19 janvier 2013

La somptueuse arrogance de Lance Armstrong

Cette fois c’est dit par lui-même. Il s’est dopé. Beaucoup, passionnément, à la folie. Il a menti. Sa repentance me laisse assez froid. C’est de saison. Saison froide, saison de repentance. Drôle de salade qu’il nous sert le Lance, avec son epo-sauce et son testo-piment. Salade de saison. Le rampon. Rampons devant les médias. Ou la mâche. Mâchons notre amertume à devoir s’humilier face à l’assemblée invisible des téléspectateurs.


lance armstrong,vélo,tour de france,dopage,mensonge,alpes,ventoux,anquetil,aztèque,cancer,testicules,podium,La prêtresse n’a que le pouvoir de l’écran. Elle ne peut octroyer ni sanction ni pardon. De toutes façons quelle importance? Les aveux d’Armstrong remplissent la petite case poubelle et seront vite oubliés.

Je n’aime pas ce système de repentance. Je n’aime pas le pouvoir exorbitant de juge donné à un public anonyme. Le public il faut lui dire ses quatre vérités. Il voulait du spectacle, du sensationnel? Il l’a eu. Lance en a vécu, et le public a vécu de lui. Le deal est rempli. C’était du chiqué? Il a quand-même bandé au coup de pédale de Lance quand celui-ci démarrait comme une flèche au pied d’un col mythique de l’arc alpin.

Le public donc est repu. Trompé mais repu. A une époque ou des sites internet encouragent aux rencontres adultérines, la tromperie n'a plus guère d'importance. Le public a digéré ses chips et bu ses bières devant sa télé pendant que son amant pédaleur le trompait avec une seringue dans les coulisses de l'exploit. Public subjugué, ou au contraire jaloux, enragé de voir l’insolence de l’américain. En plus, un ricain. Pensez donc. Il a déclassé un autre grand dopé mais jamais destitué: Jacques Anquetil. Les mythes tombent comme les feuilles d’automne.

De toutes façons, les médias, la télé, leur seule fonction est de remplir l’instant d’assez d’intensité pour que l’on ne zappe pas. Lance a servi quand il gagnait, il sert encore aujourd’hui quand il perd tout. C’est un bon produit média Lance. Un héros sombre. Un dieu devenu maudit. De la cime à l'abîme. Ça c’est de la belle histoire.

Mais la téloche n’est qu’un média de l’instant. Gérard Holtz n’est pas Victor Hugo.
Personne pour raconter durablement cette folie qui s’empare des hommes, tous, quand il y lance armstrong,vélo,tour de france,dopage,mensonge,alpes,ventoux,anquetil,aztèque,cancer,testicules,podium,a une place à prendre. Revanche contre son cancer, goût immodéré de la première place, culot sans borne du mensonge, somptueuse arrogance de celui qui gagne à tout prix, roulant sur la ligne de crête entre la lumière des sommets et l'obscure voix du mensonge. C’est l’image du monde moderne. Il y a les quelques-uns qui occupent les marches du podium. Pas beaucoup: les organisateurs n’ont prévu que trois marches. C’est le système. Et les autres qui regardent. Les vaches regardent bien passer les trains.

Armstrong avait ce visage du fou qui veut tout gagner. De la locomotive moderne type années 1960. Du dieu aztèque, coiffé de cette couronne surréaliste, bandant de toutes ses couilles. Magnifique! Aujourd’hui sa belle arrogance me manque. Aujourd’hui il rampe. Il mâche son amertume. Il se couche. Merde! - je l’aimais mieux avant. Je ne devrais pas, je sais. La vérité est préférable au mensonge. Le dopage est mauvais pour la santé. Il a truqué les enjeux. Il a donné le mauvais exemple.

