Pourquoi les hommes ont-ils été dévolus à la guerre?

Cette question n’est pas souvent posée. Pourquoi sont-ce les hommes plutôt que les femmes qui font la guerre? Il y a eu des femmes soldates, chez les Celtes par exemple. Et actuellement en Israël. Mais ce n’est pas la généralité. Les hommes se sont spécialisés pour faire la guerre. Quelle histoire!

soldates2.jpg «La spécialisation est une caractéristique du vivant. Pour accomplir les tâches nécessaires à l’évolution, fabriquer de l’énergie et se reproduire, la matière vivante et organisée s’est spécialisée. La spécialisation est source de progrès. Elle permet d’aller plus loin dans moins de choses. Aujourd’hui une société ne saurait fonctionner sans spécialisation. On ne peut être à la fois maçon, comptable, agriculteur, marin, conducteur de train, fabricant d’automobiles, ingénieur aéronautique, musicien professionnel, entre autres. Tout faire demanderait trop de temps et de compétences pour être réalisé par la même personne.


Il y a dix mille ans la civilisation de l’agriculture a multiplié les tâches. Culture, élevage, gestion de la propriété privée, défense du territoire ont nécessité des compétences nouvelles. Sont apparus la division de la société, les rôles et leur structuration, l’accumulation de richesses. La répartition des tâches a favorisé la prospérité et le développement quantitatif de l’espèce. Voué par sa morphologie aux travaux durs et à la guerre l’homme aurait pris le commandement et la gestion politique. La patrilinéarité viendrait peut-être de la propriété privée. Outre le fait de créer un lien père-enfant indiscutable elle permettait de transmettre les terres et les biens à la descendance. La famille prit une place prépondérante sur le clan, étape dans la progression vers l’individu.


Il existe cependant une spécialisation plus fondamentale, naturelle au sens où elle ne dépend pas d’une transmission abstraite et pensée : c’est d’être monosexués plutôt qu’hermaphrodites. Chaque sexe n’est doté que de la moitié de ce qu’il faut pour se reproduire. Aucun ne peut engendrer un être complet par lui-même. L’hermaphrodisme de certaines espèces animales est un phénomène rare. L’enrichissement génétique est peu compatible avec cette configuration sexuelle particulière. Quant à la parthénogenèse, mode de conception sans participation masculine, elle est accidentelle et non naturelle.


Hommes et femmes sont anatomiquement différents et biologiquement spécialisés, adaptés à des tâches différentes. À certaines époques la lutte pour la survie passait par la lutte pour un territoire. La fonction maternelle n’était pas commode pour être guerrière. La guerre et la gestion du territoire - soit la politique - ont été dévolus aux mâles. Les femelles contribuaient à la survie par la reproduction et le soin à leurs descendants, en les nourrissant et en leur conférant une partie de leur propre immunité.


Cette spécialisation hommes-femmes, ou guerre-maternité, n’est pas absolue. Un homme peut prodiguer d’excellents soins à ses petits et une femme peut envoyer l’armée se battre sur une île comme aux Malouines. On remarque cependant qu’il n’y a pas eu durablement d’armée féminine ou de cheffe militaire. Comme si la femme devait être tenue à l’écart de la guerre. S’agissait-il de mettre les femmes sous la tutelle des hommes ou sous leur domination comme la Féminista et la sociologie de Pierre Bourdieu l’affirment ? Etant donné le nombre d’hommes qui mouraient à la guerre et qui donc mouraient jeunes, il n’est pas illégitime de penser qu’il s’agissait plutôt de protéger les femmes et à travers elles de protéger l’espèce. Car dans la reproduction un homme est plus facilement remplaçable qu’une femme. Il peut essaimer ses spermatozoïdes partout, féconder plusieurs femmes dans la même période, alors qu’une femme ne porte qu’un petit à la fois. Il lui faut du temps pour la gestation et le soin de début de vie. Si les femmes étaient mortes au combat elles n’auraient pas pu se reproduire et l’espèce en eût été menacée, alors qu’un homme qui disparaît peut être rapidement remplacé par un autre valide.


On ne peut dès lors exclure que les femmes aient majoritairement souhaité la spécialisation et la répartition des fonctions : aux hommes la politique, la guerre et la protection de la famille et du clan ou du pays, aux femmes la gestation, le soin à l’humain, l’éducation, la socialisation. Elles ont probablement donné leur accord à ce système - système qui a permis une très forte expansion de l’espèce.»



