24 juin 2012

Défaite des Bleus: Les Espagnols sont méchants

Les français broient du noir, Laurent Blanc est cramoisi, les Bleus sont verts. Cela fait un bel arc-en-ciel. N’empêche que les espagnols sont méchants et que Sarkozy était un président normal.


GOAL1.jpgJe ne comprends pas pourquoi les espagnols sont si méchants. Pourtant les français font tout ce qu’ils peuvent. Après avoir tenté l’approche mystique avec Domenech, ils font carrément du surréalisme avec Blanc. On entend dire que l’équipe de France est en reconstruction. Depuis des années elle est en reconstruction. Il faudrait donc la ménager. On ne met pas un but à la 19ème minute à une équipe qui se cherche. C’est méchant.

Les espagnols sont méchants. Ils auraient dû demander aux français comment jouer pour ne pas les froisser. Si cela se trouve le fulgurant ibère qui a marqué le premier but aurait pu délibérément envoyer une tête à côté. Cela aurait été fair-play à l’égard d’une équipe qui a inventé la reconstruction permanente.

Ou alors c’est une stratégie. Un plan pour perdre. Une victoire si belle en 1998 suffit pour un moment. On parle encore de celle de Yannick Noah à Roland-Garros 30 ans après comme si c’était hier. La France supporterait-elle mal la victoire? Est-elle au fond une perdante dans l’âme? Autant d’irrégularité dans les résultats, on pourrait penser que c’est exprès.

Mais non. En fait la méchanceté de l’équipe espagnole est seule en cause. Elle a fait exprès de jouer autrement que prévu. C’est Laurent Blanc qui le dit au Figaro:

«On savait que le côté gauche était très fort avec Alba et Fabregas. On avait décidé de le bloquer. Mais on prend le but sur ce côté. Ce qu'il y a de plus rageant, c'est que c'est le seul centre qu'Alba a pu faire en première période. Arriver à la mi-temps à 1-0 nous a pénalisés.»

Merci Laurent «Caliméro» Blanc pour cette explication limpide. C’est vrai que c’est méchant de mettre un but comme ça alors que les français ne s’y attendaient pas. Les espagnols ne leur ont même pas laissé le temps de travailler comme à l’entraînement:

«On aurait pu travailler ça (Fabregas plutôt que Torres) si on avait eu plus de temps. On aurait peut-être joué à trois derrière. On a constitué une équipe pour contrer leur côté gauche et toucher le plus vite nos attaquants.»

Les français on manqué de temps. Le match aurait dû faire 95 minutes pour qu’ils «travaillent» la situation. C’est la faute au temps. Plus loin il précise son analyse:

«Mais j'ai des regrets d'avoir pris ce but, car si l'Espagne avait la maîtrise du match, elle nous craignait dans le domaine offensif.»

Par pure gentillesse les français ont donc renoncé à aligner une équipe offensive. Ça c'est fair-play. Les espagnols sont méchants. S’ils n’avaient pas marqué, les Bleus n’auraient pas encaissé de but. C’est aussi simple. Les espagnols n’ont rien compris, ou pire: ils l’ont fait exprès.

Du coup ça a pourri l’ambiance. A preuve l’insulte de fin de match. Après le «Ferme ta gueule» il y a quelques jours, Nasri a sorti à des journalistes du «Enculé, fils de pute», comme Anelka il y a deux ans. Au point où cela en devient presque normal. Je croyais que ces joueurs qui représentent la France et qui sont très bien payés avaient aussi pour mission de donner envie aux gamins qui les admirent de faire du sport et de se construire positivement. J’ai dû me tromper quelque part. Donc si les mioches se traitent de fils de pute, c’est normal.

Au fond Sarkozy était très mesuré avec son «Casse-toi...». Il était même très normal. Il ressemblait bien aux français.

En tous cas, si l’on écoute Laurent Blanc, l’équipe de France n’est pas prête à se mettre en question. S’ils n’avaient pas encaissé un but, ils n’auraient peut-être pas perdu. C’est la faute à pas de chance.

On devrait interdire de marquer des buts.

Ou bien virer tous les joueurs et l’entraîneur et recommencer à zéro avec d’autres titulaires plus motivés et moins vulgaires. De toutes façons ça sera difficilement pire que maintenant. Nicolas Sarkozy a du temps libre. Lui au moins serait un coach normal.



20:59 Publié dans sport | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : euro, 2012, sport, foot, espagne, france, bleu, laurent blanc, nicolas sarkozy, domenech, bleus, but, défaire | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Et dire que ces enfoirés sont payés au SMIC avec remboursement de frais et possibilité de fuir le fisc!

Il manque à cette équipe de grands et beaux athlètes noirs ayant les mêmes moeurs que moi, -gagner par la force de la volonté....

