30 juillet 2012

Non, le Groenland ne fond pas

Je dois ici faire mon autocritique. Il y a quelques jours je relayais une dépêche d’agence sur la fonte exceptionnelle de la calotte glaciaire (97%), ou inlandsis, du Groenland. L’information initiée par la Nasa a fait le tour des médias.


GroenlandNuuk.jpgJe m’étais alors abstenu de la commenter. A peine avais-je ajouté un effleurement minimaliste sur l’ile danoise. Les informations qui concernent la Terre ou l’univers m’intéressent et me passionnent. J’en fais parfois le prétexte à une digression sur le vivant et l’humain mais j’en tire rarement des conclusions. D’autres que moi le font - souvent avec prudence, parfois de manière péremptoire: des astrophysiciens comme Hubert Reeves, les membres du groupe sur le climat Giec, les chercheurs du Cern dans leur étude sur la formation des nuages, par exemple.

Dans ce billet sur la fonte de la calotte glaciaire j’étais gêné par l’énormité de l’information. Mais je suis tombé dans le panneau comme presque tout le monde: j’ai laissé entendre que c’était la totalité de la glace qui fondait. J’ai même placé une phrase ambiguë: «En été la glace fond en partie et découvre le sol de l’île» - ce qui n’est vrai que très partiellement sur les bords de l’ile (quelques pourcents).

J’avais pourtant cherché des informations sur la géologie du Groenland. En effet l’idée que 97% de la glace aurait fondu cet été me semblait difficilement croyable. Etait-ce possible? Je n’ai alors pas poussé ma recherche assez loin. Voici ce qu’il en est.

Le Groenland est formé d’un socle rocheux qui émerge de quelques dizaines à quelques centaines de mètres au-dessus de la surface de l’océan. Dans le nord-est des plissements ont fait pousser des montages dont le sommet dépasse 3’000 mètres. La couche de glace est posée, tassé sur ce socle rocheux et atteint en moyenne 1’500 mètres, avec des régions où elle monte à 3’000 mètres.

En 2010 un forage de la calotte (l’inlandsis) dans le nord-ouest de l’ile a atteint le socle rocheux après 2’500 mètres de glace.

Il faut donc savoir que la glace n’a pas fondu dans toute son épaisseur. 1,5 à 3 km d’épaisseur de glace sur la superficie de 3 fois la France ne fondent pas en quelques semaines de petite douceur. Dans la capitale de l’île, Nuuk, au sud-ouest, la température moyenne maximale en juillet est de 9 degrés. Cela suffit à faire fondre la calotte en surface, sur quelques dizaines de centimètres, mais pas plus. C’est cela qui a été repéré par les satellites de la Nasa: un dégel de surface. Mais pas une fonte de la calotte dans son ensemble. D'ailleurs cette eau regèle dès septembre.

Cette fonte de surface, habituelle en été, est plus importante cette année en lien avec une zone anticyclonique formée d’air chaud qui est restée stationnaire dans la région de l’île depuis le mois de mai.

Par prudence je n’en avais pas tiré de conclusion alarmiste comme certains médias, mais je fais néanmoins mon autocritique pour avoir relayé une information insuffisamment étayée. J’en présente ici mes excuses. Et je relirai avec plus d'attention encore les infos même quand elles viennent de la Nasa, dont le discours sur cette observation n’a pas été clair.

A voir aussi en vidéo sur:


http://actualite.lachainemeteo.com/actualite-meteo/2012-07-27-00h00/non--le-groenland-n-a-pas-fondu---17667.php

19:50 Publié dans Environnement | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : groenland, calotte, glace, fonte, inlandsis, nasa, reeves, giec, climat | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Bonjour,
Il est très intéressant de voir comment une information fausse peut faire le tour de la terre en quelques heures et que certains médias reprennent et commentent sans retenue (ce qui n'est pas votre cas)
Quand ça se limite a ce genre d'info ce n'est pas tres grave...mais il y en d'autres et certaines ne sont jamais démenties

Écrit par : pat | 31 juillet 2012

Pat, en effet. Il faut être encore plus vigilant. J'ai d'habitude certains critères, comme: les contradictions internes de l'info, une intuition défavorable, une contradiction flagrante avec une autre info déjà en ma possession, une partialité d'origine connue qui pousse à vérifier sous d'autres angles, ou des choses affirmées dont la logique ne paraît pas pertinente. Après il faut creuser et recouper.

Si c'est un billet d'humeur, c'est différent. L'excès est permis et le lecteur, qui est tout sauf ignare, sent la différence et fait lui-même la part des choses. Mais la Nasa n'est normalement pas un organisme ayant des humeurs, et une telle info n'appelait pas de ma part à en faire un billet d'humeur.

Dans le cas présent l'info n'est pas totalement fausse, et les images semblent la confirmer. Sauf qu'elle n'est que partielle et que le manque de précision quant à l'épaisseur a laissé la porte ouverte à une amplification. Ici c'est l'énormité qui doit nous alerter. C'était mon cas mais je me suis quand-même laissé prendre. Pourquoi? A cause en partie de l'image satellite et du crédit que j'attribue habituellement à la Nasa.

Comme quoi il faut vérifier et revérifier.

Bonne journée.

Écrit par : hommelibre | 31 juillet 2012

J'ajoute que je n'ai pas eu le déclic de penser de suite aux forages de glaces du Groenland. Il sont connus et je les ai une fois cités dans un autre billet. On sait qu'ils descendent à des milliers de mètres pour étudier le passé climatique.

En comparant le temps de fonte d'un gros iceberg (mais qui n'est qu'une infime partie du Groenland), soit plusieurs mois voire plus d'une année, alors qu'il passe dans des eaux plus chaudes, et la taille de l'inlandsis, il était irréaliste de penser qu'il aurait pu fondre totalement si vite.

Écrit par : hommelibre | 31 juillet 2012

a quand un eugénisme spécial infos? ceci pourrait aussi leur ouvrir les yeux sur les vraies valeurs humaines mêmes considérées par eux comme dégénérées

Écrit par : lovsmeralda | 31 juillet 2012

Et s'il y a eu une erreur de traduction de l'info ?
De plus, les images ( avant /après , avec cet après tout rouge) prêtent effectivement terriblement à confusion.
Je me suis méfiée, parce que je me souvenais de calculs sur l'augmentation du niveau des mers. Si toute la glace du Groenland fondait, tous les atolls du Pacifique, les îles touristiques de l'Océan indien et probablement simplement toute la côte atlantique ici, en Europe, auraient dû être visiblement menacés.
Il y aurait eu bien plus d'informations alarmistes, dans ce cas.

Écrit par : Calendula | 31 juillet 2012

Bien exact, hommelibre ;-)

Écrit par : Will | 31 juillet 2012

Les commentaires sont fermés.