17 juillet 2012

Le rêve de Nevin

Comment réussir à être au niveau mondial dans un pays où le sport est une affaire de garçons? En s’accrochant. En insistant jusqu’au bout. Un rêve est un rêve. Quand un rêve devient si fort qu’il remplit notre temps et nos pensées alors il peut devenir réalité.


nevin3.jpgLe rêve de Nevin Yanit (cliquer sur les images pour agrandir) s’est concrétisé. A force de volonté et de persévérance. Elle voulait devenir athlète et aller aux jeux olympiques. Dans son pays, la Turquie, on se demandait ce qu’elle faisait dans un truc de garçons. Le 100 mètre haies.


Elle s’est entraînée dans des conditions difficiles. Elle a tenu bon, soutenue par sa mère et son coach. Elle a gagné son premier ticket pour les JO de 2008 à Pékin où elle va jusqu’en demi-finale. Un premier exploit pour une athlète dont c’était seulement la deuxième confrontation avec l’élite mondiale, après les championnats du monde de 2007.

Nevin4.jpg
Puis ce sont les championnats du monde de 2009, où elle améliore son score. Enfin, première consécration, les championnats d’Europe de Barcelone en 2010 où elle obtient la médaille d’or et bat le record national de la spécialité. Rebelote en 2012: médaille d’or européenne à Helsinki.


Nevin Yanit est faite de détermination, de travail, à quoi elle ajoute une grâce naturelle. Mais à 26 ans il lui manque encore une médaille en niveau mondial, et surtout un podium aux Jeux Olympiques. Alors, Londres 2012?


nevin2.jpg

Bonne chance les 3 et 4 août, Nevin!

 

 

 



 

13:30 Publié dans sport | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : nevin yanit, turquie, athlétisme, jeux olympiques, londres, 2012, championnats monde, 100 mètres, rêve, médaille, or | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Nevin Yanit a terminé au 5ème rang de la finale, à 23 centièmes de la première. Pas de médaille donc. Tristesse pour elle. Mais elle termine parmi les cinq meilleures mondiales. Fierté donc aussi pour elle!

Écrit par : hommelibre | 08 août 2012

Les commentaires sont fermés.