01 décembre 2012

Mittal, hors de France!

Sarkozy avait provoqué des vagues quand il avait repris une phrase de Philippe de Villiers en 2006: «La France, tu l’aimes ou tu la quittes». Sarko n’avait pas dit exactement les mêmes mots mais l’esprit y était: «Tu joues le jeu sinon casse-toi».


mittal,montebourg,valls,arcelor,france,c02,écologie,étranger,xénophobie,arcelor,ulcos,La gauche avait alors gloussé comme une dinde voyant approcher Noël. Il faut croire que c’est le style français, toutes tendances politiques confondues. Car Arnaud de Montebourg, ministre du Redressement Productif (et des Déclarations Intempestives) a dit a peu près le même chose à l’industriel indien Lakshmi Mittal: «Nous ne voulons plus de Mittal en France, car ils n'ont pas respecté la France». Les investisseurs étrangers vont sans aucun doute venir en masse...

Bouter les gens hors de France devient une habitude. Manuel Valls continue la politique d’expulsion des camps et de retour des Rroms en Roumanie (tiens, on ne lui dit rien à lui), et Montebourg reprend lui aussi le thème qui, de Le Pen à Sarkozy, traverse toute la société française.

«Raus! L’étranger, dehors!». Waow... Montebourg serait-il en train de virer national socialiste? Ou simplement libère-t-il la parole? Car après cette sortie, on va enfin pouvoir reparler de tout en France, j’espère. Y compris de l’immigration sans être taxé de xénophobe.

En complément à cette petite phrase, Montebourg annonçait qu’il réfléchissait à la nationalisation de l’entreprise Arcelor Mittal. Puis il annonçait avoir trouvé un repreneur crédible - qui deux jours après n’était plus crédible. Au final Montebourg parade devant les caméras télé avec des peanuts - des croissants pour les employés: il n’y aura pas de nationalisation. Mittal réinvestit. Force Ouvrière parle d'un accord poudre-aux-yeux. Les haut-fourneaux de Florange resteront fermés et les employés seront en partie réaffectés au site de transformation de l’acier. On ne sait pas à quel prix pour le gouvernement. Celui-ci annonçait pourtant la possibilité de réaliser sur le site de Florange le projet ULCOS. mittal,montebourg,valls,arcelor,france,c02,écologie,étranger,xénophobie,arcelor,ulcos,

ULCOS? Kèzako?

«Le projet européen Ulcos proposé pour un des hauts-fourneaux d'Arcelor Mittal à Florange (Moselle) est un prototype de captage stockage de CO2 pour réduire drastiquement la pollution de l'industrie de l'acier, mais reste suspendu au soutien financier de l'Union européenne.

Ulcos (Ultra-Low Carbon Dioxide Steelmaking) doit permettre de réduire d'au moins 50% les émissions de gaz carbonique lors de la fabrication d'acier, une activité industrielle très émettrice de gaz à effet de serre. Le CO2 serait capté lors de la production et stocké dans des aquifères salins (image 1) à 100 km environ au sud de Verdun. Les hauts-fourneaux dotés d'une telle technologie regagneraient en compétitivité grâce à d'importantes économies réalisées sur le coût des quotas d'émission de C02.»

Ecologique, le stokage de C02 dans des couches géologiques profondes? Pas du tout! Certes, le C02 ne se retrouve pas dans l’atmosphère. Mais c’est un gaspillage. Le Co2 peut servir à des choses réellement utiles. Comme à la fabrication de pétrole d’algues. La technologie est  prête (image 2). Il suffit d’un coup de pouce pour créer le nouvel or noir-vert sur le territoire national.

Ce serait vraiment du redressement productif.

Arnaud de Montebourg, à quoi servez-vous, en vrai?

15:50 Publié dans Economie, Environnement, Politique | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : mittal, montebourg, valls, arcelor, france, c02, écologie, étranger, xénophobie, ulcos | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

"Montebourg serait-il en train de virer national socialiste?"

Ce n'est pas le seul qui est touché par ce virus là ... chez nous aussi il y en a plein de socialistes qui virent nazis.

