03 juin 2012

La petite fille d’Idofé

Je me souviens d'une petite fille d'environ 4 ans, à Idofé, un village du bush nigérian, en pays Yoruba. C’était mon troisième voyage dans cette région. J’y allais pour voir travailler les guérisseurs locaux. Je devais initialement accompagner un herbaliste. Quand je suis arrivé il n’était plus disponible.


bushnigéria1.JPGDans l’attente d’un autre contact je visitais les marché et les étals de guérisseurs, abondamment pourvus en plantes séchées, racines, pierres de couleur, têtes de singes, enfin tout ce qu’il y avait besoin pour préparer des tisanes, des onguents et des gri-gris. Dans quelques échoppes étaient alignés des bocaux d’alcool où macéraient des serpents et diverses préparations locales. Je découvrais l’ancêtre de notre pharmacopée. Nous avons aussi des remèdes à base de plante ou de produits animaux.

Finalement, ne trouvant pas de contact, je décidai de me faire accompagner au hasard dans  la brousse - le bush. Le couple d’amis qui m’avait invité m’accompagnait. Elle, c’était Lotti la blanche.

J’ai trouvé un village où l’on m’a accepté - pas très facilement. Je passe les détails. J’en viens à cette petite fille de 4 ans dont j’ai déjà parlé ailleurs.


C'était le soir. Les habitants du village préparaient à manger à la lumière des lampes à pétrole. Dans cette lumière qui faisait danser des ombres une petite fille est passée devant moi, sourire fier et yeux brillants. Elle portait les sandale de sa mère. Trop grandes pour elles bien sûr. Mais cela lui conférait un statut de grande!

Cela je l’ai vu en Europe aussi. Les enfants mettent les chaussures de leurs parents pour se grandir. C’est une clé universelle de comportement, qui ne dépend pas de la culture et des croyances. Il y a derrière ce simple geste la conscience du petit et du grand, le petit voulant devenir grand. Pour cela, il prend les attributs du grand. La relation entre le petit et le grand est un fondement de toutes les cultures.

Il y a donc des principes de fonctionnement universels. Mais devenus adultes les humains développent des croyances qui les particularisent et les opposent les uns aux autres. Dieu devrait être un concept qui dépasse les différences et les oppositions ou luttes d'intérêt. Il n'en est rien. Les religions participent aux conflits. Dès le moment où une religion considère qu’il y a des croyants et des non croyants et qu’il faut convertir, elle sépare les humains en catégories et perd sa prétention à l’universalité.

Et pourtant les religions ont contribué à unifier des peuples, à ancrer des valeurs, à ouvrir les consciences. Il est difficilement compréhensible que les religions qui se réfèrent au même livre (la bible) en arrivent à lutter ainsi entre elles. Ce n’est pas logique. Soit il y a une erreur fondamentale dans les religions, soit leur application est faussée et les communautés qui les propagent en déforment la nature.

Pourquoi croire en Allah ou en Yahvé? Pourquoi lire le coran ou les livres de la bible? Parce que l’on naît dans une région donnée, dans une culture et un système de croyance spécifiques. Parce que l’on nous l’inculque tout petit avant que la notion de choix ne se développe dans notre esprit. La religion comme la culture relève largement du dressage des enfants.

Naître aujourd’hui à La Mecque nous prédispose à d’autres croyances que de naître dans une famille chrétienne, ou même athée, d’Europe. Nombre de nos croyances sont formatées par notre origine et n'ont rien d'universel. Quand donc sommes-nous libres, si l’on admet que la liberté c’est le choix? Avons-nous choisi notre langue maternelle? Notre religion? Nos codes? Nos noms et prénoms? Non. Nous les recevons et les intégrons comme nôtres parce que le groupe l’attend de nous, parce que c’est le seule moyen d’être accepté.

L’évolution des sociétés occidentales a toutefois conduit à une grande liberté de l’individu. L’opposition aux codes n’est plus vraiment aujourd’hui une marginalisation - pour ce qui concerne la culture, l’habillement, les choix politiques. Il reste bien sûr des codes fondamentaux: ne pas tuer, ne pas voler, respecter soi et l’autre. L’individualisme et la liberté de choix personnel - qui sont des signes distinctifs du libéralisme - ont modifié la place des codes collectifs. L’équilibre entre l’individu et le collectif est à redéfinir. Mais il sera difficile, il me semble, de revenir à une domination du collectif, en religion comme en politique.

00:42 Publié dans Philosophie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : religion, croyance, culture, afrique, guérisseurs, dieu, liberté, individualisme, libéralisme, collectif | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Une équipe qui gagne, c'est une équipe qui a réussi à mettre la créativité individuelle au service du groupe pour réaliser un travail commun. Deux blogs qui interagissent, des commentateurs qui laissent des traces intelligentes de curiosité et de vivacité intellectuelle comme culturelle, et c'est une équipe qui gagne alors même que chacun des individus restent libre et indépendant. Agir en communauté pour développer de nouvelles façons d'explorer le monde et la croyance en Dieu sans se référer à des lois divines prétendues immuables mais simplement en explorant nos âmes et nos vies ordinaires que nous construisons sur le socle de nos valeurs apprises puis développées. Un petit footballeur, au départ ne répète que les gestes qu'ils voient et qu'on lui apprend. Ensuite, au fur et à mesure de son développement, il devient inventif et crée du neuf mis au service du collectif. Si les religions ne s'arrêtaient pas aux dogmes, elles pourraient progresser et devenir un moteur et un facteur de réussite autrement plus fort et résistant pour toute l'Humanité. Mais qui préfère croire en Dieu en s'abandonnant à la confiance de l'Amour plutôt que de croire béatement à des dogmes résistants depuis des siècles à toutes les ouvertures d'esprit et qui offre la Toute-Puissance plutôt que simplement la jouissance de l'extase de la réussite artistique contemplative qui ne veut dominer personne mais juste faire gagner tout le monde par amour de l'Humanité et de la Création? Dieu est Amour et nos enfants sont l'abondance de l'Amour.

Écrit par : pachakmac | 03 juin 2012

Très beau texte qui interpelle si bien la problématique de la liberté humaine. Ce choc des cultures ou des croyances montre que même l'analyse critique ne soustrait pas l'individu de son contexte social. Le drame de l'être humain est qu'il est soumis aux lois de la pesanteur et qu'il n'est pas libre comme l'air, dont la survie dépend de beaucoup de facteurs indépendants de sa volonté.
L'acceptation de la condition humaine n'est pas évidente, loin s'en faut.

Écrit par : Micheline P. | 03 juin 2012

Les commentaires sont fermés.