22 juin 2012

Jean-Luc Mélenchon mis en examen

On sait que monsieur Mélenchon ne fait pas dans la dentelle. Ses broderies verbales s’apparentent davantage à un discours de soudard prussien en goguette qu’au langage des précieuses du 17e siècle. A côté de lui Nicolas Sarkozy et son «Casse-toi...» est un gentil chaton.


mel--.JPGMélenchon s’est fait une spécialité de l’agression verbale dure. Mépris, arrogance, rejet de l’adversaire, sa panoplie est rôdée. On admire parfois son talent de tribun. On peut regretter qu’il le mette si souvent au service d’une pensée clivante, excluante et si réductrice du discours politique.

On apprend donc qu’il est mis en examen pour avoir injurié Marine Le Pen. Il l’a traitée de fasciste. J’ignorais que c’est une injure. Ou une diffamation. Certes on dénigre une personne en lui faisant endosser un qualificatif de nature à la discréditer aux yeux du public. C’est comme traiter quelqu’un de raciste. Le racisme étant un délit, être traité de raciste si c’est faux est une diffamation.

Mais doit-on vraiment aller jusqu’au tribunal? Faut-il tout soumettre à la justice alors que nombre de litiges devraient être clarifiés dans une assemblée contradictoire, ou avec des médiateurs, ou le cas échéant sur le pré à l’aube (le pistolet étant remplacé par n’importe quoi de moins dangereux comme le poil à gratter ou la boule puante...). Ou encore dans une compétition de grimaces, étant donné qu’en parlant comme il parle on voit bien qu’il s’y entraîne, à grimacer.

Ne pourra-t-on bientôt plus traiter quelqu’un de communiste totalitaire (pléonasme), de vieux réactionnaire (re-pléonasme), de jeune con (re-re-pléonasme) ou de féministe misandre (lèse-majesté) sans risquer une amende ou quelques semaines de prison?

Ciel, que nous advient-il?

Je ne défends pas Mélenchon. Son langage de charretier et ses attitudes méprisantes sont particulièrement détestables. Mais enfin, laissez la Marine sortir elle-même ses cuirassiers et tirer ses obus de 460. D’ailleurs elles ne s’en est pas privé en faisant diffuser un tract qui représente Mélenchon en Hitler. Méchant, non? Bah, une section du PS avait bien fait de même avec Sarkozy. La gauche et la droite font pareil.

Mais ce n’est pas tout. Mélenchon ayant traité Marine Le Pen de fasciste et trouvant cela normal - il a même indiqué lors de sa mise en examen qu’il ne retirait pas le mot fasciste - on pouvait penser qu’il n’aurait pas considéré le tract du Front National comme une injure. Après tout, fasciste et Hitler, c’est la même famille: l’un n’est pas forcément plus injurieux que l’autre.

Et bien non, Mélenchon n’a pas accepté. Et il a posé plainte contre le FN à cause du tract. Mais alors? Mais bien sûr! Mélenchon a des droits que Marine Le Pen n’a pas. La République est à plusieurs vitesses. Merci le Parti de gauche. Ça la fout mal pour un homme politique qui prétend combattre des inégalités. Mais ça, c’est Mélenchon: une mentalité de Nabab ne se corrige pas facilement...


Tiens, à propos, Mélenchon dans ses oeuvres contre un intervieweur de Canal Plus:



16:19 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : justice, fasciste, injure, mélenchon, le pen, france, diffamation, communiste, féministe, con, réactionnaire, sarkozy, casse toi | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Enfin devant les tribunaux !
Il l'a bien cherchée la Marine !

Écrit par : Victor Winteregg | 22 juin 2012

Le fascisme comme sont cousin le nazisme ont comme racine commune le socialisme et le pouvoir totalitaire de l'état.

Quand un gauchiste comme Mélenchon traite de fasciste une personne d'extrême droite, en fait il déteste quelqu'un qui lui ressemble.

D.J

Écrit par : D.J | 22 juin 2012

Se méfier de toute accusation utilisant un suffixe comme -isme, -iste ou -phobe. Elles indiquent généralement une paresse d'esprit et parfois un manque de connaissances et d'arguments.

Écrit par : Mère-Grand | 22 juin 2012

Les commentaires sont fermés.