24 septembre 2012

Zürich: le bureau de l’égalité ne répond plus! (2)

(Suite du précédent)

«1. Les Bureaux de lʼégalité recommandent lʼapplication de la parité. Pourquoi ne lʼont-ils  jamais appliquée eux-mêmes?

2. Lʼégalité est-elle mieux traitée par des femmes aux engagements féministes connus,  que par un homme dont lʼengagement pour les questions masculines est connu?


egalite3.jpg3. De fait on constate que les bureaux de lʼégalité pratiquent une discrimination contre les  hommes. Comment expliquer cela? Quelles en sont les raisons et les objectifs? Est-ce légal?

4. La directrice du Bureau fédéral de lʼégalité, Madame Durrer, a même tourné en dérision  lʼengagement dʼun homme, Monsieur Markus Theunert, comme délégué aux questions  masculines. Elle a déclaré à la télévision quʼelle «a des doutes quant à lʼaspect magique  sur le fait dʼengager un homme sur les questions dʼégalité... Je ne crois pas à lʼeffet  Zorro». Cette déclaration discriminante, empreinte dʼun sexisme affiché et revendiqué, est-  elle représentative du concept dʼégalité en Suisse? La cautionnez-vous personnellement?

5. La théorie gender est citée à plusieurs reprises par le Bureau fédéral de lʼégalité. Or le  gender est une théorie dʼindifférenciation des sexes. Cʼest donc une définition plutôt  idéologique de lʼégalité. Or la base de lʼégalité est celle de droits, de devoirs, de chances  et de valeurs. Cette idéologie gender est une théorie non scientifique dont les supportrices  principales sont des groupes de féministes radicales lesbiennes nord-américaines. Lʼune  des application de cette idéologie est la création dʼune école en Suède, Egalia, où par  peur de différencier on annule les sexes en évitant de dire aux enfants «il» ou «elle». Si  donc une idéologie aussi particulière et marquée dʼune intention partisane peut figurer  dans le programme du Bureau fédéral de lʼégalité, en quoi le fait que Monsieur Theunert  préside une association de la condition masculine pouvait-il être dérangeant à son poste?

6. Cette appartenance était connue, et on imagine donc que les thèmes de lʼassociation  quʼil préside ont été étudiés avec soin avant son engagement. Y compris la proposition qui  a été montée en épingle dans la presse et déformée. Il nʼy avait donc rien de nouveau.  Comment dès lors expliquer cet engagement ferme en connaissance de cause, puis cet  ultimatum qui oblige lʼengagé à changer de statut ou à démissionner? Nʼest-ce pas une  pression et une intrusion sur sa vie personnelle de lʼemployé par lʼemployeur?»

 


V. Le rendez-vous manqué

L’éviction de M. Theunert me semblait devoir être davantage expliquée, en particulier de la part d’une administration publique qui doit des comptes aux citoyens. Pour simplifier les choses j’ai ensuite proposé un entretien téléphonique préalable, qui serait suivi de l’entrevue programmée s’il en était encore besoin. J’ai reçu la réponse suivante:

«Bonjour Monsieur Goetelen,
je vous remercie pour votre réponse. Je propose le 23 aout, à 14.00h? Le numéro de Helena Trachsel est 043 259 54 53, elle expecte votre appel.
Merci et bonne journée!
Mit besten Grüssen,
Yannick Staubli»
sprox.jpg
Le jour prévu j’appelle Madame Trachsel. Qui me répond, me dit qu’elle est occupée quelques minutes et qu’elle va me rappeler. J’attends. Une heure. Pas de nouvelles. Je reçois par la suite ce courriel de sa part:

«Bonjour Monsieur
Je voudrais m'excusé de ne pas avoir repondu. Une invitation très importante a demandé ma présence.
Je préferais de vous repondre par écrit jusque a la fin de la semaine prochaine. Alors pas par téléfone.
Merci pour votre compréhension et à bientot
Cordialement
Helena Trachsel»


Soit. Je réponds que cela peut arriver, et Monsieur Staubli me remercie pour ma compréhension. Je suis d’accord d’attendre.


Ma liste telle que je l'ai envoyée comporte encore les questions suivantes. Ces questions sont plus personnelles puisque j’interroge le comportement de directrice de Madame Trachsel et je demande des précisions sur les associations auxquelles elle a donné le pouvoir de dicter l’ultimatum contre M. Theunert:


« 7. Lʼemployeur qui engage en connaissance de cause, et qui nʼa pas de faute  professionnelle à reprocher à son collaborateur, ne doit-il pas soutenir ce collaborateur et  donc soutenir le choix quʼil a fait en lʼengageant, quitte à tenir tête face aux pressions? Ne  pas soutenir ce choix nʼest-il pas un déni de soi-même de la part de lʼemployeur, un  affaiblissement de sa position et de ses prérogatives, et au final lʼemployeur - en la  personne de sa directrice - ne montre-t-il, en se déjugeant ainsi, pas une incapacité à tenir  le rôle pour lequel il a reçu mandat?