Extrait de: " Féminista : ras-le-bol "

FéministaPanneau.jpg

 

 

Catégories : Féminisme, société 29 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Des femmes soldates celtes? D'où le tenez-vous, John? C'est la première fois que j'en entends parler. Pourtant, des textes celtes traduits en langues pour moi accessibles, j'en ai lu, et j'ai lu aussi des textes de Romains sur les Celtes, comme la Vie d'Agricola de Tacite, ou la Guerre de Gaules de Jules César, et cela ne m'est apparu nulle part. Si cela avait existé chez les Bretons ou les Gaulois, je pense que les Romains en auraient parlé, cela les aurait étonnés. Car ils évoquaient les Amazones avec un certain émerveillement, comme l'attestent Virgile et Quinte-Curce. Tacite parle bien d'une femme qui lance dans la rébellion les Bretons, mais il ne dit pas qu'elle combat elle-même: elle préfigurait Jeanne d'Arc. Son nom est d'ailleurs connu, popularisé par Chateaubriand, il s'agit de Velleda. Bref, je suis sceptique. Mais je ne sais pas, où l'avez-vous trouvé?

  • il y en a une dans "le roir arthur"

    http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=50356.html

    mais vu la propension des réalisateurs à mettre des femmes guerriéres (qui évidement sonts vainqueurs quand elles se battent contre des hommes), dans beaucoup de films d'actions, on peut se poser des questions !!!

    il est vrai aussi que les gens de cinéma sonts en majorité de gauche et féministes.

  • Ce ne fut pas une habitude, et pas des armées entières, et cette thèse reste sujette à discussion. Mais il y a par exemple Boadicée, ou Boudicca, citée par Tacite et par un autre historien. Il semble qu'elle combattit elle-même à la tête de son armée.

  • Heureusement que ce ne sont pas les femmes qui font les guerres. Déjà qu'entres femmes; elles se font la gueule souvent à vie après un crêpage de chignon. Alors avec les femmes; les guerres ne finiraient jamais.

    Je sais que mes propos son un peu clichés ; mais il n'y a pas non plus de fumée sans feu.

    D.J

  • @Leclercq

    Je pense pas que parler de cinema soit la meilleure des preuves mais,oui,on a tendance à de plus en plus représenter les femmes comme des Wonder super saiyennes amazones de la planète krypton,en un mot invincibles et ayant constamment la phrase qui tue au bout des lèvres et puis si possible le bon droit toujours de son côté .
    Regardez n'importe quelle BD ou dessin animée d'aujourd'hui c'est Amazone-Land . Bon,avant elles étaient absentes mais si c'est ça le respect des sexes qu'on essaye de nous faire assimiler...
    Inutile d'expliquer pourquoi,on le sait tous et ça nous gonfle tous .

    Cependant le Roi Arthur n'a pas tout à fait tout faux ^^ .
    Pour les Celtes,les Germains et à vrai dire une bonne partie des peuples nordiques,la place des femmes était plus enviable que celles des pays latins,:Elles pouvaient accéder plus facilement au pouvoir, elles pouvaient divorcer à leur guise, avoir des terres, être maître d'arme,druide,participer aux guerres ou les diriger ( Hommelibre dit vrai en parlant de Boadicée,elle a mis à feu et à sang des petites colonies romaines au R.U mais il faut dire que les romains commençaient à se conduire comme des salauds,ça a aidé à la révolte) Il y avait des divinités guerrières et des tas de représentations les montrant en posture de combat.

    Pour les guerrières on peut aussi citer les antiques Sarmates .
    Pas mal de peuples mobiles en fait .
    Parce que c'est des modes de vie difficile et qu'il y a tout intérêt à une égalité et cohésion maximale du groupe .

    En fait aussi je crois qu'une bonne part de la théorie de la domination masculine s'écroulerait si on prenait vraiment en compte ce " en tout temps et en tout lieux "

    Pour la préhistoire le modèle de femme qui reste à la grotte pendant que le mari va chasser est le résultat de la vision machiste du XIXème siècle,un calque.
    La vision de la femme dominante ayant tous les pouvoirs est le résultat de la vision féministe radicale du XXème voulant s'opposer à cette vision .


