Un cocu, bien sûr, c’est à mourir de rire!

Je ne sais plus qui disait que la littérature est un excellent outil pour les sociologues. On y trouve les thèmes d’une époque, les stéréotypes, les rêves collectifs, et même l’état des croyances sociales. La phrase de Sartre citée en titre, extraite de «L’idiot de la famille», en est un exemple.

anne-sinclairr.jpgJe n’ai pas lu cet ouvrage qui analyse l’oeuvre de Flaubert. Je n’ai aucune idée du contexte dans lequel il a écrit cette phrase: « Un cocu, bien sûr, c’est à mourir de rire!» Je la prends donc délibérément hors contexte, comme l’étendard d’une pensée commune sur le mari ou la femme trompée, pensée qui tourne bien évidemment la personne en dérision: c’est à mourir de rire. Et Sartre ajoute: «bien sûr», rappelant comme une évidence la déchéance du ou de la cocu-e et le mépris qu’il ou elle inspire.

Etre cocu est une des plus mauvaise expérience que l’on puisse vivre socialement. Au yeux des autres on perd toute dignité et cette étiquette se colle sur vous comme si toute autre identité n’était soudain que secondaire. Traiter quelqu’un de cocu, c’est comme de pédé: on n’est pas loin du sous-humain. L’homme cocu n’a pas su garder sa femme. Il n’est plus le dominant, le chef, celui que l’on respecte avec un minimum de crainte. Il n’est qu’un paillasson sur lequel traîne la boue des chaussures de l’amant de sa femme, mélangée à du sperme vagabond. Le cocu est un raté, un roi déchu. Un abandonné, ce qui est si navrant, si désespérant qu’il vaut mieux y réagir par la dérision et en rire - peut-être pour se protéger soi-même du désespoir de l’être aussi, cocu, ou de risquer de l’être un jour.

La femme cocue c’est différent. En raison de l’asymétrie culturelle hommes-femmes elle est la victime d’un homme sans foi ni loi, elle est la délaissée, celle qui nettoie le carrelage de la cuisine pendant que monsieur dresse son mât dans les zones humides d’un paysage exotique. L’homme est l’abandonneur, le jouisseur irresponsable.

La femme cocue est en puissance une héroïne Shakespearienne quand l’homme cocu n’est qu’un personnage de vaudeville. Toutefois ne nous y trompons pas: la femme cocue, même magnifiée dans une position avantageuse de victime, est tout autant méprisée. Mais on n’en rit pas ouvertement. Les femmes et les enfants d’abord!: on sauve la femme quand on laisse l’homme se noyer.

Et bien l’étiquette de cocue pour une femme vient de franchir un degré d’intensité dans l’insulte. En deux mots, un portail internet féminin vient de publier une enquête d’opinion sur la femme qui a le plus marqué les français. 10 personnalités étaient proposées, qui avaient occupé de l’espace médiatique dans l’année. Pour les femme interrogées la gagnante de ce sondage est Anne Sinclair.
Bucher.jpg
Le site proclame abusivement qu’elle est sacrée «femme de l’année». Mais non. D’abord on ne sacre que les rois et reines, ou les empereurs et impératrices. Ensuite la question était: «Quelle femme vous a le plus marqué en 2001?» C’est déjà, souvent, celle dont on a simplement le plus parlé. Selon Terrafemina c’est son courage, sa ténacité et son soutien à son mari qui lui valent cette première place.

Aussitôt une blogueuse a sorti un billet titré:

«Sinclair, femme de l'année : les Françaises préfèrent une cocue à une résistante.» La résistante à laquelle elle est comparée étant Irène Frachon, la femme qui a dénoncé le scandale du Mediator.

Je veux bien que l’on félicite Madame Frachon pour son action de protection des patients. Mais après tout elle n’a fait que son boulot de médecin.

Il y a tant de femmes bien de par le monde. Des femmes de l'année il y en a des milliers, des millions, qui élèvent leurs enfants avec droiture, qui soutiennent leur homme, qui font de leur mieux pour que le monde tourne un peu moins mal que si c'était pire.