8. Une direction qui se déjuge et fait porter sur lʼemployé la responsabilité de ses propres  contradictions est-elle encore habilitée à rester en place?

9. Vous avez déclaré à la presse que des associations partenaires du Bureau cantonal de  lʼégalité ont réagi fortement à la polémique lancée par un journal alémanique. Vous avez  dit quʼil était plus simple de demander à Monsieur Theunert de choisir plutôt que de vous  expliquer aux associations partenaires.

- ces associations ont-elles un tel pouvoir sur vous que vous avez plié devant elles?  Qui a le pouvoir sur le Bureau cantonal de lʼégalité? Son indépendance nʼétant plus  garantie, quelles conclusions allez-vous en tirer personnellement et collectivement?

- y a-t-il des raisons particulières, idéologiques, communautaristes ou autres, qui  vous aient fait donner raison à ces associations contre le collaborateur que vous  deviez défendre?

- un communiqué clair et ferme, comme doit le faire une direction responsable,  nʼaurait-il pas suffit pour remettre à leur place les associations qui ont visiblement fait  pression sur vous plutôt que de vous déjuger en donnant un ultimatum à votre  employé? Ne deviez-vous pas justifier et soutenir vos choix avec fermeté plutôt que  de plier devant des pressions extérieures?

- quelle est la liste de ces associations partenaires qui peuvent avoir tant de pouvoir  sur le Bureau cantonal de lʼégalité au point de contraindre la directrice de donner un  ultimatum à un employé?

- le Bureau cantonal de lʼégalité a-t-il diligenté une enquête pour savoir qui a mis en  place la campagne de déstabilisation et les informations mensongères contre  Monsieur Theunert? Des membres du Bureau pourraient-ils être impliqués dans  cette affaire ressemblant fort à un harcèlement professionnel exercé par un lobby  ayant autorité sur la directrice du Bureau?

10 Au final, comment comptez-vous faire pour redresser lʼimage de lʼégalité en Suisse,  mise à mal par cette affaire qui révèle le sexisme misandre de certains bureaux, la  discrimination exercée contre les hommes et la non application dʼune parité pourtant  demandée par ailleurs? Lʼexemple donné par vous-même et par Madame Durrer étant à  lʼopposé de lʼégalité, comment comptez-vous vous y prendre pour intéresser les hommes  à cette notion alors quʼils en sont assez systématiquement écartés par les détentrices du  pouvoir?

11. Pour finir, avez-vous conscience dʼavoir inversé la situation que le féminisme politique  reproche aux hommes?»

 


FéministaCouv3.jpgVI. Le rideau tombe

En date du 24 août je reçois ce courriel:


«Cher Monsieur Goetelen
Sie haben uns einen langen Fragekatalog geschickt, würdig einer Geschäftsprüfungskommission. Wir haben leider nicht die Ressourcen, all Ihre Fragen im Detail zu beantworten; einige betreffen auch nicht unser eigenes Büro. Wir möchten deshalb nur nochmals auf folgende Punkte hinweisen:
Bei unseren Entscheidungen und Kommunikation haben wir im Interesse des Arbeitgebers, also unserer Fachstelle und der Direktion der Justiz und des Innern, gehandelt. Dies in enger Absprache mit unserem Generalsekretariat/Regierungsrat.
Wir sind weiterhin davon überzeugt, dass es für die Gleichstellung von Frauen und Männern wichtig ist, dass Männer und Frauen in diesem Gebiet arbeiten.
Wir planen, die freigewordene Stelle wieder mit einem Mann zu besetzen.
Avec nos meilleurs sentiments
Helena Trachsel et Maya Ziegler»


Traduction:


«Vous nous avez envoyé un catalogue de questions digne d'une commission d'enquête de gestion d'entreprise.
Nous n'avons pas la possibilité de répondre à toutes vos questions de façon détaillée. Certaines ne concernent pas réellement notre bureau. C'est pourquoi nous aimerions faire remarquer les points suivants :
En prenant nos décisions et dans notre communication, nous avons agi dans l'intérêt de notre employeur (donc notre Bureau et la direction du Département de Justice et de l'Intérieur ). Ceci en étroit échange avec notre secrétariat général / conseil gouvernemental.
Nous sommes toujours convaincus qu'il est important, pour l'égalité des femmes et des hommes, que des hommes et des femmes travaillent dans ce domaine.
Nous avons le projet de faire occuper la place devenue vacante à nouveau par un homme.
Avec nos meilleurs sentiments
Helena Trachsel et Maya Ziegler

 
Depuis, plus rien. Je me suis dit qu’elle allait répondre davantage. J’ai attendu. Rien n’est venu. De tout cet échange, il ne reste qu’une réponse insignifiante, presque méprisante tant elle est en retrait même par rapport à ce qu’elle avait déclaré à la presse en juillet.


