François Hollande ne fait pas bander

Fanfrelande aime à se faire voir comme un homme de culture. Mitterrand le faisait aussi. Fanfrelande veut tout faire pareil que Mitterrand. Alors il parle littérature au Salon du livre et prend comme héros un personnage célèbre de la mythologie grecque auquel il s’identifie: Sisyphe. Un héros à propos duquel un penseur moderne, Albert Camus, a écrit «Le mythe de Sisyphe».

sisyphe1.gifSisyphe, un anti-héros

Il est étrange qu’un homme politique candidat à la plus haute fonction s’identifie au personnage de Sisyphe. Dans la mythologie grecque Sisyphe est fils du vent (Eole). Il est connu pour être rusé puisqu’il déjoue la mort et l’enchaîne afin qu’elle ne puisse l’emporter. Selon Homère il avait développé la navigation et le commerce. Mais il était aussi réputé pour être avare et menteur.

Premier message subliminal!

Sisyphe a ensuite été conduit au Tartare, l’endroit le plus terrible des enfers. Il y fut condamné à rouler un gros rocher en haut d’une colline. Sa tâche est de le faire redescendre de l’autre côté de la colline. Arrivé presque au sommet le rocher lui échappe et retombe en arrière. Il doit alors recommencer, et ainsi éternellement.

Ce mythe peut être interprété de différentes manières. Il a symbolisé la montée du soleil dans le ciel et sa descente au crépuscule. Il serait également question du rythme des vagues et des marées. L’idée du rythme est présente en effet. Mais l’interprétation doit tenir compte de la situation de Sisyphe. Il est condamné au pire des enfers pour avoir bravé les dieux. Ce n’est pas rien! Et sa condamnation l’oblige à réaliser ad aeternam un travail répétitif, inutile, sans aboutissement, sans libération. Le rythme est ici le signe d’une désespérance dans la répétition.

Pour Albert Camus Sisyphe représente bien plus l’absurdité de la condition humaine, pour laquelle rien n’est jamais fini. Le travail du jour ne suffit pas à apaiser toutes les faims humaines: il faut recommencer le lendemain, et encore le surlendemain, et ainsi de suite. Toute entreprise humaine est par nature sans fin, et la plus inutile d’entre elles: échapper à la mort. Repousser sans cesse l’inexorable est le comble de l’absurde. Cela pourrait aussi s’appliquer au fait de repousser des échéances personnelles, d’éviter aussi longtemps que possible de confronter les problèmes. On recommence les mêmes actions, les mêmes comportements, faute d’avoir pu passer de l’autre côté de la colline.

Cela signifie que ce qui nous manque pour aller au bout nous manquera encore, et longtemps, tant que l’on n’aura pas identifié le manque, tant que l’on n’aura pas pris le taureau par les cornes, ou tant que l’on n’aura pas trouvé quelqu’un de compétent pour réaliser à notre place la tâche que l’on est incapable de faire aboutir, ou enfin tant que l’on s’obstinera à recommencer les mêmes choses inutiles plutôt que de changer totalement d’histoire. Car reconnaître ses limites est le début d’une libération. Sisyphe ne reconnaît pas les siennes. Sous prétexte d’obéir aux dieux il les confronte encore, voulant démontrer sa puissance, mais incapable d’y arriver.


Faire bander la Francehollande--.jpg

Albert Camus, philosophe positif dans une époque sombre, ne voyait pas de solution à la situation de Sisyphe. Il n’a pas imaginé changer le mythe, changer le destin de Sisyphe. Il a seulement conclu que celui-ci devait avoir accepté de bonne grâce sont sort. «Il faut imaginer Sisyphe heureux». Peut-être faut-il en effet accepter qu’il y a des choses que nous ne transformerons jamais.

Positivisme? Résignation? Défaitisme? Chacun sa vision. Je ne sais pas s’il faut imaginer Sisyphe heureux. Peut-être est-ce justement une manière de moins souffrir, d’accepter nos limitations, une sorte de fatalisme signifiant que nous ne savons pas pourquoi nous faisons les choses, pourquoi nous avons un tel destin, mais qu’il nous faut le réaliser avec gratitude car c’est le plan des dieux. Eux savent forcément ce que nous ne savons pas. Enfin, peut-être...

Revenant à Fanfrelande, prendre comme exemple le mythe de Sisyphe est assez malheureux. Les français veulent-il d’un président impuissant, incapable de mener le rocher de l’autre côté de la colline? Veulent-ils d’un homme qui programme déjà son propre échec? Vont-ils se souvenir que sous le secrétariat de François Hollande le parti socialiste a perdu de nombreuses élections? C’est cela qui lui colle aux basques. Le mythe de Sisyphe vient là comme un acquiescement, une confirmation par le candidat lui-même de son échec programmé. Echec à la présidentielle, ou échec au pouvoir s’il est élu. La France n’a-t-elle pas plutôt besoin d’un président qui bande et fasse bander? Le succès de Mélanchon montre cette tendance, voire cette évidence. Et sur ce point il serait temps que Bayrou se mette à faire bander la France s’il veut être au second tour.


