11 novembre 2012

Les hommes, biologiquement plus fragiles?

«Les troubles d'apprentissage, les difficultés de langage (comme la dyslexie et le bégaiement), le déficit d'attention avec ou sans hyperactivité et le syndrome d'Asperger, cette forme légère d'autisme, sont quatre à dix fois plus courants chez les garçons que chez les filles.»


homme,femme,différence,féminisme,culture,nature,susan pinkerCes propos sont de Susan Pinker, une psychologue canadienne. Elle pratique la psychologie du développement depuis 25 ans. La majorité de ses patients sont des garçons, à cause d’une plus grande fragilité selon elle. Il sont sujets à plus de troubles que les filles. Elle ajoute:

«Ces dernières réussissent généralement beaucoup mieux en classe que les garçons. Leurs succès, leur comportement plus discipliné et leur plus grande motivation semblent les destiner à un avenir plus prometteur que les garçons, lesquels, croit-on, devront lutter sans merci pour se tailler une place au soleil.»

L’éducation expliquerait-elle à elle seule la différence de comportement scolaire? C’est peu probable car cela signifierait que les garçons ne seraient pas éduqués à la réussite mais à l’autodestruction. Idée déraisonnable. Le passage à l’âge adulte semble inverser les données citées par Madame Pinker: elle mentionne que des garçons présentant des troubles ont parfois très bien réussi leur vie professionnelle et occupent des postes exigeants et très rémunérateurs. Au contraire, des femmes de grande intelligence et bardées de diplômes choisissent des postes plus modestes. Ce constat confirme celui que je relatais précédemment: les femmes ne suivent pas les mêmes données et le même parcours que les hommes.

Susan Pinker suggère l’explication suivante: les femmes sont plus portées sur les soins et le bien-être. Elles sembleraient peu nombreuses à trouver une satisfaction ou un accomplissement dans une carrière. La position hiérarchique ne les intéresse que peu.

«De 75 à 80 % des femmes accepteront un salaire moindre pour un emploi qui sera par ailleurs plus gratifiant. La valorisation que leur procure l'emploi par le défi intellectuel qu'il représente et le but humanitaire qu'il poursuit prend le pas sur le salaire offert. Travailler avec des gens qu'elles respectent, accomplir un travail qui contribuera à changer le monde, bénéficier d'horaires flexibles sont les facteurs qui priment pour la plupart des femmes»

Elle ajoute:

«Alors que les hommes sont souvent extrêmes dans leurs intérêts, la plupart des femmes homme,femme,différence,féminisme,culture,nature,susan pinkersont plus modérées et ont des buts multiples dans leur vie. Elles désirent travailler, fonder une famille, maintenir des relations étroites avec leurs parents, suivre les événements culturels dans leur ville, s'impliquer dans leur communauté.»

Et si la compétition et la réussite visible, professionnelle, étaient pour les garçons des sortes de compensation à leur faiblesse? Vouloir en faire plus les assure, peut-être, d’avoir au moins un minimum de valeur et de reconnaissance. Ou, comme les femmes connaissent la fragilité de la vie au travers de l’enfantement, peut-être cette fragilité des garçons leur enseigne-t-elle biologiquement l’importance de la bataille pour la survie?

En tous cas selon Susan Pinker les priorité des femmes ne seraient pas la compétition et la carrière mais la coopération avec leur famille et leur communauté. Cela conforte les études relatées ailleurs sur l’intérêt des nouveaux-nés filles pour les représentations humaines alors que les nouveaux-nés garçons s’intéressent dès la naissance aux représentations plus techniques.

Les différences entre les femmes et les hommes ne serait pas simplement un conditionnement culturel mais une nature, ou un instinct, ou une configuration décelable chez les petits humains avant que la culture ne les influence. Les choix adultes tels que décrits par Susan Pinker confirment ces différences. Dans cet ordre d’idées, la réclamation acharnée du pouvoir économique et politique pour les femmes n’est pas le projet de la majorité d’entre elles, mais de quelques-unes, assez masculinisées, qui se servent de l’ensemble des femmes pour assouvir leur besoin personnel.

Aura-t-il fallu 50 ans d’errance intellectuelle féministe à vouloir démontrer à tout prix que les différences ne sont qu’une invention, pour à la fin reconnaître qu’elles existent? Personnellement je pense que l’objectif du féminisme est de détruire la société, comme une sorte de revanche suicidaire contre un passé dont la lecture est biaisée, ou comme une peur infantile d’accepter les différences. Et ce malgré une certaine légitimité à une époque.