Écrit par : Pierre NOËL | 24 juin 2012

Cette équipe attise toutes les critiques. Les gens de droite diront que ses joueurs sont des banlieusards mal élevés et peu français. Ceux de gauche diront qu'ils sont des jeunes plus attirés par l'argent et les déductions fiscales que la victoire. D'ailleurs les premier nomment cette équipe l'Equipe de France et les seconds les Bleus.... Au final lorsque cette équipe gagne, tout le monde la ferme. Sauf les journalistes de l'Equipe qui vende leur torche cul en fouillant les poubelles de la sélection. Je comprend pourquoi certains français préfèrent jouer pour la sélection de leur origine (Algérie, Pologne, Sénégal, Turquie,...). Moins de pression, des gens et une presse qui les soutiennent. C'est con à dire.

Écrit par : Riro | 25 juin 2012

Riro,

C'est vrai, et la critique est toujours plus facile que l'action. Je pense que le comportement des joueurs y est pour beaucoup et dérange. Je ne vois pas la même chose en Allemagne ou en Espagne. Ou alors ils savent passer au dessus des ego et des bagarres internes.

Il faut oublier 1998. J'aimais beaucoup cette équipe intuitive et talentueuse, qui se donnait vraiment. Cette référence n'existe plus.

Je pense aussi que la fédération française fait des choix bien singuliers en matière de coachs. Domenech lisant la lettre des joueurs grévistes en Afrique du Sud montre le peu d'autorité qu'il avait pour en arriver à cette manière de faire corps avec eux. Et Laurent Blanc disant qu'ils n'avaient pas prévu de prendre un but... Une telle analyse est surréaliste.

On ne sait où ils naviguent et ils n'ont semble-t-il pas de réelle autorité. L'équipe est à l'image de la confusion de langage des coachs.

Alors soit ils n'ont plus les joueurs qui permettent de faire une grande équipe, et il faut le dire clairement pour que l'on prenne la mesure du déficit. Soit les coachs sont trop peu compétents.

Il peut arriver à une équipe de traverser de mauvaises passes. Mais ici même les rares victoires ne sont pas convaincantes. J'imagine bien la difficulté à gérer une équipe nationale. Une équipe qui représente forcément un symbole, et un exemple pour les plus jeunes. Le peu d'investissement des joueurs montre à mon sens qu'ils ne sont pas vraiment dirigés et stimulés.

Écrit par : hommelibre | 25 juin 2012

ARTICLE nul, la France a perdu parce qu’elle était moins bon,admettons le.surtout l’Espagne est au sommet de son art

Écrit par : jacque | 25 juin 2012

Comme dans le titre, les Espagnols s'écrit toujours avec majuscule ;-)
P.S. Une des fautes vénielles les plus fréquentes sur nos blogs, mais aussi la plus facile à corriger.

Écrit par : Mère-Grand | 25 juin 2012

L'Espagne peut compter sur les moteurs du milieux de terrain du Barça, l'Allemagne sur ceux du Bayern. La France n'as pas cette chance. Ces joueurs jouent un peu partout. La Ligue 1 française est tellement pauvre, qu'elle ne peut pas garder les meilleurs. On parle souvent d'arrogance et de mauvais comportement de la part de ces jeunes. On leur pardonne pas. Contrairement à un type comme Cantonna.... qui dépassé les bornes plus d'une fois. Lui c'est artiste, le king Eric... et après on gueule car Nasri envoie balader un journaliste après une élimination. Cette pauvre Ligue 1 et cette fédération un peu larguée ne paie pas ces joueurs. Ils viennent faire du bénévolat en portant ce maillot national. Porter le maillot français c'est donner de son temps et de son énergie pour se faire tirer dans les pattes ou pire se faire récupérer politiquement...D'ailleurs il n'y avait que 800 supporters français dans le stade! Preuve que cette équipe n'est pas soutenue. Ok, on a les supporters qu'on mérite. Mais tout de même pour le pays le plus peuplé d'Europe, il y a un problème.

Écrit par : Riro | 25 juin 2012

Eric le King avait, en son temps, été viré de l'équipe de france... ça n'a pas empêché les victoires de 98 et 2000... pourquoi ne pas rappeler ce précédent et prendre des dispositions similaires à l'égard des 2/3 joueurs qui posent des problèmes de comportement et d'implication? c'est la seule critique que je formulerais pour ma part à Blanc... peut être a-t-il trop hésité à se montrer sévère... s'il reste sélectionneur ça ne pourrait qu'être à ce prix me semble-t-il... l'équipe de france est un honneur... qu'ils soient chouchoutés dans leur club... pourquoi pas... ce sont bien les clubs qui paient... mais en équipe de france... on se plie aux règles!

