Mélenchon: casser l’entreprise, radio-Féminista, et autres fariboles

Comme je le décrivais hier toute l’attitude politique de Jean-Luc Mélenchon est dans la gueule, la moue, l’agression. Il monte les tours plus vite que son ombre: un vrai casseur à fleur de peau, maîtrisant mal ses nerfs. Un macho caricatural. La France aime les machos, peut-être.

Je détaille mon billet d’hier: Mélenchon, une OPA sur le vent. Son programme est clairement anti-libéral et les points semblent avoir été choisis comme un simple contrepied du Sarkozysme. «Puisqu’il fait ceci ou cela, puisque les libéraux font comme ci, nous ferons le contraire.» Mais sans plus de réflexion ou de débat de fond.

Je reprends ici trois points esquissés hier et qui méritent d’être davantage mis en avant.


mél1.jpgSur l’entreprise.

«Le pouvoir économique ne sera plus entre les mains des seuls actionnaires, les salariés et leurs représentants seront appelés à participer aux choix d’investissement des entreprises en tenant compte des priorités sociales, écologiques et économiques démocratiquement débattues. L’avis favorable des représentants du personnel ou des comités d’entreprise sera obligatoire pour toutes les décisions stratégiques.»

Cela signifie que les chefs d’entreprises n’auront plus le pouvoir de décider. Ce pouvoir sera partagé avec les employés, qui prendront une grosse responsabilité en co-décidant de l’avenir d’une société. Les investisseurs n’auront plus aucun intérêt à investir en France puisque les objectifs de leur investissement pourront être changés ou freinés par le vote des employés. Qui irait mettre de l’argent pour créer une boîte en se disant que les gens embauchés pour réaliser l’activité prévue peuvent la changer ou la freiner, sans compétence industrielle ou commerciale? Mais bon, on sait que taper sur l’entreprise est une mode bien française.

J’écrivais hier en commentaire: il n'est pas acceptable que des employés décident de l'entreprise. Eux ne seront peut-être plus dans la même boîte quand les conséquences de leurs décisions prendront effet. Ou alors ils doivent aussi être tenus pour responsables juridiquement de l'entreprise, et payer en cas de pertes. Ou mieux: ils mettent leurs sous pour acheter l'entreprise. Alors ils seront décisionnaires. J’ajoute à cela: le veulent-ils seulement ou n’est-ce qu’un projet démagogique de plus d’un candidat illuminé?

Je comprends bien que la crise a mis en évidence des fonctionnements étranges dans les entreprises: les bonus accordés même à des dirigeants qui ont fait perdre de l’argent, comme si on les exonérait de toute responsabilité - pire: ils sont encouragés à l’incompétence et l’irresponsabilité; des dividendes importants versés aux actionnaires alors que l’on demande un effort continu aux employés - qui ne l’oublions pas sont ceux qui font tourner l’entreprise; le différentiel salarial si élevé qu’il est facteur de désintégration sociale par le sentiment d’iniquité qu’il génère, surtout quand un grand nombre de gens s’appauvrissent. Les dirigeants sont bien sûr libres de fixer leurs revenus. Mais que l’on ne s’étonne pas de la rupture sociale engendré par un sentiment d’iniquité, lequel sentiment n’est pas que le résultat d’une simple jalousie mais aussi et largement d’un appauvrissement.

Par intelligence et solidarité sociale, pour le bien-être et la prospérité de tous, les dirigeants et actionnaires doivent tenir compte davantage des employés. Je comprends que dans ce sens l’Etat pose des cadres. C’est l’ordolibéralisme. Mais ici Mélenchon propose de faire basculer le pouvoir. Dans ce cas il faut que les employés soient responsables en cas de pertes financière. Cela c’est la responsabilité du décideur. Quand il partira en vacances (il y a déjà une forte augmentation des réservations des français pour 2012) il pensera constamment à son entreprise, à l’apéro, à la pétanque, la nuit, au réveil. Il goûtera au bonheur d’être responsable.

Mélenchon veut plus de droits mais ne prévoit pas d’y associer les devoirs correspondants. Son projet de société est encore plus déséquilibré que l’actuel: les employés deviendront des décideurs ans aucune contrainte ni compte à rendre!


