Cry for Oksana

Des larmes pour Oksana. C’est ce qui reste aux vivants, à sa famille, à ses amis. Oksana Makar est décédée hier jeudi dans l’année de ses 18 ans. Après trois semaines d’incertitude et de calvaire, mutilée, brûlée très gravement sur 55% de son corps, elle n’a pas survécu à ses blessures.

Oksana2.jpgNous savons peu de choses d’elle. Elle habitait à Mykolaïv, une ville de 500’000 habitants au sud de l’Ukraine, proche de la Mer Noire. Nous n’avons pas besoin d’en savoir plus. Ce qu’elle a subi ne nécessite pas de mise en perspective.

Le 9 mars elle a été violée, battue à mort, puis brûlée au 3ème et 4ème degré sur un chantier. Laissée pour morte elle a survécu trois semaines. Elle a pu dénoncer ceux qu’elle a identifiés comme ses agresseurs. Il s’agirait de trois fils de notables locaux. Ils ont été interrogés puis relâchés dès le lendemain faute de preuves. Pourtant l’un d’eux a reconnu le crime et a été filmé en vidéo.

Hier 29 mars le corps d’Oksana, son coeur, sa vie, ont lâché.

Il y a d’autres femmes violées et parfois tuées après le viol. Pourquoi parler d’Oksana Makar? Parce que la violence, la barbarie de l’agression sont particulièrement insupportables. Aucun crime n’est vraiment supportable, de l’injure à l’assassinat. Mais il y a une graduation dans la souffrance infligée. Oksana Makar a été étranglée puis brûlée vive. Selon d’autres sources elle a été battue à mort avant d’être brûlée. On pense, dans un autre contexte, à la mort d’Ilan Halimi, torturé et tué par le gang des Barbares, ou à William Modolo, torturé puis tué en 2006 près d’Aix-en-Provence. La barbarie est ici la même. La barbarie, c’est la cruauté, l’accumulation de crimes, l’acharnement.
oksana1.jpg
Imaginons-nous dans sa peau, du 9 au 30 mars. Voyons comme avec ses yeux, sentons comme avec son corps, ce qu’elle a vécu. Il faut qu’en nous quelque chose crie «Non!» avec une telle force que la Terre entière l’entende.

On ne peut, on ne doit pas juger avant que la justice se soit prononcée. Chaque affaire de ce genre nous ramène à nos propres croyances, émotions, blessures ou parti-pris. La violence du crime nous pousserait à vouloir une peine exemplaire pour les auteurs avant qu’un procès ait eu lieu. Nous serions parfois prêts à lyncher pourvu que notre colère trouve un exutoire et que notre conscience soit soulagée. Je sais combien il peut être difficile de garder une distance «raisonnable» face à la souffrance et à l’injustice. Mais lyncher les auteurs n’amènerait pas à plus de justice. Le procès doit au contraire faire parler et appeler à la conscience.

L’affaire a pris une dimension nationale en Ukraine. Des manifestations se sont déroulées dans plusieurs villes du pays. Des responsables de la police et de la justice locale ont été limogés.

Oksana.jpg«Le cas d'Oksana Makar a pris de l'ampleur après la diffusion de deux vidéos. L'une d'elle, présentée comme l'interrogatoire d'un tortionnaire d'Oksana Makar, montre un jeune homme, le visage caché, décrivant le crime, avouant avoir étranglé la jeune fille, d'abord à mains nues, puis avec un cordon. «Elle hurlait et je l'ai violée. Elle ne s'est pas calmée et j'ai décidé de l'étrangler», a-t-il raconté. Croyant la jeune fille morte, ses agresseurs l'ont portée jusqu'à un chantier voisin. «Je ne voulais pas brûler le corps», a assuré l'homme, affirmant avoir mis le feu seulement à un morceau de tissu et l'avoir jeté près de la victime.»

Comment croire qu’un simple bout de tissus enflammé peut entraîner des brûlures aussi graves sur plus de la moitié du corps?