Le problème n’est pas d’être différents. Le seul problème éventuel de la différence est le jugement négatif que l’on pourrait porter sur cette différence et les discriminations qu’il pourrait induire. Ne portons pas de préjugés négatifs sur les femmes ni sur les hommes, ni sur l’infirmité intersexe, ni sur la couleur de peau, et la différence sera ce qu’elle a toujours été: une dynamique relationnelle et reproductive, et un apprivoisement de l’altérité.



Et un peu de Monty Python pour sourire du thème:

18:54 Publié dans Féminisme, Politique, Psychologie, Santé, Science, société | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : homme, femme, différence, féminisme, culture, nature, susan pinker | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

@Hommelibre ok vous les hommes êtes plus fragiles mais dès 60 ans. Faut pas exagérer tout de même ,faites comme les anciens assumez et cessez de jouer aux femmelettes.Navrée mais ces plaintes commencent vraiment à dégouter celles qui ont été plus que femmes durant toute leur vie et qui vu l'état pleureur actuelle des mâles comprennent mieux le pourquoi de tant de divorces.
Parceque pour courir jupones plus jeunes,c'est fou les ailes soudain vous faisant oublier vos faiblesses/rire
Décidément plus on approche de la frontière avec la France plus les mâles machistes tout soudain ressemblent à des saules pleureurs ,n'en faites pas un habitude sinon plus personne ne vous croira
Pauvres choukinets on va se mettre au lit pour vous plaindre/vieille expression suisse

Écrit par : lovsmeralda | 12 novembre 2012

Certains hommes moins intelligents que les femmes...?

Écrit par : Dave | 12 novembre 2012

@ Lovsmeralda:

Vous vous méprenez. Les observations de Susan Pinker servent à mieux comprendre les hommes. Pourquoi n'y aurait-il pas une fragilité biologique dès l'enfance chez certains? Pouvez-vous donner des infos invalidant les propos de la psychologue?

Etre hyperactif ou atteint d'autisme par exemple n'est pas être une femmelette, comme vous le dites. Mais je comprends que les hommes aient appris à serrer les dents et à la boucler, votre réaction montre que c'était l'attente à leur égard dans le passé, et en partie encore aujourd'hui.

La souffrance masculine n'en existe pas moins et ils n'ont pas besoin que l'on y réagisse en maman de substitution ou par la moquerie. Ce n'est pas par hasard si le cancer du sein fait l'objet de grandes campagnes et de dépistages systématiques alors que le cancer de la prostate n'intéresse pas grand monde, malgré ses conséquences mortelles ou invalidantes. Sans parler des reproches de nombre de femmes sur le silence des hommes, ou les souffrances secrètes qu'ils gardent en eux et qu'ils traduisent en comportements fermés, en maladies diverses. Ce n'est pas systématique mais cela arrive.

Je ne vois pas en quoi s'occuper de la santé des hommes et de leurs possibles fragilités serait jouer au saule pleureur. Vos propos sont, disons-le gentiment, étranges et dénigrants. Que les miens vous conduisent à m'enlever du crédit, comme vous le dites, montre surtout votre désintérêt pour la part masculine de l'humanité et une forme de sentiment de supériorité mal placé.

Mais vos propos ont l'avantage de montrer que l'admiration portée aux hommes qui ne montrent pas leurs troubles, est une manière de cacher son impuissance à leur égard et d'illustrer la toute-puissance qui leur est à tort prêtée. Vous illustrez très bien comment certaines femmes ont surestimé et surprotégés certains hommes, et combien cette attitude est de nature à fausser les relations et à développer des stéréotypes-paravents dans les relations.

Écrit par : hommelibre | 12 novembre 2012

" le pourquoi de tant de divorces."

http://www.homme-culture-identite.com/article-aldo-naouri-contre-la-tyrannie-des-meres-108528284.html

surtout de la recherche de l'amour adolescent, cas de beaucoup de femmes aujourd'hui.

Écrit par : leclercq | 12 novembre 2012

Le problème c'est qu'objectivement les hommes sont supérieurs aux femmes dans tous les domaines (allez, avouons-le) mais que là n'est pas la question: nous sommes différents et les féministes ont le tort de vouloir comparer l'incomparable et surtout, l'inutile.

