13 mai 2012

Histoires de femmes: Nicole, Ségolène, Patty... et maman. Et le coup de froid vertigineux.

De petites histoires, quelques touches, sur quelques femmes qui font l’actu. Quelques traits lus dans le Matin Dimanche et qui parlent d’autre chose que d’images publiques lisses et formatées. Qui parlent de vraies personnes dont la notoriété n’est pas toujours synonyme de bonheur. Mais d’abord le coup de froid.


H2F-1.pngLa baffe anticyclonique

La chute est vertigineuse. Une perte si rapide d'autant de degrés est assez peu fréquente: environ 20° en 24 heures. Hier matin, régime un peu tropical, chaleur humide, environ 21°. Celles et ceux qui étaient dehors peu après 14 heures dans la région de Genève ont senti l’arrivée brutale du front froid. Le ciel se dégageait pourtant, avec encore la douceur. Mais les cartes du ciel du matin et la montée en puissance d’un anticyclone sur le nord-ouest de la France (image meteociel.fr, cliquer pour agrandir) montraient que cela ne pouvait pas durer. Sa rotation véhiculait de l’air glacial venu du nord-est et longeant son flanc sud-est - soit l’Europe centrale jusqu’au sud de la France et une partie de l’Espagne.

A 13 heures la limite chaud-froid était juste derrière le Jura. Puis un gros cumulonimbus s’est formé sur le bassin genevois. Le ciel est devenu plombé, sombre, menaçant. En moins d’une minute un coup de vent a apporté un air cru. J’ai d’abord pensé à un descendant d’orage. Dans les cumulonimbus la double circulation fait monter l’air chaud aux environs de 10‘000 mètres. Il redescend ensuite à toute vitesse avec parfois 10° ou 15° de moins. Mais là, pas d’orage. Et instantanément un régime de bise a remplacé le vent d’ouest. Les cartes ont montré une perte instantanée, en quelques secondes, de plus de 7°. La limite chaud-froid, qui est en général plus progressive, était tranchée comme à la hache. Une vraie baffe météorologique! Une demie-heure de plus et nous perdions 10° par rapport à 14 heures. Et la bise se déchaînait. L’Est de la France oscille aujourd’hui en plaine entre 10 et 13°, la Suisse entre 8 et 13, l’Allemagne entre 7 et 11°.

Glaglounet!... :-(


H2F-2-nicole-castioni.jpgNicole Castioni

Franco-suisse, ancienne élue socialiste à Genève, juge au Tribunal des Baux et Loyers, Nicole Castioni est pressentie pour être Ministre de la Condition féminine dans le gouvernement qui sera nommé par François Hollande. Cette femme au parcours atypique est dotée d’un grand courage moral. En 1998 elle publie «Le soleil au bout de la nuit», témoignage sur sa vie. Enfant abusée, puis prostituée à Paris, ancienne cocaïnomane, elle a ensuite pris sa vie en main et donne un magnifique exemple de résilience et d’humanité. Parler de son parcours est un acte de courage. Elle montre que rien n’est jamais fermé devant soi, et impose le respect en s’assumant.

Je ne suis pas d’accord avec un Ministère féministe. Les droits et devoirs des femmes ne sont pas fondamentalement différents de ceux des hommes. Au niveau de l’Etat et des lois la différenciation hommes-femmes n’est pas démocratique. J’y suis fondamentalement opposé. Mais peu importe ici: quel que soit son rôle dans le prochain gouvernement si elle est retenue, on lui reconnaîtra son courage et sa foi dans la vie.

Bravo, madame Castioni! Et respect!


Segoluche1.jpgSégolène Royal

L’ex de François Hollande apprécie-t-elle d’être une icône de droite? C’est ainsi que la décrit Marc Lambron, qui lui avait consacré un livre: «Mignonne, allons voir...». Dans une interview parue ce jour:

«... comment quelqu’un qui possède une psyché de droite, ayant grandi dans une tradition militaire et revendiquant le retour aux valeurs d’autorité, en vient à être le candidat de la gauche. Avec Ségolène Royal, en 2007, la gauche avait avoué son désir de droite.»

Ségolène en objet du désir de droite? Saperlipopettitude!


H2F-3-Patty_Schnyder_01.jpgPatty Schnyder

L’une des grandes joueuses suisses de tennis a disparu avec son mari. Introuvable. Comment cette femme si douée s’est-elle mise en échec? Un portrait touchant et sensible, bien qu’un peu trop impudique sur le détail de ses difficultés financières.

