13 septembre 2012

Etre parents? Facile!

Pour faire simple être parent se résume à trois fonctions: nourrir, protéger, éduquer les enfants. Trois petits mots qui occupent la vie pendant au moins vingt ans. Pas de quoi en faire un fromage. Trois mots donc, que l’on peut accompagner d’une courte explication. La simplicité d’être parent n’en sera que plus évidente.


nourrir1-chasse-baleine.jpg1. Nourrir

Très simple: il suffit d’aller à la chasse. Pas possible, la  chasse est trop réglementée? Nous sommes trop nombreux pour la quantité de gibier? Si vous habitez en mer vous pouvez pêchez. Ce n’est pas le cas? Alors cultivez un jardin où quelques poules feront la chasse aux insectes et aux limaces. 400m2 de terre arable et irriguée suffisent. Plus quelques espaces pour préparer le compost et construire le poulailler, une cave pour garder les légumes en hiver, et le tour est joué. Pour les plus chanceux comptez sur un peu de cueillette pour ajouter à l’ordinaire.

Mais vous vivez en ville et il n’y a pas de terre arable? Alors exercez un travail rentable. Par exemple vous produisez de la mousse à raser faite maison et vous la vendez, avec quelques autres produits (on n’achète pas tous les jours de la mousse à raser). Vous ne vous sentez pas l’âme d’un capitaine de bateau et l’indépendance économique vous rebute? Alors devenez salarié. Vous avez des vacances, peu de responsabilités, du temps pour vous occuper des enfants à l’heure où l’hiver étend ses sombres tentacules vespérales.

Voilà: nourrir, c’est fait.


2. Protéger

Une chance: vous n’aurez pas à vous confronter à des ours, des lions, des tigres, des mygales et pire encore. Il y a bien le moustique tigre qui envahit l’Europe, et expérience faite il pique avec ardeur, mais on y survit. Montrez à votre progéniture ce qu’il advient quand on ne fait pas attention aux voitures. Protéger consistera à lui tenir la main pourNourrir2-écrasé.jpg traverser la route, dépister les prédateurs et prédatrices en tous genre, aller faire la leçon à la prof qui a pris votre rejeton en grippe et coller aux basques de cet escogriffe de 18 ans qui regarde un peu trop longtemps votre fille de 14 qui, elle-même, se sent valorisée d’intéresser un grand. C’est bête parfois les ados. Mais jusque là c’est facile. Une baffe au grand escogriffe et votre fille dans sa chambre sans Facebook, et le problème est réglé. Elle ne sera pas contente mais ce n’est pas le but! Si elle veut savoir comment sont faits les garçons emmenez-là au musée voir des statues. Pas besoin de la pilule du lendemain.

Accessoirement protéger c’est soigner. Un désinfectant et une boîte de pansements sont des trésors modernes. Un livre genre Le Petit Docteur et dans la barre personnelle de votre navigateur préféré un site internet pour vous aider en cas de besoin. J’oubliais: du vinaigre pour faire baisser les trop fortes fièvres et une dose de bon sens: pas besoin d’écraser une mouche avec une massue.

Voilà: protéger, c’est fait.


3. Eduquer

A ce stade vous avez déjà permis que votre couvée survive et se reproduise. L’essentiel y est. On peut ensuite ajouter l’éducation. Qui se divise en deux postes.

3.1: Instruire

C’est transmettre son savoir-faire. A une époque plus ancienne un forgeron formait son fils à être forgeron, et basta tout était dit. «Mon fils, tu seras forgeron. Ma fille, tu épouseras un forgeron.» Aujourd’hui c’est plus compliqué. Vous ne connaissez quasiment rien aux nombreux nouveaux métiers. Il faut des formateurs. Donc des écoles. Donc un système éducatif. Donc de l’argent, des impôts et tout et tout. Si vous avez décidé de cultiver vos 400m2 de jardin je doute que vous puissiez payer vos impôts, ou une école professionnelle ou l’Université avec des salades. Par contre c’est à vous d’instruire vos enfants sur les premiers mots de la langue française, mots qui lui ouvriront les portes utiles: manger, pipi, caca, ouiiin, s’il te plaît, Nike, iPhone, etc. Une vingtaine de mots devraient suffire. Vous pouvez rajouter quelques verbes pour faire joli mais vu le niveau de français dont ils disposeront en quittant l’école obligatoire ce n’est pas vraiment indispensable: ils auront tout oublié et simplifié: «Slt, cv? m jvb. Koi29? C ouf! A2m1.» L’avantage est que vous ne perdrez pas votre argent à lui acheter du Victor Hugo. En effet VH n’est pas encore traduit en sms.