S’il se vérifie que des privilèges familiaux ont momentanément protégé les suspects, et s’ils sont déclarés coupables, la justice devra aussi poursuivre ceux qui ont tenté d’étouffer l’affaire. Une non-dénonciation de crime, de plus par personne ayant l’autorité de le dénoncer, est un crime en soi. Un limogeage ne suffirait pas à rappeler la loi et le respect des victimes.


Cry for Oksana.



Catégories : Féminisme, société 24 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Babar était barbare. Il portait la parole de ceux qui fauchent les coeurs sur le chemin de la Cité Cynique. Il faisait partie d'un monde qui joue aux animaux sans âmes, des brutes sans amour dans le sang, élevés comme des conquérants sadiques. Pas de Mal dans ce milieu là. Pas de Bien non plus. Seulement un monde amoral qui se comporte en fonction des pulsions personnelles et des revenus personnels. Les personnes sont des gogos, les filles sont des chairs à canon pour leur misérable libido. Voilà le monde barbare recherché par certains élus de notre temps qui protègent leurs enfants terribles.

    Merci John. Je voulais aussi faire un billet. Mais parfois je suis découragé devant tant d'horreurs cumulées. Et dire que nous avons ces trois visages sur Y Tube à ces jeunes criminels... Merah est mort, en France. Mais des terroristes sans idéologie autre qu'un fascisme intime font aussi leur loi un peu partout sur la planète...

  • @ Pachakmac:

    Il faut parler de ces souffrances, parce qu'elles doivent éveiller notre conscience. Et il faut quand-même aspirer de tout notre être à la lumière. Il n'y a que cela qui nous sauve.


    "Mais des terroristes sans idéologie autre qu'un fascisme intime font aussi leur loi un peu partout sur la planète..."

    Entièrement en phase avec vous.

  • Disons que le nombre de femmes brulées, tuées, violées au nom de l'islam est moins médiatisé, car peut de musulmans veulent en parler, c'est une complicité identitaire, par contre en Ukraine, même si ils sont des fils de notables, ils ont quant même été inculpés et serons condamnés, ce qui n'est pas le cas des fils de monarques Russes à Genève quand ils roulent à 300 km/h bourrés et qu'ils tuent un retraité, ce dernier dont la mort a été cachée et dont les auteurs ont été relaxés après 30 minutes dans un poste de police !!

    Alors combien d'autres meurtres cachés y a t-il à Genève, j'ai moi-même assisté à l'un d'eux il y a 2 semaines et pas un traitre mot dans aucun journal, un jeune ados de 19 ans !

    Que dire de l'avocat genevois protégé par Mabut et qui a violé 3 garçons mineurs de 14 ans et qui n'a été condamné qu'a une amende avec sursit alors que la Suisse enfermait Polanski pendant 3 mois dans une prison et 10 mois en garde à vue pour un détournement de mineur déjà jugé à 15'000 km 32 ans avant, alors que l'avocat dont le nom est interdit sur les blogs sous contrôle de Mabut et ramadan alors que les faits date de 2008 !

    Alors bravo quant même à la justice ukrainienne et honte à la mafia du crime genevoise !!!

  • peu de musulmans, mais c'est pas la seule !!!!