Mais de là à coller l’étiquette de cocue à Anne Sinclair il y a un pas que le dégueulis populiste a allègrement franchi. La phrase de Sartre nous le rappelle: être cocu est une opprobre sociale. Une dégradation. Une déchéance. Un objet de mauvaises blagues. Un cocu on ne le fréquente pas. Au mieux on crache sur lui - ou sur elle - avec mépris. Au pire on en rit. Un cocu ce n’est rien, même pas un épouvantail pour enfants. Ce n’est qu’un ratage digne de la mise au rebut. «Un cocu, bien sûr, c’est à mourir de rire!» Ce n'est pas anodin. «.... les Françaises préfèrent une cocue à une résistante.» Là c'est malsain.

Voilà donc où l’on en est.

Comme si la tromperie n’était qu’une blague douteuse. Ou une maladie. Comme si l’on en évacuait toute la souffrance, ce qui suppose de refuser toute humanité à la personne trompée. Oui, il faut lui enlever son humanité. Il faut qu’elle reste une sorte de bouc émissaire, un objet de rejet face auquel on gonfle sa propre valeur - ou du moins celle que notre incommensurable prétention nous accorde. Il faut flinguer Anne Sinclair, à défaut d’avoir pu lyncher totalement son mari. Décidément l’affaire Strauss-Kahn a révélé la poubelle qu’il y a dans la tête de certaines personnes. Et cette poubelle malodorante s’affiche aujourd’hui sans complexe. C’est comme un peu de vomi qui n’était pas encore sorti.

Nous avons décidément bien le monde et les politiciens que nous méritons. Personne n’est meilleur. Et avant de porter Anne Sinclair au bûcher d’infamie comme d’autres, féministes de pacotille, l’ont déjà fait, il y a lieu de redescendre de nos suffisances et arrogances et de faire un peu le ménage chez soi.

Catégories : société 11 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • DOSSIER D' ETUDE SUR LES COCUS ...
    (texte satirique, caustique mais surtout tout à fait loufoque).


    Dans certains pays, le cocu est totalement protégé, ce qui est vraiment étonnant, étant donné que ce n'est pas une espèce en voie de disparition, bien au contraire.

    Par contre, le quota national de cocufiables tente à augmenter, ce qui implique le fait qu'il y ait plus de cocus que de non-cocus.

    La prolifération des cocus doit être éradiquer, surtout en zone urbaine. Les femelles,dans les grandes villes, font beaucoup plus de petits que les femelles en zone de montagne et en zone de campagne (sans doute un problème de nutrition).

    Cette année le gouvernement autorise un abattage sélectif : toutefois, les chasseurs ne doivent pas abattre les femelles pleines...

    On devrait privilégier l'abattage des cocus jeunes, car ils font beaucoup de dégâts, et sont souvent récidivistes. Les vieux cocus s'en foutent; ils n'ont plus la conscience de l'être (on s'habitue à tout)...Et puis, la noblesse du brâme du cocu vieux, le soir au fond des bois, n'est-ce pas lyriquement pathétique ?

    En effet,j'ai souvent été ému par le chant d'un cocu le soir au fond des bois...
    j'ai épargné lors de la précédente saison de chasse : surtout les vieux cocus : car il y a peu de chance de reproduction. En ce qui concerne les vieilles femelles : leurs chants me cassent les oreilles
    cela me rappelle certaines chanteuses que je dois subir en regardant la télévision... Toutefois le gouvernement interdit l'abattage des femelles qui sont pleines, je pense qu'on devrait établir un quota sur ce genre de gibiers à poils ....

    Une exposition de cocus, capturés lors d'une battue en Ile de France,
    est organisé lors d'une exposition à la Foire de Paris.
    Pour éviter les morsures de certains cocus méchants :
    les organisateurs ont prévus des muselières en peaux de fesses de sangliers.
    La Societé Protectrice Des Cocus Français (S.P.D.C.F) nous communique que ce sont des animaux à ne pas éradiquer de la planète, car ils sont utile pour faire vivre et entretenir d'autres espèces (notamment les gens mariés à un cocu)

    A-t-on établi une classification des sous-espèces de cocus ? les contents, les revanchards, les sauvages, les domestiques, les dangereux ? Y a-t-il une vaccination contre les morsures de cocus ? Questions de santé publique à soumettre au Parlement...

