06 novembre 2012

Surpopulation: Ecopop et la bête immonde (1)

René Dumont ne disait pas autre chose: la démographie galopante est une bombe qui fera exploser la planète. Il l’a répété pendant des décennies. Il l’a clamé haut et fort en Europe, en Afrique, ou lors de conférences internationales sur l’agriculture. Il a appelé les pays à forte démographie à limiter les naissances. Cet ingénieur agronome, ancien candidat à l’élection présidentielle française en 1974, icône écolo de tous les grands combats des Verts (qui n’étaient pas encore devenus rouges) de son époque, avait donné une assise théorique à un thème fondamental du mouvement écologiste: la limitation de la démographie.


ecopop,population,démographie,décroissance,bête immonde,nazi,eugénisme,écologie,suisse,rené dumont,verts,Personne ne l’a jamais accusé d’accointances intellectuelles avec la théorie eugéniste ou nazie. Paradoxalement René Dumont a prêché pour le contrôle et la réduction démographique dans une époque où de grands rassemblements de groupes de rock (exemple: le Band Aid) ramassaient des fonds pour nourrir des populations d’Afrique souffrant de la famine. Il serait bien sûr iconoclaste de prétendre que la famine est une forme de régulation démographique, puisqu’elle n’est pas un choix raisonnable de limitation des naissances mais plutôt la conséquences d’aléas climatiques et de guerres.

Ces derniers jours l’association suisse Ecopop (Ecologie et Population), que je ne connaissais pas, a déposé une initiative fédérale. Les Suisses voteront donc sur le thème de la limitation volontaire et dirigiste de la population. Cette initiative soulève déjà la polémique, au point où un géographe de l’EPFL, Pierre Dessemontet, membre du parti socialiste, a sauté comme une chatte sur un toit brûlant en criant au «retour de la bête immonde» - entendez par là le nazisme et l’eugénisme. L’argument qui prétend tuer, mais dont le ridicule tue celui qui l’emploie par l’absence d’analyse et de réflexion. La Reductio ad Hitlerum* ne saurait être le signe d’une pensée. Comment une telle bêtise peut-elle être présente dans une haute école suisse?

Il n’est pas le seul. Ecopop a déposé plainte en diffamation contre Maria Roth-Bernasconi, socialiste genevoise, pour avoir associé l’initiative au national-socialisme, et contre Antonio Hodgers, écologiste genevois, pour avoir parlé d’eugénisme. En soi ces plaintes n’ont pas d’intérêt. Pourquoi activer la justice sur deux points qui devront justement être inclus dans le débat afin d'éviter les procès d'intention?

Rien dans les buts d’Ecopop ne permet d’assimiler cette association à une quelconque promotion de l’eugénisme (choix de la population par la naissance) ou à une résurgence d’un projet fasciste. Cet aspect polémique et ce procès d’intention sont donc nuls et non avenus. Que Monsieur Dessemontet pète sur sa chaise n’y change rien. Les bons sentiments altruistes ne sont pas en cause. Ce qui est proposé à la réflexion est une limitation volontariste, obligatoire, du nombre d’habitants en Suisse.

La question en elle-même n’est pas inopportune. La Chine pratique une limitation autoritaire des naissances afin d’éviter de voir s’étendre la pauvreté sur son territoire. Personne ne prétend que la Chine nourrit la «bête immonde».

Au-delà des nouveaux tabous et de la peur d’en débattre, cette initiative mérite mieux que le mépris affiché par Monsieur Dessemontet et ses cris de cochon émotionnel, ou que la langue de bois des écolos schizophrènes qui ont oublié que René Dumont fut leur père (spirituel...). Ces Verts qui d’un côté rejettent le sujet pour cause d’éventuel eugénisme, et de l’autre prônent la décroissance globale.

Ecopop n'est pas le nom d'un groupe de rock. Mais le débat va swinguer.


A suivre ici.



* Reduction ad Hitlerum: Fait d’assimiler une proposition d’un adversaire à une pensée nazie sans passer par la case argumentation. La Reductio ad Hitlerum est une forme de cri de cochon émotionnel qui permet d’éviter le fond des débats. Sur la carte des mets politiques ce cri de cochon émotionnel est en général plutôt la marque de fabrique d’une certaine gauche.