  • @Corto : Comment évoquer tous les crimes impunis en même temps que l'on en évoque un en particulier ? J'ai toujours été mise en échec par ce schéma, car je ne sais pas comment gérer le cas particulier et la généralité en même temps. Faudrait-il chaque fois une sorte de préambule ? Pour des raisons évidentes, il n'est pas possible de le faire.
    Il y a deux semaines, hommelibre a évoqué, ici même, le cas d'une jeune Marocaine qui s'est suicidée suite à un mariage imposé avec son violeur. Il ne se cantonne pas seulement à l'Ukraine. Il ne ferme donc pas les yeux sur la situation dans certains pays musulmans.
    Quant à la justice genevoise, je comprends qu'hommelibre ne veuille pas en parler à chaque fois...
    Pour en venir, après ce préambule, au destin de Oksana, il me rappelle l'ambiance lourde d'un roman, "Purge", de Sofi Oksanen. Cela se passe en Estonie. Il y a ce désespoir et le sentiment que l'individu est totalement à la merci d'un système. Et le problème de la cruauté sexuelle. Dit comme cela, on pourrait croire que c'est seulement un livre horrible, mais il y a bien plus. C'est une réflexion sur le système soviétique, sur la prostitution organisée et l'histoire des deux femmes, une jeune et une vieille, menée avec grande finesse. En définitive, c'est un livre poignant et il se termine avec une sorte de purification.
    Il serait facile de fermer les yeux sur les histoires cruelles, ne pas parler d'Oksana p.ex., parce qu'il y a encore pire, en quantité et en cruauté (quoi que...).
    Comme Corto, j'ai envie de croire que la justice ukrainienne va fonctionner, même si on ne peut pas effacer la souffrance de cette femme.

  • Bonjour Calendula,

    J'ai le même questionnement: "Comment évoquer tous les crimes impunis en même temps que l'on en évoque un en particulier ?"

    Il faut faire un choix et ce choix est toujours injuste, puisqu'il laisse dans l'ombre d'autres victimes. Le choix se porte sur des drames qui ont une résonance collective ou médiatique, parce que l'on espère qu'ils serviront aussi les autres victimes, celles dont on ne parle pas. La violence délibérée, le degré de souffrance, motive aussi le choix. Et au niveau d'un blog on ne peut parler que de ce qui est porté à la connaissance du public. Il n'y a pas les moyens de faire ses propres investigations. Ce qui est dans les possibilités d'un blogueur est d'éclairer selon sa philosophie de vie, ou de partager une émotion, de faire circuler une info, ou d'ouvrir une réflexion.

    Pourtant un homme ou une femme, ou un jeune homme tué en pleine rue, atteignent autant la famille et les proches. Perdre un fils de 19 ans assassiné est une douleur à vie pour les parents. Divers témoignages ou émissions montrent que 20 ans après le meurtre d'un enfant ou adolescent, les parents restent avec la blessure à vif.

    On ne peut non plus parler de tous les crimes sans quoi notre empathie s'userait. La répétition peut fabriquer un blindage.

    Relier le cas particulier et la généralité est toujours délicat.

  • Calendula, hommelibre, vous l'aurez bien compris, je ne fais jamais comme tout le monde. Selon l'avis que j'ai laissé plus haut, à quoi sert-il de se confondre en larmes pour ce cas monstrueux arrivé en Ukraine si l'on accepte les monstruosités commises par nos institutions en nous cachant des horreurs commises à 100 mètres de chez nous ?

    Qu'est-ce que c'est que ce délire, nous devrions réagir uniquement sur le plan émotionnel et si possible que sur une forme de tourisme médiatique où l'on pourra prendre connaissance de ce qu'il se passe en Ukraine alors qu'on nous cache méticuleusement des faits nous touchant dans notre ville !

    Si ça se trouve, une jeune fille a connue le même sort à Genève et seuls les habitants de Kief en sont informés ?!?!

    D'après mes renseignements, entre 2 et 3 jeunes sont trucidés dans notre ville chaque semaine et la consigne est de ne rien laisser transpirer dans ce que l'on appel "la presse", nous pays des journaux pour qu'ils nous cachent ce qu'il se passe près de chez nous ???

    Tout ça pour que les annonceurs ne retirent pas leurs pubs bancaires des torchons afin que ce derniers ne laissent pas une mauvaise image aux client des banques pillant en silences les pays provoquant des vagues d'immigrations à la base de problèmes désormais censurés !!!

    Qui agit le plus de manière monstrueuse ? le meurtrier capable de tout pour obtenir le moindre de ses caprices ou la "presse" cachant les exactions commises sur le territoire qu'elle est censée couvrir ??

