28 décembre 2011

Que les hommes sont bêtes!

Voici l’enquête qui alimentera les conversations légères de fin d’année. Reprise d’une publication anglophone, il paraîtrait que les hommes deviennent un peu bêtes quand ils parlent avec une femme.


Cochon-1.jpgCe sont des psychologues qui ont réalisé cette enquête. Elle a été publiée initialement dans les Archives of Sexual Behaviour (archives du comportement sexuel).

Etudier le comportement sexuel des humains est intéressant, en particulier en différenciant les hommes et les femmes là où l’asymétrie des sexes est très marquée. L’études des comportements, dans tous les domaines, est un élément de la connaissance de soi.

Il se trouve qu’ici cette enquête conclut à la diminution des facultés intellectuelles des hommes en présence des femmes. De quoi se demander si la mixité réussit aux hommes!

L’expérience est la suivante. On a fait subir des tests intellectuels à un certain nombre d’hommes hétérosexuels après qu’ils aient discuté avec une femme. Et là, surprise, ils réussissent moins bien les tests que quand ils n’ont pas parlé avec l’une d’elles. Cette enquête montrerait aussi que le simple fait de savoir qu’ils vont ensuite parler avec une femme diminue également leurs performances intellectuelles.

La conclusion est que les facultés cognitives et intellectuelles des hommes sont partiellement inhibées par les échanges avec des femmes. Ce serait dû, selon les psychologues auteurs de l’enquête, au fait que les hommes ont tendance à sur-sexualiser les rapports avec les femmes et les signes qu’elles leurs envoient. Ce serait un instinct masculin: pour la survie de l’espèce il faut s’accoupler dès que l’opportunité se présente. Et quand ils pensent à se reproduire les mâles ne pensent pas à Einstein ni à Platon.
cochon-2.jpg
D’ailleurs, franchement, parler des équations au troisième degré, de physique quantique ou de Saint-Augustin avec madame pendant le coït, je ne suis pas certain que l’imaginaire érotique y trouve son compte.

Mais pourquoi en déduire que les hommes seraient «moins intelligents» ou carrément «stupides» quand ils conversent avec une femme, selon les titres français donnés à cette info? C’est dépréciateur pour les deux: pour les femmes parce qu’elles feraient baisser le QI des hommes, et pour les hommes parce qu’ils seraient obnubilés par le sexe. D’abord il paraît normal de porter son attention sur autre chose que des tests intellectuels quand on est possiblement en phase de séduction - phase qui existe fondamentalement entre partenaires potentiels. Le fait par exemple d’être déjà en couple n’exclut pas ce mécanisme instinctif issus des profondeurs de nos origines. C’est ainsi. Mais grâce au cortex nous ne concluons pas à chaque fois - en ce sens nous sommes devenus des homo sapiens.

Ensuite cela montre aussi que les hommes sont troublés par les femmes. Ciel! Ont-ils donc des émotions derrière leurs torses velus? Onkr onkr! (Traduction: oui oui!). Les mauvaises langues diront bien sûr que les hommes sont comme des bêtes et qu’ils ne pensent qu’à «ça» dès qu’une opportunité se présente. Onkr onkr! C’est grâce à cela que nous existons encore aujourd’hui. Elles diront aussi qu’ils sont fondamentalement infidèles. Là je dis non! Ils ne sont pas les seuls: dans une relation hétérosexuelle il y a au moins une femme par homme, donc autant de femmes infidèles que d’hommes.

Il reste une question fondamentale pour comprendre l’asymétrie des sexes. Si les hommes surévaluent les signaux sexuels des femmes, celles-ci ne surévalueraient-elles pas les capacités intellectuelles des hommes? Les hommes ne parleraient-ils d’Einstein que pour s’accoupler? Les femmes ne s’accoupleraient-elles que pour tenter de comprendre la théorie de la relativité?

Autrement dit: les hommes ne parleraient-ils que pour coucher et les femmes ne coucheraient-elles que pour parler?