A Zürich, la loi du silence règne sur le bureau de l’égalité. Le public doit rester dans l’ignorance de pratiques suspectes. Madame Trachsel a-t-elle réellement conclu un accord de confidentialité sur la démission de M. Theunert? Si oui, à quel prix et qu’y a-t-il à cacher? Qui y avait le plus intérêt? Et pourquoi ce comportement privatif dans une administration publique?


Au final, Madame Trachsel a agi de manière inadéquate. Elle a plié devant des associations qui lui ont imposé leur loi. Elle n’a pas défendu son collaborateur. Elle lui a imposé un ultimatum sur une question qui n’avait pourtant pas fait obstacle à son engagement. Elle a pris avec lui un accord secret pour empêcher les deux parties d’en parler. Elle n’a plus l’autorité et les compétences morales pour diriger ce bureau et elle doit démissionner.

Au fait, pourquoi ne pas la remplacer par un homme? Ce serait un signe fort montrant que l'égalité est vraiment égale.


Il reste à espérer qu’un politique courageux s’intéresse de près aux Bureaux de l’égalité. En attendant, triste chasse gardée des féministes professionnelles, cette fameuse égalité n’est plus qu’une tartufferie.

 

 

www.atypic.ch

Commentaires

Il y a beaucoup de messages quelque peu hostiles à l'Islam mais :


En Iran, une femme s’en est prise à un imam après que celui-ci lui a demandé de s’habiller « convenablement ». Résultat : trois jours à l’hôpital pour le religieux, et une polémique relancée sur le droit des femmes à s’habiller comme bon leur semble.

Les règles les plus rigoureuses touchent les femmes : elles sont obligées par la loi de voiler leur corps et leurs cheveux en public, et s’exposent à des réprimandes publiques si la police des mœurs estime que leur tenue est « impudique ».

Une femme iranienne en a récemment eu assez de se faire dicter sa tenue vestimentaire. Vraiment, vraiment assez.

Alors question à 50 balles, est-ce que celà justifie le fait de frapper quelqu'un qui a donné son avis sur la tenue de la personne ? Sachant que ce sont les mêmes personnes qui parlent de droit de blasphém... pardon caricaturer tout ce qui est sacré dans la religion.

Qui stoppera le féminisme destructeur et autre idéologie et croyance qui s'ignore intégriste libertaire.

La mauvaise foi de certains non croyants me répugne

Écrit par : kasilar | 24 septembre 2012

Alors les occidentaux elle est où la liberté d'expression, sachant qu'en France et pire aux US c'est 100 fois pire ?
Elle aurait très bien pu l'ignorer mais pourquoi l'avoir frappé? Il l'a pas frappé l'imam ?

Conclusion pour défendre vos valeurs pourraves vous montez au créneau, mais quand on veut défendre nos valeurs on est étiqueté comme étant des sauvages, barbares archaïques et autres clichés simplets.

Bande d'hypocrites vous me révulsez.

Écrit par : kasilar | 24 septembre 2012

Quand la Suisse deviendra musulmane, vous n' aurez plus ce problème.
Pauvre Europe ...

Écrit par : kasilar | 24 septembre 2012

Vous êtes énervé, Kasilar, vous mélangez tout. Faudrait voir à trier un peu. C'est ça le problème quand une croyance irrationnelle se mêle de tout, ça mélange les pinceaux dans la tête.

Tiens à Saana, des femmes ont brûlé leur voile. Un pas vers la liberté! Au fait pour l'imam, pourquoi ce ne seraient pas les femmes qui décideraient comment les hommes doivent s'habiller? Les femmes qui les arrêtent dans la rue pour les réprimander?


"Quand la Suisse deviendra musulmane"... C'est ça votre plan? Même pas en rêve Kasilar. Même pas en rêve... On a déjà donné, on a compris. Gardez vos salades.

Écrit par : hommelibre | 24 septembre 2012

-Ta croyance -pourrave- t'empêche de donner raison à une femme?
Voilà que l'islamiste Kassilar reprend les mots du mécréant!! Tu peux reprendre mes idées, mes concepts c'est gratuit.

Elle aurait dû le tuer à mon avis. Mais bon, elle a fait preuve d'un grand courage, courage que tu n'as pas. Tu te caches derrière un faux prétexte. Cela te va très viens. Tu es à poil Kassilar on voit tout ce qu'il y a dans ton petit cerveau pois chiche. (mieux qu'un IRM.)

Un peu hors sujet tout ça......