3.2. Eduquer

Un enfant n’en fait qu’à sa tête. Si vous le laissez courir sans couches il fait pipicaca partout même au milieu du salon sur la moquette blanche que vous venez de poser. Il faut le sortir de son mouvement naturel. C’est cela éduquer: «Ducere ex», sortir de, conduire hors de. Il doit donc apprendre à retenir son pipicaca jusqu’au popo et à faire ailleurs et plus tard, dans ce lieu où il apprendra la honte quand quelqu’un ouvrira la porte alors qu’il est déculotté. C’est grâce à la honte que l’on apprend à tourner la clé dans une serrure. Sauf chez les parents sadiques qui ont enlevé la clé des WC. Il apprendra aussi a retenir nourrir3-statue.jpgses jurons qu’il ne dira que dans votre dos. Eduquer c’est en partie dresser. Jean Piaget vous félicitera virtuellement. Vous devrez aussi accepter d’être en conflit quand il ou elle rentrera à minuit alors que vous aviez dit 22 heures. Quand vous aurez admis qu’un parent ne doit pas chercher à être aimé vous aurez fait un grand pas en avant.

Après cela vous lui apprenez le bien et le mal. Il faut donc être un modèle. Si vous lui apprenez à ne pas frapper un plus faible que soi, ne lui mettez pas une torniole quand il vous répond avec insolence. Ou alors demandez-lui pardon, expliquez-lui combien votre vie est difficile, implorez sa compassion. Vous aurez fait plaisir à feu Françoise Dolto. Et vous en aurez fait un enfant roi qui vous marchera dessus et ne respectera aucune règle de la société.

Enfin vous apprendrez aux garçons comment se comporter avec les filles et l’importance de l’engagement. Un homme doit amener la sécurité à la femme. C’est en tout cas ce que la plupart d’entre elles demandent. Vous apprendrez aux filles comment donner envie à leur homme de rester avec elles et à ne pas lui prendre la tête. La plupart d’entre eux n’aiment pas qu’on leur prenne la tête.


Après il restera quelques détails que vous transmettrez selon vos propres convictions. Par exemple: «Tu ne voleras pas, mais si tu voles ne te fais pas prendre».

Mais cela c’est une autre histoire. En attendant vous aurez accompli à peu près ce qu’il faut pour que vos moutards deviennent indépendants et ne passent pas la moitié de leur vie en prison. Si accessoirement vous les aimez et leur témoignez de l’affection et un minimum d'écoute, cela facilite le dressage. Les enfants aiment bien recevoir une carotte après avoir reçu du bâton.


Etre parent? Facile!


Commentaires

20 ans? Vous faites une estimation plus que raisonnable. Vous ne comptez pas les études supérieures, le rêve de plus en plus de monde, et qui se terminent de plus en plus rarement par un emploi permettant de subvenir tout de suite à ses besoins.
N'oubliez pas le no 4, qui pèse autant que les autres, même si ce n'est pas nécessairement sur un plan matériel: à chaque difficulté, des plus légères au pires, rencontrées dans leur vie, les adultes redeviennent pour leurs parents les enfants pour qui ils s'inquiètent, pour qui ils sont prêts parfois à se ruiner et sacrifier leur propre confort et parfois une fin de vie paisible.
Je sais bien que ce genre de considération ne figuraient pas au sujet de votre billet, mais je prends la liberté, en tant que parent de famille nombreuse, de compléter votre tableau sur les charges de la parenté, fort bien écrit et plain de bon sens par ailleurs.

Écrit par : Mère-Grand | 13 septembre 2012

Vous faites bien Mère-Grand. Je soulevais la difficulté d'être parent sur un mode teinté d'humour. 20 ans en effet, ce n'est que le début!

Écrit par : hommelibre | 13 septembre 2012

Les commentaires sont fermés.