23 juillet 2012

Fleur Pellerin et Cécile Duflot: misogynie, vraiment?

La France s’émeut depuis quelques jours d’une poussée possible de misogynie localisée aux sphères du pouvoir. La semaine dernière Cécile Duflot s’attirait les foudres de députés pour avoir porté une robe un peu trop estivale à leur goût. Je n’ai pas connaissance qu’il existât un règlement particulier, sauf celui de la coutume, de la décence et de la bienséance.


fleur pellerin,daniel schick,cécile duflot,misogynie,ministre,député,france,robe,bécassine,mode,montebourg,Cécile Duflot

Un élu s’habille de manière à ne pas attirer une attention démesurée sur lui. Les épaules et bras nus ne sont en général pas de mise. On imagine mal un homme se présentant dans l’hémicycle en jean moulant et T-Shirt sans manches. L’idée qui, je pense, dicte la tenue est que le look ne détourne pas du contenu, que le visuel ne domine pas l’auditif.

La robe portée par madame Duflot est certes très voyante, à grands motifs, ample à la Bécassine ou à la mode des années 1950, et découvre les épaules. Elle n’est manifestement pas dans la tradition. Cela semble être un choix et une profession de foi. Elle veut bousculer les usages. Cela ne me choque guère. La tacler à son arrivée devant les députés est probablement excessif. Je ne suis pas certain qu’il s’agisse de misogynie. Un homme dont l’habillement aurait pareillement dérangé la coutume se serait lui aussi attiré quelques bruissements.

D’ailleurs, députés ou ministres, ils doivent tous s’attendre à être un jour l’objet de désaccords parfois bruyants. Que ce soit pour un mot de trop, une idée non conformiste, un projet audacieux. Le look, ma foi, y passe aussi dès lors qu’il sort des normes habituelles. Mais ces normes sont-elles rigides et définitives? Non: la tenue des élus suit son époque. A suivre donc, car il n’est pas certain que cette sorte de passe d’armes entre la ministre et des députés soit la dernière.




fleur pellerin,daniel schick,cécile duflot,misogynie,ministre,député,france,robe,bécassine,mode,montebourg,Fleur Pellerin

Ce matin c’est le ministre délégué chargé des PME, de l’Innovation et de l’Economie numérique, madame Fleur Pellerin, qui a subi la provocation d’un journaliste d’Europe 1, Daniel Schick. Qui connaît madame Pellerin? Pas grand monde sauf dans un milieu restreint. On sait que, par un heureux hasard, son mari est directeur de cabinet d’Arnaud Montebourg... Elle est énarque et ancienne magistrate à la Cour des Comptes. Une pointure, forcément.

Le journaliste est vilipendé par presque toute la classe politique et médiatique et sur les forums internet. On le traite de macho man, de lourd, cynique, déplacé, et misogyne grave. Je vais aller à sens contraire de la vindicte. Je pense que son interview est une provocation, qu’il a délibérément pris comme angle d’attaque la personnalité du ministre, et que d’une presque inconnue il a fait une vedette nationale.

D’ailleurs madame Pellerin a répondu avec un sang-froid et un à-propos admirables. Un langage clair, direct, sans peur particulière. Elle assume d’ailleurs ouvertement que si son origine asiatique sert à vendre des produits français en Corée, c’est très bien. Que si elle a été aussi impliquée dans la campagne de François Hollande c’est en partie pour obtenir un ministère. (Et oui, à gauche comme à droite on récompense l’allégeance au chef).

Grâce à cet interview provocateur j’ai découvert, au-delà de son appartenance politique, une belle personnalité et je pense que le journaliste lui a offert une tribune dont elle a très bien su saisir l’opportunité.

Bien sûr, si l’on préfère le ton lénifiant de France 2 (la télé socialiste), on n’aimera pas Daniel Schick.