Oui, mais voilà, finalement je préfère me rappeler de ses démarrages en côte. Car même dopé, à côté d’autres dopés, il fallait le faire. Pourtant au début il m’irritait. Trop sûr de lui. Un vieux fond de culture européenne chez moi: les gagnants doivent bien avoir un  vice caché. Lance en avait un. Il confirme. Mais malgré cela j’ai fini par l’apprécier. Alors aujourd’hui, voir sa repentance décharnée comme un vieil âne maigre à qui l'on ne donne plus que des coups de pied, voir le coq devenu limace et se mangeant lui-même, je n’aime pas. C’est irrationnel et totally subjectif. J’assume, et je comprends qu'on lui en veuille. Mais dans un siècle de l'image, boostées par la toute-puissance du petit écran, ses victoires avaient plus d'allure que ses larmes de gamin pris en faute - l'envers de son endroit.

Lance, ta belle arrogance en énervait plus d’un. Ils sont maintenant satisfaits. Toi tu avais pris ta revanche sur ton cancer des testicules. Eux prennent leur revanche sur toi. Tu es leur cancer des testicules. Eux pédalent de la bouche.

Mais c’est pas demain qu’on les verra grimper le Ventoux avec la langue.

 



19:24 Publié dans société | Lien permanent | Commentaires (27) | Tags : lance armstrong, vélo, tour de france, dopage, mensonge, alpes, ventoux, anquetil, aztèque, cancer, testicules, podium | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Il avait le cancer et il semble en avoir guéri. Il s'est dopé "comme une bête" et il a l'air en bonne santé. Si tout cela est vrai, il y a là matière à réflexion, n'est-ce pas?

Écrit par : Mère-Grand | 19 janvier 2013

Et comment Mère-Grand! Ça bluffe tous les naturopathes intégristes de la terre!

(Ouf, je fais partie des insoumis...) :-)

Matière à réflexion aussi: comment il a trompé les instances, comment il était facile de les tromper. On peut - peut-être même on doit, par souci de justice - se demander combien ont passé entre les gouttes. L'icône est abattue. Il en fallait un. Le système global n'est pour autant pas questionné.

N'empêche, il était fort, Lance, et j'ai envie de lui rendre hommage. La dope ne fait pas tout.

Écrit par : hommelibre | 19 janvier 2013

Bonsoir John. Sacré billet à la survitamine! J'aime bien. Pour ma part, j'ai préféré la sortie tragique de Marco Pantani, un vrai pirate insoumis celui-là. Et quelle classe dans les cols...forcément moins fort dans les contre-la-montres et les étapes moins montagneuses que Lance. Marco c'était une Ferrari maquillée, un gars qui n'aurait pas voulu la triche mais qui savait que sans la triche, son moteur ne pourrait pas halluciné pareillement tout le public et tout le parterre de journalistes se rassasiant de pareils exploits surnaturels... C'était bien le cas. On ne verra plus jamais un Marco Pantani sur l'Alpe d'Huez...

Bon. Passer l'examen de conscience, il faut le dire et l'écrire. Certaines des plus grandes stars du show-bizz, aussi certains grands hommes et grandes dames de la science, se sont mis des torchées aux barbituriques et autres substances illicites. C'est pas pour cela qu'on les a déchues de l'Olympe. Le hic, dans l'affaire Armstrong et Cie, c'est que ces Messieurs signent une charte de bonne conduite et n'avouent jamais leurs nombreuses sorties de piste. Et pour cause. Ils ne peuvent plus courir et sont disqualifiés en cas de prise de dope. Car la dope, ici et contrairement aux stars du show-bizz, sert au résultat, une victoire, une performance. Oui, c'est vrai, certains écrivains, par exemple, ont écrit de grands textes sous prise de came. La génération beat, par exemple. Cependant, la prise de came, chez les artistes, ne configure pas à la réussite d'une performance. Elle est simplement une dérive plus ou moins grave et avérée de l'artiste vers des substances interdites. Le sportif, lui, utilise la dope comme système de performance et de réussite. En égard aux sportifs propres, il y a triche et escroquerie. Des mecs qui bossent durs pour arriver au sommet sont reléguer à l'arrière-scène par des arrivistes qui leur volent les victoires grâce à des artifices interdits par la loi du sport. C'est un peu comme si on acceptait une bonne fois pour toute que les banques et les traders nous dépouillent de notre travail afin de s'enrichir illégalement et en toute impunité... L'injustice d'un système pourri qui relègue les gens intègres, fidèles aux principes d'honneur du sport, dans les oubliettes de la compétition... Il y a comme un énorme malaise. Vous ne trouvez pas?