Sur le féminisme
FéministaPanneauA4.jpg
Sous le titre général «se débarrasser du patriarcat», qui en soi mériterait une analyse plus poussée et plus juste historiquement de ce qu’était réellement le patriarcat, on trouve:

«À partir de la loi contre les violences faites aux femmes votée en juillet 2010, nous ferons adopter une loi cadre sur ces questions incluant les propositions élaborées par les associations du mouvement féministe. Nous donnerons les moyens nécessaires à l’application de cette loi en matière d’éducation, de prévention et d’information, ainsi qu’aux mesures à prendre en faveur des victimes de violence.»

Radio-Féminista vous parle. Rien concernant les hommes. Pourtant, encore une fois, le dernier rapport de l’Office National de la Délinquance et des Réponses Pénales en France confirme l’important volume des victimes hommes dans la violence conjugale:

«Victimes de 18/75 ans de violences physiques/sexuelles intra ménage :

Taux de victimation hommes : 1,3 % ou 135 000 (mais 0,6 % soit 60 000 par leur conjointe)

femmes :2,5 % ou 280 000 (mais 1,2 % soit 130 000 par leur conjoint)

Nombre de dépôts de plaintes pour ces violences intra ménages :

hommes : 3,2 %   /   femmes : 8,6 %"

Conclusion de l'ONDRP : «Cette évolution récente peut, si elle se confirme lors de la prochaine enquête «cadre de vie et sécurité», modifier la perception qu'on pouvait avoir, au regard des résultats des enquêtes précédentes, de la fréquence des violences physiques ou sexuelles au sein du ménage subies par les hommes.»



Un homme pour deux femmes. Un tiers de victimes hommes. Et les hommes déposent plainte trois fois moins souvent que les femmes. La conclusion est claire: « modifier la perception qu'on pouvait avoir, au regard des résultats des enquêtes précédentes, de la fréquence des violences physiques ou sexuelles au sein du ménage subies par les hommes».  Dans son programme d’où une vraie réflexion est absente, une sorte de programme pavlovien (hommes = bourreaux), la discrimination envers les hommes s’affirme sans complexe. Le macho Mélenchon est un chantre du sexisme misandre.


L’immigration

Mel veut donc ouvrir les frontières encore plus. Pour lui l’immigration ne pose pas de problème. Le seul problème serait la haine des étrangers. En vertu de quoi tous les sans papiers seront régularisés, et le séjour irrégulier ne sera plus un délit. En fait Mélenchon brade les lois qui permettent de gérer le vivre ensemble. Comme si les déplacements de populations ne demandaient pas à être réfléchis et organisés.


Je passe sur d’autres points. Mélenchon le macho, Mélenchon le populiste, propose un programme démagogique, irréaliste, qui déséquilibrera encore plus la France. Il ne suffit pas d’aller se pâmer à ses meetings ou de jouir quand il insulte ou balance une petite phrase assassine. Il faut encore réfléchir sérieusement à ce qu’il propose, avant de voter en aveugle. Il faut ouvrir les yeux sur l’hypnose façon Mél.

Catégories : Politique 13 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • John

    Il est vrai que Mélenchon, son programme électoral et ses troupes n'ont sans doute pas assez pris garde à intégrer les revendications légitimes de John Goetelen...

    Je n'ironise qu'à moitié. Nous somme d'accord depuis longtemps, nous le savons bien, sur ce qu'il convient de réserver à ce féminisme anti-mecs, qui n'est qu'une des facettes du totalitarisme. Nous avions même monté ensemble une association sur ce thème, si mes souvenirs sont bons.

    Peut-être aussi faudrait-il se rendre compte que s'il figure aussi parmi les héritages dévoyés de 68, y figure également, et en bonne place, l'anti-autoritarisme post babacool qui cache en réalité l'incapacité à appeler un chat un chat et à prendre finalement ses responsabilités personnelles et sociales, notamment parentales (lesquelles supposent toujours des distinctions et des choix clairs), par exemple. La même famille tout ça.