    Nous avons le plaisir de vous annoncer que le vaccin contre les morsures de cocus, est enfin mis au point, tout le mérite en revient à l'équipe du professeur Ignace Boisansoif;

    ce vaccin sera disponible le 4 Octobre 2012, date de la fête de Saint François d'Assise,qui aimait tant les animaux.

    Pasteur avait oublié la rage des cocus, ! sans oublier le tétanos, la coqueluche et surtout la pécole...

    Notre équipe de chercheurs ne tardera pas à mettre au point un antidote contre la pécole. Plusieurs essais ont déjà eu lieu ,dans nos laboratoires,
    il semble que les photos de certains syndicalistes et celle de la Première Secrétaire du P.S dissuade les virus de la pécole de rester dans les parages.
    ______________________________________________

    ACCORD ENTRE LA MAJORITE GOUVERNEMENTALE ET L'OPPOSITION ,
    CONCERNANT LA CHASSE AUX COCUS
    EN PERIODE DE REPRODUCTION...

    SOCIETE PROTECTRICE DES COCUS FRANCAIS (S.P.D.C.F)


    La Majorité Gouvernementale a enfin conclu un accord avec l'Opposition
    sur la chasse aux cocus et sur le respect des périodes de reproduction :
    pour la préservation de l'espèce.

    Suite à un long débat à L'Assemblée Nationale, entre les Députés de la Majorité de Droite et les Députés de l'Opposition de Gauche ,
    l'ouverture de la chasse aux cocus n'aura lieu que le 1 Janvier,de chaque année et ne durera que 3 mois (au lieu de 6 mois auparavant)

    c'est pour pouvoir assurer une reproduction normale que la période de chasse a été écourtée. En effet, avant le vote de cette nouvelle Loi :
    la période d'abattage était comprise entre le 1 Janvier et le 30 Juin.

    La période de reproduction des cocus est particulièrement comprise entre le 1 Avril et le 30 Juin. Nous demandons aux chasseurs et promeneurs de respecter cette période de reproduction des cocus et de ne pas les déranger dans leurs habitats.

    L'ouverture de la chasse aura bien lieu le 1 Février 2011; les lois concernant la chasse aux cocus obligent, chaque chasseur, à épargner les femelles qui sont pleines; mais en ce qui concerne les mâles chaque "fusil" aura un quota de 5 mâles par saison.

    Professeur Hippolyte Hartclupp :
    (Président et Membre permanent et agréé de la S.P.D.C.F )

  • "Mais de là à coller l’étiquette de cocue à Anne Sinclair il y a un pas que le dégueulis populiste a allègrement franchi."

    vous êtes sur que ce n'est pas plutôt le dégueulis de son propre mari ?
    qui l'a faite cocue ? Lui ou le peuple ?
    Qui a pris le risque qu'elle soit publiquement humiliée ? Lui ou le peuple ?

    S'il n'avait pas multiplié les imprudences, de quoi aurions nous entendu parler ?
    la faute à qui ?

  • Celle qui est en cause est l’auteure de l’article dont je cite le titre. Quelques phrase:

    «Revoilà la figure de la "mater dolorosa" dans tous les médias
    C'est à se taper la tête contre les murs : au moment où on pense voir le bout du tunnel de la stupidité, zou, on y retourne de plus belle. La queue du Mickey a été décroché ce matin par Anne Sinclair,...

    Consternant, affligeant, décourageant, désolant, navrant... les mots manquent pour définir ce palmarès.

    Le pire ? Anne Sinclair a été choisie, par et pour un site féminin, par les femmes elles-mêmes, qui sont décidément leurs pires ennemies et sont particulièrement douées pour se tirer des balles dans le pied.

    Cocues de la terre, unissez-vous !»


    Tout cela n’est pas vraiment très amical. Le cocuage permet de cracher sur le ou la cocue comme aux meilleurs temps imbéciles du passé.