Écrit par : matthieu | 25 juin 2012

Riro:

En effet au niveau européen le foot se passe dans les quatre grands pays qui entourent la France, pas en France. Est-ce principalement une question d'argent? Je vous crois volontiers, ne voyant pas d'autre raison. Je pense à l'OL, équipe méritante, qui se sépare assez régulièrement de ses bons éléments et qui n'arrive pas à dépasser un certain stade en compétition européenne.

Cantona: en effet il n'a pas manqué. Il me semble qu'à l'époque de Platini on ne se permettait pas autant de débordements de comportement. Mais c'est ancien, je ne suis plus très sûr de ne pas embellir les choses.

Je rejoins Matthieu sur la sévérité et l'attitude dans l'équipe d'un pays. Est-ce cette culture de l'honneur qui ne prend plus en France?

Il n'y a pas que les joueurs et les entraîneurs. La politique des fédérations joue aussi son rôle. La régularité des résultats dans un sport tient non seulement au réservoir de talents (il y a je pense de nombreux talents en France, dans beaucoup de domaines) mais aux politique sportives, à la mentalité inculquée dès le plus jeune âge. Peut-être aussi aux méthodes d'entraînement et à la philosophie du jeu.

Alors ce ne sont plus seulement les joueurs ni un coach "magique" qui font les résultat, cela devient une culture à tous les niveaux, culture qui se construit autant sur l'effort individuel que sur l'exigence transmise collectivement par les responsables.

Je ne sais pas ce qu'il en est en France, et je vois aussi que dans beaucoup de pays le niveau a augmenté ainsi que le nombre des talents. Donc ce sont moins souvent les mêmes qui gagnent. Mais l'irrégularité française en foot m'étonne depuis que je suis gamin.

J'entendais un débat sur Eurosport disant: "Comme la génération avant celle de 1998 avait été sacrifiée pour celle qui allait gagner, la génération actuelle est sacrifiée pour la suivante". Drôle d'analyse. Une génération serait sacrifiée pourquoi? Vivrait-elle sur la renommé de ses aînés sans se donner ses propres chances de faire aussi bien? Alors c'est la transmission d'une génération à l'autre qui fait défaut, et donc aussi l'encadrement.

Le Brésil par exemple ne gagne pas toujours mais je n'ai jamais entendu parler de génération sacrifiée. Tous ceux qui jouent dans l'équipe veulent toujours gagner.

Il est probable que Blanc garde son poste, comme Domenech l'avait gardé.

A nouveau les critiques et considérations sont faciles quand on n'est pas à leur place. La déception vient aussi d'avoir aimé cette équipe. Par exemple les italiens m'indiffèrent assez. Leur manière de jouer à l'économie et de passer parfois de justesse est plus frustrante qu'enthousiasmante. Mais à entendre les klaxons hier soir, seule la victoire compte! :-)


Mère-Grand: je l'ai fait exprès, je ne voulais pas leur mettre une minuscule! :-))) Faute vénielle reconnue est pardonnée, non?

Écrit par : hommelibre | 25 juin 2012

Domenech a écrit un papier sur la défaite des Bleus. Pour une fois je le trouve clair!...

http://fr.sports.yahoo.com/news/domenech-l%C3%A9dito-le-plus-brutal-115505238.html

Au final il pointe également une réforme de la philosophie du jeu et de l'encadrement:

"Domenech, après avoir conclu sur l'échec des cadres, ne voit pas trente-six solutions pour sortir de cette spirale. Il appelle tout simplement à une révolution culturelle. "Pour y remédier, il faudra changer la philosophie de notre éducation sportive et placer le collectif au centre de la formation des futurs professionnels français. Comme le font les Espagnols."

Que ne l'a-t-il fait lui-même plus tôt...

Écrit par : hommelibre | 26 juin 2012

Bien moi le post de HL m'a beaucoup plu et, comme à l'accoutumée, il ne manque pas d'humour. Ces pauvres bleus franchement, moi qui les soutenais en bonne française que je suis et patriote aussi j'avoue, je dois bien admettre que cette équipe me donne de l'urticaire. Aucune cohérence d'équipe, un égo surdimensionné, une suffisance, un manque de plaisir évident....bef mais surtout je suis bien d'accord avec HL, un comportement et des propos insupportables pour des êtres d'une immaturité affligeante. On efface tout et on recommence, avec des joueurs qui aiment vraiment le football et surtout qui ont un minimum de respect pour tous les supporters et les enfants en premier qui les prennent comme idoles! moi personnellement, je continuerai à chanter la Marseillaise mais pas tant que ce troupeau sera constitué de brebis galeuses (car cela ne concerne pas tous les joueurs de l'équipe de France)

Écrit par : vali63 | 02 juillet 2012

Les commentaires sont fermés.