Mais qu’y avait-il de provocateur? La rafale de questions dès le début de l’entretien. Une rafale balancée groupée, sans ménagement, ce qui confirme qu’il s’agit d’une provocation.   On dit aujourd’hui que Daniel Schick est misogyne. Mais si demain il provoque un ministre homme, sera-t-il traité de misandre?

Voici donc cette rafale de question, et les 5 minutes d’entretien. A propos de son origine, rappelons que sa nomination comme ministre avait fait un buzz phénoménal en Corée. Son histoire personnelle est donc largement publicisée. Chapeau, madame Pellerin.


«Savez-vous vraiment pourquoi vous avez été choisie ?
Parce que vous êtes une belle femme issue de la diversité ?
Parce que vous appartenez à une minorité peu visible ?
Que vous êtes la preuve de ce qu’est une adoption réussie ?
Que vous êtes un signal fort donné aux marchés asiatiques ?
Peut-être aussi parce que vous êtes compétente ?
Est-ce que vous le savez vraiment ?»

 


L'interview de Daniel Schick - Fleur Pellerin -... par Europe1fr

18:21 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : fleur pellerin, daniel schick, cécile duflot, misogynie, ministre, député, france, robe, bécassine, mode, montebourg | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

et oui les femmes sonts des vaches sacrées.

http://www.parutions.com/index.php?pid=1&rid=6&srid=63&ida=9045

http://livre.fnac.com/a2062587/Natacha-Polony-L-homme-est-l-avenir-de-la-femme?PID=1

"Encore cette dernière proposition doit-elle être considérée comme pure licence littéraire. Allons donc ! Insulter une femme ? Oser une plaisanterie ? On n'y songe pas. Il convient aujourd'hui de ne s'adresser aux femmes que pour la flagornerie, les ronds de jambe et la pêche électorale. Pour leur vendre verroteries et babioles. Nul ne se risquerait en ces temps de progressisme à la moindre critique, la moindre réserve - et que dire d'un bon mot douteux, forcé¬ment douteux - à propos de ces nouvelles vaches sacrées."

Écrit par : leclercq | 23 juillet 2012

Bonsoir John,
Je n'avais pas interprété l'épisode Duflot de cette façon. Je pensais au contraire qu'elle s'était faite siffler à titre de compliment compte tenu du fait qu'elle est rarement féminine.
Du coup, j'ai pensé qu'elle aurait du jouer le jeu, faire 3 tours sur elle même histoire de faire virevolter sa robe et ajouter quelques effets de jambes pour satisfaire ces messieurs avant de se lancer dans un discours sérieux.
"L’idée qui, je pense, dicte la tenue est que le look ne détourne pas du contenu, que le visuel ne domine pas l’auditif."
C'est triste et très réducteur, j'aurais tendance à lutter contre.
Pour exemple, je confie mes cheveux à un transexuel.Laissons au vrai talent la chance de s'exprimer, tous domaines confondus.

Écrit par : Patricia | 23 juillet 2012

hello Homme Libre
ils font partis de la fashion police de l'ump, paf épinglée la plus ringarde de la semaine, ou bien
ils voulaient qu'elle se déshabille, ;))),bizzzouxxx!!!

Écrit par : Sarah | 23 juillet 2012

Le piquant de l'affaire Pellerin, c'est qu'elle a reconnu elle-même au lendemain de sa nomination :

« Si j’avais été un homme blanc de 60 ans, à compétences égales j’aurais eu moins de chances d’être nommée »

http://24heuresactu.com/2012/05/24/fleur-pellerin-pas-ministre-si-elle-etait-un-homme-blanc/

Écrit par : Antisthene | 24 juillet 2012

Antisthène: cela vaut en effet son pesant de cacahuètes:

"Faut-il être une femme, jeune et issue de la diversité pour se faire une place dans le monde idéal de la gauche… et accessoirement dans le gouvernement socialiste de François Hollande ? Peut-être pas, mais cela aide certainement. C’est en tout cas ce que pense Fleur Pellerin, qui semble revendiquer son statut de potiche de la diversité.