Écrit par : Victor Winteregg | 01 décembre 2012

" Montebourg serait-il en train de virer national socialiste?"
Tout le monde feint d'ignorer que dans national-socialisme il y a socialisme, grave erreur. Vous qui aimez remettre en cause les poncifs politico-culturels, HL, avez-vous déjà réfléchi aux tenants du racisme ? Par exemple, le racisme anti-noir serait-il dû à la couleur de leur peau ou plutôt au fait que malgré que vous lui ayez mentionné des dizaines de fois de ne pas continuer à circuler sur un trax dont le voyant est au rouge mais bien de stopper immédiatement, vous vous retrouvez à devoir changer le moteur du trax parce que le type a continué comme si de rien n'était ? Vous Belge et moi 20 d'expatriation en Afrique, nous avons des centaines ou des milliers d'histoires du même tonneau. Toutes parfaitement authentiques.
Sur la haine anti-sémite de Adolf Hitler : pensez-vous que ce qui lui déplaisait chez les Juifs, c'était la forme de leur nez ou le fait que les Juifs détenaient les banques et la finance en général, ce qui nuisait en apparence aux intérêts des travailleurs allemands (NSDAP = national-sozialistiche deutsche arbeiter Partei)? Il n'y a objectivement aucune différence entre les discours de Adolf Hitler et les éructations de Jean-Luc Mélenchon : l'ennemi, c'est le banquier, le capitaliste...


Adolfhttp://webzine.blog.tdg.ch/ Hihttp://webzine.blog.tdg.ch/tler a trouvé

Écrit par : Géo | 01 décembre 2012

Il s'est passé un drôle de truc à la dernière ligne. Pas compris comment ni pourquoi...

Écrit par : Géo | 01 décembre 2012

Tout à fait d'accord avec Géo. Comme d'habitude.

Écrit par : Victor Winteregg | 01 décembre 2012

Ils sont tous de la même trempe dans ce gouvernement!

Écrit par : Patoucha | 01 décembre 2012

Géo : Il n'y a pas eu que "la haine anti-sémite de Adolf Hitler..." J-P Grumberg ne mentione que l'Europe....

Et dire que certains pensent que les juifs d’Europe ont été persécutés en 1940…

49 : Claudius expulse les Juifs de Rome qu’il accuse de prosélytisme actif.

70 : L’armée romaine détruit Jérusalem. Plus d’un million de juifs sont massacrés, 97 000 sont pris en esclavage et en captivité, beaucoup arrivent à fuir.

135 : Les persécutions romaines contre les juifs continuent. Les juifs n’ont pas le droit de pratiquer la circoncision, ni de lire la Thora, ni de manger du pain azyme à Pessah.

224 : Des juifs italiens sont contraints à la conversion.

315 : Constantin le Grand publie l’édit de Milan, qui retire de nombreux droits aux juifs.

325 : Le concile de Nicée interdit aux juifs de respecter le shabbat et déclare hérétique les pratiques de la religion juive. Les juifs se voient retirés la citoyenneté romaine et sont expulsés de Jérusalem.

379 : Théodose le Grand autorise la destruction des synagogues si elles sont utilisées à des fins religieuses. La synagogue de Milan est brûlée.

418 : Les juifs de Minorque en Espagne sont contraints de se convertir, et les synagogues sont brûlées.

519 : La synagogue de Ravenna en Italie est détruite par le feu.

554 : Les juifs sont chassés du diocèse de Clément en France.

561 : Les juifs sont chassés du diocèse de Uzes.

576 : Avit, évêque de Clermont, impose aux 500 Juifs de sa ville de se convertir ou d’être expulsés.

589 : Le 3e concile de Tolède décide que les enfants nés d’un mariage entre des juifs et des chrétiens soient baptisés de force. Une loi de conversion forcée de tous les juifs est prise. Des milliers de juifs fuient, tandis que plusieurs milliers sont convertis de force.

613 : Persécution des juifs d’Espagne. Les juifs qui refusent d’être baptisés sont expulsés du pays. Ceux qui restèrent furent dépossédés de leurs biens, réduits à l’esclavage chez des notables chrétiens. Tous les enfants juifs de plus de 7 ans furent arrachés à leurs familles et placés pour recevoir une éducation chrétienne de force.

855 : Les juifs sont chassés d’Italie.

876 : L’archevêque et Vicomte de Sens expulse les juifs de Sens.

1009 : Les Juifs sont expulsés de Limoges.

1096 : Persécution et massacre des juifs en Allemagne au début de la première croisade. 12 000 juifs sont massacrés dans les villes allemandes qui longent le Rhin, et les juifs sont considérés comme les ennemis du christianisme, juste derrière les musulmans.

