14 juin 2012

Ségolène Royal: un objet sacrificiel?

Après avoir reçu de plein fouet le tweet assassin de la Madame Ben Ali française (Vava Trierweiler), et bien que les sondages lui soient très défavorables, Ségolène Royal veut encore y croire à La Rochelle. Non élue elle perdrait la possibilité d’être présidente de l’Assemblée Nationale.


Ségo-OS-1.jpgComme femme politique ses grandes ambitions sont freinées pour la troisième fois (après les échecs à la présidentielle et au secrétariat du PS). Certes elle reste présidente de région. Mais c’est un peu loin de Paris et des sunlights. Que se passe-t-il avec cette femme autrefois tant aimée et aujourd’hui régulièrement désavouée? Y a-t-il quelque chose de particulier à comprendre dans son personnage ou son itinéraire?

Elle a publiquement associé sa vie privée et son engagement politique. On se souvient des images avec sa fille qui venait de naître en 1992. Cela procédait probablement d’une volonté d’unification du privé et du politique. Une élue est aussi et d’abord une humaine. La mise en scène de la famille n’est pas exceptionnelle.

Ségolène a ensuite été utilisée par son parti. Elle avait une forte aura, faisait vibrer les militants et les sondages lui ont à un moment promis une carrière exceptionnelle. Mais comment gérer cela avec un compagnon qui, discrètement, attendait son tour et voyait la possible victoire de sa compagne comme un frein à sa propre ambition? Qui n’a pas vraiment soutenu la candidate pendant la campagne? Et où puiser la force de la victoire quand ce même compagnon vit une double vie et que sa vie sentimentale et familiale s’écroule?

Mais elle devait présenter une image parfaite pour être élue. A-t-elle été conseillée par les éléphants du parti, qui voyaient en elle la No 1 des sondages et la sauveuse du PS après le traumatisme de 2002, avant de voir l’humaine? A-t-elle été mise en avant au mépris de son vécu douloureux? Elle qui se voulait libre, sa vie a été sacrifiée au profit d’une hypothétique victoire de la gauche en 2007. Mais elle l’a aussi voulu. Son ambition a gonflé. Elle voulait sauver la gauche et la France. En avait-elle les compétences? Difficile d’en juger alors qu’elle n’y a pas accédé.

Je ne le pense pas.

D’une part elle fonctionnait de manière très, trop émotionnelle. On adhérait à elle, pas à un programme. C’est dangereux en politique. Ceux qui l’ont réussi, comme De Gaulle à l’époque, avaient une stature et une solidité personnelle hors du commun. Cela ne semble pas être son cas, et la Ségo-OS-2.jpgfragilisation de sa vie sentimentale ne peut être mise de côté dans les raisons de son échec.

Elle était également trop clivée, pas assez consensuelle à l’intérieur même de son parti. Elle s’est fait des ennemis qu’elle n’a pas su neutraliser. Son militantisme féministe ne l’a pas servie non plus. Quelqu’un aurait dû lui dire que cela divisait l’électorat. Voter pour une candidate solide au bon programme, c’eût été possible. Mais voter parce que c’était une femme introduisait une discrimination et une division dans les esprits. Et l’on sentait qu’en démolissant son père elle réglait des comptes avec les hommes.

Et puis ses sorties comme la bravitude, ses attitudes parfois décalées, son style passionaria auraient eu plus de succès en Amérique du sud, où l’on élit sans problème des femmes à la présidence.

Elle s’est isolée de ceux qui devaient la soutenir, croyant qu’en s’offrant en sacrifice à la nation elle allait faire voter les coeurs plus que les têtes. On a entendu de manière subliminale, dans cette attitude sacrificielle, un discours d’ego qui ne collait pas avec l’humanisme auquel elle prétendait. Il y avait en elle à la fois la complexité de sa personnalité et les contradictions idéologiques du parti socialiste (par exemple entre la revendication d’une plus grande liberté et l’écho d’un collectivisme contraire à cette liberté, ou sur l’autorité. Contradictions que Hollande porte toujours, d’ailleurs). Le message a été brouillé.

Aujourd’hui son parti est prêt à lui offrir un lot de consolation: la Présidence de l’Assemblée nationale. Pour cela elle doit être élue à La Rochelle. Où elle a été parachutée contre le candidat légitime du PS, Olivier Falorni, qui était déjà en place: Conseiller régional et adjoint au maire. Il a donc été évincé. Sur une raison étrange: la parité! Il fallait une femme, ainsi en a décidé le PS, au nom d’une alternance paritaire. Ce qui montre bien que cette idéologie rigide de la parité ne colle pas à la réalité du terrain et qu’elle entraînera dans l’avenir de nombreux autres échecs. Car Falorni ne s’est pas désisté et est entré en campagne en dissident du PS. Les cadors du parti avaient-ils imaginé un tel scénario? Encore une fois Ségolène - ou son staff de campagne - n’a pas su plaider sa cause. Trop sûre d’elle? Trop autoritaire? Objet de l’idéologie paritaire?