J'étais un temps en faveur du droit au dopage avec obligation médicale d'informer sur la méthode et les produits. Hélas, être cobaye de la médecine sportive et risqué sa peau n'est pas un comportement éthique. Cela signifierait que tous les cyclistes, par exemple, devraient se doper pour avoir une chance de gagner des courses. Donc que tous les cyclistes deviennent aussi des candidats éventuels au suicide. Remember Simpson au Ventoux... Donc, il est pratiquement impossible d'être partisan du dopage généralisé,sauf à devenir extrêmement cynique et considérés les sportifs comme des bêtes de cirque qu'on lâche dans l'arène avec des morts prématurés ou des maladies incurables se déclarant plus tard... Peut-on humainement cautionner pareille dérive? Peut-on dire à nos enfants de faire du sport pour être en bonne santé et en même temps les envoyer au massacre de leur vie pour celles et ceux qui veulent devenir champion dans tel ou tel sport? Je suis certain que vous répondez "non" à cette question. Voilà pourquoi Armstrong et les autres sont surtout coupables. En instaurant le principe généralisé de dopage, il tue l'humain qui est en nous et ils entraînent le monde dans une spirale infernale où le cynisme l'emporte sur toute autre idée saine de compétition, de loyauté, et de camaraderie entre sportifs. C'est leur faute, leur très grande faute.

Arriverons-nous à dépasser cette folie sportive du dopage? Rien n'est moins sûr. Mais espérons que les jeunes sportifs de demain sauront êtres plus intelligents, plus humains, moins égoïstes et surtout moins menteurs et tricheurs. On ne demande pas la perfection. On demande des sportifs qu'ils sachent prendre leurs responsabilités de champions et qu'ils s'interdisent les choses qui sont interdites par le code déontologique de leur sport qui est aussi leur profession. Si vous trichez et mentez sans cesse à votre employeur ou votre épouse, John, vous croyez sincèrement que vous allez garder votre job ou votre place de mari longtemps?...

Bonne fin de nuit à vous.

Écrit par : pachakmac | 20 janvier 2013

Pachakmac, vous avez raison. Bien sûr vous avez raison. Vos arguments ne sont guère discutables quand on compare deux sportifs, dont l'un voudrait rester propre et sait qu'il sera distancé par l'autre qui est chargé. On le sait: mettez un peu d'éther dans le réservoir de votre mobylette, elle va se prendre pour une moto. Jusqu'à ce que le piston serre ou que la culasse pète.

Ou alors ( je rigole) on pourrait officialiser le sport à deux vitesses. D'un côté les amateurs, contrôlés, pas chargés, de l'autre les pro, nouveaux dieux du stade, passant les Alpes à une telle vitesse que Pantani le Magnifique ferait penser à un bambin en tricycle. Un certain nombre mourrait à chaque course - ce qui permettrait une saine rotation des talents! Pour ceux qui tomberaient sans panache, nous aurions une zapette interactive et nous pourrions décider de le sauver ou de l'achever... Au fond nous serions comblés: il y aurait à la fois le miroir de l'humain en nous - les amateurs qui peinent - et de l'inhumain - les pros prêts à tout...

:-)))))))


Pour revenir à Armstromg, ses aveux sont probablement fait selon une stratégie précise. Se montrer assez humble, assez victime du système, pris dans une spirale, pour éviter des conséquences pénales trop graves, et peut-être pour faire revenir des sponsors dans sa fondation contre le cancer (car son argent a aussi servi à cela). Mais cette confession est alors trop stratégique. Il y manque l'aigle, celui qui assure sans broncher, qui dit: "Oui, je l'ai fait, consciemment, j'assume, je l'ai voulu, personne ne m'a contraint. Je ne pleure pas, je suis aussi fier et droit dans mes bottes que quand je gagnais."