1121 : Des juifs sont chassés de Flandre (aujourd’hui Belge), tant qu’ils ne se repentissent pas d’avoir tué Jésus Christ.

1130 : Les Juifs de Londres doivent payer une compensation d’1 million de marks pour avoir supposément tué un homme malade.

1146-47 : Nouvelles persécutions des juifs d’Allemagne au début de la seconde croisade. Le moine français Rudolf appelle à la destruction des juifs comme point de départ de la seconde croisade. C’est à l’intervention de l’empereur Conrad qui déclare Nuremberg comme refuge des juifs, et celle de Bernard de Clairvaux que le massacre des juifs ne sera pas aussi désastreux que lors de la première croisade.

1171 : Des juifs de Blois, en France, sont accusés de crime de sang. 40 juifs sont brulés vifs.

1180 : Massacre des juifs de Bray-sur-Seine.

1181 : Philippe Auguste, roi de France chasse les juifs de son royaume. Il les autorise à vendre leurs meubles, mais il confisque et s’attribue toutes leurs terres, leurs maisons et leurs demeures. Sept ans plus tard, il rappelle les juifs.

1184-1206 : Les Juifs sont bannis d’Auxerre par le Comte Pierre de Courtenay, neveu de Louis Le Gros.

1189 : Lors du couronnement de Richard cœur de Lion, la délégation juive est attaqué par la foule. Commence alors la persécution des juifs en Angleterre. La plupart des maisons des juif de Londres sont brûlées, et de très nombreux juifs sont assassinés. Toutes les possessions des juifs sont confisquées par la couronne. Les successeurs de Richard confisquent plus de 8 millions de marks appartenant aux juifs.

1190 : Les juifs de Norwich sont massacrés dans leurs maisons, et seuls ceux qui réussirent à se réfugier au château survécurent.

1194 : Le Comte Pierre vend une place d’Auxerre qui appartenait aux Juifs dans la « Rue des Juifs ». En les chassant de la ville, il leur confisque leur cimetière et leur synagogue qu’il convertit en église.

1202 : La tour qui abrite la synagogue de Sens est détruite et brûlée.

1209 : Massacre de 200 juifs de Béziers, en France.

1215 : Lors du IV Concil de Lateran, l’église met en place des mesures discriminatoires et des restrictions contre les juifs.

1240 : Le pape Grégoire IX envoye aux Evêques et aux Souverains de l’Occident une lettre dans laquelle il demande de saisir tous les livres Juifs. Seule la France s’exécute.

1242 : Louis IX ordonne un autodafé et 24 charrettes remplies de Talmud et de manuscrits hébraïques sont brûlés en Place de Grève à Paris.

1247 : Une rumeur de crime rituel à Valréas entraîne vers le bûcher la totalité de la petite Communauté juive.

1288 : La communauté juive de Troyes fait les frais de la révolte. La foule se saisit de tous les membres de la famille d’Isaac « le Chatelin » et les fait brûler vifs. Dans la même journée, treize des plus notables membres de la Communauté et des environs périrent.

1290 : Edouard I banni les juifs d’Angleterre, 16 000 juifs voient tous leurs biens confisqués et sont expulsés du pays. Ils ne seront autorisés à revenir qu’en 1655.

1294 : Première persécutions de juifs, à Berne, où ils sont accusés d’avoir cruellement assassiné un enfant, Ruff. Ils furent expulsés de la ville, mais rapidement réintégrés.

1298 : Persécution des juifs de Franconia, de Bavière et d’Autriche. Un noble allemand, Kalbfleish, déclara avoir reçu l’ordre divin d’exterminer tous les juifs. 140 communautés juives sont détruites, et plus de 100 000 juifs furent massacrés en 6 mois.

1299 : Philippe le Bel interdit aux juifs de faire du prosélytisme, ordonne la répression de leur « maléfices », et les accuse de cacher des hérétiques.

1306 : 100 000 juifs sont chassés de France par le roi Philippe le Bel.

1315 : Louis X accepte le retour des Juifs a titre provisoire et onéreux.

1320 : En France, 40 000 bergers décident de s’engager dans la « Croisade des pastoureaux » pour libérer la Palestine des musulmans. Sous l’influence de criminels et de spéculateurs nobles, ils détruisent 120 communautés juives et massacrent des milliers de juifs en Aquitaine et dans les Pyrénées.