    Reprocher à Mélenchon de ne pas prendre suffisamment en compte cette question des fausses accusations, alors que 85% des précaires et 80% des travailleurs à temps partiel en France sont des femmes, c'est se tromper de priorités. L'inégalité hommes-femmes, qui est la forme la plus criante des inégalités contemporaines, vient avant les dérives perverses d'un certain féminisme. A moins qu'on préfère s'occuper de ses poissons rouges alors que la maison brûle. Et du reste rien n'empêche de s'occuper des deux à la fois au nom des mêmes principes.

    Quant aux clichés de votre précédent texte, de quoi parlez-vous ? Le ministère des droits des femmes et de l'égalité ? Les négociations annuelles entre partenaires sociaux sur le respect de l'égalité professionnelle ? Adopter au niveau communautaire les lois nationales les plus progressistes en matière d'égalité comme les lois néerlandaises sur la contraception (en ce moment menacée en Suisse. Vous êtes contre la contraception ?) et les droits des homos (contre ?), française sur le viol, belge sur la parité (là c'est moi qui suis contre, comme quoi on peut défendre Méluche sans le suivre en tout), suédoise sur l'avortement et le congé parental. Clichés ? Peut-être faudrait-il interroger les intéressés, qui sont surtout des intéressées pas désintéressées...

    Mais la plupart de ces dispositions reposent sur des inégalités réelles.

    Question : Bayrou fait-il mieux ?

    Pratiquement, et vos chiffres le confirment une fois de plus et pour des raisons évidentes, la violence contre les femmes de la part d'hommes est plus importante que la violence inverse. Ce qui explique que des programmes militants, toujours tracés à gros traits, s'attachent d'abord à elle. Ignorer la première pour se focaliser sur la seconde est une position tout aussi partiale que celle des féministes totalitaires : de toute façon, en vertu de la généralité de la loi, toutes les violences sont condamnables, et défendre les hommes victimes de sévices ou de fausses accusations ne peut se faire qu'en se fondant sur l'égalité de traitement.

    Maintenant, le texte de loi anti-sexiste, les sanctions contre "la banalisation et l'omniprésence de la pornographie (l'omniprésence, j'avais pas remarqué...) etc.", d'accord, c'est plutôt cosmétique.

    Mais contrairement à tant d'adultolescents en quête d'absolu libertaire passés avec le temps de la vibration enfumée au taï-chi, aux chakras et au contact avec les anges (je n'invente rien... très représentés chez les écolos, malheureusement pour eux), et qui ne voient dans l'opposition au totalitarisme islamiste du voile qu'une forme de racisme et en Méluche que du national-populisme sénile, je ne demande pas à un programme politique d'épouser à la perfection mes propres petites envies. Il suffit qu'en matière de résistance aux marchés financiers, de défense des services publics et de laïcité le compte soit bon.

  • Yves,

    L'art de déformer mon propos...
    Je ne parle pas des fausses accusations dans mon billet, mais des chiffres de la violence conjugale faussés depuis des années par les femrads, et repris en choeur par la classe politique et en particulier Mélenchon.

    Je n'ai pas dit qu'il faut s'occuper des uns et délaisser les unes! En l'occurrence c'est ce qui se fait au profits des victimes femmes depuis des années. Pas un sou pour les hommes, des millions pour la Féminista, qui grâce à cela continue à casser de l'homme et à répandre son poison social et culturel. Ce n'est pas une revendication personnelle, c'est un problème de société. Mais si le fait qu'il n'y ait "que" 1/3 de victimes hommes (à voir à l'avenir, au Québec dans certaines région c'est la moitié), soit seulement 60'000, je comprends que cela n'ait pas beaucoup d'importance.

    Et que certaines surfent avec l'argent de l'Etat pour renforcer le grand stéréotype misandre, ce n'est pas grave.

    Bref, à tout le moins le programme de Mélenchon sur ce point n'est absolument pas pensée. Que doit-il en être du reste...

    D'ailleurs je ne parle pas que de cela. Il veut donner un droit de décision sur l'entreprise aux employés? Alors comme je le dis, qu'ils aient un statut de responsables économiques aussi. Plus de droits, moins de devoirs, c'est bien de la démagogie.

