude malhonnête lis ces femmes elles sonts honnêtes. tu nous présente une étude biaisée orientée, que tu cautionne, donc tu est un malhonnête.

http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article208

http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/entretien-avec-sylvianne-spitzer-57815

Écrit par : leclercq | 22 février 2013

" des personnes qui matraquent et abattent les manifestant(e)s _hommes et femmes_ sont des hommes."

évidement dans ces pays où les délires d'égalité ne sonts pas à l'ordre du jour, il y a trés peu de femmes flics, chez nous maintenant les patrouilles se fonts à trois, avant c'était deux hommes parce qu'une femme n'est pas capable d'appuyer physiquement son collégue homme et oui les hommes et les femmes ne sonts pas indifférenciés, euh par exemple des CRS femmes ça va pas le faire, moitié moins de force physique qu'un homme dans le haut du corps. et là c'est exactement le cas.

Écrit par : leclercq | 22 février 2013

Les propos misandres nauséabonds de notre interlocuteur volontairement caché derrière son pseudo indescriptible, m'évoquent quelque chose de très sombre, notamment avec sa référence sur la terre ronde ou plate.

Quand les idées deviennent aussi réelles et intangibles que les règles de l'arithmétique, l'idéologie est totalitaire, ce n'est pas moi qui le dis mais Hannah Arendt dont j'ai lu le livre sur "Les origines du totalitarisme".

Ici, nos féministes brandissent systématiquement des chiffres pour promouvoir leur idéologie en faisant fi de la réalité. Depuis quand les chiffres représentent-ils la réalité ? Les chiffres sont des données qui privilégient l'aspect technique à l'aspect humain, autrement dit elles sont bien souvent truquées et proviennent de sources partiales pour contrôler les esprits.

Il s'agit pour ces technocrates de dicter à la population comment elle doit penser avant d'expérimenter quoi que ce soit. Cela renvoie aussi à George Orwell qui démontre par sa théorie que l'esclavage parfait serait celui d'obtenir de quelqu'un qui croit que la neige est chaude lorsque le pouvoir le lui dit, plutôt que de suivre sa propre expérience qui lui enseigne qu'elle est froide.

Ma propre expérience me conduit à penser que le mal n'a aucun genre, et que le sexe féminin, dont la communication est le point fort, va privilégier la violence psychologique, et il a d'ailleurs, de tout temps, été capable de manipuler le sexe masculin au moins autant que l'inverse.

En Tunisie, il est même probable que Ben Ali ait été dominé par sa femme tyrannique Leila. La seule différence à mon avis est que l'on voit plus d'hommes sur le front tout simplement car les femmes ont tendance à vouloir dominer et tuer sans se salir les mains. Autrement dit, c'est la lâcheté et la perfidie de ces femmes qui font de leur genre une communauté idéalisée.

Les chiffres n'indiquent naturellement rien sur les phénomènes psychologiques et ne démontrent pas la vénalité plus accentuée et plus cachée des femmes au sens général. Par définition, ils ne peuvent pas être représentatifs d'une réalité quelconque.

Écrit par : John | 26 février 2013

Les commentaires sont fermés.