15 décembre 2012

Trouble (4): les serfs, des esclaves?

La fable du serf-esclave, propriété d’un seigneur abusif, est également l’une des croyances erronées sur le Moyen-Âge. Le maître aurait eu droit de vie et de mort sur son sujet. Quelle société aurait survécu à une telle cruauté? Même les société esclavagistes avaient des règles: le simple coût d’un esclave imposait, cyniquement, d’en préserver la vie et la santé autant que possible.


Esclavage1.jpgL’esclavage n’avait d’ailleurs cours qu’épisodiquement et de manière disparate au Moyen-Âge. L’église a fortement contribué à son abandon en considérant maîtres et esclaves comme égaux devant Dieu. En France il fut de plus frappé de nullité par Louis X qui promulgua un édit en 1315: «Le sol de France affranchit celui qui le touche». Il ne fut rétabli qu’ultérieurement  par les contemporains de ceux qui invoquaient un nouvel humanisme! C’est Louis XIV qui le restaura en 1674, avant de le codifier dans le «Code noir»: «En mars 1685, Louis XIV promulgue le Code noir, préparé par Colbert. Cet édit est basé sur le principe que l'esclave, dépourvu d'existence juridique, est la propriété du maître. Par l’article 44 de ce code, l’esclave noir est déclaré « meuble », c'est-à-dire assimilé à un objet ou une marchandise qui peut être vendue (même aux enchères) ou transmise par héritage.»

La révolution française l’interdit, Napoléon le rétablit en 1802 et il ne fut définitivement proscrit de France qu’en 1848. Jusque là l’Europe post-médiévale connut un âge d’or de l’esclavage tel qu’on ne le connaissait plus depuis les romains.


Mais d’où vient l’idée d’un esclavage médiéval généralisé? Du mot «serf», issus du latin «servus». Le sens le plus courant signifiait esclave. Il signifiait également «serviteur». Il désignait des personnes non libres, et par extension des personnes qui ne disposaient pas de leur propres moyens de subsistance. Ni leur maison ni leurs champs ne leur appartenaient. Ils étaient locataires auprès d’une seigneurie généralement domaniale et non militaire. Cette seigneurie pouvait être un monastère (les moines ont largement contribué à la mise en culture de terres forestières). La seigneurie divisait le domaine en unités de cultures qu’elle louait aux paysans ne disposant pas de leur propre terre.

Le servage était un contrat entre un paysan et le propriétaire des champs. Ce contrat offrait des garanties aux deux partenaires. Le paysan recevait l’assurance de n’être pas chassé de la terre durant sa vie; le prix de la location était garanti à vie; il pouvait transmettre le contrat de location à ses enfants et sous-louer le champs sans perdre son contrat. C’était une sécurité. De son côté le propriétaire avait la garantie que le paysan ne romprait pas le contrat et lui paierait régulièrement sa location. Dans ce but le serf s’engageait à ne pas se marier en dehors du territoire de la seigneurie (sauf en payant une taxe) afin de préserver les recettes de la location.

On voit donc que le paysan serf aliène une partie de sa liberté en échange d’une sécurité que les hommes du XXIe siècle lui envieraient! Cette perte de liberté peut être monnayée: le mariage hors de la seigneurie est autorisé moyennant une taxe, et le contrat de location peut être rompu en échange d’un dédommagement au propriétaire. Le serf n’est donc pas son propre patron et il préfigure le salariat moderne et contractualisé.


Par ailleurs il y avait des paysans dit libres, qui possédaient leur propre terre. Ils pouvaient l’exploiter, la louer ou la vendre. Les villages ont peu à peu formé la structure de base de la société médiévale. Un intense réseau de relations s’y établissait. Les serfs1.jpgassemblées paysannes édictaient des règlements propres à leur communauté. Les paysans n’avaient probablement pas la vie facile, dépendants des aléas de la météo et des batailles. Ils surent néanmoins nourrir  une population européenne en très forte augmentation, en particulier lors de l’optimum climatique médiéval. Leur richesse faisait la richesse des seigneurs et donc garantissait une plus grande sécurité des populations. Mais étaient-ils écrasés par les taxes et impôts et réduits à la famine, comme cela fut colporté?