1320 : Le pape Jean XXII protège les Juifs, mais des juifs sont massacrés à Auch, Castelsarrazin, Albi, Toulouse (déjà), et Verdun sur Garonne.

1321 : Des juifs sont accusés d’avoir incités des hors la loi à empoisonner une source et des fontaines de Guyenne, en France. 5 000 juifs sont brûlés vifs.

1322 : Expulsion, sans effet, des Juifs du Comtat d’Avignon par Jean XXII.

1322 : Une ordonnance du 24 juin 1322 et mise à exécution en 1323 ordonne une nouvelle expulsion des Juifs de France.

1326 : Le concile d’Avignon, sous Jean XXII, impose la Rouelle aux Juifs de plus de quatorze ans et les « cornailles » (chapeau à cornes) aux Juives de plus de douze ans.

1345 : Le pape Clément VI réprime le prosélytisme des Juifs et expulse les Juifs de Bédarrides. Il fait détruire la synagogue d’Avignon.

1345 – 1346 : Pogroms à Orange.

1348 : Les juifs sont accusés d’être responsables de la Peste Noire qui contamine l’Europe, spécialement en Allemagne.

1348 : A Mayence en Allemagne, 6 000 juifs sont massacrés de la façon la plus horrible

1348 : 3 000 juifs sont sauvagement massacrés à Erfut en Allemagne.

1348 : A Worms, toujours en Allemagne, 400 juifs sont brûlés dans leurs maisons.

1348 : Les juifs de Toulon sont massacrés, et leurs maisons sont pillées.

1348 : La synagogue de Saint-Rémy-de-Provence est incendiée.

1348 : En Languedoc, à Narbonne et Carcassonne, les Juifs sont massacrés par la foule.

1348 : En Dauphiné, des Juifs sont brûlés à Serres.

1348 : N’arrivant pas à maîtriser la foule, le dauphin Humbert II fait arrêter les Juifs pour éviter les massacres. Ceux-ci se poursuivent à Buis-les-Baronnies, Valence, la-Tour-du-Pin, Saint Saturnin et Pont-de-Beauvoisin où des Juifs sont précipités dans un puits qu’on les accuse d’avoir empoisonnés.

1348 : D’autres massacres ont lieu en Navarre et en Castille.

1348 : En mai, le quartier juif de Barcelone en Espagne est pillé.

1348 : En juillet, le roi de France Philippe VI fait traduire en justice les Juifs accusés d’avoir empoisonné les puits. 6 Juifs sont pris à Orléans et exécutés.

1348 : En août, la Savoie est à son tour le théâtre de massacre de juifs. Le comte tente de protéger puis laisse massacrer les Juifs du ghetto de Chambéry.

1348 : En octobre, les massacres continuent dans le Bugey, à Miribel et en Franche-Comté.

1348 : En Suisse, les juifs de la région de Chillon, sur le lac Léman, sont torturés jusqu’à ce qu’ils avouent, faussement, avoir empoisonné des puits.

1348 : Trois cents communautés juives de Suisse sont détruites ou expulsées.

1349 : A Vevey en Suisse, à Genève et dans la région, les juifs sont écartelés sur des roues, pendus, et soumis à de nombreuses persécutions.

1349 : A Strasbourg, le maire refuse de croire aux rumeurs sur la culpabilité des juifs et veut les protéger, il est démis de ses fonctions. 2 000 juifs sont brûlés vifs, leurs biens sont confisqués et répartis entre les bourgeois de la ville, l’évêché et la nouvelle municipalité qui garantit l’impunité aux citoyens qui ont participé aux massacres.

1349 : Des juifs sont jetés dans la Vienne à Chinon en France.

1349 : En Autriche, le peuple, pris de panique, s’en prend aux communautés juives, les soupçonnant d’être à l’origine de la propagation de l’épidémie, et Albert II d’Autriche doit intervenir pour protéger ses sujets juifs.

1349 : A Krems en Autriche, l’armée qui protège le ghetto juif est débordée et tous les juifs de la ville sont brûlés vifs.

1349 : Les juifs de Cologne en Allemagne sont massacrés.

1349 : Les juifs de Nuremberg sont massacrés.

1349 : Des juifs sont brûlés à Hanovre en Allemagne.