    Il y a les monstruosité et la façon encore plus monstrueuse dont les ou nos institutions les traites et ne les traites pas ??

  • @Corto : "On" ne nous dit pas tout ? Il y aurait de nombreux meurtres à Genève et "on" arriverait à les cacher soigneusement à une époque où la plupart de nos concitoyens ont des appareils de photo et caméras sur eux en permanence. A une époque où le comble de la réussite est de fournir un scoop exclusif aux médias ?
    Je veux bien passer pour naïve, mais j'ai un peu de peine à croire qu'autant de jeunes soient trucidés dans notre ville et cela dans le secret le plus absolu. Avec le temps, ces affaires cachées sortiront, j'en suis sûre.

    Il me semble que vous avez annoncé, il y a 3 semaines environ,le suicide de ce "détenu genevois" en prison en France. Nouvelle transmise par l'épouse d'un co-détenu.Où en est cette affaire ? Je peux confondre les personnes, mais il me semble qu'il y a eu récemment une manif de soutien en sa faveur. Est-ce que je confonds des personnes ?
    Je ne suis pas particulièrement friande d'histoires macabres se passant en Ukraine. Je me devais pourtant de réagir au billet à ce sujet. On peut avoir ses raisons.

  • Piégée Calendula, pour ce qui est de l'assassina aux Grottes il y a 2 semaines, il y avait un article sur le net, mais pas imprimé dans le journal :

    http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/Un-jeune-de-19ans-poignarde-aux-Grottes/story/19144589

    Pour ce qui est de dhina, il va se prendre assez puis retour en Algérie !!!

  • Bonsoir

    Je chute sur cette nouvelle INCROYABLE d'idiotie:

    Projet Maghreb
    Genève mise sur 30 retours volontaires par an

    Dix ressortissants maghrébins ont déjà profité du projet pilote «Maghreb» qui propose 4000 francs aux délinquants multirécidivistes acceptant de rentrer chez eux pour y initier un projet professionnel.
    Le «projet Maghreb» a été initié par la conseillère d’Etat Isabel Rochat et suscite l’intérêt d’autres cantons.

    Le «projet Maghreb» vise une trentaine de départs volontaires par an de délinquants multirécidivistes dans leur pays d’origine. Parmi les 95 ressortissants maghrébins qui s’y sont intéressés depuis son lancement en août 2011, dix en ont profité.

    Ce programme pilote en Suisse prévoit le financement à hauteur maximale de 4000 francs d’un projet professionnel au Maghreb avec en contre-partie un retour volontaire. Il vise des délinquants multirécidivistes qui ont purgé leur peine. L’objectif est de les faire quitter le territoire genevois en leur offrant un retour au pays la tête haute.

    «Il n’y a pas d’angélisme: le but est qu’ils partent pour répondre à un problème sécuritaire», explique Laurent Paoliello, porte-parole du Département de la sécurité et de la police (DSPE). Faute d’accord de réadmission - sauf avec la Tunisie - ou de papiers d’identité, les ressortissants maghrébins ne peuvent pas être expulsés.

    Les candidats à ce type de retour volontaire, principalement des hommes de 20 à 30 ans, doivent préparer et soumettre un projet professionnel crédible. Ils doivent aussi décliner leur identité, empreintes digitales à l’appui. Un acte pas anodin, car il rend tout retour clandestin en Europe quasiment impossible.

    Cette formule de la carotte et du bâton a fait mouche auprès de dix personnes. Leurs projets professionnels touchent divers domaines: mécanique, taxi, boulangerie ou encore buanderie, relève Nadine Mudry, secrétaire adjointe en charge du domaine des migrations au DSPE. Une formation dans la fromagerie a aussi été sollicitée.

    Bilan fin 2013

    Cette spécialiste des questions migratoires détaille la procédure: les candidats au départ reçoivent 1000 francs à l’aéroport lors de l’embarquement. Une fois chez eux, ils ont trois mois pour contacter l’association qui les aidera dans leur projet professionnel. Cet organisme recevra alors la somme maximale de 3000 francs pour ce soutien.