    Pour le reste, je ne vois pas ce que viennent faire les anges dans ton commentaire.


    "Il suffit qu'en matière de résistance aux marchés financiers, de défense des services publics et de laïcité le compte soit bon."

    Ben, si cela te suffit... Et si sa manière autoritaire qui va porter atteinte à la propriété privée (donc un jour aux individus, logique) ne te dérange pas, et si tu es prêt à avaler une potion irréfléchie pour trois thèmes, ma foi, rien d'autre à dire. Moi je n'y suis pas prêt. Et je ne fais pas partie des nantis. Par contre je n'ai pas envie de dépendre de l'Etat et d'une doxa politique si un jour j'ai besoin d'un crédit.

  • Mélenchon branche les cornichons. Il faut laisser causer le populisme puisque c'est lui qui a le vent en poupe. Les pensées philosophiques plus complexes et humanistes n'intéressent plus grand monde, John. Les gens ont envie de simplisme pour soulager leur conscience. Une partie des femmes se vengent de siècle de domination masculine et ne voient pas où se situe le problème. Logique de domination renversée. Si c'est pas moi qui te baise c'est toi qui le fera... Combien de fois on entend cette horreur dans la relation que devrait entretenir un couple pour éviter de se faire marcher dessus par l'autre, son partenaire amoureux... Et c'est la guerre évidemment... On ne parle pas de couple harmonie, on parle le langage du couple concurrentiel, le partenaire devenant un simple paramètre dans ma réussite individuelle et un objet de plaisir ou de déplaisir au quotidien. Quelle conception malsaine de l'amour...

    John, il y a des jours où j'aimerais tout envoyer promener. Je ne tiens que par la passion qui me lie à l'écriture et à la réflexion. Mais quand je vois le résultat, le nombre très limité de lectrices et lecteurs qui s'intéressent vraiment à mon travail de grand fond, l'absence totale d'échos dans la presse, j'ai envie de dire "Servez-vous sur l'étagère de votre boutique griffée et chez votre concessionnaire de voiture préféré. Je n'ai plus qu'à me taire car rien d'important ne peut venir basculer vos certitudes hormis l'horreur d'une guerre civile ou entre nations qui vous impliquera directement vous et vos proches". Triste constat.

    Le populisme de gauche ou de droite tient son triomphe et même sur nos blogs, celles et ceux qui le partagent de façon outrancière ont plus d'échos que nous-mêmes dans la revue blog...C'est tellement plus tendance de jouer les grandes gueules réactionnaires...et pour la presse, ça fait vendre du tirage papier et des clics sur le site.

    Bonne journée à vous,John.

  • Bonjour HommeLibre,
    Vous avancez très régulièrement le fait que les écarts salariaux entre hommes et femmes ne sont que de la roupie de sansonnet car dans leur grande majorité les femmes sont à temps partiel et donc logiquement les salaires sont inférieurs.

    Mais après avoir parcouru certains sites, j'en ai retenu un celui de FO-information du mercredi 7 mars 2012 consacré à la journée internationale des droits de la femme.
    Clairement FO dénonce ce travail à temps partiel imposé la plupart du temps aux femmes, celles-ci ne veulent pas dans leur grande majorité de ces emplois ininterressants professionnelement et en plus mal payés.
    Je suis un peu surpris de votre propension à dévaloriser l'ambition des femmes.
    N'y a t-il en France que des femmes à temps partiel et aucune qui travaille 8 heures soit dans un bureau dans une usine, à la boulangerie charcuterie auprès de son mari? Que dire des femmes agricultrices elles sont nombreuses à travailler dans l'exploitation familiale. Les infirmières, les institutrices les femmes-médecins et toute les autres.Ne serait-ce que les mères au foyer travaillant gratuitement sans espoir de recevoir un retraite pour le travail effectué.
    Pour faire votre rapport ce qui vous arrange c'est de ne lister que les femmes qui travaillent à temps partiel.
    Le plafond de verre? j'espère qu'il va exploser lorsque la vérité sera remise à plat concernant vos théories fumeuses et mensongères sur les inégalités hommes-femmes.
    Ce n'est pas en travestissant la vérité que votre condition masculine va avancer; je me doute que les femmes qui ont dû se battre pour avoir des droits voit d'un bon oeil les hommes ratisser dans leur cour et vouloir tout détruire.
    La société est inégalitaire pour les hommes? sûrement maintenant que les femmes ne sont plus des femmes au foyer travaillant gratis.
    La journée internationale de l'homme? j'ai hâte de voir les hommes défiler avec leurs banderoles et déclamant haut et fort que les femmes les oppriment;
    Vous dénoncez les injustices et voulez défilez comme des femmes?
    Votre journée internationale ne peut être qu'une vaste revendication contre les femmes et non plus les féministes d'ailleurs, certains ont tellement intégré le concept que féministes ne veut rien dire de plus que femmes tout court.
    Allez-y! Défilez!

