23 décembre 2012

Un mardi après la fin du monde (4)

Samedi 22 décembre, 12 heures 45


Le groupe de la grotte a sombré dans un sentiment de défaite. Rien ne s’est encore passé. La possibilité de la fin du monde est maintenant nulle, ou presque. Michal s'est endormi malgré la douleur. Termite a réduit en partie la fracture. Sa position est moins inconfortable. Il a accepté un calmant puissant. Hélène dort près de lui.

Il reste quelques briquettes et des bougies. La grotte est froide. Certains marchent en long et en large pour se réchauffer et passer le temps. D'autres méditent sous d'épaisses couvertures. D'autres encore grignotent des biscuits secs trempés dans le filet 'eau qui sourd d'une faille de rocher, à l'opposé de leur camp. Toutes ces ombres forment un étrange ballet dans la faible clarté des bougies. Le plus étrange est le silence. Ils pourraient parler, parler de cette fin qu'ils attendent et redoutent en même temps. Parler de leur vie, partager les derniers rêves, les beautés de leurs mémoires. Parler de leurs blessures. La parole parfois rapproche et rassure. Ici rien ne se passe.


fin du monde,grotte,neige,vent,tempête,Termite ne comprend pas: ils ne semblent manifester aucune révolte contre leur situation. Personne n’a proposé de remonter et de s’en aller. Est-ce à cause de Michal? Comment l’emmèneraient-ils? Ils n’ont rien pour le transporter et il refuse les soins. D’ailleurs il ne veut pas quitter la grotte. Jusqu’à quand faudra-t-il attendre avant que l’un d'eux ou l'une d'elles ne rompe le pacte? A quel degré d’abandon et d’absurdité se laisseront-ils porter avant que le désir de vivre ne reprenne le commandement de leurs corps?

- Je vais monter, dit Termite. Qui vient avec moi?

Personne ne répond.

- Quelqu'un veut-il voir de ses yeux si le monde est encore en place?

Quelques voix basses, presque chuchotées, se font entendre. «Oui, il est encore là si nous sommes là. La fin du monde n’a pas eu lieu. A quoi bon monter pour voir ce que nous savons déjà. D’ailleurs la tempête continue. On entend le vent. Terrible vent. On ne peut pas sortir. La tempête est trop forte. On ne sors pas.»

- Il n’y a donc personne pour voir en face sa propre folie? Personne?

Pas de réaction.

- Vous avez fui une première fois le monde sous un prétexte déraisonnable. Vous fuyez maintenant la plus évidente réalité! Si vous ne voulez pas vivre je n’ai aucune raison de rester ici. Je vais retourner chez moi. Ma compagne s'inquiète. Je la connais. Elle m’attend depuis jeudi.

Il groupe ses affaires autour de son sac, les range à l’intérieur. Il sait qu’il ne les abandonnera pas. Il tente de provoquer une réaction. Il l’espère.

- Je vous laisse les briquettes et ma réserve de nourriture.

Il ferme sa veste, endosse le sac et monte à l’échelle.

- Non!

Un cri traverse la Grotte noire. Hélène s’est réveillée et se redresse.

- Non! Ne partez pas! Personne ici ne veut mourir. Je les connais. Ils ont une vie. Des gens les aiment. Ils sont ici comme des enfants. Ne partez pas!

Termite s’arrête. Il se tait. Il attend.

- Ne partez pas. Pour eux, pour moi, restez. Nous sommes perdus sans vous.

Termite ne bouge pas. Hélène se tait. Elle ne pleure pas. Elle espère. On entend hurler le vent. Suspendu à mi hauteur Termite ferme les yeux. Il en veut plus. Hélène c’était déjà gagné. Pas les autres. Il attend. Le silence et le vent dansent au-dessus de leurs têtes. Aucune parole ne s'insère cette oppressante attente. Tous sont figés. N'était cette somme d'âmes perdues et de rêves silencieux, on dirait une scène insolite posée là par un artiste moderne qui aurait réalisé une oeuvre conceptuelle. Rien ne venant après cette longue pause, Termite reprend sa montée. Lentement, pied à pied, le sac posé sur sa tête pour le passer dans le trou. Il monte et son corps disparaît lentement dans le passage, comme au ralenti, vers le monde du dehors. Quand il pose les pieds à l’extérieur dans un amassement de neige, il attend encore. Rien ne vient. Il imite le bruit des pas qui s’éloignent. Alors une voix sort de la terre, une voix monte enfin de la grotte:

- Ne partez pas!

Il s'arrête. Ne bouge plus. Une autre voix se joint à la première. Puis une troisième, et encore une, fin du monde,grotte,neige,vent,tempête,et une autre. Ils ne veulent pas mourir. Ils demandent qu’il reste. Termite entend ce qu’il espérait: la vie qui revient. L'envie. Le désir du corps brûlant dans la voix. Il redescend, pose son sac, s’approche d’eux et les prend dans ses bras l’un après l’autre. Et soudain c’est une chaleur nouvelle qui remplit la grotte. Les visages s’ouvrent dans la faible lumière des bougies. Les mains se cherchent, les pieds tapent le sol, le sang circule, les couleurs montent aux pommettes. Les yeux brillent, enfin! L’un commence, l’autre continue: bientôt tous frappent dans les mains en chantant un chant étrange, un peu sauvage, dans lequel on pourrait reconnaître Jingle Bells revu par une tribu d’Afrique équatoriale.

