20 juillet 2012

Vaud: les femmes sont-elles discriminées?

Titre tapageur dans 24heures aujourd’hui: la condition des femmes empire au sein de l’Etat de Vaud. «Argent et pouvoir leur échappent.» Les femmes seraient discriminées dans l’administration vaudoise, et même davantage qu’il y a deux ans. L’article fait même mention d’un écart salarial qui se creuserait. Qu’en est-il en réalité?


feminisme.jpgLa question de l’écart salarial femmes-hommes est un des chevaux de bataille du féminisme politique. Présenter les femmes comme discriminées permet de mettre la pression sur la société et d’entretenir la posture victimaire.

Ce sujet, déjà traité et démonté, revient pourtant comme si de rien n’était. Avec la même morgue et la même manière de présenter des chiffres pour leur faire dire ce que l’on veut. Justement, que disent ces chiffres?

«(une étude) conclut que l’écart salarial entre hommes et femmes se creuse. En 2009, les collaboratrices gagnaient, en moyenne et à taux d’activité égal, 13,4% de moins que leurs collègues masculins. L’an dernier, cet écart a augmenté à 13,8%. Pour un salaire moyen, une femme gagne 12 700 francs de moins par an qu’un homme.»

Que pense en général le public quand il entend ces chiffres? J’ai demandé autour de moi à une dizaine de personnes. C’est compris ainsi: «Dans un même travail les femmes gagnent moins que les hommes». C’est bien l’astuce de ce genre d’annonce. Car à taux d’activité égal signifie: au même nombre d'heures, mais pas: au même poste.

Il ne s’agit pas du même travail.

D’une part on sait que les salaires moyens sont calculés toutes situations confondues: nombre d’heures différentes (temps partiel), compétences différentes, niveau de responsabilité différent, type d’activité différent. Il ne s’agit donc pas de comparer deux personnes de même âge, même expérience, formation, temps de travail au même poste.

D’autre part les administrations publiques rémunèrent selon une grille salariale de 18 échelons, et les salaires sont fixés par échelon, donc pas par sexe.


Dans le même échelon il n’y a pas de différence salariale entre les hommes et les femmes. Il n’y a donc pas de discrimination liée au sexe.

A travail égal, le salaire est égal.


En réalité cette étude signifie que les femmes sont plus nombreuses que les hommes dans des postes moins rémunérés. Il ne s’agit donc pas d’écart salarial proprement dit (c'est de l'intox) mais de représentation de chaque sexe dans les différents niveaux de postes.

«Argent et pouvoir leur échappent.»

Pourquoi en effet ne pas revendiquer l’argent et le pouvoir? Cela aurait le mérite d’être plus clair. On le sait depuis un moment: le but des féministes politiques est de prendre le pouvoir. Mais dans notre société cela passe mal. L’argent et le pouvoir ne sont pas connotés positivement. Une personne qui réclame du pouvoir et de l’argent peine à se faire passer pour une victime. De plus cela fait des décennies que l’on lit et entend des critiques répétées sur ces hommes qui courent après argent et pouvoir en délaissant leur famille et leur vie personnelle. Finalement, l’argent et le pouvoir sont des choses positives: plus on en a mieux c’est. Non?

L’étude précise que les femmes représentent 63,9% des fonctionnaires. 2/3 de femmes, 1/3 d'hommes. Deux questions dès lors:

- s’il y a globalement plus de femmes que d’hommes dans l'administration, il est très probable qu’il y en ait davantage dans les postes moins rémunérés; quelle incidence ce fait a-t-il sur la moyenne des salaires?

- pourquoi l’Etat de Vaud engage-t-il plus de femmes que d’hommes, dans une activité professionnelle plus sécurisée que dans le privé? Y a-t-il une discrimination à l’embauche? Laisse-t-on délibérément les activités du secteur privé, plus précaires, pour les hommes?

 

 

FéministaCouv3.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aux Editions Atypic

21:17 Publié dans Féminisme | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : société, féminisme, hommes, femmes, inégalité, salaires, vaud, discrimination | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

merci HL d'en remettre une couche et de dénoncer la propande mensongére de ces *** de féministes. et elles n'onts même pas hônte de faire de faire des campagnes où elles annoncent pour le même poste qui est payé 25% de moins une femme

http://lci.tf1.fr/economie/social/a-travail-egal-20-de-salaire-en-moins-pour-les-femmes-7007463.html

nulle part il n'est écrit dans les statistiques INSEE et dans l'explication dessous "A travail égal... 20% de salaire en moins pour les femmes"

a travail égal on sait pas d'où il le sorte.

mais on sait déjà que les journalistes sont le même type d'*** que les féministes. la dictature douce du mensonge institué.