  • Je suis tres ennuyé avec les statistiques, le silencieux, car parmi les femmes a temps partiel que je connais, il n'y a que des femmes qui l'ont demandé et sont tres heureuses de l'avoir obtenu, je connais ausi un homme temps partiel heureux de son sort. Les feministes savent dégotter les bons cas ceux des femmes a qui on impose le temps partiel...
    En matière de féminisme comme dans beaucoup d'autres domaines on nous assène des "vérités" étonnantes pour moi car je ne peux pas les vérifier sur le terrain...idem pour la domination masculine dans les couples, je regrette de connaitre autant de couples ou c'est la femme qui dicte et l'homme qui obéit.
    On nous balances de chiffres pas toujours vrais pour nous montrer combien les femmes sont victimes.
    Quand ce sont les hommes qui sont victimes on les dénigre (securité routière: 75 % des morts sur la route sont des hommes!) et quand on essaie d'aborder d'autres chiffres tellement énormes et pleins de sens, alors là on n'a rien compris on est un sale macho. Par exemple:différence de durée de vie homme/femme, nombre de morts par suicide, nombre de SDF etc....les vrais chiffres (ramenés en proportions) sont hallucinants mais tournés en dérision.
    Les grandes féministes humanistes se détournent de plus en plus des manipulations éhontées qu'on nous assène elle sont aussitot rejetées .....on assite a un fonctionnement totalitaire: propagande forcenée, trucage des stats, rejet de toute opposition, exclusion des dissidents.

  • @ Silencieux:

    Si vous m'avez bien lu, par exemple ici:

    http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2012/03/05/ecart-salarial-hommes-femmes-le-vrai-chiffre-5.html

    je fais le constat qu'un chiffrage est fait de l'inégalité salariale, mais que la réalité est très différente. Je ne suis pas le seul à faire ce constat puisque la députée féministe que je cite dans ce lien fait le même. L'INSEE a calculé ces chiffres. Donc je ne présente pas les choses comme elles m'arrangent mais comme elles sont. Si l'on parle d'un chiffre il doit être vérifiable.

    Ensuite, comment être sûr que les femmes qui travaillent à temps partiel le subissent? Combien le subissent? J'ai dans mon entourage une dizaine de connaissances femmes qui ont choisi le temps partiel, et pas une qui le subit. Donc cet argument est-il juste, vérifiable, ou n'est-ce qu'une vue de l'esprit pour alimenter un dogme de la femme toujours victime? FO a-t-elle une étude sérieuse à fournir sur ce point?

    Comment dire qu'un travail est moins intéressant? Pensez-vous que tous les métiers d'hommes sont intéressants? Les femmes choisissent majoritairement des métiers sociaux, moins bien payés. Sont-ils peu intéressant? Je pense le contraire.

    Des femmes travaillent à plein temps, et vous citez justement des femmes agricultrices, ou qui travaillent avec leur mari. Elles ne sont pas moins payées puisque le ménage est payé par les bénéfices! Les revenus appartiennent aux deux.

    Concernant les mères au foyer, je ne comprends pas que l'on puisse encore dire qu'elles travaillent gratuitement. Elles touchent et gèrent le plus souvent l'argent gagné par le mari, qui ne garde que son argent de poche. Le mari travaille dans une entreprise, la femme travaille à la maison, et l'argent du mari sert au ménage, pas à lui-même. Quel biais détestable que de dire que la femme au foyer travaille gratuitement. Quel aveuglement.