1349 : A Zofingue en Suisse, les juifs sont accusés d’avoir empoisonné des puits et sont soumis à la « question » (écrasement des pouces jusqu’à ce qu’ils avouent ce dont on les accuse).

1349 : De nombreux juifs sont tués à Bruxelles.

1349 : Les juifs de Bâle en Suisse, sont brûlés sur une ile du Rhin le 9 janvier, et leurs enfants, qui furent épargnés, furent baptisés.

1349 : A Zurich, et à Bâle, en Suisse, les juifs sont accusés d’avoir tué un enfant dont le corps est retrouvé dans le Wolfsbach, et les autorités ne peuvent arrêter la population. Les juifs furent torturés et brûlés vifs la veille de la Saint Matthias, le 21 septembre 1349.

1349 : Eberhard de Kybourg chasse les juifs de Berthoud, dans le territoire de Berne en Suisse, pendant la nuit du 16 février 1349, et confisque tous leurs biens.

1349 : At St. Gall en Suisse, de nombreux juifs sont brûlés, d’autres sont chassés. A Diessenhofen, les juifs sont brûlés vifs, leurs maisons sont dévalisées puis saccagées. Certains s’échappent au château de Kybourg. Les villes d’où les juifs sont chassés demandent à leur protecteur, le duc Albrecht d’Autriche, qu’ils soient brûlés vifs par leurs juges, et menacent de le faire eux-mêmes. Un grand nombre de juifs, environ 330, sont envoyés au bûcher le 18 septembre, et quelques uns sauvent leur vie en acceptant de se faire baptiser. A Schaffhouse, de nombreux juifs sont massacrés et brûlés vifs.

1349 : A la fin de la Peste Noire, les juifs ont été attaqués dans plus de 340 villes de l’empire germanique (territoire qui couvre actuellement l’Allemagne, la Suisse, l’Alsace, l’Autriche, la Belgique, les Pays-Bas). Cela représente la presque totalité des villes où vivaient des juifs au milieu du xive siècle, à l’exception des territoires autrichiens où ils furent relativement épargnés.

1370 : Les juifs de Bruxelles sont accusés d’avoir profané le Saint sacrement. 6 juifs sont brûlés vifs, et tous les juifs sont bannis du comté de Brabant, et jusqu’en 1820, une fête était célébrée tous les 15 ans à cette occasion.

1380 : Les Juifs sont expulsés de la ville libre d’Ulm en Allemagne.

1384 : Les Juifs sont expulsés de la ville libre de Magdebourg en Allemagne.

1388 : Les Juifs sont expulsés de la ville libre de Strasbourg.

1391 : Persécution des juifs d’Espagne. A Séville et dans 70 autres communautés, les juifs sont sauvagement massacrés et leurs corps déchiquetés.

1393 : La ville d’Auxerre se tourne vers les autorités de Paris pour faire expulser les Juifs de son territoire.

1394 : Seconde expulsion des juifs de France. Le roi Charles VI signe un Edit d’expulsion des Juifs de France, avant le 03 novembre. La population les accuse d’empoisonnement, de causer des épidémies et leur reproche la pratique de l’usure. La théologie chrétienne élabore sa doctrine antisémite.

1410 : Les Juifs sont expulsés de la ville libre d’Augsbourg en Allemagne.

1420 : Les Juifs sont expulsés de l’archevéché de Mayence en Allemagne.

1428 : Massacres de juifs à Manosque, en France.

1434 : Les Juifs sont expulsés de la ville libre de Spire.

1434 : les hommes juifs d’Augsbourg en Allemagne doivent coudre des boutons jaunes sur leurs vêtements. Les juifs sont forcés de porter de long sous vêtements, des manteaux avec des bandes jaunes, des cloches, et des grands chapeaux jaunes et pointus à gros boutons.

1453 : Le moine franciscain Capistrano persuade le roi de Pologne de supprimer tous ses droits aux juifs.

1456 : Emeutes contre les juifs de Cavaillon en France.

1457 : Le Concile d’Avignon interdit aux Juifs l’exercice de la médecine et la vente de viande préparée selon leurs rites.

1458 : Un règlement de police d’Avignon interdit aux juifs de pratiquer certains métiers.

1459 : A Carpentras, une émeute éclate contre les juifs, fomentée par un notaire, Robert Martini. Plus de 60 Juifs sont tués. Les coupables sont tous graciés.