Écrit par : leclercq | 20 juillet 2012

http://www.lesoir.be/actualite/belgique/2012-03-08/ecart-des-salaires-une-discrimination-flagrante-a-eliminer-901524.php

"A travail égal, les femmes gagnent, en moyenne, entre 10 et 25 % de moins que leurs collègues hommes. Cet écart demeure un des signes les plus marquants de l’inégalité homme/femme. Il a un double effet. Le premier est immédiat sur le salaire"

et ils sonts où les chiffres qui l'autorisent à affirmer ça nulle part

encore une qui n'est pas à un mensonge prés mais elle se mouille pas elle tape large 10 et 25 %

Écrit par : leclercq | 20 juillet 2012

@ Leclerc:

La presse devrait au moins faire son travail d'analyse. D'autant plus que tout ce que je dis est dans l'article. Il suffit de le lire correctement. Je suis tombé des nues en lisant cette étude.

PS: merci d'éviter les mots ***.
:-)

Écrit par : hommelibre | 20 juillet 2012

J'ai rapidement regardé le rapport qui aboutit à ces chiffres du Soir:

http://igvm-iefh.belgium.be/fr/publications/de_loonkloof_tussen_vrouwen_en_mannen_in_belgi_-_rapport_2012.jsp

Le temps plein et le temps partiels sont comptabilisés ensemble! Je le regarderai plus en détail.

Écrit par : hommelibre | 20 juillet 2012

Après petite recherche: y a-t-il des centaines de milliers de procès pour discrimination contre les employeurs? Non. Des défilés dans les rues avec des fiches de salaires comparatives pour le même poste, même ancienneté, mêmes compétences, etc? Non.

Pourquoi? Parce que que l'écart salarial est un mythe. S'il y a des cas, il ne saurait y avoir une situation généralisée.

Je suis très étonné que ce genre d'informations soit relayé sans aucun recul.

Écrit par : hommelibre | 21 juillet 2012

Les journalistes qui font le minimum syndical semblent être une minorité, la majorité déballent sur des choses dont ils n'ont même pas pris la peine de se renseigner un minimum (qu'est ce qu'ils font durant leur journée de boulot ?).
Bon bien sur le féminisme victimaire/misandre toujours en train de craché et voir des discriminations imaginaire, dommage que leurs fourberies ne soit pas mis au grand jours.

Écrit par : bratack | 21 juillet 2012

J'ai posté hier un commentaire sous l'article de 24heures, pointant vers mon billet. Le commentaire n'a curieusement pas été passé... Par contre il y a plusieurs témoignages montrant le bon peuple intoxiqué et croyant au contenu de l'article.

Écrit par : hommelibre | 21 juillet 2012

Je maintiens donc: cet article est un mensonge. Il n'y a aucune preuve d'écart salarial, seulement une différence de représentation. Et je maintiens les deux questions à la fin de mon billet.

Écrit par : hommelibre | 21 juillet 2012

http://www.24heures.ch/vaud-regions/La-condition-des-femmes-empire-au-sein-de-l-Etat-de-Vaud/story/11248747

quand on voit les commentaires en bas du lien personne ne remet en doute la véraciuté du titre de l'article, a croire que l'esprit critique a disparu.

http://igvm-iefh.belgium.be/fr/binaries/59%20-%20Rapport%20Ecart%20salarial%202012_FR_tcm337-168234.pdf

et ce rapport est plutôt orienté, moins honnête que l'INSEE
il parle même de plafond de verre alors que je n'ai pas souvenir que l'INSEE en parle.

dans ce lien ce ne sonts que des comparaisons de salaires bruts moyens a temps plein où a temps partiel.

"
3.6 Ségrégation sur le marché du travail
Une grande partie des différences salariales entre les femmes et les hommes sont à attribuer à la
ségrégation sur le marché du travail. En d’autres mots, l’inégalité de salaire est souvent une question
d’inégalité de travail : dans certains secteurs, on paye des salaires plus élevés que dans d’autres,
certaines professions payent plus, le personnel dirigeant gagne plus que le personnel exécutif et, de
façon générale, les salaires sont plus hauts dans les entreprises de plus grande taille. Les femmes
sont souvent sur-représentées là où il y a moins à gagner. Cela n’est pas le fruit du hasard, mais bien
un développement historique. Le travail des femmes est considéré de façon stéréotypée comme
étant « léger » et moins important sur le plan économique. Il y a en principe deux pistes potentielles
pour contrer cette partie de l’écart salarial : il s’agit, d’un côté, de supprimer la ségrégation et, de
l’autre côté, de mieux valoriser, et donc de mieux rémunérer, les métiers typiquement « féminins »."

là on a droit a du grand n'importe quoi il faut supprimer la ségrégation, sous-entendu les femmes sonts similaires aux hommes en tout point de vue, c'est a se demander pourquoi il existe deux sexes.

il faut aussi mieux rénumérer les métiers typiquement féminins, comme ça d'un coup de baguette magique.