Les options

Hollande ne fait pas rêver - son livre «Le rêve français» est déjà oublié. Il ne fait pas bander. Tout ce qu’il propose s’use au jour le jour. Sa seule chance: le vote anti-Sarkozy. Il court, Hollande, il court, il court après les mots, après la bonne proposition qui restera dans les esprits, il court après un destin dont il sent qu’il peut lui échapper comme le rocher près du sommet. Il se dit infatigable. Mais dans le cas du rocher de Sisyphe, être infatigable est une obsession, pas une qualité.

On ne change pas son destin facilement. Pour le faire il faut du temps, une conscience aiguë de ses propres manques, des solutions concrètes apportées à ces manques. Imaginer Sisyphe heureux convient à un sage, pas à un combattant. Pour échapper à son destin le héros absurde, comme le nommait Camus, doit se transformer. Et ne pas se coucher au premières huées.

Il y a alors deux options:

Il faut imaginer Sisyphe rebelle. Il renonce à obéir aux dieux et ne s’occupe plus de son rocher. Ou bien il faut l’imaginer puissant, capable - avec de l’aide s’il le faut - de rouler le rocher de l’autre côté de la colline.

Imaginer Sisyphe heureux de sa défaite répétée, de l’absurdité de sa tâche, ne convient qu’à un philosophe. Pas à un homme ou une femme politique. Le choix de Hollande de se comparer à Sisyphe, et bien qu’il ait maladroitement tenté de corriger le tir, est révélateur de l’image qu’il a de lui-même. Il cultive la beauté de l’absurde et le bonheur de l’échec. Il ne fait pas bander.



Hollande se compare à Sisyphe au Salon du livre par BFMTV

Catégories : Politique 16 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • J'espère que vous attendez d'autres qualités d'un homme d'Etat ;-O

  • Ah, Mère-Grand, oui!... Mais bander signifie entre autres "tendre vers" ou "bander son esprit"...

    Auriez-vous pensé à autre chose?

    Ooooohhhhhhh.....

    :-)

    En tous cas un candidat doit donner envie et mettre en mouvement vers. S'il montre qu'il en veut on pense qu'il va se donner les moyens. Mélanchon le fait bien. Hollande, bof...

  • Choses courantes chez les politiciens! rien de si étonnant, joli billet merci!

  • "Auriez-vous pensé à autre chose?"
    Oui, exactement comme vous ... et comme tous ceux à qui vous vous adressez.

  • sisyphe moi ça m'a fait penser à ce site féministe.

    http://sisyphe.org/

    comme on sait que la gauche française est féministe peut-être leur faisait t'il un cil d'oeil

  • @ Mère-Grand: vous avez raison. Blague à part, j'ai hésité entre ce titre et "FH programme-t-il son échec?"

    Cela s'est décidé à trois fois rien, peut-être au sourire en relisant. Mais je ne sais pas si j'ai bien fait. Il y a des titres que je défends sans hésiter. Là j'ai eu une hésitation.


    @ Leclerc: Je n'avais pas vu cela. Peut-être, qui sait?

  • Sarkozy, le 1, Win The Game, l'as, le moqueur cynique et spécialiste du changement de costumes et de masques propre à l'imitateur professionnel; Hollande, le 2, Lose Sisyphe, qui se demande combien de mots il va encore pourvoir retrancher de la Constitution pour arriver au néant socialiste et satisfaire aux féministes, aux gays, aux groupes anti-racistes, aux ouvriers, aux marginaux; Le Pen, le 3, Arc Royal, qui cogite sur le retour du franc, le retrait de l'Union européenne, la chasse aux immigrants; Mélanchon, le 5, Danton du Jardin, en pleine mélancolie communiste qui fait ressurgir les canons staliniens en offrant des boulets au peuple; Et Bayrou, le 4, mon regret...

    Sur la ligne d'arrivée, le quinté + a très mauvaise figure. Le seul qui arriverait à me faire bander encore pour la politique et la démocratie a franchi le rubicon. A force de rester super prof, il n'a pas appris à donner à ses élèves cette fougue, cette lutte de tous les instants pour vaincre absolument. La niaque, sur un terrain, c'est de sortir aussi toutes ses tripes et arriver mort, exténué, au bout de ses mots d'amour et de passion. Brel, Nougaro, à titre d'exemple pour un grand politicien. S'il ne le fait pas dans les quinze jours qui viennent, qu'il reste immobile derrière son pupitre, fini le rêve du seul homme président capable de relever la France de son cauchemar actuel.

    bonne journée, John. Une chose est sûre. Si Bayrou échoue au premier tour. Je ne poursuit pas jusqu'à la fin du deuxième tour. A quoi bon s'intéresser à une politique qui fera de toute façon fiasco...

  • P.S. C'est terrible le nombre d'étourderies orthographiques que je commets ces jours "poursuis" évidemment. Est-ce la fatigue où mon mental qui flanche à force de ne pas voir fleurir le printemps de jasmin en France?

