16 février 2013

Un drôle de genre

La tour de Babel foudroyée sera-t-elle déclassée dans le top 10 des monuments virtuels du passé? On se souvient, selon la légende biblique, qu’après le Déluge les humains survivants entreprirent de construire une tour très haute pour toucher le ciel. Dieu, pas content du tout, leur joua l'embrouille: il mélangea leurs langues et ils ne se comprirent plus. Allez donc terminer un gratte-ciel quand les consignes ne sont plus claires et que chacun fait dire aux mots ce qu’il a envie.


Babel.jpg- Passe-moi des briques, dit l’un!
- Tiens, dit l’autre en lui apportant un bol de lait de chèvre.

La tour de Babel et ses centaines de langues n’est rien à côté de ce qui nous attend. Si le mariage, dont la définition est l’union d’un homme et d’une femme, est détourné de son sens collectivement admis, si le genre ne repose plus sur des marques claires, chacun peut dès maintenant revendiquer ses lubies. Normalement ce n’est pas à la politique de faire évoluer le sens des mots: c’est à la poésie et à la littérature. Quand la politique se mêle de refaire le dictionnaire la police de la pensée n’est jamais loin.

Mais amusons-nous. Partant du principe que le masculin et le féminin sont initialement destinés à signifier la différence de sexe, et que le sexe concerne ce qui est vivant sur Terre, pourquoi met-on un genre particulier aux mots qui désignent des choses? Si les choses n’ont pas de sexe: pourquoi auraient-elles un genre? Et même en admettant qu’elles aient un genre, pourquoi l’un plus que l’autre?

Le choix du féminin ou du masculin n’est au fond qu’une convention, une décision admise par tous. Au nom de la liberté individuelle on devrait avoir le choix de définir les choses par le genre qui lui plaît. Exemple: «Le musicien joue du guitare et chante dans la micro.» Ou encore: «Le voiture a une pneu crevée.» On peut aussi varier: «Le France est une grande pays.»

Ah mais non, ça ne va pas! Il faut la même convention pour tout le monde sinon on ne se comprend plus. Et alors? Pourquoi devrais-je subir la loi de la majorité? Aujourd'hui chacun fait dire aux mots ce qu’il veut. D’ailleurs n’est-ce pas une Femen qui, à Paris, réclame «une» pape? Bon, d’accord, les Femen ne sont pas une référence, et je crains que chez elle ce soit de l’inculture puisque le mot «papesse» existe. Je commence à me demander si elles ne seraient pas payées pour démolir le féminisme. Ou soutenues par le gouvernement: après que Fanfrelande se soit amusé publiquement aux dépens des cathos, les femmes-slogans achèvent de stigmatiser la religion la plus répandue en France. Après les riches salauds, les catholiques. A qui le tour? Le pouvoir et les délinquantes se radicalisent, l’un se servant des autres comme d’idiotes utiles. Enfin, les catholique savent pour qui ils ne voteront plus en 2017.
esperanza-spalding.jpg
Cela pour en venir à Dieu. Les hindous ont des déesses et des dieux, les juifs une divinité sans genre, les chrétiens ont identifié Dieu au père. Faudrait-il dire dorénavant Dieu la mère? Ça ne change rien. Dieu peut-il avoir un sexe? Meuh non! On dit «Dieu le père» pour lui attribuer quelques caractères de la fonction paternelle: protéger, aimer, représenter les principes, punir. Si l’on disait «Dieu la mère» on attribuerait à Dieu les caractéristiques de la maternité, du soin et de la consolation. Ce qui ne collerait pas: il y a des mères qui punissent et des pères qui consolent. Mais si Dieu était une femme, il faudrait qu'il soit mignonne. Pas comme une Femen, ça ferait drôle de genre. Et puis Dieu, s'il existe, ne cherche pas désespérément le buzz. J'opte pour Esperanza Spalding, jazzwoman, qui ferait très bien l'affaire en Dieu femme. Il pourrait même y avoir des vocations.

Dieu n’a pas de sexe. Il s'est lui-même privé de ce plaisir pour en écarter les tourments. D’ailleurs personne ne croit réellement qu’il s’agit d’un monsieur avec une quéquette et une barbe mal rasée. Par contre ses serviteurs en ont un de sexe, l’église catholique le prouve. Les protestants ont eux depuis longtemps ordonné des femmes à la fonction de pasteur. L’animisme reconnaît les femmes chaman.

Un ecclésiastique français, Mgr di Falco, s’est employé avec humour à broder sur le sexe de Dieu et sur la fin de toute trace religieuse dans la société civile, comme par exemple la suppression des jours de congé d’origine religieuse ou le changement du nom de Noël en Fête des enfants. L’Histoire ayant horreur du vide, gageons que la déchristianisation sera remplacée par d’autres croyances. Ainsi le 10 mai pourrait devenir un jour férié en France en souvenir de l’élection de François Mitterrand. On verrait Fanfrelande afficher son sourire béat sur la télé officielle du pouvoir. France 2 repasserait en boucle l’épopée politique de l’ancien collabo devenu président de gauche. Et les Femen montreraient leur fesses pour changer un peu. Le public s’étant lassé de leurs cris elles pèteront en rythme sur l’hymne national.




09:49 Publié dans Humour, Politique | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : france, mariage, genre, hollande, di falco, masculin, féminin, dieu, gauche, mitterrand, femen | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Il s'agit ici d'un billet d'humour, on est d'accord.
Réfléchir sur les genres des mots est un passe-temps réellement amusant et "Ein Tisch ist ein Tisch" de Peter Bichsel est un grand classique du...genre.