"3.6.4 Plafond de verre
L’une des causes de l’écart salarial est la ségrégation verticale, ou la sous-représentation des
femmes dans les fonctions dirigeantes. L’accès difficile des femmes aux fonctions supérieures et
leurs chances de promotion réduites sont également appelés « plafond de verre »."

mais bien sur que les femmes mettent la famille en priorité par rapport à la carriére ça ne leur est pas venu à l'idée c'est bien sur la faute des méchants hommes.

"Ces femmes qui dirigent des supermarchés. LSA, 5 mars 2009

Article de Sylvie Leboulenger, dans LSA (Libre Service Actualités), "magazine de la grande consommation", pp. 12-15. Citations :

Une profession d’homme ? "Ca convient très bien à une femme", balaie Marjorie Réveillé, qui, très tôt, n’a pas craint les défis [patronne du Cora de Montbéliard].

Les femmes savent qu’elles se font respecter aussi bien qu’un homme. A une condition : qu’elles mettent la main à la pâte.

En plus d’être dotée d’une bonne dose d’instinct, existe-t-il une voie royale pour devenir directrice d’hyper ? Non, pas plus pour les hommes que pour les femmes. (...) C’est donc la fidélité à l’enseigne qui paie.

Certes elles sont peu nombreuses à postuler pour ce genre de postes, mais Marc Veyron, directeur des ressources humaines de Champion, n’a pas de mal à l’expliquer : "Nous avons peu de demandes."

http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article273

"Lorsque la part des
femmes dans les fonctions dirigeantes correspond à leur part dans le secteur, on peut en déduire
que les femmes ne doivent pas surmonter des obstacles spécifiques pour atteindre le sommet. Au
plus la différence est importante, au plus leur chemin est difficile."

correspond à leur part dans un secteur, Ah parce quells onts une part réservée.

"Le plafond de verre est le plus épais dans les secteurs de la fabrication de machines de
bureau et de matériel informatique, le captage, l’épuration et la distribution d’eau, les transports
par eau, l’industrie textile, la fabrication d’instruments médicaux de précision, d’optique et
d’horlogerie."

ce n'est pas un manque de femmes pour accéder à ces postes, c'est le plafond de verre qui est plus épais, ben cette étude est une franche rigolade.

"si les jeunes filles sont systématiquement orientées vers des formations présentant moins
d’opportunités de travail"

n'importe quoi mais qu'est qui leur permet d'affirmer que les femmes ne choissisent pas leur proffession !!!

"Il reste en outre la partie inexpliquée de l’écart salarial : même en ayant les mêmes caractéristiques
que les hommes, les femmes gagnent moins. C’est-à-dire qu’une femme ayant la même ancienneté,
le même âge, travaillant dans le même secteur, avec la même profession et le même niveau de
diplôme qu’un homme gagnera moins que celui-ci."

est si elle ne travaille pas au même poste n'a pas le même échelon.

là on retrouve les délires des revendications salariales des syndicats, ne compterait pour le salaires que l'ancienneté "en réalité les années de présence dans l'entreprise" et le diplôme, mais alors à quoi ça sert d'être compétent dans son job de se défonçer à rien.

"La partie inexpliquée de l’écart salarial comprend en réalité deux parties: la partie non encore
expliquée, qui pourrait être expliquée sur base de données complémentaires, et la partie en essence
inexplicable, qui est la conséquence d’une « pure » discrimination salariale. L’écart salarial pourrait
en effet être encore mieux expliqué si certaines données étaient plus détaillées encore. Ainsi, il
apparaît par exemple qu’un diplôme universitaire est moins rentable pour les femmes au niveau du
salaire. Néanmoins, tant que nous ne savons pas si cela dépend de la différence de diplôme
(ingénieur ou historien) ou si c’est au contraire la conséquence d’une discrimination flagrante, il est
difficile de se prononcer sur ce sujet."

ah ça c'est sur ah ça c'est sur il n'y a pas un grand rapport entre un historien et un ingénieur !!! mais attention juridiquement ils doivent être payé pareil, et oui si le niveau de diplome est équivalent et que le niveau de stress est équivalent la justice dira que ces fonctions sonts d'égale valeur euh c'est débile.