Commentaires

Ce qui m'a toujours scié c'est de voir les Verts se fâcher tout rouge pour des tomates ou du pinard venant d'Espagne ou d'Italie vendus à la Coop ou Migros. Et faire les apôtres du multiculturalisme lors de fêtes multiculturelles avec buffets et boissons de tous les continents,.... idem pour les vilains automobilistes genevois, qui sont indésirables dans leur propre canton. Contrairement aux plaques 74, 01, 22, 34, 78, 13, 69.... qui elles sont les bienvenues au nom du "mondialisme et partage des richesses".

Écrit par : Riro | 06 novembre 2012

Cochon émotionnel? Vous êtes vous même un cochon? Un cochon psychopathe par exemple?

Écrit par : Sharon Silverstein | 06 novembre 2012

Je vous conseille la lecture de ce Vert tout aussi cinglé que Dessemontet : http://raphaelmahaim.blog.24heures.ch/archive/2012/11/01/ecopop-ou-la-liberte-des-sangliers.html

Écrit par : Courant alternatif | 06 novembre 2012

Ah! Bravo! Pour une fois je suis d'accord avec vous sur l'essentiel.

Sauf qu'à ma connaissance la Chine - qui a raison avant tout le monde sur ce sujet - n'a pas une politique "autoritaire", mais incitative : plus d'un enfant entraîne plus d'impôts. Voilà une belle manière de faire rentrer des sous dans les caisses de l'Etat. Notre planète n'est pas extensible et ses ressources non plus. Peut-être les opposants à la décroissance démographique préfèrent-ils une régulation de la population mondiale par les guerres (prochaine guerre mondiale pour les ressources) ou par les épidémies avec des microbes confectionnés dans les laboratoires...

Écrit par : Johann | 06 novembre 2012

@ Courant alternatif:

La citation de Onno Maxada dans le billet de Raphaël Mahaim est assez monstrueuse dans son genre. Prétendre que se référer à des normes liées à la nature - comme l'espace vital - conduit au fascisme est une très mauvaise lecture de la réalité. L'Allemagne romantique a porté très haut un certain culte de la nature, mais ce n'est pas cela qui a fait venir le nazisme. Celui-ci s'est plutôt emparé de ce culte parce qu'il plaisait déjà aux allemands.

Les celtes, les africains animistes, les chamans d'Amérique, n'ont pas engendré le fascisme alors que leur relation à la nature était très forte. Il est erroné d'opposer anthropocentrisme et nature, comme il le fait. Cela c'est la continuité du progressisme et de la logique purement productive.

Par contre il y a lieu de s'interroger sur le rapport entre la croissance de la population et les surfaces cultivables, par exemple. Là il ne s'agit pas simplement d'empreinte écologique ou de manière de vivre, mais d'avoir le minimum nécessaire pour manger. Le rapport entre la densité des villes et les espaces cultivables à la campagne n'est pas malléable à l'infini dans le sens de la densification continue des villes.

Si 10 personnes vivant dans un immeuble ont une empreinte plus faible qu'une seule vivant dans une grande maison, cela reste relatif. Le chauffage sera en partie moindre, il y aura aussi moins de routes, par exemple, mais dans quelle proportion? D'autres choses ne changeront pas: la consommation de biens, par exemple. Et 10 personnes dans un immeuble ne mangent pas moins individuellement qu'une seule dans une grande maison.

L'argument sur le libéralisme est étonnant de la part d'un vert, courant politique dont la philosophie et l'application suppose un certain degré de dirigisme étatique.

Écrit par : hommelibre | 06 novembre 2012

@ Johann:

Régulation naturelle ou forcée d'un côté, ou voulue politiquement de l'autre, c'est bien dans le débat, en effet. La volonté politique laisse quand-même des questions en suspens. J'y viens dans la suite de mon billet.

Écrit par : hommelibre | 06 novembre 2012

Si la droite affiche généralement un idéalisme humaniste pour mieux plumer la plus grande partie de la population au profit d'une minorité, les verts et la gauche sont presque tous de vrais idéalistes humanistes. Ils le sont même au point, malheureusement, d'accepter la réalité du monde lorsqu'elle ne correspond pas à leurs rêves.

Écrit par : Mère-Grand | 06 novembre 2012

Correction: lire "de refuser la réalité" ou bien "au point de refuser d'accepter la réalité". Désolé.