08:53 Publié dans société | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : hommes, femmes, sexualité, humour, désir, psychologue, intelligence, qi, émotion, instinct, érotique, einstein, platon | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Intéressant... mais, je crois que les diférences au fil du temps s amenuisent de plus en plus et que les femmes jettent le meme regard d envie ou pas de sexe, aujourd hui tout ca c est du kift kift.

Écrit par : jota | 28 décembre 2011

Il n'y a pas longtemps une autre étude disait que les femmes devenaient agressives et langue de vipère si une femme plus jolie entrait en scène et là aussi c'est le côté évolutif de la chose qui était en cause.

Après il faut voir dans quelles conditions sont faites ces experiences,si il s'agit de mannequins ou de top-models qui ont été utilisés,de quoi ils ont discuté,écouter le ton de la voix ,si elle est sensuelle ou quoi,regarder sa gestuelle,il faut faire gaffe aux généralités.

Écrit par : nemo | 28 décembre 2011

@ Nemo:

En effet, il faudrait analyser de près les conditions de l'enquête. C'est le genre d'études qu'il faut prendre avec quelques précautions. C'est pour cela que je parle d'alimenter les conversations légères.

En même temps si cela peut produire quelques réflexions utiles, tant mieux.

Ce que je trouve intéressant c'est de rappeler qu'il y a en l'humain ce comportement fondamental de survie de l'espèce. A trop vouloir analyser les comportements selon les critères du 20e siècle on en oublie que ce ne sont pas eux qui nous ont fait vivre jusque là.

Écrit par : hommelibre | 28 décembre 2011

Bonjour

Je me méfie de ces enquêtes psychobioneuroidéologicostatistique.

Il faudrait avoir accès à la publications et décortiquer la méthodologie, connaître aussi le nombre de sujets ... . Il est des enquêtes qui éxiste que parce que le conclusion souhaitée est connu d'avance.

Ces enquêtes sont à la mode et généralement renforce les croyances sur le sujet. Il y a pas si longtemps que ca une québécoise a fait une étude sur (que 47) sujets et en a conclu que les femmes étaient plus apte à gérer plusieurs tâches en même temps. Cela était censé expliquer pourquoi les hommes ne s'occupait pas des tâches ménagères.

Ces groupes de recherche s'orientent dans le sens du vent. Implicitement le quidam va en conclure que l'homme est bon pour le Q et que la femme lui est supérieure même si la réinscription dans un substrat réel n'est pas pour me déplaire.

On ferait mieux de réinjecter les fonds dans des vraies études non idéologique.

Écrit par : Nash | 28 décembre 2011

Bonsoir HommeLibre
"Les femmes feraient baisser le QI des hommes"
A quelle occasion, cela n'est pas précisé?
Cette discussion a lieu dans quel contexte?
Est-ce à dire que si je bavarde avec mon garagiste qui doit réparer ma voiture qui a des problèmes il sera incapable de le faire? Je comprends à présent pourquoi il y a toujours des problèmes avec ma clio renault!
Il ne faut pas non plus accuser les femmes de faire baisser ce qui n'est pas si haut que cela non plus!
Mais pour ma propre gouverne, comment fait-on pour faire baisser le QI des hommes, cela pourrait me servir si je vais voir mon banquier,
Et puis, comme le dit Nash cessons de faire passez des tests aux hommes, cela fera des économies, quand on voit le résultat!

Écrit par : madison | 28 décembre 2011

@ John

Je remets cette note qui démontre encore une fois que les comportements (*) ne sont pas à négliger. Chaque mot, chaque geste, la façon de parler, ou d’interpréter une situation, nous viennent d'informations reçues inconsciemment,et consciemment mais également en "vrac" par le cerveau souvent à notre insu.Exemple :les sectes, ou encore, la Corée, phénomène collectif dans une croyance à un système et à un chef...