Écrit par : Objectif | 12 novembre 2012

@Hommelibre ,en effet cette fragilité existe chez l'homme mais il ne faut pas la cultiver non plus.Que la société d'hyperféministes socialistes ou je ne sais quels istes redonnent aux hommes la place qui est la leur.Cela fait 7 ans qu'on tourne autout du même pot de recherches pour satisfaire à l'égo de quelques'un ou unes.L'homme est un homme et la femme se doit de rester pour l'épauler non l'écraser mais combien de fois cette phrase a t'elle été écrite ,raison de mon emballement en voyant le peu de résultats vraiment concrets.
Excepté la seule vraie vérité c'est qu'en étant femme ou homme on nait tous par un trou et on meurt tous dans un trou,seule réelle égalité
Quand au cancer du sein celui ci intervient bizzarement très souvent après le décès de la maman.Quand à la prostate je suis d'accord avec vous mais peut-être que si vous secouiez le panier de crabe pour que cela bouge en votre faveur ,ce test deviendrait aussi une mode,car s'en est une.
Depuis 68 on ne compte plus le nombre de modes qui disparaissent tous les 7 ans pour revenir ensuite faute d'alibi électoral comme celui du divorce en faveur de l'enfant repris par les femmes socialistes,on croit réver mais à défaut de climat reprenons l'enfant comme paravent.
A croire que l'informatique tue peu à peu la poule dans l'oeuf et qu'à défaut d'initiatives personnelles les seules d'ailleurs offrant des résultats sur le long terme. Le collectif a mis un bandeau encore plus épais que celui du veuvage sur les yeux de ceux qui aimeraient réformer ce monde tous les 6 mois en vous amenant et ce de plus en plus dans le panier des eugénistes ceux-là mêmes qui préconisaient qu'ils n'était pas bon qu'un enfant tint un cahier de bord
Mais le monde n'a jamais été parfait et nous notre futur étant derrière je dirai comme les anciens que nous sublimions ,à chacun son tour et sa croix.Nous on a payé le prix pour le progrès que les suivants en fassent tout autant et en voyant le résultat actuel on comprend que même en Amazonie ceux considérés comme des attardés mettent des bâtons dans les eugénistes parti pour les controler jusque même dans leurs filets de pêches
Je suis trop âgée pour me lancer en politique ,j'ai encore d'importantes charges sur les épaules,mais plus jeune certainement que j'adhérerais pour mettre le nez des gauchistes et autres istes là ou ils détestent le plus aller,c'est à dire au boulot tout simplement
re-bonne journée pour Vous

Écrit par : lovsmeralda | 12 novembre 2012

pas besoin d'avoir fait de hautes études pour savoir que les femmes et les hommes fonctionnent différemment .y'a longtemps que tout cela se sait,mais diable qu'ont-elles dans leur cerveau ? leur manque-t'il le neurone d'un raisonnement quelconque?
A croire qu'elles ont peur de découvrir la vérité qui est sous leurs yeux de femmes plus ordinatrices que leur ordinateur qui sans doute doit dormir à leur coté
J'ai vécu dans un monde ou deux fois par année y'avait 2000 hommes nous étions complices dans leurs malheurs et bienheureuses de les entendre chanter avant leurs congés .Ensuite toujours interne dans le milieu hospitalier ou le personnel faisait corps avec les patients,peut-être est-ce aussi ce qui me fait voir le monde sous un autre angle .Et bien entendu qu'en parlant d'enfants fragilisés je ne met pas les enfants à problèmes psychologiques.Il faut savoir différencier tout comme le vrai du faux!

Écrit par : lovsmeralda | 12 novembre 2012

"pas besoin d'avoir fait de hautes études pour savoir que les femmes et les hommes fonctionnent différemment .y'a longtemps que tout cela se sait,mais diable qu'ont-elles dans leur cerveau ? leur manque-t'il le neurone d'un raisonnement quelconque? "