Écrit par : Mère-Grand | 06 novembre 2012

Sacré Yann Arthus en voilà encore un qui arrive à payer grassement une paysanne pour l'obliger à répéter consciencieusement ce que lui a envie qu'elle dise ou c'est celui qui filme et qui traduit avec un commentaire purement écologique.Cela se voit et s'entend tout de suite.Que les chaines TV cessent de nous prendre pour des ignarres
le Pape Jean -Paul je sais plus combien lui aussi n'avait plus qu'à remeur les lèvres lors d'un de ces derniers discours
Depuis 2007 on nous montre des images qui existaient depuis plus de 60 ans,faut pas rêver et c'est pas des écologistes tous de doux rêveurs souvent raveurs qui vont changer quoique ce soit.Non eux c'est leur porte-monnaie en premier et s'assurer de quelques lopins de terres sous d'autres cieux pour leur retraite.On l'a vu avec Bové et un des fils à Cousteau qui ont inventé les premiers villages vacances en pleine Amazonie

Écrit par : lovsmeralda | 06 novembre 2012

Vous avez mis le doigt sur le point essentiel, HL. L'écologisme de gauche est une pure escroquerie. Le fondement de la gauche, c'est la répartition des richesses au plus grand nombre. Cela demande d'augmenter la production de biens matériels et cela ne peut se faire qu'au dépens de l'environnement. On ne peut sortir de cette évidence logique, et toutes les gesticulations des Thorens, Hodgers ou autres ne sont que des foutaises.

Ces accusations de nazisme sur Ecopop viennent évidemment de la notion d' "espace vital" des nazis. Un vieux proverbe maoïste veut que si un fasciste prétend qu'une vache a 4 pattes, il vaut mieux s'abstenir de prétendre qu'elle en a 5...

Écrit par : Géo | 06 novembre 2012

Pour limiter la population mondiale nous devrions avoir qu'un enfant par personne donc deux enfants par couple en suisse et dans le reste du monde!
Pour ce qui concerne la suisse nous pourrions inciter les suisses et les habitants non naturalisés a cela en leur ôtant l'allocation familiale qu'ils touchent pour un enfant s'ils en n'ont trois et plus du tout d'allocation s'ils en n'ont quatre voir plus.

Écrit par : Claude | 28 septembre 2013

"Pour limiter la population mondiale nous devrions avoir qu'un enfant par personne donc deux enfants par couple en suisse et dans le reste du monde!"

Dans ce cas la population mondiale va diminuer. Tout le monde ne vit pas en couple (également les couples homosexuels), tous les couples ne désirent pas des enfants et tous les enfants ne parviennent pas à l'âge de reproduction.


"Pour ce qui concerne la suisse nous pourrions inciter les suisses et les habitants non naturalisés a cela en leur ôtant l'allocation familiale qu'ils touchent pour un enfant s'ils en n'ont trois et plus du tout d'allocation s'ils en n'ont quatre voir plus."

Comme au Japon, le mouvement naturel en Suisse se traduirait déjà par une diminution de la population si le mouvement migratoire était nul ou seulement limité. Ce que demande écopop.

http://www.les-crises.fr/demographie-du-japon/

La population de la Russie diminue aussi.


"Cela demande d'augmenter la production de biens matériels et cela ne peut se faire qu'au dépens de l'environnement."

Cela demande un diminution de la population. Mais ni les prétendus "écologistes" ou les prétendus "socialistes" ne sont prêts à l'accepter. C'est le fond chrétien qui remonte à la surface : "dieu créa donc l'homme à son image; il le créa à l'image de dieu, et il les créa mâle et femelle. Et dieu les bénit, et il leur dit: Croissez et multipliez-vous, remplissez la terre, et assujettissez-la, et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel et sur tous les animaux qui se remuent sur la terre."

Belle saloperie vieille de plus de 2000 ans qui aurait dû finir dans les poubelles de l'histoire, mais qui continue d'inspirer ceux qui se prétendent "écologistes" ou de "gauche" et qui ne valent pas mieux que les gens de droite. Et même certains "décroissants" purs et durs refusent (cf. leur journal) la seule décroissance qui fait d'abord sens : la décroissance de la population. Attendons la fin du pétrole. Alors ce sera fini de rire.

Écrit par : Johann | 28 septembre 2013

Les commentaires sont fermés.