C’est comme une longue fête de retrouvailles. Termite écoute, sourit, rit, tape le sol, frappe dans ses mains, chante avec le groupe.

Michal est à part. Les chants l’ont réveillé. Hélène est près de lui. Termite les rejoint. Sans demander la permission il découvre la plaie et l’éclaire de sa torche. C’est vilain. Elle commence à sentir. Pour le moment, seuls les bords sont noircis. Il est encore temps avant que la gangrène ne gagne d'autres chairs. Termite demande à Michal s’il veut être soigné. Michal ne répond pas. Hélène le regarde. Elle commence à lui parler, doucement d’abord. Elle lui dit ce qui doit être dit. Le ton monte. Elle lui dit son fait. Ses croyances qui n’expriment que son refus de vivre librement. Son amour à elle et sa patience. Son envie d’enfant, dont il sera le père. Elle dit toutes ces choses, et d’autres choses encore, importantes, sensibles, profondes. Puis elle se tait. Elle ferme les yeux et serre les mains de Michal. Dans le groupe aussi on se tait. Chacun a compris l’enjeu. On attend. Michal soudain réalise qu’il existe pour quelqu’un. Pour Hélène, qui l’aime pour ce qu’il est. Il voit son propre aveuglement. Il existe aussi pour les membres du groupe, qui attendent quelque chose de lui. Ils ne demandent pas une théorie sur le monde, une prédiction sur sa fin. Ils attendent que Michal accomplisse un vrai choix, un choix personnel par lequel il sera engagé.

Michal ne les a jamais forcés à le suivre. Mais il est comme un grand frère pour eux. Sa décision est attendue avec déférence et respect. Ce respect touche le coeur de Michal. Il est pris de vertige. Il est devant l'abîme. Il sait, parce que les autres l'attendent, que sa légende personnelle est entre ses mains. Ils lui offrent de réaliser cette légende, aujourd’hui, maintenant. Il découvre sa réelle importance. L'importance de son propre choix.

Alors il ferme les yeux. Il respire lentement. Sent son corps. Serre les mains d’Hélène. Un tremblement prend sa poitrine. Une tempête lente parcourt son crâne. Un grand mélange de pensées contradictoires. Il ne peut en faire l'inventaire. Ce serait trop long. Il doit trancher. De ses yeux perlent deux grosses gouttes qui coulent sur ses joues. Il rouvre les yeux et regarde longuement Termite. Enfin il dit:

- Merci d’être là Termite. Oui, je te le demande: veux-tu me soigner?

Un silence intense, un  silence comme une libération suit ces quelques mots. Termite, ému, fait signe de la tête et prépare ce qu’il faut pour panser la plaie.


*   *   *


15 heures dix


fin du monde,grotte,neige,vent,tempête,La neige a cessé de tomber. Un mètre vingt: de mémoire d’homme on n’avait jamais vu cela. En ville on commence à libérer les rues. Les secours s’organisent et les pompiers préparent le matériel. Ils hiérarchisent les priorités. Il y a ce groupe, dans la Grotte noire. C’est loin et le vent de tempête a formé d’énormes congères. Trop de vent pour faire décoller un hélicoptère, trop de congères pour rouler. Il faudrait un chasse-neige au moins jusqu’au bout de la route. Ensuite ils iront en raquettes et en luge. Le capitaine appelle la préfecture, qui appelle le ministre. Mobiliser un camion de déneigement c’est retarder la remise en circulation en ville. Le ministre fixe la priorité: il faut délivrer le groupe. Le préfet organise le départ. La nuit commence à tomber quand le convoi se met en route. Le voyage va durer toute la nuit. L’épaisseur de la couche de neige oblige à la lenteur.


*   *   *
 

Dimanche 23 décembre, 00 heures 33


Le vent qui fait suite à la neige est d’une extrême colère. Les camions n’ont roulé que la moitié du chemin. Deux hommes se relaient au volant, les autres dorment autant qu’ils le peuvent.

Anouchka se réveille en sursaut. Un bruit énorme l'a alertée. Une bourrasque a déraciné un arbre dans le jardin. Il s’est brisé contre le mur de la maison. Elle est inquiète. Elle sursaute une autre fois. Ce n'est pas un autre bruit. Elle ressent une angoisse. Le vent prend tout, il arrache une plaque de glace au sommet de la falaise. Elle glisse et entraine la neige accumulée sur la crête. Glace et neige tombent sur l’entrée de la Grotte noire. Elles forment un grand tas d’au moins quatre mètres d’épaisseur qui ferme le passage.


A suivre.

09:27 Publié dans Poésie, Psychologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fin du monde, grotte, neige, vent, tempête, termite, hiver, noël | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Les commentaires sont fermés.