Elle doit aujourd’hui faire face à des sondages désastreux pour elle, à l’échec de la primaire de 2011, à l’échec de sa candidature au secrétariat du PS, à la dérive autoritaire et assassine de Vava, au soutien vénéneux de celle qui lui a pris le secrétariat du parti. Encore une fois elle n’a pas su rallier à sa cause. Son échec lui est donc imputable. Mais elle a aussi été instrumentalisée, comme elle l’est aujourd’hui par Fanfreluche Trierweiler, qui est prête à l’envoyer aux enfers pour être seule maîtresse à bord dans la vie du président.

Ségolène Royal, objet de sacrifice. Ayant cru pouvoir faire expier les batailles d’ego du parti en s’offrant sur l’autel de la présidentielle. Portant les espoirs passés, tentant de transformer les déceptions en rédemption, et ce moins au travers d’un programme qu’au travers de sa propre personne. Utilisée même dans le rejet. Portée aux nues et trahie comme peu l’ont été.

Je n’aurais jamais voté pour madame Royal. Mais son parcours freiné, et la rage dont elle peut être l’objet autant que la dévotion, ainsi que sa manière de tenir debout contre l'adversité me font saluer en elle une bête politique hors du commun. Cela même si elle est largement la cause de ses échecs.

 

(Cliquer sur les images pour les agrandir)

 

Commentaires

Oui cette personne est très charismatique et cultivée. Voici son programme 2012, tiré de son blog: 1. Création d’une banque publique d’investissement pour les PME
2. Lutte contre les licenciements boursiers
3.Modulation des impôts sur les sociétés
4. Création des circuits courts agricoles déjà mis en place en Région Poitou-Charentes
5. Energies renouvelables, préparation de l’après pétrole et de l’après nucléaire et mutation écologique
6. Le prélèvement sur les super profits pétroliers
7. La maîtrise des loyers
8. Le pacte éducatif avec l’accent mis sur la petite enfance
9. La loi anti–concentration dans les médias
10. Le non cumul des mandats.
11. La rénovation démocratique avec la démocratie participative.

La question primordiale à se poser serait "mais comment va-t-elle mettre en oeuvre ce programme?" Pour le point 6 par exemple, le gouvernement français a-t-il quelque chose à régenter sur les profits pétroliers? Peut-être diminuer le salaire de Christophe de Margerie : Traitement de base 1 500 000 € et part variable 1 530 000 € ( soit 102 % du TB, max 165 % )en 2011. Mais est-ce dans le pouvoir d'un Président que d'exiger des comptes à une multinationale de cette taille (Total)? Sources : Document de référence 2011 déposé le 26 mars 2012 à l'Autorité des Marchés Financiers ( Article 212-13 du réglement général de l'AMF ).

Écrit par : NIN.À.MAH | 14 juin 2012

Ton post est très intéressant, merci !

Écrit par : uromid | 14 juin 2012

Son égo est tellement développé que tous ceux qui ne vont pas dans son sens sont des ennemis, malhonnêtes, intéressés, traitres, nuls, ou même anti-mère. C'est une hystérique de la politique. Elle me fait penser à cette actrice américaine sur le déclin pour laquelle on avait créer un rôle sur mesure afin de lui faire croire qu'elle était encore une star.
Elle argumente qu'elle est une mère en politique et qu'on doit la protéger. Et les pères en politiques ne méritent-t-ils pas d'être protégés. C'est ça l'égalité socialiste ?

Écrit par : norbert maendly | 14 juin 2012

Que se passe-t-il pour cette femme autrefois tant aimée et aujourd'hui régulièrement désavouée ?

Pour le phallos et les autres bonnes femmes, la réponse est sur les différentes photos ; pas assez grosse et moche et qui tient tête en plus. Elle est, pour beaucoup de mecs, même et surtout les plus haut placés, comme ces filles qu'on a admirées en douce mais qui n'ont jamais retourné un seul regard..

ça n'est pas une question politique mais un réflexe pathétique : à preuve, le pétage de plombs de la Valérie parce que son jules avait écrit un mot de soutien sur la profession de foi de sa..heu..rivale.


C'est un délit de lése-connerie..alors ? pouce ne bas !

Écrit par : hubert41 | 14 juin 2012

Depuis qu'elle est devenue pro-musulmane (normal pour une socialiste) le peuple de gauche ne le lui pardonne pas.

Écrit par : Victor Winteregg | 14 juin 2012

Tout d'abord, il y a une erreur factuelle dans votre exposé. A la Rochelle, pour des questions de représentativité féminime, le candidat PS devait être Mme Patricia Friou. Falorni était uniquement le suppléant de celle-ci.