    Le bilan de cette expérience sera tiré fin 2013. Pour l’heure, le bouche à oreille commence à fonctionner, notamment à travers les associations en contact avec ces multirécidivistes à Genève, explique Nadine Mudry. Au total, 95 personnes ont demandé des informations sur le projet, et 52 ont entamé des démarches concrètes.

    Plate-forme intercantonale

    Si 10 personnes ont effectivement quitté Genève par ce biais, le DSPE mise à terme sur une trentaine de départs par an. Un chiffre significatif, car la police recense environ 300 à 350 multirécidivistes qui empoisonnent la vie des Genevois. A noter encore que l’aide au retour existe déjà, mais uniquement pour les personnes qui n’ont pas commis de délit.

    Ce projet initié par la conseillère d’Etat Isabel Rochat a suscité l’intérêt d’autres cantons, dont Neuchâtel. Côté financement, le DSPE a prévu de puiser dans un fonds alimenté par l’argent des saisies de drogue, comme le prévoit la loi.

    Par ailleurs, une plate-forme de coordination intercantonale va être mise sur pied d’ici juin pour appréhender de manière plus globale ces problèmes liés aux délinquants non-expulsables.

    TdG: (ats/Newsnet)

    Créé: 31.03.2012, 12h14


    "aux délinquants non-expulsables"

    Qu'est-ce qu'il ne faut pas lire?!! Et si on commençait par ne pas les laisser entrer?!!!!!

    Repose en paix petite Oksana.

    J'espère que ces tortionnaires - deux avaient été relâchés parce que fils de gens importants mais repris aussitôt suite à une forte mobilisation d'Ukrainiens contre ce favoritisme scandaleux - écoperont 30 ans sinon plus pour avoir ôté la vie à une jeune fille qui avait la vie devant elle. Un acte de sadiques. C'es innommable! Il y a des "humains" pire que des bêtes sauvages! Ce crime ajouté à d'autres me mettent dans une colère noire!

    Je me retire pour ce soir! Un autre etc etc...

  • @Corto : Merci pour le lien- j'avais bien vu cette nouvelle, mais je n'avais pas compris que je jeune homme poignardé était mort.
    Je ne me sens pas piégée. Je m'étonnais simplement que l'on puisse cacher 2-3 cas de meurtres hebdomadaires. "Trucider" veut bien dire tuer ?
    L'article en ligne dit que le coupable a été trouvé par la police et arrêté. Il n'y a donc pas de totale impunité dans ce cas. (Bien sûr, on ne connaît pas les suites judiciaires.)
    Quant à Mourad Dinha, il est donc encore en vie.

  • Je ne parlai pas de suites judiciaires ou de suites liées à l'information sur la victime, j'exposai comment le cas fût traité par la presse, comme je le dis, cet article ne figurait pas sur la version imprimée.

    Quant à dhina, cette saloperie ayant donné les ordres ayant causés la mort de centaines de milliers d'innocents vivants dans les campagnes algériennes et amis de MCR, il a bel et bien été tabassé à la méthode des prisons françaises et transporté dans une autre prison équipée d'un hôpital, il est certain que les nazislamistes comme ramadan n'ont fait aucune allusion à ce tabassage, si ce n'est pas ramadan lui-même qui a ordonné la mise à mort loupée de dhina, il faut savoir que chez les nazislamistes, parfois il vaut être leur ennemi que leur ami !

  • Patoucha, ce sont les banques pourries qui ruinent les pays maghrébins et c'est à la population avec ses impôts de payer 4'000.-- par illégal rentrant dans le pays !!!

    Pendant ce temps les voyous des dictatures arabes se font dérouler les tapis rouges de sang sur l'aéroport de Cointrin !!

  • Calendula, sur l'article que je vous ai posté, il y a le nom d'un photographe ;



    Si ça vous intéresse, un des ancêtres de ce Monsieur est aussi un de ces personnages pas très clair, notamment certaines actions commises entre 39 et 45 !