Ah, là, il y aurait eu du panache. Mais des années de prison aussi...

Bon dimanche Pachakmac!

Écrit par : hommelibre | 20 janvier 2013

Billet et commentaires super intéressants et qui placent cette histoire au-delà du cas individuel.
Comment continuer la lutte antidopage en général et dans le cyclisme en particulier ?
Le problème numéro 1 à mes yeux : le parcours du Tour de France est devenu tellement exigeant, qu'il pousse à la triche. Tout pour le spectacle.
Par ailleurs, je journal "L'Equipe" n'a pas cessé d'accuser Armstrong, pendant toutes ces années.
Cet acharnement était interprété comme de la mauvaise foi placée sous le signe du cocorico, mais à présent, force est de constater que les spécialistes avaient raison de penser que tout ça était trop beau pour être naturel.

Écrit par : Calendula | 20 janvier 2013

On peut aussi lire autre chose dans les exemples d'Armstrong et de Pantani, ou de Virenque à l'époque: la légèreté apparente avec laquelle ils montaient, cette grâce qui soulevait l'enthousiasme, étaient des images idéales, rêvées, de l'Homme surpassant sa propre condition. Il y a quelque chose de l'ordre du mythe, de l'humain qui va côtoyer les dieux avec une facilité digne de la mythologie grecque.

Mais cette grâce, cette légèreté, cette facilité n'ont été possibles que sous l'effet d'un puissant stimulant. Aurait-il pu en être autrement? Sommes-nous déconnectés de la vraie vie, du corps, pour que l'image aérienne proposée par la télé devienne la nouvelle réalité, illusoire certes, plus proche du jeu vidéo que de l'effort et de la pesanteur, mais si jouissive?

Peut-on imaginer que tous les faiseurs d'exploits étaient secs, non chargés? Imaginerait-on un commando de forces spéciales devant libérer des otages, passer 48 heures sans dormir et sans avoir pris au moins des amphétamines pour tenir le coup? Je ne sais pas, mais je me pose la question. Quel est le prix de l'exploit, du dépassement? Un patron qui monte sa boîte passe 12 heures par jour, sans vacances pendant des années. A quoi tient-il?

Autrement questionné: une vie non boostée pourra-t-elle produire des exploits qui tirent en avant?

Autre question: avons-nous besoin d'exploits? La réponse semble oui vu que cela dure depuis la nuit des temps. Le dépassement de soi est un moteur dont on ne saurait se passer.


La bulle du dopage, pour se dégonfler, devrait-elle s'inscrire dans le dégonflage d'une autre bulle, plus globale, qui inclut les risques pris par la finance pour faire de l'argent uniquement sur des données faussées (Kerviel)? Le dégonflage aussi de la croyance en notre capacité à nous affranchir de l'Histoire, ce qui remet en cause tout le courant productiviste et positiviste actuel?

Faut-il redescendre sur terre et retrouver le sang, la sueur et les larmes? Les héros ne redevenant dès lors que des personnages de romans?

Écrit par : hommelibre | 20 janvier 2013

@hommelibre au cas ou ,vous avez un intru qui a ressorti votre article du 8 juin 2008

Écrit par : lovsmeralda | 20 janvier 2013

Quel cirque autour de cette histoire. Ces détracteurs qui le traitent d'avoir honteusement triché et qui applaudissaient ses performances montre au combien qu'ils font croire qu'à l'époque c'était impensable qu'Armstrong soit dopé. Armstrong a triché parmi d'autres tricheurs. Pourquoi être honnête dans une épreuve sportive quand les autres ne le sont pas?

Armstrong est une page du dopage qui se tourne pour lire une prochaine suite à la page suivante.

De plus les coureurs cyclistes sont majeurs; ils sont assez grand pour savoir qu'ils jouent gros avec leur santé en s'injectant des produits dangereux. Avec les scandales liés au dopage les milieux sportifs ( fédérations ou médias ) s'inquiètent souvent plus des futurs résultats sportifs erronés que la santé du sportif lui-même.

