16 septembre 2012

L’égalité, un rêve, un mythe (2)

(Suite du précédent)

Cette phrase de Libération, pastiche de celle de Nicolas Sarkozy, a été abondamment commentée. C’est du second degré. Elle est pourtant lourde de significations. D’abord l’injure semble devenue la norme en France quand quelqu’un dérange. 


LVMH1.jpgEnsuite elle illustre le déni d’une liberté civile: la libre circulation des personnes en Communauté Européenne. Des milliers de français s’expatrient chaque année. Plus de 300’000 vivent en Angleterre. Des centaines de milliers d’autres dans l’ensemble des pays communautaires. Combien d’argent ne rentre plus en France? 

 Le gardien vedette de l’Olympic Lyonnais Hugo Lloris vient d'être acheté par une équipe anglaise. Il gagnera davantage d’argent et travaillera pour l’étranger: lui reproche-t-on un éventuel manque de patriotisme ou de trahir la France? Sait-on s’il paiera encore des impôts en France? De nombreux riches français, artistes ou sportifs, ont acquis une domiciliation fiscale hors de France et n’y paient plus d’impôt. Leur a-t-on dit qu’ils sont des riches cons? Non.

La richesse moins grande n’est pas dans le viseur. La richesse plus grande l’est. Libération fait donc une discrimination fondée sur l’argent. A partir de combien est-on un riche con en France? Faudrait-il que tout le monde gagne pareil pour être une personne moralement digne? Ou bien est-on libre de gagner même des milliards - et de réinvestir?

L’entreprise dirigée par Bernard Arnault rapporte de l’argent au pays et maintient des dizaines de milliers d’emplois. Il semble que Libération méprise ce fait. Le problème dans cette affaire revient bien à un déni d’égalité: les français ne sont pas égaux devant la stigmatisation morale et le lynchage public. Il semble pourtant que ni la différence de sexe, ni l’origine, la couleur ou la fortune ne doivent conduire à une discrimination. C’est d’ailleurs l’article 2 alinéa 1 de la Déclaration des Droits de l’Homme:

«Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d'opinion politique ou de toute autre opinion, d'origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.»

Le réflexe anti-riche est l’exemple flagrant que l’égalité est un concept à géométrie variable. Bien sûr en Europe le riche est mal-aimé. La culture européenne est imprégnée de la mise en accusation de l’argent et de ceux qui en font. Ne vaudrait-il pas mieux s’inspirer d’eux que de les jeter au feu de l’enfer? Qui gagne quelque chose à traiter ceux qui font de l’argent comme des parias? Personne. On n'en tire même pas une bonne conscience. Seulement de la frustration et de la misère intellectuelle. Le misérabilisme a encore frappé.

Libération a trahi la dignité française. Ce n'est plus qu'un brûlot. En effet, si l'on estime que la liberté et l'égalité sont des valeurs fondamentales on les applique avec tout le monde. L'éthique est une décision intérieure. Elle ne devrait pas varier selon les influences extérieures ou nos préjugés. Une personne de retour d'un séjour au Brésil me disait, il y a quelques jours, que les gens qu'elle a rencontrés cultivent leur liberté et leur joie de vivre qu'ils soient riches ou pauvres. Cela leur appartient à eux seuls. Ils ne donnent pas le pouvoir à d'autres sur leur sentiment de liberté et de joie. On en est loin en Europe.

L’égalité est un rêve, un rêve de paix: la réduction des différences peut engendrer une diminution des conflits entre humains et plus de paix et de respect. L’égalité semble porteuse de plus de justice. 

Mais l’égalité revendiquée par les professionnels du lynchage n’est pas celle qui est pratiquée. Le respect n’est pas le même pour tous. Aucun des milliers de français ayant émigré vers d’autres pays européens pour fuir la bureaucratie française ou le fisc ne sont traités comme l’est Bernard Arnault. Aucun n’a été désigné publiquement au lynchage. Aucun n’a été injurié publiquement en une d’un quotidien. Quotidien qui ne crée aucune richesse et qui vit périodiquement sous perfusion financière de riches capitaines d’industrie... Quant à François Hollande fustigeant le supposé manque de patriotisme de Bernard Arnault, il n’a strictement rien à dire à ce sujet.

La une de Libération montre avec force l’inégalité de traitement des citoyens. Si l’égalité est un rêve, dans les faits elle est un mythe puisque n’étant pas réellement appliquée. On peut dès lors se demander jusqu’où il faut défendre ce principe.

 

A suivre.

23:52 Publié dans Politique, société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : égalité, lvmh, bernard arnault, libération, déni, liberté, fisc, lloris, europe, riche, discrimination | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Les commentaires sont fermés.