« Si j’avais été un homme blanc de 60 ans, à compétences égales j’aurais eu moins de chances d’être nommée », a reconnu la jeune femme, d’origine coréenne. Un aveu remarquable de lucidité mais qui pose tout de même un certain nombre de questions sur le modèle de société que souhaite bâtir François Hollande.

Car le gouvernement socialiste, moins de quinze jours après sa nomination, multiplie les appels du pied communautaristes et les symboles de discrimination à l’égard de la majorité silencieuse."

Le ton de l'interview est raccord avec ces propos. Je pense que cela vaudrait une mise en valeur sous forme d'un second billet.

Écrit par : hommelibre | 24 juillet 2012

Alors que vous parlez des tenues ou pas que revêtent ou ne revêtent pas les choisies de force, parité oblige, personne ne soulève, mis à part Corto dans un billet resté lettre morte dans la grande branletterie que sont les blogs TDG, qu'avant tout Cécile Duflot, de son vrai nom, Cécile Duflot-Cantat est tout aussi minimaliste avec ses fanfreluches qu'avec son sobriquet.

Bien qu'elle ait tout mis en oeuvre pour repistionner son beau-frère, personnage qui en plus d'assassiner ses compagnes reste particulièrement puant et arrogan dédaigneux et hautain, c'est sans doute pour ces atouts là, que des politiques socialistes le chérissent pareillement, ça leur donne en fait, un arrière goût de Mittérand depuis le fond de leur arrière gorge jusqu'aux plissements de leur intestiin grêle et sans doute donne à ces fourmilles du pouvoir, également une occasion d'afficher leurs prenchants sordides.

Et oui. le Bertrand sans la Cécile de son frère, n'aurait jamais fait cette remontée spectaculaire à laquelle il a dû malgré lui s'accroché avec tant d'ingénuinité et de promesses politiques, car chez ces gens là, on ne réprime pas un bon petit gars lorsqu'il passe à la guillotine une des ces gueuse au sang bleu.

Quant à Xavier Cantat, lui, il se contente de déclarer sur RMC ;  "Je me fiche pas mal de la France. La France est un hasard historique (…) je ne me sens pas plus Français que Sénégalais" !
Cette déclaration de celui qui est maire adjoint à la culture et à la jeunesse de Villeneuve St Georges et militant des Verts, jetta un doute sur les réelles motivations politiques d’Europe-Ecologie. Plus tard, dans sa campagne de 2011, il refuse de choisir entre le candidat du Front de Gauche et celui du Front national, ce qui donna un ton décoiffant à ces élections et au partis de gauche ayant soutenu Europe-Ecologie.
Dans un communiqué, il accuse le parti communiste d'avoir propagé durant la campagne «un discours de haine» comparable à celui tenu par le FN. «Avoir à choisir au deuxième tour entre le Front National et ce PCF-là est ce qui peut arriver de pire à ceux qui sont attachés aux valeurs de la démocratie», ajoute-t-il, appelant à voter blanc.

Donc. ne nous fions pas au appraentes distractions brûnatres, le clan Duflot-Cantat et les tenues plus ou moins légère de Cécile, laisse malgé tout suinter cette odeur putride où sur fond d'assassinat, il ne faut surtout pas baisser la tête de cette gauche enfin prête à pactiser avec le diable en cullottes courtes de cuir bavarois !

Écrit par : Corto | 24 juillet 2012

Bon c'est quand qu'on ne les entends plus sur Europe 1, comme le petit Copé, que l'on doit entendre une fois toutes les deux semaines quasiment

Écrit par : Chaussures femme | 27 septembre 2012

Le style pétasse (pour rester poli) à l'Elysée voilà ce qu'il nous manquait... elle à fais l'ENA mais ne sais pas s'habiller, bref... le résumé de la politique moderne;
des gens sur-diplomés mais qui ne savent pas faire leurs lacets.

Écrit par : ViveLaFrance | 27 août 2014

Les commentaires sont fermés.