«La ponction fiscale est de tout temps. Elle n’est pas plus lourde au Moyen Age que dans l’Antiquité ou les temps modernes, selon Jacques Heers. Par contre, on oublie souvent à quel point elle fut lourde sous l’Ancien Régime !

Les paysans médiévaux doivent supporter corvées, banalités, cens, taille, champart, gabelle et dîme. Certes, énoncé comme cela, ces taxes et impôts paraissent bien nombreux. Cependant, le paysan du XXIème siècle supporte quant à lui l’impôt sur le revenu, la taxe foncière, la taxe d’habitation, la TIPP sur l’essence, les timbres fiscaux pour les formalités administratives, les droits de succession, les frais de notaires sur les biens immobiliers, les prélèvements sociaux, les prélèvements libératoires sur les produits financiers et surtout notre bonne TVA qui grève absolument tous les biens et services. Est-il mieux loti que son lointain ancêtre ?

Quant aux corvées, elles représentent 1 à 2 jours de travail par an, 6 au maximum. Elles consistent à entretenir les ponts, les routes, à curer les fossés : c’est une forme de contribution locale, qui relève aujourd’hui des communes.

Peu à peu les droits féodaux tombèrent en désuétude et furent remplacés par les impôts d’état. Mais sous l’Ancien Régime, les propriétaires bourgeois qui avaient des terres mirent un zèle extraordinaire à faire revivre les anciens droits auxquels ces terres avaient pu être soumises par le passé. Ils ne cherchaient cependant pas à assurer la contrepartie de protection qui était devenue la charge du pouvoir central ni à exonérer leurs paysans des impôts d’état ! Les paysans étaient alors doublement imposés. Voilà pourquoi sous la Révolution Française, les droits qui n’avaient plus de ‘’féodaux’’ que le nom avaient si mauvaise réputation et furent abolis avec grand soulagement.»


moyen_age4.jpgLes seigneurs quant à eux étaient l’autorité politique. «Le possesseur d'une seigneurie porte le titre de « Seigneur » ; il peut être un individu, dans la très grande majorité des cas un ressortissant de la noblesse, mais aussi une personne morale le plus souvent une institution ecclésiastique telle une abbaye, un chapitre cathédral ou canonial ou un ordre militaire. Le pouvoir du seigneur s'exerce par divers intermédiaires, dont le plus important est le bailli. Le souverain peut aussi être seigneur ; les seigneuries qu'il possède forment le domaine royal.»

La seigneurie foncière représentait le propriétaire des terres. La seigneurie banale, le pouvoir de police et de justice. Le pouvoir des seigneurs n’était pas plus absolu que celui d’un Etat ou d’une principauté actuels. Les seigneurs fonciers ou militaires avaient des obligations. Ils assuraient la sécurité des habitants qui trouvaient refuge au château en cas de menace. Ils devaient rendre une justice acceptée parce qu’équitable. Tout pouvoir peut engendrer des abus. Mais rien ne démontre qu’il y ait eu plus d’abus à l’époque qu’aujourd’hui. La cruauté attribuée aux seigneurs tient du non-sens: comment un système d’oppression arbitraire aurait-il pu survivre aussi longtemps, alors que toutes les sociétés humaines s’organisent selon des lois et des garanties mutuelles qui, si elles ne sont respectées, conduisent à un effondrement de la société? De plus le christianisme imposait une morale relationnelle qui n’aurait pu cohabiter avec une forme de société que même les animaux sauvages ne connaissent pas.