1459 : Interdiction aux juifs d’être fermiers.

1460 : Demande du Conseil Municipal de l’expulsion des Juifs de Pernes, en France.

1460 : Massacre évité à Mazan où les juifs seront protégés, voire cachés par le seigneur, Honoré Astoaud.

1475 : Les juifs de Trente sont accusés d’avoir tué un enfant chrétien pour confectionner des galettes de Pâques avec son sang et de nombreux juifs sont persécutés et massacrés.

1475 : Pogrom à Digne, en France, le vendredi Saint.

1478 : L’inquisition espagnole contre les juifs commence.

1484 : Pogrom à Arles, en France.

1485 : Emeutes contre les juifs de Cavaillon.

1485 : En mai, émeutes contre les juifs à Avignon.

1486 : 60 juifs s’embarquent pour la Sardaigne. Des « Comités spontanés » les empêchent de vendre leurs biens.

1486 : A Carpentras, conformément à des ordres supérieurs, le Conseil Municipal ordonne aux Juifs d’abandonner aux Chrétiens la rue de la Galaffe, et de se contenter de la rue de la Muse. Les maisons des Juifs ne doivent avoir aucune vue sur les rues des Chrétiens « parce que le fils de l’esclave ne doit pas être place au même rang que le fils de la femme libre ».

1492 : Les juifs sont interdits à Arles.

1492 : Expulsion des juifs d’Espagne. Les Rois Catholiques Ferdinand II d’Aragon et Isabelle de Castille publient le décret d’Alhambra ordonnant la conversion ou le départ des Juifs d’Espagne. 300 000 juifs qui refusent d’être baptisés voient tous leurs biens confisqués et sont chassés d’Espagne sans rien pouvoir emporter avec eux.

1496 : Les juifs commencent à être expulsés du Portugal.

1496 : Les juifs sont interdits à Tarascon en France.

1497 : Bannissement des juifs du Portugal. Le roi Manuel, habituellement amical envers les juifs, met en place le baptême forcé des juifs sous la pression de l’Espagne. 20 000 juifs cherchent à quitter le pays, et beaucoup sont réduits à l’esclavage.

1498 : Charles VIII expulse les juifs de Provence.

1501 : L’édit d’expulsion contre les juifs de Provence est confirmé par Louis XII.

1504 : A Pernes, les juifs sont enfermés dans la rue Catte, où il leur est permis d’édifier une synagogue, « pour les séparer des Chrétiens ».

1505 : Expulsion des Juifs d’Orange (Ordonnance de Courthezon).

1515 : A Isle, en France, émeutes et violences contre les Juifs. Le Légat gracie les coupables.

1516 : Un ghetto juif est créé à Venise.

1540 : Les juifs sont chassés de Naples en Italie, puis 10 ans plus tard, de Gènes et de Venise.

1543 : Martin Luther publie un pamphlet intitulé « Sur les juifs et leurs mensonges » qui servira de base idéologique aux nazis et à Hitler.

1569 : Le 4 avril, les Juifs sont exclus par le pape de tous ses états, sauf Rome et Ancone. Le cardinal d’Armagnac, co-légat d’Avignon, les expulse du Comtat. L’Ecole est vendue. De nombreux actes de notaire attestent des ventes de maisons, étables, granges. Une partie des familles émigrent vers l’Empire Ottoman et le Piémont.

1570 : Les élus du Comtat, réunis à Carpentras, demandent le départ effectif des Juifs.

1582 : Des juifs sont expulsés de Hollande.

1570 : Une Ordonnance du Légat confirme l’expulsion des Juifs. Les maisons du quartier juif, y compris la synagogue, sont « passées » aux chrétiens.

1603 : Le Vendredi Saint, les Juifs de Carpentras sont accusés d’avoir traîné la Croix dans la boue et crucifié un agneau, d’autres disent un mannequin de paille. Ils sont condamnés et une inscription est placée dans la cathédrale.

1652 : Le Vice-Légat impose la séparation absolue des habitations juives et chrétiennes d’Avignon.

1653 : Interdiction faite aux Juifs, sous peine de fouet, de passer la nuit hors du quartier des Carrières d’Avignon, sauf autorisation.

1660 : Louis XIV s’empare d’Orange. Les juifs sont autorisés à revenir habiter Orange.