  • Bonjour, Corto,
    Je ne sais pas que faire du nom du photographe.
    Devrais-je me méfier de lui ? Serait-il en quelque sorte responsable des actes pas très clairs d'un aïeul ? J'espère que nom ! :-)
    Puisqu'il a participé à la diffusion de l'info concernant cette agression genevoise, il devrait plutôt bénéficier d'une opinion positive, quelque soit son nom.

  • Disons qu'il ne parle pas de son grand-père et de se que ce dernier faisait à des femmes en échange de services "diplomatique" alors qu'il n'était qu'apprenti employé de bureau à l'ambassade d'Italie entre 39 et 45 !!!

  • Je ne peux rien répondre à ça.

  • Calendula, je ne fais que m'exprimer sur le non-dit genevois et par hasard je tombe sur un nom et non le prénom !!!!

  • Le lobby du fric sale et des ses pédophiles, ceux qui sortent couverts, mais pas avec des préservatifs, mais couverts par les médias et le parquet de ce haut lieu fréquenté par toutes les pires ordures de la planète !

  • Corto, je dois modifier certains de vos comm. On ne peut pas attaquer nominativement sans preuve quand il s'agit d'autre chose d'une critique d'idées. Les blogueurs sont responsables de ce qui s'écrit chez eux. Pourquoi ne faites-vous pas votre propre blog pour dénoncer ce qui vous tient à coeur?

  • Hommelibre, ne marchez pas dans les fausses allégations publiées sur le blog TDG, la TDG est l'unique responsable de ce qui est écrit sur SES blogs, ex : jugement, TDG/hani ramadan contre CICAD dont les conclusion ont été déformées par Mabut, c'est bien la TDG qui a été inculpée et non ramadan !!!

    Maintenant concernant cet ex-employé de l'ambassade d'Italie à Genève, il y a eu un jugement contre ce triste sieur, Corto ne se laisse jamais entraîner dans la diffamation et se base toujours sur des faits avérés et n'a jamais été inquiété pour ses positions sur ce blog !!!

    Par contre vous n'allez pas me censurer pour avoir déclaré que Mabut publie des articles sur un site d'extrême droite et ouvertement nazi, tenu par un nazillons inculpé pour pédophilie ? parce que ça, tout le monde a dû le lire dans les journaux !!!

  • @Hommelibre:
    Pourquoi modifier les comm. de Corto, il ne fait que rappeler un sujet déjà évoqué et publié par Henry Rappaz sur son blog personnel de la TDG en date du 17 janvier 2011.
    C'est assez explicite...

    Voci de début de ce texte :

    17.01.2011
    GENEVE: LA JUSTICE ET LE PEDOPHILE.
    Tous sont égaux devant la loi, mais certains sont plus égaux que d'autres...

    On s'en souvient, l'affaire avait fait grand bruit. Le mégalissime et grandissime pénaliste genevois, Jean-Pierre Garbade, avait été condamné par les Tribunaux pénaux genevois pour des rapports sexuels avec des ados bien entendu consentants mais tout de même mineurs; mâles précisons-le, car le carillonnant défenseur des bonnes moeurs n'hésite jamais à porter son honneur et son homosexualité comme porte-drapeau sur les listes électorale de l'extrême-gauche bien pensante. Après s'être pourvu une dernière fois au fédéral, le ténor teigneux a vu notre Haute Cour confirmer la condamnation de l'impétrant pénétrant, mais obtenu un petit rabe comme on dit à l'armée (de prescription pour certains faits, en doute sur l'âge d'un joyeux éphèbe spirituellement pénétré par le membre du barreau genevois). Devait alors tomber la sanction disciplinaire, qui va du blâme à la radiation et croyez bien qu'en temps normal, l'autorité ad hoc ne badine pas avec les écarts de l'élite des défenseurs de la veuve et de l'orphelin.

