30 novembre 2012

Novembre noir

Souvent la neige vient à fin novembre. Le mois gris, sombre, mouillé des pluies, s’éclaire alors et prend des allures de janvier. Mais on n’y est pas. La lumière diminue encore, même si la sinusoïde que dessine le soleil vu du roulis de la Terre, s'aplatit à approche de Noël.


NovembreNoir.jpgLa lumière diminue. Métaphore de ce que l’humain traverse dans son existence. Epreuves physiques ou morales. Moments, longs ou courts, d’absence au monde, où l’on décline un No future au seul temps possible: celui d’une blessure d’où la vie s'enfuit. L’ombre a recouvert presque toutes les routes où l'on croyait marcher d’un pas assuré.

Chaque vie peut déborder de soleil, puis un jour se noyer dans l’obscurité. On ne commande pas à l’univers. Il y a des mots qui disent le soleil. D’autres disent le froid et l’ombre.

Novembre noir. Cette chanson a été écrite en novembre 2007, dans une sorte d’exil. Tout y est allégorique. C’est encore une version de travail et le clip home made, en fin de billet, montre ses imperfections. Son et mixage ne viennent pas encore du studio. On y entend déjà les arrangements finaux. Cette chanson figurera sur mon album numérique, dont la parution publique sur iTunes a été reportée à 2013.


Novembre noir

Tu courrais dans les rues comme un cheval de feu
Les ombres de l'automne tombaient sur les trottoirs
Ta seule trace était l'éclair fou de tes yeux
Qui aurait pu te voir tant la nuit était noire

C'était novembre froid et nuages trop lourds
Et ton visage fondu dans la pluie épaisse
Autour de toi les murs étaient devenus sourds
Aux cris de tes regards au vent de ta jeunesse


Pas un rire alentour pas un crachat de haine
Pas un regard perçant pour te crucifier
Pas de pitié dans le sentiment qui te mène
Au bout de la nuit, là où l'espoir va sombrer

Pas de matin sauveur pas de rédemption
Comme un cheval de feu tu cours sur la prairie
De l'asphalte mouillé, et tes yeux de béton
Barrent l'horizon où va se rompre la vie


Rien ne peut t'inciter à changer de chemin
Surtout pas les ruines des amours reniées
Ces boulets que tu traînes attachés à tes mains
Tes mains brûlées d'avoir tant cherché tant donné

La cendre éparpillée recouvrait les fenêtres
Nulle lumière nulle chaleur autour de toi
Tes pas dans ce silence où rien ne saurait naître
Et la fureur du ciel tonnant son désarroi


Où sont donc les humains? couchés dessous la terre
Cachés dans les miradors de la solitude
Pourrissant de silence dedans leur coeur de verre
Cassés jetés au fleuve, noyés d'ingratitude

Noyés si misérables incapables de rien
Sauf à se déchirer ou à jouir du sang
Que leurs frères maudits font couler de leurs mains
Leurs mains plongées dans le ventre des enfants


Ces enfants qu'ils ont faits pour les assassiner
Ou pour les rendre fous de si peu de lumière
Et de trop de mépris, ces enfants déchaînés
Déchirant à leur tour  le masque de leurs pères

Le sang sort de leur bouche à chaque mot vomi
Chacun maudit chacun dans cette humanité
Qui n'en a que le nom où est le paradis
Qui nous était promis pour une éternité?


Il ne reste plus rien et tes yeux sont fermés
Ne plus voir cette ville partir loin de ce monde
Plonger dans la nuit bleue du fleuve échevelé
Et renaître en un ciel que la beauté inonde

C'était novembre froid et nuages trop lourds
Et ton visage fondu dans la pluie épaisse
Autour de toi les murs étaient devenus sourds
Aux cris de tes regards au vent de ta jeunesse

C'était novembre froid et nuages trop lourds
Et ton visage fondu dans la pluie épaisse
Autour de toi les murs étaient devenus sourds
Aux cris de tes regards au vent de ta jeunesse

 

@ John Goetelen


09:43 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : novembre, noir, neige, soleil, pluie, épreuve, futur, no futur, ombre, chanson, goetelen, exil | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Je n'ai pas le son :(((((((((


Nous avons besoin de tendresse et de gaité dans ce monde de brutes, et là c'est franchement lugubre.

Écrit par : Patoucha | 30 novembre 2012

Les commentaires sont fermés.