22 septembre 2012

Benghazi: les libyens chassent les gangs salafistes

Les habitants de Benghazi ont «dégagé» les milices intégristes à Benghazi. Trente mille habitants de cette grande ville de l’est libyen, où la révolte contre Kadhafi avait débuté, ont manifesté hier pour dénoncer la mainmise des gangs salafistes. Ils arboraient également des pancartes soulignant leur solidarité avec l’ambassadeur américain tué par les gangs.


benghazi1.jpgDans la soirée des centaines de manifestants ont approché du quartier général du principal gang salafiste Ansar al-Charia. Les miliciens ont tiré sur eux avant de s’enfuir comme des rats lâches. En partant ils n’ont pas hésité à rouler sur certains manifestants.

On dénombre 11 morts et 79 blessés.

Encore une fois les habitants de Benghazi ont chassé les tyrans, au risque de leur vie. Il ont poussé hors de la ville les intégristes et mis le feu à leur quartier général. Encore une fois ils ont défendu leur liberté retrouvée et l’honneur de leur révolution.

Il apparaît de plus en plus clairement que les groupes fascistes salafistes ne sont que des gangs criminels dont le but est de s’emparer du pouvoir par tous les moyens. Ils se moquent de la religion et sont des fossoyeurs de l’islam. Leur lâcheté s’étale aujourd’hui à la lumière de ce nettoyage de Benghazi.

Les libyens de Benghazi ont ouvert une voie. Je demandais dans un précédent billet: quand les musulmans défileront-ils dans les rues par milliers pour dénoncer l’intégrisme? C’est commencé.

Cette action suit de près la déclaration de huit associations de Mauritanie qui ont dénoncé la vengeance de certains musulmans contre le film qui a déclenché les manifestations de violence:

«- Nous réprouvons, avec force, la provocation souvent portée par des aventuriers racistes qui rêvent de pureté judéo-chrétien en Occident et se complaisent dans le relativisme culturel.

Nous refusons l’élimination physique de la personne quel qu’en soit la faute ou l’intention.

Nous reconnaissons, aux non-musulmans, le droit à la différence et la faculté, sacrée, de vivre leur incroyance.

Nous leur devons respect, asile et protection, quand ils s’installent parmi nous, d’ailleurs sans aucune obligation, pour eux, de nous complaire.»

Ce texte est diffusé par le site mauritanien d'information www.kassataya.com.


Il faut saluer leur courage, et espérer que d’autres les entendront. En particulier ceux qui demandent la mort pour le directeur de Charlie Hebdo, ou le ressortissant pakistanais qui offre 100’000 dollars à celui qui assassinera l’auteur du film. Il n’y a aucune commune mesure entre une caricature, fut-elle provocatrice et ridicule, et la mise à mort.

21:58 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : libye, benghazi, manifestation, ansar al-charia, salafistes, fascistes, gangs, caricatures, charlie hebdo, islam, musulman | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Merci pour ce billet Homme Libre. Oui, ils sont courageux, oui ils sont nécessaires aussi...trop d'amalgames règnent.
La presse, les media en général, ont un rôle, important, à jouer pour que peu à peu le vivre ensemble soit possible, paisible.
Belle journée à vous.

Écrit par : colette | 23 septembre 2012

Bonjour Colette,

Les habitants de Benghazi créent leur légende, hors des lignes convenues, au prix de leur vie. Ils affrontent à mains nues les tyrans armés et démontrent qu'un peuple peut de lever et dire non. Ils montrent que c'est possible.

Entre les caricatures et la critique de la religion qu'ils entendent de nous d'un côté, et la mémoire du soutien occidental et leur propre dignité de l'autre, ils font peut-être la part des choses. J'ai entendu leur désaccord d'avec les caricatures et le film, mais leur dignité et leur liberté est ailleurs, au présent, et cette dignité est importante pour un vivre ensemble et un respect mutuel.

Belle journée à vous aussi Colette.

Écrit par : hommelibre | 23 septembre 2012

Encore un petit effort contre les hommes afin que les femmes ne ressemblent plus à des sacs à patate, ou des sacs poubelles. J'y crois, nous y croyons, elles y croient.....?

Écrit par : Pierre NOËL | 23 septembre 2012

Revenons donc sur le fameux meurtre de l’ambassadeur américain au consulat de Benghazi, celui grâce auquel (non, pas “à cause duquel”, j’insiste), les USA et leurs associés légitiment des interventions militaires…

Ce n’est pas comme si c’était la première fois qu’on nous présentait une fausse information, sur laquelle toutes les décisions vont se baser, les polémiques s’enflammer… Un peu de méfiance et de recherches se révèlent donc importantes pour ne pas être manipulés..

Cherchons un peu le consulat américain de Benghazi.

Voici le site Internet officiel du Département d’Etat américain

http://www.usembassy.gov/.

On pourrait s’attendre à ce qu’il soit à jour n’est ce pas ???? hé bien non!! Cherchez le consulat de Benghazi là dedans..Que trouvez vous ?

Rien.

Avez vous des sources concernant cet “attentat terroriste”, autre que les photographies, dont nous savons depuis longtemps qu’elles peuvent être truquées ??

Et les journaux que nous savons être orientés et qui bizarrement nous chantent tous le même refrain?

s’il vous plait, vérifiez chaque information, ne soyez manipulé que parce que vous le souhaitez !!

Écrit par : mani | 28 septembre 2012

Ce film, ou du moins la version qui est sortie sur internet, a été créé pour enfanter des émeutes anti-américaines.

Le meurtre du diplomate n’est pas l’acte d’une foule mais d’un commando commandité pour créer un incident diplomatique grave.

Les images qui sortent aujourd’hui sur ce diplomate américain torturé, cherchent à dresser les foules occidentales contre les arabes et les musulmans.

Elles n’ont d’autre but que de justifier le déclenchement de la guerre contre l’Iran.

Simultanément, une campagne d’affichage dans le métro New Yorkais, première ville juive au monde, enfonce le clou et appelle à soutenir Israël, l’homme civilisé contre les “sauvages”.

Parfaite synchronicité, qui signe le crime... .

Écrit par : mani | 28 septembre 2012

Les commentaires sont fermés.