Écrit par : Pierre NOËL | 25 septembre 2012

"Au fait pour l'imam, pourquoi ce ne seraient pas les femmes qui décideraient comment les hommes doivent s'habiller?"

Parce que les hommes ne s'habillent pas de façon provocante, on le voit très bien ici. Rare sont les hommes qui s'habillent de façon coquette ou sexy. A part dans l'homosexualité. Puis un homme de base ne séduit pas une femme via la libido.Je comprends que ça dérange tant l'occident qui voient à travers les femmes voilées des esclaves des hommes sauf que vos femmes qui s'habillent sexys sont autant esclaves de l'image qu'elle donne d'elles mêmes. On le voit très bien à travers votre intervention, vous avez tendance à voir le voile et le foulard comme une prison.

@Pierre

Merci de montrer que la violence n'est pas dans le camp où on le croit. Je pensais que la liberté d'expression était un droit fondamental chez vous. Ah oui ! il s'agit d'un blasphème à la liberté des droits des femmes si chère à ces bons vieux occidentaux.
Dans ce cas j'ai aussi le droit de balancer des détritus dans les locaux de Charlie Hebdo si on suit votre "raisonnement".

Ah non, c'est terroriste ça mon bon Monsieur !!!
Toi aussi tu es à poil mon cher, tu démontre ce que vaut réellement la liberté en occident deux poids deux mesures.

Écrit par : kasilar | 25 septembre 2012

J'ai compris Kasilar: les hommes sont tellement sauvages en Iran, tellement obsédés par la moindre mèche de cheveux, qu'ils faut cacher les femmes pour les protéger. Mais c'est quoi qui les rend si obsédés? La religion les obligerait-elle à tellement refouler leur être?

En Afrique noire et ailleurs les cultures sont bien plus libres. Les femmes ne sont pas considérées comme des enfants à la merci des imams (qui feraient bien de porter le voile tant leur tête sinistre est une offense à la vie). Elle n'ont pas besoin de se cacher de la sauvagerie des hommes.

Vous en êtes à justifier la violence masculine et l'incapacité des hommes à respecter les femmes si elles ne sont pas cachées? Parce que c'est cela que ça veut dire. Mais je vous découvre intégriste et vous ne pouvez pas comprendre.

Quant à la liberté d'expression, ce n'est sûrement pas d'agresser physiquement ni de payer 100'000 dollars à qui tuera le réalisateur du film con. Payer un musulman pour tuer? C'est cela l'islam? On paie pour tuer? C'est cela la foi? Une vénalité?

Heureusement les musulmans que je connais ne tiennent jamais le dixième de votre discours.

Écrit par : hommelibre | 25 septembre 2012

Le voile est obligatoire pour les femmes car l'ange les maudit si elle

Sauf que c'est Pierre qui a justifié la violence de cette harpie.
Si vous disiez par exemple aux femmes de ne pas mettre de voile (imaginons ce scénario) et que cette dernière vous réponde de calmer votre libido, puis vous surenchérissez, puis elle vous bat.
Répondez-moi honnêtement que lui réponderiez-vous ? D'ailleurs tout le monde condamnerait cette violence.

Certes je sais que l'homme n'a pas à dire à une femme qui plus est inconnue comment elle doit s'habiller, car l'Islam prend en compte le libre arbitre de chacun. Mais l'imam ne l'a ni agressé ni insulté.

Et Pierre a démontré que parmi les occidentaux il y a des fanatiques autant si ce n'est pire que les islamistes.

Je sais que vous par exemple ne justifieriez pas cette violence. Malheureusement Pierre n'est pas le seul et je suis prêt à mettre ma main au feu qu'un majorité de femmes applaudiraient et encourageraient de telles actes ignobles.

Il est temps de vois les erreurs de nos camps respectifs, il n'y a que comme celà que nous pourrions éviter un conflit encouragé par des débiles de tous poils

Edit: Je ne suis pas islamiste, mais ça me débecte le deux poids deux mesures, et je hais toute forme d'injustice. Pour les caricatures je n'ai même pas manifesté, Seul Dieu Punira les coupables.

Écrit par : kasilar | 25 septembre 2012

"Le voile est obligatoire pour les femmes car l'ange les maudit si elle ne le portent pas et pire encore si elles s'habillent légèrement, je sais que chez les non musulmans celà peut paraître dingue, mais la religion est ainsi, d'ailleurs l'homme aussi doit être pudique, discret ... " je voulais dire

Écrit par : kasilar | 25 septembre 2012

Je le répète, le voile est une forme de pudeur pour la société, les anges, les djinns ainsi que Dieu Lui-Même. D'ailleurs, le fait qu'une femme soit nue n'autorise pas l'homme à se comporter comme un sauvage, même si celà ne laisse personne de marbre, pas même les prophètes.

Écrit par : kasilar | 25 septembre 2012

Les commentaires sont fermés.