    Ce lien reprend à peu près ce que j'ai dit
    http://www.hominides.com/html/dossiers/femme_prehistoire.php



    Mais par pitié arrêtez de dire que tout les poncifs et que toute la "bien-pensance" viennent de la gauche,je peux en citer autant sinon plus de la droite... Et c'est pas parce que ,oui je suis de gauche, que je soutiens forcément toutes les idées qui y sont proposées,notamment sur les relations homme-femme .

  • @ Nemotyrannus:

    Hominides est un site intéressant, clair. Je rejoins aussi le point de vue développé sur ce lien. La coopération est le fonctionnement le plus plausible dans ces conditions de vie et en petits clans.

    Les femmes ont été artisanes d'une manière je crois assez répandue. Ou cultivatrices.

    En fait, c'est bien l'image du couple bourgeois du 19e siècle (pas tous mais c'est l'image qui en reste) qui a montré cette femme passive soumise à un homme bêtement dominateur. Mais dans les campagnes, c'était une autre histoire.

  • Bonsoir Hommelibre
    Pourquoi tenez-vous tant à refaire l'histoire?

    Il serait bien que vous fournissiez des preuves quant au dernier paragaphe de votre article, celui où vous dites que les femmes ont souhaité un tas de choses pour elles et d'autres pour les hommes. Auriez-vous aussi des photographies des hommes préhistoriques revenant de la chasse ou bien une des femmes raclant les peaux de bêtes?

  • @ Silencieux:

    Pourquoi refaire l'Histoire? Parce qu'elle a été tordue et qu'il faut la détordre. La remettre à l'endroit.

    Pour les photos, scoop: j'en ai fait quelques clichés, justement. Je les tire et je vous les envoie. Faut les voir ces hommes revenir tout guillerets et câlins. Trop craquants. Et les femmes avec leurs nuisettes en peau de bête! Chaudes, les nuits de la préhistoire!...

    Sur le dernier paragraphe, c'est une hypothèse de travail à mon avis plus proche de la réalité que celle de la Féminista. Parce que je ne peux croire que les femmes aient subi sans rien dire une supposée domination et une assignation au rôle de pondeuse. J'ai une meilleure image des femmes: elles ne sont pas des idiotes.

    Pour vous documenter j'ai mentionné dans un billet récent les femmes paysannes du 19e siècle. Intéressant. Elle prenaient leur place et leur part dans la société. Ce sont elles par exemple qui s'occupaient des soins ou de la préparation des corps en cas de décès.

    http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2012/03/03/si-ce-n-est-toi-3-le-cheval-de-troie.html

  • "En fait, c'est bien l'image du couple bourgeois du 19e siècle (pas tous mais c'est l'image qui en reste) qui a montré cette femme passive soumise à un homme bêtement dominateur"

    Soumise à l'autorité d'un homme mais dirigeant souvent de main de maitre une équipe de domestiques.

  • En fait, c'est bien l'image du couple bourgeois du 19e siècle (pas tous mais c'est l'image qui en reste) qui a montré cette femme passive soumise à un homme bêtement dominateur. Mais dans les campagnes, c'était une autre histoire.

    ==> Le couple bourgeois ou l'homme serait le dominateur est un mythe il suffit de lire Dumas pour s'en rendre compte.
    Le problème c'est que l'on a pris pour vérité des mensonges misandre.

  • mdrrr Homme libre,
    on a retrouvé des objets taillés par des femmes:
    http://www.hominides.com/data/images/illus/grimaldi-monaco/penis-taille-bois-de-cerf.jpg
    l'évolution chez les romaines en gravure:
    http://www.anthropoblog.fr/wp-content/uploads/2011/02/toy17.png
    ;)))
    bizzzouxxx!!!

  • Il n'est sans doute pas faux que chez les Celtes, notamment les Bretons, les femmes avaient un meilleur statut que chez les Latins, mais on ne peut pas, à mon avis, tirer d'un épisode au sein duquel une femme commande à une armée qu'il y avait des femmes soldates chez les Celtes, car commander et être soldate, c'est différent. L'épisode de Jeanne d'Arc ne prouve pas davantage que l'armée du roi de France au Moyen Âge comptait dans ses rangs des femmes soldates. Aujourd'hui encore, en Angleterre, il y a une reine qui est chef de l'Eglise anglicane, c'est à dire la religion d'Etat, et les Anglais ont admis les reines régnantes, les chefs de gouvernement qui sont des dames, les femmes qui sont pasteurs, etc. La tradition propre aux anciens Bretons, qui avaient aussi des prêtresses exerçant le sacerdoce, s'est donc perpétuée. Pour autant, l'armée anglaise n'a pas de femmes soldates en nombre particulier, pas plus à mon avis que le Bâtiment ou les Travaux Publics de Grande-Bretagne.

