22 décembre 2012

Le féminisme doit-il défendre les droits homosexuels?

Divers groupes se revendiquant du féminisme (à tendance radicale, le seul que l’on entende aujourd’hui) ont fait alliance avec des mouvements gays, lesbiens, transsexuels et bisexuels (LGTB). Les récentes manifestations en faveur du mariage pour tous à Paris l’ont encore montré.


Le féminisme a pris une couleur politique précise, donc. Mais quelle légitimité y a-t-il pour un mouvement communautariste comme le féminisme à défendre d’autres groupes? Qu’est-ce donc qui les rapproche, et les femmes dans leur ensemble peuvent-elles adhérer à ce féminisme?

hommes,femmes,féminisme,gay,lesbiennes,lgtb,amérique,discrimination,sexisme,misandrie,père de merde,homophobie,Les liens entre les groupes féministes actuellement visibles et la mouvance LGTB (Lesbiennes, Gay, Trans, Bisexuel) est double. Le premier aspect est de se positionner comme des minorités sociales exploitées ou discriminées, et donc de jouer sur le thème de la révolte des esclaves contre l’oppresseur mâle et hétérosexuel (et en général blanc). La position victimaire reste une des bases idéologiques. Elle est empreinte d'hostilité. Ainsi un slogan de cette manifestation était: «Mieux vaut une paire de mères qu’un père de merde». Le jeu de mot n'est pas choisi au hasard. Dénigrer ou injurier l'homme-père est une stratégie de déconstruction du masculin. Mais, quel que soit le degré d'insatisfaction dans un couple et nonobstant le fait qu'il y a des parents toxiques, les femmes dans leur ensemble se reconnaissent-elles dans ce slogan hostile?

Par ailleurs les hommes peuvent-ils soutenir cette mouvance? Pour ma part je ne saurais accepter un tel discours sur l'homme-père. Dans ce slogan la parentalité lesbienne est ouvertement comparée à la parentalité de l'homme en la mettant en préférence. Ce n'est pas acceptable, sauf à considférer qu'une telle discrimination soit normale et encouragée par les forces qui s'affirment comme progressistes dans la société. Blesser à ce point les hommes et les pères ne peut être un progrès. On peut considérer ce slogan comme une simple provocation. N'est-il pas davantage une profession de foi? Si c'est le cas, nous sommes en présence d'une guerre morale, psychologique et culturelle où tous les coups sont permis.

Le deuxième aspect est que tous ces groupes revendiquent en commun une différence sexualisée d’avec l’homme hétérosexuel standard, soit par l'appartenance à un sexe soit par l’orientation sexuelle. Les féministes qui soutiennent l’homosexualité et ce qui en découle, ainsi que la transsexualité et la bisexualité, ont en général besoin de faire nombre et de créer un lobby. On peut aussi y voir la conséquence de la forte imprégnation du mouvement féministe américain par les groupes de lesbiennes féministes.

Les femmes en général, majoritairement hétérosexuelles, peuvent-elles s’identifier à ce féminisme? Sans rejeter quelque catégorie humaine que ce soit, chacun étant libre de sa vie, on peut se demander si la femme standard, bosseuse, émancipée, bien avec les hommes, a envie d’aller défiler pour les groupes lesbiens. La liberté d’orientation sexuelle n’impose pas automatiquement une adhésion à toutes les formes de sexualité, pas plus que la liberté d'orientation politique en démocratie n'impose d'être d'accord avec toutes les tendances.

Au passage, je doute que les personnes bisexuelles s’intéressent à ce genre de regroupement et aux problématiques transgenre. La bisexualité est une démarche en général très différente que celle de l’homosexualité ou que le passage d’un genre à l’autre.

Cette alliance LGTB et la visibilité qu’elle revendique et obtient en partie aboutit à colorer l’ensemble du féminisme. Aujourd’hui être féministe semble ressembler à ceci: être violente comme les Femen, constamment revendicatrices et provocatrices comme Osez le féminisme, partisanes des lesbiennes, trans et gays au point de soutenir sans réserve toutes leurs luttes et d’y adhérer comme si c’était les siennes propres. Pour que le portrait soit complet on ajoute une dose d'hostilité contre les hommes et une affirmation de son identité de victime universelle.

Combien de femmes, pourtant sensibles à l’égalité des droits et à être partenaires à égalité avec les hommes, ont envie de se reconnaître dans ce portrait qui confine plus à la caricature qu'à la sociologie?