Je ne parle pas des gènes qui transmettent l'héritage ancestral
c'est un autre sujet.

Ces informations, ( par l'intermédiaire de nos cinq sens) reçues chaque jour par millions -et plus- vont "se loger" dans notre mémoire. C'est l'éducation parentale, l'éducation nationale et les milieux fréquentés qui vont permettre d'identifier la typologie de la personne.

Celles-ci, ajoutées à l'histoire personnelle, permettent de mieux cerner des comportements ce faisant de pouvoir donner quelques réponses à des questions de pouvoirs, d'échanges etc.. entre les personnes entre autre.

Il n'y a aucune contradiction avec l'évolution, les typologies évoluent comme l'humain, -avec lui.

* L'étude des typologies humaines est une science très récente, inconnue dans la plupart des écoles.C'est une spécialité.

.../...

"En termes scientifiques, la question est reformulée ainsi : les performances cognitives de l'Homo sapiens mâle diminuent-elles après une interaction avec un membre du sexe opposé ? La boulangère est si charmante que Robert (pardon d'avance à tous les Robert) sort de la boutique avec ses croissants mais en a oublié de commander son bâtard bien cuit. Traduit par Tex Avery, c'est l'effet "ferme la bouche, idiot, tu marches sur ta langue". Des études de psychologie ont montré que les messieurs hétérosexuels réussissaient moins bien des tests cognitifs après avoir discuté avec une dame qu'avant. L'inverse n'est pas vrai. Pourquoi ?
En moyenne, les hommes ont, davantage que les femmes, la faculté de "sexualiser" les situations de la vie courante. "Bonjour voisine, que vous êtes belle en descendant votre poubelle..." Etc. Selon les biologistes, cette capacité à surinterpréter les signaux envoyés par les personnes de l'autre sexe est un biais que l'évolution a imposé à l'espèce pour que les mâles ne ratent pas une occasion de s'accoupler. Mais cet instinct de chasse de tous les instants a un coût - qui se traduit par de moins bons résultats aux tests - car l'homme "s'épuise" mentalement, consomme ses ressources cognitives (on n'ose dire "intellectuelles") en évaluant sans cesse sa partenaire pour déterminer sa valeur en tant que reproductrice, en contrôlant ses émotions, en se concentrant sur l'image qu'il désire offrir et en surveillant l'autre pour voir s'il lui fait bonne impression.

Il y a donc un effet après la rencontre. Mais y en a-t-il aussi un avant ? La seule anticipation d'une interaction avec une femme fait-elle perdre une partie de ses moyens cognitifs à l'hétérosexuel moyen ? Dans les premières pages d'Anna Karénine, Tolstoï met en scène un propriétaire terrien, Levine, sur le chemin menant à un lac gelé servant de patinoire, où il s'apprête à rencontrer la jeune femme dont il est amoureux : "Tout en suivant le sentier, Levine se parlait à lui-même : "Du calme ! il ne faut pas se troubler ; que veux-tu ? qu'as-tu ? tais-toi, imbécile." C'est ainsi qu'il interpellait son cœur. Mais plus il cherchait à se calmer, plus l'émotion le gagnait et lui coupait la respiration. Une personne de connaissance l'appela au passage, Levine ne la reconnut même pas." Pauvre garçon. Pour savoir s'il existe un "effet Levine", une équipe de psychologues néerlandais a imaginé un test dont elle a publié les résultats, en novembre, dans les Archives of Sexual Behavior.

Sous le faux prétexte d'une expérience sur le langage, les chercheurs ont fait passer un test sémantique à quatre-vingt-dix hommes et femmes en les prévenant qu'un(e) observateur(trice) se connecterait ensuite à la cabine dans laquelle ils étaient isolés pour leur donner le top-départ d'un second exercice, où ils devraient lire un texte devant une webcam. Chacun était informé du prénom de l'observateur(trice) et pouvait en déduire son sexe. Le stratagème avait pour but de créer l'attente d'une interaction à venir. Dans ces conditions, alors que, chez les cobayes féminins, aucune différence significative n'était notée selon le sexe de l'observateur, les hommes anticipant un contact avec une femme ont nettement moins bien réussi l'exercice sémantique que les autres. Le plus drôle, c'est que, l'expérience étant automatisée, la femme en question n'existait pas."