    Cela dit, Marivaux disait aussi que tout était question d'éducation, et que les femmes pouvaient aussi apprendre à tirer au pistolet ou au fusil. Mais sinon, pour l'Antiquité, mis à part les Amazones, que certains disent mythiques au même titre que les Walkyries, je ne vois pas.

  • La sélection naturelle chère à Darwin...et à Dieu n'en déplaisent aux deux camps, amène l'élément mâle à défendre les intérêts de sa famille, du clan, puis, plus tard de la nation en danger. La nouveauté, c'est la Civilisation de la non-violence, le refus de la barbarie au profit d'une gestation des conflits par la diplomatie. A la préhistoire, on faisait peu de cas de la mort d'un adversaire. Le moins vigilant ou le plus faible avait perdu. Point barre. Pas de justice, pas de tribunaux, pas de droits humains. On pouvait même décimer tout une tribu, brûler le village, capturer les femmes et les enfants et en faire des esclaves corvéables à merci. Génocide de masse prévisible avant l'arrivée d'Hitler et de l'effroyable Terreur du 20ème siècle...

    La Civilisation moderne ne s'est pas débarrassé des attributs guerriers. Loin s'en faut. Il y a toujours plus d'armes et d'armées disparates sur Terre. Chasser le naturel par la loi démocratique, il reviendra par la loi de la jungle. C'est pourquoi, aujourd'hui encore, l'homme est confus devant le rôle que la femme lui attribue. Guerrier ou papa couche-culotte? Protecteur et macho ou partenaire libre d'une femme libre? Et les femmes se perdent à leur tour dans la vision de leur homme idéal. Difficile d'avoir à la fois l'homme sensible, cultivé, passant l'aspirateur, repassant le linge, changeant les couches de bébé, et le mâle dominant qui va écrabouiller la concurrence, faire de son business une industrie conquérante qui dominera le marché. Entre l'art de la guerre et des victimes tombées aux champs de bataille et celui de la paix et de l'harmonie au sein des foyers, la schizophrénie guette les femmes et les hommes. Difficile d'être à la fois un personnage "militaire" à l'extérieur et un autre "câlin-câlin" à l'intérieur.

    Il faut revenir aux fondamentaux. L'homme naît naturellement chasseur... d'amanites et la femme cueilleuse...de bolets A partir de ce principe fondamental, l'homme et la femme peuvent conjointement explorer sa part de féminité pour lui et sa part de masculin pour elle.

    On arrivera peut-être un jour à l'art de la non-violence...chez les bonobos...

  • D'un point de vue anthropologique, la réponse est relativement simple. Elle est liée à la procréation et à la survie du groupe. Où plutôt au rôle dissocié dans cette procréation et la valeur bien plus importante de la "femelle".

    Si on prend un group de 100 personnes (50 femmes et 50 hommes) qui a besoin d'engendré x enfants par années pour survivre, celui-ci peut perdre 49 hommes et potentiellement survivre. Cet homme peut en effet "insémminer" toutes les femmes en age de reproduire. Un groupe qui perdrait un nombre important de femme se mettrait en revanche en grave danger de rapidement disparaître.

  • Bonjour Sek
    "Un homme peut inséminer toutes les femmes en âge de se reproduire"
    Pas faux, mais comment gère t-on la consanguinité? La fournée suivante ne sera pas opérationnelle longtemps. C'est un peu la triste histoire de Adam et Eve.

    Hommelibre,
    Des photos d'hommes préhistoriques? et puis quoi encore? z'avez pas honte de tromper vos lecteurs.

  • @pachakmac : J'ai lu "chez les bobos " au lieu de "bonobos". L'idée de cette harmonie peace and love serait assez bobo, non ?