Alors pourquoi ne pas légaliser le dopage? Ce sera peut-être la meilleur des solutions pour mettre sous le nez des sportifs la dangerosité du dopage pour la santé. Parce qu'avec une légalisation; fini la langue de bois. On pourra débattre honnêtement sur la prévention.

D.J

Écrit par : D.J | 20 janvier 2013

:)))) à bicyclette... Merci de la dynamique autour de l'article de John. On croque des bananes et on avale des dattes autour d'une oasis de pureté noyée... Nous vivons dans un temps de cynisme. Il n'est pas interdit d'en ressortir la tête haute et l'esprit spirituel tourné vers de nouvelles pratiques sportives. Après tout, Federer y arrive bien. Alors pourquoi pas les autres? Enfin, jusqu'à preuve du contraire à l'insu de son plein gré...:))) Bon dimanche à toutes et à tous.

Écrit par : pachakmac | 20 janvier 2013

Excellent, John, comme d'habitude! Et tout à fait d'accord avec vous. Qui regarderait le Tour de France si les coureurs se traînaient à 15 km/h sur les pentes du Tourmalet ? Et que se serait-il passé si l'on avait fait passer un contrôle anti-dopage à Sartre (amphétamines), à Faulkner (whisky), à Bret Easton Ellis (substances diverses), à Marguerite Duras (gros rouge) ? Le sport est aussi le règne de l'hypocrisie. Bonne année à vous et cordiales salutations. JMO

Écrit par : jmo | 20 janvier 2013

"Car même dopé, à côté d’autres dopés, il fallait le faire." Je crois que vous sous-évaluez la puissance de l'EPO. Il parait que cela fait une différence impressionnante. Témoignage non d'une sportive mais d'une amie aujourd'hui morte de son cancer, à qui on en donnait pour surmonter les effets des chimios. Et aujourd'hui tout le monde s'interroge sur la molécule miracle, l'Aicar, qui produit des individus maigres aux muscles d'acier. Comme Bradley Wiggins...
C'est marrant chez vous, cette fascination pour les bad boys. Au moins, vous n'en faites pas mystère et l'exprimez dans vos billets. Sinon, on s'inquiéterait un peu...
En suivant vos théories, il faudrait remettre les médailles au meilleur médecin...

Écrit par : Géo | 20 janvier 2013

"Peut-on dire à nos enfants de faire du sport pour être en bonne santé et en même temps les envoyer au massacre de leur vie pour celles et ceux qui veulent devenir champion dans tel ou tel sport?"
Aujourd'hui déjà, et sans dopage (du moins pas encore) on peut hésiter à inscrire nos enfants dans certains clubs de sport, tant la pression pour la performance est grande, aussi bien sur eux-mêmes que sur leurs parents. Quant à voir la conduite de certains parents de champions du tennis, il semble que eux-mêmes sont sous l'effet d'une drogue "naturelle" tout aussi redoutable que celle dont il est question ici, celle de la réussite à tout prix, même au prix de réduire leurs descendance à l'esclavage.

Écrit par : Mère-Grand | 20 janvier 2013

Géo, les humains sont rarement d'une seule façon. Les héros sont aussi des humains. Ulysse a menti et rusé pour parvenir à ses fins.

Lance Armstrong n'est pas un bad boy. C'est un humain qui a tenté d'atteindre l'Olympe. Il a dépassé la ligne pénale puisqu'il est parjure. Il n'a pas respecté la déontologie sportive. Mais il n'est pas un bad boy. Il a rêvé. Il a dépassé les limites pour réaliser son rêve, pas pour nuire à d'autres. Il se voulait plus fort que tout. J'aime qu'il ait voulu réaliser son rêve, qu'il ait rêvé loin, et qu'il ait fait rêver.

