08 février 2013

L’orgasme enseigné dans une université

L’Université de l’Illinois aux Etats-Unis organise une semaine de cours sur l’orgasme pour les étudiants résidents du campus. Parmi les intervenants, une ancienne actrice porno des années 1970-1980, Annie Sprinkle, viendra parler des sept orgasmes. En apothéose de la semaine, un atelier pratique d'orgasme est prévu.


sexualité,orgasme,cours,université,sprinkle,porno,hommes,femmes,Sept orgasmes?! De quoi retourner sept fois sa langue dans sa bouche - ou ailleurs - avant de se vanter de ses exploits, messieurs. Avez-vous souvent transporté votre compagne dans une telle galaxie? Sept orgasmes comme sept soleils! C’est là où l’histoire du petit tailleur prend son pesant de crème fraîche: sept d’un coup!

On se demande cependant pourquoi les étudiants et étudiantes auraient besoin de cours universitaires pour apprendre l’orgasme. La génération montante est-elle si peu curieuse qu’elle n’explore pas d’elle-même? Où est la fougueuse liberté des campus, où sont les expériences orgiaques décrites dans certains ouvrages? La recherche du plaisir ne devrait-elle pas nous inciter à expérimenter par nous-mêmes, à provoquer des sensations inattendues, à inspirer aux partenaires des extases qui, en effet retour, nous transportent dans un monde d’infinie jouissance?

Infinie, pas vraiment. Cela s’arrête, on le sait. Plus vite chez les hommes dont la mécanique du plaisir est différente de celle des femmes. Mais alors pourquoi faire un atelier animé par une femme? Pourquoi ne pas faire appel à un animateur homme, acteur de porno, qui expliquera comment tenir des heures sans éjaculer tout en prenant et donnant un max de sensations? Durer et multiplier les pics sans la chute sont les deux mammelles d'un plaisir renversant. Toujours au bord mais jamais noyé - sauf au final où sexualité,orgasme,cours,université,sprinkle,porno,hommes,femmes,théoriquement les deux partenaires explosent sans réserve de toute l’énergie engrangée.

Annie Sprinkle, qui contrairement aux apparences n'a pas le melon (image 1), est l’exemple qu’il y a une vie après le porno. Elle s’est reconvertie éducatrice du sexe.

L’atelier pratique est annoncé pudique. Pour l’expérience des sept orgasmes les filles seront habillées. C’est moins drôle mais plus suggestif. Imaginez une main qui se balade dans le jean: l’imagination s’emballe mieux que si tout est montré.

Pour les garçons on ne parle pas de sept orgasmes. Ils devront se contenter d’un seul. Pourtant, il ont eux aussi plusieurs manières d’entrer dans le plaisir. Peut-être que la vue des filles râlant en choeur et publiquement dans une salle de conférence, transpirantes et agitées de spasmes langoureux, leur donnera envie d’en savoir plus.

On ne sait si un examen sanctionnera la semaine, avec par exemple des questions à coït multiples. Les garçons seraient incités à décrire les sept orgasmes féminins. Autant dire que c’est comme décrire le Graal. Difficile et si merveilleux. Mais si mystérieux aussi. Beaucoup sécheraient - ce qui n’est pas pratique en l’occurrence, une certaine humidité étant favorable au glissement des idées. D’autres donneraient leur langue à la chatte. Ce qui, du point de vue des relations entre femmes et hommes, est assez fun.

Mesdames, vos lèvres sont un paysage, un abîme, que dis-je: un univers! De quoi créer des vocations de peintres, d'astronautres - et de spéléologues...

09:23 Publié dans Humour, Santé, Science | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : sexualité, orgasme, cours, université, sprinkle, porno, hommes, femmes | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

coucou Homme Libre,
whouaouhhh, quelle déesse cette femme, faut la canoniser de suite,elle nous ouvre la voie vers les 7 portes du 7 ème ciel,j'en suis bouche bée,;))) bizzzouxxx!!

Écrit par : Sarah | 09 février 2013

Et dire que certains font tout un foin lorsqu'une femme consentante développe l'orgasme de son partenaire masculin.

Si vous cherchez à savoir pourquoi c'est pas un homme qui enseigne ces choses qui sont très peu importante pour la marche de l'humanité et de la société il ne faut pas chercher bien loin.

Les pays anglo-saxons et particulièrement aux Etats-Unis sont les pays de la misandrie suprême, où la parole de la femme prévaut à celle de l'homme contrairement en Arabie Saoudite.

Cette dualité rétrograde/progressiste commence à me courir

Écrit par : prometheus | 12 février 2013

Les commentaires sont fermés.