    Si on décrit les rapports homme-femme dans les termes que vous choisissez, c'est sûr que ça devient difficile. Pas tous les hommes sont des tueurs à Wall Street ou dans un business. Et les couches des bébés, ou disons la petite enfance, est une période relativement courte.
    Ce sont les problèmes de garde qui rendent la vie des jeunes parents tellement compliquée. Les couples ne peuvent se passer que rarement du deuxième salaire, la femme est obligée de travailler, en tout cas à Genève, à moins d'évoluer dans les sphères les plus élevées. Le partage des tâches se pose en des termes assez naturels dans une société où l'on ne se nourrit plus de chasse et de cueillette. Et en Europe, on a la chance de ne pas devoir envisager la guerre comme horizon probable.
    Ce qui me semble jouable dans notre pays, c'est de vivre des phases successives et ne pas chercher à être tout simultanément.
    Même une femme peut envisager d'avoir une carrière ou un travail qui lui donne une insertion sociale, d'être mère, puis vivre une vie agréable après le départ des enfants. Pourquoi pas un homme?
    J'ai besoin d'une explication pour les amanites ( celles de César sont les meilleures) et les bolets.

  • @ Sek:

    C'est la probabilité la plus plausible. Je pense que sur ce point la différenciation sexuelle biologique induit des rôles différenciés.

    Pour la consanguinité, au cas où il y aurait très peu d'hommes pour beaucoup de femmes, ce problème pourrait être contournée par des échanges entre clans.

  • @ Calendula:

    Je vous rejoins sur les problèmes de garde pour les jeunes couples. Et la nécessité des deux salaires conduit en effet à se répartir l'organisation concrète de la vie quotidienne. Je suis d'avis de laisser chaque couple décider comment il a envie de faire.

    On n'a malheureusement pas beaucoup d'informations sur comment faisaient les femmes de la campagne au Moyen-âge ou au 17e siècle. Les familles étant plus grandes et plus proches géographiquement, il y avait des relais (mère, soeur, cousine) quand la mère était aux champs ou travaillait à un artisanat.

  • ...bof, on oublie un peu vite que les femmes, dès qu'elles étaient mariées, portaient des enfants, parfois chaque année....et qu'il fallait bien s'en occuper, donc étant à la maison ou dans les alentours, pour pouvoir s'occuper des enfants (qu'elles allaitaient pour la plupart, et parfois jusqu'au suivant) elles s'occupaient également des travaux "sur place" inhérents à la maison, à la ferme...
    Et elles enfantaient jusqu'à ce que la nature les arrête....non seulement il n'y avait pas de contraception, mais chaque enfant était considéré comme un don de Dieu.

    De là à dire que ce sont les femmes qui ont décidé que ce serait les hommes qui feraient la guerre, il y a un pas intellectuel ; je me demande bien comment hommelibre a réussi à le franchir...

  • @ bb:

    Il me semble que vos propos confirment mon hypothèse. Comment dans de telles conditions n'auraient-elles pas souhaité être défendues par la moitié de l'humanité qui n'enfantait pas? De plus, il semble que les femmes ont assez généralement valorisé les guerriers, encouragé l'enrôlement, été fières de leurs héros.

    Je ne dis d'ailleurs pas qu'elles ont "décidé" mais possiblement souhaité cette répartition, parce qu'elle était logique et contribuait à la survie des enfants et de l'espèce. Par ailleurs il n'y a pas de manifestation historique d'une volonté féminine d'être soldates ni d'empêcher les guerres. Si les femmes n'avaient pas adhéré à cette répartition j'imagine qu'elles auraient exprimé leur désaccord.

    L'archétype de l'homme protecteur de la famille n'est certainement pas une invention arbitraire. Pas plus que celui de la femme protectrice des enfants. Même si dans la réalité les choses sont plus nuancées et complexes.

  • ""De là à dire que ce sont les femmes qui ont décidé que ce serait les hommes qui feraient la guerre, il y a un pas intellectuel ; je me demande bien comment hommelibre a réussi à le franchir...""

    Je sais pas si ce sont elles qui ont "décidé" celà, je ne pense pas que ce soit une affaire de décision,ni d'une conspiration féminine mondiale mais plus un espèce de vieux réflexe primaire. Un vieil automatisme de primate que nous sommes et dans lequel les deux sexes sont fautifs quelque part.

    Il faut bien dire que ces dames sont bien à l'origine de notre esprit de compétition...et ne râlent que quand c'est elles qui finissent par se trouver pris dans le bordel que ça peut engendrer.