Tout d'un coup, Royal a demandé à occuper le poste, ceci sans être investi par les militants. Friou et Falorni ont refusé la manoeuvre mais c'est seulement parceque Patricia Friou ne voulait pas mener cette dure bataille que Falorni s'est retrouvé sur le devant de la scène (Friou est maintenant le suppléant de Falorni). Donc, contrairement à ce que vous indiquez, Royal n'a pas atterri à la Rochelle pour des questions de parité.

Autrement, Royal a démontré avant-hier exactement pourquoi elle, et son type de féminisme, est insupportable. Soit, je suis aussi capable qu'un homme politique et j'ai donc le droit aux même fonctions et égards, mais je suis une mère, et j'ai donc droit à des égards bien plus importants. Soit le beure, l'argent du beurre et le cu* de la crémière.

Écrit par : sekant | 15 juin 2012

Il manquerait juste la bénédiction du crémier, pour faire bonne mesure

Écrit par : pat | 15 juin 2012

ça a un coté malsain d'aimer des pysiques si similaires ..non ??
Regardez de plus près : même dentition , même nez et projetez un peu plus loin : Ségolène et Valérie, ça se fond en Hollande..
C'est complètement narcissique..berk..

Écrit par : Patricia | 16 juin 2012

ça a un coté malsain d'aimer des pysiques si similaires ..non ??
Regardez de plus près : même dentition , même nez et projetez un peu plus loin : Ségolène et Valérie, ça se fond en Hollande..
C'est complètement narcissique..berk..

Écrit par : Patricia | 16 juin 2012

physique avec le H...

Écrit par : Patricia | 16 juin 2012

Non,physique avec un petit 'h'

En attendant Hollande se distingue en fréquentant que des belles femmes..

Écrit par : cheyenne | 16 juin 2012

Segolene Royal a su rester digne dans les échecs comme dans les victoires.

Son féminisme est légitime: être féministe n'est pas une assimilation, nous ne pouvons effacer les spécificités féminines.
Elle est ambitieuse et carriériste, comme nombre d'hommes politiques!
Tous sont machiavéliques sans exeption, Hollande, Sarkozy, Chirac, Fillon,Coppe etc : tous ont trahi des amis sur l'hôtel de leurs ambitions politiques.C'est le jeu politique: la comédie humaine s'y déploie!

Elle ne jette pas l'éponge comme l'a fait Jospin: peut-on lui reprocher?
Mitterrand a vécu des moments difficiles, De Gaulle aussi malgré le poids de l'histoire...

Sur le plan personnel, son ex-compagnon n'a guère été correct même goujat. Ne parlons pas de la nouvelle compagne: elle doit grandir et comprendre la dignité de sa position ou quitter la place!
Elle n'est pas élue , elle accepte d'être la compagne tenue à un devoir de réserve ou s'en va: la France a d'autres sooucis , se faire ridiculariser sur le plan international, ce n'est pas le moment!

Segolene Royal a apporté un regard neuf sur la politique, nombre de ses idées ont été mises en place, elle a complètement intégré l'écologie_ dixit Cohn -Bendit sur F. Inter_ son action en région est de qualité.
Au sein du PS, il lui a fallu survivre :ses positions dissidentes n'ont pas été pires que Fabius ..cela fait partie des courants, de la vie d'un parti.

Écrit par : MYSY | 16 juin 2012

"En attendant Hollande se distingue en fréquentant que des belles femmes.."

Je n'ai jamais dit qu'elles n'étaient pas belles, j'ai dit qu'elles se ressemblaient beaucoup et que morphologiquement, elles sont également assez similaires à Hollande.
Il y a quelque chose de très narcissique dans ces couples "jumeaux".
Le plus bel exemple reste le couple Kate Moss/ Johnny Deep.
Difficile de faire plus ressemblant.
Voila, c'était la minute pipole.

Écrit par : Patricia | 16 juin 2012

Je le répète: Y a pas plus normal que le Président Hollande puisque chaque français peut s'y retrouver:
Il a eu 4 enfants avec Ségolène Royal :
-Thomas en 1984,
-Clémence en 1986,
-Julien en 1987, et
-Flora en 1992.
Entre temps, il a eu
-Elsa en 1988 avec Anne Hidalgo, première adjointe au maire de Paris.
Pendant cet interlude,
Ségolène Royal s'est tapé Jean Marc Ayrault.
Maintenant, le président normal est en couple avec Valérie Trierweiler, du nom du mari dont elle n'a pas encore divorcé. Cette Valérie Massonneau est la petite fille du fondateur de la banque Massonneau et Cie, qui sera racheté par le Crédit de l'Ouest, lui même racheté par CIC Ouest. Par ailleurs, Valérie Massonneau est actionnaire de la chaîne Direct 8.
Bref, le "mec normal" nomme premier ministre celui qui l'a fait cocu, et vit avec une rentière qui fait semblant d'être pauvre...

Écrit par : Joe | 16 juin 2012

Les commentaires sont fermés.