"Le modèle traditionnellement utilisé pour la décomposition de l’écart salarial est la décomposition
Oaxaca- Blinder. Des estimations du salaire des femmes et des hommes sont établies sur base des
variables connues. Les deux estimations de salaires sont ensuite comparées afin d’étudier la
différence.
Les paramètres statistiques montrent que l’analyse est fiable et le modèle solide."

l'INSEE est moins affirmative.

http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=20&ref_id=15921&page=alapage/alap329/alap329_encad1.htm

"Pour estimer l’inégalité salariale entre les femmes et les hommes, on utilise la décomposition de Blinder-Oaxaca. On calcule une équation de salaire pour les hommes et une équation de salaire pour les femmes. Puis on décompose la différence de ces deux équations en une part « expliquée » par la structure des variables explicatives et une part « non expliquée » par ces variables, qui constitue une estimation de l’inégalité salariale « à emploi comparable ».

donc la part non expliquée par uniquement les variables utilisées serait de l'inégalité salariale.

vu les varaibles utilisées ça fait léger !!!!

"tranche d’âge du salarié ;
catégorie socioprofessionnelle en 11 postes ;
condition d’emploi (temps complet, temps non complet) ;
type de contrat de travail (CDI, CDD et autres contrats) ;
domaine d’activité (entreprises du secteur privé, entreprises du secteur semi-public, associations, établissements hospitaliers, collectivités territoriales) ;
secteur d’activité de l’établissement employeur en NES16 (regroupée pour l’industrie) ;
taille de l’entreprise."

"La décomposition de Blinder-Oaxaca fournit une estimation imparfaite de l’inégalité salariale"

enfin une phrase honnête.

Écrit par : leclercq | 22 juillet 2012

suite

http://www.lesoir.be/actualite/belgique/2012-03-08/ecart-des-salaires-une-discrimination-flagrante-a-eliminer-901524.php

"Depuis plus d’un an et demi maintenant, les députées travaillaient sur le texte. « Lorsque nous nous sommes aperçues que le 8 mars tombait un jeudi (jour de vote en séance plénière, ndlr), nous avons mis les bouchées doubles pour pouvoir voter cette loi avec une portée symbolique supplémentaire » explique la députée PS."

on notera bien les députées apparement les députés hommes ne sonts pas concernés.

"Une femme qui a la même fonction qu’un homme et à ancienneté égale gagne encore en moyenne 11,5 % de moins. « Les employeurs doivent avoir eux-mêmes le réflexe d’éliminer les inégalités. L’écart salarial doit cesser. Point », fulmine Detiège. « Il s’agit d’une discrimination flagrante que nous devrions corriger. » "

la même fonction est-ce que c'est dans le même secteur, est-ce que c'est le même travail non donc c'est bidon.

"« L’écart salarial n’est qu’un aspect des inégalités entre les hommes et les femmes », admet Detiège. Les stéréotypes sexistes ou les choix d’études contribuent à l’inégalité. Mais cela n’empêche pas de s’attaquer à la discrimination financière. « Les entreprises qui paient les femmes moins que les hommes, seront désormais enregistrés dans les rapports de l’Institut pour l’égalité entre les hommes et les femmes », dit Detiège. Les entreprises qui tenteront d’entraver le travail du médiateur seront condamnées à une amende de plus de 9000 euros.

Tous les partis de la majorité, ainsi que Groen, Ecolo et le Vlaams Belang, ont approuvé la proposition de loi. Tous sauf la N-VA qui s’est abstenue. « Nous n’aimons pas l’idée du médiateur », a déclaré Miranda Eetvelde. « Nous pensons qu’il y a suffisamment de gens dans l’entreprise auxquels une femme peut trouver pour faire connaître sa plainte. Un médiateur, c’est complètement inutile. » "

il va être impossible de rénumérer qu'elqu'un à sa juste valeur, beau bordel en perspective tout ça à cause d'une bande de manipulatrices et de menteuses.

allez les écrits d'une femme honnête.

http://lecercle.lesechos.fr/node/36097

"Les femmes ne sont-elles pas moins disponibles que les hommes au travail parce qu’elles doivent justement assumer une part plus grande des charges familiales ? C’est bien entendu une partie de l’explication, mais ne perdons pas de vue que c’est souvent le fruit d’un choix. Nombreuses sont les femmes qui comme moi ne voudraient pour rien au monde rater le bain de bébé, les contes du bambin et les devoirs scolaires du préado qui manque décidément de concentration.