Personnellement, le sexe des anges et de Dieu ne m'ont jamais véritablement préoccupée, mais j'avoue avoir été surprise en bien, le jour où j'ai entendu que le Saint -Esprit avait souvent été considéré comme un principe féminin. Pour commencer, parce que le mot dans la Bible hébraïque qui désigne "le souffle" serait féminin.

Voici donc un peu de pneumatologie, passage piqué dans le "Encyclopedic Theosophical Glossary" :

"En Occident, le Saint-Esprit constitue habituellement la Troisième Personne de la Trinité chrétienne. La forme traditionnelle de la Triade primaire philosophique et cosmogonique est la Père-Mère-Fils avec l'aspect féminin figurant à la fois la Mère et la Soeur du Fils[1] . Le Saint-Esprit est, strictement parlant, le principe féminin dans la Trinité chrétienne, et dans la Christianisme primitif était considéré comme le second principe dans l'ordre d'émanation ou de procession, alors que, plus tard, l'Occident, mené en ceci par l'Eglise Catholique Romaine, transféra la position du Saint-Esprit du Second au Troisième[2]. Ainsi, l'ordre original était le Père, le Saint-Esprit ou la Mère, et le Fils, alors que l'Occident parle aujourd'hui du Père, du Fils et du Saint-Esprit ; et cette différence d'opinion qui se manifesta au Moyen-Age fut l'un des grands facteurs de division au sein de l'Eglise Chrétienne entre l'Eglise Occidentale et l'Eglise Orientale (ou Grecque Orthodoxe). Dans le Christianisme, il est dit que le Fils est Dieu manifesté au travers d'un homme particulier ; le Saint-Esprit étant l'esprit divin oeuvrant au sein de tous les hommes et les amenant à entrer en conformité avec l'image du Fils ou Christ."

Écrit par : Calendula | 16 février 2013

Très intéressant Calendula. Cela complète la vision un peu simpliste que l'on peut avoir. J'ignorais cette acception du Saint-esprit, ainsi que le "déplacement " dont il a été l'objet.

La trinité fait partie pour moi des aspects alambiqués du christianisme. Je peux comprendre le mécanisme d'incarnation proposé et la place qu'il laisse à l'individu et à l'esprit, ainsi que l'intérêt de présenter Dieu sous l'angle humain, le rapprochant des humains, ou les rapprochant de lui. Mais je reste perplexe quant au culte de la personnalité généré par cette trinité ainsi que l'explication alambiquée qui fait passer d'un "père" virtuel à un fils matériel.

Dans la symbolique chinoise, le père est le Ciel, "l'idée", qui contient toutes formes en potentiel, générateur d'archétypes et de modèles virtuels, et la mère est la Terre, qui permet aux formes virtuelles de s'incarner. Il n'y a pas de hiérarchie entre le principe féminin et le principe masculin, sauf une "hiérarchie" chronologique: le Ciel, le potentiel, précède la Terre, le manifesté. Jusque là on peut trouver une certaine concordance avec la Trinité.

Après il y a une divergence. La Terre est par nature tout ce qui est manifesté, incarné. Donc le Fils au sens chrétien, en tant que fruit du Père, doit aussi être lié à la Terre et au principe féminin. En fait dans la symbolique chinoise l'Homme est au milieu, entre le Ciel et la Terre, et sa nature n'est pas totalement définie, mais en tant que manifesté il appartient à la Terre, et en tant qu'idée il appartient au Ciel.

Dans cette philosophie la différence de genres et de sexes est reconnue, assumée, acceptée comme fondamentale pour engendrer la vie, avec une préséance du masculin en tant qu'idée mais pas dans une hiérarchie de valeur.

Écrit par : hommelibre | 16 février 2013

A propos de l'intérêt de présenter Dieu sou l'angle humain, il y a cette chanson magnifique de Joan Osborne "What if God was one of us".

Dans les paroles de cette chanson, Dieu n'apparaît pas comme l'entité à laquelle il faut obéir, celle à laquelle on vouerait le culte de la personnalité.
Surtout la fin du texte force le sourire.

http://www.youtube.com/artist/joan-osborne?feature=watch_video_title

Écrit par : Calendula | 16 février 2013

Bien vu cette chanson Calendula. Forte, même pour un athée mystique comme moi n'ayant pour seule certitude que d'assumer ses paradoxes... On s'approche d'une conception métaphysique de Dieu, quelque chose qui n'a plus ni forme, ni nom, qui n'appartient à personne en particulier, ni à un livre, ni à une hiérarchie ou à un clan, quelque chose dont le livre est écrit en nous-même.

Et superbe interprète et arrangement musical.

Écrit par : hommelibre | 16 février 2013

..."Dont le livre est écrit en nous-mêmes". C'est cela. A la recherche du Livre perdu. Travail de toute une vie, art et culture compris, expériences vécues et recherche du chemin qui nous relie, nous rassemble, et nous pousse à aimer plutôt qu'à haïr. La vie se propulse vers le futur entre l'attraction pour des oeuvres bénéfiques à notre humanité ou des oeuvres maléfiques destructrices de notre humanité. Notre Livre intime nous guide. Faisons-lui confiance. Lui sait mieux que tout ce qui est bien ou mal pour nous.

Écrit par : pachakmac | 16 février 2013

Les commentaires sont fermés.