Le morcellement, la «décentralisation» avant l’heure, peut laisser penser que chaque seigneur faisait sa loi et n’avait de compte à rendre à personne. En réalité il y avait une certaine unité de droit et de morale que l’on ne saurait sous-estimer. Ajoutons à cela que la féodalité n’a réellement concerné qu’une partie de la France et que tant dans les régions méditerranéennes qu’en Allemagne les seigneurs devaient tenir compte des coutumes locales très ancrées.

La société médiévale n’avait rien de particulièrement cruel ou barbare. Comparée au XXe siècle et au début du XXIe, elle serait même plutôt «humaniste» et mutualisée.


Suite et fin à venir.

21:50 Publié dans Histoire, Politique, société | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Si j'ai bien compris, J. Heers parle de la partie de l'Europe qu'on appelle
actuellement La France.
Les rapports sociaux étaient très divers selon les régions et il doit être infiniment difficile de rendre compte des situations dans tous les recoins de l'Europe. Comment cela se passait-il sur le Iles Britanniques ? Dans des contrées comme l'Irlande ? Ou en Russie ?
Je me demande si le tableau sombre qu'on nous a dépeint toutes ces années n'a pas pour origine, entre autres, des récits en provenance des contrées lointaines,le folklore oral, les histoires à faire peur au coin du feu.
Dans vos billets précédents, vous avez mentionné des coutumes non-attestées par des documents écrits, comme le cuissage, conçu comme un droit à la nuit de noces, ou le privilège de se réchauffer les pieds dans des entrailles encore chaudes.
En lisant cela, je me suis demandée s'il ne s'agissait pas de légendes comme celle de Dracula. Les chercheurs ont bien trouvé un cruel personnage en Transylvanie, mais il il est clair qu'il n'a pas accompli les exploits que l'on prête communément au vampire de la légende.
En plus du projet politique que certaines classes pouvaient avoir, je propose de considérer le soif de sensationnel comme une explication de la survivances de l'image négative. Cela nous permet également de nous sentir mieux dans notre présent, si c'était tellement moins bien avant.
Les Monty Python ont beaucoup contribué à forger mon imaginaire quant au Moyen Age, je dois l'avouer. ;-)))

Écrit par : Calendula | 16 décembre 2012

Bonjour Calendula,

Les Monty Pythons sont la meilleure source sur le Moyen-Âge... si l'on ne veut pas tomber dans la psychose du droit de cuissage...
:-))))

En effet le Moyen-Âge est une réalité historique très variée, à la fois dans le temps et dans l'espace. Il se passe beaucoup de choses en 1'000 ans et sur disons la moitié de l'Europe. Sur l'Angleterre, selon jacques Heers, les assemblées paysannes avaient encore plus de pouvoir qu'en France. La société féodale décrite ici concerne une partie de la France seulement, et non la France entière. On peut toutefois trouver des analogies en Italie.

Localement certaines coutumes ont été aussi puissantes que les règles féodales et les seigneurs ont dû s'en accommoder, en particulier dans le sud de la France.

L'étonnant est qu'avec autant de variations, l'image généralement véhiculée est assez monolithique dans les pays francophones.

Légendes, à l'instar de celle de Dracula? Possible. On sait que Dracula a existé et qu'il fut un dirigeant particulièrement cruel (empalement à vif des ennemis, entre autres). Mais il ne fut pas un vampire!

Pour le Moyen-Âge ce que l'on nomme la Légende noire n'apparaît qu'après la renaissance. Elle satisfait à une stratégie. J'y reviendrai. Sa survivance est peut-être liée à une soif de sensationnel. A la fois parce que les humains ont une sorte de goût morbide en eux, et parce que cela rassure, du genre: c'est mieux maintenant. Mais la généralisation de cette croyance et son ancrage reste troublante. Une telle falsification à si grande échelle de temps est impressionnante.

Écrit par : hommelibre | 16 décembre 2012

Les commentaires sont fermés.