Si vraiment l'EPO donne ce résultat, c'est malheureusement une sacrée pub pour l'EPO. Etre si léger et puissant en même temps!... Il faudrait faire muter l'humain pour le libérer de la peine. N'est-ce pas le rêve des humains: être libérés de la peine? Etre léger? Survoler les cimes? La souffrance et la libération de la souffrance, c'est le bouddhisme, c'est le christianisme.


Lance Armstrong n'a tué personne. Il a rêvé et fait rêver. Et plus encore que ses actes, ou que le système, c'est ce rêve qui nous touche. Ce rêve que nous avons en nous, le rêve d'Icare: plus léger que la terre, plus léger que l'air. C'est la quête de l'Homme de la Mancha, chercher l'étoile. Armstrong y est arrivé, avec des produits certes, mais il y est arrivé.

C'est cela que je lis dans son regard d'aigle, ce rêve. C'est cela que j'aime. Même si je vois bien son envers et le prix qu'il a payé pour cela, et même si sa méthode est discutable car la liberté qu'il atteint est corrompue.

Écrit par : hommelibre | 20 janvier 2013

Mère-Grand:

Les parents sont souvent derrière les grands sportifs, en effet. Depuis très jeunes ce sont eux qui les poussent. Mais au fond, devenus adultes, les enfants pourraient renoncer. Ils doivent à un moment trouver leur avantage s'ils reprennent à leur compte. J'ai une amie qui était sportive de haut niveau. Elle est allée aux championnats du monde. Au début elle a repris le sport de son père, qui l'a poussée et coachée. Après elle a pris à son compte. Elle a arrêté la compète pour raison de maternité, mais elle aime toujours s'entraîner quand elle le peut.

Elle a aussi entraîné une équipe nationale jusqu'au podium. Elle aime la compétition, la lutte avec elle-même.

Écrit par : hommelibre | 20 janvier 2013

Bonne année à vous Jean-Michel.

La liste serait longue: tous les musiciens modernes (ou peu s'en faut) seraient sortis du peloton! Et pas que les musiciens.

Écrit par : hommelibre | 20 janvier 2013

La déconnexion du corps est un thème intéressant dans cette affaire. Déconnexion des possibilités réelles. C'est un thème que j'aborde dans d'autres perspectives: par exemple, la théorie gender de l'indifférenciation est aussi un découplage d'avec le corps. C'est décidément très humain, et exacerbé à notre époque.

Écrit par : hommelibre | 20 janvier 2013

"Lance Armstrong n'a tué personne." Il a sérieusement mobbé ceux qui s'opposaient ne serait-ce qu'un peu à lui dans le peloton. Il a forcé ses coéquipiers à se doper. Et en trichant, il a privé d'autres de la victoire. C'est un bad boy...

Écrit par : Géo | 21 janvier 2013

" Et en trichant, il a privé d'autres de la victoire. C'est un bad boy... "

Il a surtout privé de victoire parmi d'autres tricheurs comme lui. L'EPO ne fait pas tout non plus. On ne gagne pas 7 fois le tour de France par hasard; surtout que beaucoup furent justement dopés comme-lui sans réussir les mêmes résultats.

Armstrong c'est fait attraper par le temps tant pis pour lui il en connaissait les risques. Mais les grands vaincus ( et faux-cul ) sont les instances sportives qui jouent chaque fois les grands étonnés et les indignés alors qu'il savent très bien que l'on ne peut pas demander non plus des efforts de plus en plus inhumains pour donner plus de spectacle pour tout les sportifs du canapé qui n'aiment jamais les perdants.

D.J

Écrit par : D.J | 21 janvier 2013

" On ne gagne pas 7 fois le tour de France par hasard; "
Ben non, seulement en consultant les meilleurs médecins pourris...
Qui coûtent très, très cher. Coût d'un traitement à l'aicar : environ un demi-million d'euros...

Écrit par : Géo | 21 janvier 2013

DJ toujours plus royaliste que le roi:

"On ne gagne pas 7 fois le tour de France par hasard..."

Affirmation à comparer avec celle d'Armstrong lui-même:

"Je vais passer le reste de ma vie à tenter de regagner la confiance des gens", a expliqué le Texan de 41 ans, qui a jugé impossible de gagner sept fois le Tour de France d'affilée (1999-2005) sans se doper."