    Le couple est le couple, à lui de se gérer. Mais qu'est-ce qui autorise à un tel mépris contre cette femme? Le lynchage continue.

  • Vous dit (sur votre profile) :
    "J’ai besoin de comprendre les choses par moi-même, d’en faire l’expérience."

    Question :
    Quelles sont vos experience (les raisons) qui vous ont poussé à parler d'une femme cocue ou pas, d'un couple qui n'est pas le votre ?

  • @ Lizuca:

    On ne peut faire toutes les expériences, de même que l'on n'est pas dans la peau des autres. Mais il est possible de faire des analogies. Si les situations ne sont pas toutes les mêmes elles ont des points communs de fond.

    On peut aussi penser le monde selon des valeurs, dont on a compris et vécu le bien fondé, sans avoir une expérience de toutes les situations possibles de la vie.

    En l'occurrence je sais ce que c'est de subir une accusation calomnieuse et d'être un bouc émissaire. Je sais comment on peut s'acharner sur quelqu'un. Je connais cela.

  • Bonjour,
    Je n'ai pas voté pour Anne Sinclair, personne ne m'a demandé mon avis, donc ce vote n'est pas représentatif de toutes les femmes!
    Etre cocu (e) est une souffrance pour celui ou celle qui se voit attribué(e) à l'insu de son plein gré de ce qualificatif.

  • "Cocues de la terre, unissez-vous !»"

    Et combien d'hommes le sont sans le savoir?!!!!

    "Cocus de la terre, réveillez-vous!" :)))))))))

  • c'est affligeant de constater tan de personne s'ériger en juge...

  • "La phrase de Sartre nous le rappelle: être cocu est une opprobre sociale. Une dégradation. Une déchéance. Un objet de mauvaises blagues. Un cocu on ne le fréquente pas. Au mieux on crache sur lui - ou sur elle - avec mépris. Au pire on en rit. Un cocu ce n’est rien, même pas un épouvantail pour enfants. Ce n’est qu’un ratage digne de la mise au rebut. «Un cocu, bien sûr, c’est à mourir de rire!» ......

    Ben...Il aurait subi tout ça? Car plus cocu que Sartre on meurt là! Lui et sa compagne Simone de Beauvoir se "cocufiaient" dans des partouzes à demeure - faites maison - avec un couple "ami" qu'ils hébergeaient. Sans compter tous les amants et amantes de sa compagne....
    Une "féministe" pédophile à voile et à vapeur! Bref! Deux hypocrites du sexe.....

    DSK à côté, c'est du pipi de chat!

  • Une fois de plus vous avez trouvé les mots pour le dire !

    Il ne s'agit pas de nier la responsabilité de Dominique Strauss Kahn, mais cette responsabilité ne saurait en rien excuser ce que vous nommez à juste titre "le dégueulis populiste" déversé sur Anne Sinclair.
    Cela ne justifie en rien le fait que la populace( car peuple est un trop beau mot pour l'employer dans ce cas ) se soit cru le droit de se mettre à la place des juges pour distribuer jugement et condamnation péremptoires et sans appel.
    Et que dire des féministes ou du moins certaines qui ont allégrement foulé aux pieds le sacro saint principe de liberté qui donne droit à chacun et en l'occurrence à chacune de vivre avec qui et comment il l'entend !
    Que savons nous d'ailleurs des "règles de fonctionnement" de ce couple. Rien et cela ne nous regarde pas .Beaucoup de couples vivent une liberté sexuelle librement consentie , certes parfois difficile à comprendre pour d'autres mais dans laquelle amour et épanouissement sont au rendez vous .
    De quel droit des voix féminismes ont cru devoir s'élever pour dire qu'Anne Sinclair devait quitter son mari et que ne pas le faire était une honte .
    Vous avez raison il y'a beaucoup de ménage à faire dans les têtes , je ne parle pas des coeurs car tous ces inquisiteurs n'ont pas donné la preuve d'en avoir un .

  • Heureusement que la bienseance veut que les politiciens ne devoilent pas leur intimité au vue de tout le monde.
    Je trouve deplorable d'en faire un etalage public mais la monde politique est ce qu'il est...

Les commentaires sont fermés.