    Mais admettons que l'Etat leur verse un salaire: il faudra amputer d'autant le salaire du mari qui partira en impôt pour payer sa femme! Je ne vois pas l'intérêt, d'autant moins qu'en cas de séparation les lois protègent celle ou celui qui n'a pas travaillé.


    "Allez-y! Défilez!"

    Houla! Quelle virulence! Quel mépris pour les gens qui défilent. Avez-vous le même mépris pour les femmes qui défilent?


    @ Pat:

    Le décalage entre le discours et la réalité du terrain est impressionnant. Je fais le même constat. Il y a un discours théorique très victimaire, et une réalité concrète qui ne l'est que peu.

    Rétablir les choses réelles dérange.

  • Cela fait plus que déranger c'est considéreré comme indecent et provocateur et c'est alors que fuse le mot qui tue: masculiniste (parfois négationniste!)
    Parce qu'il est interdit de contester un chiffre ou de dire que les hommes peuvent aussi avoir des problèmes sexistes....
    L'incohérence n'effraie même pas, hier j'ai assisté aune conférence (feministe) ou on nous a démontré longuement que les différnces de sexe étaient extrèmement complexes et hasardeuses a définir, je n'entre pas dans le détail mais en gros les critères scientifiques qui définissent la femme et l'homme sont nombreux et présentent enormément d'ambuguité, ceci permettant de vendre le genre comme issu de la culture toutefois on nous a aussitôt apres rangé dans deux catégories bien rigides pour expliquer que les femmes sont victimes et les hommes pas du tout, etc....pfff

  • Pat:

    L'incohérence que vous citez tient aussi d'une forme de business: jouer sur tous les tableaux pour gagner partout. Mais ça un jour ça se casse la figure quand les contradictions ne sont plus gérables.

  • @ le silencieux @ yves scheller

    "les écarts salariaux entre hommes et femmes" appelés inégalités salariales !!!

    j'estime le terme inégalité hors de propos, pour parler d'inégalité il faudrait que les hommes et les femmes soient similaires ce qu'ils ne sonts pas, les hommes et les femmes n'onts pas les mêmes aptitudes, pas les mêmes ambitions, pas les mêmes priorités de vie, pas la même force physique, trés grand dimorphisme dans l'espéce humaine.

    et a poste identique dans le même domaine il est strictement impossible de prouver qu'il existe une discrimination salariale.

    quand au plafond de verre il est impossible de prouver qu'il existerait.

    "vos chiffres le confirment une fois de plus et pour des raisons évidentes, la violence contre les femmes de la part d'hommes est plus importante que la violence inverse. "

    ça reste encore à prouver, exemple pour ce qui est des violences psychologiques nouveau cheval de bataille des féministes, il y a certainement beaucoup plus d'hommes que de femmes qui la subissent, et dans le cas de la violence physique dans la majorité des cas ce sonts des disputes de couples où la femme est co-responsable et est l'instigatrice dans la plupart des cas.

    dans les autres pervers narcissiques ex enfants rois imbus de leur toute puissance, ce sonts les femmes qui nous fabriquent la pléthore d'enfants rois que nous avonts actuellement.

    "Clairement FO dénonce ce travail à temps partiel imposé la plupart du temps aux femmes", FO eux n'onts les féministes, strictement ne prouve ça, vous savez ça n'inquiéte pas des féministes d'affirmer ce qui les arrange, les féministes ne sonts que des comméres au niveau national avec le même fonctionnement, mauvaise foi mensonge exagération, manque d'objectivité.

    "suédoise sur l'avortement et le congé parental. Clichés"

    le congé parental les hommes ce n'est pas de congé parental qu'ils onts besoin ce ne sonts pas des méres bis, c'est que leur rôle éducatif spécifique de pére soit reconnu et valorisé, la société suédoise est une société matriarcale aux mains des féministes où les hommes onts été démis de tous leurs droits éducatifs par des lois.