Mais bien sûr Armstrong dit n'importe quoi. N'est-ce pas DJ?

DJ, DJ tu n'est qu'un rigolo.

Écrit par : Kasperle | 21 janvier 2013

@ Géo,

Il est naïf de croire que Armstrong fut le seul dopé du tour de France. Le dopage est un plus qui peut faire une différence; mais il ne remplace pas l'entraînement.

Les équipes sont tous pro et ont tous les moyens de se payer la triche par le dopage. Ce qui est la cas de toute façon.

D.J

Écrit par : D.J | 21 janvier 2013

DJ@ Moi je veux bien. Vous pouvez le prouver ? Parce que moi, je dispose des aveux de Lance Armstrong. Et vous, juste d'un bruit de chiottes que répercutent tous les ignobles connards de la radio suisse romande, qui se prennent pour des humoristes en répétant trois fois de suite que Ueli Maurer est con.
Cela fait une très, très grosse différence, au cas où vous n'y auriez pas songé.

Écrit par : Géo | 21 janvier 2013

@ Géo,

Je ne remet pas du tout en cause vos infos. Quand à vouloir vous le prouver; Je ne sait pas; mais sans aucun doute qu'il n'aurait pas été aussi performent l'un sans l'autre. Mais c'est bien l'homme qui a gagné 7 fois le tour de France de suite. Tout les dopés comme-lui n'y arrivent pas forcément.

Le cyclisme avec Armstrong ou sans; est de toute façon gangrené par le dopage. La chute d'Armstrong donne aux instances sportives une certaine fausse bonne conscience de l'accuser d'avoir gagné grâce au dopage. Si ils étaient crédibles ils devraient annuler tout les classements des courses cyclistes pro. De plus si il est arrivé à blouser tout le monde avec les contrôles qui l'a subit; c'est aussi qu'il y soit des ripoux chez les organisateurs ou soit un laissez-aller flagrant.

Armstrong est désormais une page sur le dopage qui s'est tourné
parce que l'on croit comme à chaque scandale qu'on a réglé un problème. Mais des Armstrong il y en aura d'autres. La chimie est toujours en avance sur les dépistages. Et cela tant qu'il y aura les moyens de payer des toubibs pourris. Et je ne parle pas du dopage génétique qui vient s'immiscer dans ce sport. Ils ne sont pas sorti de l'auberge avec leur lutte contre le dopage.

D.J

Écrit par : D.J | 21 janvier 2013

Je sais bien pour ma part où je chercherais des excuses à Armstrong : il n'a pas réussi à faire la transition malade du cancer - coureur cycliste comme les autres.
Je le répète encore une fois : mon amie -qui est morte du cancer - était époustouflée de l'effet que lui faisait l'EPO. Une chimio, cela tue les cellules cancéreuses mais aussi les globules rouges (érythrocytes). L'érythropoiétine (que l'on devrait appeler érythrocytopoiétine si les biochimistes étaient moins nuls en grec..) a été inventée pour ces gens-là pour les remonter quelque peu.

Écrit par : Géo | 21 janvier 2013

" On... surtout que beaucoup furent justement dopés comme-lui sans réussir les mêmes résultats.

Très juste D.J et comme le dit hommelibre: La dope ne fait pas tout.

Mais, il est Américain :)

Écrit par : Patoucha | 21 janvier 2013

Mais, il est Américain :)
Eh oui, c'est vrai que c'est une malédiction. Surtout depuis que le lobby juif a mis la main dessus, d'ailleurs...

Écrit par : Géo | 21 janvier 2013

"Surtout depuis que le lobby juif a....."

Attention, il est derrière vous.... Il n'a pas encore mis la main sur votre femme.....? Lol

Et avec ça le Géo se défend d'être antisémite?!!!!!!

Allez dodo Géo!

Écrit par : Patoucha | 23 janvier 2013

Les commentaires sont fermés.