super cette phrase j'aime beaucoup merci de cette lucidité lovsmeralda

Écrit par : leclercq | 12 novembre 2012

et concernant l'autisme le destin malheureusement n'est pas raciste y'en avait autant du coté masculin que féminin.Mais peut-être qu'aujourd'hui à force de traitement hormonaux le masculin paie davantage le prix .Mais encore une fois tous ces traitements sont eugénistes qui a le plus intéret à ce qu'il y a ait de plus en plus d'enfants malformés.Sans doute pas le pouvoir! mais aux femmes aussi de pas croire aux belles paroles des alouettes qui on le sait aiment par dessus tout plumer.Les césariennes en trop grand nombre pour satisfaire aux vacances des gynéco,là aussi il serait intéressant de savoir les nombreuses séquelles des enfants privé de leurs forces à gagner
parceque c'est prouvé,l'enfant né par césarienne est moins combatif.Il peut y avoir une raison parentale en plus ,car il sera davantage couvé.
Et une parole magnifique pour terminer,vaut mieux un enfant à retenir qu'à pousser et c'est là que le bat blesse aussi ,les parents ont peur , l'enfant le perçoit et ce dès l'âge de trois ans puisque tout se joue avant cet âge
Faites des enfants avant l'âge d'être grands parents vous y gagnerez en force et en joies sur le long terme .Car même devenu adulte y'a des jours ou vous aurez encore envie de lui botter les fesses , c'est ce qui fait le sel de la vie de tous les jours

Écrit par : lovsmeralda | 12 novembre 2012

@Hommelibre oulala toutes mes excuses,je venais de lire un article faisant suite aux demandes de femmes socialistes pour réduire le temps du divorce à 2 ans ce qui est déjà, et ayant pris l'enfant pour seul prétexte évidemment.Car si divorces il y a de plus en plus c'est la faute à qui ? en tous pas aux radicaux ni à l'UDC.
Quand aux autistes si à une époque des hopitaux psychiatriques ont été créés c'était justement pour mettre à l'abri des handicapés divers.Ils étaient trop souvent utilisés comme animaux de foire.Il fallait les préserver de tous ceux qui n'y connaissaient comme les sectes ,les religieux toujours en compétition avec la médecine.D'ailleurs sans les scientologues qui ont voulu mettre leur grain de sel dans la médecine,on en serait sans doute pas à nouveau entrain de chercher des solutions qui avaient déjà été trouvées mais par des professeurs en psychiatrie et non sectaires ou des iluminés qui croient tout savoir et qui ignorent tout!
Qu'on ne me sorte plus le mot harmonisation au vu de ce qui se passe au niveau scolaire ce sont des hopitaux psychiatriques pour enfants mineurs qui devront être créés si les parents ne sont pas tous devenus tabloids avant!
Encore toutes mes excuses les plus plates/vieille expression

Écrit par : lovsmeralda | 12 novembre 2012

Ok Lovsmeralda, pas de souci! :-)

Écrit par : hommelibre | 12 novembre 2012

"Le problème c'est qu'objectivement les hommes sont supérieurs aux femmes dans tous les domaines"
Euuh... non . Justement pas.

Écrit par : nemotyrannus | 12 novembre 2012

@ Nemo: je pense qu'Objectif blaguait...

Écrit par : hommelibre | 12 novembre 2012

C’est peu probable car cela signifierait que les garçons ne seraient pas éduqués à la réussite mais à l’autodestruction. Idée déraisonnable.

==> Ha bon idée déraisonnable ? Vraiment ?
En quoi est ce déraisonnable? La société dans sa forme actuelle n'est pas la pour le bien être des garçons.
Les garçons des leur plus jeunes ages sont éduqué a souffrir en silence, le mot victime est une insulte dans leurs jargons.
Pensez vous que c'est sans influence ?
Cette manière d'élevé les garçons n'est en rien profitable aux garçons par contre c'est largement profitable à la société d'avoir au moins la moitié de la population en petits esclaves qui se taisent et souffre pour la maintenir tout en gardant le silence.
La différence dans l'éducation est principalement du à la méthode d’apprentissage qui est largement favorable aux filles, aux USA les garçons élevés à la maison on la même réussite scolaire que les filles.
Mais c'est sur qu'avouer qu'a l'heure actuelle les garçons sont largement discriminés et ceci a plusieurs nouveau c'est pas politiquement correct, continuez votre guerre silencieuse, a un moment il faudra payé le prix, qui est bien au delà de tout ce que vous imaginez.
L'homme jetable est une réalité, c'est le pilier de la plupart des sociétés du monde.
Pour le reste en STEM il y a toujours 80% de garçons malgré le sexisme ouvert pour faire baisser leurs nombres.

Écrit par : dereck | 13 novembre 2012

le peche originel et eve et le serpent on foutu la pagaille

Écrit par : gilbert | 20 octobre 2013

Les commentaires sont fermés.