    C'est vérifiable aussi bien à l'échelle d'un gang que celle d'un Empire,le chef,le riche,le puissant multiplie les conquêtes,pour les autres c'est pas aussi simple alors forcément ça engendre des tensions .
    Dans le concept de prince charmant c'est avant tout le mot "prince" qu'il faut combattre.

    Après bien sûr il y a celui qui veut tout garder pour lui mais je vois pas pourquoi on ne devrait s'acharner que sur ce super-égoiste et pas sur les super-élitistes qui encouragent ce comportement .

    C'est qu'un avis personnel.

  • @leclercq:
    "mais vu la propension des réalisateurs à mettre des femmes guerriéres (qui évidement sonts vainqueurs quand elles se battent contre des hommes), dans beaucoup de films d'actions, on peut se poser des questions !!!
    "

    C'est aussi ce que j'ai remarqué, d'ailleurs plus je regarde les films de ciné(plutôt américains), plus le scénario essaie de s"émanciper de cette différence homme-femme.
    J'ai constaté exactement la même chose pour les jeux vidéos.
    En revanche je ne crois pas que ce soit une histoire de gauche ou de droite, mais plutôt une génération libéraliste moderniste d'après 68

  • "Ce ne fut pas une habitude, et pas des armées entières, et cette thèse reste sujette à discussion. Mais il y a par exemple Boadicée, ou Boudicca, citée par Tacite et par un autre historien. Il semble qu'elle combattit elle-même à la tête de son armée."

    J'ai vu d'ailleurs pas mal de films sur les guerriers japonais à l'époque des samourais. Un film dont je ne me souviens plus du nom mettait en oeuvre une princesse japonaise qui était à la tête d'une armée. Cette dernière rencontra un ermite qui lui montra les charmes de la nature, puis à la fin décida d'abandonner la guerre contre les ennemis et s'est voulu pacifiste.

    Il faut aussi prendre en compte que les femmes ne sont pas naturellement guerrière sauf quelques exceptions.

    Malgré celà, des femmes combattaient à l'époque quand l'occasion s'y présentat.
    Le dernier prophète Mohamed pbsl eut des femmes à ses côtés lors de combats.

  • @nemotyrannus
    "Regardez n'importe quelle BD ou dessin animée d'aujourd'hui c'est Amazone-Land . Bon,avant elles étaient absentes mais si c'est ça le respect des sexes qu'on essaye de nous faire assimiler...
    Inutile d'expliquer pourquoi,on le sait tous et ça nous gonfle tous ."

    C'est exactement celà!
    C'est pourquoi j'ai soudainement eu une aversion des bandes dessinées depuis bien longtemps. ^^
    D'ailleurs il m'est aussi arrivé de voir des BD où la femme avaient toutes les qualités guerrières de l'homme avec bien souvent des tenues dignes d'une soirées hammam.

    On sent les limites de l'imagination des dessinateurs ^^

  • "es femmes avaient un meilleur statut que chez les Latins,"

    Euh non si je me souviens bien de mes cours d'histoire, la femme latine n'avait pas un plus mauvais statut que les autres. Il faut savoir que les romains avaient leurs propres domestiques dans leurs insulae, quand ce n'étais pas un esclave.

  • @ Nemotyrannus:

    Ce sont à chaque fois des avis personnels, ou des hypothèses, forcément.

    Il faut donc se baser d'une part sur les éléments matériels archéologiques. D'après ce que j'ai lu sur le sujet on trouve plutôt des armes dans les tombes des hommes et des céramiques dans les tombes des femmes. Les hommes sont associés à des objets de combat, les femmes à des objets de nutrition - globalement de soin (la nutrition étant le premier soin apporté à l'humain).

    D'autre part il faut tenter des hypothèses selon leur degré de logique, de plausibilité, d'utilité, attendu que nos ancêtres n'étaient pas forcément des idiots. Ils agissaient selon des critères logiques propres à toute espèce: la nutrition, la reproduction et la protection.

    A partir de là qu'est-ce qui était le plus logique à attribuer aux femmes: pas la guerre pour les raisons déjà vues. Ou alors exceptionnellement. Mais la reproduction et la nutrition, parce que cela est inscrit dans leur corps. La femme nourrit (au sein) quand l'homme doit apprendre à nourrir (au biberon). L'homme ne portant pas d'enfant, sa vie ou sa mort n'ont pas la même valeur. Il peut guerroyer et conquérir (pour nourrir aussi ou pour être le Number one - la compétition dont vous parlez), et protéger.