1666 : La Communauté de Bédarrides est condamnée pour avoir enterré, dans son cimetière, un Juif d’Orange.

1687 : Expulsion des Juifs d’Orange, à la suite de la Révocation de l’Edit de Nantes (1685).

1699 : Les Juifs de Carpentras, menacés d’expulsion, émigrèrent en grand nombre. L’édit d’expulsion ne fut pas publié. Une partie de ces exilés alla en Turquie, en Palestine (encore), d’autres en Provence.

1704 : L’inquisiteur Général d’Avignon, le père Lacrampe, définit un règlement qui est, sans doute, une des premières législations antijuives formelles.

1709 : Année de grave disette. On attribue une livre de blé par jour aux chrétiens, une demie aux juifs.

1732 : Nouvel arrête d’expulsion des juifs d’Orange.

1738 : Accueil à Carpentras du rabbin Abraham Gediliya, émissaire de la Communauté juive d’Hébron en Palestine, qui sera suivi par la construction de l’actuelle synagogue de Carpentras.

1753 : Confiscation de livres hébreux a Carpentras, ordonnée par la Sainte Congrégation de Rome.

1774 : Edification de l’actuelle synagogue de Cavaillon. Sur la porte on pouvait lire « C’est ici la porte du Seigneur, les Justes peuvent y entrer ».

1787 : Edit de Tolérance aux non catholiques.

1788 : Versailles précise que l’Edit de Tolérance n’est pas applicable aux juifs.

1790 : Le 28 janvier, les Lettres Patentes du Roi reconnaissent citoyens français les juifs portugais, espagnols et avignonnais.

1791 : Le 27 septembre, les juifs d’Alsace et de Lorraine deviennent citoyens français.

1794 : Lois restrictives contre les juifs en Russie. Les juifs sont contraints de servir pendant 25 ans dans l’armée russe. Des centaines de milliers de juifs fuient la Russie.

1846-78 : Toutes les lois discriminatoires contre les juifs dans l’état du Vatican sont renforcées par le Pape Pie IX.

1881 : Alexander II de Russie est assassiné. Les juifs sont accusés. Environ 200 pogromes (destructions de commerces juifs, incendie de maisons appartenant à des juifs, massacres, viols) s’en suivent. Des milliers de juifs se retrouvent sans abris et ruinés. Quelques juifs sont poursuivis en justice pour l’assassinat, et reçurent de très faibles sentences.

1894 : Le capitaine Dreyfus, un officier français, est accusé de trahison par un faux documents écrit par un officier antisémite. Il est condamné à la prison à vie, alors que le gouvernement savait que le major Esterhazy était coupable. Emile Zola et Jean Jaurès luttèrent pour rendre justice à Dreyfus.

1896 : Le journaliste Théodore Herzl, motivé par cet évènement, publia « l’état juif, une solution moderne à la question juive ».

1903 : De nouvelles lois réduisent les droits des juifs de Russie, suivis de nombreux massacres en Russie et en Ukraine. Pendant les pogromes, des milliers de femmes juives furent violées, battues ou massacrées. La communauté juive de Russie s’appauvrit très fortement suite à ces restrictions.

1903 : A Kishinev, un journaliste publia une série d’articles accusant la communauté juive d’avoir tué un enfant chrétien, ce qui excita la population. 40 juifs furent massacrés, 500 furent blessés, 700 maisons furent mises à sac et détruites, 600 commerces furent pillés et détruits et 2000 familles juives se retrouvèrent sans abris, ayant tout perdu. L’enquête permit de découvrir que l’enfant avait été tué par des membres de la famille, et le journaliste déclaré ne porter aucune responsabilité.

1905 : un pamphlet antisémite publié en 1900 est transformé par l’Okhrana, la police secrète de Nicolas II en un document intitulé « Le protocole des sages de Sion » qui soutient qu’il existe une conspiration mondiale des leaders juifs pour monter les nations chrétiennes les unes contre les autres pour dominer le monde. Le livre circule largement en Russie, en Allemagne, en France et aux Etats Unis, et étend l’antisémitisme.

1915 : 300 000 juifs sont déplacés des frontières de la Russie vers l’intérieur du pays. Environ 100 000 périssent de faim.

1917 : Après la révolution de 1917, l’armée blanche se sert du protocole des sages de Sion pour diffuser la haine des juifs. 200 000 juifs sont massacrés en Ukraine.