 

Commentaires

J'apprécie beaucoup, hommelibre, votre réflexion et toutes ses nuances.
Finalement, quand il y a un tel regroupement de forces diverses, une confusion est entretenue et utilisée pour que le simple citoyen ne s'y retrouve plus et adhére à l'un ou l'autre argument, comme à une bouée.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 22 décembre 2012

En effet Marie France, entretenir une confusion permet en effet de faire adhérer plus ou moins à l'ensemble, au "package", à partir d'un seul argument. La confusion crée des loyautés parasites et réduit la capacité de discriminer (intellectuellement) et de se positionner pour un argument forcément adopter les autres.

Les medias intègrent dans le même mot différentes manifestations et courants, et ne font aucune distinction conceptuelle. Ils contribuent à cette confusion.

Écrit par : hommelibre | 22 décembre 2012

Contrairement à facebook, on ne peut pas dire "j'aime" avec un simple clic. Il faut prendre quelques secondes pour dire "j'aime": j'aime!

Écrit par : Ashwani Singh | 22 décembre 2012

Voici deux exemples de féministes qui se démarquent nettement :

- Anne Zelensky, féministe historique : contre mariage et adoption
http://ripostelaique.com/mariage-homosexuel-deni-de-realite-et-derive-du-principe-degalite.html

- le CERF (féministe) : pour le mariage, contre l'adoption et la PMA :
http://reformesfeministes.blogspot.fr/2012/10/petition-oui-au-mariage-homo-non-la_15.html

Écrit par : Antisthene | 22 décembre 2012

Je mets également en parallèle le fait qu'une ministre des droits des femmes (NVB)défendent l'homosexualité dans un collège dans une vidéo que j'avais vu.
Pourquoi le féminisme du discours dominant a intérêt à défendre les droits homosexuels ? Encore que pour les lesbiennes je comprendrais mais pour les gays ?
le féminisme rien que le nom évoque un parti pris pour le sexe féminin plutôt et les tords que les femmes auraient sois-disant subit, mais en aucun cas l'homme n'est concerné par ce combat , du moins sa condition masculine ?
Donc si l'hominisme défendait les droits homosexuels, celà serait d'autant plus incohérent qu'il ne fait que défendre l'homme ?

Il y a quelque chose qui m'échappe dans ce féminisme :C

Écrit par : prometheus | 23 décembre 2012

"Blesser à ce point les hommes et les pères ne peut être un progrès."

tout à fait.

", il n’existe aucune assurance qu’un enfant privé de l’éducation par un couple homme-femme ne soit pas de ce fait fragilisé."

Écrit par : leclercq | 23 décembre 2012

Peut-être que ce qui fait se rejoindre ces mouvements, c'est qu'ils sont "contre". Contre l'homme hétérosexuel oppresseur (et probablement blanc) ou plus généralement contre le vieil ordre moral bourgeois. Si c'est ça, on a juste affaire à un mouvement qui est déjà vieux de 50 ans! À l'époque, pressés d'en finir par tous les bouts, les progressistes soutenaient par pétition le front de libération des pédophiles. Tout un programme!

Écrit par : Sérum | 23 décembre 2012

Concernant la photo postée avec le billet:
Elle ne peut pas illustrer le soutien des féministes au mouvement pour le droit ds homosexuels en général.
Visiblement, ces deux femmes militent pour l'homoparentalité féminine seulement.

Il est parfaitement possible de déclamer : Mieux vaut une paire de pères qu'une mère merdique.

Écrit par : Calendula | 23 décembre 2012

Mon point de vue est différent, en tant que père, en que homme; je ne suis pas choqué de la pancarte. Il ne faut pas tout mélanger, ce n'est -qu'une- catégorie de féministes qui sont en guerre totale avec les hommes, guerre uniquement idéologique, mais sans aucune logique donc perdue d'avance.

Il faudrait questionner bon nombre de gamins -malheureux- mal traités, oubliés, tiraillés par les beaux parents qui prennent partis pour leur "enfant-homme ou leur femme-fille, le tout au détriment des enfants.

Qui ne connais pas dans son environnement ces pères abrutis, méchants lorsque l'enfant est une fillette, veulent à tout prix se l'accaparer qui plus est, si elle lui ressemble ou si elle est fille unique.

Il faudrait également faire un sondage dans les tribunaux on s'apercevrait que le féminisme tel qu'il est expliqué ici ou là, est à mille lieues des préoccupations de ces mères de famille, qui pour la plupart n'ont pas le sous pour se défendre car mariées sous le régime de la communauté au moins en France.