    Donc oui ce sont des hypothèses et des avis personnels. Mais ils sont empreints d'une certaine logique. Et la répartition des rôles a probablement obéi à une logique dont les femmes ont probablement mesuré l'importance pour l'espèce et pour leur propre survie.


    Pour ce qui est de la contraception, heureusement qu'elle n'existait pas à la préhistoire - même si certaines plantes abortives pouvaient déjà être connues ou si l'allaitement prolongé de deux à 5 ans ralentissait le cycle d'ovulation pour certaines femmes. Imaginons une époque où l'Europe était peuplée de 1 ou 2 millions d'humains: l'espèce aurait eu peu de chance de survivre à la contraception.

    D'ailleurs, en terme d'espèce, la reproduction n'est pas faite pour être inhibée et la contraception généralisée pourrait être la tombe de l'humanité. Nous devons nous répliquer sous peine de disparaître. Par contre sous l'angle du confort, de la liberté, du plaisir, la contraception ouvre d'autres portes aux humains. Tiens, cela pourrait faire l'objet d'un billet.

  • " Il y a eu des femmes soldates, chez les Celtes par exemple. Et actuellement en Israël. "

    peut-on dire quelles sonts soldates puis'quelles ne combattent pas, elles sonts affectées à la logistique à l'intendance pour libérer des hommes pour combattre en premiére ligne.

    eh oui beaucoup de logistique c'est le propre des armées modernes.

    les posts sonts trés intéressants sur ce billet surtout celui là

    "...bof, on oublie un peu vite que les femmes, dès qu'elles étaient mariées, portaient des enfants, parfois chaque année....et qu'il fallait bien s'en occuper, donc étant à la maison ou dans les alentours, pour pouvoir s'occuper des enfants (qu'elles allaitaient pour la plupart, et parfois jusqu'au suivant) elles s'occupaient également des travaux "sur place" inhérents à la maison, à la ferme...
    Et elles enfantaient jusqu'à ce que la nature les arrête....non seulement il n'y avait pas de contraception, mais chaque enfant était considéré comme un don de Dieu.

    De là à dire que ce sont les femmes qui ont décidé que ce serait les hommes qui feraient la guerre, il y a un pas intellectuel ; je me demande bien comment hommelibre a réussi à le franchir...

    Ecrit par : bb | 30 mars 2012

    C'est aussi ce que j'ai remarqué, d'ailleurs plus je regarde les films de ciné(plutôt américains), plus le scénario essaie de s"émanciper de cette différence homme-femme.
    J'ai constaté exactement la même chose pour les jeux vidéos.
    En revanche je ne crois pas que ce soit une histoire de gauche ou de droite, mais plutôt une génération libéraliste moderniste d'après 68

    Ecrit par : kasilar | 30 mars 2012

    exemple tous les vendredi Ziva dans NCIS, la série préférée de mon épouse.

    j'ai un exemple de film avec une armée de femme Cobra Verde de werner Herzog avec le regretté Klaus Kinski, il est particuliérement déjanté comme à son habitude dans ce film, dans ceux là aussi, Aguirre, la colère de Dieu , Fitzcarraldo, mais il était aussi déjanté pendant les tournages.

  • "En fait, c'est bien l'image du couple bourgeois du 19e siècle (pas tous mais c'est l'image qui en reste) qui a montré cette femme passive soumise à un homme bêtement dominateur. Mais dans les campagnes, c'était une autre histoire.

    ==> Le couple bourgeois ou l'homme serait le dominateur est un mythe il suffit de lire Dumas pour s'en rendre compte.
    Le problème c'est que l'on a pris pour vérité des mensonges misandre.

    Ecrit par : vligo | 30 mars 2012

    le dernier bastion de certitude domination patriarcale tombe !!!!

    quoique que on s'en doutait quand on voit que les bourgoises "au bon marché" cassait leurs maris dans des boudoirs bibliothéques pendant quelles faisaient leurs emplettes, qui pouvaient durer la journée entiére, étonnant non pour des femmes sois disant soumises à leur mari

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Bon_March%C3%A9

  • @Leclerc

    Ne pas oublier non plus qu'il y avait des domestiques et des bonniches pour servir le couple bourgeois. La fameuse domination est sans doute homme bourgeois et femme prolétarienne . Mais quid de la domination femmes bourgeoises et homme prolétarien ?

Les commentaires sont fermés.