Pierre Barthélémy est journaliste et blogueur (Passeurdesciences.blog.lemonde.fr)

Pierre Barthélémy

Ecrit par : Pierre NOËL | 28 décembre 2011

Écrit par : Pierre NOËL | 28 décembre 2011

Et oh les amis, on va pas se battre sur ce billet! Moi je trouve que c'est amusant, je n'y accorde pas plus d'importance qu'il n'en faut. Il y a peut-être une part de réalité, et d'ailleurs pourquoi pas? ça ne me gêne pas que l'ancestral besoin de reproduire l'espèce nous habite encore (sans jeu de mot, hein?...!!!¿¿¿... ). Mais je me suis surtout amusé en l'écrivant, je ne l'ai pas fait trop sérieusement. Onkr onkr!!

Et puis en effet on n'a pas assez de données pour savoir comment une telle étude est validée. J'ai bien dit au début que cela allait alimenter les conversations légères de fin d'année.

Et puis je trouve ma chute amusante. Eh: les hommes parlent pour coucher, les femmes couchent pour parler: c'est pas bien vu ça?

- Donc l'important c'est de coucher....

- Naaaannnn, c'est de parler!!!

- Bon d'accord pour parler, mais après on couche? Paske les mecs, on doit reproduire l'espèce, et je vous assure que c'est un vrai boulot!

;.)



Madison, je n'ai pas la recette infaillible, mais des fois, la robe assez courte (le jour s'il fait beau, ou sous la pluie c'est pas mal aussi, ça éveille le sentiment protecteur de l'homme) ou longue le soir à l'apéro où vous vous serez faite inviter par le banquier, le regard qui brille en écoutant, ça marche avec les hommes... :-)))))

Pour la Clio, je crois qu'il vaut mieux ne pas être là quand il répare: visiblement ça le perturbe... :-)

Y sont vite fadas ces merveilleux reproducteurs (je sais, j'en suis un....). Mais bon, ils se laissent pas tous prendre, et pour le banquier je ne garantis rien.

Écrit par : hommelibre | 28 décembre 2011

Madison, j'ai oublié: chez les hommes le QI baisse à mesure qu'autre chose lève.....

hum hum hum...
:-)))))))

Écrit par : hommelibre | 28 décembre 2011

@ John

Je me suis arrêté trois minutes sur la photo de votre article..Mais dites moi, j'ai déjà vu ce type...C'est son sexe ou c'est lui ? Ou les deux ?

Écrit par : Pierre NOËL | 28 décembre 2011

On comprend alors d'où vient le décrochage scolaire :D

Okay je sors

Écrit par : kasilar | 28 décembre 2011

Pierre, non, ce n'est pas Raymond Barre.

.....

Écrit par : hommelibre | 28 décembre 2011

Kasilar: :-)))

Écrit par : hommelibre | 28 décembre 2011

@ Kassilar

Allez c'est ça vous partez pour ne pas payer votre tournée, c'est bien connu!

Écrit par : Pierre NOËL | 28 décembre 2011

Bien évidemment il n'est de "bêtes" qu'humaines, mais ces "bêtes" ne sont bien malheureusement

pas et bien redoutablement pas que "bêtes" pour tous les autres Êtres Vivants :

www.declaration-universelle-des-devoirs-de-l-etre-humain.net

Écrit par : Jean Vladimir Térémetz | 29 décembre 2011

Madison qui contredit la science on aurait tout vu.:S

Après je suis d'accord avec cette personne, tout dépend de la femme avec qui on discute/

Écrit par : kasilar | 30 décembre 2011

Les commentaires sont fermés.