../..
Personnellement je suis pour que les homo sexuels adoptent des gamins. Qu'ils se marient comme ils le veulent car le mariage est un piège à cons, imposé dans notre culture judéo-chrétienne. Si les homo sexuels veulent aller dans celui-ci c'est leur affaire.

Les enfants chez un couple homosexuel seront aussi heureux que dans les autres couples. Les arguments contre ne tiennent pas pour ce qui est connu actuellement.

Il y a le mariage républicain qui est aussi un piège à con en faveur de l'administration, de l'état géré par des vandales depuis des lustres, surtout si on entreprend car ces anacondas sont là pour encaisser, les charges, taxes et autres impôts pour mieux nous vider. Qui a élaboré les lois? Des hommes.

-Code civil: " "La femme doit obéissance à son mari" affirme le Code civil — c'est la même chose chez les curés.

Depuis des lustres l'homme à dominé la femme et le faible, les chefs tribaux, monarques, princes, religieux et religions, chefs et cheffaillons d'entreprises ou d'institutions s'en sont donnés à coeur joie. -Ca va bien- vu le résultat, qu'ils dégagent et vite.

C'est même dommage que les femmes pourtant majoritaires, ne s'organisent pas mieux pour prendre le pouvoir?

C'est dommage de voir des femmes au pouvoir avec des hommes adopter leurs comportements, leurs idées pour se retrouver à gérer finalement la loi de hommes!

Ils font aussi bien que les islamistes dans certains cas.

En plus je doute que les féministes soient d'accord de porter des chiffons au nom de l'homme-dieu-roi, et ainsi accepter une nouvelle forme d'esclavage des temps modernes reliant l'obscurantisme le plus mortifère et morbide.

Écrit par : Pierre NOËL | 24 décembre 2012

CMJ a souhaité un bon NOËL aux détenteurs de blogs mais pas aux commentateurs qui "nourrissent" pourtant les sujets des blogs.

Oubli peut-être, que je comble en souhaitant un bon NOËL en Paix à tous, sachant que dans bien des pays les enfants de la planète sont en famine et en danger de mort à cause des adultes -les hommes- en particulier..

Écrit par : Pierre NOËL | 24 décembre 2012

Depuis quand Pierre Noël est devenue féministe ? Serait il possible que son pseudo fusse usurpé ?
On retrouve le même discours en tout cas,
"à cause de l'homme"
Et l'avortement ? et l'infanticide ? c'est l'homme qui les exerce ? La maltraitance des couples lesbiennes ? C'est sur c'est plus facile d'accuser le sexe "fort"
"Depuis des lustres l'homme à dominé la femme et le faible, les chefs tribaux, monarques, princes, religieux et religions, chefs et cheffaillons d'entreprises ou d'institutions s'en sont donnés à coeur joie. "
On attend ton analyse sur le sujet, parce que le discours redondant du patriarcat on l'a tellement entendu à l'emporte pièce, que c'est gravé dans l'intellect de la société. Mais à part ça tu es contre l'obscurantisme ? Ah mais oui, l'obscurantisme religieux, tu préfère celui moderne, celui qui impose sa démocratie à coups de bombe et impose son idéologie libertaire anglo-saxon ? Et impose une injustice féministe à cause justement de ton discours infondé ? Et à terme rend l'homme encore plus vulnérable chaque jour ?
"Qui a élaboré les lois? Des hommes."
Sans les lois cher ami, tu te ferais volé, probablement tué pour un rien, ta femme se ferait violé ... ce serait la jungle. Mais bon vaut mieux voir les mauvais côtés des lois et les bons côtés des anarchistes ces sauvageons.

Écrit par : prometheus | 24 décembre 2012

Ben... Que les femmes soutiennent les femmes trans me semble tout à fait normal. A moins de considérer que les femmes trans soient moins femmes que les autres. Tout comme une grosse femme serait moins féminine qu'une autre. Ou celle aux cheveux blonds moins intelligentes que les autres. Quant à l'orientation sexuelle, ça n'a juste rien à voir. Une femme trans à tout autant la capacité que le autres d'être bi ou lesbienne. Que le féminisme n'inclue pas les femmes trans est une discrimination tout aussi injustifiable que le rejet d'une femme sous le prétexte, par exemple, de la couleur de ses yeux. Maintenant, faut admettre que les lesbiennes et homos ont beaucoup moins l'habitude de dénigrer ou insulter les hétéros. je crois que c'est une réaction aux violences qu'elles subissent bien davantage au quotidien. C'est sans doute pas le plus malin mais c'est compréhensible.

Écrit par : linda mondry | 13 janvier 2013

Les commentaires sont fermés.