  • @ pachakmac.
    La cigarette, pacha, c' est ni bon pour nos moyens ni bon pour nos neurones.
    Et encore moins pour la qualité de faire des enfants en bonne santé.
    Avec tout le respect que j' ai pour vous.

  • J’en peux plus de la mimolette.
    Le voila parti aujourd’hui en catastrophe à Toulouse suite au carnage de ce matin.
    Tiens donc..Et pourquoi ne pas affréter un avion spécial pour tous les autres candidats tant qu’on y est ?
    Ou bien Boboland se prendrait il pour un candidat plus légitime que les autres ?
    Première démonstration de son manque de sang froid et de son manque de stratégie. Il perd ses moyens à la première urgence et part en tous sens.

    Une vraie journée de cafouillage : il abandonne sur place les employés de Fessenheim qu’il était sensé recevoir aujourd’hui pour filer à Toulouse (ou il n’a rien à faire, à part montrer à tout le monde qu’il se prend déjà pour le calife à la place du calife), il y fait un discours inapproprié en expliquant que tous les moyens seront mis en œuvre pour retrouver le meurtrier (comme si Sarkozy avait besoin de ses conseils sachant que ce n’est pas lui qui va mettre quoi que ce soit en œuvre pour le moment…)et il annonce que la campagne du PS est suspendue aujourd’hui par respect mais maintient tout d’abord sa présence sur canal + ce soir.
    Changement de programme :il assistera finalement au grand Journal mais pas au petit…et rechangement de programme : il annule tout pour raccrocher les wagons, talonner Sarkozy et filer à la synagogue.
    Ça va avoir de l’allure quand il va se mettre à négocier à haut niveau…..
    Quelle honte ce mec, il mériterait de se faire shooter par Mélenchon au premier tour.
    Heureusement qu’il le met un peu en difficulté, avec les 100.000 personnes présentes hier à La Bastille, Hollande va devoir se gauchiser.
    Mélenchon va se trouver en position de force pour négocier son report de voix et il est fort probable que la réserve de voix constituée par le Centre file directement à droite à l’idée que le gouvernement se Mélenchonise.
    J’avais parié sur l’avancée Mélenchon, j’étais à la marche sur la Bastille, comme d’autres, en Sarkozystes infiltrés…Il fallait un max de monde.
    « Avec Mélenchon, tu l’auras dans le fion ».qu’ils disent, .pas sure que ce soit celui qu’ils croient.

  • Valls tweetait dans la synagogue….
    Fanfrelande et Fanfreluche ont eu l’outrecuidance de s’installer à l’intérieur bien avant l’arrivée de Sarkozy et de Carla Bruni.
    Avec un peu de chance, lorsqu’ils seront en voyage officiel en Angleterre, ils se mettront à manger avant la Reine.
    Ces ploucs vont nous couvrir de honte.

  • Tout à fait d'accord Patricia. Seul le Président avait sa place à Toulouse!

    L'archinul Hollande n'est qu'un opportuniste!


    Un autre commentaire signé de Patoucha ne peut être que le fait de l'usurpateur de mon pseudo.

    Bonne nuit! Je passais....

  • Ouaip Patricia. C'est n'importe quoi. En tant que président Sarkozy avait une fonction légitime. Ce n'est pas exceptionnel. Hollande vient renifler les restes. C'est "Draguer sur les morts".

  • il fait pas bander, c'est parce qu'il a pas encore tout montré ;))),pour rouler bouler autant jusqu' en haut de la montagne, il doit avoir les fesses bien musclés ;)))!!!
    bizzzouxxx!!!

  • Il rempile.
    Voila qu'il se rend à Montauban aux obsèques des soldats.
    Ils ne sont pas morts en mission pour la France, il s'agit d'un assassinat.
    J’espère qu’il se rendra donc aux obsèques d’une prochaine personne abattue par le dingo de la gâchette, même s’il s’agit d’une vulgaire mémé.
    La réalité, c’est qu’il ne se serait jamais déplacé à Montauban s’il n’y avait malheureusement pas eu cette tragédie à Toulouse.
    Non, en fait, à défaut de pouvoir accompagner les corps des victimes en Israël, il se déplace à Montauban pour faire de la présence sur le terrain et tenter de se donner une posture présidentielle.
    Je crois que s’il se rend en Israël, j’implose.

    Si seulement je pouvais prendre à ma charge un peu de la souffrance de cette femme qui a perdu son mari et ses 2 petits enfants pour la soulager, je le ferais bien volontiers.
    C'est horrible tout ce cirque.

  • Patricia:

    Il ne se tient plus. Il en fait trop de chez trop. Devant quoi et qui il va se coucher après? Il devrait aller demander pardon au roi des hérissons pour tous ceux qui sont écrasés sur les routes. Et à la reine des moustiques pour ceux qu'il écrase sur ses bonnes joues rouges à claques.

    Pour cette mère j'en prends aussi un peu à ma charge avec vous.


    Sarah@

    Vous avez l'oeil! Avec un mini kilt, évidemment.... :-)))))
    Bizzzouxxx!!!

Les commentaires sont fermés.