    Pour la suite du texte, voir les archives du blog de l'intéressé.

  • Concernant les publications concernant les exactions commises par un certain xxxxx dont vous voulez taire le nom, des publication référencées par Archives d'Etat de Genève (AEG) vont certainement éclairer vos lanternes sur cette période sombre :

    Justice et Police, Ef/2, répertoire 1-22, fiches
    Justice et Police, Ef/2, cartons 1- 95, dossiers numériques
    Justice et Police, Ef/2, cartons 96-102, dossiers alphabétiques
    Justice et Police, Ef/2, Eb.A.7.17, dossiers matière
    Justice et Police, Ef/2, Eb.A.10.26, dossiers matière
    Justice et Police, Ef/2, Eb.A.11.11, dossiers matière
    Justice et Police Nx 1-26, cartes frontalières
    Archives du département militaire
    Non coté : Condamnations du tribunal militaire de l’arr. I (numéro d’entrée : 1967 va 004)
    Archives privées de militaires genevois concernant le service actif
    Cotes Militaire, W 1 : Archives de la Cp. ter. fus. III/122 (commandant cap. Reymond) pendant
    le service actif 1939-1945 (rapports, plans, tactiques, correspondance, circulaires
    diverses)
    Militaire W 2 : Archives du commandant de l’Arr. ter. Genève, en particulier de
    l’officier de renseignement, 1939-1945.
    Militaire W 4 : Souvenirs de mobilisation, 1939-1940, Cp. fus. ter. V/122.
    Archives du Département de l'Instruction publique de Genève, Secrétariat général, 1985 va
    5,3,498, 1944 - Université 1/2 III.

    Archives du secrétariat général du Département de justice et police (cote d’entrée
    1986/va/12), Eh 994 (dossier du secrétaire général Arthur Guillermet).
    Archives du département de l’Economie publique, Office cantonal de placement (cote
    d’entrée : 1968/va/001) : Economie de guerre 1939-1945, dossiers individuels des réfugiés,
    correspondance.
    Brochures, 86/Ch/9 : Rapport sur l'activité du Camp universitaire d'internement italien de Genève,
    25 janvier - 15 juillet 1944, Discours prononcé par M. Alfredo Scaglioni, chef des études,
    à la séance de clôture de l'activité du Camp, le 16 juillet 1944 à la Maison internationale
    des étudiants.
    Chancellerie L 10, 1939, Cahier des revendications genevoises, Lettre du Conseil d'Etat au
    Conseil fédéral.
    Mémorial du Grand Conseil, 1940, tome 2 ; Idem, 1941, tome 1.
    Ms. Hist. 363 : Papiers Georges Lobsiger.

    E 5330 (Auditeur en chef de l’armée)
    1975/95 - 98/2254/1943 : Affaires Demierre, Ferrin, Odier
    1982/1 - 98/5004/1944 : Affaires Grieder, Affif, Demierre, Quain, Galan
    1982/1 - 98/3/1945 : Affaire Ferrin, etc.
    1975/95 - 98/1013/1945 : Affaire Ferrin
    1975/95 - 98/99/1945 : Affaire Ferrin
    1975/95 - 98/2544/1945 : Affaire Odier, plainte Nanjod1.

    Ainsi qu'une multitude d'ouvrages dont :

    Broggini, Renata, Terra d’asilo. I rifugiati italiani in Svizzera 1943-1945, Bologne, 1993.

  • D'abord, en parfaite communion avec l'émotion de HL et de tout le monde concernant l'horreur du crime d'Oksana. L'horreur est hélas sans limite et la cruauté et la perversion de même. Il faut vraiment s'accrocher à l'amour et aux énergies positives pour encaisser ce que notre époque (pas pire qu'avant) nous donne en pâture médiatique.
    Second point : Merciiiiiiii Corto et You Pain pour vos commentaires sur d'autres sujets de révolte, à nos portes, bien légitimes et que je partage ô combien.....

Les commentaires sont fermés.