L’écart salarial entre hommes et femmes est un fait. Il s’explique en grande partie par des facteurs objectifs : heures supplémentaires, temps partiel, secteur d’activité, niveau de responsabilité, niveau de qualification, ancienneté etc. A facteurs identiques, d’autres éléments entrent en compte comme la durée hebdomadaire au travail et la productivité horaire. Si discrimination, il y a, elle semble très faible. Avant de faire passer les femmes pour des victimes et les employeurs pour des bourreaux, rappelons-nous que les femmes viennent de Vénus et les hommes de Mars et que nous n’accordons pas nécessairement de l’importance aux mêmes choses.

D’ailleurs, à ce compte-là, ne faudrait-il pas ériger les hommes en victimes des femmes du fait que les hommes ont deux fois plus de chances d’être accidentés du travail que les femmes(2). Et, qu’entre 2007 et 2008, plus de 90% des morts au travail étaient masculins.

Chercher à gommer systématiquement les différences entre hommes et femmes et vouloir éluder les raisons objectives de certains phénomènes (comme les différences de salaire) mènent à une impasse. Les politiques de lutte contre la discrimination salariale – loin d’offrir des solutions constructives – nient la diversité des situations et crée une lutte entre homme et femme, là où elle n’a pas de raison d’être.

Cécile Philippe, Institut économique Molinari


http://www.crest.fr/ckfinder/userfiles/files/Pageperso/raeberhardt/SALFRA06ac.pdf

"Les résultats présentés ici ne permettent pas une quantification de la discrimination"

http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ES398-399f.pdf

"L’écart des salaires entre les femmes et les hommes
peut-il encore baisser ? Le problème de fond
n’est manifestement pas dans la discrimination
salariale au sens strict, qui pèse relativement
peu face aux facteurs structurels de l’écart"

à noté que l'expérience effective n'est pas quantifié donc pas prise en compte.

"Mais, cette part inexpliquée dans les travaux évoqués ne signifie pas qu’il n’existe aucune explication dans l’absolu. Autrement dit, ces 4 % ou 5 % (en plus pour les hommes ou en moins pour les femmes) ne sont pas forcément entièrement dus à de la discrimination."

et les chercheuses de L'INSEE en conclut qu'il faut que les hommes et les femmes soient similaire et oui comme ça la dite ségrégation n'existera plus.

"eux-mêmes largement issus
de normes sociales et de leur traduction dans
le partage des tâches domestiques et familiales
entre les femmes et les hommes"

ces chercheuses ne seraient elles pas féministes et gender !!!

"Le problème de fond
n’est manifestement pas dans la discrimination
salariale au sens strict, qui pèse relativement
peu face aux facteurs structurels de l’écart ; son
élimination totale laisserait, toutes choses égales
par ailleurs, un écart de 19 %. Peut-on dire
alors que l’explication vaut raison, et que la discrimination
à l’encontre des femmes n’est pas
un problème sur le marché du travail ? Ce serait négliger que les sources les plus importantes de
l’inégalité constatée sont liées à des phénomènes
de ségrégation, eux-mêmes largement issus
de normes sociales et de leur traduction dans
le partage des tâches domestiques et familiales
entre les femmes et les hommes"

Cela n’est pas le cas,
car la structure des emplois salariés demeure
nettement sexuée

Le degré de ségrégation des femmes et des
hommes dans les emplois peut être résumé par
un indicateur, l’indice de Duncan (16) . Plus
l’indice est proche de 100, plus la ségrégation
est forte (une valeur de l’indice égale à 100 indiquerait
une absence totale de mixité), plus il est
proche de 0, plus la structure des emplois occupés
par les femmes est proche de celle observée
pour les hommes.

Dominique Meurs* et Sophie Ponthieux* *

et oui ces chercheuses onts trouvé la solution pour réduire l'écart salarial entre hommes et femmes il faut lutter contre la ségrégation pour celà pousser à l'indifférentiation hommes femmes, ah magnifique conclusion !!!

Écrit par : leclercq | 22 juillet 2012

Hommelibre

Si j' ai une suggestion, c' est d' éviter de perdre votre précieux temps à poster dans ces sites à pensée unique.

Leclercq

Merci pour ces précieuses infos. Eh oui le gender studies est à la mode apparemment et tout nous pousse à cette théorie fumeuse et liberticide.

Pauvre avenir pauvre descendance.

Écrit par : kasilar | 22 juillet 2012

Les commentaires sont fermés.