Cette femme avait beaucoup, elle n’a plus rien. Que se passe-t-il en elle pour que même ses proches en arrivent à dire que «Patty, sur 10 décisions, elle prend 10 fois la mauvaise»? Bien sûr personne ne l’a forcée. Ni à rompre avec sa famille, ni à suivre des régimes trop extrêmes, ni à se fragiliser elle-même.

Quelles que soient les causes de sa situation actuelle, quel que soit son caractère, je m’en fiche. Je ne la connais pas plus que ce que la presse montre. Aujourd’hui je vois seulement un être blessé. Blessé d’on ne sait quelle blessure. Patty, 31 ans, la vie devant elle, et pourtant disparue des écrans. Est-elle allé se reconstruire ailleurs, à l’abri des médias et du public, loin de toute pression et de toute image à défendre? Comme le font les animaux, écoutant son instinct, afin de retrouver son fil? Le saura-t-on un jour? On croit posséder un peu de la vie des vedettes. La télévision et les médias les invitent régulièrement dans notre maison. Là, sa vie ne nous appartient plus.

Bonne chance Patty.


H2F-4-araignee-geante-sur-place-neuve-L-QWplUU.jpegMaman

Pas de prénom puisque ce sont toutes les mères au jour de leur fête en Suisse. Ces mères dont nous venons, dont nous avons partagé la plus profonde intimité. Du spermatozoïde désiré au gros asticot qui appelle à la délivrance, nous sommes formés dans son antre magique. Tous: femmes, hommes. Pour les hommes ce n’est pas simple. L’héritage de l’utérus maternel devrait nous empêcher d’y retourner. Seule une différenciation claire d’avec la femme dont nous venons peut libérer le désir de retourner à la femme.

Mais cela, c’est une autre histoire...

En attendant, bonne fêtes les mères, grâce auxquelles nous sommes vivants, à goûter avec bonheur (je l’espère) aux chauds et froids du printemps!

Et pour illustrer: Maman, l’araignée géante de Louise Bourgeois sur la Place Neuve, photographiée par notre ami blogueur Haykel.

14:54 Publié dans Divers | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : femmes, maman, mère, nicole castioni, patty schnyder, ségolène royal, matin, météo, froid, anticyclone, bise, europe, suisse | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

coucou Homme Libre, y'a plus de grillon pffff ;))),
et bien bonne fête aux mamans suisses!!!
bizzzouxxx!!!

Écrit par : Sarah | 13 mai 2012

L'araignée me fait penser à un porte-clefs que m'a confectionné un de mes 2 fils pour une fête des Mères.
Ses amies/is avaient dessiné des soleils, des fleurs, des bagues.
Lui avait dessiné une gigantesque araignée noire avec des grands yeux bordés de cils recourbés plein de mascara et un grand sourire rouge.
Il était tout content de lui.
"C'est toi, Maman"
Moui.......Très ressemblant :-/
ça fait drôle :-))))

Écrit par : Patricia | 13 mai 2012

Sarah:

C'est sûr que pour les grillons c'est grillé... enfin c'est cuit.. Je veux dire l'affaire est gelée... :-)))

Enfin que pour peu de temps. Parce qu'ils chantent pour séduire les femelles et faire crac crac. Donc dans l'immédiat ils veulent pas se les geler sinon pas craccrac! Mais ils vont revenir.

C'est qu'aujourd'hui les Négresse Vertes rient jaune et pourraient chanter "Voilà l'hiver"...
-)))))

Bizzzouxxx!!!

Écrit par : hommelibre | 13 mai 2012

Patricia,

Faut s'y faire, les enfants sont d'une lucidité terrible...

:-))))))))))

Les araignées sont des bêtes fascinantes. On apprend à les aimer. Surtout quand on est au milieu de la toile dans un cocon de soie et que sa bouche est juste au-dessus....

8o(((((((((

Nan, faites pas de cauchemar cette nuit!
;-)

Écrit par : hommelibre | 13 mai 2012

Je ne ferai pas de cauchemar , je les connais mes monstres.
Très futés et impertinents du haut de leurs 3 pommes.
Dernière en date, debouts devant le journal télé :
Jumeau 1 : "ouhh, magnifique Hollande"
Jumeau 2 : "tu vas te retrouver à sec d'argent de poche toi, tu vas rien comprendre"
Donc :-))))))

Écrit par : Patricia | 14 mai 2012

Les commentaires sont fermés.