1920 : En Allemagne, la défaite durant la première guerre mondiale et les difficultés économiques sont mises sur le dos de « l’influence juive ».

1923 : 51 état membres, soit la totalité de la ligue des nations, déclarent à l’unanimité que : « Nous décidons de reconnaitre la relation historique du peuple juif avec la Palestine comme motif pour reconstituer leur foyer national dans ce pays ».

1933 : Nouvelles persécutions des juifs d’Allemagne.

1934 : De nouvelles lois contre les juifs sont établies en Allemagne qui leurs interdits certaines grandes écoles et certains métiers.

1938 : La nuit de cristal. Des allemands massacrent des centaines de juifs. 2 000 synagogues sont brûlées. 7 500 entreprises appartenant à des juifs sont détruits. 30 000 juifs sont arrêtés et envoyés dans des camps de concentration. Hitler remet en vigueur une vieille loi chrétienne qui ordonne aux juifs de porter une étoile jaune. Quelques centaines de juifs

1940 : La France prend des mesures restrictives des droits de juifs, et prévoit d’enfermer les étrangers juifs dans des camps d’internement dans le sud de la France.

1941 : Les biens des juifs français sont spoliés, les rafles s’intensifient et la déportation des juifs devient massive avec la rafle du Vel’d’Hiv en 1942.

1939-45 : 6 millions de juifs sont exterminés par l'Allemagne nazie.
-
-
-
Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

Écrit par : Patoucha | 01 décembre 2012

IP svp. Je quitte. Merci!

Bonne soirée

Écrit par : Patoucha | 01 décembre 2012

Arcelor Mittal empoloie quelques 2200 personnes sur le site de Florange, dont environ 700 affectés aux hauts-fourneaux. Or Le projet de fermeture de ces hauts fourneaux date de 2003, donc pré-date l'acquisition par Mittal en 2006; puis, même si ce dernier avait fait des promesses, pourquoi vaudraient-elles finalement plus que des promesses électorales et les gesticulations de politiciens? Lakshmi Mittal continue aujourd’hui de payer sa victoire dans l’OPA hostile qu’il avait lancée contre Arcelor en 2006. À l’époque, le ministre de l’Économie, Thierry Breton, n’avait pas apprécié la méthode, et estimé que Mittal devrait apprendre "la grammaire des affaires» à la française"! Les rancœurs de l’époque refont aujourd’hui surface. Et, comme en 2006, on voit surgir les attaques contre "l’industriel indien" - même si Lakhsmi Mittal est résident britannique -, pour reprendre les termes d’un communiqué très officiellement publié par 40 députés PS. Les énarques et polytechniciens ont de la peine à accepter que le monde a changé: la mondialisation leur enlève des pans entiers de leur pouvoir.

Écrit par : Ashwani Singh | 02 décembre 2012

En plus de l'aspect nationaliste et légèrement xénophobe, cette affaire met en évidence l'importance de la stabilité de la relation d'emploi dans l’inconscient collectif du monde latin européen (à l'échelle mondiale, une toute petite région): alors que l'on divorce, que les familles éclatent et se recomposent, que l'on déménage et change de voiture plusieurs fois dans sa vie, les patrons n'ont pas le droit de nous licencier! (Cette relation est à sens unique, car on a bien sûr le droit de quitter son employeur, même celui qui nous a formé, pour un meilleur salaire chez un concurrent). "Homme Libre" pourrait explorer, et certainement mieux que moi, ce paradoxe ou contradiction dans un futur billet.

Écrit par : Ashwani Singh | 02 décembre 2012

@ Ashwani: vos précisions sont très utile pour éclairer ce bras de fer sensiblement xénophobe et démagogue de ces propos du PS français.

En effet, il y a matière à un article, et je vais y réfléchir sérieusement.

Écrit par : hommelibre | 02 décembre 2012

Patoucha@ Je connais de près l'histoire d'une femme, brillante étudiante en médecine et premier prix en violon du conservatoire de Bxl. Elle a un ami juif, dont elle tombe enceinte. La famille de celui-ci lui met en jeu le marché suivant : c'est la goy ou nous. Devinez ce qu'il a choisi...
Cela ne rend pas populaire, que l'on soit en l'an 49 ou dans les années 30...
Donc vous avez raison, il n'y a pas que le nez.

Écrit par : Géo | 02 décembre 2012

Les commentaires sont fermés.