    "alors que 85% des précaires et 80% des travailleurs à temps partiel en France sont des femmes"

    avant de divorcer pour manque de romance dans le couple ce qui est le cas de la majorité des divorces majoritairement demander par les femmes il fallait un peu réfléchir.

    http://www.parent-solo.fr/modules/smartsection/item.php?itemid=169

    "P.S. : En cas de rupture, la mère qui garde l'enfant voit son niveau de vie baisser de 25 à 35 % à court terme. " En France, on sait la chute du niveau de vie qui affecte les foyers monoparentaux, majoritairement féminins. La situation des pères séparés est parfois elle aussi très précaire. " : Vous reconnaissez que les problèmes financiers peuvent provoquer des drames ?
    On pourrait retourner la phrase : " Les drames des couples provoquent des problèmes financiers. ". La pénurie de logements vient beaucoup des divorces et des séparations Ceux qui n'avaient qu'un logement en veulent deux. Il y a 120.000 divorces par an, dont 65 % avec enfants. Le divorce étant judiciarisé en France, il est requis, pour avoir droit de recevoir son enfant, d'avoir une pièce par enfant : le problème est alors d'avoir un logement assez vaste !. Les mères gardiennes ont de lourds problèmes et la trilogie divorce, dépression, chômage ou divorce, chômage, dépression frappe très fréquemment les pères non gardiens. En ce qui concerne les mères, elles doivent concilier leur vie professionnelle et la garde des enfants (souvent, elles conservent le logement). Durant 30 ans, avec la jubilation de la liberté conquise de la vie privée, on n'a plus voulu parler des conséquences du divorce sur les enfants. Il faudrait développer la médiation avant et après le divorce, de façon à ce que les deux parties puissent se projeter dans l'avenir pour se rendre compte de tout ce qu'il y aura à solutionner (traites de la maison, garde des enfants, voiture…). Dans des pays où la médiation est développée, il arrive que des couples renoncent à divorcer en prenant conscience des conséquences. Les gens de niveau d'éducation peu élevé n'arrivent pas à planifier leur futur au moment même où ils sont pleins de griefs et de blessures. D'où l'utilité du médiateur pour les accompagner.La médiation permet également d'organiser la séparation de manière plus rationnelle et plus apaisée. Malheureusement, les avocats n'ont pas intérêt à voir se développer la médiation, par crainte de perdre des affaires…"

    pour le reste tout à fait en accord avec hommelibre

  • John,

    Aucune volonté de déformer quoi que ce soit : j'ai inscrit ce commentaire ici après avoir cru qu'il ne s'était pas inscrit sur un texte précédent. Merci donc de l'effacer à l'occasion, puisque l'autre y est.

  • "je regrette de connaitre autant de couples ou c'est la femme qui dicte et l'homme qui obéit."

    Malheureusement les couples modernes tendent à se comporter comme celà. Je vois de plus en plus d'hommes se rapprocher de leurs enfants là où leurs femmes s'en éloignent. Je ne dis pas que les hommes doivent laisser madame torcher les mômes, mais il faut aussi que la femme s'occupe de ses progénitures. Je vois par exemple davantage d'hommes s'occuper de la poussette, jeunes comme vieux. Oui les hommes se font bouffer par leur nana, mais pendant ce temps là les médias nous assomment avec du sexisme, de la violence conjuguale, inégalité salariale ...

  • @ Kasilar:

    C'est le grand décalage entre la théorie et la réalité. Une grande partie des théories de la Féminista sont construites sur ce décalage. C'est pourquoi tant d'hommes ne se reconnaissent pas dans la misandrie, et tant de femmes n'y voient pas leurs compagnons.

  • HL

    Je me demande combien de temps mes concitoyens se rendront compte que les politiques de gauche comme de droite les roulent dans la farine depuis des décennies. Nous avons constate le résultat du feminisme de gauche depuis 10 ans, oú la droite a été au pouvoir. Si Sarkozy est réélu, le féminisme aura quand même un impact social jusqu' au boutiste.
    Personnellement, je voterais Hollande pour éviter de vivre une vie digne de la gestapo.
    Les autres candidat
    s non UMPS ne passeront jamais je pense. ce qui ne veut pas dire que j' apprécie particulierement le bonhomme mais 5 années d' UMP, ça suffit

Les commentaires sont fermés.